Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rome, les Césars et la ville

 | 
Nicole Belayche

Deuxième partie. Une cathedra imperii à la mesure du prince

L’Vrbs, les provinces et l’Empire de César à la mort de Commode. Autour de la notion de capitale

Patrick Le Roux

Texte intégral

1Pline l’Ancien, pour s’excuser de ne pas être en mesure de rendre compte, comme il conviendrait, de l’illustration exceptionnelle des peuples de l’Italie et des multiples lieux qui la signalaient ni de confectionner un ouvrage digne de si nombreux mérites, s’interrogeait :

  • 1 Nh, 3, 40 (CUF, trad. H. Zehnacker). Sauf indications contraires les traductions utilisées sont, p (...)

« Mais comment faire ? Tant de gloire en ces lieux, – qui pourrait les évoquer tous ? – tant de célébrité chez chaque chose et chaque peuple ! On en reste saisi. La ville de Rome à elle seule dans cet ensemble, comme un visage qui mérite d’être porté par une si belle encolure, en quel ouvrage faudrait-il donc la décrire1 ? »

  • 2 Voir infra, n. 5.
  • 3 La formule n’a pas de caractère officiel et est surtout connue par ses prolongements chrétiens qui (...)
  • 4 Nh, 23, 39. Même si le propos se rapporte à l’Italie, il est évident que c’est à Rome qu’il revien (...)

2Outre l’idée du caractère irréaliste de la tâche, on retient l’image de la tête, l’urbs Roma, dont le cou serait l’Italie et – cela va sans dire – le corps le reste de l’Empire. Au sens métaphorique, la capitale est en effet le caput, la tête de l’ensemble territorial2 constitué du centre italien, des provinces et des états-clients ou alliés, le lieu où résident et siègent ceux qui ont la charge de gouverner et de conserver l’imperium : elle est Roma sedes imperii3. La ville de Rome est placée géographiquement au sommet en signe de domination, car c’est à elle qu’il revient d’organiser et de faire vivre les communautés et les populations qu’elle a réunies sous son autorité au cours de l’histoire, avec l’aide imprescriptible des dieux. Elle est devenue le centre unique de l’Empire, « una cunctarum gentium in toto orbe patria fieret4 ».

  • 5 La formule caput imperii ne se trouve guère appliquée à Rome, ce qui se comprend, car seul l’emper (...)
  • 6 Voir le propos attribué à Ti. Claudius Pompeianus par Hérodien, Histoire des empereurs romains, 1, (...)
  • 7 Voir par exemple C. Nicolet, Rendre à César. Économie et société dans la Rome antique, Paris, 1988(...)
  • 8 Stace, Silves (trad. H. Izaac), utilise magna Roma à plusieurs reprises : 1, 1, 65 ; 3, 5, 76 ; 5, (...)

3Cependant, comme il était logique, l’expression Roma caput imperii n’est attestée qu’indirectement dans les textes, et est absente sur les inscriptions et les monnaies aux deux premiers siècles de l’Empire5. L’Empire romain était en effet politiquement bipolaire – Roma et Augustus –, ce dont rendent compte aussi les déplacements de l’empereur et le transfert à sa suite des instruments de gouvernement6. Comme la notion de capitale, la structure profonde de l’Empire romain ne se laisse pas réduire à quelques définitions simples, en témoigne l’historiographie depuis Th. Mommsen7. La géographie et ses usages proposent la meilleure propédeutique à l’histoire de l’état impérial, à l’enquête sur les significations et les degrés de la centralisation des décisions et du fonctionnement administratif d’un Empire étendu de l’Écosse au Sahara et de l’Euphrate à l’Atlantique. À partir du centre romain et italien, se dessinaient, en cercles concentriques, des territoires provinciaux et des cités provinciales. Ces entités politico-administratives, fixées et reconnues par le vocabulaire romain, quels que fussent les emprunts aux Grecs ou aux peuples locaux, exprimaient la majesté incontestée de la Ville par excellence8 et contribuaient à la renforcer.

  • 9 C’est volontairement que je laisserai de côté les étrangers et provinciaux dont l’étude pose d’aut (...)

4Les échos de la présence des provinces dans les lieux urbains9, les nomenclatures utilisées, le jeu des relations directes sont autant d’incitations à cerner les notions de capitale, de centre, d’empire et de gouvernement impérial. Dans quelle mesure la Ville, espace monumental, lieu géographique, ensemble topographique offrait-elle un discours cohérent sur le contrôle de Rome sur ses provinces et sur les pratiques administratives de la monarchie impériale ? Les provinciae étaient-elles autre chose que des circonscriptions arbitraires, adaptées à une forme d’administration originale ? N’étaient-elles pas, dans une certaine mesure, les auxiliaires indispensables de la suprématie géographique d’une ville dont l’histoire et la croissance même reflétaient et perpétuaient leur richesse et leur diversité ? Que peuvent nous apprendre, en d’autres termes, les structures et les fonctions urbaines de Rome sur les relations de la capitale et de ses provinces en tant que telles ?

La Ville dans l’Empire

  • 10 Dion Cassius, 52, 19, 6 (sur l’égalité avec les « alliés » et l’empire comme cité unique) et 30, 1 (...)

5L’Empire romain n’était pas une construction territoriale étatique au sens moderne de l’État-nation. Ce n’était pas davantage « un agglomérat inconstitué de peuples désunis ». À l’image du pouvoir des imperatores depuis Pompée et plus encore de celui d’Auguste, la domination de Rome sur les territoires conquis relevait autant du fait que du droit, de la paix durablement établie que de traités dûment signés, de l’arbitraire d’une auctoritas légitimée par la volonté divine que des commoda du peuple romain – c’est-à-dire des citoyens –. La solidarité plutôt que l’unité des composantes ne dépendait que de la volonté romaine alliée à la fidélité des conquis et n’était pas inscrite dans une constitution approuvée par un vote collectif. Les provinces relevaient juridiquement du contrôle périodique d’un magistrat du peuple romain et non d’une annexion en bonne et due forme10.

  • 11 Aelius Aristide, Éloge de Rome (= Aristide, Éloge), 13 : « Ce qu’on ne voit pas ici ne fait pas pa (...)
  • 12 Voir la mise au point d’E. Lo Cascio, Il princeps e il suo impero. Studia di storia amministrativa (...)
  • 13 Moatti, Raison, p. 249. A. Giardina, Perimetri, dans Roma antica, p. 27-34. Voir aussi Dion Cassiu (...)
  • 14 À la suite de la division en régions, les trente-cinq tribus, comme le montrent les inscriptions, (...)
  • 15 Les provinces sont assurément, durant la période, des circonscriptions définies selon une base ter (...)

6La métaphore du caput participait à un système de représentation politique et géographique marqué par la hiérarchisation des espaces engendrée par l’histoire. L’idée de centre romain d’où tout partait et vers où tout convergeait – Aelius Arisitide disait qu’il était impossible de trouver hors de Rome ce qui n’existait pas dans la Ville11 – s’imposait religieusement, au point que le pomœrium, la limite sacrée de la ville proprement dite, pouvait se dilater ou non, depuis Sylla, au fur et à mesure des conquêtes12 et que l’espace intrapomérial symbolisait le domaine civique par excellence – l’espace de la cité – qu’on ne quittait pas ou ne pénétrait pas sans rites ni autorisation13. Au-delà de l’Vrbs, depuis longtemps exempte d’un territoire propre ou ager14, commençait l’Italie dont le statut n’était pas celui d’un territoire de cité, car la péninsule était répartie entre 434 communautés – municipes et colonies – autonomes, peuplées de citoyens romains et propriétaires d’un territoire bien délimité et garanti par l’autorité romaine. Tout ce qui n’était pas l’Italie constituait les provinces dont le nombre variait avec les conquêtes, mais aussi les découpages plus ou moins durables, toujours délicats à interpréter15. Plus loin encore, les états-clients étaient au service de l’empire et y étaient donc intégrés. Ils échappaient partiellement au monde barbare qui englobait indistinctement des empires et royaumes et des peuples sans organisation ni institutions communes de type civique.

  • 16 Nicolet, Inventaire, p. 27-40. Le problème d’un progrès des connaissances et d’un nouvel esprit «  (...)
  • 17 Sur l’Vmbilicus : F. Coarelli, Guide archéologique de Rome, Paris, rééd. 2001 [1994] (= Coarelli, (...)
  • 18 Nicolet, César, p. 295 ; id., Inventaire, p. 206-207. Malgré les sources, qui reflètent des projet (...)
  • 19 Le texte des RGDA indique dès le départ que les actions ont été entreprises dans l’intérêt des Rom (...)
  • 20 acite, Hist., 1, 4, 2 : evulgato imperii arcano posse principem alibi quam Romae fieri.

7C’est avec Cicéron puis Auguste, maître unique des décisions, que prit définitivement forme l’idée de la domination œcuménique de Rome. La Ville rassemblait désormais sous son égide toutes les terres habitées ; de sa puissance et de sa conservation dépendaient la paix et la stabilité de tous ; elle était le caput orbis, le centre du monde. Ce n’était pas ignorance de la réalité ou de la géographie, mais conscience que rien ne concurrençait sérieusement la puissance romaine vouée à la conquête universelle, désormais étendue à tous les continents et ouverte sur la terre entière décrite par les géographes16. Le romanocentrisme affleure en permanence et ce n’est pas par hasard qu’Auguste fit placer au Forum romain, pendant de l’Vmbilicus – le nombril du monde – un milliaire d’or énumérant les distances des principales villes et point de départ fictif de toutes les routes de l’Empire17. Si jamais César ou Antoine avaient envisagé de déplacer la capitale à Alexandrie18, les Res Gestae ne laissaient aucun doute sur la volonté d’Auguste de maintenir indéfectiblement à Rome le centre unique et « bipolaire » de l’orbe des terres19. Lors de la crise de l’empire en 68-69 apr. J.-C., le contrôle et la reconnaissance de Rome apparurent comme la condition indispensable à la conquête du pouvoir. La formule tacitéenne des Histoires révélant qu’un empereur pouvait être proclamé ailleurs qu’à Rome20 exprimait l’inquiétude du sénateur devant la trop grande liberté de manœuvre dont disposaient de fait les chefs d’armée, mais elle rappelait à propos que rien ne pouvait être tenu pour achevé hors de Rome.

  • 21 Malgré G. Alföldy, Provincia Hispania Superior, Heidelberg, 2000, p. 28-31. En effet, les appellat (...)
  • 22 Le cas de Tibère, qui ne remit plus les pieds à Rome de 26 à sa mort en mars 37 et choisit alors d (...)
  • 23 L’urbs aeterna est déjà présente chez Tibulle. Roma aeterna, dont la dimension est à la fois relig (...)

8Plus prosaïquement, la géographie administrative enregistrait sans ambiguïté aucune et de manière immédiate la vision romaine de l’Empire : la Gaule cisalpine en Italie se distinguait de la Gaule transalpine au-delà des Alpes ; l’Espagne ultérieure était plus éloignée de Rome que l’Espagne citérieure, sans référence à la chronologie de la conquête, et, sous Domitien, la Mésie inférieure désignait la partie la plus lointaine tandis que la Mésie supérieure devait son qualificatif à une plus grande proximité de Rome ; enfin, la Dacie supérieure d’Hadrien tirait sa dénomination du fait qu’elle était atteinte la première en venant de la capitale et non de sa situation par rapport au cours du Danube, critère étranger à la classification romaine des territoires provinciaux21. Dans le couple placé à la tête du monde romain, la Ville s’affirma toujours davantage comme l’élément stable, le point fixe, quand bien même l’empereur, appelé par des tâches militaires ou administratives à l’autre bout de l’Empire, pouvait l’abandonner durant de longues années22, ce qui ne se produisit que rarement de César à la mort de Commode et ne mit jamais en question la place de Rome comme siège et résidence officielle du pouvoir impérial. En négatif, le thème de l’Éternité de Rome – Roma aeterna –, présent dès le iie siècle sur des monnaies, mais surtout diffusé dans la période postérieure à Commode, dénotait la supériorité effective de la ville-cité devenue maîtresse du monde et maîtresse du temps grâce à l’empereur23.

  • 24 Le choix du Palatin, la plus centrale des collines de Rome, par Auguste, tenait non seulement au f (...)
  • 25 R. Bianchi Bandinelli, Rome. Le centre du pouvoir. L’art romain des origines à la fin du deuxième (...)
  • 26 Dion Cassius, 52, 1-40.
  • 27 Sur le mos ou tradition, Moatti, Raison, p. 32-33. Les rapports du mos avec la loi situent bien le (...)
  • 28 Voir l’expression statio paterna pro republica du s.-c. de Cn. Pisone patre (AE, 1996, 885) à laqu (...)

9L’empereur avait établi sa résidence principale et permanente dans la Ville désignée par les dieux et l’histoire24. Ce simple fait soulignait que là était le « centre du pouvoir », selon le titre bien choisi d’un volume de R. Bianchi Bandinelli25, que l’empereur, en recréant Rome, avait refondé la domination de l’Vrbs, renouvelé le contrat passé avec les dieux protecteurs de la communauté. Les débats sur la nature du régime, sur les rapports que l’empire pouvait entretenir avec un état moderne ou une monarchie absolutiste mettent désormais volontiers l’accent sur le discours confronté au droit et aux réalités politiques. Sans entrer dans le détail des discussions juridiques autour de la souveraineté, alimentées par les lacunes et les déformations ou incertitudes des sources, on constate que le pouvoir forgé patiemment par le premier empereur s’inspirait à la fois des précédents pompéiens et césariens, des réflexions cicéroniennes sur la res publica et des idées échangées dans l’entourage du triumvir Octave dans les années trente et après Actium, dont les discours d’Agrippa et de Mécène chez Dion Cassius constituent un écho, même simplifié26. La question posée à une communauté politique étrangère à l’idée de constitution écrite et intangible27 était celle de la meilleure forme de gouvernement qui pût dispenser de recourir, comme par le passé, à des solutions improvisées et contestées en cas de difficultés ou de crise grave. Fort de sa victoire militaire, Auguste, avec habileté et souplesse, proposa une construction adaptée à la situation politique née des guerres civiles. On ne saurait définir d’un mot le régime augustéen – l’expression statio augusta offre une image parlante28. Le fils adoptif de César avait imposé au-dessus du Sénat et du peuple, c’est-à-dire de la res publica, sa propre personne, son auctoritas, afin de protéger et conserver l’imperium populi Romani et d’assurer la continuité des institutions de la cité qui n’avait jamais été une république au sens moderne. La position d’Auguste dans la communauté des citoyens romains et dans l’Empire était prééminente et reposait sur des pouvoirs fondés juridiquement et inspirés des formules familières aux sénateurs et au peuple. Seuls le cumul et l’absence de limitation collégiale ou pomériale plaçaient l’empereur hors d’atteinte des institutions traditionnelles et de leurs représentants. La charge de la cité et de l’empire incombait à un homme et à sa famille tant qu’ils sauraient s’en montrer dignes.

  • 29 Voir J.-L. Ferrary, « À propos des pouvoirs d’Auguste », CCG, 12, 2001 (= Ferrary, « Pouvoirs »), (...)
  • 30 Ferrary, ibid., insiste à juste titre sur le fait que l’imperium d’Auguste était un imperium consu (...)
  • 31 On rappellera avec Millar, ERW, p. 12, que Marc Aurèle à Sirmium se considérait comme absent de Ro (...)

10Les deux piliers institutionnels du pouvoir de l’empereur étaient, dès 23 av. J.-C., l’imperium et la tribunicia potestas. À l’évidence, la puissance tribunicienne n’était pas strictement cantonnée au pomœrium et à la limite du premier mille, pas plus que l’imperium n’était exclu du périmètre sacré de la Ville. La puissance des tribuns donnait à l’empereur, outre le droit d’agir cum plebe ou cum populo et de présider le Sénat, le pouvoir de se porter au secours de tous les citoyens romains où qu’ils se soient trouvés et de les protéger contre l’arbitraire ou l’injustice, mais aussi de les poursuivre et de les faire arrêter29. Le droit de coercition, d’auxilium et la sacro-sainteté voyageaient avec le titulaire impérial. L’imperium, quel que fût son qualificatif30, attribuait au prince le commandement sur les armées et les provinces, était défini comme supérieur (maius quam) à celui des autres magistrats concernés, n’était pas déposé ou rendu chaque fois que l’empereur se trouvait à l’intérieur du pomœrium. Ce faisant, il ne s’agissait pas de conférer à Auguste à Rome même un pouvoir consulaire qu’il venait d’abandonner, mais de lui conserver le contrôle des provinces en qualité de proconsul et d’imperator alors qu’il résidait dans son palais intrapomérial. La tradition « républicaine » avait fait de Rome le lieu obligatoire de toute activité politique. Auguste avait cherché à s’en affranchir partiellement pour pouvoir concilier dans sa personne responsabilité dans la res publica et responsabilité à l’échelle de l’Empire. Le statut de capitale reconnu à la ville de Rome dépendait clairement de la volonté du titulaire du pouvoir31.

  • 32 L’historiographie insiste aujourd’hui sur le caractère monarchique dès l’origine du pouvoir mis en (...)
  • 33 Nicolet, Inventaire, p. 159-179 et 201-223.
  • 34 Stace, Silv., 5, 1, 75-100, décrit, sous Domitien, l’immensité des tâches administratives qui inco (...)
  • 35 Sur les actes législatifs de l’empereur et son activité d’administrateur, Millar, ERW, p. 203-259.
  • 36 Voir les tableaux chronologiques de H.-G. Pflaum, Abrégé des procurateurs équestres, adaptation fr (...)
  • 37 W. Eck, L’Italia nell’impero romano. Stato e amministrazione in epoca imperiale, Bari, trad. ital. (...)
  • 38 La correspondance de Pline le Jeune, légat de Pont et Bithynie, et de Trajan, bien qu’exceptionnel (...)

11Officiellement l’empereur pouvait connaître de toutes les questions relatives à la vie de la cité et de l’Empire. D’Auguste à Commode, les virtualités monarchiques et autoritaires contenues dans le régime augustéen ne firent que se dévoiler et s’affirmer par le biais des différents empereurs, chacun à leur manière, sans que cela ait induit inéluctablement des comportements tyranniques et arbitraires de la part des Césars32. Il y allait davantage de la mise en place d’instruments de contrôle réclamés par la nécessité de faire coexister désormais la res publica et l’Auguste. L’essor des archives, l’établissement de documents statistiques et de registres divers à des fins fiscales, militaires ou judiciaires ne furent pas une innovation de l’empire. Toutefois, la monarchie impériale, dès Auguste, donna un tour systématique à une entreprise d’inventaire sans précédent connu et fixa les règles d’une administration centralisée mais non bureaucratique33. Censé tout contrôler34, l’empereur s’est efforcé de créer des normes et de répartir les tâches tout en s’assurant, avec le temps, le monopole de la loi35. Peu à peu, des bureaux centraux ont acquis des compétences définies pour aider l’empereur dans ses décisions : ce furent, à partir de Claude, le bureau des requêtes ou a libellis, des enquêtes judiciaires ou a cognitionibus, des comptes financiers ou a rationibus, des études et recherches préparatoires ou a studiis, de la correspondance ou ab epistulis. Hadrien dédoubla ce dernier en ab epistulis latinis et ab epistulis graecis et institua un bureau a memoria à côté de l’a studiis36. La circulation des informations et l’accumulation d’archives écrites prirent de l’importance et le service des véhicules (vehiculatio) devenu ensuite la poste impériale (le cursus publicus), institué dès Auguste, joua un rôle croissant dans la transmission des nouvelles ou dépêches et le déplacement des serviteurs de l’empereur37. Si on ajoute que les armées étaient installées à la périphérie de l’Empire, on observe que le fonctionnement de l’administration reposait sur un incessant va-et-vient entre Rome et l’empereur et les diverses régions ou provinces de l’Empire38.

