Version classiqueVersion mobile

Rome, les Césars et la ville

 | 
Nicole Belayche

Deuxième partie. Une cathedra imperii à la mesure du prince

La représentation de Rome dans les présages concernant le pouvoir de la mort de César à celle de Domitien

Annie Vigourt

Texte intégral

1Les présages répertoriés par les Anciens sont souvent localisés, parfois très précisément : certains se seraient produits à Rome, dans un temple ou sur une statue, dans un jardin dont le propriétaire est nommé, sur le forum… Leur observation amène à une approche singulière de Rome, dans la mesure où leur récit n’a jamais nécessité une description du lieu où ils survinrent : la représentation que les présages donnent de Rome ne correspond donc pas à son aspect matériel. Un édifice, un emplacement, avaient toujours une correspondance dans le domaine humain individuel ou communautaire, « Rome » et l’« ensemble des Romains » étant bien évidemment inséparables. S’il est possible, à travers les récits de présages, de « voir » Rome, ce n’est donc pas au sens visuel du terme : il s’agit d’une représentation idéelle.

2Les événements réputés prodigieux, de par leur nature, lient étroitement religion, politique, et topographie romaine, mais est-ce à dire que Rome était vue comme le résultat d’une collaboration entre hommes et dieux, tant dans son aspect physique que dans son organisation fonctionnelle ? Les signes sont connus par des œuvres littéraires de natures très diverses : pour ne citer que les plus riches en présages variés, les biographies de Suétone sont dans toutes les mémoires, mais les histoires de Tacite, Dion Cassius ou Orose ne sont pas en reste, les traités pleins d’érudition et de philosophie – au sens ancien du terme – de Sénèque, Pline l’Ancien ou Plutarque, fournissent des apports non négligeables ; dans les poèmes aussi figurent des événements prodigieux. En revanche, émissions monétaires et inscriptions n’enrichissent pas le corpus des présages relevés par les Anciens. Autant dire que les signes qui nous ont été transmis ont été insérés dans un contexte parfois assez large, dans une narration assurément subjective, et leur étude peut permettre de comprendre comment les écrivains mirent Rome en scène dans leur histoire, et en quoi un prodige jugé digne de figurer dans leurs œuvres apportait, selon eux, quelque chose à Rome.

  • 1 Déterminer la date de mise en circulation d’une anecdote prodigieuse a cependant été tenté, par ex (...)

3Il sera question ici des prodiges concernant le pouvoir : aussi bien ceux qui touchent à l’organisation de l’État que ceux qui auraient signalé que tel personnage devait recevoir une grande puissance ou tel autre devait perdre son autorité, mais encore ceux qui auraient conduit à prendre des décisions. L’enquête se limitera aux signes réputés s’être produits entre la mort de César et celle de Domitien. Les sources qui les signalent leur attribuent en effet une date, parfois peu précise ; cette date et les années de parution des œuvres dans lesquelles ils figurent sont seules significatives pour l’historien aujourd’hui, puisqu’il est impossible de déterminer précisément l’époque de mise en circulation d’une anecdote1 ; les ouvrages dans lesquels nous glanons les informations sont souvent très tardifs par rapport à l’événement rapporté, et rien ne permet de savoir ce qui s’est dit entre cette date et celle de la mise par écrit. Ce qui est important est donc que, quelques décennies voire quelques siècles plus tard, un écrivain ait éprouvé le besoin d’insérer dans son récit à un endroit précis, en la dotant d’une signification précise, une « histoire extraordinaire ».

Image matérielle donnée par les présages – L’urbanisme romain et les présages

Une représentation monumentale ?

  • 2 Suet., Aug., 94, 12 et Dion Cassius, 45, 2, 3 : après la dédicace du Capitole, Q. Lutatius Catulus (...)
  • 3 Suet., Vesp., 5, 4 et Dion Cassius, 59, 12, 3 : Caligula mécontent de la saleté des rues de Rome, (...)
  • 4 Suet., Vesp., 5, 7 ; Tac., Hist., 2, 78, 3-4 et Dion Cassius, ép. 65 = 66, 1, 3 : sur une terre ap (...)
  • 5 Paul, Commentaire sur l’Édit, L. 54, cité par Jean Gaudemet, Droit privé romain, Paris, 1998, p. 3 (...)
  • 6 Par exemple : Plin., NH, 15, 77-78, 16, 234-237, 17, 244 – dans les références reportant à l’Histo (...)
  • 7 Dion Cassius, 49, 15, 2.
  • 8 Liv., 1, 55 et Plutarque, Publicola, 13 : la tête trouvée lors du terrassement pour les fondations (...)

4Dans les présages, il ne paraît pas que sa parure monumentale ait été un facteur déterminant pour caractériser Rome : si le rêve « de » Catulus est ambigu2 – qu’était-ce que cette image de Rome ? une sorte de maquette, un plan, ou plutôt une figure allégorique anthropomorphique ? –, les prodiges concernant le pouvoir de Vespasien sont nets. Leur lecture laisse entendre que Rome était correctement représentée par de la boue jetée dans une toge prétexte3, ou par un cyprès qui se redressait4. S’il n’était peut-être pas trop difficile de voir Rome dans la boue prélevée dans une rue de la Ville – en application du principe selon lequel la partie équivaut au tout5 –, la relation entre un cyprès « rural » et la Ville aurait pu paraître plus lointaine ; observons néanmoins que des arbres extraordinaires6 avaient toujours revêtu une importance particulière pour Rome. L’important était manifestement l’état d’un objet, qui pouvait symboliquement évoquer la situation de la Ville à un moment donné. Cette Rome qui apparaît ainsi est un peu abstraite : ses formes architecturales et urbanistiques semblent n’avoir eu aucun intérêt. Cette abstraction peut paraître pertinente, en rapport avec le type de prédiction qui est émis : le choix d’un enfant par un dieu, la promesse d’une restauration, l’assurance d’un pouvoir revêtu « plus tard », supposent effectivement que la cité était conçue avant tout en tant qu’entité politique. Un bâtiment spécifique put malgré tout évoquer la totalité de Rome, et fut le théâtre d’un prodige qui mettait bien en évidence sa particularité : il s’agit du Capitole, où le jour même de la bataille de Nauloque7, avant qu’aucune nouvelle pût parvenir de Sicile, un soldat qui n’avait pas quitté la ville, « possédé par une divinité, après avoir dit et fait beaucoup de choses, finit par monter en courant au Capitole où il déposa son épée aux pieds de Jupiter pour signifier qu’il n’en avait plus besoin ». Le Capitole, où s’achevaient les cérémonies triomphales, était bien approprié à ce genre d’annonce miraculeuse, et il est ici exceptionnellement « mis en situation géographique » dans le récit : le soldat doit y monter, et c’est ce qui se rapproche le plus d’une description topographique dans les récits de présages que nous possédons. Ce « privilège » n’est peut-être pas très étonnant, vu les récits qui affirmaient la puissance romaine enracinée précisément dans le sol du Capitole8 ; la distinction de cette colline et son temple à triple cella est cohérente avec la fonction symbolique assumée par la hauteur dont l’importance idéologique apparaît justement à l’occasion de la construction du lieu de culte destiné à la triade capitoline.

Une ville en construction ?

  • 9 Suet., Aug., 29, 4 et Dion Cassius, 49, 15, 5 : le temple d’Apollon fut élevé dans une partie de l (...)
  • 10 Suet., Aug., 29, 5 : Auguste « consacra un temple à Jupiter Tonnant parce qu’il avait été épargné (...)
  • 11 Franca Landucci Gattinoni, « Iuppiter Tonans », Fenomeni naturali e avvenimenti storici nell’Antic (...)
  • 12 Dion Cassius, 45, 17, 8.
  • 13 Dion Cassius, 48, 14, 5-6. G.Weber, Kaiser, Traüme und Visionen in Prinzipat und Spätantike, op. c (...)
  • 14 Plin., NH, 15, 136-137, rapporte l’anecdote prodigieuse, et ne signale pas la disparition du bois (...)
  • 15 Suet., Aug., 91, 3 et Dion Cassius, 54, 4, 2-3 avec une variante : selon l’historien, Auguste aura (...)
  • 16 Tac., Ann., 15, 38-44.

5Il est arrivé pourtant que des signes aient conduit à élever, restaurer, détruire ou transformer un monument : les plus célèbres sont les deux foudres dont résulta l’édification des temples d’Apollon Palatin9 et Jupiter Tonnant10 ; mais, en dépit de leurs similitudes, les deux événements diffèrent. En effet, la foudre espagnole eut lieu loin de Rome, aucun texte n’affirme que fut donnée une interprétation selon laquelle le dieu souhaitait un temple, et ce fut donc Auguste qui décida de l’élever et le planter sur le Capitole. La construction du temple fut liée à une décision strictement humaine11. De même, en 43 av. J.-C., une peste ayant ravagé l’Italie, ce fut le Sénat qui décida12 de reconstruire la Curia Hostilia et de combler le lieu de la naumachie donnée par César : si un prodige pouvait assurément, et de manière tout à fait traditionnelle, être à l’origine d’une entreprise édilitaire, les hommes ne perdaient pourtant pas le contrôle du processus. En revanche, pour Apollon Palatin, des devins intervinrent pour interpréter la foudre tombée sur le terrain acheté par Octavien pour lui-même, et l’édifice aurait été élevé en conformité avec le désir du dieu qui aurait personnellement désigné le lieu où il voulait demeurer. Mais cette foudre « désignait-elle » le Palatin, ou – et la situation géographique n’aurait alors eu aucune importance – la demeure d’Auguste ? les textes ne permettent pas de lever l’ambiguïté. Sans aucun doute, cette exigence précise de la divinité est extrêmement singulière : quand, après la guerre de Pérouse, Octavien fit venir Junon sur la foi d’un rêve après la conservation miraculeuse de la statue13, il choisit très vraisemblablement lui-même l’emplacement de cette effigie, et c’était la démarche la plus commune. Il serait donc abusif de dire que les dieux furent à l’origine de l’aspect monumental de Rome, mais il peut néanmoins sembler que les prodiges aient servi à transformer quelque peu l’apparence de la Ville, puisqu’il paraît que, sans eux, personne n’eût songé à élever les deux temples de Jupiter Tonnant et Apollon Palatin ou à faire venir la Junon de Pérouse. Il faut ajouter à ces trois installations deux « aménagements » remarquables. Un bois, planté parce qu’un aigle aurait laissé choir une poule tenant en son bec un brin de laurier sur Livie, serait devenu un emblème dynastique pour les Julio-Claudiens14 ; et, parce qu’il aurait rêvé que Jupiter Capitolin lui reprochait d’avoir écarté de lui les adorateurs – le nouveau temple de Jupiter Tonnant au pied de sa colline se révélant trop attirant – Auguste aurait ajouté des clochettes pour affirmer que le second était le « portier » du premier15… Les prodiges, facteurs d’innovation urbaine ? Si ce n’est pas totalement exclu nous venons de le voir, il faut bien reconnaître que c’est extrêmement marginal. Même l’incendie de 64 de notre ère, rangé parmi les prodiges, ne fut que l’occasion d’une rénovation urbaine ; non la cause16. En effet, la plupart des prodiges localisés à Rome avec un ancrage géographique et matériel sûr eurent bien pour cadre une rue, une place, un édifice particuliers ; mais ces endroits préexistaient au prodige, ne furent pas transformés par lui, et ne furent que les supports des présages observés en leur sein.

Une ville complète : lieux publics et privés

  • 17 Suet., Vesp., 5, 4 : Arbor quoque cupressus in agro auito
  • 18 Annapaola Zaccaria Ruggiu, Spazio privato e spazio pubblico nella città romana, coll. EFR 210, Rom (...)
  • 19 Bruce MacBain, Prodigy and Expiation : a Study in Religion and Politics in Republican Rome, coll.
    « (...)
  • 20 Plin., NH, 15, 136-137 ; Suet., Galba, 1, 2 ; Dion Cassius, 48, 52, 4.
  • 21 Jane Clark Reeder, « The Statue of Augustus from Prima Porta, the underground complex, and the ome (...)
  • 22 Selon Dion Cassius, Livie aurait considéré que cet incident était « favorable », alors que d’autre (...)
  • 23 Suet., Galba, 4, 6-7 : c’était un présage d’Empire.
  • 24 Dion Cassius, 57, 18, 3.
  • 25 Récemment : M. Linder & John Scheid, « Quand croire c’est faire. Le problème de la croyance dans l (...)
  • 26 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane, 5, 13. Pourtant, les devins consultés auparavant auraient (...)
  • 27 Plutarque, Apophtègmes des Romains, Auguste, 15.

