Version classiqueVersion mobile

Rome, les Césars et la ville

 | 
Nicole Belayche

Deuxième partie. Une cathedra imperii à la mesure du prince

Cour sans « État ». L’aula Caesaris aux ier et iie siècles de notre ère

Aloys Winterling

Texte intégral

État de la question

  • 1 Les notes se réduisent ici à l’essentiel. Des développements plus détaillés figurent dans mon ouvra (...)
  • 2 Voir par exemple les nombreuses dichotomies que l’auteur opère entre les points de vue de fait et (...)
  • 3 Mommsen a plus précisément distingué, pour ce qui est de l’administration se formant à la cour, en (...)

1« Ce serait un travail profitable sous bien des rapports que d’entreprendre d’étudier dans son développement, important même pour l’histoire politique, l’organisation domestique de la maison impériale. Mais ce n’est pas dans un traité de droit public que ce problème peut trouver sa solution. » C’est par ces mots que Theodor Mommsen aborde le chapitre qu’il consacre à « la cour et la maison de l’empereur romain » dans son étude classique intitulée Le droit public romain1. Deux faits valent ici d’être notés. Cette assertion nous renseigne en premier lieu sur la parfaite conscience que Mommsen avait de l’impossibilité à pleinement concevoir la cour impériale au moyen de catégories juridiques empruntées au droit public : cette dernière relève en effet du « politique » et de l’« historique », qui n’offrent pas matière à une analyse juridique, comme l’auteur le souligne par ailleurs à diverses reprises2. Le chapitre spécifique que Mommsen n’en consacre pas moins à la cour impériale témoigne en second lieu de la nécessité qu’il y a de le replacer dans la perspective de sa classification. Sa volonté de soumettre également l’époque impériale à une analyse structurelle articulée autour de l’opposition fondamentale entre public et privé l’a conduit à associer la cour impériale à l’« État », puisque celle-ci, au regard de sa signification politique, ne se laissait pas décrire dans son ensemble comme une « affaire privée » de l’empereur3.

  • 4 Ibid., p. 104-111. Voir la note précédente.
  • 5 Ibid., pp. 86-104, 279 sq., 79 sq., voir p. 95.

2Au problème que lui posait l’insertion de la cour impériale dans le cadre d’un « droit public » qui s’était édifié au gré des circonstances politiques de la République romaine, Mommsen a apporté la solution suivante. Il a, en premier lieu, dans le chapitre que nous venons de mentionner, restreint la cour à deux aspects : celui du caractère impersonnel de l’« amitié » aristocratique avec l’empereur, qui trouvait son expression dans les « audiences matinales », et celui de la fonction administrative de la domesticité impériale4. Il a en second lieu fragmenté les personnes et les événements qui se trouvaient en relation directe avec l’empereur en éléments qu’il a classés d’après les cadres théoriques que lui offrait le droit public pour les répartir ensuite dans l’ensemble de son œuvre. C’est ainsi que la parentèle impériale figure par exemple sous la rubrique consacrée à « la famille impériale. Hon­neurs auxquels elle a droit », qu’il évoque à nouveau les « amis » du prince en relation avec le « conseil » impérial (consilium) ou qu’il traite des fêtes célébrées à la cour au titre des « honneurs officiels » qui lui sont réservés5.

  • 6 Eckhard Meise, Untersuchungen zur Geschichte der julisch-claudischen Dynastie, Munich, 1969.
  • 7 John Crook, Consilium Principis. Imperial Councils and Counsellors from Augustus to Diocletian, Ca (...)
  • 8 Gérard Boulvert, Esclaves et affranchis impériaux sous le Haut-Empire romain. Rôle politique et ad (...)
  • 9 Mommsen, Droit public (cf. n. 1), p. 88, n. 3 : « Il semble avoir dépendu de l’arbitraire de chaqu (...)
  • 10 Il ne se trouve qu’une seule mention de consilium principum chez Papinien, au titre 27, 1, 30 du D (...)
  • 11 Crook, Consilium (cf. n. 7), p. 104 : « THE consilium principis never existed. »
  • 12 Ibid., p. 55.
  • 13 Weaver, Familia (cf. n. 8), p. 299 : « Familia Caesaris, in the general collective sense in which (...)