  • 39 Strabon, 17, 3, 25 ; Dion Cassius, 53, 12-13 ; Gaius, Instit., 2, 7. La question essentielle tourn (...)
  • 40 Ferrary, « Pouvoirs », insiste sur la continuité formelle et met en exergue le res publica restitu (...)
  • 41 Ferrary, « Pouvoirs », qui remarque l’usage du seul imperium consulare dans les RGDA, pouvoir qu’o (...)
  • 42 Voir parmi d’autres, le sénatus-consulte AE, 1996, 885, l. 34-36. Voir aussi Ferrary, « Pouvoirs »
  • 43 Dion Cassius, 53, 13.
  • 44 F. Millar, « “Senatorial” Provinces : an institutionalised Ghost », Ancient World, 20, 1989, p. 93 (...)
  • 45 L’Égypte apporte un éclairage essentiel sur la naissance des provinces impériales proprement dites (...)
  • 46 Ce n’est pas par hasard que le sénatus-consulte de Cn. Pisone patre devait être affiché dans les c (...)

12Les provinces, y compris après le partage de 27 av. J.-C., restaient officiellement les provinces du peuple romain39, reconnu par là même comme le peuple conquérant, source et instrument de la conquête. Ces provinciae populi Romani (ce qu’on rendra par « provinces publiques ») étaient normalement confiées à un consul ou proconsul à pouvoir consulaire depuis la République40. Sans entrer dans le détail de la chronologie, il apparaît qu’Auguste privilégia le système républicain du proconsulat, c’est-à-dire l’attribution d’un gouvernement provincial à un ancien préteur ou un ancien consul41. En bonne logique, Auguste lui-même, dans ses provinces, agissait aussi en qualité de proconsul, conclusion qu’autorise le texte de Dion Cassius et la notion même d’imperium maius quam42. Toutefois, disposant de plusieurs territoires provinciaux en même temps, il ne pouvait les gouverner directement, d’où l’envoi de délégués ou legati pro praetore Augusti dotés d’un nombre de faisceaux inférieur à celui des proconsuls, qu’ils fussent ancien préteur ou ancien consul43 : de là la nécessaire distinction, parmi les provinces publiques, entre les provinces impériales et les provinces proconsulaires proprement dites44. Mais le statut de l’Égypte signalait un nouvel état d’esprit et annonçait le renforcement de la mainmise impériale sur les provinces : la présence d’un préfet équestre soulignait la part prépondérante et exclusive de l’empereur45 et ouvrait la voie aux provinces procuratoriennes. Quoi qu’il en soit, dès l’origine de la répartition et de l’organisation administrative des territoires provinciaux, l’empereur eut le loisir, s’il le jugeait bon, d’intervenir dans les provinces proconsulaires, ne serait-ce qu’au nom des intérêts du peuple romain et de ceux de l’empire. En dehors de quelques exceptions, malgré les promesses d’Auguste, jamais les provinces pacifiées ne changèrent de statut et toute nouvelle conquête fut placée sous l’autorité directe du César. L’enjeu en était le contrôle de l’armée, surtout en cas de crise ouverte46.

  • 47 Voir par exemple, M. Christol, « Pline l’Ancien et la Formula de la province de Narbonnaise », La (...)
  • 48 Sur les mandata, leur existence dès Auguste (Dion Cassius, 53, 15, 4) et leur contenu, Millar, ERW(...)
  • 49 Les découpages des territoires provinciaux ne s’appuyaient qu’incidemment sur la géographie comme (...)

13Indépendamment de la forme de leur gouvernement, les provinces ne constituaient pas, à proprement parler, des territoires annexés intégrés à un état impérial. L’autorité du magistrat ou du titulaire de la charge s’exerçait certes depuis longtemps sur un territoire précis et officiellement délimité, mais juridiquement la provincia n’était qu’un cadre administratif rassemblant commodément des communautés politiques autonomes de petite taille qu’il s’agissait de contrôler, de surveiller et d’inciter à cultiver leur fierté et leur dignité47. Le gouverneur n’était alors qu’un intermédiaire entre Rome et chaque cité ou populus inséré dans une hiérarchie juridico-politique comprenant, au sommet, les colonies romaines et latines puis les municipes romains et latins et, à l’échelon inférieur, les cités pérégrines : celles-ci ne jouissaient pas de la même reconnaissance ou bienveillance de la part du pouvoir central selon qu’elles étaient libres, fédérées ou simplement stipendiaires, et les cités grecques, rompues à la politique depuis longtemps et jalouses de leur autonomie, savaient tirer un meilleur parti de la liberté octroyée que d’autres cités, y compris coloniales, d’Occident. Chaque gouverneur avait en commun la tâche de faire régner l’ordre public et la justice, mais disposait pour cela de moyens variables. La présence d’unités militaires alourdissait le travail des officia, mais les responsabilités financières étaient alors dévolues à des procurateurs impériaux. Enfin, l’empereur avait le pouvoir d’instruire et de conseiller les proconsuls, au même titre que les légats et les préfets ou procurateurs, par l’envoi de mandata qui pouvaient être utilisés pour s’adresser aussi aux provinciaux par l’intermédiaire du représentant de Rome dans le territoire provincial48. Le dialogue entre la capitale et les provinces était fondé essentiellement sur un système de relations bilatérales qui concernait Rome et chacune des communautés composant la province. Ce schéma pouvait être compliqué par la prise en compte d’intérêts collectifs dépassant le cadre de la cité, mais, même quand la province était comprise dans sa totalité, elle n’était pas considérée comme un interlocuteur direct et unitaire49.

  • 50 Gaius, Instit., 2, 2, 7.
  • 51 Cicéron, 2Verr., 2, 7 ; voir aussi, Lo Cascio, Princeps, p. 29.
  • 52 Cicéron, 2Verr., 3, 12 : praemia victoriae et poena belli ; Tacite, Agricola, 11-12 ; Strabon, 4, (...)
  • 53 Voir Lo Cascio, Princeps, p. 133-149, qui réfléchit à la distinction entre res privata et ratio pr (...)
  • 54 Lo Cascio, Princeps, p. 50-62, dont le propos est sous-tendu par l’idée d’une répartition entre le (...)
  • 55 Ce n’est que sous Néron que les questeurs Saturni furent remplacés par les préfets aerarii Saturni(...)
  • 56 Lo Cascio, Princeps, p. 52, n. 161, avec la bibliographie.
  • 57 Voir Lo Cascio, Princeps, p. 58-59. Suétone, Aug., 101 et Dion Cassius, 56, 33, 1 ; Nicolet, Inven (...)
  • 58 C. Brenot, X. Loriot & D. Nony, Aspects d’Histoire économique et monétaier de Marc Aurèle à Consta (...)
  • 59 Strabon, 3, 4, 20, donne à entendre que les procurateurs disposaient directement des sommes destin (...)

14Le peuple romain était le propriétaire éminent de ses provinces50. Les habitants, citoyens romains ou non, n’y avaient que la possessio des terres et ne pouvaient percevoir l’impôt direct, les tributa. Les quasi quaedam praedia populi Romani de Cicéron51 étaient soumis à l’impôt sur les personnes (tributum capitis) et sur les terres (tributum soli), sauf privilèges et exemptions dont les empereurs furent assez peu prodigues malgré les apparences. La justification du prélèvement était moins, sous l’empire, la défaite et les préjudices liés à l’engagement d’une guerre de conquête que les dépenses militaires et administratives occasionnées par la création d’une province52. L’idée de domination demeurait présente cependant. En outre, les terres publiques provinciales (l’ager publicus) étaient la propriété du peuple et de l’empereur et suivaient les règles de gestion fixées par le statut de la province où elles se situaient. S’ajoutait le patrimoine, distingué au iie siècle des biens, surtout fonciers, propres à la famille régnante ou res privata53. Sans entrer dans le détail des discussions concernant la répartition des recettes et des dépenses entre les différentes caisses54, on enregistre l’existence d’au moins trois administrations distinctes : l’aerarium populi Romani devenu Saturni à partir de Claude, le Fisc, réorganisé sous Claude et l’aerarium militare, institué en 6 apr. J.-C. pour les primes des vétérans55. Un bureau a rationibus, chargé des comptes, est attesté dès Tibère, mais on ne sait pas s’il avait compétence pour enregistrer l’ensemble des comptes de la res publica et de l’empire56. Auguste puis Caligula, comme l’indiquent diverses sources, se chargèrent de la publication des ressources de l’empire, sans qu’on sache si le bilan se limitait à ce qui dépendait directement de l’empereur57. Enfin, en dehors de la période de fonctionnement de l’atelier de Lyon, l’atelier de Rome était le pourvoyeur exclusif des provinces occidentales en monnaies impériales et sa production était majoritaire en volume en Orient, où d’autres ateliers impériaux émettaient régulièrement58. Les transferts d’argent depuis les sources fiscales vers le centre romain étaient une nécessité, mais le réalisme et la recherche de l’efficacité invitent à penser que tout, loin s’en faut, ne transitait pas par Rome59.

  • 60 Voir RGDA, 34, et des monnaies de 28-27 av. J.-C. (Ferrary, « Pouvoirs »).
  • 61 Voir Aristide, Éloge, 31, 90, 109, où l’empereur est défini comme le prytane, celui qui préside (p (...)

15Dès l’époque de César et d’Auguste, la Ville maîtresse du monde et protégée par les dieux s’était insensiblement muée en ville de l’empereur, maître et restitutor de la res publica et de l’empire60. Le monde romain tout entier vivait désormais au rythme du pouvoir impérial responsable de la paix et du bien commun, porte-parole et guide de l’Vrbs, de la cité impériale. La puissance et la majesté de l’Vrbs engendraient et reflétaient à
la fois la vitalité et la prospérité de l’Empire. La capitale historique et
politique, cosmopolite, représentait au iie siècle apr. J.-C. le « centre commun », le modèle unique, et jouait le rôle de caisse de résonance pour les populations rassemblées sous son égide, c’est-à-dire sous la présidence de l’empereur61.

La Ville nourrie par les provinces

  • 62 Ce que les élites des cités grecques de l’Empire, par la bouche d’Aristide (Éloge, 34 et 51), mett (...)
  • 63 Tacite, Ann., 6, 13 et 12, 43 ; Suétone, Claud., 18, 1-3 ; Dion Cassius, 60, 11, 1-5. Voir aussi F (...)
  • 64 La dépendance ainsi créée laissait Rome à la merci des aléas des tempêtes et de la mauvaise saison (...)
  • 65 Aristide, Éloge, 11 : « Car ce qui pousse ou qui est fabriqué chez les différents peuples se trouv (...)
  • 66 Parmi d’autres, C. Pavolini, « Il fiume e i porti », Roma antica (= Pavolini, « Fiume »), p. 175-1 (...)

16L’art du bon gouvernement avait un prix62. Tacite, Suétone, Dion Cassius se sont faits l’écho des inconvénients de la situation d’une ville trop peuplée pour qu’elle fût conforme à l’idéal autarcique de la cité antique et fût nourrie et ravitaillée par les territoires avoisinants et les moyens ordinaires63. À la version pessimiste et romaine64 correspond, en symétrique, la vision optimiste et provinciale de Rome nourrie et vivante, véritable emporion du monde65. Entre les deux, Claude et Trajan en particulier avaient, il est vrai, aménagé avec un certain succès le Portus au nord de la colonie d’Ostie et de l’embouchure du Tibre66. Quand les textes ou les inscriptions font allusion au ravitaillement de Rome, ce ne sont pas les provinces au sens administratif du terme qui sont en général désignées. S’agissant de productions renommées, les terroirs, les villes et les régions d’Italie et des secteurs provinciaux sont normalement retenus. On ne saurait s’en étonner dans la mesure où la description géographique régionale ne prenait, comme c’est encore le cas aujourd’hui, que rarement appui sur les découpages administratifs, mais privilégiait les lieux exotiques ou célèbres, susceptibles de frapper davantage le lecteur et l’imagination. La place des corporations à Ostie rappelle que, malgré le caractère officiel des associations de naviculaires, les cités constituaient en priorité la référence identitaire, la province n’étant mentionnée que pour mémoire ou pour éviter toute ambiguïté. Quand un poète latin ou Pline l’Ancien ou un auteur grec évoquent les productions ou les ressources de la Gaule, de l’Ibérie, de la Dalmatie ou de l’Asie, c’est moins la répartition provinciale que la dénomination géographique classique d’un secteur multiprovincial qui est utilisée. Pline l’Ancien lui-même, plus porté par sa carrière à prêter attention aux provinces proprement dites, ne se réfère au cadre provincial que pour des raisons précises tenant à l’organisation même des échanges et du commerce dans le monde romain. La vision dominante des sources est celle de l’abondance, de la diversité des productions et fabrications accumulées dans l’Vrbs, de la distance à parcourir et des efforts à consentir pour les faire venir à Rome, et donc souvent le trait spectaculaire, inouï, sans omettre l’absence apparente de limites terrestres aux échanges quels qu’ils fussent.

  • 67 F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, t. 3 : Le temps du Monde, Paris, 197 (...)
  • 68 Aristide, Éloge, 11. Rome, lieu de convergence, rassemble en son sein la totalité des forces de l’ (...)
  • 69 Braudel, Civilisation 3, p. 14.
  • 70 Ibid., p. 12 et n. 3, p. 549 et supra n. 68.
  • 71 J. Andreau, Banque et affaires dans le monde romain (ive siècle av. J.-C.-iiie siècle apr. J.-C.), (...)

17F. Braudel a donné ses lettres de noblesse au concept d’ » économie-monde67 ». Aelius Aristide évoque, à propos de l’Vrbs, ce qu’on peut traduire par « un centre d’activité commun à toute la terre68 ». Le rhéteur anticipait-il sur l’historiographie ? F. Braudel ne met Rome au rang des économies-mondes de l’histoire qu’ » à la rigueur69 ». Pour quelles raisons ? La question tourne pour partie autour du capitalisme, alors que l’Empire romain répondait assurément à un des critères retenus, le débordement des frontières politiques par les activités économiques centrées sur la ville dominante. Toutefois, selon la définition et les règles énoncées, une économie-monde est limitée par une autre économie monde, ce qui veut dire que les « enveloppes épaisses » qui protègent et séparent deux économies-mondes ne suffisent pas à en asseoir l’existence. En outre, le schéma spatial de l’Empire romain ne correspond pas vraiment à celui d’un centre capitaliste concentrant navigation, négoce, industrie, crédit, puissance politique. Ou bien Rome était le lieu privilégié d’une économie mondiale pour des motifs politiques – le marché de tout l’Univers, comme le dit Aelius Aristide avant Sismondi70 – ou bien l’Empire romain était constitué de diverses économies-mondes dont la ville de Rome n’était qu’un des centres. Encore faudrait-il que l’économie du monde romain puisse être définie comme une économie de marché, que des groupes politiques et sociaux en aient contrôlé l’écoulement, que les périphéries des diverses économies-mondes soient repérables. Que Rome, dès la fin de la République, ait connu les prémices de pratiques capitalistes n’est pas niable71, mais l’Empire romain ne fonctionnait pas plus comme un espace économique hiérarchisé et clairement découpé qu’il n’était un état centralisé politiquement. Ceci n’est pas contradictoire avec le fait que le pouvoir politique ait favorisé la mise en place de solutions rationnelles pour faire face aux problèmes du ravitaillement et de l’approvisionnement de la Ville qui supposaient un contrôle sans faille de l’espace économique. De même, la ville de Rome développa nécessairement des activités de production et d’échanges en relation avec l’économie urbaine qui ne la cantonnaient pas au rôle de centre gigantesque de consommation. Les dépenses impériales de toute nature, les habitudes et les goûts de l’aristocratie sénatoriale et équestre constituaient à leur tour de puissantes incitations à produire, à construire, à importer et à vendre. Le statut de capitale surpeuplée appelait comme inéluctablement l’accumulation en chaîne d’activités multiples et diversifiées.

  • 72 J.-Ch. Depaule & R. Ilbert, « Un instrument d’analyse », Mégapoles, p. 978.
  • 73 Voir C. Nicolet, « Subsistances et mégapoles méditerranéennes », Mégapoles, p. 746-747. Tchernia (...)
  • 74 Voir infra, p. 266 : la taille de Rome, 1 million d’habitants pour un Empire de 70 millions d’habi (...)
  • 75 L’épisode évoqué par Pline le Jeune, Panégyr. Traj., 31-32, qui montre que Rome, à l’initiative de (...)

18La notion de « mégapole » n’est pas un substitut à celle de « ville-monde ». Elle enrichit la réflexion sur le centre urbain lui-même, sa typologie, et sur son « énergie organisatrice » à tous les niveaux72. La solution des problèmes posés par son existence, fruit de la durée – Rome ne s’est pas faite en un jour –, impliquait un certain nombre de conditions objectives dont la paix et la concentration d’un pouvoir fort, capable de s’affranchir de certaines contraintes, la situation à proximité de la mer sans être exposée aux inconvénients des villes maritimes étaient primordiales73. Tout y prenait pour un observateur quelconque une dimension particulière, superlative et démesurée, qu’il s’agisse de l’entassement de la population, de sa bigarrure, des quantités nécessaires à l’approvisionnement, de la monumentalité des espaces publics, du maintien de l’ordre public et de la concentration des foules, de l’accumulation et de l’étalage des richesses et des moyens techniques de toute sorte, des fêtes, spectacles ou manifestations de la vitalité culturelle. Mais ce point de vue n’est pas forcément le plus légitime et n’est sûrement pas le seul souhaitable, comme nous le verrons en conclusion74. Quoi qu’il en soit, le concept de « mégapole » met l’accent sur la dilatation discontinue de l’espace et sur l’inversion fréquente – mais non systématique – des relations spatiales habituellement observées pour une ville, pose la question de son rôle comme relais et pôle de redistribution et non plus seulement comme centre75. Dans le cas de Rome, il est évident que l’organisation des espaces économiques et des réseaux de distribution et d’échanges passait par la volonté des empereurs, dotés de moyens politiques et techniques suffisants pour imposer des priorités selon les circonstances. Ce qui ne concernait ni Rome, ni les armées, ni l’empereur était laissé à l’appréciation des autorités locales et provinciales, et Milan, Lyon, Antioche, Alexandrie, Éphèse ou Tarragone n’étaient pas des villes-relais, fruits d’une structuration économique de l’espace impérial. C’est sous forme de modèles que Rome s’exportait principalement et ce sont des modèles d’organisation et des modes de raisonnement plus que des marchandises ou des productions qu’elle exportait. L’Empire romain, romanocentrique, conférait prioritairement à la ville de Rome une place symbolique et fédératrice qui justifie l’appellation de ville-monde et laisse dans l’ombre les fonctions de relais et de redistribution de la capitale, non pas inexistantes mais secondaires.