6Le cyprès des Flaviens poussait, selon Suétone, en un lieu privé, hors de Rome17 : il faut admettre que cet arbre put sans difficulté préfigurer le sort de Rome du fait que Rome, sous le Principat de Vespasien, était le territoire sur lequel s’exerçait l’autorité de Vespasien, de même qu’il régentait ses domaines familiaux en tant que pater familias. Cette imbrication « privé »/ » public » n’était pas une innovation18 : depuis le iiie siècle déjà, les prodiges survenus dans des lieux privés pouvaient être rangés au rang de présages publics19. Cependant, au ier siècle de notre ère, l’importance des catégories privé et public est excessivement difficile à déterminer : concernant le pouvoir, la grande majorité des signes qui nous sont parvenus est située en contexte privé, ce qui n’a pas empêché leur importance publique bien que le Sénat ne semble pas avoir effectué de transaction juridique pour les faire passer d’une sphère à l’autre. Ainsi, le célèbre présage donné par un aigle, une poule blanche et un brin de laurier20 relevait en apparence strictement du domaine privé, puisque c’était Livie qui en avait été le réceptacle, alors qu’elle se rendait dans une de ses propriétés – et ce récit est assurément lié à la villa ad Gallinas21. Mais ce qui fut raconté au sujet de cet incident relevait très largement du domaine public, de même que la suite qui lui fut donnée22. Citons aussi – parmi bien d’autres – le rêve de Galba « conclu » par la découverte d’une statue de Fortuna devant sa porte23. Tout cela est privé, mais les récits qui en furent faits ont versé l’événement dans le domaine public. Ainsi les maisons, les jardins, les villas des aristocrates ne furent pas, sous l’Empire, dépourvus du caractère public qu’ils possédaient sous la République. Les deux exemples précédents en gratifient les demeures des futurs princes, et elles n’étaient pas en cela singulières : le 1er janvier 19, le consul Norbanus aurait, à l’aube, joué de la trompette, ce qui aurait fait croire aux foules approchant de sa maison pour lui faire cortège qu’il les appelait à la guerre civile24. Signalant cet incident, Dion Cassius a estimé qu’il avait en réalité à voir avec la mort de Germanicus en octobre de cette même année : un consul, sa maison, étaient ainsi le support d’un signe qui ne concernait absolument pas le consul lui-même mais l’avenir de l’héritier de Tibère, et donc l’avenir de l’État. Notons que ce signe lie étroitement la personne et la maison de Norbanus à la rue où se trouvait la foule de ses clients et amis, qui ne doutèrent pas un instant que cette trompette fût celle de Norbanus, ne sentirent pas dans ces notes l’irruption du surnaturel mais eurent une réaction éminemment politique. Assurément la maison du consul désigné, quelques heures avant son entrée en fonction, est à peine privée et peut se prêter à un prodige public… mais justement, rien ne dit que le Sénat l’ait rangé parmi ces derniers, et il y a même tout lieu de croire que ce ne fut pas le cas. En effet, sans même considérer la maladresse politique d’une telle affirmation, proclamer que Germanicus devait mourir aurait été bien peu conforme aux traditions romaines selon lesquelles, tout au plus, le jeune prince aurait dû pratiquer un rite spécifique pour conjurer un danger menaçant25. Surtout, l’interprétation est manifestement celle de Dion lui-même, et la population de Rome n’aurait alors perçu aucun présage, mais cru à un acte politique ; il n’y eut donc personne pour présenter le fait au Sénat, qui n’eut même pas à délibérer sur le sujet. Le récit de Dion est extrêmement révélateur de ce que, fin iie-début iiie siècles encore, un sénateur était persuadé que l’empereur n’était pas seul à assumer un caractère public, et que sa demeure du Palatin n’était pas davantage seule à revêtir une importance politique ; s’il a voulu voir un présage en cet incident, ce fut peut-être parce qu’aucune émeute ne fut signalée en ce 1er janvier 19, et que cette tranquillité ne correspondait pas à l’idée qu’il se formait de l’autorité d’un consul – s’il avait appelé ses clients à la guerre civile, il « aurait dû » y avoir des troubles. Songeons aussi à cette aristocratique maison de Syracuse où serait né un monstre interprété – peut-être – par Apollonios de Tyane26 : elle pouvait parfaitement abriter le signe préfigurant le destin de Rome et de ses princes, selon le récit de Philostrate qui était justement un contemporain de Dion Cassius. Rappelons enfin qu’Auguste voyant Pison construire sa maison avec le plus grand soin aurait vu là un présage de puissance éternelle pour Rome27 : la maison d’un particulier pouvait être le signe de l’éternité de Rome.

Rome, les habitants de l’empire, les étrangers

Une capitale

  • 28 Suet., Aug., 94, 2, à Vélitres ; Suet., Galba, 9, 5-6, en Espagne ; Flavius Josèphe, Guerre des Ju (...)
  • 29 Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, 3, 8, 401 et 4, 10, 622-625 ; cf. Suet., Vesp., 5, 9, Dion Cass (...)
  • 30 Suet., Galba, 9, 5 : […] eadem illa carmina sacerdos Iouis Cluniae ex penetrali somnio monitus eru (...)
  • 31 Jacqueline Carabia, « Les présages dans les Vies des Douze Césars de Suétone », Trames, II, 1977, (...)

7Un certain nombre de récits rapportant des faits extraordinaires désignent des Romains comme « Maîtres de toutes choses28 » : ils constituaient une sorte de « preuve » que, de toutes parts, les Romains étaient reconnus comme les maîtres naturels et permanents. Des oracles de ce genre furent publiés pour des princes chronologiquement aussi éloignés qu’Auguste et Vespasien. Le cas le plus célèbre est sans doute celui de Flavius Josèphe qui, à Jotapata, renonça à se suicider parce qu’il lui fallait annoncer à Vespasien que son Dieu le destinait à l’Empire29. À Clunia, l’oracle qui aurait encouragé Galba était une phrase dont la formulation n’était ni nouvelle ni unique : il avait déjà été proféré deux siècles auparavant30, lors de la guerre de Numance, et il n’est pas impossible que cet oracle « espagnol », déjà « intéressant » vers 133 av. J.-C. pour Scipion Émilien peut-être, ait été réutilisé pour Trajan et Hadrien31 après avoir « été réalisé » au profit de Galba.

  • 32 Suet., Vesp., 23, 8.
  • 33 Plin., NH, 2, 98-99 ; Dion Cassius, 45, 17, 5 ; Iulius Obsequens, 78.
  • 34 Dion Cassius, ép. 64 = 65, 8, 1.
  • 35 Dion Cassius, 56, 29, 3, Eusèbe/Jérôme, Chr., 56e année d’Auguste.
  • 36 NH, 2, 180.
  • 37 Tac., Hist., 4, 54, 4. Cf. Monique Clavel-Lévêque, « Mais où sont les druides d’antan ? Tradition (...)

8Rome, dans les présages, est décrite comme seule en son genre, seule à dominer, d’une supériorité qui la distinguait absolument. Ainsi, quand une comète interprétée comme le signe de sa mort proche apparut, Vespasien essaya de détourner le présage sur le roi des Parthes car la comète était chevelue32 ; mais c’était une erreur, le roi des Parthes ne pouvait apparemment pas être concerné et ce fut Vespasien qui mourut. Dans cette anecdote célèbre, Vespasien reconnaissait une parité entre sa position et celle du roi des Parthes : tous deux selon lui pouvaient être évoqués par l’astre, dont seule une caractéristique physique – les cheveux – aurait permis de différencier les deux personnages susceptibles d’être visés par le signe. Que cette appréciation se révélât fausse, et cela signifiait que seul le prince romain était un astre pour le monde. De même, des prodiges solaires furent souvent réputés annoncer ce qui devait arriver aux dirigeants de Rome : le triumvirat puis la solitude d’Auguste au pouvoir33, la victoire de Vespasien sur Vitellius34, semblèrent symbolisés par des soleils multiples, tandis que la mort d’Auguste35 fut accompagnée d’une éclipse. Si le soleil pouvait ainsi être attaché sans équivoque aux princes romains, c’était que ces personnages étaient conçus comme sans égaux, et que nul autre souverain du monde ne pouvait rivaliser avec eux ; il faudrait peut-être nuancer cette lecture des choses du fait des connaissances scientifiques exposées par Pline36, qui n’ignorait pas la sphéricité de la terre et savait que toutes les éclipses ne sont pas visibles de partout – mais bien peu possédaient un tel savoir. Globalement, les signes montraient qu’il n’y avait pas de place à côté de Rome, à son niveau de puissance. Une remise en cause de cette domination du monde par Rome n’apparaît que très discrètement dans les présages : tout juste y avait-t-il place peut-être pour une suprématie qui s’exercerait après celle de Rome. Ainsi, quand le Capitole brûla en décembre 69, les Gaulois auraient interprété ce signe comme celui de la fin de l’Empire37. Rien là d’ailleurs que de très « romain » : les druides qui furent réputés avoir alors incité à la révolte étaient bien informés de la fonction assumée par Jupiter Capitolin à Rome pour les Romains, et Tacite lui-même fit le parallèle entre cet incendie et celui de 390 av. J.-C., qui aurait précisément épargné le Capitole sauvegardé grâce à l’action salvatrice de – peut-être – Manlius Capitolinus, sauvant par là même la suprématie romaine.

  • 38 Plin., NH, 7, 46.
  • 39 Suet., Dom., 16, 1.
  • 40 Suet., Aug., 94, 5 ; Dion Cassius, 45, 1, 3.
  • 41 Histoire romaine, 56, 24, 2-5.
  • 42 Le désastre de Lollius fut tout autant annoncé en fanfares selon Iulius Obsequens, 71.
  • 43 Suet., Nero, 46, 2 : les statues des Nations lui barraient le passage.

9Cette supériorité de Rome apparaît aussi dans les conséquences attribuées aux grands événements romains : c’est ainsi que des prodiges comme la naissance de Néron – contrairement aux normes, par les pieds – fut interprétée comme le signe précurseur de l’effroyable période qu’il ferait subir au monde38, et la prévision astrologique du meurtre de Domitien fut l’occasion d’annoncer un événement funeste pour l’univers39 ; dans un rêve attribué à la mère du futur Auguste, Atia aurait vu ses entrailles élevées au ciel et s’étendre sur la terre entière40. Autant dire qu’en dehors de Rome, aucune puissance comparable ne pouvait trouver place, et que le monde entier ressentait les perturbations de Rome. Les dangers courus par cet empire étaient d’ailleurs facilement visibles dans Rome même, du fait des signes annonciateurs de désastres : ainsi, la foudre qui frappa le temple de Mars sur le Champ de Mars, les sauterelles qui envahirent Rome avant d’être dévorées par des hirondelles, s’ajoutèrent-ils à d’autres phénomènes tout aussi effrayants observés en Germanie et dans les Alpes pour mettre en évidence – selon Dion41 – qu’une divinité courroucée était à l’origine du désastre de Varus42. Les zones dominées, même très éloignées de Rome, étaient donc « présentes » symboliquement à Rome. Elles n’y faisaient pas simplement de la « figuration », comme lors des défilés triomphaux par exemple ; en effet, elles furent actives dans le rêve « de » Néron mis au rang des présages de mort pour ce prince43.

Rome dans Rome

  • 44 Annie Vigourt, Les présages impériaux d’Auguste à Domitien, Paris, 2001, p. 23-74.
  • 45 Respectivement : le Pô dans Dion Cassius, 45, 17, 7, parmi bien d’autres manifestations prodigieus (...)

10Sur une liste des signes réputés significatifs pour le pouvoir à Rome (44 av. J.-C.-96 apr. J.-C.)44, il est aisé d’observer que, si les faits prodigieux furent surtout remarqués dans la ville même, ils ont pu se produire absolument n’importe où et cependant désigner Rome et les Romains. La ville comme le territoire qui en dépendait étaient aptes à produire ou recevoir des signes concernant Rome, et cela n’a rien d’étrange, puisque c’étaient deux éléments essentiels constitutifs d’une cité, et leur solidarité était naturellement totale. Ainsi, par exemple, la chute de la République a paru annoncée par des prodiges survenus sur le cours du Pô, la grandeur d’Auguste fut prédite en Thrace par des prêtres de Liber Pater, des prodiges sur les côtes d’Égypte et de Lycie précédèrent la mort de Néron, et une naissance monstrueuse en Sicile fut réputée préfigurer les morts violentes de Galba, Othon et Vitellius45.

  • 46 Plutarque, Sur les sanctuaires dont les oracles ont cessé, 17. Cf. Philippe Borgeaud, « La mort du (...)
  • 47 Phlégon de Tralles, fr. 36, 6 éd. F. Jacoby : Dii ; ’Alexikavkwi (bwmov.")

11Mais inversement, ce qui se produisait sur le territoire dominé n’était pas sans conséquences pour Rome. C’est ainsi que l’annonce de la mort du Grand Pan devait intéresser Tibère46, et qu’à Antioche sur le Méandre la métamorphose d’une jeune fille en garçon conduisit Claude à installer un autel à « Zeus qui écarte les maux » sur le Capitole47.

  • 48 Ann., 14, 12, 2, en 59.

