Version classiqueVersion mobile

Rome, les Césars et la ville

 | 
Nicole Belayche

Deuxième partie. Une cathedra imperii à la mesure du prince

AMICI. Remarques sur les entourages aristocratiques à Rome aux deux premiers siècles de l’Empire

Ségolène Demougin

Texte intégral

  • 1 Ma profonde gratitude va à N. Belayche, qui a bien voulu relire la première version de cette contr (...)
  • 2 Juvénal, Sat., 4.
  • 3 Ibid., 72-75 :
    Vocantur
    ergo in consilium proceres, quos oderat ille
    in quorum facie miserae magnaequ (...)
  • 4 N. Elias, La société de cour, Berlin, 1969 (trad. fr., Paris, 1974).
  • 5 Voir ainsi le livre canonique de G. Bowersock, Greek Sophists in the Roman World, Oxford, 1969.

1Le titre de cette contribution1 évoque les invectives de Juvénal dans la célèbre satire consacrée à l’affaire du turbot2 : en effet, lorsque les amis du souverain sont appelés au conseil3, il s’agit des membres éminents du conseil impérial, qui s’avancent vers leur seigneur et maître pour statuer gravement sur une affaire futile et ridicule. Mais ce n’est pas le consilium principis qui va retenir notre attention. Bien au contraire, je voudrais m’intéresser à ceux qui forment toutes les « cours » que l’on connaît à Rome, non pas tant la cour impériale, que les entourages des grands, entourages constitués de toutes sortes de personnages, les uns dévoués, les autres seulement attentifs au déroulement de leur carrière et prêts à saisir toutes les occasions de faire fortune ou de transformer leur destinée. On se trouve dans un système où l’interdépendance est de règle, comme l’avait déjà mis en exergue N. Elias4. Cette somme de cours particulières montre bien à quel point joue l’attraction de Rome capitale, ville qui draine une population disparate et cosmopolite. Le phénomène est bien connu, et concerne évidemment au premier chef la cour impériale. En ce sens, on a déjà beaucoup traité, par exemple, des intellectuels venus des régions hellénophones, et qui vinrent s’installer, définitivement ou temporairement, sur les bords du Tibre5. Il peut se révéler intéressant de voir comment se constituent ces entourages particuliers, et quels liens unissent tous leurs membres.

I

  • 6 Voir A. Winterling, Aula Caesaris. Studien zur Institutionalisierung des römischen Kaiserhofes in (...)

2La définition même du mot de « cour » fait apparaître une double réalité. Y entrent d’une part des personnes avec lesquels le détenteur du pouvoir – ou de l’influence – entretient des liens tout à fait personnels, fondés sur une réelle amitié, et qui ne viennent pas forcément d’un milieu aristocratique ; d’autre part des officiels, dont les fonctions et la dignité les font vivre nécessairement dans la proximité des principes. Mais petit à petit, ces liens furent institutionnalisés et trouvèrent leur expression dans l’organisation progressive et bureaucratique de la cour impériale6, qui vit s’établir une véritable étiquette.

  • 7 Voir A. Winterling, Aula Caesaris. Studien zur Institutionalisierung des römischen Kaiserhofes in (...)
  • 8 Sénèque, De ben., 6, 34, 2.
  • 9 Ibid., 6, 34, 1.
  • 10 CIL, VI, 2169 (D., 1320), Roma. Les titres suivants font état du statut équestre du personnage, ju (...)
  • 11 Pour le consilium principis, voir J. Crook, Consilium principis, Imperial Council and Counsellors (...)
  • 12 Juvénal, Sat., 4.
  • 13 PIR2, P, 512.
  • 14 Sur ce personnage, voir en dernier lieu M. Dondin Payre, Exercice du pouvoir et continuité gentili (...)
  • 15 PIR2, R, 127.
  • 16 PIR2, C, 1365 ; H.-G. Pflaum, CP, 34.
  • 17 PIR2, C, 1586.
  • 18 IAM, 94.
  • 19 Pour la classification, on se reportera à H.-G. Pflaum, Supplément aux Carrières procuratoriennes (...)

3Le phénomène même de la constitution d’un entourage « officiel » des grands n’est pas une création tardive dans l’histoire de Rome ; il est directement inspiré de la pratique des cours hellénistiques7, avec une répartition entre les « proches » et les « moins proches », qui conduit aussi à une discrimination parmi les membres de l’entourage, comme le montre un célèbre passage de Sénèque, qui connaissait bien ce procédé, et en fait remonter l’usage aux Gracques : aput nos primi omnium C. Gracchus et mox Liuius Drusus instituere segregare turbam suam et alios in secretum recipere, alios cum pluribus, alios uniuersos. Habuerunt itaque isti amicos primos, habuerunt secundos, nunquam ueros8. Cette affirmation suit un développement où Sénèque insiste sur le fait que cette séparation entre les amis est le fait des reges regesque simulantes9, qui ont besoin de distribuer les premières entrées et les secondes entrées. La pratique s’amplifia tout au long du ier siècle av. J.-C., et il est inutile de mentionner ici les entourages des imperatores de la fin de la République. Que ce procédé soit utilisé à la cour impériale, et cela dès les débuts est absolument sûr. Pour une fois, nous en possédons un témoignage épigraphique, avec C. Caesius Q. f. Ter. Niger, qui vécut avant Caligula, et dont l’épitaphe, due à son affranchie Caesia C. l. Theoris, commence avec l’expression ex prima admissione10. Il est évident que les discriminations établies entre les différents groupes « d’amis » correspondaient très étroitement à l’importance réelle qu’on leur accordait. Cependant, le système n’est pas aussi figé que l’approche que nous venons de faire pourrait le suggérer. En effet, dans ce système aristocratique où les grands possèdent des réseaux étendus, la notion d’« ami » est suffisamment large pour concerner les partenaires officiels et pour englober aussi les intimes, ceux avec lesquels on a de véritables liens personnels, qu’ils soient de rang égal ou inférieur. Dans ce domaine, il n’est nul besoin de tenir une position officielle pour jouir d’une influence réelle : il suffit ici de rappeler le rôle de Sallustius Crispus, à qui la parenté adoptive d’Auguste dut sa pérennité ; cet ami du premier prince refusa toujours de jouer un rôle officiel, tout en restant le conseiller très écouté. Mais, longtemps, la cour impériale, tout en se bureaucratisant, se caractérisa toujours par plusieurs constantes : d’une part, la présence de personnalités appelées, de droit à entourer l’empereur dans son consilium11 et à l’assister dans les décisions officielles qu’il doit prendre. À cet égard, nous pouvons comparer deux situations. Bien entendu, on fera d’abord allusion au conseil réuni par Domitien dans l’affaire du turbot stigmatisée par Juvénal12 : on voit se présenter au prince les conseillers, pourtant haïs de Domitien, et dont nous reconnaissons certaines figures au passage, soit de rang sénatorial, comme, par exemple, le grand juriste Pégase13, Acilius Glabrio14, Rubrius Gallus15, soit de rang équestre comme le préfet du prétoire Cornelius Fuscus16, et celui qui l’aurait été, Crispinus17. En dépit du contexte très particulier de la satire, on retrouve l’armature même du conseil impérial, composé de représentants du Sénat et de ceux de la haute administration équestre, qui entourent le prince, comme cela ressort d’un authentique document, la Table de Banasa18. Celle-ci comporte les noms d’une partie des membres du conseil impérial, tous rangés par ordre strictement hiérarchique, les dignitaires sénatoriaux précédant les dignitaires équestres19, réunis à Rome pour régler l’attribution du droit de cité au chef de l’une des tribus de la Maurétanie Tingitane. En cela, le consilium impérial reste l’héritier direct du consilium du magistrat ou du promagistrat républicain sur lequel nous reviendrons plus bas. Ces personnages constituent l’entourage officiel et ont droit au titre officiel d’amicus joint à celui de comes, quand ils suivent l’empereur dans des déplacements de plus en plus nombreux.

  • 20 Cf. G. Marasco, « I medici di corte nella società imperiale », Chiron, 28, 1998, p. 267-285.
  • 21 Sur C. Stertinius Xenophon, H.-G. Pflaum, CP, 16 ; H. Devijver, PME, IS, 79 ; S. Demougin, CJC, 48 (...)
  • 22 Dion Cassius, 55, 11.
  • 23 Ibid., 58, 27.
  • 24 Pour la famille de Thrasyllus, cf. C. Cichorius, Römische Studien, Leipzig-Berlin, 1922, p. 390-39 (...)
  • 25 PIR2, E, 65.
  • 26 PIR2, E, 61. Intime de Tibère, il fut soustrait par lui à des accusations de maiestate portées con (...)
  • 27 PIR2, N, 12.
  • 28 PIR2, C, 813 ; p. XXI, ad n. 813 ; H.-G. Pflaum, CP, 15 ; H. Devijver, PME, IC, 124 ; S. Demougin, (...)
  • 29 Pour un résumé de la discussion, voir S. Demougin, CJC, p. 449. L’article de M.-Fr. Baslez, « Le p (...)

4À ce premier cercle sont agrégés des personnages d’origines diverses, qui, pour des raisons très différentes, ont plu d’abord au souverain, ou qui lui sont nécessaires et dont il tient à conserver la présence : ainsi, pour ne prendre qu’un exemple, l’importance que revêt la fonction de médecin20 de l’empereur, même quand celui-ci se montre incapable d’assumer les devoirs de sa charge, c’est-à-dire de conserver la vie de son malade. Il suffira d’évoquer ici, brièvement, le destin de C. Stertinius Xenophon, né d’une célèbre dynastie médicale de Cos, et qui vint s’installer à Rome où il capta la clientèle de l’empereur Claude qu’il devait empoisonner, en faisant sa fortune et celle de sa famille tout entière21. Des relations plus privées encore peuvent se constituer, dans la mesure où certains personnages entrent dans les secrets personnels du souverain. On en trouvera une illustration dans l’histoire de Ti. Claudius Thrasyllus et de son fils, Balbillus : en 4 apr. J.-C., lors de son retour à Rome, Tibère emmena avec lui Thrasyllus, dont les connaissances scientifiques et surtout astrologiques avaient fait sur lui la plus forte impression22, et qui devait l’accompagner jusqu’à sa mort, survenue en 3623. Nous voyons là se former l’un des cercles des courtisans qui entourèrent Tibère24 d’abord, puis Claude. La petite-fille de l’astrologue connut un destin tragique : Ennia Thrasylla25, fille du chevalier L. Ennius26 ami de Tibère, épousa le préfet du prétoire Q. Naeuius Cordus Sutorius Macro27, tout dévoué à Tibère, et fut la maîtresse du jeune Caligula, qui s’en débarrassa dès son avènement, par un suicide imposé au couple. En revanche, le fils de l’astrologue eut plus de chance : Ti. Claudius Balbillus28 fit une brillante carrière équestre, qui culmina avec la préfecture d’Égypte entre 55 et 59 ; mais, grand ami d’Agrippine, il dut se retirer après la disparition de celle-ci, et vécut désormais dans la retraite où il put s’adonner aux études scientifiques – sans que l’on soit sûr de pouvoir l’identifier avec un célèbre astrologue de l’époque de Néron29.

  • 30 Suétone, Tib., 46.

5Bien entendu, tous ces personnages pouvaient attendre de leur fréquentation de l’empereur des avantages matériels réels, et en particulier des dons ou des libéralités, soit à Rome, soit dès qu’ils quittaient le sol de Rome pour accompagner l’empereur. Mais tout cela dépendait de la générosité personnelle du prince : Tibère fut ainsi renommé pour son avarice, en n’assurant que des défraiements à ses amici et comites. Il ne leur offrit qu’une seule fois ce que nous appellerions une prime, en les répartissant au demeurant en trois catégories différentes, dotées de six cents mille sesterces, ou de quatre cents mille, ou de deux cents mille30.

  • 31 Ibid., Cl., 28.
  • 32 Voir sur ce problème, W. Eck, « Ordo equitum Romanorum, ordo libertorum. Freigelassene und ihre Na (...)