  • 76 Les contrôles fiscaux se réfèrent volontiers aux circonscriptions administratives officielles, ce (...)
  • 77 Je me rallie à la distinction proposée par P. Garnsey, Famine et approvisionnement dans le monde g (...)
  • 78 Toutefois Garnsey, Famine, p. 265-266 et 290-292, pense que les périodes 41-36 av. J.-C. (à cause (...)
  • 79 Garnsey, Famine, p. 288-296. L’année 69, qui vit la guerre civile jusque dans Rome même, engendra (...)
  • 80 Ibid., p. 291-293 particulièrement.
  • 81 Virlouvet, Émeutes, 1985, p. 96-102. Tchernia & Viviers, « Avant-ports » (supra, n. 73), p. 781 et (...)
  • 82 Voir supra, n. 78.
  • 83 Ce qu’on peut déduire des témoignages de Sénèque, De brev. vitae, 18, 5 ; Tacite, Ann. 12, 43, 2 ; (...)
  • 84 Tchernia & Viviers, « Avant-ports » (supra, n. 73), p. 781.
  • 85 Ibid., p. 781-783 ; Virlouvet, Émeutes, p. 96-102.

19Les provinces administratives n’étaient les pourvoyeuses attitrées de Rome qu’à certaines conditions, évidemment liées au contrôle officiel des transports et du ravitaillement76. Quand on évoque l’approvisionnement, on pense aux risques de disette77 et aux mesures prises par la monarchie pour éviter la pénurie et le mécontentement populaire. De César à la mort de Commode, l’Vrbs ne connut guère de famines78, mais seulement des crises de subsistance79. L’origine exacte des difficultés observées n’est que par exception clairement explicitée dans les sources et la gravité du mal n’est guère aisée à évaluer80. La réalité de la situation et la violence des réactions populaires n’allaient pas obligatoirement de pair, ce qui indique que l’imaginaire et la rumeur jouaient un rôle au moins aussi important que le degré de pénurie. Les mauvaises récoltes, l’état des stocks et les dégradations qu’ils étaient susceptibles de subir dans les greniers ou consécutives à un incendie, les inondations, la difficulté de réapprovisionnement en période de mare clausum81, la négligence ou l’imprévoyance du pouvoir, la corruption, la priorité donnée à tel type de consommation82 ou de consommateur constituaient l’éventail des causes. Quand les disponibilités emmagasinées n’étaient qu’égales ou inférieures à 15 ou 10 jours83, la hausse des prix et la cherté du pain déclenchaient la peur aux conséquences politiques imprévisibles84. En dehors des mesures immédiates destinées à apaiser rapidement la population et à détourner du pouvoir les responsabilités éventuelles de la crise, laissant ici de côté la question de l’extension et de l’amélioration des moyens de stockage85, les disettes attirent l’attention sur les sources d’approvisionnement et leur fiabilité ainsi que sur les modalités d’acquisition et d’acheminement des denrées. On observe deux types de situation : l’approvisionnement régulier destiné à maintenir les stocks à un niveau acceptable, compte tenu des pertes inévitables et des fluctuations de la demande ; l’approvisionnement de secours destiné à répondre le plus vite et le mieux possible à la pénurie.

  • 86 Dion Cassius, 54, 1, 4 et RGDA, 5, 2.
  • 87 H. Pavis d’Escurac, La préfecture de l’annone service administratif impérial d’Auguste à Constanti (...)
  • 88 LTVR, 4, Rome, 1999, s. v. (F. Coarelli), p. 345-346 : selon l’a., la statio se trouvait non loin (...)
  • 89 Pavis d’Escurac, Annone, p. 188-197, en particulier, qui pense que le blé est la denrée principale (...)
  • 90 J. Le Gall, Le Tibre, fleuve de Rome dans l’Antiquité, Paris, 1953, p. 216-223 et 257, à compléter (...)
  • 91 On distingue le portique Minucia Vetus, au Champ de Mars (zone du Largo Argentina), daté de 107 av (...)
  • 92 Voir W. Eck, « Beförderungskriterien innerhalb der senatorischen Laufbahn, dargestellt an der zeit (...)
  • 93 Pavis d’Escurac, Annone, p. 159 en particulier.
  • 94 Ibid., p. 134-145, pense que ce sont les gouverneurs qui avaient la charge de superviser les envoi (...)

20Ce n’est qu’avec Auguste, au cours de la période la plus critique du règne sur ce plan, que l’administration du ravitaillement de Rome, dont l’empereur avait officiellement la cura depuis 22 av. J.-C.86, passa sans doute en 8 apr. J.-C. à un préfet impérial de rang équestre, le praefectus annonae87. Ce fonctionnaire, dont la statio se trouvait à Rome, dans le secteur du Forum Boarium88, était au centre d’un réseau administratif complexe qui se structura progressivement : Pouzzoles, les ports de Claude et de Trajan à Ostie abritèrent des bureaux. Chargé de veiller à la régularité du ravitaillement en produits de première nécessité et à des prix raisonnables, principalement les céréales89, le préfet devait prendre les mesures nécessaires au transport et à l’acheminement des denrées en passant des contrats avec les naviculaires, contrôler les greniers ou horrea, assurer les liaisons avec les secteurs provinciaux disposant des surplus, établir des relations avec les transporteurs fluviaux (codicarii et lyntrarii)90, les meuniers et boulangers de la ville. Certainement concerné par l’acheminement des blés destinés aux distributions gratuites, le préfet de l’annone ne s’occupait pas des livraisons mensuelles aux ayants droit à la porticus Minucia, au Champ de Mars91 : celles-ci dépendaient, sauf peut-être durant la période entre Claude et Nerva92, des préfets frumenti dandi ex s. c. sénatoriaux nommés parmi les anciens préteurs. Enfin, les préfets de l’annone n’étaient qu’exceptionnellement relayés dans les provinces par des fonctionnaires placés sous leur tutelle93. Est-ce alors aux bureaux des gouverneurs des provinces annonaires qu’incombait d’ordinaire la responsabilité de la collecte préparatoire au transport des denrées à Rome ? En dehors de l’Égypte où le préfet équestre supervisait certainement les opérations, il est plus vraisemblable que ce furent les procurateurs impériaux et leurs subalternes qui s’acquittaient de la tâche94.

  • 95 Voir par exemple J. Arce, « La iconografía de “Hispania” en época romana », AEA, 53, 1980 (= Arce, (...)
  • 96 Aristide, Éloge, 12 (trad. L. Pernot).
  • 97 Par exemple CIL, VI, 1625b = ILS, 1340 ; CIL, VI, 1935 = ILS, 7489. Sur les amphores du Testaccio (...)
  • 98 C. Nicolet, Censeurs et publicains, p. 241-243 surtout. Voir aussi P. Le Roux, « L’huile de Bétiqu (...)
  • 99 Pline l’A., Nh, 17, 19, 94. Voir aussi Le Roux, « Huile », p. 250-252.
  • 100 Sur le plan méthodologique, la difficulté tient à l’existence d’un double contrôle des marchandise (...)
  • 101 L’huile n’avait pas exactement le même statut que les céréales, mais différait aussi sur ce plan d (...)

21La mosaïque des thermes sous la via dei Vigili à Ostie, datée de Claude, représente, avec les vents, quatre figures allégoriques de provinces annonaires : l’Égypte, reconnaissable au crocodile, l’Afrique, couverte de la proboscis ou dépouille d’éléphant, la Sicile, associée au trisceles ou à la triquetra symbolisant sa forme triangulaire, l’Hispania, caractérisée par la couronne d’olivier pour la première fois95. Au cours de l’énumération des richesses affluant à Rome Aelius Aristide précise : « Vos champs, ce sont l’Égypte, la Sicile et la partie cultivée de la Libye [c’est-à-dire l’Afrique]96. » Les inscriptions amphoriques et les textes épigraphiques concernant l’importation romaine d’huile de Bétique mentionnent assez fréquemment ex Baetica ou ex provincia Baetica97. Cependant, la Bétique est, avec la Sicile et l’Afrique, une des provinces pour lesquelles est attesté le frumentum mancipale que C. Nicolet a défini comme « blé des adjudicataires », c’est-à-dire versé en nature au peuple romain au titre de l’impôt et perçu par adjudication à des mancipes qui se chargeaient aussi de son transport98. Les céréales représentaient certainement au ier siècle apr. J.-C., comme le suggère en tout cas Pline l’Ancien, une de ses richesses avec l’huile99. Les blés fiscaux, livrés en nature, n’étaient qu’une des composantes de l’approvisionnement provincial de Rome. Les productions des domaines impériaux, les réquisitions à prix fixe, les achats au prix du marché complétaient les ressources. Le service de l’annone ne contrôlait le marché qu’en fonction d’une évaluation plus ou moins stricte de ses besoins et de ce qui semblait nécessaire à la tranquillité du prince. Le marché libre existait assurément, au même titre que les échanges interprovinciaux, mais les fournitures d’état – le service de l’empire – ou le « marché administré » primait et créait pour les marchands et transporteurs des conditions particulièrement favorables au développement des affaires privées. La documentation épigraphique et textuelle met en relief les circuits contrôlés par le pouvoir pour des raisons politiques et fiscales100, ce que souligne le dossier du Testaccio et de l’huile destinée à la consommation romaine101.

  • 102 LTVR, 5, s. v., p. 28 (M.Maischlberger). Coarelli, Guide, p. 241 ; E. d’Almeida, Los tituli picti (...)
  • 103 Pavolini, « Fiume » (supra, n. 66), p. 167-172 : les arrivages s’étendent d’Auguste à Gallien. Des (...)
  • 104 Il peut s’agir, selon les cas, d’un propriétaire, un tenancier ou un dépendant : Liou & Tchernia, (...)
  • 105 Ce point de vue, parfois défendu, a l’inconvénient d’être quelque peu anachronique (ce qui n’empêc (...)
  • 106 On observe que les amphores vinaires ne portent qu’épisodiquement des inscriptions peintes, beauco (...)
  • 107 Tchernia, Vin, p. 27-28. Toutefois, le vin n’échappait pas, sauf privilèges, aux droits de douane (...)

22Le mons Testaceus, dont le nom est présent dans un document du viiie siècle, se situait dans la regio XIII, au sud de l’Aventin, entre les horrea Lolliana et Galbana d’origine républicaine et restaurés par l’empereur Galba, le mur d’Aurélien et le Tibre102. Ce « mont des tessons », d’une superficie de 22000 m2, d’une altitude de 49 m au-dessus du niveau de la mer, surplombait la rue de 40 m dans l’Antiquité (35 m aujourd’hui). Constituée exclusivement de débris d’amphores à huile de Bétique et d’Afrique, évalués à 53 millions d’unités, entassés soigneusement sous le contrôle des autorités portuaires, la colline commença sans doute à être édifiée au ier siècle – probablement dès Auguste103. Quoi qu’il en soit, le matériel connu actuellement, celui de la partie superficielle des dépôts, est à 80 % d’origine hispanique et date en grande majorité de la période postérieure à 140 apr. J.-C. Ces conteneurs hispaniques du iie siècle sont des amphores Dressel 20, globulaires, dont la panse est ornée de tituli picti ou inscriptions peintes désignées conventionnellement par les lettres grecques a, b, g, d, correspondant respectivement au poids en livres à vide du récipient, au propriétaire de l’huile, au poids du contenu, au producteur de l’huile quel qu’ait été son statut104. Ces inscriptions offrent une grande variété de noms de propriétaires et de transporteurs et, sauf quelques exceptions, soulignent l’absence de concentration des activités. Toutefois, la présence de ces inscriptions peintes paraît aller au-delà d’un simple contrôle de qualité et ne correspond que par hypothèse à un moderne étiquetage commercial et publicitaire destiné à identifier le produit face aux concurrents105, même si, à l’occasion, les renseignements consignés sur les tituli picti pouvaient mieux faire connaître une production ou un producteur, sans oublier le service de l’annone qui, grâce à ces informations, pouvait affiner ses inventaires et ajuster ses évaluations. La comparaison avec le vin, dont les amphores ne comportent pas d’indications comparables106, montre assez que l’intervention de l’annone tirait parti de contrôles et de recensements qui n’avaient pas la même raison d’être autrement107. Entendons-nous bien, ce contrôle annonaire ne relevait pas de je ne sais quel dirigisme économique, mais visait avant tout à inventorier les disponibilités et à adapter les mesures administratives aux fluctuations des besoins de la ville de Rome.

  • 108 Sans oublier la part destinée aux armées provinciales : voir J. Remesal Rodríguez, La Annona milit (...)
  • 109 SHA, 18, 3.
  • 110 G. Chic et al., « Una nueva inscripción annonaria de Sevilla : M. Iulius Hermesianus, diffusor ole (...)
  • 111 CIL, II, 1481 et CIL, II2, 5, 1180. À ce jour, le terme de diffusor est réservé dans les inscripti (...)
  • 112 Chic, « Hermesianus » (supra, n. 110), p. 361. La lecture restituée statio (l. 4) ne semble pas ab (...)
  • 113 Le Roux, « Huile » (supra, n. 98), p. 260-263, qui entendait surtout réagir contre un discours tro (...)
  • 114 B. Sirks, Food for Rome. The legal structure of the transportation and processing of supplies for (...)
  • 115 Taglietti, « Bollo », p. 177, où sont attestés désormais les liens du diffusorM. Cassius Sempronia (...)
  • 116 Voir Sirks, Food, p. 47-56, et Granino Cecere, « Caecilius » (supra, n. 114), p. 718-719.
  • 117 M.-F. Loyzance, À propos de Marcus Cassius Sempronianus, Olisiponensis, diffusor olearius, p. 280- (...)

23L’oleum ex provincia Baetica avait pu acquérir ce label provincial et officiel à l’origine de sa renommée en raison de son caractère annonaire, c’est-à-dire de son rôle dans le ravitaillement de l’Vrbs108. Ce n’est qu’avec Septime Sévère, cependant, que l’huile (de Bétique ou d’Afrique essentiellement) fit l’objet de distributions gratuites à la plèbe et aux soldats de la capitale109. Or, un document récemment publié, daté de la fin du iie siècle apr. J.-C. ou du début du iiie siècle vraisemblablement110, attribue à M. Iulius Hermesianus senior, déjà connu comme diffusor olearius111, les fonctions de diffusor olei ad annonam Vrbis, curator corporis oleariorum stationis Romulae112. C’est la preuve irréfutable, s’il en avait été besoin113, qu’au moins à cette époque les diffusores tiraient leur dignité et leur raison d’être de leur activité au service de l’approvisionnement de Rome contrôlé par l’annone qu’ils aidaient dans sa tâche114. Les incertitudes tiennent à la chronologie et à la nature des opérations. On est en droit de se demander si la politique de Septime Sévère n’a pas eu pour conséquences un contrôle plus étroit des sources de production et des acheminements vers Rome et si la perception directe des taxes par l’administration impériale n’a pas entraîné un développement du recours aux tituli picti. Cependant, dans la mesure où les diffusores olearii ex Baetica sont présents à Rome et en Bétique au plus tard dès le règne d’Antonin le Pieux115, il n’est pas démontrable que Septime Sévère ait renforcé ou réformé leur organisation116. La documentation épigraphique et amphorique permet seulement de dire que ces diffusores étaient ou pouvaient être en même temps des negotiatores et qu’ils se chargeaient en Bétique et à Rome, où leur activité avait un caractère officiel, des opérations nécessaires à l’acheminement de l’huile dans de bonnes conditions techniques117 jusqu’au marché romain qui était devenu leur raison d’être principale. Le dossier, encore émaillé d’incertitudes, de l’huile de Bétique et du mont Testaccio suggère que, peu à peu, se sont constitués dans les provinces et à Rome des corps de spécialistes d’une production et de son commerce, dont les fonctions étaient polyvalentes et concomitantes, sous l’impulsion des empereurs soucieux du bon ravitaillement de Rome en denrées de première nécessité dûment répertoriées et sollicitées en priorité. Les corps durablement établis, qui se sont imposés avec le temps comme les interlocuteurs privilégiés des services annonaires, gardaient leur autonomie et la liberté d’établir leur siège là où ils l’entendaient et n’étaient pas – même après Septime sévère – des organismes d’état. À l’image des naviculaires de la place des corporations d’Ostie (les diffusores ne se réclamaient pas d’une cité cependant, ce qui ferait penser qu’ils avaient peut-être privilégié pour leur siège principal le centre romain), ils étaient impliqués dans des activités bipolaires prenant place à la fois sur les lieux de production et sur les lieux de distribution.

  • 118 J.-P.Morel, « La topographie de l’artisanat et du commerce dans la Rome antique », L’Urbs, p. 148- (...)
  • 119 Son nom venait de sa fonction de lieu de déchargement des marbres.
  • 120 Pavolini, « Fiume » (supra, n. 66), p. 169 ; Coarelli, Guide, p. 240-242. Les installations se pou (...)
  • 121 Supra, n. 118.
  • 122 A. Tchernia, « Subsistances à Rome : problèmes de quantification », Mégapoles, p. 757. Voir aussi (...)
  • 123 Sans revenir sur les travaux publiés sur cette question, je considère qu’on ne peut pas réduire pu (...)

24Les tessons du mont Testaccio provenaient des amphores volontairement brisées après transvasement de l’huile apportée par les barques remontant le Tibre depuis Ostie et déchargée dans les installations portuaires inaugurées au iie siècle av. J.-C. à l’origine de l’Emporium118. Celui-ci, destiné à compléter le portus Tiberinus autour du Forum Boarium, longeait la ripa Marmorata119 et avait été organisé à partir de l’édification de la porticus Aemilia, toujours attestée sur la forma Vrbis sévérienne120. Le portique, de dimensions impressionnantes (487 x 60 m) avait été relié au fleuve auquel le reliait un escalier et avait été subdivisé de façon à servir de magasin. Des horrea, on l’a vu, complétèrent l’aménagement portuaire, en particulier les horrea Galbana (ex Sulpicia) dont le nom révèle l’activité du pouvoir impérial dans la croissance et l’entretien de ce secteur indispensable à l’annone, au même titre que toute la zone en amont jusqu’à l’île tibérine121. Ce sont les déchets de ces horrea voisins qui à n’en pas douter ont contribué à former la colline artificielle. Malgré le caractère impressionnant des installations qui l’entourent, le Testaccio ne peut pas être tenu pour le témoin unique de tous les arrivages d’huile en amphore à Rome, en dehors du problème de l’usage éventuel d’autres conteneurs122. L’Emporium lui-même accueillait certainement aussi des céréales et d’autres produits. Enfin, si les données archéologiques de la plaine du Testaccio autorisent à donner libre cours à l’imagination concernant l’activité des diffusores, il n’est pas facile de préciser techniquement la forme ni le lieu de leurs interventions. Une hypothèse peu envisagée, mais suggérée par le document récent de Séville, pourrait être que le diffusor devait son appellation, au départ123, à ce qu’il collectait l’huile et s’occupait de son transport terrestre en dolium ou autre récipient avant la mise en amphore sur les rives du Baetis et après l’arrivée sur les quais du Tibre romain.