12Si Rome, dans les présages, dépasse largement les dimensions de la ville, ces quelques hectares urbanisés sont assurément privilégiés. Ses limites administratives – telles que les a définies Auguste – apparaissent dans un signe répertorié par Tacite48 sous Néron : une femme aurait accouché d’un serpent, une autre aurait été tuée par la foudre dans les bras de son mari, puis le soleil aurait disparu tout à coup et le feu du ciel aurait frappé les quatorze régions. Tacite désabusé affirme que « ces signes montraient si peu l’intervention des dieux que Néron, pendant bien des années encore, poursuivit son règne et ses crimes »… ce qui laisse entendre que, si ces signes avaient été significatifs, Néron aurait été concerné. Tacite est affirmatif, sans nuance : selon lui, le sommet du pouvoir aurait dû être l’objet de ces phénomènes ; et, puisqu’il ne connaissait pas de conséquences ayant trait à Néron, il en a déduit que ces présages ne marquaient pas l’intervention divine. Tacite, pourtant ardent conservateur des traditions, semble avoir oublié que, dans les siècles de la Rome républicaine, les prodiges ne produisaient pas d’effets autres que la peur et la décision de procéder à des rites de procuration. Mais sans aucun doute ces trois événements portent la marque de l’opposition à Néron : le « serpent Néron » né d’Agrippine stigmatisait le matricide récent, l’occultation du soleil évoquait la mort de Néron, la foudre frappant la totalité de Rome ne laissait aucun refuge ; et Tacite qui s’en est rendu compte a laissé entendre que sans l’aide des dieux toute opposition était vouée à l’échec.

  • 49 Tac., Ann, 4, 64, 1-4.
  • 50 On peut rapprocher cette réaction des craintes manifestées lors d’un départ d’Auguste, et la joie (...)
  • 51 Suet., Nero, 19, 1-2 : « […] il y renonça le jour même de son départ, troublé à la fois par un scr (...)
  • 52 Suet., Otho, 8, 6 ; Tac., Hist., 1, 86, 2-5 ; Plutarque, Othon, 4, 10. Cette énorme inondation pou (...)

13Dans les présages répertoriés entre 44 av. J.-C. et 96 apr. J.-C., Rome est bien le centre du pouvoir et son siège permanent. Alors qu’il ne nous est pas parvenu de signe invitant les dirigeants à partir vers une province ou une guerre, certains prodiges ont été interprétés comme favorables à la présence du détenteur du pouvoir suprême dans Rome même. Ainsi, quand l’amphithéâtre de Fidènes s’écroula et qu’un incendie violent ravagea le mont Caelius en 2749, la foule aurait pensé que cela était tout à fait funeste pour le départ de Tibère50. De même, et, s’agissant de Néron, le récit est spécialement important puisqu’il contredit ce que la plupart des textes racontent sur ce prince revêtu par les écrivains de toutes les tares inhérentes aux tyrans, ce fut dans le temple de Vesta qu’un signe aurait incité Néron à renoncer à son voyage en Égypte51. Vesta, foyer public de Rome, était bien la divinité qui pouvait faire demeurer le prince dans la Ville. Ce prodige aboutissant à la présence du premier des Romains à Rome n’était pas du tout un équivalent de la crue du Tibre qui ne retint pas Othon partant en campagne contre Vitellius52 : il n’était pas question pour Néron de faire une expédition militaire. Cependant Néron plus tard se rendit en Grèce, Tibère auparavant avait habité Capri, et ce signe ne pouvait être une condamnation divine frappant l’absence des princes ; il fut présenté comme le « divin conseil » qui permit à Néron de préserver le consensus et d’éviter une erreur politique, le désir des Romains devant être pris en compte. Mais les signes ne faisaient pas l’action : Néron était libre de partir s’il le voulait vraiment.

Des faiblesses reconnues

  • 53 Peu avant la mort d’Auguste : Plin., NH, 7, 33 ; Solin, 1, 51. Sous Claude : Act. Ap., 11, 27-28, (...)
  • 54 Tac., Ann., 14, 32, 1 ; Dion Cassius, ép. 62 = 62, 1, 2 ; Tac., Ann., 15, 7-8.
  • 55 Les prodiges accompagnant les défaites de Lollius et Varus : Iulius Obsequens, 71 ; Dion Cassius, (...)

14La fragilité de Rome n’était pas niée, elle était même claironnée dans les prodiges qui pouvaient aussi accompagner des famines53. Nous avons déjà vu des exemples de présages annonçant en fanfare les défaites militaires de Rome en Germanie ; d’autres ont été signalés en Bretagne, et en Arménie par exemple54. Cependant, il est nécessaire d’observer que si des défaites militaires et des famines pouvaient ainsi être individualisées et mises en exergue, c’était vraisemblablement parce que de telles situations étaient relativement rares, ou qu’il paraissait utile de les faire apparaître comme telles : elles nuançaient la prospérité du Principat augustéen, elles laissaient entendre qu’après Auguste le monde serait en deuil – et c’était assurément une proclamation hostile à Tibère –, ou que le dieu des chrétiens régissait le monde romain et donnait à ses fidèles la possibilité de prédire les calamités55.

  • 56 Suet., Nero, 46, 2.
  • 57 57, 18, 4-5 en 19 de notre ère et ép. 62 = 62, 18, 3-4 en 64 : en 19 et 64, fut connu et colporté (...)
  • 58 Suet., Dom., 23, 4.

15La hantise d’une décadence et d’une disparition de l’empire est manifeste dans les prodiges interprétés comme précurseurs d’une chute de Rome. Ce fut en rêve que, en 67 ou début 68, Néron aurait vu les statues des Nations, près du théâtre de Pompée, lui barrer la route56, et ce ne pouvait qu’être un présage funeste ; l’empire n’ayant pas été démantelé par les guerres de 68-69, ce fut rangé par Suétone parmi les signes annonciateurs de la mort de Néron. Des oracles « sibyllins », que Tibère puis Néron dénoncèrent comme faux, véhiculèrent la crainte d’une apocalypse. Il se trouve que, dans les vers rapportés par Dion Cassius57, la perte de Rome est liée à deux fléaux distincts, mais bien révélateurs de ce que les Romains considéraient comme les pires des crimes : une guerre civile, un matricide. C’est dire si, pour ceux qui ont colporté ces oracles ou mis ces faits par écrit, les valeurs civiques et morales sous-tendaient la puissance ; et la perte de ces valeurs pouvait mettre en danger la Ville. Et, quand Suétone rapporte un songe dans lequel Domitien aurait vu une loupe d’or pousser sur sa nuque et en aurait déduit qu’une période plus heureuse pour Rome arriverait après sa mort58, il est bien évident que le biographe tente de montrer que ce « tyran » se savait en contradiction avec les valeurs romaines qui seules pouvaient assurer la grandeur de Rome.

Une autoreprésentation – Les Romains se racontent

Rome forte et renaissante

  • 59 Andrew Wallace-Hadrill, « The Emperor and his Virtues », Historia, 30, 1981, p. 298-323.
  • 60 Suet., Aug., 91, 3 et Dion Cassius, 54, 4, 2-3 : Jupiter Capitolin lui reprochant d’écarter ses ad (...)
  • 61 Ovide, Fastes, 3, 329-348.
  • 62 Suet., D. Cl., 22, 2 ; Tac., Ann., 13, 24, 2. Un texte de Dion Cassius (ép. 67 = 67, 12, 1) est ég (...)

16Les présages concernant le pouvoir affirment donc l’attachement aux vertus romaines59. La pietas, vu la nature des phénomènes ici étudiés, est naturellement spécialement en exergue. Quand Auguste conversait en rêve avec Jupiter Capitolin60, il avait quelque aspect de Numa le roi pieux par excellence61 ; et ce rêve se traduisit matériellement par l’ajout de cloches au temple de Jupiter Tonnant, confirmant la prééminence du Capitolin et insérant le nouveau dieu dans le panthéon romain où il était gratifié d’une fonction – portier du Jupiter Capitolin. Le respect des rites ancestraux est visible dans les gestes attribués aux personnages responsables du culte public, aux princes en particulier : Claude, Néron, ont procédé à des rites de purification quand ils y furent invités par l’apparition d’oiseaux de mauvais augure ou après l’interprétation de foudres62.

  • 63 John Scheid, « La parole des dieux : l’originalité du dialogue des Romains avec leurs dieux », OPV (...)
  • 64 Entre autres Iulius Obsequens, 68 et 70.
  • 65 Par exemple Dion Cassius, 50, 8.
  • 66 Suet., Cal., 57, 7, Dom., 15, 3 ; Dion Cassius, ép. 67 = 67, 16. Cf. John Scheid, « La mort du tyr (...)
  • 67 Dion Cassius, 48, 43, 4-5, a placé le prodige juste avant son récit du mariage d’Octavien et Livie (...)
  • 68 Tac., Ann., 13, 58 en 58. Pline l’Ancien (NH, 15, 77) affirme que « c’est toujours un présage quan (...)
  • 69 Dion Cassius, ép. 61 = 60, 35, 1 : les portes du temple de Iuppiter Victor s’ouvrirent spontanémen (...)

17Selon les traditions républicaines, prodiges et calamités manifestant le courroux des dieux étaient répertoriés, inscrits dans les Annales et donc dans l’histoire. De même, les événements les plus violents du ier siècle du Principat furent mis, prodigieusement, en accord avec la volonté divine, ou du moins obtinrent ainsi l’aval des dieux63 : bien des signes annoncèrent la guerre civile64, des présages permettaient de savoir que l’alliance des triumvirs ne durerait pas65, Jupiter lui-même condamnait les princes qui furent assassinés66, etc. Les comportements les plus répréhensibles juridiquement et socialement – l’obtention violente de son premier consulat par Octavien, l’assassinat de Caligula ou de Domitien – devenaient ainsi conformes à un destin. Et les dieux continuaient à protéger, et distinguer, Rome et les Romains : une source d’huile surgie d’une auberge au bord du Tibre aurait coulé une journée entière proclamant la prospérité régnant sous Auguste, voire peut-être plus largement sous le Principat67 ; même sous Néron, le figuier Ruminal qui fut près de mourir produisit spontanément des rejetons68, affirmant ainsi que Rome était éminemment « vivante ». Les signes alarmants qui nous sont parvenus ont été interprétés comme l’annonce de péripéties certes graves, mais qui n’oblitéraient pas l’avenir. Ainsi, le départ des dieux était un phénomène très généralement associé à la chute d’une ville ou à la mort d’un homme ; or, avant la mort de Claude, d’Othon ou de Vitellius69, des dieux partirent et le montrèrent parfois clairement. Mais ce n’était pas un départ qui laissait vide le temple : rien ne prouve que les Romains aient procédé à quelque rite pour faire revenir Junon Capitoline, mais il est bien évident que la déesse était là sous les Flaviens… En un sens, la personnification du pouvoir sauvegardait la Ville : c’était le prince qui était menacé, Rome pouvait être éternelle.

  • 70 Iulius Obsequens, 70 : en 42 av. J.-C., une mule passa par les Douze Portes. En 32 selon Dion Cass (...)

18Dans les présages, Rome est une ville dans laquelle les dieux circulaient, arrivaient, dont ils partaient, se détournaient, qu’ils soutenaient ou désignaient. Conformément à la tradition, assurer le consensus avec leurs dieux demeurait une préoccupation des Romains, et il n’est pas sans intérêt de remarquer que les jeux du cirque ont donné lieu à de nombreux incidents qui furent chargés d’un sens second70 : nous ne pouvons être surpris par une telle utilisation de cet édifice, orné par Agrippa et Auguste, régulièrement réaménagé ou agrandi, et dans lequel étaient donnés des spectacles typiquement romains permettant de mettre en scène l’ordre du monde et les relations entre le peuple, les princes, et les dieux. L’histoire s’y faisait ou, plus exactement, elle y était montrée « en train de se faire ».

La tradition rejouée ou rénovée

  • 71 Tout particulièrement quand le résultat fut défavorable. Ainsi, en une liste non exhaustive : Plin (...)
  • 72 Marcel Le Glay, La religion romaine, Paris, 1971, p. 46-57. Jean Bayet, Histoire politique et psyc (...)
  • 73 Suet., Galba, 18, 5-6 (Fortuna l’a menacé en rêve de lui arracher les dons qu’elle lui a faits, il (...)
  • 74 Dion Cassius, 55, 31, 3, expose qu’Auguste fit un vœu à propos des Jeux mégalésiens du fait de vat (...)
  • 75 48, 43, 4-5.
  • 76 Liv., 32, 1 et 43, 13. Cf. Plin., NH, 17, 244 : « Ce sont aussi des prodiges quand les arbres nais (...)
  • 77 Val. Max., 1, 1, 7 : le feu éteint se rallume quand la vestale dépose son voile le plus précieux s (...)