6Enfin, il ne faut pas négliger l’intervention du « domestique », c’est-à-dire de tous ceux qui servent directement l’empereur dans sa vie quotidienne, et qui en sont souvent les plus proches. Leur intervention directe dans la vie de l’État fut, au départ, d’autant plus forte que la bureaucratie romaine se constitua lentement et prit sa forme à la fin du ier siècle, et qu’auparavant, service privé et service public se confondaient, au niveau de ce que nous appellerions des ministères. Cela explique que les affranchis impériaux, maîtres très longtemps de l’administration centrale romaine, et possédant une grande expérience, font partie de l’entourage impérial et jouissent de la faveur du maître, avec tous les excès que l’on peut imaginer quand le maître est trop faible. Ainsi, Suétone a pris soin de rappeler les noms des affranchis de Claude, qui exercèrent un pouvoir excessif et profitèrent de ses largesses31 : Posides, Felix, Harpocras, et surtout Polybe, a studiis, Narcisse, ab epistulis, et Pallas, a rationibus. Les responsabilités de ce trio recouvrent les ministères romains les plus importants. D’ailleurs, la proximité de la personne impériale et le niveau des fonctions assumées permettaient la réalisation des plus grands espoirs : le père de Claudius Etruscus, a rationibus de Néron, épousa la sœur d’un consulaire, avant de se voir promu, après ses deux fils, dans l’ordre équestre32.

  • 33 PIR2, N, 89 ; H.-G. Pflaum, CP, 163. Le surnom est connu par ailleurs par SHA, v. Veri, 2, 8.
  • 34 Hérodien, 1, 13, 6.

7Même après l’éviction des liberti Augusti des directions des bureaux palatins, il y avait encore pour ceux-ci des moyens d’accéder à des postes importants, comme on le constate au iie siècle. Nicomedes, l’a cubiculo d’Aelius César, héritier désigné d’Hadrien disparu trop tôt, et devenu ensuite le père nourricier de Lucius Verus, aurait bénéficié de la restitutio natalium et entama, en tout cas, une très honorable carrière équestre33. Le poste de majordome de la maison impériale semble, à cet égard, posséder une importance primordiale : on peut évoquer le destin de Cléandre, l’a cubiculo de Commode, parvenu aux plus grands honneurs et à l’exercice effectif du pouvoir avant de connaître une fin misérable. Et même, ces puissants affranchis sont entourés de toute une cour qui quémande leur appui, avant de les abandonner ou de partager leur sort funeste : ce fut le cas des amis de Cléandre, qui payèrent de leur vie, dans les supplices et la répression aveugle, leurs liens avec l’affranchi déchu34.

  • 35 Suétone, Tib., 51, 6.
  • 36 Voir M. P. J. van den Hout, Commentary, p. 244-246.
  • 37 Fronton, ad Antoninum imp., 2, 1 ; ad amicos, 1, 14.
  • 38 PIR2, I, 634.
  • 39 PIR2, I, 635.
  • 40 Voir, par exemple, R. Syme, History in Ovid, Oxford, 1978, p. 194-196 et p. 206-208.

8Ce modèle se répète, bien entendu, dans les grandes maisons princières et aristocratiques. Les membres de ces entourages ont cependant franchi le pas, comme l’ont fait les personnes qui ont pu se glisser dans la proximité de la personne impériale. Quelles que soient leurs origines, ils sont tous venus à Rome, ou y sont installés, ou y séjournent. Ils ne peuvent donc être choisis d’abord que dans les cercles urbains qui gravitent autour du pouvoir ou de ceux qui en exercent une parcelle. Ainsi, les membres de la famille impériale sont entourés d’« amis », y compris les princesses. Nous savons que Livie avait un entourage officiel, composé d’amici et de familiares, qui, après son décès, subirent la colère de Tibère35. Le niveau social de cette cour de Livie nous est donné par la notation supplémentaire de la condamnation d’un chevalier romain, chargé de veiller aux funérailles de l’impératrice36. Là aussi se forma progressivement un entourage officiel, composé de dignitaires et d’amis évoluant autour des femmes de la famille impériale. Il est inutile d’insister sur les avantages réels qu’offrait la fréquentation de ces dames : protections, honneurs, profits matériels et donations testamentaires. J’évoquerai à ce sujet l’affaire de la succession de Matidie la Jeune, connue par deux lettres de Fronton37 ; il y déplore le legs fait à une alumna de l’entourage de la disparue – frustrant les héritiers naturels – et les conditions dans lesquelles les codicilles du testament furent rédigés, alors que la princesse gisait sans connaissance sur son lit de mort. Il est vrai aussi que la fréquentation du palais pouvait entraîner de graves mécomptes, et même des catastrophes personnelles : ainsi en alla-t-il des personnes qui entouraient les deux Julies, la fille38 et la petite-fille d’Auguste39, toutes deux condamnées et exilées40.

  • 41 PIR2, A, 888.
  • 42 PIR2, G, 34.
  • 43 PIR2, C, 1428 ; SHA, uit. Ant., 8, 9 : sed Repentinus <fabula> famosa percussus est, quod per concubinam p</fabula> (...)
  • 44 Voir le jugement sévère de Suétone, Cl., 29, 1, sur la faiblesse de Claude, qui, soumis à ses femm (...)

9Dans ce domaine familial, il ne faut pas oublier de tenir compte aussi des liaisons extra-conjugales de l’empereur : certains recherchaient la compagnie des concubines impériales, remplaçant les impératrices disparues, pour en tirer quelque avantage. L’historiographie leur est très défavorable, et stigmatise leur corruption, d’Antonia Caenis41, l’amie de Vespasien, à celle d’Antonin le Pieux, peut-être Galeria Lysistrate42, qui intervint dans les nominations des hauts fonctionnaires, et jusqu’à celle du préfet du prétoire, Sex. Cornelius Repentinus43. On ne saurait attribuer cette conduite à leur ancien statut servile : bien des dames de la meilleure société se conduisaient de la même manière44.

II

  • 45 Porphyrio ad Hor. Ep., 1, 3.
  • 46 Horace, ibid., 1, 3 :
    Iuli flore, quibus terrarum militet oris
    Claudius Augusti priuignus, scire l
    (...)
  • 47 Horace, Ep., 1, 8, 1-2 :
    Celso gaudere et bene rem agere Albinouano
    Musa rogata refer, comiti scri
    (...)
  • 48 L’affirmation d’Appien suivant laquelle en 81, un certain P. Albinouanus commandait un tevlo" Leuc (...)
  • 49 Albinouanus Pedo, PIR2, A, 479, qui est aussi lié à la famille de Tibère et de Drusus ; peut-être (...)
  • 50 Horace, Ep., 1, 9 :
    Quodsi
    depositum laudas ob amici iussa pudorem
    scribe tui gregis hunc et forte
    (...)
  • 51 Horace, Ep., 1, 3, 9-10 :
    quid Titius, Romana breui uenturus in ora.
    Pindarici fontis qui non expa
    (...)
  • 52 Horace, Ep., 1, 3, 30-1 :
    Debes hoc etiam rescribere, sit tibi curae
    quantae conueniat Munatius.

    C (...)
  • 53 PIR2, M, 728 ; voir en outre R. Syme, The Augustan Aristocracy, Oxford, 1986, p. 343, qui ne se pr (...)
  • 54 PIR2, C, 1369.

10Cela représente, en fait, pour la maison impériale, l’extension et la poursuite de l’usage de l’escorte officielle, pratiqué d’abord sous la République par chaque magistrat et chaque promagistrat, avant que tous les hommes politiques d’importance n’adoptent la même mode : son existence, ses particularités et ses fonctions sont bien connues. Ce système fut pérennisé par le souverain, les membres de sa famille, et naturellement les hauts dignitaires sénatoriaux, et même les plus importants préfets équestres, dans leurs fonctions provinciales, comme il ressort des témoignages que nous possédons. Mais ce qui nous intéresse ici, c’est d’abord le recrutement de ceux qui sont chargés d’assurer l’escorte officielle – la cohors amicorum – défrayée par l’État, mais choisie par le personnage qui en bénéficie. À cet égard, revenons sur un événement qui se produit en 20 av. J.-C. : le jeune Tibère, à un moment où les espoirs dynastiques se détournaient des enfants de Livie, en raison de l’union de Julie et d’Agrippa, se préparait à partir pour l’Arménie ; il constitua – ou on lui constitua – une cohors amicorum, où se trouvaient toute une série de personnages, qui étaient aussi des amis ou des connaissances d’Horace. Il convient d’éclairer tous ces noms qui apparaissent dans des pièces différentes des Épîtres par les identifications qu’en donne Porphyrion, le scholiaste d’Horace, qui insiste bien sur l’une des qualités de Tibère : Tiberius doctus et doctos comites habuit45. Ainsi, des intellectuels, comme nous les appellerions, plus ou moins jeunes, entourent le futur empereur, et nous retrouverons cette caractéristique dans bien d’autres cercles aristocratiques. On peut ainsi reconnaître Iulius Florus46, Albi­nouanus Celsus47, qui était peut-être né à Rome48, et qui est apparenté à un autre poète, Albinouanus Pedo49. De Septimius, nous connaissons la qualité de chevalier romain et les liens qui l’unissaient d’une part à Horace, dont il avait été le compagnon d’armes à Philippes, et d’autre part à Auguste50. En Titius, il faut identifier un ami de Tibulle51. Quant à Munatius52, il appartiendrait à un cercle plus relevé socialement, s’il s’agissait de l’un des fils de L. Munatius Plancus, consul en 42 av. J.-C.53. Il est bien évident que cette pléiade de brillants esprits vivait à Rome, même si certains d’entre eux, en minorité cependant, possédaient des origines et des attaches provinciales. À cet égard, et pour rester dans l’époque, on citera la personnalité de C. Cornelius Gallus, de Fréjus, premier préfet d’Égypte, qui connut une fin si misérable, et qui, de la Narbonnaise, se rendit à Rome pour y faire carrière et devint l’un des amis proches d’Octavien54.

  • 55 PIR2, C, 1618.
  • 56 Tacite, Ann., 11, 21, 1 : De origine Curtii Rufi quem gladiatore genitum quidam prodidere, neque f (...)

11On pourra m’objecter que cet exemple, pris dans la famille impériale, constitue une exception, vu la qualité de l’accompagné et des accompagnateurs. Mais il ne faut pas oublier que même les magistrats du peuple romain commençant la carrière des honneurs avaient droit à une suite officielle. En témoigne l’histoire de Curtius Rufus55 que Tacite narre avec tout le mépris que lui inspire le personnage : de basse extraction, il réussit à faire partie de la suite officielle d’un questeur de la province d’Afrique, et là, un présage lui apprit qu’il reviendrait dans la province comme proconsul. De retour à Rome, il réussit à se faire élire à la questure, et reçut même la recommandation impériale pour son élection à la préture, bien que Tibère n’ait eu aucune illusion sur le personnage, parvenu aux plus hautes charges et ayant reçu les plus grandes distinctions : le consulat, les ornements triomphaux, et le proconsulat d’Afrique, comme cela lui avait été prédit dans sa jeunesse56. En passant, d’ailleurs, Tacite évoque les conditions nécessaires pour faire carrière : avoir des amis riches qui puissent apporter un soutien financier, posséder une vive intelligence et savoir utiliser la bienveillance et le suffragium du prince.

  • 57 M. Sasel Kos, Inscriptiones Latinae in Graecia repertae, Faenza, 1979, 250. Le proconsul vient se (...)

12De même, on connaît le cortège officiel de certains promagistrats, sans que l’on sache exactement comment a été recrutée leur cohors : en témoigne cette inscription de Samothrace, qui mentionne les amici de P. Antius P. f. Orestes, proconsul de Macédoine en 165, et dont nous aimerions connaître l’origine exacte57, et les conditions dans lesquelles ils ont été recrutés.