3Un coup d’œil jeté aux travaux de recherche menés ces dernières décennies nous révèle qu’au problème juridique se sont substituées des questions d’histoire politique, constitutionnelle et sociale ; les observations que Mommsen avait par ailleurs formulées au sujet du caractère sélectif de sa construction juridique n’en sont pas moins restées lettre morte ; qui plus est, la subdivision même qu’il proposait de la cour impériale a été adoptée, alors qu’elle est désormais parfaitement caduque. On traite ainsi des événements politiques qui se produisent à la cour dans des études d’« histoire dynastique » qui se concentrent sur les relations établies à l’intérieur de la maison impériale6 ; on étudie les « amis » de l’empereur d’origine aristocratique qui paraissent à la cour en rapport avec le problème que pose l’institution d’un conseil impérial (consilium principis)7 ; ses esclaves et affranchis font l’objet d’analyse au titre de la familia Caesaris8. Ces travaux de recherche ont produit une multitude de résultats intéressants, mais souffrent de deux faiblesses : les notions dont on use pour définir la cour sont problématiques et les résultats obtenus font de plus douter de la pertinence des questions posées au départ. Il n’a pas existé de « maison impériale » que l’on puisse juridiquement définir, ainsi que Mommsen lui-même avait déjà dû en convenir. La position privilégiée de la parentèle du prince était laissée à son entière « discrétion », c’est-à-dire qu’elle dépendait de la faveur impériale9. L’histoire politique de la cour impériale nous révèle de plus que des personnages tels que, par exemple, les préfets du prétoire ou les affranchis de l’empereur, qui n’appartenaient pas à la famille impériale, y jouaient un rôle décisif. Il ne ressort pas de la tradition antique de notion de consilium principis, quoiqu’elle paraisse empruntée aux sources10, et l’étude percutante de Crook aboutit de même à la conclusion, négative, qu’il n’a pas existé d’organe consultatif institutionnalisé auprès des empereurs11. Loin de là, l’auteur y dresse ce constat : « Court intrigue was… a larger factor in the government of the Empire than it should have been12. » La notion de familia Caesaris, qui appelle la comparaison des esclaves et affranchis de l’empereur avec ceux d’autres aristocrates romains, relève également d’une construction moderne13 ; on a seulement qualifié de familia des branches du personnel impérial et c’est pourquoi il est dans l’ensemble caractéristique que celui-ci se différencie fondamentalement des familiae des « maisons » éminentes de l’époque impériale, ainsi qu’il résulte des travaux qui traitent de ce sujet.

  • 14 Ernst von Herzog, Geschichte und System der römischen Staatsverfassung, II, 2, Leipzig, 1891, p. 7 (...)

4Poursuivie de façon inconsidérée et envisagée du point de vue du droit public, cette fragmentation nous semble en définitive expliquer pourquoi la cour impériale conçue comme une entité a presque entièrement disparu du champ des recherches les plus récentes. Alors que les vastes synthèses datées de la fin du xixe siècle qui ont succédé à celle de Mommsen ou sont venues la concurrencer – celles d’Ernst von Herzog, Geschichte und System der römischen Staatsverfassung, de Ludwig Friedländer, Darstellungen aus der Sittengeschichte Roms ou encore d’Otto Hirschfeld, Kaiserlichen Verwal­tungsbeamten – consacraient encore toutes à la cour quelques chapitres spécifiques et relativement volumineux14, on en recherchera en vain dans les ouvrages et les présentations d’ensemble les plus récentes portant sur l’Empire romain qui soient en relation systématique avec la cour impériale.