19Que les dieux fussent régulièrement consultés, comme ils l’avaient toujours été sous la République, nous en avons des preuves par les traces que de telles cérémonies ont laissées dans les chroniques quand leur résultat fut jugé spécialement notable71. Le passage de la République au Principat a souvent été présenté comme une période de désaffection vis-à-vis des rites traditionnels72. Concernant l’histoire des princes du ier siècle, il est difficile d’abonder en ce sens. La perception en privé de signes et prodiges qui reçurent des significations personnelles – positives ou négatives – rend compte de la relative rareté des cérémonies expiatoires consignées dans les récits : un personnage à qui l’Empire était prédit n’avait aucune raison de conjurer le prodige permettant ce pronostic ; dans le cas de signes défavorables, deux récits transmis par Suétone donnent la certitude que des rites avaient lieu73, mais nous n’en sommes informés que parce qu’ils échouèrent. En revanche, quand les signes apparurent en public, nous savons de façon certaine que les règles respectées sous la République le furent aussi sous l’Empire : sur le plan religieux, la Rome du ier siècle de notre ère est conforme à ce qu’elle avait toujours été74. Quand, pour l’année 38 av. J.-C., parmi d’autres événements remarquables, Dion Cassius75 signale l’incendie de la cabane de Romulus et des vaticinations à propos de la Grande Mère des Dieux, il expose les mesures prises – très classiquement, une consultation des Livres et des cérémonies en conséquence – et précise que ce qui rassura la population fut la pousse spontanée de quatre palmiers : ce pourrait paraître bien extraordinaire et nouveau, que ce miracle rassurant, alors que les traditions romaines supposaient l’expiation des prodiges – y compris des pousses extraordinaires de palmier76. Mais la population n’avait besoin d’être rassurée que parce que les cérémonies pratiquées selon les prescriptions des Livres ne se déroulaient pas de manière pleinement satisfaisante, et l’effet bienfaisant de certains miracles était dans les traditions romaines : on songe, entre autres, aux vestales sauvées alors qu’elles avaient laissé s’éteindre le feu ou paru trop coquettes77.

  • 78 Suet., Aug., 95, 2 et Appien, BC, 3, 13, 94 : 12 vautours. Dion Cassius, 46, 46, 2-3 : 6 puis 12
    au (...)
  • 79 Tac., Ann., 4, 64, 3, en 27 de notre ère. Cf. Val. Max., 1, 8, 11, qui donne les dates consulaires (...)
  • 80 Tac., Ann., 15, 41, 2.
  • 81 Dion Cassius, ép. 62 = 62, 18, 4.
  • 82 Tac., Hist., 2, 91, 1.
  • 83 Suet, Cal., 57, 3-4, à propos de Caligula ; Tac., Hist., 1, 27, 1 ; Plutarque, Galba, 24-25 ; Suet (...)
  • 84 Suet, Cal., 57, 3-4, avant le meurtre de Caligula. Tac., Hist., 1, 27, 1 ; Plutarque, Galba, 24-25 (...)

20Les « signes », dans leur forme, ne différaient en rien sous l’Empire de ceux qui avaient été observés dans les siècles passés : quoi de plus banal qu’un vol d’oiseaux, un cri, un arbre qui pousse en un endroit imprévu, une foudre, une mort subite… ? Leur trivialité, loin de les faire passer inaperçus, permettait de souligner la continuité de la tradition : les douze vautours (ou six plus six, ou six plus douze) vus par le futur Auguste78 sont évidemment et consciemment dans la lignée des auspices originels de Rémus et Romulus. Moins souvent cité, le feu du Caelius – qui laissa intacte la statue de Tibère située dans la maison particulière d’un sénateur – fut mis en parallèle avec deux incendies qui auraient épargné celle de Claudia Quinta79, l’incendie de 64 apr. J.-C. fut « évidemment » un pendant de celui de 390 ou 386 av. J.-C.80, Néron fut fils d’Énée dans un « faux oracle » sibyllin81, Vitellius prit un édit concernant le culte public le jour anniversaire de l’Allia et la Cremere82 et cela ne pouvait que lui être fatal, etc. Également, la présence constante, insistante, du Capitole met bien en évidence la continuité du temps : Jupiter Capitolin était toujours, comme sous la République, le dieu des signes. Ce ne fut jamais Apollon qui annonça quelque événement à Rome : Apollon Palatin n’était que la maison du prince, un décor bien adapté à la production d’événements que l’on ne pouvait interpréter que par rapport aux princes83. L’Apollon du temple palatin n’a pas parlé : touché par la foudre84, il était montré par Jupiter dieu de la Foudre, et les Livres ne furent semble-t-il ouverts que pour les Jeux séculaires célébrés sous Auguste, puis en 64 à la suite du gigantesque incendie. S’il y eut bien sur le Palatin un lieu significatif supplémentaire sous l’Empire, il n’y eut pas pour autant bouleversement de la topographie religieuse et symbolique de Rome. Les dieux conservèrent leurs fonctions traditionnelles, ce qui ne les empêchait pas, tout aussi traditionnellement, de « foisonner ».

  • 85 NH, 2, 93-94 : Cometes in uno totius orbis loco colitur in templo Romae, admodum faustus Diuo Augu (...)
  • 86 Sénèque, QN, 7, 17, 2 ; Plin., NH, 2, 92 ; Calpurnius Siculus, 1, 72-83 ; Suet., D. Cl, 46, 1 ; Di (...)
  • 87 Ainsi des signes qui rattachèrent Auguste à Romulus (Suet., Aug., 95, 2 ; Appien, BC, 3, 13, 94 ; (...)
  • 88 Des présages évoquèrent Alexandre le Grand : Suet., Aug., 94, 7 – la prédiction est explicite –, A (...)
  • 89 Les signes évoquèrent souvent un prédécesseur : Annie Vigourt, ibidem, chap. VII.
  • 90 L’importance du consensus n’est plus à démontrer ; sur sa mise en scène symbolique, voir John Sche (...)
  • 91 Suet., Aug., 94, 12-13 ; Dion Cassius, 45, 2, 3.
  • 92 Plutarque, Cicéron, 44 ; Suet., Aug., 94, 14 ; Tertullien, De Anima, 46, 7 ; Dion Cassius, 45, 2, (...)
  • 93 Sur les liens établis entre Lutatius Catulus, Cicéron, et Auguste, cf. Annie Vigourt, Les présages (...)

21En revanche, Pline85 a bien affirmé que la comète de 44 av. J.-C., qui contribua à la mise de César au rang des dieux, avait fait de Rome une ville originale, puisque seule à adorer une comète. Par la suite, cette nouveauté a été réitérée jusqu’à devenir un lieu commun : l’apparition d’une comète annonçait la mort du prince et sa possible mise au rang des dieux86. La tradition se construisait en quelque sorte pierre par pierre, il suffisait de la rendre « englobante » : tradition de la Rome la plus ancienne87, souvenirs des royaumes hellénistiques88, histoire récente du Principat89, l’appropriation de tous ces passés, visible dans les signes, mettait bien en évidence la place de capitale du monde que jouait Rome réunissant en son sein tout ce qui était estimé et tout ce qui avait pu être vénéré. De telles imbrications entre le passé et le présent sont établies en un tissage parfois très serré, visant à assurer la cohésion qui permet le consensus90. Un exemple extrême est peut-être donné par les rêves attribués à Catulus91 et Cicéron92, à propos du futur Auguste : on peut se demander pourquoi ces deux opposants à César ont ainsi été mobilisés en faveur de son fils adoptif. Bien des hypothèses peuvent être élaborées, tenant à la personnalité des deux sénateurs républicains et au contexte politique et idéologique : tout cela sans aucun doute fut fondamental dans la genèse de ces récits ; mais peut-être faut-il aussi prendre en compte le fait que la maison de Catulus sur le Palatin appartint à Auguste qui l’engloba dans sa complexe habitation93. « Matériel » et « immatériel » s’appuyaient et contribuaient à lier fortement passé et présent.

Une vie politique intense

  • 94 Dion Cassius, 45, 17, 7, en 43 av. J.-C.
  • 95 Appien, BC, 4, 1, 4, en 43 av. J.-C.
  • 96 47, 40, 1-8 : en 42 av. notre ère, à Rome furent observés des prodiges solaires – le soleil parut (...)
  • 97 Dion Cassius, 45, 17, 9, en 43 av. notre ère.
  • 98 Dion Cassius, 47, 40, 2 en 42 av. J.-C., ép. 61 = 60, 35, 1 en 54 apr. J.-C.
  • 99 Dion Cassius, 53, 20, 1 en 27, 54, 1, 1-2 pour l’année 22 av. J.-C.
  • 100 Dion Cassius, 58, 26, 5.
  • 101 Suet., Otho, 8, 6 ; Tac., Hist., 1, 86, 2-5 ; Plutarque, Othon, 4, 10.
  • 102 Dion Cassius, 45, 17, 7 et 9 : en 43, des corbeaux entrèrent dans le temple des Castores et avec l (...)
  • 103 Dion Cassius, 54, 19, 7 : en 16 av. J.-C., un loup parcourut la via Sacra et pénétra sur le Forum (...)
  • 104 Suet., Tib., 72, 2 : des fourmis dévorèrent le serpent draco apprivoisé par Tibère, et cela signif (...)
  • 105 Dion Cassius, 57, 18, 4-5 et ép. 62 = 62, 18, 3-4 : un oracle prédisant la ruine de Rome en 19 et (...)

22Le plus souvent, les sites où les signes se seraient produits ne paraissent mentionnés que pour fournir des indices permettant de déchiffrer la signification des prodiges, qui ne les concernent pas directement : des chiens hurlèrent la nuit près de la maison du grand pontife94, et cela « signifia » que la République était menacée, des loups pénétrèrent sur le forum, et la royauté et l’esclavage étaient donc sur le point d’être rétablis95. Une liste des plus significatives se trouve ainsi dans Dion Cassius96 : pour celui qui comprenait les signes, la chute de la République était prévisible. En dépit de la mention de nombreux lieux au cours de cette énumération, de toute évidence la topographie et les monuments de Rome n’étaient pas, en eux-mêmes, plus intéressants que le licteur qui mourut subitement lors de la cérémonie du 1er janvier et dont nous ignorons le nom97. Ce qui comptait, c’était ce qu’ils pouvaient symboliser – le temple de Jupiter Victor, voué à Sentinum par Fabius Rullianus, situé vraisemblablement au nord-est du Palatin, surplombait les cortèges triomphaux dont le trajet justement passait par le Cirque et finissait au Capitole, les jardins de César et d’Antoine étaient ceux de personnages qui furent certes extrêmement impliqués dans cette « chute de la République », le temple de Cérès abritait des lois – ; leur forme, le matériau dont ils étaient constitués n’avaient aucune importance. Les signes attachés à ces édifices et lieux variés de Rome ne furent pas univoques ni stéréotypés : si la foudre frappant l’autel de Iuppiter Victor en 42 av. notre ère contribuait à annoncer la chute de la République, l’ouverture spontanée des portes du temple en 54 signifia la mort prochaine de Claude98 ; si la crue du Tibre en janvier 27 av. J.-C. passa pour présager la très grande puissance du nouvel Auguste ou en exiger une plus grande encore en 2299, en 36100 elle annonça la mort de Tibère et en mars 69 de notre ère elle fut de sinistre augure pour Othon101. D’une manière générale, on peut observer que quel que fût le lieu touché par un phénomène prodigieux, le prince pouvait être concerné : temples, maisons, jardins, rue, forum, Champ de Mars…, rien n’était a priori inadéquat. En revanche, le Sénat fut lié à la curie et aux consuls. Des rapprochements étaient possibles : le dictateur César ou les princes étant les premiers des sénateurs, un roitelet déchiré dans la curie ou un hibou sur le toit présageaient la mort de César ou d’Auguste comme le deuil du Sénat102. Le peuple globalement, c’est-à-dire la totalité des Romains, pouvait être l’objet d’un signe si ce dernier se produisait sur le forum ou la via Sacra103, mais la plèbe ne paraît pas avoir jamais été la cible d’un présage particulier – ce qui, s’agissant de signes concernant le pouvoir, n’a rien pour nous étonner – ; la population put cependant être évoquée prodigieusement – figurée par des fourmis104 –, et il arriva aussi qu’elle véhiculât elle-même un signe à propos de Rome – par exemple des « oracles sibyllins », une inondation ou une foudre105. La plèbe était un partenaire non négligeable.

  • 106 Tac., Hist., 2, 78, 3-4.
  • 107 Dion Cassius, 48, 21 : Titus Sextius et les événements de 40 av. J.-C. Tac., Ann., 11, 21 et Plin. (...)
  • 108 Nicolas de Damas, Vie de César (Auguste), 23-24 ; Suet., Iul., 81, Plutarque, César, 63 et 66 ; Di (...)
  • 109 Dion Cassius, 45, 17, 4-9 ; 47, 40, 1-8.
  • 110 Suet., Aug., 94, 15 ; Dion Cassius, 45, 2, 5-6 ; Dion Cassius, 56, 45, 2.
  • 111 Parmi bien d’autres exemples : Suet., Aug., 94, 12-13 : Tutela – Plutarque, Cicéron, 44 : chef pac (...)
  • 112 Parmi de multiples références, citons Suétone (Aug., 94, 3) qui a trouvé dans les écrits de Iulius (...)
  • 113 Suet., Aug., 94, 12-14 ; Dion Cassius, 45, 2 ; Plutarque, Cicéron, 44 : Iuppiter Optimus Maximus d (...)
  • 114 Pour César, références ci-dessus ; à propos de l’assassinat de Caligula : Suet., Cal., 57 et Dion (...)
  • 115 John Scheid, La religion des Romains, Paris, 1998, p. 124-128.