13Il est évident que jouaient non seulement les liens familiaux, mais aussi les origines italiennes ou provinciales pour ces personnages installés à Rome, et encore les relations qu’ils avaient pu se ménager auprès des puissants du jour ou des personnages en vue. C’est ce domaine que nous aimerions explorer, en revenant sur les entourages de trois puissants personnages, qui ont, chacun à leur tour et d’une manière différente, été les plus proches du souverain. Cela veut dire que leur pouvoir politique réel ou que leur aura personnelle tendait à rassembler autour d’eux une véritable cour comprenant aussi bien les personnalités officielles devant y figurer que les amis personnels : le prestige personnel constitue ici l’élément fédérateur.

  • 58 Voir en dernier lieu A. Fraschetti, « “L’irresistibile ascesa” di L. Seius Strabo », Splendidissim (...)
  • 59 Voir sur ce problème, B. Levick, Tiberius the Politician, Beckenham, 1976, p. 173-176.
  • 60 R. Syme, Seianus on the Aventine, Hermes, 84, 1956, p. 257-266 = Roman Papers, 1, p. 305-314.
  • 61 On trouvera une étude sur l’entourage de Séjan dans D. Hennig, L. Aelius Seianus. Untersuchungen z (...)
  • 62 PIR, S, 151.
  • 63 Il est impossible de reconnaître cet individu parmi les nombreux Pinarii Nattae que nous connaisso (...)
  • 64 Tacite, Ann., 4, 34, 3.
  • 65 Voir Th. Pekáry, « Tiberius und der Tempel der Concordia in Rome », MDAIR, 73-4, 1966-1967, p. 105 (...)
  • 66 PIR2, F, 517 ; ob amicitiam Seiani accusatus, il se tua en 35.
  • 67 PIR2, F, 524.
  • 68 PIR2, C, 1238.
  • 69 PIR2, H, 201 ; S. Demougin, CJC, 270.
  • 70 CIL, VI, 94 ; voir Th. Pekáry, loc. cit., p. 110.
  • 71 Pour ce personnage, voir Th. Pekáry, loc. cit., p. 108 et 110. Il doit naturellement être distingu (...)

14Il est une première figure qu’il convient de présenter ici : le puissant préfet du prétoire Aelius Seianus, à la parentèle prestigieuse58, l’homme de confiance de Tibère, parvenu au consulat en 3059 dans des conditions obscures60. Il fut entouré, en dehors de ses parents, d’une foule d’amici, de courtisans et de partisans ou de clients61 dont les noms ne nous sont pas inconnus, et que l’on peut regrouper dans des cercles plus ou moins proches. C’est Tacite qui nous donne le plus d’informations sur les personnages qui entouraient Séjan, sans que l’on soit toujours en mesure d’identifier leur personnalité ou leur statut personnel. Le niveau inférieur est occupé par les clientes ; deux d’entre eux n’hésitèrent pas à assister Séjan dans ses entreprises. En 25, l’accusation contre Cremutius Cordus fut soutenue par Satrius Secundus62 et Pinarius Natta63, Seiani clientes64, installés à Rome. Cepen­dant, le préfet du prétoire disposait d’autres appuis, venus des deux cercles qui composent l’aristocratie romaine, sénateurs et chevaliers. Il faut bien dire qu’ils nous sont connus en tant qu’amici de Séjan, surtout après la mort violente de celui-ci, le 18 octobre 31, quand la répression s’abattit sur tous ses partisans, vrais ou supposés, et qu’en fait elle permit une épuration sous le couvert commode de la législation de maiestate. Mais avant la catastrophe finale, un petit groupe d’amis, pour conjurer le mauvais sort, offrit des bustes d’or et d’argent pour le salut de l’empereur et la concorde65 ; il se composait de sénateurs et de chevaliers. Le rang des uns et des autres est soigneusement indiqué. Pour les premiers, on relève les noms du consul désigné pour l’année 31, Fulcinius Trio66, et ceux d’anciens préteurs, C. Fuluius [-]us67 et C. Coelius68. Pour les seconds, et toujours au plus haut niveau, M. Hordeonius69, procurateur d’Espagne, et peut-être un autre procurateur dont le nom a totalement disparu70. Le rang de C. Geminius Atticus71 n’est malheureusement pas connu ; mais, si comme Th. Pekáry l’a montré, il fait partie de ce petit groupe, il faut lui reconnaître un statut élevé.

  • 72 Tacite, Ann., 6, 19, 3 : inritatusque suppliciis, cunctos qui carceres attinebantur, accusati soci (...)
  • 73 PIR, S, 398.
  • 74 PIR2, M, 630 ; S. Demougin, CJC, 274.
  • 75 Tacite, Ann., 6, 7, 2.
  • 76 Ibid., 6, 9, 3.
  • 77 PIR2, A, 677.
  • 78 PIR2, I, 822.
  • 79 PIR2, A, 404.
  • 80 PIR2, C, 354.
  • 81 PIR2, A, 701.
  • 82 PIR, V, 489 ; W. Eck, RE, Supp. 14, 1974, col. 210, n° 1. Sa fille, Vistilia, fut accusée en 19 de (...)

15On retrouve des personnages de même rang parmi les personnes poursuivies dès la chute du préfet du prétoire, et surtout en 32 et en 33, jusqu’à ce que Tibère décide de la liquidation pure et simple des derniers supposés partisans de Séjan, encore en prison72. Les poursuites d’ailleurs n’épargnèrent même pas ceux qui n’étaient pas des intimes, mais entretenaient avec Séjan de simples relations amicales. Ainsi furent accusés Q. Seruaeus73, praetorius, et Minicius Thermus74, modesta habita Seiani amicitia75. On ne s’éton­nera donc pas de rencontrer, parmi les inculpés de l’année 3276, des consulaires, comme C. Annius Pollio77, C. Appius Iunius Silanus78, Mam. Aemilius Scaurus79, C. Caluisius Sabinus80 ; le cinquième accusé, C. Annius Vinicianus, fils d’Annius Pollio, n’avait pas encore atteint le consulat81. Mais même des sénateurs âgés furent exposés aux poursuites, tel l’ancien préteur Sex. Vistilius82, intime de Drusus l’Ancien, et admis dans sa propre suite par Tibère.

  • 83 EOS, II, p. 75.
  • 84 EOS, II, p. 260.
  • 85 Cf. R. Syme, « Domitius Corbulo », JRS, 60, 1970, p. 30 = Roman Papers, II, p. 810 ; EOS, II, p. 2 (...)
  • 86 EOS, II, p. 294.
  • 87 EOS, II, p. 49.

16Quand on parvient à les reconstituer, les origines des sénateurs, amis de Séjan et connus en 30 puis en 32, nous montrent à quel point l’entourage de Séjan était encore italien : les Annii venaient de la zone de Capoue83, les Caluisii de Spolète84, comme les Vistilii d’Iguvium85, les Fulcinii peut-être de Tarquinii86 et les Fuluii du Latium87.

  • 88 Tacite, Ann., 6, 14, 1.
  • 89 PIR2, G, 142 ; S. Demougin, CJC, 278.
  • 90 Tacite, Ann., 6, 14, 1.
  • 91 PIR2, P, 578 ; S. Demougin, CJC, 280.
  • 92 S. Demougin, CJC, 276.
  • 93 Iulius Marinus, dont le surnom indique assez l’origine, est nommé, dans le récit de Tacite, après (...)
  • 94 S. Demougin, CJC, 275.
  • 95 Tacite, Ann., 9, 8, a reconstitué le discours du chevalier ; voir surtout 9, 8, 1 : sed, utcumque (...)

17En revanche, on est bien moins renseigné sur les origines des chevaliers qui, tout autant que les sénateurs, furent poursuivis. Nous avons déjà parlé de Minucius Thermus88 ; il faut ajouter à la série un certain Geminius89, amicus Seiani90, un Pompeius91, dont le patronyme défie l’identification, ainsi que Vescularius Flaccus92. Celui-ci comptait parmi les plus anciens et fidèles amis de Tibère, qu’il accompagna à Rhodes, puis, plus tard, à Capri, où il retrouva Iulius Marinus, dont je crois pas qu’il ait joui de la même dignité que lui93. Une place spéciale doit être réservée à M. Terentius94, eques Romanus, qui, contrairement aux autres inculpés, reconnut avoir été l’ami du préfet du prétoire, et avoir été heureux de ces relations95 ; sa franchise lui valut l’absolution, et à ses accusateurs la condamnation.

  • 96 PIR2, I, 1256 ; S. Demougin, CJC, 280.
  • 97 PIR2, I, 119.
  • 98 PIR2, I, 120.
  • 99 Tacite, Ann., 6, 7, 4.

18Il faudrait sans doute y joindre le nom de Iulius Celsus96, qui connut un destin très particulier : dénonciateur des complices ou supposés tels de Séjan, il finit par être soupçonné lui-même d’avoir trempé dans le complot et se suicida. Étant donné sa qualité de tribun d’une cohorte urbaine, nous avons là affaire vraisemblablement à un chevalier de fraîche date, issu du primipilat, entré dans l’ordre équestre grâce à la progression de sa carrière militaire, mais vraisemblablement d’origine italienne ou, du moins, de l’une des provinces les plus anciennement romanisées, comme c’est le cas pour la majorité de ses collègues sous les Julio-Claudiens. Pour les autres chevaliers que nous venons de citer, nous ferons les mêmes remarques que pour les sénateurs : ils viennent essentiellement de toute l’Italie, que ce soit Pouzzoles pour les Hordeonii ou Telesia pour Minicius Thermus, et même peut-être de Rome, si Vescularius Flaccus y est bien né, et ont cru trouver dans la capitale le lieu où ils pourraient réaliser leurs ambitions. Cela correspond bien à ce que nous savons de la haute société romaine sous les deux premiers Julio-Claudiens, même s’il est possible de voir se glisser dans l’entourage des puissants des provinciaux, comme le Santon Iulius Africanus97, venu de Gaule, et condamné comme partisan de Séjan. Cependant, la revanche vint de son fils homonyme, le plus célèbre orateur de son temps98. Le Gaulois fut accompagné dans son malheur par un certain Seius Quadratus, dont Tacite lui-même avoue ne pas avoir pu retrouver l’origine99 ; peut-être était-il aussi venu à Rome chercher la fortune et la gloire qui lui furent refusées.

19Sans doute, la personnalité de Séjan explique l’empressement de tous autour de lui : sa brillante origine, ses liens familiaux, les fonctions qu’il occupa, le pouvoir qu’il exerça, et surtout la faveur extrême du prince lui valurent de nombreux ralliements et des amitiés empressées, plus ou moins sincères.

  • 100 PIR2, A, 441 ; H.-G. Pflaum, CP, 13.

20On pourra certainement faire les mêmes remarques pour une autre personnalité du ier siècle, le maître de Néron, Sénèque, avec cependant une dimension supplémentaire : si Séjan était un Italien, allié aux plus aristocratiques familles de Rome, les Annaei étaient originaires de Bétique. Certes, le père de Sénèque s’était déjà installé dans la capitale, en occupant une place privilégiée dans la haute société romaine, mais bien moins brillante que la position de son fils, durant tout le temps où il participa aux affaires, auprès de Néron. Lorsqu’on essaye de reconstituer l’entourage du philosophe, l’on doit d’abord insister sur les liens entretenus par Sénèque avec Sex. Afranius Burrus100, le préfet du prétoire, nommé en 51 et disparu en 62, dont l’influence fut, dans les débuts, aussi forte que la sienne sur le jeune prince. Mais nous touchons là un niveau supérieur dans le jeu complexe des relations entre puissants : en effet, en dépit de leur différence de statut, les deux personnages se trouvaient à égalité.

  • 101 Cf. M. Griffin, Seneca, A Philosopher in Politics, Oxford, 1976, p. 96.
  • 102 PIR2, C, 284.
  • 103 PIR2, P, 634.
  • 104 PIR2, L, 388.
  • 105 H.-G. Pflaum, CP, 30 et p. 961.
  • 106 PIR2, A, 618. Pour l’origine espagnole, cf. A. Caballos Rufino, « Los caballeros romanos originari (...)
  • 107 R. Sablayrolles, Libertinus Miles, Rome, 1996, p. 479, n° 5.
  • 108 Cf. M. Griffin, op. cit., p. 447-448. On négligera l’article de G. N. Daugherty, « The cohortes vi (...)
  • 109 Pour l’étude du phénomène, on se reportera pour la République au livre d’E. Deniaux, Clientèles et (...)