25Les circuits administratifs du ravitaillement de la ville se prêtaient à la reconnaissance officielle et sélective du rôle de certaines provinces au service de la capitale impériale. Ce n’était qu’une partie, certes non négligeable, de l’activité économique de l’agglomération, louée en priorité et avec emphase et exagération par les rhéteurs et autres admirateurs de l’organisation impériale. Les tâches annonaires, les distributions frumentaires mensuelles s’inséraient dans un réseau de mouvements commerciaux et d’arrivages continuels de grande ampleur qui justifiaient qu’on définît Rome comme le centre économique du monde. L’empire était avant tout une figure dont le lieu géométrique romain renvoyait une image bienfaisante et dominatrice aux populations conquises ou non, indépendamment de la dimension administrative, qui n’était qu’une donnée technique du gouvernement de la terre habitée à partir d’un point unique et majestueux.

Les provinces dans la Ville

  • 124 Se reporter supra, n. 95.
  • 125 La Paix divinisée reçut bien un temple imposant à Rome sous Vespasien, mais l’édifice commémorait (...)
  • 126 P. Zanker, « Il mondo delle immagini e la comunicazione », Roma antica (= Zanker, « Immagini »), p (...)
  • 127 Zanker, « Immagini » (supra, n. 126), p. 229, qui souligne l’efficacité du langage figuré utilisé, (...)

26L’étude des relations de la ville-capitale et de ses provinces ne saurait se contenter des apports des textes et des inscriptions. L’iconographie, comme le montre la mosaïque des thermes sous la voie des vigiles à Ostie124, offre, par son langage et la diversité de ses supports, un registre indispensable à une bonne compréhension de la domination romaine et des discours qu’elle pouvait engendrer à une époque moins pacifique que ne le dit la formule fallacieuse de la « paix romaine125 », mais paisible pour une grande majorité de provinces. Comme dans le cas des inscriptions, la période postérieure aux guerres civiles marquant les débuts de l’empire se signala par la profusion, à un degré jamais atteint auparavant, des images126. Celles-ci, dans le contexte impérial romain, se dotèrent d’une efficacité nouvelle qu’explique le caractère répétitif et simplifié des expressions diverses que P. Zanker propose de lire comme des versions multipliées et cohérentes de panégyriques exaltant avec une efficacité interdite à d’autres langages la souveraineté impériale et sa dimension semi-religieuse127.

  • 128 Provinciae fideles. Il fregio del tempio di Adriano in Campo Marzio, a cura di M. Sapelli, Rome, 1 (...)
  • 129 13 colonnes latérales et 8 colonnes en façade. Voir aussi LTVR, 3, 1999, s. v. (M. Cipollone), p. (...)
  • 130 Dont l’utilisation à Rome n’est pas antérieure au début du iie siècle apr. J.-C.
  • 131 Provinciae fideles, p. 14.
  • 132 Sapelli, « Rilievi » (supra, n. 128), p. 18-22, présente le dossier des hypothèses. Les deux propo (...)

27Une reconstitution récente de la frise du temple du divin Hadrien (l’Hadrianeum), construit par Antonin le Pieux au centre de la plaine du Champ de Mars et identifié seulement au début du xxe siècle, apporte un dossier exemplaire et malheureusement unique pour Rome même128. Le sanctuaire proprement dit, situé dans la regio IX, jouxtait le temple de Matidia qui le séparait de la cour portiquée sur laquelle ouvrait le Panthéon, reconstruit par Hadrien, et n’était guère éloigné des Saepta Iulia. Prostyle et périptère129, l’édifice aux colonnes corinthiennes en marbre blanc de Proconnèse (Crimée)130 se dressait au centre d’une cour, portiquée sur les quatre côtés, d’environ 100 x 90 m. L’entrée principale s’effectuait par un arc triomphal orné de reliefs, dont un représentait un adventus d’Hadrien131. Ce sont dix-neuf plinthes, de 2,08 m de haut sur 1,90 m de large, en marbre blanc de Proconnèse, ornées de figures féminines en haut-relief, et six panneaux, de même matériau, portant des trophées en bas-relief qui sont conservés, mais quatre autres plinthes et trois autres bas-reliefs, aujourd’hui disparus, sont inventoriés. Les dernières recherches ont insisté sur le caractère organique de la décoration architectonique qui faisait alterner figures et trophées. Toutefois, la localisation de ces reliefs demeure incertaine. Deux hypothèses conservent les faveurs des spécialistes : d’une part, la frise à l’attique de la colonnade extérieure du temple proprement dit, qui s’appuie sur l’usage d’un marbre identique à celui de la colonnade132, d’autre part, l’appartenance au portique extérieur, fondée sur les modifications successives observées. Des détails d’ordre stylistique tels que le traitement du visage annoncent les évolutions de la période antonine et suggèrent d’affiner la chronologie, mais les effets de couleur produits par le surcreusement des contours de la silhouette, des plis du vêtement ou des ondulations de la coiffure sont en accord avec les tendances classicisantes de l’époque d’Hadrien. Les personnifications ainsi exécutées sont d’une taille légèrement inférieure à la normale et sont adossées à un cadre mouluré que débordent le haut de la tête et les pieds. Elles sont assimilables aux représentations de cités et lieux à la façon des matrones, adoptées par les artistes grecs et ceux d’époque hellénistique, et le vêtement, de type grec traditionnel, n’exclut pas les emprunts sporadiques à des costumes issus des divers peuples de l’empire, quand il ne s’agit pas du costume court des amazones. Onze visages sont tournés vers la gauche et douze vers la droite.

  • 133 Certaines pièces sont mutilées, et les attributs ont été restaurés de manière fautive à l’époque m (...)
  • 134 Les braies ou braccae portées par une partie des personnages les distinguent de ceux qui sont vêtu (...)
  • 135 Présence du carquois et flèche et coiffure en accord avec une représentation sur un sesterce de Tr (...)
  • 136 À cause du bonnet et de la hache biface.
  • 137 Bras croisés sur la poitrine et bonnet dit phrygien. Le lourd manteau convient à un territoire all (...)
  • 138 La représentation de cette figure féminine regardant à gauche, prisonnière et affligée, renvoie à (...)
  • 139 En partie restaurée, mais l’épée courbe, et non une faucille, orienterait vers la Thrace, mais aus (...)
  • 140 Diadème des prêtres d’Isis et manteau à frange.
  • 141 Malgré l’habit grec, l’image serait à rapprocher des coins monétaires relatifs à la Dacie sous Had (...)
  • 142 Voir aussi Arce, « Iconografía » (supra, n. 95), p. 89, n° 28, qui émet de sérieuses réserves sur (...)
  • 143 La coiffure bouclée, caractéristique des terres d’Afrique, justifierait l’identification, par aill (...)
  • 144 Aisément reconnaissable à sa coiffure bouclée surmontée de la proboscis.
  • 145 Sapelli, « Rilievi » (supra, n. 128), p. 20. Toutefois, à partir du moment où les Espagnes et les (...)
  • 146 J. A. Ostrowski, Les personnifications des provinces dans l’art romain, Varsovie, 1990 (= Ostrowsk (...)
  • 147 En association ou non avec l’adventus ou entrée solennelle de l’empereur.
  • 148 Arce, « Iconografía » (supra, n. 95), p. 85 ; Ostrowski, Personnifications, p. 165. Le blé et l’ol (...)

28Le catalogue des vingt-trois personnifications met en évidence les difficultés des identifications en l’absence d’indices aisément repérables, dans la mesure où, malgré un certain réalisme et la présence d’attributs originaux tels que armes et outils133, l’idéalisation et le caractère conventionnel et répétitif des figures et des attitudes entretient assez souvent le doute134, malgré le recours, comme on le verra, aux comparaisons avec les effigies monétaires. Le bilan, établi à l’occasion de l’exposition de 1999, donne la liste suivante : Scythie ou Norique (n° 1), Parthie135 plutôt qu’Arménie (n° 3), Phrygie136 (et non Bithynie) (n° 5), province orientale (n° 6) dans l’attitude de la provincia capta137, Germanie ? (n° 7)138, Thrace ou une province danubienne (n° 9)139, Égypte ? (n° 10)140, Mésie ? (n° 12), Achaïe ? (n° 13), Dacie ou province orientale141 ? (n° 15), Gaule ? plutôt que Germanie (n° 17), Hispania cuirassée et en braies142 ? (n° 19), Libye ou Numidie ou autre peuple portant des braies sous une longue tunique ? (n° 20), Maurétanie tenant un vexillum dans sa main droite143 ? (n° 21), fragments non identifiés (nos 22, 23, 24), Afrique144 (n° 25) ; les nos 26 à 29 sont désormais perdus. Les figures existantes étaient peut-être plus nombreuses et pouvaient atteindre vingt-cinq unités, ce qui correspond au nombre des provinces représentées sur les séries monétaires d’Hadrien. En revanche, ce nombre se situait au-dessous des trente-trois personnifications recensées sur les monnaies d’Antonin le Pieux et des quarante-quatre provinces qui existaient officiellement sous Hadrien145. Quoi qu’il en soit, et en dépit des ambiguïtés ou incertitudes qui demeurent dans les identifications, force est de constater que les allégories de l’Hadrianeum n’étaient pas homogènes et combinaient la représentation d’entités ethniques, politiques et administratives. Les séries monétaires, en revanche, notamment sous Hadrien, privilégient les circonscriptions provinciales, ce que prolongea le règne d’Antonin le Pieux146. Le cas d’Hispania atteste que la distinction n’était pas faite entre les trois provinces d’une même unité géographique. En outre, les représentations monétaires, qui privilégient aussi la figure féminine, proposent divers types : la province debout, armée ou sacrifiant147, la province agenouillée, accompagnée d’un lapin, et relevée avec l’aide de l’empereur restitutor, la province allongée et appuyée contre un rocher, placée au-dessus d’un lapin, tenant des épis et un rameau d’olivier148.

  • 149 Voir Parisi, « Rappresentazioni » (supra, n. 139), p. 86-95 particulièrement, pour un inventaire p (...)
  • 150 II, 39, 2 (trad. CUF). On peut penser que les noms inscrits (tituli dit Velleius) dont il est ques (...)
  • 151 AE, 1984, 508 (à compléter par AE, 1991, 20). Le texte est partiellement mutilé et donc restitué.
    S (...)

29Dès la République, l’art romain avait recouru à la représentation de personnifications de communautés provinciales ou ethniques, pratique encore avivée par le contact accru avec les œuvres grecques. Les époques augustéennes et julio-claudiennes donnèrent une impulsion nouvelle aux représentations territoriales149. Un écho en est fourni par Velleius Paterculus : « Outre les Espagnes et les autres nations dont les noms donnent de l’éclat à son forum, le divin Auguste réduisit aussi l’Égypte à l’état de province tributaire, apportant ainsi au trésor une contribution presque égale à celle que son père avait tirée des Gaules150. » De même, la Tabula Siarensis indique, l. 9-11, à propos de l’arc à faire élever à Rome en l’honneur de Germanicus151 :

« Il a été décidé qu’un arc de marbre serait construit aux frais de l’État dans [la zone] du Cirque Flaminius, faisant face à l’endroit où des statues ont été érigées par C. Norbanus Flaccus au divin Auguste et à la Maison impériale en vertu d’un sénatus-consulte, avec des statues des peuples vaincus […] et avec une inscription sur la façade, etc. »

  • 152 K. Erim, Aphrodisias city of Venus Aphrodite, New York, 1986, p. 106-123. Voir aussi avec la bibli (...)
  • 153 Nicolet, Inventaire, p. 66-68.
  • 154 Coarelli, Guide, p. 83, pour la lecture traditionnelle.
  • 155 Parisi, « Rappresentazioni » (supra, n. 139), p. 92-93.

30Cependant, les reliefs du portique nord du Sebasteion ou Augusteum d’Aphrodisias de Carie152, en Asie Mineure, sont, parmi les documents conservés, ceux qui offrent la série la plus apte à faire comprendre les cheminements qui ont conduit aux figures de l’Hadrianeum. Les reliefs portant les noms des peuples (ethnè ou gentes) personnifient les territoires conquis ou intégrés à l’alliance romaine et font écho aux Res Gestae elles-mêmes153. La filiation artistique et idéologique entre les figures d’Aphro­disias et les représentations romaines suggère d’ailleurs une nouvelle interprétation du panneau de l’attique du temple du Forum Transitorium qui conserve un relief identifié traditionnellement comme une Minerve154. Rapprochée de l’allégorie des Pirystae (une femme casquée portant un bouclier rond, personnifiant un peuple des Balkans cité chez Strabon) du Sebasteion d’Aphrodisias, la figure s’intégrait sans doute dans une série de nationes ou gentes, selon un modèle qu’on peut faire remonter à Auguste155. La décoration du forum de Nerva n’a pas eu à jouer le rôle d’une source d’inspiration directe qu’il suffisait d’adapter au programme ornemental du sanctuaire du divin Hadrien au Champ de Mars, dans la mesure où les images impériales reproduisaient indéfiniment des thèmes choisis.

  • 156 Ibid., p. 93-94.
  • 157 Ibid., p. 94 : « Ce ne sont évidemment pas les personnifications des provinces concrètes, selon la (...)
  • 158 Cette opposition, grecque à l’origine, n’a pas été supprimée, mais seulement redéfinie par la conq (...)
  • 159 La cité, la ville sont les références politiques par excellence qui transcendent les péripéties d’ (...)

31C. Parisi Presicce rappelle qu’avant Trajan les représentations des provinces sur les monnaies ne concernaient que sept d’entre elles, y compris l’Italie, et énumère l’Afrique, la Gaule, la Germanie, la Judée, l’Italie, la Sicile et l’Hispania156. Le premier empereur provincial, Trajan, ajoute-t-il, aurait étendu la gamme des territoires figurés, mais c’est avec Hadrien que s’affirmerait, pour la première fois depuis Auguste, une conception œcuménique renouvelée de l’orbe des terres, pacifié sous l’égide de l’empereur de Rome, ce qui se traduisit par la multiplication des représentations. Il convient surtout d’insister sur un point : « Naturalmente non vengono rappresentate le personificazioni di province concrete, secondo la loro ripartizione artificiale di tipo amministrativo, ma le popolazioni che le abitavano, comprendenti talvolta popoli piuttosto differenti per lingua et per costumi157. » L’expression convenue et idéalisée des figures, les découpages territoriaux qu’elles incarnaient ne prétendaient pas donner une image fidèle et précise de l’Empire, si bien qu’on ne doit pas y chercher la marque d’une vision historique précise ni comprise de tous. À l’instar de la littérature géographique et des récits des conquêtes, le discours figuré reproduisait le schéma classique d’un monde divisé entre barbares et civilisés158. Le choix des vêtements grecs, associés parfois aux braies ou pantalons, complété par des attributs symboliques plus ou moins caractéristiques des effets bénéfiques de la paix, mettait l’accent sur l’œuvre civilisatrice des armes romaines et du gouvernement impérial dont la domination n’avait pas fait disparaître les traditions et les différences, n’avait pas uniformisé un Empire dans lequel l’aptitude à adopter le modèle gréco-romain ne se reflétait pas nécessairement dans le fait d’être provincialisé159. En outre, la conquête n’était pas achevée. Trajan avait récemment encore donné la Dacie et l’Arabie à l’empire du peuple romain, avait soustrait à l’autorité des Parthes une portion de Mésopotamie, devenue une province. Les armées romaines, à la périphérie du monde civilisé, veillaient à la tranquillité de tous, mais la guerre n’était pas extirpée et des peuples affligés étaient prêts à se battre au risque de compromettre la paix et la civilisation. Les personnifications armées commémoraient la participation de toutes les gentes à l’œuvre de pacification et de soumission continuelle.

  • 160 Elle est signifiée par la présence des trophées alternant avec les figures en relief de la frise d (...)
  • 161 Voir Arce, « Iconografía » (supra, n. 95), p. 92-93.
  • 162 Sur l’influence de J. Toynbee, voir Parisi, « Rappresentazioni » (supra, n. 139), p. 83-86.
  • 163 Trajan et Hadrien étaient issus de familles originaires d’Hispanie et Antonin le Pieux avait des a (...)
  • 164 On pourrait, il est vrai, rapprocher aussi cette image des monnaies d’Hadrien à la légende exercit (...)
  • 165 C’est d’ailleurs, quand on le lit de près, le langage d’Aristide, Éloge, qui décrit l’Empire ceint (...)

32L’origine triomphale de ces représentations ne saurait faire de doute160. Les personnifications des provinces, peuples et autres villes ou territoires étaient depuis longtemps intégrées à la pompe des triomphes accordés aux généraux victorieux. Ces cérémonies contribuèrent à élaborer puis à fixer des images stéréotypées qui passèrent en héritage à l’empire, à un moment où les empereurs se réservèrent le monopole de la célébration des triomphes. L’affirmation augustéenne d’un Empire-monde ouvrit de nouvelles perspectives sans mettre fin pour autant à une vision hiérarchisée de la terre habitée et des territoires. Un ensemble provincial incarné dans la figure d’Hispania cesse, nous l’avons vu, d’être représenté dans la posture humiliante du prisonnier ou du vaincu dès l’époque de Claude, malgré les guerres asturo-cantabres d’Auguste161. L’accent est mis sur la fécondité et la prospérité que cette terre apporte à Rome et grâce à l’empire. L’évolution ne dément pas ensuite l’image personnifiée et idéalisée de territoires paisibles et les monnayages des guerres civiles des années 68-69 tentent de s’adapter aux circonstances sans dévier de cette nouvelle tendance. C’est pourquoi on est étonné et embarrassé par une contradiction insurmontable qui surgirait avec Hadrien. Depuis les travaux de J. Toynbee, on admet que le règne de l’empereur voyageur exprimerait un nouvel état d’esprit et refléterait l’idée d’un empire fini, stable et pacifié, à la mesure de celui que décrit dans son éloge Aelius Aristide162. Aussi, la proposition d’une représentation d’une Hispania cuirassée (n° 19) sur la frise de l’Hadrianeum laisse-t-elle perplexe. Le plus simple serait de rejeter l’identification, mais on est contraint d’admettre que, malgré les braies, la figure a quelque chose d’impérial, vêtue du pallium et de la cuirasse, il est vrai plus grecque que romaine, laquelle peut évoquer cependant celle d’un empereur par sa décoration fouillée : il faudrait y voir peut-être, alors, une allusion à une province qui aurait donné au monde des empereurs163. Faute de parallèles, l’hypothèse reste indémontrable, et il me semble possible de regarder du côté de provinces que leurs armées érigeaient en protectrices de l’empire et de sa civilisation164. Quant au discours exprimé, la frise témoigne que l’art officiel ne s’en tenait pas seulement à des expressions simplifiées et répétitives, même si l’idée d’une domination idéalisée et sans nuance, confondant peuples intégrés et civilisés et peuples soumis ou extérieurs justifiait la mise en scène. La composition, sans véritable équivalent parvenu jusqu’à nous, de la série figurée et des territoires présentés, symbolisant l’ensemble de la terre habitée, les expressions variées et marquées par l’émotion des visages et la différence des tenues vestimentaires jamais exactement identiques rappellent que l’Empire était, au iie siècle encore, perçu comme hétérogène ; le pouvoir impérial y était voué à une tâche sans fin présentée comme une charge (onus) et destinée à maintenir ensemble tant de peuples dont la diversité hiérarchisée faisait la grandeur même de l’empire. La vision de l’œcoumène depuis Rome n’avait pas changé et se propageait en cercles concentriques jusqu’aux extrémités de la terre habitée165. La visibilité des peuples soumis disait seulement que rien n’échappait plus au regard de Rome.