23Tout au long du siècle, les signes ne concernèrent pas exclusivement les princes et, comme par le passé, les magistrats et promagistrats pouvaient parfaitement recevoir des signes des dieux : ainsi Vespasien put-il croire les signes accomplis quand il obtint successivement le consulat et les insignes du triomphe106, un proconsul d’Afrique pouvait recevoir un signe en tant que tel107. Par les prodiges, des mutations furent introduites dans le destin de Rome. L’ampleur des textes racontant les présages liés à l’assassinat de César108 laisse entendre à quel point cet événement fut perçu comme un réel tournant, dont les prodiges mettent en évidence le caractère inéluctable, tandis que d’autres autorisent Antoine et Octavien à tirer vengeance de ce meurtre. De même, tous les signes qui furent réputés annoncer la chute de la République109, le déclin du Sénat110, la venue d’un tuteur, d’un chef, d’un pacificateur… quel que fût le titre attribué à ce sauveur de Rome111, plaçaient le Principat dans l’ordre des choses, dans l’ordre naturel puisque conforme aux destins connus des dieux112 – n’oublions pas qu’à Rome, ce que nous appelons « catastrophes naturelles » n’était pas naturel, mais contre nature. Le Capitole est mentionné dans de nombreux prodiges mis en relation avec divers princes113 : cela signifiait bien qu’un homme pouvait désormais symboliser la puissance du monde romain, et que le dieu-souverain installé sur cette colline à l’aube de la République jouait son rôle sans discontinuité, niant qu’il pût y avoir rupture entre la République et le Principat. Jupiter apparaissait lui-même en rêve, ou son temple était frappé par la foudre, et un rapport était établi entre le prince et la divinité : la proximité était parfois soulignée, mais aussi le rejet de l’un par l’autre quand le prince fut Caligula et qu’il fut considéré comme un tyran. Domitien exprima son exaspération quand on lui eut annoncé pendant huit mois des foudres qui finirent par toucher le Capitole, le temple de la famille Flavia et sa propre chambre au Palatin ; la conjonction des trois lieux est remarquable, qui permet d’associer la fonction de souveraineté à un individu caractérisé par son attache dynastique. Ainsi, morts brutales, assassinats, furent-ils « lus » dans les signes114, mais les dieux ne tuaient pas eux-mêmes et ne furent jamais réputés responsables d’un décès ; si des prodiges pointaient bien vers une personnalité – existante ou à venir – qui devait recevoir un imperium, être maître de toutes choses, ils ne donnaient aucune indication constitutionnelle : Rome n’était pas une cité théocratique et, si les dieux l’accompagnaient, ils ne la conduisaient pas. Seuls les hommes pouvaient insérer un événement politique dans le temps – eux seuls faisaient la guerre, tuaient un tyran, prenaient des édits… – : les dieux y étaient des « citoyens », ou peut-être plutôt des « patrons115 » qu’il fallait honorer, visiter, remercier, écouter, qui étaient des bienfaiteurs et des conseillers mais qui, conformément à leur statut supérieur, n’accomplissaient pas les « basses besognes ».

  • 116 Appien, BC, 4, 1, 4 : des haruspices consultés par le Sénat affirmèrent que les prodiges sur lesqu (...)
  • 117 Pour la royauté, ci-dessus notes 87 et 88. Pour la République : les rêves « de » Catulus et Cicéro (...)
  • 118 Dion Cassius, 47, 41, 2 : avant la bataille de Philippes, un Thessalien vint, sur l’ordre de Jules (...)
  • 119 Dion Cassius, 47, 40, 2.
  • 120 Ainsi, en Étrurie un grand serpent à deux têtes aurait été foudroyé, et à Rome, deux groupes d’enf (...)
  • 121 Suet., Cal., 57, 6 : les Fortunes d’Antium lui ayant conseillé de se méfier de Cassius, Caligula f (...)
  • 122 Dion Cassius, 50, 10 : en 31 av. notre ère, au théâtre, à Rome, un fou prit puis mit la couronne d (...)
  • 123 C’est ainsi que Flavius Josèphe (Ant. Jud., 19, 90-95) ne décrit le théâtre temporaire où furent r (...)
  • 124 Suet., D. Cl., 21, 3 : « Lors des jeux célébrés pour la dédicace du théâtre de Pompée qu’il avait (...)

24Les présages ne cachaient absolument pas que le « destin » de Rome ne faisait pas l’objet d’un consensus, que certains refusaient de s’y soumettre116, et que, factuellement, son accomplissement n’était pas toujours discernable. Ainsi, Auguste fut placé à la fois dans la ligne de la royauté et de la République117, conformément à ce qu’il a effectivement toujours affirmé, mais il fut aussi très nettement l’héritier de César118 – ce qu’Antoine fut aussi puisque la foudre sur les jardins de César et Antoine signalée en 42119 pourrait être une trace de l’action de ceux qui pensaient, craignaient, ou souhaitaient voir Antoine succéder à César. Antoine fut d’ailleurs très clairement l’égal d’Octavien dans certains signes120. Chaque transformation de la vie politique était accompagnée de présages, mais il ne faudrait pas en déduire que ces derniers étaient un « récit parallèle », une sorte de « métahistoire » expliquant ou justifiant tous les événements. La diversité des solutions politiques envisagées par les différentes factions est perceptible ; chaque tendance a sans aucun doute propagé ses propres « rumeurs prodigieuses », et certaines prophéties eurent des conséquences matérielles et politiques propres. Elles avaient assurément été répandues pour obtenir précisément des effets de cette sorte – songeons aux annonces de conspirations, aux diffusions d’horoscopes impériaux, qui mirent en péril la vie des devins et des aristocrates concernés121. L’histoire de Rome était dite, racontée, faite aussi dans les présages de pouvoir : ce ne fut probablement pas sans raison que bien des signes furent liés aux théâtres122. Le bâtiment en lui-même n’était pas intéressant pour la divination, et les auteurs n’ont aucun souci des possibles confusions ; nous ignorons dans quel édifice précisément fut observé un signe, sauf si nous sommes informés du lieu où devaient se tenir les jeux au cours desquels fut « vu » un présage123. Mais ce qui était joué au théâtre avait un sens immédiat et une « puissance » prodigieuse, à la fois parce que « voir » et surtout « dire » étaient les deux actes nécessaires à la constitution d’un présage, et parce que les représentations théâtrales étaient empreintes d’une valeur religieuse qui conférait une autorité à ce qui y était fait ou dit124.

  • 125 Sauf peut-être dans la chaîne d’or soutenant l’enfant Octave dans le rêve attribué à Cicéron : Sue (...)

25Les présages ne donnent pas de Rome une représentation caricaturale, qui aurait été à la gloire des princes ou des Romains. Rome – dans son ensemble, ou par l’intermédiaire d’un individu ou d’un groupe spécifique – avait une histoire à vivre, histoire que les hommes forts et les présages racontés par les hommes transformaient en destinée. Cette histoire n’était pas celle de la recherche d’un âge d’or auquel il aurait fallu revenir ; nous ne trouvons nulle allusion à cela125. Cette histoire était une lutte à poursuivre, un choix à faire sans cesse. La Ville n’avait rien d’un lieu-musée où tout aurait dû être préservé, et elle n’a pas été considérée comme parfaite et donc définitivement fixée à un moment donné. Dans les présages, Rome est certes dominatrice et triomphante mais non sans échecs, elle n’est pas une ville magnifique voulue par les dieux ; c’est un lieu qui connaît des vicissitudes, mais dont le destin importe aux divinités.

Notes

1 Déterminer la date de mise en circulation d’une anecdote prodigieuse a cependant été tenté, par exemple par Estelle Bertrand-Écanvil, « Présages et propagande idéologique : à propos d’une liste concernant Octavien Auguste », MEFRA, 106, 1994, p. 502-520 ; et Marcel Meulder, « C. Vibius Pansa : un guerrier impie selon Auguste », DHA, 21, 2, 1995, p. 247-273.

2 Suet., Aug., 94, 12 et Dion Cassius, 45, 2, 3 : après la dédicace du Capitole, Q. Lutatius Catulus aurait rêvé que Jupiter Capitolin remettait une image de Rome à un enfant en toge prétexte choisi parmi d’autres alors qu’ils jouaient, ou lors d’une procession vers le temple ; il aurait rêvé encore la nuit suivante, puis il aurait vu Octave et l’aurait reconnu pour l’enfant vu en songe. Or, Catulus mourut en 61 ou 60… et ne pouvait évidemment avoir reconnu le futur Auguste ni après la dédicace du Capitole ni plus tard puisque l’enfant ne naquit qu’en septembre 63. Gregor Weber, Kaiser, Traüme und Visionen in Prinzipat und Spätantike, Stuttgart, 2000, p. 155-157, pense qu’il s’agissait d’une statue allégorique du fait de l’emploi par Suétone et Dion des termes signum et eijkwvn, mais ces mots ne me paraissent pas suffisamment précis pour écarter toute hésitation ; des maquettes en terre cuite ont représenté certains édifices, et les plans peints ou gravés sous Auguste sont justement célèbres… toutes sortes de réalisations qui peuvent être désignées par ces deux mots.

3 Suet., Vesp., 5, 4 et Dion Cassius, 59, 12, 3 : Caligula mécontent de la saleté des rues de Rome, aurait ordonné – aux soldats selon Suétone – de jeter de la boue dans le pli de la toge prétexte de Vespasien alors édile ; cela aurait signifié qu’ » un jour, l’État foulé aux pieds et laissé à l’abandon par suite de troubles civils, se réfugierait sous sa protection et, pour ainsi dire, entre ses bras ».

4 Suet., Vesp., 5, 7 ; Tac., Hist., 2, 78, 3-4 et Dion Cassius, ép. 65 = 66, 1, 3 : sur une terre appartenant à ses ancêtres, un cyprès qui s’était abattu par temps calme selon Suétone – du fait d’un vent violent selon Dion Cassius – se releva le lendemain « plus vert et plus solide ».

5 Paul, Commentaire sur l’Édit, L. 54, cité par Jean Gaudemet, Droit privé romain, Paris, 1998, p. 353-354. Voir Elena Cassin, Le semblable et le différent, symbolismes du pouvoir dans le proche-orient ancien, Paris, 1987, qui évoque pages 281-294 la motte de terre comme symbole de cession immobilière.

6 Par exemple : Plin., NH, 15, 77-78, 16, 234-237, 17, 244 – dans les références reportant à l’Histoire naturelle, les chapitres ne seront pas signalés et le premier chiffre renverra au livre, le second au paragraphe – ; Plutarque, Romulus, 20, 5-8. Par exemple, Dominique Briquel, « Trois études sur Romulus », R. Bloch & F. Bader (dir.), Recherches sur les religions de l’Antiquité classique, Genève-Paris, 1980, p. 301-319.

7 Dion Cassius, 49, 15, 2.

8 Liv., 1, 55 et Plutarque, Publicola, 13 : la tête trouvée lors du terrassement pour les fondations du temple, le gonflement du char de terre cuite destiné à orner le toit et commandé à des artisans de Véies. Cf. Philippe Borgeaud, « Du mythe à l’idéologie. La tête du Capitole », MH, XLIV, 1987, p. 86-100.

9 Suet., Aug., 29, 4 et Dion Cassius, 49, 15, 5 : le temple d’Apollon fut élevé dans une partie de la maison du Palatin qui avait été frappée par la foudre et que le dieu, selon la réponse des haruspices, réclamait pour lui.

10 Suet., Aug., 29, 5 : Auguste « consacra un temple à Jupiter Tonnant parce qu’il avait été épargné par la foudre qui, au cours de son expédition contre les Cantabres, lors d’une marche de nuit, avait effleuré l’avant de sa litière et tué l’esclave la précédant avec un flambeau ».

11 Franca Landucci Gattinoni, « Iuppiter Tonans », Fenomeni naturali e avvenimenti storici nell’Antichità, CISA, XV, Milan, 1989, p. 139-153, a vu en cet édifice un geste diplomatique d’Auguste, préoccupé d’obtenir la faveur des Galates dont il venait de tranformer le royaume en province. La démonstration, appuyée sur la linguistique et la numismatique, n’emporte pourtant pas la conviction.

12 Dion Cassius, 45, 17, 8.

13 Dion Cassius, 48, 14, 5-6. G.Weber, Kaiser, Traüme und Visionen in Prinzipat und Spätantike, op. cit., p. 323, suit une hypothèse de R. E. A. Palmer et songe au temple de Iuno Martialis.