21Comme de bien entendu, l’entourage101 de Sénèque comprenait de nombreux sénateurs, dont certains firent partie de l’opposition à Néron, comme Calpurnius Piso102, l’auteur de la malheureuse conspiration de 65. Mais il est plus intéressant encore de voir l’importance de l’entourage équestre : en atteste la personnalité des dédicataires des traités de Sénèque : son ami et beau-père, Pompeius Paulinus103, préfet de l’annone, originaire d’Arles, et surtout Lucilius Iunior104, né en Campanie, ami intime et correspondant privilégié, qui réussit à faire une carrière équestre terminée par la procuratèle de la Sicile105, et enfin Annaeus Serenus106, dont la biographie révèle les moyens de faire carrière. Lié à Sénèque, et sans doute Espagnol comme lui, il devint le proche de Néron dont il favorisa les amours avec Actè. Il obtint, par la faveur impériale, la préfecture des vigiles107, avant de mourir comme l’empereur Claude, empoisonné par un plat de champignons, sans doute en 62108. L’ascension personnelle dépend étroitement des cercles dans lesquels on parvient à s’introduire, le but suprême étant d’obtenir un accès à la personne impériale autour de laquelle s’est déjà organisée toute une hiérarchie dont j’ai parlé plus haut. Bénéficiant de la faveur et de l’amitié de l’empereur, les puissants du jour, quel que soit leur statut personnel, voient se rassembler autour d’eux toutes sortes de personnages, qui exaltent l’amicitia et en attendent les bienfaits, en reconnaissant parfaitement la source du pouvoir et de la richesse. Les liens de patronage restent les fondements de tous les rapports sociaux109, et la dépendance, dans tous ses degrés, constitue la règle fondamentale du fonctionnement de la société, l’empereur seul y échappant. De là vient la nécessité de recourir à des protecteurs, ou de nourrir des amitiés fondées sur l’échange et la réciprocité des services. Bien entendu, les réseaux que nous connaissons le mieux sont liés à la cour impériale ; pour les autres, il est parfois difficile d’en reconstituer les composantes et les modes de fonctionnement.

  • 110 E. Champlin, Fronto and the Antonine Rome, Cambridge (Mass.)-Londres, 1980.
  • 111 Voir H.-G. Pflaum, « Les correspondants de Marcus Cornelius Fronton de Cirta », Homm. J. Bayet, co (...)
  • 112 La date traditionnelle de ce consulat suffect, l’année 143, a été récemment mise en doute par W. E (...)
  • 113 Ad amicos, 2, 11. Nous avons utilisé ici la seconde édition des Lettres due à M. P. J. van den Hou (...)
  • 114 PIR2, A, 1393.
  • 115 M. Seruilius Silanus fut consul en 152 et en 188 ; Q. Seruilius Silanus, consul suffect une année (...)
  • 116 PIR2, P, 886.
  • 117 PIR2, P, 920 ; H.-G. Pflaum, loc. cit., p. 555-556 ; E. Champlin, op. cit., p. 39-40.

22Un bel exemple nous est donné par les deux livres des lettres de Fronton110, intitulés Ad amicos111, qui nous permettent de mieux connaître l’entourage d’un aristocrate vivant à Rome, mais dont la situation est tout à fait singulière et ne rappelle qu’en partie celle de Sénèque : non seulement, il est le maître de l’éloquence latine de son temps, mais encore il a été aussi celui de Marc Aurèle auxquels l’unissent non seulement les rapports traditionnels de maître à élève, mais aussi une très profonde affection, dont Lucius Verus devait se montrer jaloux ; il s’est plié à la poursuite du cursus honorum sénatorial, mais après avoir géré un consulat suffect112, il ne semble pas avoir recherché les hautes fonctions sénatoriales, et il les refusa même. Mais s’il n’a pas brigué toutes les charges concédées à son ordre, il conserve une influence réelle, due à son aura personnelle et à ses relations étroites avec le prince héritier, devenu ensuite empereur. De plus, il n’est pas né en Italie, mais à Cirta : le phénomène de l’attraction de la ville de Rome sur les élites s’est amplifié depuis l’arrivée au pouvoir des Flaviens, et la société urbaine est avant tout une société cosmopolite. Tant et si bien que l’entourage de Fronton reflète cette diversité dans ses diverses composantes. On peut répartir ses membres en plusieurs catégories où jouent la dignité personnelle, l’âge, les relations entre puissants de même rang, la personnalité des obligés, les intérêts personnels et culturels et naturellement l’origine, sans oublier les affinités particulières ; on ne s’étonnera pas ainsi de rencontrer, parmi les amici de Fronton des personnes venues de Cirta, ou de quelque ville de Numidie, comme on le voit avec la recommandation qu’il fait de trois patrons pour sa ville natale113 : C. Aufidius Victorinus, son gendre, consul bis en 183114, qui était, lui, un Italien de Pisaurum, Seruilius Silanus, consul bis en 188 ou en 189115, d’Hippo Regius, et enfin M. Postumius Festus, né dans une cité non éloignée de Cirta et consul en 160116. L’éloignement géographique ne distendait pas les liens personnels : en témoigne l’échange de lettres de l’orateur avec Praecilius Pompeianus117, sans doute un Arlésien appartenant à l’aristocratie locale mais devenu juge des cinq décuries, dont il rappelle le séjour à Rome.

  • 118 PIR2, P, 149.
  • 119 PIR2, A, 393.
  • 120 Ad amicos, 1, 8 : d nullum pulchrius uinculum amicitiae copulandae reperire potui quam adulescenti (...)

23Ces caractéristiques de l’entourage de Fronton ont déjà été analysées avec finesse par E. Champlin. On peut se demander comment se nouaient ces relations plus ou moins étroites : l’orateur lui-même nous l’apprend dans une lettre adressée à un nouveau correspondant, Passienus Rufus118, sans doute de rang sénatorial, qu’il sollicite en faveur de l’un de ses jeunes amis, Aemilius Pius119. La recommandation écrite est ainsi le moyen de créer de nouveaux liens d’amitié120, et d’attirer d’autres puissants dans ses réseaux personnels.

  • 121 PIR2, A, 393.
  • 122 PIR2, I, 169.
  • 123 B. Thomasson, Fasti Africani, Lund, 1996, p. 63, n° 78.
  • 124 PME, II, 23 ; l’inscription qui le mentionne, CIL, VIII, 27 572 commence par une lacune et le nom (...)
  • 125 Ad amicos, 1, 10.
  • 126 Voir par exemple ad amicos, 1, 3, où Fronton explique comment il reçoit chez lui son ami, Licinius (...)
  • 127 PIR2, C, 271. Il faut signaler qu’à deux reprises, le chevalier nommé refusa de gérer ces procurat (...)
  • 128 Voir sous PIR2, G, 100, L. Gauius Fronto ; pour les descendants de celui-ci, H. Halfmann, Die Sena (...)
  • 129 Voir note 116.
  • 130 PIR2, G, 98.
  • 131 PIR2, C, 1027.
  • 132 I. Side, 62 ; pour l’identification, cf. W. Eck, ZPE, 91, 1992, p. 236-242 (SEG, 42, 1992, 1233 = (...)
  • 133 Voir en dernier lieu A. Birley, Locus virtutibus patefactus, Vorträge Rheinisch-Westfälische Akade (...)
  • 134 PIR2, A, 393.
  • 135 Ad amicos, 1, 8.
  • 136 Il n’y a vraisemblablement qu’une homonymie entre ce personnage et le préfet de cohorte connu à Ép (...)
  • 137 PIR2, C, 356.
  • 138 H.-G. Pflaum, CP, 166.
  • 139 PIR2, C, 346.
  • 140 PIR2, C, 902
  • 141 La date du consulat était fixée à 159 : voir encore G. Alföldy, Konsulat und Senatorenstand unter (...)
  • 142 H.-G. Pflaum, CP, 177 et p. 961. Il existe encore une incertitude sur les milices équestres de Fau (...)
  • 143 PIR, S, 141 ; A. Stein, RE, IA 2 (1920), s. v. Sardius, col. 2496, n° 2. Cf. H.-G. Pflaum, loc. ci (...)
  • 144 Ad amicos, 1, 9 : Sardius Saturninus artissima mihi familiaritate coniunctus est per filios suos d (...)
  • 145 Fronton envoya au père une lettre de condoléances et de consolation, ad amicos, 1, 22.
  • 146 PIR, S, 140 ; A. Stein, RE, I A 28, (1920), s. v. Sardius, col. 2496, n° 1 ; cf. E. Champlin, op. (...)
  • 147 PIR2, P, 287.
  • 148 PIR, V, 642 ; cf. H.-G. Pflaum, loc. cit., p. 556 ; E. Champlin, op. cit., p. 40-41.
  • 149 Ad amicos, 2, 1 ; 2 ; 3.
  • 150 PIR2, C, 542.

24Mais il est un petit groupe réuni autour de Fronton qui va nous retenir, puisque nous en connaissons les noms. Des jeunes gens, connus de l’orateur, apparaissent dans les Lettres, avec des positions différentes. Les uns n’ont droit qu’à une recommandation qui serait banale si elle n’émanait pas de Fronton : ainsi, on peut citer Terentius Varus121, atteint de tuberculose et qui désire rentrer dans sa patrie, Cirta ; Iulius Aquilinus122, un autre Africain, recommandé au proconsul d’Afrique, Q. Egrilius Plarianus123, et qu’on a voulu identifier avec un officier équestre, originaire de Sicca Veneria124. Par contraste, Fronton est beaucoup plus attaché et plus chaleureux avec ceux qu’il considère comme étant « de mea domo meoque contubernio125 ». Pour non seulement s’initier mais encore se former à la rhétorique et aux sciences politiques, des jeunes gens demandaient à recevoir directement l’enseignement du maître, qu’il leur donnait chez lui, dans son vaste hôtel particulier de l’Esquilin, et obtenaient aussi son hospitalité, qu’il octroyait généreusement126, observant ainsi la tradition dont il avait lui-même bénéficié. Fronton avait été le contubernalis de Sex. Calpurnius Iulianus127, pour lequel il obtint d’Antonin le Pieux le rang équestre et deux procuratèles. Cette pratique fait penser à une sorte de collège à l’anglaise. Bien des jeunes gens, de l’ordre sénatorial ou de l’ordre équestre, profitèrent ainsi des leçons du grand orateur. L’exemple le plus probant vient de L. Gauius Clarus128, d’une famille d’Attaleia, recueilli et élevé par Fronton ; on pourrait y ajouter des noms que nous avons déjà cités, comme celui de M. Postumius Festus129, ou d’autres comme celui de M. Gauius Cornelius Cethegus, qui géra le consulat en 170130. Sulpicius Cornelianus, un familiarissimus, avait bénéficié de cette éducation supérieure et Fronton le recommande chaudement d’une part à Cn. Claudius Seuerus, consul en 146131, d’autre part à L. Aelius Apollonides, ab epistulis Graecis132 ; il devait finir par obtenir lui-même le même poste133. De même, Aemilius Pius134 avait parachevé sa formation sous la direction de Fronton, qui en fait un brillant éloge135 et tente de lui obtenir une position officielle auprès d’un nouveau correspondant136. Plus intéressant encore, le sort des Caluisii, originaires de Vérone : C. Caluisius Statianus137 était un vieil ami de Fronton et appartenait au cercle de ses intimes ; il devait faire une brillante carrière équestre, dont les fonctions les plus importantes sont connues : la direction du bureau ab epistulis de Marc Aurèle et de Lucius Verus puis, plus tard, la préfecture d’Égypte138. Il se trouvait encore dans cette province quand il prit le parti d’Auidius Cassius, et n’en fut puni que par la relégation. Son fils, Calvisius Faustinianus139, qui a peut-être fréquenté le « collège » de Fronton, et qui devait s’acquitter des milices équestres, bénéficia d’une chaude recommandation de celui-ci auprès de son plus cher ami, Ti. Claudius Iulianus signo Naucellius140, consul en 154 et légat de Germanie inférieure en 160141 ; plus tard, il devait obtenir en Égypte, lors de la préfecture de son père, le poste d’idiologue142. On remarque là un phénomène intéressant : la création d’une sorte d’hérédité dans l’amicitia, les enfants des membres de l’entourage pratiquant encore ces relations. On trouve une illustration de cette situation dans l’histoire de Sardius Saturninus143 et de ses fils. Saturninus avait confié ses deux fils à Fronton pour parfaire leur éducation supérieure dans le contubernium, le « collège » de celui-ci, et en était devenu un intime144. Ces jeunes gens, doués et bien préparés, voyaient sans doute s’ouvrir devant eux une brillante carrière, soutenue par leur maître. Malheureusement, l’un d’entre eux connut une fin tragique, en se noyant dans un marais145 ; le second, Sardius Lupus146, seule consolation de son père et de son maître, est recommandé très chaudement à M. Petronius Mamertinus, consul en 150147, compatriote et même parent du précepteur de Marc Aurèle. La bienveillance du maître ne put malheureusement pas s’exercer en faveur des deux frères, ses élèves chéris. La situation d’un autre personnage qui ne nous a laissé que son nom, Volumnius Quadratus148, est plus ambigüe : certes, Fronton lui adresse trois missives149, mais l’avis du maître a été sollicité pour Volumnius par T. Castricius150, un très célèbre professeur de rhétorique, ami de Fronton. Dans ces conditions, et comme l’a suggéré E. Champlin, on ne peut pas admettre que Volumnius Quadratus ait été véritablement intégré dans le cercle frontonien.