  • 166 Voir A. Claridge, « L’Hadrianeum in Campo Marzio : storia dei rinvenimenti e topografia antica nel (...)
  • 167 CIL, VI, 701 et 702 = ILS, 91. Pline l’Ancien, Nh, 36, 71-72. Voir aussi Nicolet, Inventaire, p. 2 (...)
  • 168 Une trentaine d’années avant l’Hadrianeum, la colonne Trajane exprimait par exemple la même idée, (...)

33L’autoglorification impériale et la mise en valeur de l’empereur comme centre du monde et comme responsable de la bonne marche de la paix et des territoires soumis donnait sa véritable unité à la domination romaine. Il s’agissait, il est vrai, d’un empereur divinisé dont l’élévation au rang de compagnon des dieux avait été préparée par des travaux exceptionnels inspirés par les divinités elles-mêmes. Les vertus de l’empereur, au premier rang desquelles la virtus ou courage physique et moral, étaient la condition de la victoire répétée et indispensable au maintien de la paix face aux Barbares. Divus Hadrianus rejoignait Divus Augustus par son programme de conservation voulue d’un Empire administré et protégé. S’il est vrai, comme on peut le penser166, que les reliefs des peuples, nations et provinces ornaient l’attique des portiques, l’ordonnancement de l’ensemble leur confère leur signification profonde. L’empereur, attentif aux intérêts de l’empire par son activité même, éloignait le spectre de la guerre et faisait de l’apothéose le prolongement céleste du triomphe. Ces images rassurantes et apaisantes renvoyaient aussi l’écho d’une autre mise en scène bien connue et décrite par Pline l’Ancien à propos des obélisques du Cirque maxime et du Champ de Mars qui portaient tous deux l’inscription suivante167 : « L’empereur César Auguste, fils du divinisé, pontife suprême, salué empereur pour la douzième fois, consul pour la onzième fois, revêtu de la quinzième puissance tribunicienne, après avoir soumis l’Égypte au pouvoir (potestas) du peuple romain, en a fait don au Soleil. » Celui du Champ de Mars servait de gnomon à un cadran solaire matérialisé dans le dallage de marbre de la place par des lignes dorées, de sorte que « l’ombre, à la sixième heure du solstice d’hiver, égalât la longueur du dallage ». L’autocélébration impériale tirait parti d’une vision universelle et religieuse de l’ordre cosmique voulu par les dieux et donnait l’impression que le soleil lui-même était soumis et apprivoisé. Sa véritable force, pourtant, tenait non à un discours de simple propagande, rigide et figé, mais à une adaptation permanente à des réalités mouvantes et à des contextes que chacun pouvait constater et qu’aucun pouvoir ne pouvait ignorer168.

  • 169 ILS, 103. Il y avait donc une forme d’assemblée provinciale représentant les cités dès cette époqu (...)
  • 170 Pline l’Ancien, Nh, 3, 17.
  • 171 Le passage (cette traduction est celle de l’éd. CUF) pose un problème et on corrige ou non orbi en (...)
  • 172 Nicolet, Inventaire, p. 109-117.
  • 173 W. Eck, « Ehrungen für Personen hohen soziopolitischen Ranges im öffentlichen und privaten Bereich (...)

34Les provinces, définies comme une série d’unités administratives, n’avaient pas d’espaces réservés dans la ville de Rome. À vrai dire, elles ne cessèrent que lentement d’apparaître comme des territoires conquis à l’origine, même si le recrutement toujours plus important quantitativement des sénateurs provinciaux induisit des raisonnements nouveaux, ménageant les susceptibilités. Les dédicaces autorisées par le prince, tout en louant officiellement la cura imperii de l’empereur, exprimaient en premier lieu la reconnaissance soumise des provinciaux, comme l’atteste l’inscription du forum d’Auguste placée en l’honneur du premier empereur par l’Hispania Vlterior Baetica ou province de Bétique169 : « À l’empereur César Auguste, père de la patrie ; l’Hispania Vlterior Baetica qui, grâce à son action bienfaisante et à son administration sans relâche, a été rendue paisible. Cent livres d’or. » L’emplacement, le verbe utilisé et l’offrande intégraient en priorité l’hommage dans un environnement orienté vers le triomphe impérial, source de la tranquillité des provinces désormais gouvernées. La carte exposée au portique Vipsania, situé dans la VIIe région, au Campus Agrippae, commencé par la sœur d’Agrippa, Vipsania Polla, et achevé par Auguste lui-même170 allait dans le même sens et associait domination romaine, paix et administration. Le tableau géographique de l’œcoumène peint et placé sur le mur intérieur du monument offrait, comme le dit Pline, « le monde entier aux regards du monde171 ». C. Nicolet a longuement analysé les indices dont on dispose pour imaginer ce à quoi ressemblait le document172 : « Il me paraît donc évident que la carte d’Agrippa, quelles qu’aient été ses mesures exactes, était du type oblong (“en forme de chlamyde”) bien attesté depuis Eratosthène. » Qu’il se soit agit de montrer le monde au monde ou à la Ville n’est pas le plus important. On voit, une fois encore, que l’image dominante sur le plan idéologique et politique n’était pas celle de la Ville entourée de ses provinces. Dans les espaces de l’Vrbs, ce sont finalement les bases honorifiques ou funéraires dédiées aux administrateurs de l’ordre sénatorial et de l’ordre équestre qui décrivaient à l’usage des citoyens ce qu’étaient les tâches de Rome dans les provinces de l’Empire. Mais, comme on sait, les espaces publics étaient désormais sous le contrôle de l’empereur, qui aurait interprété comme un acte de défiance et une volonté de concurrence qu’on lui disputât les hommages publics à Rome même, et ce n’est que dans l’atrium, le vestibule ou le jardin de leurs domus que les élites impériales pouvaient faire valoir, de leur vivant, leurs services et la reconnaissance de leurs amis et clients173.

  • 174 Un cas particulier (l’empereur avait délégué Pline en changeant provisoirement le statut du gouver (...)
  • 175 Sur le Sénat et les provinces : R. J. Talbert, The Senate of Imperial Rome, Princeton, 1984 (= Tal (...)
  • 176 Pline le Jeune, Epist., 2, 11 (sur le procès de Marius Priscus) ; 3, 9 (le procès de Classicus qui (...)
  • 177 Tacite, Ann., 15, 20-22. L’historien rapporte à cette occasion le discours de Paetus Thraséa aux a (...)
  • 178 Talbert, Senate, p. 419.

35Les affaires provinciales se traitaient au Sénat ou devant l’empereur. Depuis Auguste, le Sénat désignait par tirage au sort les gouverneurs de rang proconsulaire sous le contrôle du princeps et celui-ci était entièrement maître de la désignation des magistrats affectés aux provinces impériales. Il n’y avait donc plus de vote populaire pour confirmer les choix et la Ville n’était plus guère au courant des décisions. D’une manière générale, les Césars, tout en intervenant chaque fois qu’ils le jugeaient bon, y compris dans les affaires concernant les provinces proconsulaires174, laissèrent les sénateurs prendre en charge de nombreux dossiers provinciaux au cours de leurs séances, présidées par le prince pour une bonne part il est vrai. Il s’agissait en outre de questions qui concernaient les sénateurs eux-mêmes plus que les affaires provinciales proprement dites, car les mandata impériaux fixèrent, très tôt aussi pour ces provinces, les règles et les interventions respectives175. Toutefois, au moins au ier siècle apr. J.-C., le Sénat fut appelé à choisir, autrement que par le tirage au sort, des proconsuls chargés de remédier à une situation exceptionnelle. Dans ces circonstances, les instructions durent émaner du Sénat lui-même. Le comportement du sénateur gouverneur pouvait donner lieu à plainte de la part des provinciaux et les assemblées provinciales déléguaient à Rome des ambassades destinées à faire instruire l’affaire et à obtenir réparation. Entre autres exemples, on peut citer les procès intentés contre le proconsul d’Afrique Marius Priscus et trois proconsuls de Bétique de 93 à 99176. On évoquera, en outre, les accusations portées devant le Sénat, en 62 apr. J.-C., contre le Crétois Claudius Timarchus qui s’était vanté de « pouvoir faire voter ou non des remerciements aux proconsuls qui avaient gouverné la Crète177. » Le Sénat jouait le rôle d’une cour de justice supérieure et, à ce titre, était saisi de questions provinciales avec régularité. Quand un membre de l’Assemblée gouverneur de province était mis en cause l’empereur n’intervenait pas178.

  • 179 Empereurs et Sénat se partageaient les audiences dont la nature était très variée (voir Millar, ER (...)
  • 180 LTVR, 4, p. 349-350 (E. Papi), avec les sources (en partie épigraphiques) et la bibliographie. On (...)
  • 181 Voir un résumé dans Millar, ERW, p. 22-23.
  • 182 Voir H. Broise & V. Jolivet, « Recherches sur les jardins de Lucullus », L’Urbs, p. 751 et n. 14 a (...)
  • 183 Dion Cassius, 65, 10, 4.
  • 184 Sans doute ceux dont Tibère avait hérité en 20 de Sallustius Crispus.
  • 185 Dion Chrys., Or., 40, 13-15.
  • 186 La curie du Forum romain n’était qu’un lieu de réunion du Sénat parmi d’autres au départ, mais ten (...)
  • 187 Voir Talbert, Senate, p. 500-501.

36C’étaient d’ailleurs moins les provinces que les cités provinciales qui s’adressaient d’ordinaire à Rome et y dépêchaient des ambassades179. Le Forum romain abritait, semble-t-il, des locaux, les stationes exterarum civitatium, permettant aux ambassades de patienter et d’avoir un lieu de rencontre avec des compatriotes, des clients ou des protecteurs180. Les avènements impériaux étaient l’occasion pour les communautés de faire assaut d’allégeance et de chercher à attirer l’attention de l’empereur pour obtenir une faveur, une autorisation ou une aide. Philon, venu en ambassade à Rome en 39-40 pour plaider devant Caligula la cause des juifs d’Alexandrie, eut du mal à approcher l’empereur et ne fut reçu qu’alors que Gaius passait quelques jours sur l’Esquilin dans la résidence des jardins de Lamia et Mécène181. En 53, c’est peut-être dans les jardins de Lucullus passés au domaine impérial à la mort du Viennois Valerius Asiaticus, que Claude accorda son entrevue aux deux partis alexandrins venus défendre des causes opposées182. Vespasien, rapporte Dion Cassius183, vécut peu sur le Palatin et prit l’habitude de recevoir dans la résidence des jardins de Salluste184, sur le Pincius, les délégations quelles qu’elles fussent. C’est à l’occasion de l’avènement de Trajan que la cité de Pruse, à l’instar de nombreuses cités grecques, décida d’envoyer une ambassade de félicitations au nouveau prince. Dion Chrysostome, membre de la représentation, témoigne des rivalités qui animaient les ambassades des cités et montre que chacune n’était pas traitée avec les mêmes égards et n’obtenait pas les mêmes avantages185. Il est difficile de savoir jusqu’à quel point ces voyages officiels à Rome suscitaient un intérêt ou un écho dans la Ville. La plèbe n’était guère plus tenue informée de la politique routinière et Auguste avait mis fin à la publication des acta senatus. Les plaidoieries, les débats, qui prenaient place dans les lieux où se réunissait le Sénat186 ou le conseil du prince, et éveillaient ou assoupissaient sénateurs et conseillers n’en sortaient guère. On sait que le procès de Marius Priscus commencé dans le courant de l’automne ne s’acheva que dans la deuxième quinzaine de janvier vraisemblablement et, comme le procès de Julius Bassus, donna lieu à des séances de 9 à 11 heures par jour durant deux ou trois jours consécutifs187. Les questions provinciales ne quittaient que rarement la sphère technique des spécialistes et ne passionnaient sans doute pas les foules.

37Le gouvernement de l’empire et des provinces était présenté officiellement comme une activité sérieuse qui ne souffrait pas que tout le monde s’en occupât. Seule l’administration de la Ville proprement dite et le contrôle des espaces urbains semblaient justifier la création de lieux spécialisés. Les cités extérieures qui contribuaient à la bonne marche de la capitale pouvaient ainsi être représentées par un bureau ou statio. Les provinces, en revanche, ne disposaient pas de locaux autonomes à caractère administratif ; elles ne figuraient que mêlées aux autres territoires dans des compositions symboliques destinées à extérioriser la puissance du pouvoir romain voué à civiliser les peuples de la terre entière et à les intégrer progressivement à l’œcoumène.

38Dans un célèbre passage d’inspiration homérique, Aelius Aristide propose, selon une méthode dont il use volontiers, une comparaison :

  • 188 Aristide, Éloge, 68.

« Comme les chauves-souris, dans les grottes, se tiennent accrochées aux pierres et les unes aux autres, ainsi tous sont suspendus à vous, veillant, avec grande crainte, à ce que nul ne tombe de la file ; ils redouteraient d’être abandonnés par vous plutôt qu’ils ne vous abandonneraient de leur propre initiative188. »

  • 189 Ibid., 58.

39Le ciment est la citoyenneté romaine, généreusement octroyée au cours des siècles, compatible avec l’autonomie locale et le respect d’une culture héritée du passé qu’une construction politique telle que l’Empire romain a permis d’étendre et de faire fructifier. On citera aussi en écho : « Parce que l’Empire était grand, l’expérience en est résultée, de manière inévitable, et, inversement, parce que vous saviez gouverner, l’Empire s’est accru, de manière à la fois juste et normale189. » La domination de Rome, sa supériorité, a reposé sur ses méthodes de gouvernement portées à la perfection, ce que personne, aucune communauté, n’avait su faire auparavant. L’idée a été soutenue depuis longtemps qu’on aurait tort de réduire ce point de vue, illustré et complété par le reste du discours, à une plate flatterie rhétorique, tout en précisant qu’il n’engageait que les élites provinciales et plus particulièrement grecques. Un autre mérite, moins souvent relevé, est de faire comprendre la notion de capitale appliquée à la ville de Rome et à l’Empire romain. La Ville concentrait les activités de décision politique, mais se limitait pour les services à ce qui était utile et nécessaire à l’Vrbs elle-même. Parce qu’elle était le centre du pouvoir elle surpassait toutes les autres villes par la taille de ses monuments, leur nombre, leur beauté, et le montant de sa population exprimait sa force d’attraction, sa puissance, son histoire heureuse (sa felicitas) aux yeux de tous. Parce qu’elle incarnait le monde entier, elle avait le monde à son service ; elle était le centre unique et commun, la ville de tout le peuple romain, descendant de celui qui avait conquis l’univers et permis la croissance inégalée de la Ville. Rome impériale fut le produit d’une histoire et d’une volonté plus que de la géographie, qui n’était ni défavorable ni exceptionnelle.

  • 190 F. Coarelli, « Roma, la città come cosmo », Mégapoles, p. 299-303.
  • 191 Par exemple, M. Corbier, « L’aerarium militare sur le Capitole », Armées et provinces romaines, 3, (...)
  • 192 Pour un aperçu global, Nicolet, César, p. 271-313.

40F. Coarelli, à la suite de C. Nicolet, insiste sur l’existence d’infrastructures administratives qui seules permettent de rendre compte de la durée et de la cohésion de l’Empire190. Il s’appuie sur les apports de la recherche archéologique pour inviter à tenir compte de lieux caractéristiques, susceptibles de donner vie et réalité à ces fonctions administratives : les services de la préfecture urbaine (le temple de la Paix), des eaux (au Largo Argentina), de l’annone (à proximité du temple de Flore), des vigiles (crypta Balbi), du cursus publicus (portique Vipsania). L’édifice improprement appelé les « marchés de Trajan », étroitement associé au Forum Traianeum, devrait, dit-il, inciter à rechercher derrière la façade grandiose la réalité d’une fonction politique et administrative à la mesure de Rome et de sa puissance dominatrice. Assurément, comme le montrent aussi les lieux d’affichage des constitutions octroyant la citoyenneté romaine aux soldats des corps auxiliaires191, les listes et recensements, les procès-verbaux et comptabilités, les copies d’actes et registres ou les archives judiciaires reflétaient l’activité quotidienne d’une ville gouvernée et siège du gouvernement de l’Empire192. La question de l’inefficacité, des pesanteurs, des lacunes et des erreurs, impérities ou malversations n’est pas ici en question. Une administration organisée n’est pas suffisante, elle était indispensable et Rome en a tiré parti au moins pour tout ce qui concernait le pouvoir et sa conservation.

41Quoi qu’il en ait été, Rome ne fut pas seulement une capitale administrative, coordonnant la vie des communautés et reliée par un circuit de communications permanent au reste de l’Empire. Son autorité, sa majesté, sa reconnaissance comme modèle et patrie commune provenaient de sa capacité à accumuler, à entasser, à se transformer et à vivre en symbiose avec les terres éloignées, à son cosmopolitisme. Les liens religieux et symboliques noués avec les communautés provinciales, la filiation divine du pouvoir impérial, les réseaux de relations sociales, la concentration des richesses et le caractère inouï des fêtes et spectacles, la capacité à être la reine des Villes et la protectrice de l’Empire contribuaient tout aussi efficacement que les prouesses administratives et le maintien de l’ordre public à perpétuer une domination devenue moins agressive, mais réelle. Aussi, ce que notre enquête a mis en exergue, c’est à la fois une dissymétrie et une distribution effective des rôles. Dissymétrie, parce que Rome est un réceptacle, un lieu de concentration d’activités et de ressources et créations de toute sorte sans équivalent et indépendant des autres centres. Distribution des rôles, volontaire, entre un centre objet de toutes les attentions du pouvoir et une large périphérie qui n’existe à ses yeux que comme auxiliaire ou comme ennemi, au point que se confondent les populations turbulentes et les populations pacifiées dans un discours officiel imprégné d’idéologie triomphale. C’est moins par son gigantisme lui-même que par ce qu’il révèle que Rome façonna pour longtemps l’image de la capitale tête d’un Empire qu’elle guidait et qui la portait. Mais on ne saurait négliger le fait que cette situation allait de pair avec le maintien d’une agglomération confrontée quotidiennement à des problèmes nombreux et difficiles dans laquelle il n’était pas, en dépit des attentions dont le pouvoir n’aurait pu se dispenser et des privilèges accumulés, facile de vivre et de prospérer pour le plus grand nombre, au sein d’une société hétérogène et inégalitaire. La ville, centre d’un Empire qui n’était pas centralisé, vivait en grande partie d’un fort capital symbolique qui ne pouvait que fructifier tant que l’empereur l’associait aux manifestations de sa puissance et de son hégémonie.