14 Plin., NH, 15, 136-137, rapporte l’anecdote prodigieuse, et ne signale pas la disparition du bois et des poules en 68 ; en revanche, il affirme que les lauriers des triomphes impériaux furent cueillis dans ce bosquet de la villa ad Gallinas. Suet., Galba, 1, 2-3, Dion Cassius, 48, 52, 4 et ép. 63 = 63, 29, 3 : le brin de laurier fut à l’origine d’un bois, et la poule eut une abondante progéniture mais lauriers et poules moururent en 68. Suétone (Galba, 1, 1) précise que chaque prince planta un arbre dans le bois, et qu’au décès de chaque prince, son arbre mourait. Aurélius Victor, 5, 17, ne transmet que l’aspect dynastique : le bois de laurier et les poules moururent peu avant le suicide de Néron.

15 Suet., Aug., 91, 3 et Dion Cassius, 54, 4, 2-3 avec une variante : selon l’historien, Auguste aurait ajouté une cloche à la statue, alors que Suétone a signalé des clochettes sur le toit.

16 Tac., Ann., 15, 38-44.

17 Suet., Vesp., 5, 4 : Arbor quoque cupressus in agro auito

18 Annapaola Zaccaria Ruggiu, Spazio privato e spazio pubblico nella città romana, coll. EFR 210, Rome, 1995, p. 27-54.

19 Bruce MacBain, Prodigy and Expiation : a Study in Religion and Politics in Republican Rome, coll.
« Latomus », n° 177, Bruxelles, 1982, p. 30.

20 Plin., NH, 15, 136-137 ; Suet., Galba, 1, 2 ; Dion Cassius, 48, 52, 4.

21 Jane Clark Reeder, « The Statue of Augustus from Prima Porta, the underground complex, and the omen of the gallina alba », AJPh, 118, 1997, p. 89-118.

22 Selon Dion Cassius, Livie aurait considéré que cet incident était « favorable », alors que d’autres (mais qui exactement Dion désignait-il ainsi ?) comprirent que Livie avait la puissance d’Octavien ; selon Suétone, Galba, 1, 3, et Aurélius Victor, 5, 17, le dépérissement du bois et des poules en 68
marqua la fin de la famille des Césars ; Dion Cassius, ép. 63 = 63, 29, 3, écrit que la mort des lauriers et des poules signifiait que Néron était le dernier descendant d’Énée et d’Auguste. Les princes furent individualisés puisque chacun y planta un arbre, ce qui n’empêche pas que ce bois dont les rameaux servaient à orner les triomphes avait certes un caractère public (Plin., NH, 15, 137).

23 Suet., Galba, 4, 6-7 : c’était un présage d’Empire.

24 Dion Cassius, 57, 18, 3.

25 Récemment : M. Linder & John Scheid, « Quand croire c’est faire. Le problème de la croyance dans la Rome ancienne », Archives de Sciences sociales des religions, 81, 1993, p. 47-62. Déjà Raymond Bloch, Les prodiges dans l’Antiquité classique, Paris, 1963, p. 88, mettait l’accent sur les mesures prises pour « ramener le calme dans le monde et dans les cœurs ».

26 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane, 5, 13. Pourtant, les devins consultés auparavant auraient essayé d’établir un rapport entre l’enfant à trois têtes et la Sicile ; Apollonios aurait affirmé qu’ » il y aura trois empereurs romains […] ; mais aucun n’obtiendra totalement le pouvoir ; deux d’entre eux périront après avoir régné dans Rome même, l’autre dans les provinces limitrophes de Rome, et ils quitteront leur personnage plus vite que les tyrans de tragédie ».

27 Plutarque, Apophtègmes des Romains, Auguste, 15.

28 Suet., Aug., 94, 2, à Vélitres ; Suet., Galba, 9, 5-6, en Espagne ; Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, 6, 5, 312-313 ; Tac., Hist., 5, 13, 4-5 ; et Suet., Vesp., 4, 9-10, en Judée.

29 Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, 3, 8, 401 et 4, 10, 622-625 ; cf. Suet., Vesp., 5, 9, Dion Cassius, ép. 65 = 66, 1, 4, Eusèbe/Jérôme, Chr., 14e année de Néron.

30 Suet., Galba, 9, 5 : […] eadem illa carmina sacerdos Iouis Cluniae ex penetrali somnio monitus eruerat ante ducentos annos similiter a fatidica puella pronuntiata (dans la ville de Clunia le prêtre de Jupiter, averti par un songe, avait retiré du sanctuaire le même oracle rendu de façon identique deux cents ans auparavant par une jeune fille ayant le don de prophétie).

31 Jacqueline Carabia, « Les présages dans les Vies des Douze Césars de Suétone », Trames, II, 1977, p. 20.

32 Suet., Vesp., 23, 8.

33 Plin., NH, 2, 98-99 ; Dion Cassius, 45, 17, 5 ; Iulius Obsequens, 78.

34 Dion Cassius, ép. 64 = 65, 8, 1.

35 Dion Cassius, 56, 29, 3, Eusèbe/Jérôme, Chr., 56e année d’Auguste.

36 NH, 2, 180.

37 Tac., Hist., 4, 54, 4. Cf. Monique Clavel-Lévêque, « Mais où sont les druides d’antan ? Tradition religieuse et identité culturelle en Gaule », DHA, 11, 1985, p. 577-580.

38 Plin., NH, 7, 46.

39 Suet., Dom., 16, 1.

40 Suet., Aug., 94, 5 ; Dion Cassius, 45, 1, 3.

41 Histoire romaine, 56, 24, 2-5.

42 Le désastre de Lollius fut tout autant annoncé en fanfares selon Iulius Obsequens, 71.

43 Suet., Nero, 46, 2 : les statues des Nations lui barraient le passage.

44 Annie Vigourt, Les présages impériaux d’Auguste à Domitien, Paris, 2001, p. 23-74.

45 Respectivement : le Pô dans Dion Cassius, 45, 17, 7, parmi bien d’autres manifestations prodigieuses. – La prédiction en Thrace : Suet., Aug., 94, 7. – En 68, en Égypte et Lycie : Dion Cassius, ép. 63 = 63, 26, 5. – À Syracuse : Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane, 5, 13.

46 Plutarque, Sur les sanctuaires dont les oracles ont cessé, 17. Cf. Philippe Borgeaud, « La mort du Grand Pan. Problèmes d’interprétation », RHR CC.1, 1983, p. 3-39.

47 Phlégon de Tralles, fr. 36, 6 éd. F. Jacoby : Dii ; ’Alexikavkwi (bwmov.")

48 Ann., 14, 12, 2, en 59.

49 Tac., Ann, 4, 64, 1-4.

50 On peut rapprocher cette réaction des craintes manifestées lors d’un départ d’Auguste, et la joie exprimée lors de ses retours : cf. Dion Cassius (54, 19, 7) en 16 av. J.-C. au moment du départ vers les Gaules, et Suétone (Aug., 57, 5) pour les retours de province.

51 Suet., Nero, 19, 1-2 : « […] il y renonça le jour même de son départ, troublé à la fois par un scrupule religieux et par la menace d’un danger. En effet, comme après sa visite des temples il s’était assis dans celui de Vesta, lorsqu’il voulut se lever il fut d’abord retenu par le pan de sa toge, puis il s’éleva une brume si dense qu’il ne pouvait rien distinguer » ; et Tac., Ann., 15, 36 : en 64 apr. J.-C.
« à l’occasion de ce départ, il monta au Capitole. Là, il adora les dieux ; mais, étant entré aussi dans le temple de Vesta, il se mit soudain à trembler de tous ses membres, soit que la déesse l’eût épouvanté, soit que le souvenir de ses crimes ne le laissât jamais à l’abri de la crainte, et il abandonna son projet, ne cessant de répéter que tous ses désirs avaient pour lui moins de poids que l’amour de la patrie. Il avait vu, disait-il, les visages attristés de ses concitoyens, il entendait leurs plaintes secrètes à l’idée qu’il allait entreprendre un si long voyage… »

52 Suet., Otho, 8, 6 ; Tac., Hist., 1, 86, 2-5 ; Plutarque, Othon, 4, 10. Cette énorme inondation pourrait plutôt être comparée aux mises en garde non écoutées par Crassus avide de combattre les Parthes.

53 Peu avant la mort d’Auguste : Plin., NH, 7, 33 ; Solin, 1, 51. Sous Claude : Act. Ap., 11, 27-28, cf. Eusèbe/Jérôme, Chr., 4e année de Claude.

54 Tac., Ann., 14, 32, 1 ; Dion Cassius, ép. 62 = 62, 1, 2 ; Tac., Ann., 15, 7-8.

55 Les prodiges accompagnant les défaites de Lollius et Varus : Iulius Obsequens, 71 ; Dion Cassius, 56, 24, 2-5. – Les famines sous Auguste : Dion Cassius, 55, 31, 3, et la crainte d’une réaction violente de la part du peuple ; Plin., NH, 7, 33, rapporte un signe de famine peu avant la mort d’Auguste sans faire de commentaire, mais Solin, 1, 51, en fait un signe de deuil : Huius tamen suprema quasi lugeret saeculum, penuria insecuta est frugum omnium : ac ne fortuitum quod acciderat uideretur, inminentia mala non dubiis signis apparuerunt : nam Fausta quaedam ex plebe partu uno edidit quattuor geminos, mares duos, feminas totidem, monstruosa fecunditate portendens futurae calamitatis indicium… (Toutefois, comme si le siècle eût pleuré ses derniers moments, une disette de tous les fruits survint aussitôt ; et pour que cela ne parût pas fortuit, des signes certains annoncèrent l’approche de ces calamités : une femme du peuple nommée Fausta eut quatre jumeaux d’une seule couche, deux garçons et deux filles, présageant par cette fécondité monstrueuse les malheurs qui devaient arriver…) Act. Ap., 11, 27-28, et Eusèbe/Jérôme, Chr., 4e année de Claude, ont un ton bien différent de Suétone (D. Cl., 18, 3-4) et Dion Cassius (60, 11), qui louent les initiatives prises par Claude pour subvenir aux besoins de Rome et ne rangent pas les famines au rang de prodiges.

56 Suet., Nero, 46, 2.

57 57, 18, 4-5 en 19 de notre ère et ép. 62 = 62, 18, 3-4 en 64 : en 19 et 64, fut connu et colporté un oracle selon lequel « après trois fois trois cents ans, la guerre civile à Rome amène la ruine » ; en 64, un autre annonça que « dernier des fils d’Énée, un matricide régnera ».

58 Suet., Dom., 23, 4.

59 Andrew Wallace-Hadrill, « The Emperor and his Virtues », Historia, 30, 1981, p. 298-323.

60 Suet., Aug., 91, 3 et Dion Cassius, 54, 4, 2-3 : Jupiter Capitolin lui reprochant d’écarter ses adorateurs, Auguste répondit qu’il avait placé là Jupiter Tonnant en tant que portier. Le lendemain, il fit placer des clochettes sur le toit – ou une cloche sur la statue selon Dion.

61 Ovide, Fastes, 3, 329-348.

62 Suet., D. Cl., 22, 2 ; Tac., Ann., 13, 24, 2. Un texte de Dion Cassius (ép. 67 = 67, 12, 1) est également révélateur du maintien inchangé de tous les rites, dont nous ne sommes informés que s’il se produisait un incident : le 1er janvier 91, les consuls Vlpius Traianus et Acilius Glabrio entrèrent en charge et reçurent les mêmes signes, mais à Glabrio ils annonçaient la mort alors qu’à Trajan ils promettaient l’Empire.

63 John Scheid, « La parole des dieux : l’originalité du dialogue des Romains avec leurs dieux », OPVS, VI-VII, 1987-1989, p. 125-136, a bien montré que, dans le processus de divination, le silence des dieux pouvait être compris comme un acquiescement : les divinités auraient disposé de moyens moins contestables pour manifester leur opposition au projet d’un humain.

64 Entre autres Iulius Obsequens, 68 et 70.

65 Par exemple Dion Cassius, 50, 8.

66 Suet., Cal., 57, 7, Dom., 15, 3 ; Dion Cassius, ép. 67 = 67, 16. Cf. John Scheid, « La mort du tyran.
Chronique de quelques morts programmées », Du châtiment dans la cité, coll. EFR 79, 1984, p. 177-193.

67 Dion Cassius, 48, 43, 4-5, a placé le prodige juste avant son récit du mariage d’Octavien et Livie le 17 janvier 38, Orose, Hist., 6, 18, 34 et 6, 20, 6 en 36 av. J.-C., Eusèbe/Jérôme, Chr., 3e année d’Octavien (en 41 av. J.-C.). Les auteurs chrétiens lièrent le Principat d’Auguste avec la naissance du Christ. Pour ces deux derniers récits, Hervé Inglebert, Les Romains chrétiens face à l’histoire de Rome. Histoire, christianisme et romanité en Occident dans l’Antiquité tardive (iiie-ve siècles), coll.
Études augustiniennes 145, Paris, 1996, p. 571-572.

68 Tac., Ann., 13, 58 en 58. Pline l’Ancien (NH, 15, 77) affirme que « c’est toujours un présage quand (le figuier ruminal) se dessèche, et les prêtres ont soin d’en planter un nouveau ». Cette opération ne fut même pas nécessaire en 58 puisque des rejetons le firent reverdir, ce qui laisse augurer de la vitalité de Rome pourtant sous la coupe d’un « tyran ».