III

  • 151 Sur les avantages procurés par l’amicitia aux poètes, cf. P. White, « Amicitia or the Profession o (...)
  • 152 PIR2, P, 103.
  • 153 Stace, Silves, 5, 3, 116-126.
  • 154 Ibid., 146 sqq.
  • 155 Ibid, 176-177 :
    Mox et Romuleam stirpem proceresque futuros
    instruis inque patrum uestigia ducere
    (...)
  • 156 PIR2, P, 104.
  • 157 PIR2, F, 194.
  • 158 PIR2, P, 951. Priscilla était veuve et épousa Abascantus en secondes noces ; il n’est pas du tout (...)
  • 159 PIR2, F, 262.
  • 160 PIR2, C, 860.
  • 161 . Cf. A. Hardie, Statius and the Silvae : Poets, Patrons and Epideixis in the Graeco-roman World, L (...)
  • 162 On n’a pas conservé l’épître dédicatoire du cinquième livre.
  • 163 PIR2, P, 550 ; K. M. Coleman, Commentary, p. 209 ; H.-J. van Dam, Commentary, p. 192-193.
  • 164 Il épousa Polla dont le frère appartenait sans doute à l’ordre équestre, puisqu’il reçut une hasta (...)
  • 165 PIR2, I, 430.
  • 166 À mon sens, les termes de splendidus iuuenis qu’emploie Stace pour désigner son ami, ne préjugent (...)
  • 167 PIR2, A, 1277 ; H.-J. van Dam, Commentary, p. 69.
  • 168 PIR2, A, 1151 ; voir S. Panciera, « L. Arrunti Stellae sub officio ad calcem », ’Epigrafai, v Misc (...)
  • 169 PIR, V, 519 ; R. Hanslik, RE, Supp. IX, (1962), s. v. Vitorius, col. 1744, n° 2 ; cf. R. Syme, Tac (...)
  • 170 M.-Th. Raepsaet-Charlier, FOS, 419.
  • 171 PIR2, H, 217.

25Mais si l’on vient de décrire les entourages des grands, il faut aussi s’interroger sur les moyens employés pour y entrer, lorsqu’on n’était familier, ni par ses origines personnelles, ni par sa position, de ces cercles prestigieux. Quelques indications, parfois trop discrètes nous viennent des œuvres de ces poètes151 de la fin du ier siècle qui nous ont laissé deviner comment, venant des régions d’Italie ou des provinces, un nouveau venu à Rome pouvait approcher ces entourages prestigieux et en faire partie. Je prendrai comme exemple tout d’abord Stace, dont par extraordinaire, nous connaissons, pour une fois, l’extraction et l’histoire familiale – malheureuse –. Son grand-père était un notable de Vélia, en Lucanie, et tout prédisposait le père152 de Stace à entrer dans l’ordre équestre153 ; mais la prodigalité de l’aïeul dissipa le patrimoine familial, et la famille se transporta à Naples, où le père du poète ouvrit, avec succès, une école154, dont le renom dépassa la cité et fit affluer des élèves venus de toutes les régions avoisinantes. Parmi eux, sans aucun doute, figuraient des rejetons de grandes familles155, qui devaient faire de belles carrières, et dont l’appui fut sans doute ménagé au fils de leur éducateur. Stace156 lui-même, formé à la poésie par son père, remporta de grands succès, tant à Naples qu’à Rome où il s’était installé ; et les Silves, publiées entre 91 et 95, nous présentent une série de personnages fréquentés par le poète. Mais le plus important était de réussir à plaire à l’empereur en personne et Stace y parvint. Il put ainsi pénétrer dans le milieu de la cour impériale elle-même, et fut amené à composer quelques pièces pour des courtisans ou des hauts fonctionnaires influents. Ainsi, il offrit une consolation au puissant affranchi T. Flauius Abascantus157, ab epistulis de Domitien, lors du décès de son épouse Priscilla158, tout comme il composa un poème en l’honneur de T. Flauius Earinus159, le giton et échanson de Domitien, en quelque sorte le Ganymède de l’empereur. Est-ce dans ce milieu que le poète connut Claudius Etruscus160 ? Celui-ci, chevalier romain comme son frère, était le fils d’un affranchi de Tibère, originaire de Smyrne, dont nous ne connaissons même pas le surnom, et qui obtint le poste d’a rationibus sous Néron puis la dignité équestre sous Vespasien ; il avait épousé la sœur d’un consulaire, Etrusca. On pourrait penser que la situation de poète officiel amena Stace à fréquenter les personnages les plus en vue de la société de la capitale ; mais il resta aussi très attaché à ses amis napolitains. Cela ressort très visiblement du choix des destinataires161 des épîtres dédicatoires des quatre162 premiers livres des Silves. Pollius Felix163 (livre III) est un notable local, né à Pouzzoles ; après avoir accepté les honneurs dans cette ville et à Naples, il préféra les délices de la vie privée164 et les joies de la littérature. Son gendre, le Napolitain Iulius Menecrates165, ami de notre poète, appartenait peut-être au même milieu166. D’Atedius Memor167 (livre II), nous ne connaissons que ce qu’en disent Stace et Martial ; peut-être venait-il, comme Pollius Felix, de la riche noblesse municipale. Les deux autres dédicataires sont socialement beaucoup plus relevés, et, bien évidemment, Stace les a connus à Rome même : L. Arruntius Stella168 (livre I), de Padoue, dont Stace a rédigé l’épithalame, lors de son mariage avec une riche veuve napolitaine, et qui devait atteindre le consulat en 101, ainsi que M. Vitorius Marcellus169 (livre IV), consul en 105 ; mais, sous Domitien, tous deux n’avaient atteint que la préture. Il faut cependant dire que l’un et l’autre touchaient au patriciat : Arruntius Stella appartenait à une famille de nouveaux patriciens, et M. Vitorius Marcellus avait fait un beau mariage, en épousant Hosidia170, fille de C. Hosidius Geta171, admis parmi les patriciens par la grâce de Claude.

  • 172 PIR2, R, 248.
  • 173 PIR2, M, 51.
  • 174 PIR, V, 323 ; E. Sattman, RE, VIII A 2, (1958), s. v., col. 1857, n° 25. Voir A. R. Birley, The Fa (...)
  • 175 PIR, V, 325 ; E. Sattman, RE, VIII A 2, (1958), s. v., col. 1857, n° 26.
  • 176 Sa mère, après la disparition du père, tenta de l’empoisonner.
  • 177 PIR2, M, 141.
  • 178 PIR2, P, 505. Je n’insisterai pas ici sur les liens de famille de Plotius Grypus, qui peut être le (...)
  • 179 Voir en dernier lieu la discussion de W. Eck, « Kaiserliches Handeln in italischen Städten », Coll (...)
  • 180 L’incompabilité des données biographiques fournies par Stace sur C. Vibius Maximus et un préfet d’ (...)
  • 181 PIR, S, 345.
  • 182 Sil., 4 praef. : proximum est lyricum carmen ad Septimium Seuerum, iuuenem uti scis, inter ornatis (...)
  • 183 Ibid., 4, 5.
  • 184 Ibid., 4, 5, 41-44 :
    Hinc paruus inter pignora Curiae
    contentus artae lumine purpurae
    crescis, sed
    (...)
  • 185 La reconstitution des liens familiaux des Septimii Seueri de Lepcis pose bien des problèmes, surto (...)
  • 186 PIR2, F, 404 ; H.-J. van Dam, Commentary, p. 391.

26On peut d’ailleurs constater que Stace avait gagné à Rome, grâce à sa célébrité littéraire, une position lui permettant d’entrer dans l’entourage de sénateurs importants, et de leur famille. Parmi les destinataires de ses poèmes, on peut citer Q. Iulius Cordinus C. Rutilius Gallicus172, consul bis en 85, puis préfet de la Ville vers 90, ou M. Maecius Celer, consul en 101, d’origine espagnole173 ; ou encore M. Vettius Bolanus174, un autre Italien, consul en 66, puis légat de Bretagne, passé parmi les patriciens ; à vrai dire, Stace parle surtout du fils, M. Vettius Crispinus175, qui commençait une brillante carrière en dépit de grandes difficultés familiales176. Ceux-là participèrent activement à la vie publique, contrairement à P. ( ?) Manilius Vopiscus177, peut-être un patricien, qui préféra une vie retirée à Tibur. Notre poète entretint aussi des relations avec des chevaliers qui devaient obtenir des postes procuratoriens, importants comme D. Plotius Grypus178, chargé de la préfecture des véhicules179, et n’appartenant donc pas à l’ordre sénatorial. L’identification d’un autre ami de rang équestre, C. Vibius Maximus, peut-être Romain de Rome pose encore bien des problèmes180. Mais peut-être le cas le plus intéressant pour nous reste celui de Septimius Seuerus181, que Stace présente182 comme l’un de ses plus chers amis et auquel il consacre une ode lyrique183 qui lui permet d’en faire la biographie. Né à Lepcis mais venu enfant à Rome, où il reçut une éducation accomplie, si bien que le poète le considère comme Italien, il fut membre de l’ordre équestre, tout en fréquentant « les fils de la curie184 », c’est-à-dire le milieu sénatorial. En quelque sorte, c’est l’archétype du provincial bien né185, émigré à Rome dans son enfance ou son adolescence, et qui fait son chemin dans la société de la capitale. Sur ce plan, Stace bénéficiait de plus d’avantages que lui, puisqu’il était né en Italie et que déjà son père bénéficiait d’une renommée flatteuse à Rome même. Enfin, il reste, parmi les amis de Stace, des personnages qui, en dehors de leurs noms, n’ont guère laissé de traces, tel Flauius Ursus, qui reçoit une consolation lors de la disparition de son puer delicatus186.

  • 187 Voir P.White, « The Friends of Martial, Statius and Pliny », HSCPh, 79, 1975, p. 265-300.
  • 188 Id., « Positions for Poets in Early Imperial Rome », B. K. Gold (éd.), Literary and Artistic Patro (...)
  • 189 PIR, V, 77 ; R. Helm, RE, VIII A 1 (1955), s. v. Valerius, col. 55, n° 233.
  • 190 Cf. R. P. Saller, « Martial on Patronage and Literature », CQ, 33, 1983, p. 246-257.

27On pourrait faire d’autres remarques sur cette génération187 de littérateurs, qui vivait dans la capitale à la fin du ier siècle apr. J.-C., et qui tentait sa chance en essayant d’appartenir aux cercles les plus choisis de Rome, et d’accéder à la cour impériale, dispensatrice de tous les biens comme de tous les maux. À cet égard, il suffirait d’évoquer les noms des poètes188, comme Martial189, venu chercher fortune190 de Bilbilis à Rome, et qui, en dépit de ses efforts, retourna dans sa patrie, ayant échoué dans ses rêves.