Notes

1 Nh, 3, 40 (CUF, trad. H. Zehnacker). Sauf indications contraires les traductions utilisées sont, pour les auteurs latins, celles de la collection CUF et de la Loeb pour les textes grecs ou d’éditions récentes facilement accessibles (« La Roue à Livres/documents », Les Belles Lettres : Aelius Aristide, trad.
L. Pernot ; Hérodien, trad. D. Roques). Pour les Res Gestae Divi Augusti (= RGDA) la référence est l’édition de J. Gagé (annotée mais sans traduction).

2 Voir infra, n. 5.

3 La formule n’a pas de caractère officiel et est surtout connue par ses prolongements chrétiens qui s’appuyaient sur la tradition. Virgile, dans la quatrième Géorgique, décrit la res publica sous prétexte de faire vivre la cité des abeilles (149-218) et leur attribue une sedes augusta qui est aussi leur urbs :
J. Griffin, Latin Poets and Roman Life, Londres, 1985, p. 165.

4 Nh, 23, 39. Même si le propos se rapporte à l’Italie, il est évident que c’est à Rome qu’il revient d’en avoir façonné le destin, celui d’une terre « choisie par la volonté des dieux pour donner au ciel même plus d’éclat, rassembler des empires dispersés, adoucir les moeurs, rapprocher par la pratique d’une langue commune les idiomes discordants et sauvages de tant de peuples et faire naître le dialogue, donner aux hommes la civilisation en un mot, devenir l’unique patrie de toutes les nations du monde entier ».

5 La formule caput imperii ne se trouve guère appliquée à Rome, ce qui se comprend, car seul l’empereur est le titutlaire de l’imperium. La ville de Rome ne saurait être véritablement le caput imperii ; seul César peut y prétendre (voir Tacite, Ann., 13, 4 : « Jusques à quand, César, souffriras-tu que la res publica reste sans tête ? »). Rome est au premier chef un caput géographique, territorial, comme Paris est la capitale de la France et non de la République. C. Nicolet, L’inventaire du monde.
Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris, 1988 (= Nicolet, Inventaire), p. 206 et 296, rappelle que l’expression Roma caput orbis terrarum, présente chez Tite-Live et chez Ovide, apparaît dans la littérature sous Auguste, et indique qu’il s’agit avant tout d’une métaphore. Tacite, Ann., 1, 16, 1, reprend l’image du corpus imperii qui fait écho au caput de Pline l’A. Le décret de Pise (CIL, XI, 1421 = ILS, 140) définit Auguste comme custos imperi Romani totiusque orbis terrarum praeses. On notera encore que Pline l’A., Nh, 3, 38, dit caput terrarum et que Stace, Silv., 1, 2, 191-192, met dans la bouche de Vénus, la mère de Rome, l’expression septemgemina Roma, imperii Latiale caput. Rome est avant tout le pôle géographique d’un Empire dominé par l’imperator.

6 Voir le propos attribué à Ti. Claudius Pompeianus par Hérodien, Histoire des empereurs romains, 1, 6, 5 : « Rome est là où est l’empereur. » La formule rappelle, comme Tacite dans les Histoires, 1, 4
(infra, n. 19), que Rome restait cependant, en 180 apr. J.-C., le centre, le lieu où le pouvoir se gagnait et où le prétendant acquérait sa légitimité. Voir, en outre, F.Millar, The Emperor in the Roman World, Londres-New York, 2e éd., 1992 [1977] (=Millar, ERW), p. 28-57 particulièrement. Le lien avec la ville de Rome est cependant très étroit et complexe, ce qui justifie les rites de la profectio et de l’adventus à chaque départ et retour officiel.

7 Voir par exemple C. Nicolet, Rendre à César. Économie et société dans la Rome antique, Paris, 1988
(= Nicolet, César), p. 271-313.

8 Stace, Silves (trad. H. Izaac), utilise magna Roma à plusieurs reprises : 1, 1, 65 ; 3, 5, 76 ; 5, 1, 217.

9 C’est volontairement que je laisserai de côté les étrangers et provinciaux dont l’étude pose d’autres questions et rappelle que l’étude de Rome ville et capitale implique une mutiplicité d’enquêtes de niveau différent. Il va de soi que Rome était une ville cosmopolite, ce qui n’éclaire qu’en partie la notion de capitale, mais est une conséquence de ce statut prééminent.

10 Dion Cassius, 52, 19, 6 (sur l’égalité avec les « alliés » et l’empire comme cité unique) et 30, 1-2 (sur la supériorité de Rome). Voir, en outre, A. Giardina, Introduction, dans Storia di Roma d’all’antichità a oggi. Roma antica, Rome-Bari, 2000 (= Roma antica), p. IX-XI (sur le rôle de la fides).

11 Aelius Aristide, Éloge de Rome (= Aristide, Éloge), 13 : « Ce qu’on ne voit pas ici ne fait pas partie des choses qui existèrent ou qui existent. » C’est par commodité que je cite selon le titre traditionnel de l’ouvrage, tout en n’ignorant pas que la suggestion de L. Pernot « En l’honneur de Rome » serait préférable.

12 Voir la mise au point d’E. Lo Cascio, Il princeps e il suo impero. Studia di storia amministrativa e finanziaria romana, Bari, 2000 (= Lo Cascio, Princeps), p. 88-93, qui pense que les modifications de la limite pomériale (prolatio pomoerii), inaugurées par Sylla, furent peu nombreuses et ne sanctionnèrent pas une conquête quelconque, mais seulement celle qui débouchait sur la création d’une nouvelle province. C.Moatti, La raison de Rome. Naissance de l’esprit critique à la fin de la République, Paris, 1997 (= Moatti, Raison), p. 292.

13 Moatti, Raison, p. 249. A. Giardina, Perimetri, dans Roma antica, p. 27-34. Voir aussi Dion Cassius, 53, 17, 4.

14 À la suite de la division en régions, les trente-cinq tribus, comme le montrent les inscriptions, sont désormais rassemblées dans la ville et définissent la plebs urbana : voir CIL, VI, 910 = ILS, 168 et CIL, VI, 909 = ILS, 176. Nicolet, Inventaire, p. 209-215. La plèbe urbaine domiciliée dans les limites de la Ville symbolisait de ce fait ouvertement le corps des citoyens par excellence, ce qui ne veut pas dire qu’elle se substituait complètement au corps civique en cas d’élection ou de vote.

15 Les provinces sont assurément, durant la période, des circonscriptions définies selon une base territoriale.
Celle-ci pouvait être modifiée par subdivision ou regroupement, comme pouvait en principe être modifié le statut administratif pour des raisons militaires, fiscales ou politiques qu’on ne peut pas toujours déterminer.

16 Nicolet, Inventaire, p. 27-40. Le problème d’un progrès des connaissances et d’un nouvel esprit « scientifique » est ainsi soulevé. Il s’agit peut-être surtout d’une question de degré (le Sénat avait dans le passé tracé la voie) plus que de nature et de la volonté augustéenne d’une meilleure mobilisation des savoirs à des fins politiques (l’art de gouverner).

17 Sur l’Vmbilicus : F. Coarelli, Guide archéologique de Rome, Paris, rééd. 2001 [1994] (= Coarelli, Guide), p. 50-51 ; Moatti, Raison, p. 262-263. Sur le milliaire en marbre et lettres d’or : (en 20 av.
J.-C.) Pline l’A., Nh, 3, 66 ; Dion Cassius, 54, 8, 4. Aussi R. Chevallier, Les voies romaines, Paris, 1972, p. 76.

18 Nicolet, César, p. 295 ; id., Inventaire, p. 206-207. Malgré les sources, qui reflètent des projets marqués au coin de la guerre civile, Alexandrie n’aurait pu véritablement menacer Rome qu’en cas de défaite de celle-ci entraînée par la chute d’Octave (mais Antoine vainqueur aurait-il pris une décision délicate et moins conforme à sa philosophie politique qu’on ne l’affirme parfois ?). L’idée que le choix de la résidence des Ptolémées aurait facilité la reconquête de l’Empire d’Alexandre tenait de la guerre de communiqués et de l’exagération destinée à faire peur.

19 Le texte des RGDA indique dès le départ que les actions ont été entreprises dans l’intérêt des Romani et de l’imperium populi Romani, ce qui s’explique surtout par le fait qu’Auguste avait prétendu restaurer la res publica Romana triomphante et donc Rome même. En outre, le préambule souligne que c’est à Rome que devait être affiché le texte de ces res gestae (quae sunt Romae positae).

20 acite, Hist., 1, 4, 2 : evulgato imperii arcano posse principem alibi quam Romae fieri.

21 Malgré G. Alföldy, Provincia Hispania Superior, Heidelberg, 2000, p. 28-31. En effet, les appellations de Bretagne inférieure et Bretagne supérieure, Germanie inférieure et Germanie supérieure, Mésie inférieure et Mésie supérieure ou encore Dacie supérieure n’étaient pas dues à la position du territoire provincial en amont ou en aval du fleuve, à la façon des départements français du Haut et du Bas-Rhin. En bonne logique l’Hispania Superior devrait être la plus proche de Rome.

22 Le cas de Tibère, qui ne remit plus les pieds à Rome de 26 à sa mort en mars 37 et choisit alors de séjourner principalement à Capri (Suétone, Tib., 39, 1-2 et 40, 1) est présenté par Suétone (Tib., 41) comme un refus de gouverner et de suivre les affaires de la res publica. La réalité montre qu’il n’en fut rien, mais que l’empereur dut trouver un mode de relation avec Rome et le Sénat et la plèbe (le résumé de Dion Cassius par Xiphilin, 58, 1 = 142, 18-21, indique que Tibère crut devoir entretenir l’idée d’un retour possible jusqu’à la fin). La solidarité de Rome et de l’Auguste, exprimée aussi religieusement, était sous les Julio-Claudiens et ensuite un des fondements de la puissance impériale et symbolisait l’alliance étroite de la géographie et de l’histoire, la maîtrise conjuguée de l’espace et du temps.

23 L’urbs aeterna est déjà présente chez Tibulle. Roma aeterna, dont la dimension est à la fois religieuse (dea Roma ; voir CIL, III, 5443 et la mention sacerdos urbis Romae aeternae) et politique, apparaît sur les monnaies d’Hadrien. On peut signaler aussi, bien qu’elle date de l’époque sévérienne, l’inscription africaine de Thibursicu Bure consacrée à Vrbs Roma aeterna Augusta (CIL, VIII, 1427 = ILS, 3926). En revanche, l’expression de Martial, Ep., 1, 3, 3, Roma domina est péjorative et est traduite parfois sans nuance par « Rome maîtresse du monde ». L’expression, dans le contexte, est ambiguë et évoque aussi la maîtresse capricieuse et exigeante envers son amant.

24 Le choix du Palatin, la plus centrale des collines de Rome, par Auguste, tenait non seulement au fait qu’il était né (Suétone, Aug., 5, 1) sur cette colline la plus prestigieuse et la plus ancienne, mais aussi à la position qu’elle occupait par rapport au Forum Romanum que le Palatin surplombait (voir par exemple G. Carettoni, « La X Regione : Palatium », L’Urbs. Espace urbain et histoire (ier siècle av. J.-C.-iiie siècle apr. J.-C.), Actes du colloque international organisé par le Centre national de la recherche scientifique et l’École française de Rome (Rome, 8-12 mai 1985), Rome, 1987 (= L’Urbs), p. 775-777 en particulier).

25 R. Bianchi Bandinelli, Rome. Le centre du pouvoir. L’art romain des origines à la fin du deuxième siècle, Paris, 1969 (L’Univers des Formes).

26 Dion Cassius, 52, 1-40.

27 Sur le mos ou tradition, Moatti, Raison, p. 32-33. Les rapports du mos avec la loi situent bien le caractère composite de la cité romaine et la difficulté à démêler l’écheveau d’une construction politique qui n’est ni seulement morale ni seulement juridique (le ius publicum est ce qui définit les institutions).

28 Voir l’expression statio paterna pro republica du s.-c. de Cn. Pisone patre (AE, 1996, 885) à laquelle fait écho Velleius Paterculus, 2, 124, 2 (ut stationi paternae succederet). Le sens n’est pas ici militaire à proprement parler et évoque la tutelle, la surveillance, le contrôle de la paix civile et de la res publica.

29 Voir J.-L. Ferrary, « À propos des pouvoirs d’Auguste », CCG, 12, 2001 (= Ferrary, « Pouvoirs »), à paraître. Je le remercie de m’avoir communiqué son texte inédit qui offre des analyses aussi exhaustives que fécondes sur un thème pourtant largement traité dans le passé. Voir aussi supra sa contribution à ce volume, p. 9-22.

30 Ferrary, ibid., insiste à juste titre sur le fait que l’imperium d’Auguste était un imperium consulaire dans la tradition des époques antérieures. Il faudrait attendre Valère Maxime, 6, 9, 7, pour que la notion d’imperium proconsulaire apparaisse. Il met en avant aussi le fait que la province d’Auguste en 27 serait extraordinaire et aurait réclamé une loi comitiale. Toutefois, il me semble que la lecture de Dion Cassius, avec toutes les précautions qu’elle réclame, ne permet pas d’exclure qu’Auguste avait reçu du Sénat ses provinces en qualité de proconsul (que cela ait été ou non ratifié par les comices ensuite), soit à égalité avec les autres gouverneurs, ce qui rend mieux compte aussi de son imperium maius quam qu’après J. Béranger, J.-L. Ferrary met bien en lumière.

31 On rappellera avec Millar, ERW, p. 12, que Marc Aurèle à Sirmium se considérait comme absent de Rome temporairement et en raison des circonstances.

32 L’historiographie insiste aujourd’hui sur le caractère monarchique dès l’origine du pouvoir mis en place par Auguste (les Grecs disent basileus) et nuance l’appréciation portée sur les Julio-Claudiens ou les Flaviens par Tacite, Pline le Jeune et l’époque antonine dont l’impartialité n’est pas la préoccupation essentielle.

33 Nicolet, Inventaire, p. 159-179 et 201-223.

34 Stace, Silv., 5, 1, 75-100, décrit, sous Domitien, l’immensité des tâches administratives qui incombent partout aux envoyés de l’empereur responsable de tout ; aini v. 86-88 : « Envoyer dans le vaste univers, en tout sens, les ordres du chef de la cité romuléenne, diriger de sa main toutes les forces et les ressources de l’empire. »

35 Sur les actes législatifs de l’empereur et son activité d’administrateur, Millar, ERW, p. 203-259.

36 Voir les tableaux chronologiques de H.-G. Pflaum, Abrégé des procurateurs équestres, adaptation française par S. Ducroux et N. Duval, Paris, 1974, p. 9-32.

37 W. Eck, L’Italia nell’impero romano. Stato e amministrazione in epoca imperiale, Bari, trad. ital., 1999, p. 95-99.

38 La correspondance de Pline le Jeune, légat de Pont et Bithynie, et de Trajan, bien qu’exceptionnelle par la qualité des deux personnages et par la fréquence des lettres, donne une idée des échanges administratifs et de leur teneur au début du iie siècle apr. J.-C.

39 Strabon, 17, 3, 25 ; Dion Cassius, 53, 12-13 ; Gaius, Instit., 2, 7. La question essentielle tourne autour de l’appellation à donner aux provinces autres que celles de l’empereur (les provinciae Caesaris de Gaius), qui sont aussi des provinces du peuple romain (Gaius écrit au iie siècle et enregistre une évolution du vocabulaire due à la pratique administrative), l’expression provincia publica n’étant pas formellement utilisée. Lo Cascio, Princeps, p. 13-17 et 28-36, parle de provinciae publicae et développe l’idée que le fondement de l’empire serait la répartition entre le populus Romanus et le princeps, celui-ci tendant à se substituer de plus en plus à celui-là. Il me semble plus juste de considérer qu’Auguste en charge de la res publica constituée du Sénat et du peuple s’est superposé dès le départ à la cité dont il n’a pas modifié les bases juridiques.

40 Ferrary, « Pouvoirs », insiste sur la continuité formelle et met en exergue le res publica restituta de 28 av. J.-C. tout en rappelant que le « partage » de 27 donna lieu à une loi sur les provinces et non à une loi sur l’imperium.

41 Ferrary, « Pouvoirs », qui remarque l’usage du seul imperium consulare dans les RGDA, pouvoir qu’on ne saurait restreindre à l’imperium domi.

42 Voir parmi d’autres, le sénatus-consulte AE, 1996, 885, l. 34-36. Voir aussi Ferrary, « Pouvoirs ».

43 Dion Cassius, 53, 13.

44 F. Millar, « “Senatorial” Provinces : an institutionalised Ghost », Ancient World, 20, 1989, p. 93-97.

45 L’Égypte apporte un éclairage essentiel sur la naissance des provinces impériales proprement dites dont elle est au sens propre le premier exemple. Voir aussi, parmi d’autres, Lo Cascio, Princeps, p. 33-36. Il ne s’agit pas pour autant d’un satut exceptionnel, mais d’une nouvelle organisation liée au nouveau pouvoir d’Auguste.

46 Ce n’est pas par hasard que le sénatus-consulte de Cn. Pisone patre devait être affiché dans les camps près des enseignes (AE, 1996, 885, l. 172 : in hibernis cuiusque legionis at signa figeretur). Le contrôle des légions depuis Rome ne posait que rarement des problèmes en temps normal : la désignation des commandants et des officiers par l’empereur, les instructions et le monopole du triomphe étaient de nature à permettre une surveillance efficace. L’armée n’était une force dangereuse qu’en cas de vacance du pouvoir ouvrant une crise de succession et une compétition entre prétendants.

47 Voir par exemple, M. Christol, « Pline l’Ancien et la Formula de la province de Narbonnaise », La mémoire perdue. À la recherche des archives oubliées, publiques et privées, de la Rome antique, Paris, 1994, p. 45-63. Nicolet, Inventaire, p. 203-206.

48 Sur les mandata, leur existence dès Auguste (Dion Cassius, 53, 15, 4) et leur contenu, Millar, ERW, p. 642-643 ; et Id., « State and Subject : the Impact of Monarchy », F. Millar & E. Segal (éd.), Caesar Augustus. Seven Aspects, Oxford, 1984, p. 47-49.

49 Les découpages des territoires provinciaux ne s’appuyaient qu’incidemment sur la géographie comme le montrent les tripartitions des Gaules et des Espagnes. Il n’y avait pas à proprement parler d’identité fondée sur la province : voir aussi W. Eck, « Provinz-Ihre Definition unter politisch-administrativen Aspekt », Was ist eingentlich Provinz, herausgegeben von H. von Hesberg, Cologne, 1995, p. 15-32, qui rappelle, au diapason de l’ensemble des contributions, l’absence de personnalité provinciale susceptible de créer une identité provinciale. Martial, Epigr., 12, praef., 6, quand il indique « ne Romam, si ita decreveris, non Hispaniensem librum mittamus, sed Hispanum » rend seulement compte de l’infériorité où étaient tenus à Rome les provinciaux ou ceux qui se réclamaient de leur origine provinciale.

50 Gaius, Instit., 2, 2, 7.

51 Cicéron, 2Verr., 2, 7 ; voir aussi, Lo Cascio, Princeps, p. 29.

52 Cicéron, 2Verr., 3, 12 : praemia victoriae et poena belli ; Tacite, Agricola, 11-12 ; Strabon, 4, 5, 3
(sur la Bretagne et le prix de sa conquête). Nicolet, Inventaire, p. 67, tient pour acquis que la conquête de la Bretagne fut un échec d’Auguste, ce qui n’est pas démontré à mon avis.