69 Dion Cassius, ép. 61 = 60, 35, 1 : les portes du temple de Iuppiter Victor s’ouvrirent spontanément en 54. Tac., Hist., 1, 86, 1 : un fantôme s’élança hors de la cella de Iuno capitoline en février ou mars 69. Dion Cassius, ép. 64 = 65, 8, 2 : en 69, de nuit, le temple de Jupiter sur le Capitole s’ouvrit avec bruit et on trouva le lendemain des empreintes gigantesques se dirigeant hors du temple.
Tacite, Hist., 5, 13, 4-5, signale le même phénomène pour la chute du temple de Jérusalem : les portes s’ouvrirent et une voix cria : « Les dieux s’en vont. »

70 Iulius Obsequens, 70 : en 42 av. J.-C., une mule passa par les Douze Portes. En 32 selon Dion Cassius (50, 8), la tensa de Jupiter se brisa dans le Cirque, et en 31 (50, 10), un chien y tua et dévora un autre chien lors de courses de chevaux. Le 23 septembre 13 de notre ère, un possédé s’est assis sur la chaise de Jules César et a mis sa couronne, lors d’une course de chevaux (Dion Cassius, 56, 29, 1). En 36, le feu qui ravagea l’Aventin et les alentours du Cirque annonçait la mort de Tibère (Dion Cassius, 58, 26, 5). Selon Tacite (Ann., 11, 11, 2) l’enthousiasme de la plèbe en faveur du futur Néron lors des Jeux troyens donnés dans le Cirque en 47 fut un présage. Que les éléphants du char d’Auguste se soient arrêtés au niveau des sièges des sénateurs, était un prodige lié au meurtre d’Agrippine selon Dion Cassius (ép. 62 = 61, 16, 4). Le Principat de Vespasien aurait été annoncé par un rêve dans lequel Néron se vit en train de mener la tensa de Jupiter chez Vespasien puis, selon Suétone (Vesp., 5, 10), dans le Cirque. Le monument peut être mentionné et donner lieu à interprétation sans avoir été lui-même le théâtre d’un incident : selon Dion Cassius (47, 40, 4 et 6), en 42 av. J.-C., le char de Minerve se brisa entre le Cirque et le Capitole, et les édiles plébéiens offrirent des combats de gladiateurs en l’honneur de Cérès, au lieu de jeux dans le Cirque. Cf. par exemple Monique Clavel-Lévêque, « L’espace des jeux dans le monde romain : hégémonie symbolique et pratique sociale », ANRW, 2, 16, 3, Berlin-New York, 1986, p. 2405-2563.

71 Tout particulièrement quand le résultat fut défavorable. Ainsi, en une liste non exhaustive : Pline l’Ancien (NH, 11, 189) signale que le foie de la victime manqua le 1er janvier 41 quand Caligula revêtit le consulat, et aussi en octobre 54, le mois de la mort de Claude ; Suet., Nero, 46, 4 : au moment où Néron prenait les auspices, Sporus aurait offert un anneau orné du rapt de Proserpine, et 56 : Néron n’obtint pas la litatio lors d’un sacrifice ; Suet., Galba, 18, 7 : au moment où Galba prenait les auspices, les poulets sacrés s’envolèrent ; Suet., Otho, 7, 4 : au moment où il prenait les auspices, un orage éclata et Othon s’écroula. Mais il ne faut pas négliger les consultations dont le résultat fut considéré comme très brillant, bien que cette mention soit moins fréquente : Suet., Aug., 95, 2 : c’est lors de la prise d’augures de son premier consulat qu’Octavien aurait vu douze vautours ; Florus, 2, 17, 9 (4, 7) : avant la première bataille à Philippes les oiseaux, dans le camp césarien, furent favorables.

72 Marcel Le Glay, La religion romaine, Paris, 1971, p. 46-57. Jean Bayet, Histoire politique et psychologique de la religion romaine, Paris, 1973, p. 163-164.

73 Suet., Galba, 18, 5-6 (Fortuna l’a menacé en rêve de lui arracher les dons qu’elle lui a faits, il tenta de l’apaiser) ; Otho, 7, 4 (Othon, ayant rêvé que Galba le précipitait à terre et le chassait, essaya d’apaiser ses mânes).

74 Dion Cassius, 55, 31, 3, expose qu’Auguste fit un vœu à propos des Jeux mégalésiens du fait de vaticinations susceptibles d’inquiéter la population à un moment où la guerre et les difficultés d’approvisionnement sévissaient. Suétone (D. Cl., 22, 2) et Tacite (Ann., 13, 24, 2) signalent les purifications de Rome par Claude et Néron à la suite de prodiges.

75 48, 43, 4-5.

76 Liv., 32, 1 et 43, 13. Cf. Plin., NH, 17, 244 : « Ce sont aussi des prodiges quand les arbres naissent en des lieux extraordinaires… » Mais un palmier poussé dans les joints des dalles devant la maison d’Auguste fut transplanté dans son atrium (Suet., Aug., 92, 3).

77 Val. Max., 1, 1, 7 : le feu éteint se rallume quand la vestale dépose son voile le plus précieux sur le foyer. – Claudia Quinta trop coquette, justifée par Cybèle : Hérodien, 1, 11. – Tuccia accusée d’incestum, absoute parce qu’elle a transporté de l’eau dans un crible : Val.Max, 8, 1, 5 ; Plin., NH, 28, 12.

78 Suet., Aug., 95, 2 et Appien, BC, 3, 13, 94 : 12 vautours. Dion Cassius, 46, 46, 2-3 : 6 puis 12
autres vautours. Iulius Obsequens, 69 : 6 puis 6 autres vautours.

79 Tac., Ann., 4, 64, 3, en 27 de notre ère. Cf. Val. Max., 1, 8, 11, qui donne les dates consulaires des deux « miracles » : 111 av. notre ère et 3 apr. J.-C.

80 Tac., Ann., 15, 41, 2.

81 Dion Cassius, ép. 62 = 62, 18, 4.

82 Tac., Hist., 2, 91, 1.

83 Suet, Cal., 57, 3-4, à propos de Caligula ; Tac., Hist., 1, 27, 1 ; Plutarque, Galba, 24-25 ; Suet., Galba, 19, 1 ; et Otho, 6, 3, à propos de Galba et Othon. E. Bertrand-Écanvil, « Présages et propagande idéologique : à propos d’une liste concernant Octavien Auguste », MEFRA, 106, 1994, p. 499-500, pense que dans le songe de son père (Suet., Aug., 94, 8), qui vit son fils portant les attributs de Jupiter Capitolin et une couronne radiée, dans le char du triomphe attelé de douze chevaux blancs « Octave est représenté en Apollon-Sol avec les attributs de Jupiter : l’annonce du triomphe du fils d’Apollon est explicite ». Mais le port d’une couronne radiée ne suffit sans doute pas à désigner comme « fils » d’Apollon, et il ne me semble pas impossible de comprendre aussi qu’Octave est représenté en Jupiter avec une couronne solaire… Or, les soleils dans les présages d’Empire, évoquent un personnage qui est revêtu du pouvoir, de la puissance suprême – et non pas Apollon – : Annie Vigourt, Les présages impériaux d’Auguste à Domitien, op. cit., p. 126-127.
En outre, même s’il put être mis en rapport avec la légende de la naissance prodigieuse d’Octave, le temple d’Apollon in Circo n’apparaît jamais dans les signes au cours de la période qui nous intéresse ici.

84 Suet, Cal., 57, 3-4, avant le meurtre de Caligula. Tac., Hist., 1, 27, 1 ; Plutarque, Galba, 24-25 ; Suet., Galba, 19, 1 ; et Otho, 6, 3, en 69.

85 NH, 2, 93-94 : Cometes in uno totius orbis loco colitur in templo Romae, admodum faustus Diuo Augusto iudicatus ab ipso, qui incipiente eo apparuit ludis, quos faciebat… Le seul lieu du monde où une comète soit l’objet d’un culte est un temple de Rome : cette comète, que le divin Auguste a jugée de si bon augure pour lui, apparut au début de sa vie publique, lors des jeux qu’il célébrait…

86 Sénèque, QN, 7, 17, 2 ; Plin., NH, 2, 92 ; Calpurnius Siculus, 1, 72-83 ; Suet., D. Cl, 46, 1 ; Dion Cassius, ép. 61 = 60, 35, 1 : en 54. Tac., Ann., 14, 22, 1 : en 60. Suet., Nero, 36, 1-3 : en 64. Dion Cassius, ép. 64 = 65, 8, 1 en 69. Suet., Vesp., 23, 8 : en 79.

87 Ainsi des signes qui rattachèrent Auguste à Romulus (Suet., Aug., 95, 2 ; Appien, BC, 3, 13, 94 ; Dion Cassius, 46, 46, 2-3 ; Iulius Obsequens, 69 : le présage des vautours en 43 est le plus net, mais le récit d’une conception divine lors du sommeil de sa mère – Suet., Aug., 94, 4 et Dion Cassius, 45, 1, 2 – est une variation sur le viol de Rhéa Silvia, et il y en aurait d’autres encore), Numa (comme cet illustre prédécesseur, Auguste eut une conversation avec Jupiter Capitolin :
Suet., Aug., 91, 3 et Dion Cassius, 54, 4, 2-3), Servius Tullius (la naissance divine) ou Camille (en rêve, son père le vit sur un char lauré attelé de douze chevaux blancs… : Suet., Aug., 94, 8) parmi bien d’autres.

88 Des présages évoquèrent Alexandre le Grand : Suet., Aug., 94, 7 – la prédiction est explicite –, Apollonides, Anth. Palat., 9, 287 et Suet., Tib., 14, 5 : un aigle s’est posé sur le toit de Tibère à Rhodes. Mais il y eut aussi des signes évoquant Philippe de Macédoine : Flavius Josèphe, Ant. Jud., 19, 95 et Suet., Cal., 57, 9 : à propos du meurtre de Caligula. En 30 av. J.-C., Cléopâtre envoya à Octavien les insignes du pouvoir royal qui était le sien : Dion Cassius, 51, 6, 5-6. La bibliographie est immense ; entre autres, Estelle Bertrand-Écanvil, « Présages et propagande idéologique : à propos d’une liste concernant Octavien Auguste », MEFRA, 106, 1994, p. 490-491, Agnès Molinier, « Philippe le bon roi de Cicéron à Sénèque », REL, 73, 1995 [1996], p. 60-79, Annie Vigourt, Les présages impériaux d’Auguste à Domitien, op. cit., p. 265-275.

89 Les signes évoquèrent souvent un prédécesseur : Annie Vigourt, ibidem, chap. VII.

90 L’importance du consensus n’est plus à démontrer ; sur sa mise en scène symbolique, voir John Scheid & Jesper Svenbro, Le métier de Zeus. Mythe du tissage et du tissu dans le monde gréco-romain, Paris, 1994, p. 49-58.

91 Suet., Aug., 94, 12-13 ; Dion Cassius, 45, 2, 3.

92 Plutarque, Cicéron, 44 ; Suet., Aug., 94, 14 ; Tertullien, De Anima, 46, 7 ; Dion Cassius, 45, 2, 2.

93 Sur les liens établis entre Lutatius Catulus, Cicéron, et Auguste, cf. Annie Vigourt, Les présages impériaux d’Auguste à Domitien, op. cit., p. 400-404, et sur la maison de Lutatius Catulus au Palatin, cf. Manuel Royo, Domus Imperatoriae, topographie, formation et imaginaire des palais impériaux au Palatin (iie s. av. J.-C.-fin Ier s. apr. J.-C.), BEFAR 303, Rome, 1999, p. 55 et 79-80.

94 Dion Cassius, 45, 17, 7, en 43 av. J.-C.

95 Appien, BC, 4, 1, 4, en 43 av. J.-C.

96 47, 40, 1-8 : en 42 av. notre ère, à Rome furent observés des prodiges solaires – le soleil parut tantôt très gros tantôt très petit, il brilla la nuit, on vit trois soleils –, des foudres tombèrent en de nombreux lieux et frappèrent l’autel de Iuppiter Victor, des torches furent visibles dans le ciel, des bruits de trompettes, d’armes, et des cris furent entendus dans les jardins de César et d’Antoine, un chien vivant tira et enterra un chien mort près du temple de Cérès, un nouveau-né naquit avec vingt doigts, une mule mit bas un monstre, le char de Minerve se brisa lors de la procession le ramenant du Cirque au Capitole, des oracles circulèrent et au mont Albain la main droite et l’épaule de Jupiter suèrent du sang, le préfet de la Ville célèbrait les Féries latines et les édiles de la plèbe offraient des jeux de gladiateurs pour les Jeux de Cérès.