  • 191 Fronton, Add. Epistularum, 4.
  • 192 Ad Antoninum Pium, 10.
  • 193 Brzoska, RE, IV, 1 (1900), s. v. Cornelius, col. 1312, n° 157, surtout col. 1313.
  • 194 PIR2, A, 943 ; voir aussi l’article de E. Schwartz, RE, 2, 1, (1895), s. v. Appianos, col. 216, n° (...)
  • 195 Ad Antoninum Pium, 10, 3.
  • 196 Est citée ici la traduction de H.-G. Pflaum.
  • 197 La discussion est née de la mention par Appien lui-même, (praef., 15) : cai ; divcai" ejn Rwjmh/¡ (...)
  • 198 Voir plus haut, p. 221.

28Il y avait certes d’autres voies pour obtenir l’amicitia d’un grand ; en témoignent les rapports existant entre Appien et Fronton. Nous avons conservé un petit dossier dans la correspondance du maître de Marc Aurèle, composé de deux lettres en grec, échangées entre les deux hommes191, et de la recommandation en latin192 que Fronton adresse à Antonin le Pieux, à la fin du règne, pour l’octroi d’une procuratèle à celui qu’il présente comme son vieil ami. Les deux hommes, cependant, n’étaient pas sur un pied d’égalité : le statut officiel de Fronton et sa position personnelle auprès des empereurs lui donnaient une supériorité évidente et reconnue. Mais dans quelles circonstances s’étaient-ils connus ? Certains ont évoqué une rencontre ancienne, lors du séjour studieux, dans sa jeunesse, de Fronton à Alexandrie193, dont Appien194 était originaire et où il obtint les magistratures les plus importantes, avant de venir s’installer à Rome, au moment de la grande révolte juive de 115-117. Il exerça dans la capitale la profession de causidicus, c’est-à-dire d’avocat, comme le remarque Fronton lui-même195 : celui-ci, dans sa supplique, fait allusion à un premier refus de l’empereur, arguant que, s’il consentait à accorder cette procuratèle, « il y aurait un déluge d’avocats qui demanderaient la même faveur196 ». C’est donc dans les prétoires que Fronton, le plus fameux avocat de son temps, a rencontré, connu, enfin apprécié Appien. Nous ne trancherons pas ici le point si débattu de la fonction officielle d’avocat du fisc qu’aurait obtenu Appien, et qui aurait constitué le préambule d’une éventuelle carrière procuratorienne197. Mais après les rencontres professionnelles, ce sont les affinités personnelles qui ont fait entrer Appien dans l’entourage de Fronton ; l’admission dans le cercle des amici permettait ensuite de demander l’intercession de l’orateur auprès du prince pour obtenir, simplement, l’honneur d’un rang supérieur. Appien, comme s’y engage d’avance Fronton, va imiter la conduite de Sex. Calpurnius Iulianus198 et renoncer à l’exercice effectif d’une procuratèle si chèrement acquise. Je crois qu’il est superflu d’insister sur la force des liens issus de l’exercice d’une même profession et de la communauté de goûts intellectuels et culturels partagés.

29Cette rapide description des entourages aristocratiques, dans la mesure où nous en connaissons la composition, ou du moins les noms de quelques personnalités qui en font partie, montre bien à quel point le même modèle a été suivi. Dans cette perspective, la cour impériale ne se distinguerait pas des autres, si elle n’avait naturellement une autre envergure. Tous les entourages connaissent le même fonctionnement et s’ordonnent autour de celui qui détient le pouvoir ou une parcelle de pouvoir, quelle qu’en soit la nature : pouvoir politique, pouvoir bureaucratique, pouvoir intellectuel, et même pouvoir économique. Le prestige du puissant rejaillit sur ceux qui ont aspiré à son amicitia et l’ont obtenue, même en n’entrant pas réellement dans son intimité. Par ailleurs, à un autre niveau les proceres entretiennent, entre eux, des rapports de puissance à puissance, dont leurs partisans et amis ne sont pas exclus.

  • 199 Sat., 65, 3 : Habinnas, l’ami de Trimalcion, dont il partage le statut, entre dans la salle où se (...)

30La pratique se retrouve partout où sont reconnues des élites, et même parfois où on ne l’attendrait pas : par un jeu de miroir inversé, Trimalcion lui-même n’a-t-il pas sa cour ? Et ceux de ses amis qui ont fait fortune la leur199 ? Le phénomène préside au jeu des relations sociales, permet l’exercice du patronage, fondamental dans ce type de société, et finalement reste un élément indispensable dans le mécanisme de la promotion sociale et du choix des élites. Appartenir à l’entourage des grands est une promesse de réussite, à condition d’avoir fait le bon choix, même si les désillusions l’emportent parfois, et s’il arrive que la dure réalité anéantisse les rêves.

Notes

1 Ma profonde gratitude va à N. Belayche, qui a bien voulu relire la première version de cette contribution. Bien entendu, je reste seule responsable des opinions exprimées ici. La bibliographie a été volontairement sélectionnée et allégée. Les abréviations suivantes ont été utilisées :
K.M. Coleman, Commentary = Statius Silvae IV, edited with an English Translation and Commentary, Oxford, 1988.
S. Demougin, CJC = Prosopographie des chevaliers julio-claudiens, Rome, 1992
H. Devijver, PME = Prosopographia militiarum equestrium…, Louvain, 1976-1993.
H.-G. Pflaum, CP = Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, 1960-1961.
H.-J. van Dam, Commentary = P. Papinius Statius Silvae Book II, A Commentary, Leyde, 1984.
M. P. J. van den Hout, Commentary = A Commentary on the Letters of M. Cornelius Fronto, Leyde, 1999.

2 Juvénal, Sat., 4.

3 Ibid., 72-75 :
Vocantur
ergo in consilium proceres, quos oderat ille
in quorum facie miserae magnaeque sedebat
pallor amicitiae.
Cf. E. Courtney, A Commentary on the Satires of Juvenal, Londres, 1980, p. 215.

4 N. Elias, La société de cour, Berlin, 1969 (trad. fr., Paris, 1974).

5 Voir ainsi le livre canonique de G. Bowersock, Greek Sophists in the Roman World, Oxford, 1969.

6 Voir A. Winterling, Aula Caesaris. Studien zur Institutionalisierung des römischen Kaiserhofes in der Zeit von Augustus bis Commodus, Oldenbourg, 1999.

7 Voir A. Winterling, Aula Caesaris. Studien zur Institutionalisierung des römischen Kaiserhofes in der Zeit von Augustus bis Commodus, Oldenbourg, 1999.

8 Sénèque, De ben., 6, 34, 2.

9 Ibid., 6, 34, 1.

10 CIL, VI, 2169 (D., 1320), Roma. Les titres suivants font état du statut équestre du personnage, juge des quatre décuries (donc avant le règne de Caligula), et curion mineur.

11 Pour le consilium principis, voir J. Crook, Consilium principis, Imperial Council and Counsellors from Augustus to Diocletian, Cambridge, 1955 ; F. Amarelli, Consilia principum, Naples, 1983 ; M. Morabito, « Étude sur la composition du conseil impérial d’Antonin le Pieux à Commode », Index, 12, 1983-1984, p. 316-348.

12 Juvénal, Sat., 4.

13 PIR2, P, 512.

14 Sur ce personnage, voir en dernier lieu M. Dondin Payre, Exercice du pouvoir et continuité gentilice : les Acilii Glabriones, Rome, 1993, p. 252-254.

15 PIR2, R, 127.

16 PIR2, C, 1365 ; H.-G. Pflaum, CP, 34.

17 PIR2, C, 1586.

18 IAM, 94.

19 Pour la classification, on se reportera à H.-G. Pflaum, Supplément aux Carrières procuratoriennes équestres, Paris, 1982, p. 48.

20 Cf. G. Marasco, « I medici di corte nella società imperiale », Chiron, 28, 1998, p. 267-285.

21 Sur C. Stertinius Xenophon, H.-G. Pflaum, CP, 16 ; H. Devijver, PME, IS, 79 ; S. Demougin, CJC, 487 ; voir en dernier lieu K. Buraselis, « Notes on C. Stertinius Xenophon’s Roman Career, Family, Titulature and Official Integration into Koan Civic Life and Society », Kos between Hellenism and Rome, TAPhA, 90, Philadelphie, 2000, p. 66-159.

22 Dion Cassius, 55, 11.

23 Ibid., 58, 27.

24 Pour la famille de Thrasyllus, cf. C. Cichorius, Römische Studien, Leipzig-Berlin, 1922, p. 390-398.

25 PIR2, E, 65.

26 PIR2, E, 61. Intime de Tibère, il fut soustrait par lui à des accusations de maiestate portées contre lui en 21.

27 PIR2, N, 12.

28 PIR2, C, 813 ; p. XXI, ad n. 813 ; H.-G. Pflaum, CP, 15 ; H. Devijver, PME, IC, 124 ; S. Demougin, CJC, 538.

29 Pour un résumé de la discussion, voir S. Demougin, CJC, p. 449. L’article de M.-Fr. Baslez, « Le procurateur, le mage et l’apôtre : Tiberius Claudius Balbillus à Ephèse en 54 », Mél. Le Glay, Bruxelles, 1994, p. 766-773, n’ajoute rien au débat.

30 Suétone, Tib., 46.

31 Ibid., Cl., 28.

32 Voir sur ce problème, W. Eck, « Ordo equitum Romanorum, ordo libertorum. Freigelassene und ihre Nachkommen im römischen Ritterstand », Coll. L’ordre équestre, histoire d’une aristocratie, Bruxelles-Louvain, 1995 [Rome, 1999], p. 5-29 ; pour la famille, voir aussi plus bas, p. 224.

33 PIR2, N, 89 ; H.-G. Pflaum, CP, 163. Le surnom est connu par ailleurs par SHA, v. Veri, 2, 8.

34 Hérodien, 1, 13, 6.

35 Suétone, Tib., 51, 6.

36 Voir M. P. J. van den Hout, Commentary, p. 244-246.

37 Fronton, ad Antoninum imp., 2, 1 ; ad amicos, 1, 14.

38 PIR2, I, 634.

39 PIR2, I, 635.

40 Voir, par exemple, R. Syme, History in Ovid, Oxford, 1978, p. 194-196 et p. 206-208.

41 PIR2, A, 888.

42 PIR2, G, 34.

43 PIR2, C, 1428 ; SHA, uit. Ant., 8, 9 : sed Repentinus <fabula> famosa percussus est, quod per concubinam principis ad praefecturam uenisset. Sur la carrière du personnage, G. Camodeca, Puteoli, 3, 1979, p. 41-70 = ZPE, 43, 1981, p. 43-56 (AE, 1980, 235).

44 Voir le jugement sévère de Suétone, Cl., 29, 1, sur la faiblesse de Claude, qui, soumis à ses femmes et à ses affranchis, distribue suivant leurs caprices ou leurs intérêts honores, exercitus, impunitates, supplicia. Ce témoignage est confirmé par Dion Cassius, 60, 17, 5-6 : il insiste sur la vénalité de Messaline et des affranchis impériaux qui « vendaient » le droit de cité.

45 Porphyrio ad Hor. Ep., 1, 3.

46 Horace, ibid., 1, 3 :
Iuli flore, quibus terrarum militet oris
Claudius Augusti priuignus, scire laboro.
Porphyrio, ad loc. :


Ad Iulium hanc Florum scribit, qui saturam scripsit […] hic Florus scriba fuit saturarum scriptor […]
comes Tiberii Claudii is fuit. Cf. PIR2, I, 316.

47 Horace, Ep., 1, 8, 1-2 :
Celso gaudere et bene rem agere Albinouano
Musa rogata refer, comiti scribaeque Neronis
.
Porphyrio, ad loc. :
… ut ipse felicitatem suam et processum in amicitiam Claudi non insolenter tulerit, ita nos quoque tamquam non insolenti futuros amicos
. Cf. PIR2, A, 478.
Voir aussi le commentaire à Ep., 1, 3, 15 : Celsus hic poeta fuit […] qui solebat libros in bibliothecam Apollinis receptos excerpere et alienos uersus pro suis recitare.