53 Voir Lo Cascio, Princeps, p. 133-149, qui réfléchit à la distinction entre res privata et ratio privata et à la relation entre les deux. Aussi F. Jacques & J. Scheid, Rome et l’intégration de l’Empire 44 av.
J.-C.-260 apr. J.-C., Paris, 1990, p. 98, qui évoque le problème chronologique de l’individualisation de la res privata. On ajoutera que l’Italie n’était pas exclue du patrimoine impérial ni des terres publiques.

54 Lo Cascio, Princeps, p. 50-62, dont le propos est sous-tendu par l’idée d’une répartition entre le peuple et l’empereur.

55 Ce n’est que sous Néron que les questeurs Saturni furent remplacés par les préfets aerarii Saturni.

56 Lo Cascio, Princeps, p. 52, n. 161, avec la bibliographie.

57 Voir Lo Cascio, Princeps, p. 58-59. Suétone, Aug., 101 et Dion Cassius, 56, 33, 1 ; Nicolet, Inventaire, p. 29 : les sources font état, entre autres d’un Breviarium totius imperii ou bilan des ressources de l’Empire, y compris l’état des armées. Suétone, Cal., 16, 1 ; Dion Cassius, 59, 9, 4.

58 C. Brenot, X. Loriot & D. Nony, Aspects d’Histoire économique et monétaier de Marc Aurèle à Constantin 161-337 après J.-C., Paris, 1999, p. 22.

59 Strabon, 3, 4, 20, donne à entendre que les procurateurs disposaient directement des sommes destinées à nourrir et payer les soldats.

60 Voir RGDA, 34, et des monnaies de 28-27 av. J.-C. (Ferrary, « Pouvoirs »).

61 Voir Aristide, Éloge, 31, 90, 109, où l’empereur est défini comme le prytane, celui qui préside (prutaneuein) à la destinée de toutes choses.

62 Ce que les élites des cités grecques de l’Empire, par la bouche d’Aristide (Éloge, 34 et 51), mettaient au principal crédit des Romains. Sur le discours et sa représentativité, voir l’Introduction de L. Pernot, p. 49-53.

63 Tacite, Ann., 6, 13 et 12, 43 ; Suétone, Claud., 18, 1-3 ; Dion Cassius, 60, 11, 1-5. Voir aussi Florus, 1, 47, 2 et 8.

64 La dépendance ainsi créée laissait Rome à la merci des aléas des tempêtes et de la mauvaise saison (période du mare clausum ou mer fermée), malgré les mesures prises à partir de Claude.

65 Aristide, Éloge, 11 : « Car ce qui pousse ou qui est fabriqué chez les différents peuples se trouve toujours nécessairement ici, et en abondance. » La part faite de la dimension encomiastique, le rhéteur suit l’idée que Rome est incomparable et suggère que la Ville est réellement le centre et un résumé de ce que produit la terre habitée.

66 Parmi d’autres, C. Pavolini, « Il fiume e i porti », Roma antica (= Pavolini, « Fiume »), p. 175-181.

67 F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, t. 3 : Le temps du Monde, Paris, 1979 (= Braudel, Civilisation 3), p. 12-33 en particulier.

68 Aristide, Éloge, 11. Rome, lieu de convergence, rassemble en son sein la totalité des forces de l’Empire qui la nourrissent et dont elle assure la prospérité. A. Tchernia & D. Viviers, « Athènes, Rome et leurs avant-ports : “mégapoles” antiques et trafics méditerranéens », C. Nicolet, R. Ilbert & J.-Ch. Depaule (dir.), Mégapoles méditerranéennes. Géographie urbaine rétrospective (= Mégapoles), Actes du colloque organisé par l’École française de Rome et la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Rome, 8-11 mai 1996), Rome, 2000 (CEFR-261) (= Tchernia & Viviers, « Avant-ports »), p. 782, écrivent : « Le caractère le plus surprenant du ravitaillement de Rome à partir d’Auguste est l’extension spatiale du réseau qui y pourvoit, jusque pour les produits de consommation courante. » Le terme de « surprenant », formel dans le contexte, ne saurait tenir lieu d’analyse.

69 Braudel, Civilisation 3, p. 14.

70 Ibid., p. 12 et n. 3, p. 549 et supra n. 68.

71 J. Andreau, Banque et affaires dans le monde romain (ive siècle av. J.-C.-iiie siècle apr. J.-C.), Paris, 2001, p. 257-282.

72 J.-Ch. Depaule & R. Ilbert, « Un instrument d’analyse », Mégapoles, p. 978.

73 Voir C. Nicolet, « Subsistances et mégapoles méditerranéennes », Mégapoles, p. 746-747. Tchernia & Viviers, « Avant-ports », p. 768-771 en particulier, dans une réflexion d’ensemble sur un modèle antique mégapole-avant-port que ne connaîtrait plus le Moyen Âge (p. 761).

74 Voir infra, p. 266 : la taille de Rome, 1 million d’habitants pour un Empire de 70 millions d’habitants reste raisonnable si on la compare à la ville de Londres au xixe siècle dans une Grande-Bretagne moins peuplée que l’Empire romain. C’est toute l’ambiguïté de la notion de capitale qui appelle l’étonnement et l’admiration, mais occulte, ce faisant, les réalités urbaines, positives et négatives, en exagérant volontairement ou non les efforts nécessaires à l’entretien de la ville et à la bonne marche de ses activités.

75 L’épisode évoqué par Pline le Jeune, Panégyr. Traj., 31-32, qui montre que Rome, à l’initiative de l’empereur, renvoyait, en cas de nécessité, des surplus vers la périphérie (ici l’Égypte) révèle davantage le « centre » que le « relais distributeur ».

76 Les contrôles fiscaux se réfèrent volontiers aux circonscriptions administratives officielles, ce qui me semble être aussi un élément permettant de reconnaître l’intervention de l’administration impériale : voir l’expression ad oleum Afrum et Hispanum recensendum (CIL, II, 1180 ; AE, 1965, 237).

77 Je me rallie à la distinction proposée par P. Garnsey, Famine et approvisionnement dans le monde gréco-romain, Paris, trad. fr., 1996 (= Garnsey, Famine), p. 29-34, entre disette ou pénurie passagère (crise de subsistance) et famine ou manque durable et total. Voir aussi C. Virlouvet, Famines et émeutes à Rome des origines de la République à la mort de Néron, Rome (CEFR-87), 1985
(= Virlouvet, Émeutes), p. 19-35, sur les relations entre famines et émeutes qui n’ont rien d’automatique.
L’inventaire des crises, p. 16-19, montre que de César à Claude les problèmes ont été fréquents, mais s’expliquaient par une « sensibilité » plus grande de la population à ce qui touchait son ravitaillement.

78 Toutefois Garnsey, Famine, p. 265-266 et 290-292, pense que les périodes 41-36 av. J.-C. (à cause du blocus de Sex. Pompée) et 5-9 apr. J.-C. (témoignages de Dion Cassius, LV, 22-33) s’apparentent davantage à des famines qu’à des pénuries passagères.

79 Garnsey, Famine, p. 288-296. L’année 69, qui vit la guerre civile jusque dans Rome même, engendra une situation particulièrement grave, en raison de la priorité accordée aux soldats.

80 Ibid., p. 291-293 particulièrement.

81 Virlouvet, Émeutes, 1985, p. 96-102. Tchernia & Viviers, « Avant-ports » (supra, n. 73), p. 781 et 799, rappelle les disettes fréquentes jusqu’à Claude dues à la difficulté d’approvisionner les greniers durant la période de mer fermée (novembre à mars).

82 Voir supra, n. 78.

83 Ce qu’on peut déduire des témoignages de Sénèque, De brev. vitae, 18, 5 ; Tacite, Ann. 12, 43, 2 ; Hist., 4, 52, 5 : voir aussi Virlouvet, Émeutes, p. 99, n. 38, et Garnsey, Famine, p. 292 et p. 392, n. 12.

84 Tchernia & Viviers, « Avant-ports » (supra, n. 73), p. 781.

85 Ibid., p. 781-783 ; Virlouvet, Émeutes, p. 96-102.

86 Dion Cassius, 54, 1, 4 et RGDA, 5, 2.

87 H. Pavis d’Escurac, La préfecture de l’annone service administratif impérial d’Auguste à Constantin, Rome, 1976 (= Pavis d’Escurac, Annone), p. 54-60, montre que praefectus annonae est le titre officiel aux deux premiers siècles, les expressions ad annonam Vrbis ou annonae (sacrae) Vrbis faisant référence à la Ville ne se développant qu’à partir de l’époque sévérienne. Le choix d’un fonctionnaire équestre, en revanche (voir p. 31), me paraît avoir tenu essentiellement au fait que l’empereur entendait se réserver le monopole du contrôle du ravitaillement et non à une plus grande compétence des chevaliers par rapport aux sénateurs.

88 LTVR, 4, Rome, 1999, s. v. (F. Coarelli), p. 345-346 : selon l’a., la statio se trouvait non loin de Sta Ma in Cosmedin, mais non à l’emplacement de cette église où ont été insérés les restes d’un portique postérieur à l’incendie de 64. En s’appuyant sur CIL, XV, 7172 (un collier d’esclave), F. Coarelli suggère une localisation à proximité du temple de Flore, en liaison aussi avec le temple de Cérès, à hauteur des carceres du Cirque maxime.

89 Pavis d’Escurac, Annone, p. 188-197, en particulier, qui pense que le blé est la denrée principale au ier siècle et que s’y ajoute l’huile au iie, avant l’instauration de distributions gratuites sous Septime Sévère. Si l’annone renvoie à toutes les époques prioritairement au blé, on ne peut exclure que l’huile ait été concernée irrégulièrement aussi dès le ier siècle de notre ère. Le vin ne fit sans doute pas partie des denrées annonaires avant Aurélien : voir A. Tchernia, Le vin de l’Italie romaine, Rome, 1986 (= Tchernia, Vin), p. 299, mais je n’exclurai pas que dans certaines circonstances, malheureusement non directement attestées, l’administration romaine ait surveillé l’approvisionnement en vin : on ne doit pas trop faire dire au seul témoignage de la réponse d’Auguste à la plèbe concernant les aqueducs prévus par Agrippa et l’approvisionnement en eau suffisant pour étancher la soif de quiconque (Suétone, Aug., 42, 1), qui peut au contraire indiquer que l’intervention impériale demeurerait liée, s’agissant du vin, à des circonstances exceptionnelles.

90 J. Le Gall, Le Tibre, fleuve de Rome dans l’Antiquité, Paris, 1953, p. 216-223 et 257, à compléter par R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford, 1973 [1960], p. 292-293 ; voir aussi Pavolini, « Fiume »
(supra, n. 66), p. 177-179. Pavis d’Escurac, Annone, p. 226-227.

91 On distingue le portique Minucia Vetus, au Champ de Mars (zone du Largo Argentina), daté de 107 av. notre ère, et le portique Minucia Frumentaria (le mot portique est féminin en latin), créé sous Claude, selon l’opinion commune (mais d’autres n’excluent pas Auguste), et extension du précédent, de localisation désormais probable (malgré les réticences de certains érudits) : Coarelli, Guide, p. 198-199.

92 Voir W. Eck, « Beförderungskriterien innerhalb der senatorischen Laufbahn, dargestellt an der zeit von 69 bis 138 n. Chr. », ANRW, II, Principat, 1, 1974, p. 192 et n. 154. Toutefois, Pavis d’Escurac, Annone, p. 36-39, fait remarquer qu’on ne connaît pas le nom administratif des nouveaux responsables pendant cette période et qu’il s’agit surtout d’un argument e silentio.

93 Pavis d’Escurac, Annone, p. 159 en particulier.

94 Ibid., p. 134-145, pense que ce sont les gouverneurs qui avaient la charge de superviser les envois faute de la mention de spécialistes dans les documents, mais, sauf exception, un gouverneur (à plus forte raison un proconsul) n’empiétait pas sur les prérogatives des caisses impériales confiées aux procurateurs spécialisés ou non.

95 Voir par exemple J. Arce, « La iconografía de “Hispania” en época romana », AEA, 53, 1980 (= Arce, « Iconografía »), p. 86-87, n° 24, avec la bibliographie essentielle.

96 Aristide, Éloge, 12 (trad. L. Pernot).

97 Par exemple CIL, VI, 1625b = ILS, 1340 ; CIL, VI, 1935 = ILS, 7489. Sur les amphores du Testaccio la mention de la province est surout postérieure à notre période, et c’est à partir des Sévères que la date consulaire devient habituelle en position d.

98 C. Nicolet, Censeurs et publicains, p. 241-243 surtout. Voir aussi P. Le Roux, « L’huile de Bétique et le prince : sur un itinéraire annonaire », Hommage à Robert Étienne, REA, 88, 1986 (= Le Roux, « Huile »), p. 251.

99 Pline l’A., Nh, 17, 19, 94. Voir aussi Le Roux, « Huile », p. 250-252.

100 Sur le plan méthodologique, la difficulté tient à l’existence d’un double contrôle des marchandises, douanier et annonaire et à la relation qu’entretenaient les inscriptions peintes avec ces formes de contrôle. On lira avec profit J. France, Quadragesima Galliarum. L’organisation douanière des provinces alpestres, gauloises et germaniques de l’Empire romain, Rome, 2001 (CEFR-278), p. 273-305 et 449-450, qui montre que la quadragesima était un impôt de passage, de franchissement d’une ligne. La question du contrôle du produit est un deuxième volet du problème et sa signification – contrôle de la qualité, lutte contre la fraude : voir B. Liou & A. Tchernia, « L’interprétation des inscriptions sur les amphores Dressel 20 », Epigrafia della produzione e della distribuzione (= Epigrafia della produzione), Actes de la VIIe rencontre franco-italienne sur l’épigraphie du monde romain organisée par l’université de Roma – La Sapienza et l’École française de Rome sous le patronage de l’Association internationale d’épigraphie grecque et latine, Rome 5-6 juin 1992, Rome, 1994 (= Liou & Tchernia, « Interprétation »), p. 149-153, plus particulièrement.

101 L’huile n’avait pas exactement le même statut que les céréales, mais différait aussi sur ce plan du vin (supra, n. 89 ; et Tchernia, Vin, p. 9-11). En outre, on rappellera les usages variés de l’huile qui servait à l’éclairage, aux thermes, à la parfumerie autant qu’à la cuisine qui, quantitativement, ne représentait qu’une part de la consommation.

102 LTVR, 5, s. v., p. 28 (M.Maischlberger). Coarelli, Guide, p. 241 ; E. d’Almeida, Los tituli picti de las ánforas olearias de la Bética, I, Madrid, 1989, p. 19-23 et 137-142.

103 Pavolini, « Fiume » (supra, n. 66), p. 167-172 : les arrivages s’étendent d’Auguste à Gallien. Des arrivages d’huile de Bétique sont enregistrés à Ostie dès Auguste : F. Taglietti, « Un inedito bollo laterizio ostiense ed il commercio dell’olio betico », Epigrafia della produzione (= Taglietti, « Bollo »), p. 178.

104 Il peut s’agir, selon les cas, d’un propriétaire, un tenancier ou un dépendant : Liou & Tchernia, « Inter prétation » (supra, n. 100), p. 152-153.

105 Ce point de vue, parfois défendu, a l’inconvénient d’être quelque peu anachronique (ce qui n’empêche pas que certains produits étaient plus réputés ou connus que d’autres : ainsi l’huile de Vénafre, l’huile de Bétique) et la multiplicité indéfinie des producteurs (inscription d) va, me semble-t-il, à l’encontre de cette lecture au même titre que les affirmations du Digeste, 13, 4, 3 (Gaius) sur les variations à l’extrême des prix selon les régions de l’Empire.

106 On observe que les amphores vinaires ne portent qu’épisodiquement des inscriptions peintes, beaucoup plus réduites, à la différence des amphores à huile de Bétique. En outre, ce n’est qu’avec l’Empire que ces tituli picti quels qu’ils soient apparaissent et correspondent à des contrôles du produit (voir Tchernia, Vin, p. 132 et [pour les Haltern 70] p. 141-142). On ajoutera l’existence de bouchons d’amphores vinaires épigraphes qui portent le nom du négociant propriétaire du vin.

107 Tchernia, Vin, p. 27-28. Toutefois, le vin n’échappait pas, sauf privilèges, aux droits de douane ou portoria.

108 Sans oublier la part destinée aux armées provinciales : voir J. Remesal Rodríguez, La Annona militaris y la exportación de aceite bético a Germania, Madrid, 1986, qui, malgré certaines conclusions contestables, met bien en évidence l’existence d’exportations intenses de la Bétique vers le Rhin.

109 SHA, 18, 3.

110 G. Chic et al., « Una nueva inscripción annonaria de Sevilla : M. Iulius Hermesianus, diffusor olei ad annonam Vrbis », Habis, 32, 2001 (= Chic, « Hermesianus »), p. 353-374, qui date le document (p. 362) de la deuxième moitié du iie siècle. La formule ad annonam Vrbis me paraît toutefois situer l’inscription au plus tôt sous Septime Sévère (voir Pavis d’Escurac, Annone, p. 58), date que retiennent désormais aussi les éditeurs du CIL, II2, 5, pour le monument d’Astigi CIL, II, 1481 = 5, 1180, où figure le petit-fils du diffusor.

111 CIL, II, 1481 et CIL, II2, 5, 1180. À ce jour, le terme de diffusor est réservé dans les inscriptions d’époque impériale à un corps de spécialistes du commerce, au sens large, de l’huile de Bétique et seulement d’huile de Bétique.

112 Chic, « Hermesianus » (supra, n. 110), p. 361. La lecture restituée statio (l. 4) ne semble pas absolument certaine et n’est pas aisée à interpréter, mais elle n’est pas contrôlable sur la photo et consistentis à la ligne suivante n’est pas non plus convaincant, ce que reconnaissent les éditeurs, sans s’étonner cependant qu’en ce cas ce serait le corpus (et non le personnage) qui serait consistens. Les fonctions exercées trouvent un écho dans l’épitaphe de C. Sentius Felix (CIL, VI, 29722 = ILS, 7490), mais le terme statio n’y figure pas.

113 Le Roux, « Huile » (supra, n. 98), p. 260-263, qui entendait surtout réagir contre un discours trop influencé par le capitalisme et le commerce modernes et mettre en valeur l’idée que les diffusores devaient leur existence comme corps à leur rôle au service de l’annone dès l’époque des Antonins, sans prendre parti sur la nature du commerce dans l’Empire, ni sur les rapports entre commerce administré et commerce libre.

114 B. Sirks, Food for Rome. The legal structure of the transportation and processing of supplies for the imperial distributions in Rome and Constantinople, Amsterdam, 1991 (= Sirks, Food), p. 47-56, à propos des negotiatores qui annonam adiuvant. M. G. Granino Cecere, « D. Caecilius Abascantus, diffusor olearius », Epigrafia della produzione, (= Granino Cecere, « Caecilius »), p. 717-719
principalement.