97 Dion Cassius, 45, 17, 9, en 43 av. notre ère.

98 Dion Cassius, 47, 40, 2 en 42 av. J.-C., ép. 61 = 60, 35, 1 en 54 apr. J.-C.

99 Dion Cassius, 53, 20, 1 en 27, 54, 1, 1-2 pour l’année 22 av. J.-C.

100 Dion Cassius, 58, 26, 5.

101 Suet., Otho, 8, 6 ; Tac., Hist., 1, 86, 2-5 ; Plutarque, Othon, 4, 10.

102 Dion Cassius, 45, 17, 7 et 9 : en 43, des corbeaux entrèrent dans le temple des Castores et avec leur bec ôtèrent des lettres aux noms des consuls Antoine de Dolabella qui figuraient sur des tablettes, et le 1er janvier, un licteur du consul Vibius mourut au cours de la cérémonie. Suet., Iul., 81, 6 : le roitelet portant en son bec un brin de laurier, déchiré par d’autres oiseaux dans la curie de Pompée à la veille du meurtre de César. Dion Cassius (56, 29, 3) signale qu’en 14 de notre ère, un hibou ululait sur la curie trouvée fermée quand les sénateurs voulaient prononcer des vœux pour la guérison d’Auguste – et cela présageait la mort d’Auguste –, et que (56, 45, 2) lors du retour du corps d’Auguste à Rome, le consul Sextus Pompeius fut blessé et dut être ramené sur une civière, ce qui annonçait le déclin du Sénat ; en outre, après le décès d’Auguste, lors de la première réunion du Sénat, un hibou posé et ululant sur le toit de la curie présageait une dégradation de la situation.

103 Dion Cassius, 54, 19, 7 : en 16 av. J.-C., un loup parcourut la via Sacra et pénétra sur le Forum et tua des gens, des fourmis se rassemblèrent sur le Forum ; la population fut inquiète, et on prononça des prières pour le retour d’Auguste.

104 Suet., Tib., 72, 2 : des fourmis dévorèrent le serpent draco apprivoisé par Tibère, et cela signifiait que Tibère devait craindre la foule.

105 Dion Cassius, 57, 18, 4-5 et ép. 62 = 62, 18, 3-4 : un oracle prédisant la ruine de Rome en 19 et en 64, un autre annonçant que « dernier des fils d’Énée, un matricide régnera » en 64
– L’inondation de 22 av. J.-C. en même temps que des foudres et une épidémie : Dion Cassius, 54, 1, 1-2 – Une comète en 60 : Tac., Ann., 14, 22, 4.

106 Tac., Hist., 2, 78, 3-4.

107 Dion Cassius, 48, 21 : Titus Sextius et les événements de 40 av. J.-C. Tac., Ann., 11, 21 et Plin., Ep., 7, 27, 2-3 : l’extraordinaire destin de Curtius Rufus, qui lui aurait été annoncé par une femme plus qu’humaine.

108 Nicolas de Damas, Vie de César (Auguste), 23-24 ; Suet., Iul., 81, Plutarque, César, 63 et 66 ; Dion Cassius, 44, 17. Et parmi les poètes : Virgile, Georg., 1 ; Horace, Odes, 1, 2, 1-24 ; Tibulle, 2, 5, 69-82.

109 Dion Cassius, 45, 17, 4-9 ; 47, 40, 1-8.

110 Suet., Aug., 94, 15 ; Dion Cassius, 45, 2, 5-6 ; Dion Cassius, 56, 45, 2.

111 Parmi bien d’autres exemples : Suet., Aug., 94, 12-13 : Tutela – Plutarque, Cicéron, 44 : chef pacificateur, et Tert., De Anima, 46, 7 : pacificateur.

112 Parmi de multiples références, citons Suétone (Aug., 94, 3) qui a trouvé dans les écrits de Iulius Marathus affranchi et secrétaire d’Auguste que quelques mois avant la naissance du jeune Octave, dans un lieu public de Rome se produisit un prodige annonçant que la nature allait enfanter un roi pour le peuple romain.

113 Suet., Aug., 94, 12-14 ; Dion Cassius, 45, 2 ; Plutarque, Cicéron, 44 : Iuppiter Optimus Maximus dans les rêves attribués à Catulus et Cicéron – Suet., Aug., 91, 3 et Dion Cassius, 54, 4, 2-3 : Jupiter Capitolin dans le rêve d’Auguste – Consolatio ad Liuiam, 400-405 : la foudre toucha le Capitole et la maison de César, présageant la mort de Drusus fils de Livie – Suet., Cal., 57.7 : I.O.M. qui, dans le rêve de Caligula, repousse le prince avec le gros orteil de son pied droit – Tac., Ann., 12, 64, 1 : un essaim se pose sur le Capitole et cela annonce la mort de Claude – Suet., Nero, 46, 4 : le 3 janvier 68, les clefs du Capitole demeurèrent longtemps introuvables, et cela présageait la mort de Néron – Tac., Hist., 1, 86, 1 et Plutarque, Othon, 4, 7-8 : une statue de Victoria dans le vestibule du Capitole perdit les rênes de son char, et c’était un signe fâcheux pour Othon – Dion Cassius, ép. 64 = 65, 8, 2 : le temple de Jupiter sur le Capitole s’ouvrit de nuit avec fracas, et des empreintes gigantesques se dirigeant vers l’extérieur furent trouvées le lendemain, signifiant la mort de Vitelius – Suet., Dom., 15, 3 et 7, 23, 3 : la foudre frappe le Capitole, Domitien voit en rêve Minerve sortir de son temple et lui exposer son impuissance car Jupiter l’a désarmée (cf. Dion Cassius, ép. 67 = 67, 16.1), une corneille se pose sur le Capitole.

114 Pour César, références ci-dessus ; à propos de l’assassinat de Caligula : Suet., Cal., 57 et Dion Cassius, 59, 29 ; le meurtre de Domitien : Suet., Dom., 15 et Dion Cassius, ép. 67 = 67, 16. Les morts brutales de Drusus fils de Livie : Dion Cassius, 55, 1 et Consolatio ad Liuiam, 400-405 –
de Germanicus fils de Drusus : Dion Cassius, 57, 18, 3, Plin., NH, 8, 185, Solin, 32, Ammien Marcellin, 22, 14, 8.

115 John Scheid, La religion des Romains, Paris, 1998, p. 124-128.

116 Appien, BC, 4, 1, 4 : des haruspices consultés par le Sénat affirmèrent que les prodiges sur lesquels ils étaient interrogés annonçaient le retour à la royauté et à l’esclavage ; pour éviter un tel destin, le plus âgé des haruspices retint sa respiration et mourut. Tac., Ann., 6, 48, 3 : L. Arruntius prédit que le Principat de Caligula serait tyrannique et préféra mourir.

117 Pour la royauté, ci-dessus notes 87 et 88. Pour la République : les rêves « de » Catulus et Cicéron, déjà observés, mais aussi le récit de la naissance miraculeuse puisque Tite Live, 26, 19, 6-8, rapporte que Scipion l’Africain aurait été conçu par un énorme serpent qu’on vit auprès de sa mère.

118 Dion Cassius, 47, 41, 2 : avant la bataille de Philippes, un Thessalien vint, sur l’ordre de Jules César qu’il avait vu en rêve, annoncer à Octavien la date du combat et lui conseiller de porter un objet qui avait appartenu à César dictateur.

119 Dion Cassius, 47, 40, 2.

120 Ainsi, en Étrurie un grand serpent à deux têtes aurait été foudroyé, et à Rome, deux groupes d’enfants se seraient appelés Antoniens et Césariens avant de se combattre – les Césariens auraient gagné – : Dion Cassius, 50, 8. Plus loin dans son récit, en 50, 10, Dion signale que dans le Cirque, lors d’une course de chevaux, un chien aurait tué et dévoré un autre chien. Antoine n’est pas distingué d’Octavien autrement que par le succès de l’un sur l’autre : les « objets de comparaison »
sont équivalents de part et d’autre – deux groupes d’enfants, deux chiens, deux têtes d’un même serpent.

121 Suet., Cal., 57, 6 : les Fortunes d’Antium lui ayant conseillé de se méfier de Cassius, Caligula fit tuer Cassius Longinus alors proconsul d’Asie. Dion Cassius, 59, 29, 4 : parce qu’un certain Apollonios avait prédit en Égypte, son pays natal, la mort de Caligula, ce dernier le jugea et le condamna à mort mais il fut sauvé par le meurtre de Caius. Tac., Ann., 15, 47, 2 : à Plaisance, près de la route, un veau qui était né la tête sur la cuisse permit aux haruspices de prédire qu’une conjuration se formait contre Néron, mais que le secret en était mal gardé ; ce récit est situé par Tacite en 64, avant la découverte de la conjuration de Pison. Suet., Dom., 15, 8 et Dion Cassius, ép. 67 = 67, 16, 3 : à Rome, un devin (Asclétarion, astrologue selon Suétone) ayant annoncé la mort de Domitien, le prince interrogea puis fit exécuter cet homme qui avait en outre prédit son propre destin. Un certain Larginus Proculus qui, en Germanie, aurait annoncé le jour de la mort de Domitien, aurait été sauvé par l’assassinat de ce dernier, et Nerva lui aurait remis quatre cent mille sesterces : Dion Cassius, ép. 67 = 67, 16, 2. Nerva justement, mis en péril par des astrologues qui prédisaient son avenir impérial, fut sauvé par un astrologue annonçant son proche décès : Dion Cassius, ép. 67 = 67, 15, 5-6.

122 Dion Cassius, 50, 10 : en 31 av. notre ère, au théâtre, à Rome, un fou prit puis mit la couronne de Jules César avant d’être déchiré par la foule. Plutarque, Antoine, 60, 5 : au théâtre, à Athènes, un tourbillon de vent arracha la statue de Dionysos ; or, Antoine était Néos Dionysos. Selon Dion Cassius, 50, 15, 3, dans ce même théâtre, ce furent les statues d’Antoine et de Cléopâtre qui furent renversées. Selon beaucoup de Romains et Flavius Josèphe, Ant. Jud., 19, 94-95, mais sans que Suétone (Cal., 57, 9) y crût, le meurtre de Caligula aurait été annoncé par des signes au théâtre où des acteurs de seconds rôles auraient ensanglanté la scène pour se faire remarquer, où il aurait été prévu de donner une scène située aux enfers avec des acteurs Éthiopiens et Égyptiens, où le mime Mnester aurait dansé la même pièce que celle qui avait été donnée lors de l’assassinat de Philippe de Macédoine. Le Principat de Néron se prêtait spécialement à ce genre de signe : Tac., Ann., 15, 34, 1 ; Suet., Nero, 46, 6. En 61 selon Tacite (Ann., 14, 32, 1), à Camulodunum, des plaintes entendues dans le théâtre auraient annoncé la ruine de la colonie romaine au cours de la révolte de Boudicca. Et au cours d’un spectacle – mais avait-il lieu au théâtre ? –, Titus pleura abondamment aux yeux de tous, ce qui fut un présage de sa mort (Suet., Titus, 10, 2).

123 C’est ainsi que Flavius Josèphe (Ant. Jud., 19, 90-95) ne décrit le théâtre temporaire où furent repérés des signes de l’assassinat de Caligula que parce que ce fut précisément le lieu du meurtre.

124 Suet., D. Cl., 21, 3 : « Lors des jeux célébrés pour la dédicace du théâtre de Pompée qu’il avait restauré après sa destruction partielle par le feu, il siégea sur un tribunal dressé dans l’orchestre, après avoir offert un sacrifice dans les temples de l’étage supérieur, d’où il descendit par le milieu des gradins, tous les spectateurs demeurant assis et gardant le silence. » Cette phrase, qui ne figure pas dans un chapitre consacré à l’attitude religeuse de Claude, mais à sa générosité et ses dons au peuple, est révélatrice. Sur le théâtre lieu des fêtes impériales, récemment Stéphane Benoist, La Fête à Rome au premier siècle de l’Empire. Recherches sur l’univers festif sous les règnes d’Auguste et des Julio-Claudiens, coll. « Latomus », n° 248, Bruxelles, 1999, p. 263-267.

125 Sauf peut-être dans la chaîne d’or soutenant l’enfant Octave dans le rêve attribué à Cicéron : Suet., Aug., 94, 14 et Dion Cassius, 45, 2, 2. Cette chaîne d’or a fait couler beaucoup d’encre. Pierre Lévêque, Aurea catena Homeri. Une étude sur l’allégorie grecque, Annales littéraires de l’université de Besançon, 27, Paris, 1959, p. 31, écarte toute allusion au texte d’Homère. Walter Deonna, « La légende d’Octave Auguste, dieu sauveur et maître du monde », RHR, 84, 1921, p. 188-189, y vit le système de suspension d’oscilla ; L. Herrmann, « L’enfant à la chaîne d’or », REA, 36, 1933, p. 47-50, ayant rapproché les textes de la quatrième églogue de Virgile et du De Natura Deorum, 2, 1153-1156, conclut à une utilisation ironique. Robin S. Lorsch, Omina imperii ; the Omens of Power received by the Roman Emperors from Augustus to Domitian, their religious Interpretation and political Influence, Microfilm Ann Arbor, 1993, p. 66-70, y trouve une allusion au triomphe d’Antoine, et au texte d’Homère.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search