48 L’affirmation d’Appien suivant laquelle en 81, un certain P. Albinouanus commandait un tevlo" Leucanw‘n (BC, 1, 91) a conduit certains à affirmer que nos Albinouani étaient lucaniens ; ce que l’on peut dire, c’est que le nom rare d’Albinouanus est essentiellement représenté par des affranchis de Rome, pourtant le prénom de Publius. Il semble, en tout état de cause, que, si la famille avait des origines lucaniennes, elle semble s’être établie durablement à Rome.

49 Albinouanus Pedo, PIR2, A, 479, qui est aussi lié à la famille de Tibère et de Drusus ; peut-être Pedo et Celsus sont-ils frères. En tout cas, Albinouanus Pedo possédait à Rome une maison, acquise plus tard par Pline.

50 Horace, Ep., 1, 9 :
Quodsi
depositum laudas ob amici iussa pudorem
scribe tui gregis hunc et fortem crede bonumque.

Porphyrio, ad loc. : Septimium amicum suum Neroni commendat. Cf. S. Demougin, CJC, 86.

51 Horace, Ep., 1, 3, 9-10 :
quid Titius, Romana breui uenturus in ora.
Pindarici fontis qui non expalluit haustus
.
Porphyrio, ad loc. :
Titius poeta hic Pindarum Latino uoluit sermone uertere
[…] nam Tiberii comes et doctissimos fuit et lyrica conscripsit.

52 Horace, Ep., 1, 3, 30-1 :
Debes hoc etiam rescribere, sit tibi curae
quantae conueniat Munatius.

Cf. PIR2, M, 717.

53 PIR2, M, 728 ; voir en outre R. Syme, The Augustan Aristocracy, Oxford, 1986, p. 343, qui ne se prononce pas sur cette éventuelle parenté, et considère que le consul de 13 av. J.-C. est le fils de celui de 42.

54 PIR2, C, 1369.

55 PIR2, C, 1618.

56 Tacite, Ann., 11, 21, 1 : De origine Curtii Rufi quem gladiatore genitum quidam prodidere, neque falsa prompserim et uera exsequi pudet. Postquam adoleuit, sectator quaestoris cui Africa obtigerat… 2. Degressusque in Urbem, [et] largitione amicorum, simul acri ingenio questuram et mox, nobiles inter candidatos, praeturam principis suffragio adsequitur, cum hisce uerbis Tiberius dedecus natalium eius uelauisset : « Curtius Rufus uidetur mihi ex se natus ». Le même personnage est évoqué par Pline, Ep., 7, 27, 2.

57 M. Sasel Kos, Inscriptiones Latinae in Graecia repertae, Faenza, 1979, 250. Le proconsul vient se faire initier aux mystères des Cabires avec sa suite, dont les amici [V]ibius Lupercianus, Septimis Tigr[a]nes, Fl. Thedo[.]us ; les surnoms de deux d’entre eux traduisent une origine extra-italienn

58 Voir en dernier lieu A. Fraschetti, « “L’irresistibile ascesa” di L. Seius Strabo », Splendidissima Civitas, Homm. Fr. Jacques, Paris, 1996, p. 101-118 ; sur la supposée belle-mère de Séjan, Cosconia Gallitta, M. Kajava, Helmantica, 45, 1995, p. 243-250.

59 Voir sur ce problème, B. Levick, Tiberius the Politician, Beckenham, 1976, p. 173-176.

60 R. Syme, Seianus on the Aventine, Hermes, 84, 1956, p. 257-266 = Roman Papers, 1, p. 305-314.

61 On trouvera une étude sur l’entourage de Séjan dans D. Hennig, L. Aelius Seianus. Untersuchungen zur Regierung des Tiberius, Munich, 1975, p. 101-121.

62 PIR, S, 151.

63 Il est impossible de reconnaître cet individu parmi les nombreux Pinarii Nattae que nous connaissons à la fin du ier siècle av. J.-C. et jusqu’au règne de Caligula ; cf. S. Demougin, CJC, 63 ; 306.

64 Tacite, Ann., 4, 34, 3.

65 Voir Th. Pekáry, « Tiberius und der Tempel der Concordia in Rome », MDAIR, 73-4, 1966-1967, p. 105-133.

66 PIR2, F, 517 ; ob amicitiam Seiani accusatus, il se tua en 35.

67 PIR2, F, 524.

68 PIR2, C, 1238.

69 PIR2, H, 201 ; S. Demougin, CJC, 270.

70 CIL, VI, 94 ; voir Th. Pekáry, loc. cit., p. 110.

71 Pour ce personnage, voir Th. Pekáry, loc. cit., p. 108 et 110. Il doit naturellement être distingué de C. Geminius Rufus, PIR2, G, 152, qui se tua en plein Sénat vers 30. En revanche, on peut se poser la question de son identification avec le C. Geminius, chevalier romain et ami de Séjan, condamné en 32 ; voir plus bas, p. 217.

72 Tacite, Ann., 6, 19, 3 : inritatusque suppliciis, cunctos qui carceres attinebantur, accusati societatis cum Seiano, necari iubet.

73 PIR, S, 398.

74 PIR2, M, 630 ; S. Demougin, CJC, 274.

75 Tacite, Ann., 6, 7, 2.

76 Ibid., 6, 9, 3.

77 PIR2, A, 677.

78 PIR2, I, 822.

79 PIR2, A, 404.

80 PIR2, C, 354.

81 PIR2, A, 701.

82 PIR, V, 489 ; W. Eck, RE, Supp. 14, 1974, col. 210, n° 1. Sa fille, Vistilia, fut accusée en 19 de prostitution.

83 EOS, II, p. 75.

84 EOS, II, p. 260.

85 Cf. R. Syme, « Domitius Corbulo », JRS, 60, 1970, p. 30 = Roman Papers, II, p. 810 ; EOS, II, p. 269.

86 EOS, II, p. 294.

87 EOS, II, p. 49.

88 Tacite, Ann., 6, 14, 1.

89 PIR2, G, 142 ; S. Demougin, CJC, 278.

90 Tacite, Ann., 6, 14, 1.

91 PIR2, P, 578 ; S. Demougin, CJC, 280.

92 S. Demougin, CJC, 276.

93 Iulius Marinus, dont le surnom indique assez l’origine, est nommé, dans le récit de Tacite, après Vescularius Flaccus, dont l’historien prend soin de spécifier le rang dans un autre passage.

94 S. Demougin, CJC, 275.

95 Tacite, Ann., 9, 8, a reconstitué le discours du chevalier ; voir surtout 9, 8, 1 : sed, utcumque casura res est, fatebor et fuisse me Seiano amicum et ut essem expetisse et postquam adeptus eram laetatum.

96 PIR2, I, 1256 ; S. Demougin, CJC, 280.

97 PIR2, I, 119.

98 PIR2, I, 120.

99 Tacite, Ann., 6, 7, 4.

100 PIR2, A, 441 ; H.-G. Pflaum, CP, 13.

101 Cf. M. Griffin, Seneca, A Philosopher in Politics, Oxford, 1976, p. 96.

102 PIR2, C, 284.

103 PIR2, P, 634.

104 PIR2, L, 388.

105 H.-G. Pflaum, CP, 30 et p. 961.

106 PIR2, A, 618. Pour l’origine espagnole, cf. A. Caballos Rufino, « Los caballeros romanos originarios de la provincia Hispania ulterior Baetica. Catalogo prosopografico », Kolaios, 4, 1995, 298, n° 6

107 R. Sablayrolles, Libertinus Miles, Rome, 1996, p. 479, n° 5.

108 Cf. M. Griffin, op. cit., p. 447-448. On négligera l’article de G. N. Daugherty, « The cohortes vigilum and the Great Fire of 64 A.D », CJ, 87, 1992, 229-240.

109 Pour l’étude du phénomène, on se reportera pour la République au livre d’E. Deniaux, Clientèles et pouvoir à l’époque de Cicéron, Rome, 1993 ; et pour le domaine de la justice, à celui de J.- M. David, Le patronat judiciaire au dernier siècle de la République romaine, Rome, 1992 ; pour l’époque impériale, R. P. Saller, Personal Patronage under the Early Empire, Cambridge, 1982.

110 E. Champlin, Fronto and the Antonine Rome, Cambridge (Mass.)-Londres, 1980.

111 Voir H.-G. Pflaum, « Les correspondants de Marcus Cornelius Fronton de Cirta », Homm. J. Bayet, coll. « Latomus », n° 70, Bruxelles, 1964, p. 544-560.

112 La date traditionnelle de ce consulat suffect, l’année 143, a été récemment mise en doute par W. Eck, « Cornelius Fronto, Lehrer Marc Aurels, consul suffectus im J. 142 », RM, 141, 1998, 193-196, sur la base de la date consulaire qui apparaît dans un diplôme militaire du 1er août 142.

113 Ad amicos, 2, 11. Nous avons utilisé ici la seconde édition des Lettres due à M. P. J. van den Hout, coll. Teubner Leipzig, 1988 ; cf. H.-G. Pflaum, « La carrière de C. Aufidius Victorinus, condisciple de Marc Aurèle », CRAI, 1956, p. 189-200.

114 PIR2, A, 1393.

115 M. Seruilius Silanus fut consul en 152 et en 188 ; Q. Seruilius Silanus, consul suffect une année inconnue et consul II en 189 ; cf. P. Leunissen, Konsuln und Konsulare in der Zeit von Commodus bis Seuerus Alexander, Amsterdam, 1989, p. 131. Voir aussi M. P. J. van den Hout, Commentary, p. 457.

116 PIR2, P, 886.

117 PIR2, P, 920 ; H.-G. Pflaum, loc. cit., p. 555-556 ; E. Champlin, op. cit., p. 39-40.

118 PIR2, P, 149.

119 PIR2, A, 393.

120 Ad amicos, 1, 8 : d nullum pulchrius uinculum amicitiae copulandae reperire potui quam adulescentis optimi conciliandi tibi occasionem […] Quam cupidissimus sim amicitiarum quom eiusmodi uiris, qualis tu es, copulandarum.

121 PIR2, A, 393.

122 PIR2, I, 169.

123 B. Thomasson, Fasti Africani, Lund, 1996, p. 63, n° 78.

124 PME, II, 23 ; l’inscription qui le mentionne, CIL, VIII, 27 572 commence par une lacune et le nom n’est donc par sûr.

125 Ad amicos, 1, 10.

126 Voir par exemple ad amicos, 1, 3, où Fronton explique comment il reçoit chez lui son ami, Licinius Montanus, PIR2, L, 214.

127 PIR2, C, 271. Il faut signaler qu’à deux reprises, le chevalier nommé refusa de gérer ces procuratèles.

128 Voir sous PIR2, G, 100, L. Gauius Fronto ; pour les descendants de celui-ci, H. Halfmann, Die Senatoren aus dem östlichen Teil des imperium Romanum, bis zum Ende des 2. Jahr. n. Chr., Göttingen, 1979, p. 160, n° 71 et p. 183, n° 106 ; il venait d’une famille ayant récemment accédé au Sénat, mais peu fortunée.

129 Voir note 116.

130 PIR2, G, 98.

131 PIR2, C, 1027.

132 I. Side, 62 ; pour l’identification, cf. W. Eck, ZPE, 91, 1992, p. 236-242 (SEG, 42, 1992, 1233 = AE, 1992, 1662).

133 Voir en dernier lieu A. Birley, Locus virtutibus patefactus, Vorträge Rheinisch-Westfälische Akademie der Wiss., G 318, Opladen, 1992, p. 50.

134 PIR2, A, 393.

135 Ad amicos, 1, 8.

136 Il n’y a vraisemblablement qu’une homonymie entre ce personnage et le préfet de cohorte connu à Éphèse à la fin du règne de Néron, PIR2, A, 393.