115 Taglietti, « Bollo », p. 177, où sont attestés désormais les liens du diffusorM. Cassius Sempronianus avec Ostie et Rome au iie siècle.

116 Voir Sirks, Food, p. 47-56, et Granino Cecere, « Caecilius » (supra, n. 114), p. 718-719.

117 M.-F. Loyzance, À propos de Marcus Cassius Sempronianus, Olisiponensis, diffusor olearius, p. 280-281. Je ne prends pas parti ici sur les implications commerciales de l’activité du diffusor.
Il est évidemment imaginable que les diffusores aient acquis et vendu de l’huile pour leur compte, mais ce n’est pas obligatoire si on admet qu’ils se chargeaient de faire acheminer de l’huile officiellement achetée ou contrôlée par l’annone, deux occupations qui pouvaient être combinées chez un même personnage.

118 J.-P.Morel, « La topographie de l’artisanat et du commerce dans la Rome antique », L’Urbs, p. 148-150 ; R. Étienne, « Extra portam Trigeminam », L’Urbs, p. 236-238 ; Pavolini, « Fiume », p. 166-169.

119 Son nom venait de sa fonction de lieu de déchargement des marbres.

120 Pavolini, « Fiume » (supra, n. 66), p. 169 ; Coarelli, Guide, p. 240-242. Les installations se poursuivaient en direction d’Ostie sur deux kilomètres.

121 Supra, n. 118.

122 A. Tchernia, « Subsistances à Rome : problèmes de quantification », Mégapoles, p. 757. Voir aussi la question du portus olearius attesté par l’inscription AE, 1980, 84, associé au vicus Victoriae ou rue descendant du Palatin vers le Forum Boarium et situable dans le secteur du temple d’Hercule Olivarius, patron du corps des olearii (voir aussi Le Roux, « Huile » (supra, n. 98), p. 247 ; et Coarelli, Guide, p. 222). Il faut admettre, au départ au moins, le fonctionnement simultané de plusieurs lieux le long du fleuve, peut-être en fonction des lieux d’arrivage. Un portus vinarius a existé également : Pavolini, « Fiume » (supra, n. 66), p. 174-175, qui illustre l’existence de deux ensembles portuaires fluviaux, celui de l’amont et celui de l’aval.

123 Sans revenir sur les travaux publiés sur cette question, je considère qu’on ne peut pas réduire purement et simplement à des synonymes et dans tous les cas diffusor, mercator et negotiator, même si, comme je l’ai dit, un même personnage pouvait porter plusieurs « casquettes » à la fois (voir supra, n. 117).

124 Se reporter supra, n. 95.

125 La Paix divinisée reçut bien un temple imposant à Rome sous Vespasien, mais l’édifice commémorait la victoire sur les juifs : pour un aperçu succinct de ce forum et de sa pinacothèque :
Coarelli, Guide, p. 89-90. Aussi, P. Gros & M. Torelli, Storia dell’urbanistica. Il mondo romano, Rome-Bari, 1988, p. 184-186. Également J. R. Patterson, « The City of Rome : from Republic to Empire », JRS, 82, 1992, p. 209-210, dans un travail qui donne une bonne idée de la complexité des débats et de la fragilité de certaines hypothèses ou propositions de reconstitution et d’identification de monuments ou quartiers aux différentes périodes de l’histoire urbaine.

126 P. Zanker, « Il mondo delle immagini e la comunicazione », Roma antica (= Zanker, « Immagini »), p. 212-213, qui distingue en outre « art » et « image » (p. 214), dont les ressorts sont différents, l’image ayant une force propre due à sa visibilité indépendamment de ses qualités strictement esthétiques. On sera toutefois attentif au fait que ce n’était pas à proprement parler une nouveauté.
Comme pour les inscriptions, l’époque augustéenne a marqué, du fait des conditions politiques nouvelles, un changement de degré plus que de nature. Le mot même de propagande, très connoté, doit être précisé (il s’agit en fait d’autoreprésentation d’un pouvoir lointain jouant le rôle d’instrument de communication) et replacé dans l’effort nouveau des générations du ier siècle av. J.-C. de redéfinir les rapports que Rome entretenait avec le monde (voir Moatti, Raison).

127 Zanker, « Immagini » (supra, n. 126), p. 229, qui souligne l’efficacité du langage figuré utilisé, ritualisé et répétable de génération en génération. Voir déjà, P. Zanker, « Immagini e valori collettivi », Storia di Roma. 2, L’impero mediterraneo, 2, I principi e il mondo, Rome-Bari, 1991, p. 193-220. Le caractère statique de l’image qui en aurait résulté aurait connu une aggravation au cours de l’évolution, à cause d’un désintérêt croissant pour la politique. On retrouve là, somme toute, un vieux débat qu’illustre le Dialogue des orateurs de Tacite à propos du déclin de l’éloquence, mais on a montré aussi que la rhétorique impériale n’était pas aussi convenue et dépourvue de ressources que l’historien ne l’affirmait et d’autres avec lui.

128 Provinciae fideles. Il fregio del tempio di Adriano in Campo Marzio, a cura di M. Sapelli, Rome, 1999 (= Provinciae fideles). Sur le monument, son emplacement et son identification, M. Sapelli, « Rilievi con province e con trofei dall’Hadrianeum in Campo Marzio », Provinciae fideles (= Sapelli, « Rilievi »), p. 7-25. Le temple fut inauguré en 145 apr. J.-C., si on donne foi à SHA, vit. Veri, 3, qui associe l’événement et le jour où le jeune L. Verus revêtit la toge virile. C’est sur ses ruines que fut installé en 1870 le siège de la Bourse. Aujourd’hui l’édifice, complètement réaménagé, correspond à la Chambre de commerce, Industrie, Artisanat et Agriculture de Rome.
La colonnade (11 colonnes conservées) donnant sur la piazza di Pietra a été en partie restaurée de 1981 à 1988.

129 13 colonnes latérales et 8 colonnes en façade. Voir aussi LTVR, 3, 1999, s. v. (M. Cipollone), p. 7-8.

130 Dont l’utilisation à Rome n’est pas antérieure au début du iie siècle apr. J.-C.

131 Provinciae fideles, p. 14.

132 Sapelli, « Rilievi » (supra, n. 128), p. 18-22, présente le dossier des hypothèses. Les deux propositions considérées comme les plus vraisemblables conduisent à rejeter celle de socles de la colonnade engagée de la cella ou d’une frise à l’intérieur de la cella.

133 Certaines pièces sont mutilées, et les attributs ont été restaurés de manière fautive à l’époque moderne.

134 Les braies ou braccae portées par une partie des personnages les distinguent de ceux qui sont vêtus du manteau et de la tunique longue.

135 Présence du carquois et flèche et coiffure en accord avec une représentation sur un sesterce de Trajan.

136 À cause du bonnet et de la hache biface.

137 Bras croisés sur la poitrine et bonnet dit phrygien. Le lourd manteau convient à un territoire allant du Danube à la Perse. Il faut exclure la Judée, ne serait-ce qu’en raison du bonnet phrygien.

138 La représentation de cette figure féminine regardant à gauche, prisonnière et affligée, renvoie à des monnaies d’Hadrien à la légende Germania.

139 En partie restaurée, mais l’épée courbe, et non une faucille, orienterait vers la Thrace, mais aussi vers la Dacie (C. Parisi Presicce, « Le rappresentazioni allegoriche di popoli e province nell’arte romana imperiale », Provinciae fideles [= Parisi Presicce, « Rappresentazioni »], p. 86).

140 Diadème des prêtres d’Isis et manteau à frange.

141 Malgré l’habit grec, l’image serait à rapprocher des coins monétaires relatifs à la Dacie sous Hadrien.

142 Voir aussi Arce, « Iconografía » (supra, n. 95), p. 89, n° 28, qui émet de sérieuses réserves sur cette identification en raison de la cuirasse.

143 La coiffure bouclée, caractéristique des terres d’Afrique, justifierait l’identification, par ailleurs proche des figures monétaires de la Maurétanie sous Antonin.

144 Aisément reconnaissable à sa coiffure bouclée surmontée de la proboscis.

145 Sapelli, « Rilievi » (supra, n. 128), p. 20. Toutefois, à partir du moment où les Espagnes et les Gaules, par exemple, ne donnent lieu qu’à une seule personnification pour plusieurs provinces, la différence est aisément explicable.

146 J. A. Ostrowski, Les personnifications des provinces dans l’art romain, Varsovie, 1990 (= Ostrowski, Personnifications), p. 58-59.

147 En association ou non avec l’adventus ou entrée solennelle de l’empereur.

148 Arce, « Iconografía » (supra, n. 95), p. 85 ; Ostrowski, Personnifications, p. 165. Le blé et l’olivier font penser plutôt à la Bétique. La présence du lapin symbolise toute l’Hispanie (et non la seule Celtibérie), dont le nom était dérivé d’un mot sémitique désignant la « côte aux lapins » :
A. Schulten, Geografía e etnografía antiguas de la península Ibérica, I, Madrid, 1958, p. 19-20, qui indique que l’origine du nom serait le phénicien i-sefannim signifiant la « côte aux lapins », mais signale d’autres étymologies antiques qui ne sont pas en relation avec l’animal en question.

149 Voir Parisi, « Rappresentazioni » (supra, n. 139), p. 86-95 particulièrement, pour un inventaire plus systématique des données disponibles.

150 II, 39, 2 (trad. CUF). On peut penser que les noms inscrits (tituli dit Velleius) dont il est question identifiaient des représentations des peuples soumis : voir aussi Nicolet, Inventaire, p. 61-62.

151 AE, 1984, 508 (à compléter par AE, 1991, 20). Le texte est partiellement mutilé et donc restitué.
Sur le monument et son environnement, voir aussi P. Gros, « La fonction symbolique des édifices théâtraux dans le paysage urbain de la Rome augustéenne », L’Urbs, p. 329-331.

152 K. Erim, Aphrodisias city of Venus Aphrodite, New York, 1986, p. 106-123. Voir aussi avec la bibliographie, Nicolet, Inventaire, p. 66-68 et 243-244. Le monument, consacré au culte impérial, est daté de la fin du règne de Néron, mais exalte avant tout le fondateur de la dynastie et de l’empire, Auguste et sa maîtrise sur le monde. Deux portiques (l’un au nord, l’autre au sud) parallèles, d’environ 80 m de long, se faisant face et séparés par une place pavée de 14 m de large, donnaient accès à un sanctuaire situé sur la plateforme orientale et servait de passage pour les processions.

153 Nicolet, Inventaire, p. 66-68.

154 Coarelli, Guide, p. 83, pour la lecture traditionnelle.

155 Parisi, « Rappresentazioni » (supra, n. 139), p. 92-93.

156 Ibid., p. 93-94.

157 Ibid., p. 94 : « Ce ne sont évidemment pas les personnifications des provinces concrètes, selon la répartition artificielle de type administratif, qu’on représente, mais les populations qui les habitaient, y compris parfois des peuples assez différents par la langue et leurs coutumes. »

158 Cette opposition, grecque à l’origine, n’a pas été supprimée, mais seulement redéfinie par la conquête romaine et par l’affirmation augustéenne d’un empire oecuménique. Les Romains, à partir d’Auguste, pensent seulement que les peuples barbares peuvent accéder aussi à la civilisation, notamment avec l’aide de Rome.

159 La cité, la ville sont les références politiques par excellence qui transcendent les péripéties d’une conquête devenue une domination parfois encore ressentie comme douloureuse ou injuste.

160 Elle est signifiée par la présence des trophées alternant avec les figures en relief de la frise de l’Hadrianeum.

161 Voir Arce, « Iconografía » (supra, n. 95), p. 92-93.

162 Sur l’influence de J. Toynbee, voir Parisi, « Rappresentazioni » (supra, n. 139), p. 83-86.

163 Trajan et Hadrien étaient issus de familles originaires d’Hispanie et Antonin le Pieux avait des attaches nîmoises.

164 On pourrait, il est vrai, rapprocher aussi cette image des monnaies d’Hadrien à la légende exercitus hispanicus (voir BMC, III, 501 et A. R. Birley, Hadrian. The restless Emperor, Londres-New York, 1997, p. 149, qui déduit, imprudemment à mon avis, de ce que l’empereur s’adresse aux troupes sur la monnaie, un voyage d’Hadrien à León. C’est oublier que Tarragone abritait des soldats détachés, outre le caractère conventionnel de la représentation), mais il en existe aussi à l’adresse de l’exercitus Britannicus.

165 C’est d’ailleurs, quand on le lit de près, le langage d’Aristide, Éloge, qui décrit l’Empire ceint d’un rempart (§ 80) et met surtout en valeur la maîtrise d’un espace qui n’est pas décrit comme uniforme (rien ne permet de penser que le sophiste anticipe sur la Constitution antonine), mais comme paisible, tout en évoquant la division en deux groupes de la population soumise à l’hégémonie de Rome (§ 59) : « […] la part la plus distinguée et noble et la plus puissante vous l’avez faite partout, dans son ensemble, citoyenne et même parente ; l’autre sujette et administrée. » Je ne sais pas dans quelle mesure la suggestion de L. Pernot, p. 32, qu’Aristide prendrait parti dans un débat qui opposait partisans d’une politique belliqueuse illustrée par Trajan et partisans d’une politique pacifique illustrée par Hadrien est fondée.

166 Voir A. Claridge, « L’Hadrianeum in Campo Marzio : storia dei rinvenimenti e topografia antica nell’area di Piazza di Pietra », Provinciae Fideles, p. 125.

167 CIL, VI, 701 et 702 = ILS, 91. Pline l’Ancien, Nh, 36, 71-72. Voir aussi Nicolet, Inventaire, p. 29-31.

168 Une trentaine d’années avant l’Hadrianeum, la colonne Trajane exprimait par exemple la même idée, mais dans un autre style, inspiré par les événements du règne. La conquête, voulue et dirigée par l’empereur, mise en scène pour l’éternité et l’édification de la personne de Trajan, mettait en valeur l’image d’un pouvoir capable de rééditer indéfiniment les exploits qui avaient bâti Rome au cours des siècles en assurant le triomphe de la civilisation.

169 ILS, 103. Il y avait donc une forme d’assemblée provinciale représentant les cités dès cette époque :
P. Le Roux, « L’évolution du culte impérial dans les provinces occidentales d’Auguste à Domitien », Les Années Domitien, Toulouse, 1994 (Pallas, 40), p. 398.

170 Pline l’Ancien, Nh, 3, 17.

171 Le passage (cette traduction est celle de l’éd. CUF) pose un problème et on corrige ou non orbi en urbi, ce que choisit, semble-t-il, C. Nicolet, Inventaire, qui traduit « montrer la terre entière à l’Vrbs » p. 126, abandonnant les hésitations manifestées dans la traduction de la p. 108.

172 Nicolet, Inventaire, p. 109-117.

173 W. Eck, « Ehrungen für Personen hohen soziopolitischen Ranges im öffentlichen und privaten Bereich », Die römische Stadt im 2. Jahrhundert n. Chr. : der Funktionswandel des öffentlichen Raumes, Cologne, 1992, p. 359-376. Voir les dédicaces à L. Aelius Lamia par des peuples d’Hispania citerior (CIL, VI, 41034-41041) ou la dédicace à Q. Caecilius Oinogenus par le conventus de Carthago nova (CIL, VI, 41084). Voir aussi, pour le nouvel état d’esprit, E. La Rocca, « L’adesione senatoriale al “consensus” : i modi della propaganda augustea e tiberiana nei monumenti “in Circo Flaminio” », L’Urbs, p. 347-372.

174 Un cas particulier (l’empereur avait délégué Pline en changeant provisoirement le statut du gouvernement en raison des difficultés que connaissaient les cités) de ce que pouvaient être les relations directes entre un envoyé impérial et l’empereur lui-même est donné par la correspondance de Pline le Jeune avec Trajan.

175 Sur le Sénat et les provinces : R. J. Talbert, The Senate of Imperial Rome, Princeton, 1984 (= Talbert, Senate), p. 392-407 en particulier, qui rappelle que des instructions émanant du Sénat ont aussi existé, dans une mesure et avec une efficacité difficiles à déterminer (p. 404-405).

176 Pline le Jeune, Epist., 2, 11 (sur le procès de Marius Priscus) ; 3, 9 (le procès de Classicus qui est le troisième). Pline fut choisi par la Bétique pour plaider la cause de la province à l’assemblée de Rome.

177 Tacite, Ann., 15, 20-22. L’historien rapporte à cette occasion le discours de Paetus Thraséa aux accents « républicains » et sa dénonciation devant les sénateurs (pour une part minoritaire, mais non négligeable, d’origine provinciale) de la nova provincialium superbia (l’orgueil nouveau des provinciaux).

178 Talbert, Senate, p. 419.

179 Empereurs et Sénat se partageaient les audiences dont la nature était très variée (voir Millar, ERW, p. 410-456 en particulier, et Talbert, Senate, p. 411-425). La part du Sénat ne cessa pas de diminuer, en l’absence de règle précise autre que l’intérêt manifesté par l’empereur ou non, sans être nécessairement restreinte aux affaires judiciaires que met surtout en avant une documentation très lacunaire. Toutes les ambassades destinées aux empereurs n’allaient pas à Rome, mais là où se trouvait la personne impériale.

180 LTVR, 4, p. 349-350 (E. Papi), avec les sources (en partie épigraphiques) et la bibliographie. On peut signaler tout particulièrement la statio Noricorum (CIL, VI, 250 = 30723), située sur le côté méridional de la via Sacra entre l’atrium de Vesta et le croisement avec le clivus Palatinus.

181 Voir un résumé dans Millar, ERW, p. 22-23.

182 Voir H. Broise & V. Jolivet, « Recherches sur les jardins de Lucullus », L’Urbs, p. 751 et n. 14 avec la question de la reconstitution du manuscrit 511 de Berlin, mutilé.

183 Dion Cassius, 65, 10, 4.

184 Sans doute ceux dont Tibère avait hérité en 20 de Sallustius Crispus.

185 Dion Chrys., Or., 40, 13-15.

186 La curie du Forum romain n’était qu’un lieu de réunion du Sénat parmi d’autres au départ, mais tendit peu à peu à devenir le lieu régulier, ce qui ne signifie pas exclusif, de la tenue des séances. La tabula Siarensis (AE, 1984, 508) et le sénatus-consulte de Cn. Pisone patre (AE, 1996, 885) indiquent que sous Tibère le portique jouxtant le temple d’Apollon sur le Palatin était utilisé fréquemment : voir par exemple M. Corbier, « À propos de la Tabula Siarensis : le Sénat, Germanicus et la Domus Augusta », Roma y las provincias. realidad administrativa e ideología imperial, Madrid, 1994, p. 39-62 en particulier.

187 Voir Talbert, Senate, p. 500-501.

188 Aristide, Éloge, 68.

189 Ibid., 58.

190 F. Coarelli, « Roma, la città come cosmo », Mégapoles, p. 299-303.

191 Par exemple, M. Corbier, « L’aerarium militare sur le Capitole », Armées et provinces romaines, 3, 1984, p. 147-160 ; S. Dusˇanic´, Loci constitutionum fixarum, Epigraphica, 46, 1984, p. 91-115, pour les différentes localisations.

192 Pour un aperçu global, Nicolet, César, p. 271-313.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540