137 PIR2, C, 356.

138 H.-G. Pflaum, CP, 166.

139 PIR2, C, 346.

140 PIR2, C, 902

141 La date du consulat était fixée à 159 : voir encore G. Alföldy, Konsulat und Senatorenstand unter den Antoninen, Bonn, 1977, p. 172 ; mais elle est passée à 154, voir RMD, 47, surtout n. 6. M. P. J. van den Hout, Commentary, p. 407 en reste à la date erronnée de 159. Pour le gouvernement germanique, voir W. Eck, Die Statthalter der germanischen Provinzen vom 1-3. Jahrhundert, Cologne-Bonn, 1985, p. 175, n° 34.

142 H.-G. Pflaum, CP, 177 et p. 961. Il existe encore une incertitude sur les milices équestres de Fausti - nianus, dans la mesure où nous savons assurément qu’il s’acquitta de plusieurs milices avant d’être recommandé, aux dires même de Fronton, ad amicos, 1, 5, 2 : quam rei militaris peritus, praedicant omnes sub quibus meruit. Il faut sans doute suivre le schéma proposé par H. Devijver, PME, IC, 66 : préfecture d’une cohorte inconnue, tribun de la légion IIII Flauia, préfecture d’aile en Germanie.

143 PIR, S, 141 ; A. Stein, RE, IA 2 (1920), s. v. Sardius, col. 2496, n° 2. Cf. H.-G. Pflaum, loc. cit., p. 555 ; et E. Champlin, op. cit., p. 38.

144 Ad amicos, 1, 9 : Sardius Saturninus artissima mihi familiaritate coniunctus est per filios suos doctissimos iuuenes quos in contubernio mecum adsiduos habeo.

145 Fronton envoya au père une lettre de condoléances et de consolation, ad amicos, 1, 22.

146 PIR, S, 140 ; A. Stein, RE, I A 28, (1920), s. v. Sardius, col. 2496, n° 1 ; cf. E. Champlin, op. cit., p. 38-39 et p. 78.

147 PIR2, P, 287.

148 PIR, V, 642 ; cf. H.-G. Pflaum, loc. cit., p. 556 ; E. Champlin, op. cit., p. 40-41.

149 Ad amicos, 2, 1 ; 2 ; 3.

150 PIR2, C, 542.

151 Sur les avantages procurés par l’amicitia aux poètes, cf. P. White, « Amicitia or the Profession of Poetry in Early Imperial Rome », JRS, 68, 1978, p. 74-92.

152 PIR2, P, 103.

153 Stace, Silves, 5, 3, 116-126.

154 Ibid., 146 sqq.

155 Ibid, 176-177 :
Mox et Romuleam stirpem proceresque futuros
instruis inque patrum uestigia ducere perstas.

Suit une description des sacerdoces, des magistratures, des gouvernements civils et militaires obtenus par les élèves du père de Stace.

156 PIR2, P, 104.

157 PIR2, F, 194.

158 PIR2, P, 951. Priscilla était veuve et épousa Abascantus en secondes noces ; il n’est pas du tout sûr qu’elle ait été de naissance sénatoriale, comme le fait remarquer P. R. C.Weawer, Familia Caesaris, Cambridge, 1972, p. 171, qui pense à une famille équestre. Elle était liée à la femme de Stace, Claudia, elle-même veuve en premières noces.

159 PIR2, F, 262.

160 PIR2, C, 860.

161 . Cf. A. Hardie, Statius and the Silvae : Poets, Patrons and Epideixis in the Graeco-roman World, Liverpool, 1983 (non uidi).

162 On n’a pas conservé l’épître dédicatoire du cinquième livre.

163 PIR2, P, 550 ; K. M. Coleman, Commentary, p. 209 ; H.-J. van Dam, Commentary, p. 192-193.

164 Il épousa Polla dont le frère appartenait sans doute à l’ordre équestre, puisqu’il reçut une hasta pura en Afrique, peut-être lors d’une expéditions menée en 86 contre les Nasamons.

165 PIR2, I, 430.

166 À mon sens, les termes de splendidus iuuenis qu’emploie Stace pour désigner son ami, ne préjugent pas d’une appartenance effective à l’ordre sénatorial ou à l’ordre équestre, mais signalent aussi des personnes jouissant d’un statut d’excellence, sans être nécessairement membre de l’une ou l’autre des aristocraties. Il faut signaler l’affaiblissement du sens sociologique de splendidus à la fin du Ier siècle ; cf. S. Demougin, « Splendidus eques Romanus », Epigraphica, 37, 1975, p. 174-187. K. M. Coleman, Commentary, p. 221, considère que Menecrates est chevalier.

167 PIR2, A, 1277 ; H.-J. van Dam, Commentary, p. 69.

168 PIR2, A, 1151 ; voir S. Panciera, « L. Arrunti Stellae sub officio ad calcem », ’Epigrafai, v Miscellanea epigrafica in onore di Lidio Gasperini, Ichnia, Tivoli, 1999, II, p. 670-681, avec la bibliographie antérieure.

169 PIR, V, 519 ; R. Hanslik, RE, Supp. IX, (1962), s. v. Vitorius, col. 1744, n° 2 ; cf. R. Syme, Tacitus, Oxford, 1958, p. 83 et p. 88 ; K. M. Coleman, Commentary, p. 135-138.

170 M.-Th. Raepsaet-Charlier, FOS, 419.

171 PIR2, H, 217.

172 PIR2, R, 248.

173 PIR2, M, 51.

174 PIR, V, 323 ; E. Sattman, RE, VIII A 2, (1958), s. v., col. 1857, n° 25. Voir A. R. Birley, The Fasti of Roman Britain, Oxford, 1981, p. 62.

175 PIR, V, 325 ; E. Sattman, RE, VIII A 2, (1958), s. v., col. 1857, n° 26.

176 Sa mère, après la disparition du père, tenta de l’empoisonner.

177 PIR2, M, 141.

178 PIR2, P, 505. Je n’insisterai pas ici sur les liens de famille de Plotius Grypus, qui peut être le fils de Plotius Firmus, préfet du prétoire.

179 Voir en dernier lieu la discussion de W. Eck, « Kaiserliches Handeln in italischen Städten », Coll. Intern. L’Italie d’Auguste à Dioclétien, Rome, 1992, [1994], p. 336, n. 29 = Die Verwaltung des römischen Reiches in der hohen Kaiserzeit, II, Bâle-Berlin, 1998, p. 304, n. 32, avec la bibliographie antérieure. K. M. Coleman, Commentary, p. 195-197.

180 L’incompabilité des données biographiques fournies par Stace sur C. Vibius Maximus et un préfet d’Égypte homonyme, en fonctions entre 103 et 105, avait conduit H.-G. Pflaum, CP, 65 et p. 967, à considérer qu’il ne fallait pas confondre les deux personnages, l’ami de Stace et le haut fonctionnaire ; du même avis, P.White, « Vibius Maximus, the Friend of Statius », Historia, 22, 1973, p. 295- 301.

181 PIR, S, 345.

182 Sil., 4 praef. : proximum est lyricum carmen ad Septimium Seuerum, iuuenem uti scis, inter ornatissimos secundi ordinis, tuum quidem et condiscipulum, sed mihi citra hoc quoque ius artissime carum.

183 Ibid., 4, 5.

184 Ibid., 4, 5, 41-44 :
Hinc paruus inter pignora Curiae
contentus artae lumine purpurae
crescis, sed immensos labores
.

185 La reconstitution des liens familiaux des Septimii Seueri de Lepcis pose bien des problèmes, surtout dans les générations antérieures au père du futur empereur Septime Sévère. En particulier, dans la série des hommages rendus à la famille de l’empereur régnant, figure une dédicace au grand-père, L. Septimius Seuerus, sufes, praefectus publice creatus cum primum ciuitas Romana adacta est, duumuir, flamen perpeetuus, in decuriis et inter selectos Romae iudicauit, RIT, 412. La formule ampoulée pour désigner un juge des cinq décuries me semble avoir été choisie pour masquer le fait que ce L. Septimius Seuerus a appartenu aux décuries non-équestres de juges ; cf. S. Demougin, « Les juges des cinq décuries originaires d’Italie », AncSoc, 6, 1975, p. 143-202. En faveur de l’identification de l’ami de Stace et du juge lepcitain, G. di Vita, L. Septimius Severus & P. Septimius Geta, BACTH, n. s., 20-21, 1984-1985, Afrique du Nord, p. 130 ; et Fr. Chausson, Les Antonins et les Sévères de Marius Maximus à l’Histoire Auguste : Introduction à un imaginaire généalogique, thèse IVe section de l’EPHE, (ex. dact.), Paris, 1999, p. 562-570. Il existe trop d’exemples d’inscriptions de la province d’Afrique où la qualité de juge est accompagnée de la précision du statut équestre sous quelque forme que ce soit pour admettre que l’on aurait omis cette précision à Lepcis ; bien au contraire, si le sufes avait été chevalier romain, on l’aurait certainement indiqué sous une forme ou sous une autre. Dans l’état actuel de la documentation, le doute subsiste d’autant plus qu’il faudrait expliquer de manière raisonnable le retour dans sa patrie de l’ami de Stace, déjà possesseur foncier en Italie, et ayant hérité de son père, entre autres, une propriété à Véies. Je suivrai plutôt l’avis de K. M. Coleman, Commentary, p. 158-159, pour considérer que l’ami de Stace est un cousin du juge des cinq décuries.

186 PIR2, F, 404 ; H.-J. van Dam, Commentary, p. 391.

187 Voir P.White, « The Friends of Martial, Statius and Pliny », HSCPh, 79, 1975, p. 265-300.

188 Id., « Positions for Poets in Early Imperial Rome », B. K. Gold (éd.), Literary and Artistic Patronage in Ancient Rome, Austin, 1982, p. 50-66.

189 PIR, V, 77 ; R. Helm, RE, VIII A 1 (1955), s. v. Valerius, col. 55, n° 233.

190 Cf. R. P. Saller, « Martial on Patronage and Literature », CQ, 33, 1983, p. 246-257.

191 Fronton, Add. Epistularum, 4.

192 Ad Antoninum Pium, 10.

193 Brzoska, RE, IV, 1 (1900), s. v. Cornelius, col. 1312, n° 157, surtout col. 1313.

194 PIR2, A, 943 ; voir aussi l’article de E. Schwartz, RE, 2, 1, (1895), s. v. Appianos, col. 216, n° 1.

195 Ad Antoninum Pium, 10, 3.

196 Est citée ici la traduction de H.-G. Pflaum.

197 La discussion est née de la mention par Appien lui-même, (praef., 15) : cai ; divcai" ejn Rwjmh/¡ sunagoreuvsa’e"j pi ; tw‘n basile. Pvowunr les uns, il s’agit d’une simple avocature : voir F. Reuss, « Arrian und Appian », RM, 54, 1899, p. 463-465 ; A. Stein, Der römische Ritterstand, Munich, 1927, p. 134, n. 1 ; H.-G. Pflaum, Les procurateurs équestres sous le haut- Empire romain, Paris, 1950, p. 404-405. Mais il semble avoir eu des remords, puisque dans les Carrières procuratoriennes, p. 1033 on trouve Appien rangé parmi les aduocati fisci Romae ; E. Gabba, Appiani bellorum ciuilium liber primus, Introduzione, Florence, 1958, p. VIII. Pour les autres, Appien fait allusion à la charge d’avocat du fisc, charge créée par Hadrien : O. Hirschfeld, KVW2, p. 49, n. 5 et p. 428, n. 1 ; F. Millar, The Emperor and the Roman World, Londres, 1977, p. 286 ; M. L. Astarita « Appiano e Frontone. Rapporti sociali e culturali », Miscellanea di studi in onore di A. Salvatore, Naples, 1992, p. 160-171 ; M. P. J. van den Hout, Commentary, p. 397, opte pour la même solution. E. Champlin n’a pas abordé cette question.

198 Voir plus haut, p. 221.

199 Sat., 65, 3 : Habinnas, l’ami de Trimalcion, dont il partage le statut, entre dans la salle où se déroule le banquet avec une nombreuse escorte : amictusque ueste alba cum ingenti frequentia comissator intrauit.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search