  • 15 Alfred Heuß, Römische Geschichte, Brunschwig, 4e éd., 1976, p. 332 ; Karl Christ, Geschichte der r (...)
  • 16 Richard P. Saller, Personal Patronage under the Early Empire, Cambridge, 1982, en particulier p. 4 (...)
  • 17 Jean Gagé, Les Classes sociales dans l’Empire romain, Paris, 1964, p. 191-197 ; Paul Veyne, Le Pai (...)

5L’étude de la cour n’a, à vrai dire, pas entièrement disparu de l’histoire ancienne : elle resurgit en effet inopinément dans bon nombre de traités sous la forme d’une mention faite en passant. Ainsi Alfred Heuß parle-t-il de « l’atmosphère malsaine qui régnait à la cour des Julio-Claudiens » et Karl Christ du « luxe insensé que la cour déployait (à l’époque de Caligula)… dans le golfe de Naples15 ». Si, en Allemagne, les études historiques les plus récentes font le plus souvent apparaître la cour impériale comme une interférence à mettre en marge d’une vie politique par ailleurs parfaitement réglée, les travaux de recherche menés ces derniers temps en Angleterre – par Richard Saller et Andrew Wallace-Hadrill16 – émettent à l’occasion l’hypothèse qu’elle avait pu avoir une signification politique. Ceci vient contredire la thèse de Jean Gagé qui, au terme d’une comparaison directe avec la cour de Louis XIV, aboutit à la conclusion qu’il n’a existé absolument aucune cour impériale romaine, opinion à laquelle Paul Veyne s’est rangé17.

6On doit donc, étant donné les termes mêmes du problème et l’état de la question, mener l’analyse de la cour impériale en quatre étapes : il convient tout d’abord d’esquisser la différenciation qui s’opère au ier siècle de notre ère entre la cour et la domus aristocratique ; de s’interroger ensuite sur les structures que prend la communication avec l’empereur et sa fonction politique ; d’étudier par ailleurs l’intégration de l’aristocratie équestre et sénatoriale au sein de la cour ; de traiter enfin du rapport de la cour avec la « restauration » de la res publica prônée par Auguste.

Différenciation de l’aula impériale

  • 18 Se reporter à Brigitta Tamm, Auditorium and Palatium. A Study on Assembly-Rooms in Roman Palaces d (...)
  • 19 Clemens Krause, Domus Tiberiana. Nuove ricerche – studi di restauro, Rome-Zurich, 1985. Si l’on se (...)
  • 20 Se reporter à Helge Finsen, Domus Flavia sur le Palatin. Aula Regia – Basilica, Copenhague, 1962 ; (...)
  • 21 Ceci peut être tenu pour un fait établi dès l’époque domitienne. Voir Stat., Silv., 1, 1, 34 ; 4, (...)
  • 22 Tac., Hist., 3, 67, 2 ; 3, 68, 1-3 ; 3, 70, 2 ; 3, 84, 4.

7Au cours d’un processus qui dura d’Auguste à Néron, le Palatin, qui était traditionnellement la zone résidentielle la plus élégante de Rome, se recouvrit entièrement d’édifices impériaux et les autres propriétaires aristocratiques en furent expulsés18. C’est probablement sous le règne de Claude qu’un palais de 117 x 132 m de dimension, qui comprenait ce que l’on appelait la domus Tiberiana, s’éleva au nord de la colline, sur le Germalus19, et sous celui de Domitien que l’on érigea un autre édifice sensiblement plus grand appelé domus Augustana20. Ces deux constructions qui, en termes de quantité et de qualité, se distinguaient de l’architecture aristocratique habituelle conféraient sur le plan local un caractère fondamentalement particulier à la demeure impériale. C’est ce que reflète la contamination des significations « Palatin » et « palais impérial » dans le terme palatium21. Résider sur le Palatin devint par conséquent précisément le symbole même de la dignité impériale : Tacite nous explique clairement dans ses Histoires de quelle façon l’abdication de Vitellius prit sa signification effective dès lors qu’il abandonna le palatium et le qualifie, de manière conforme, de sedes fortunae et d’imperii arx de l’empereur22.

  • 23 Se reporter à Émile Farion, « L’organisation du palais impérial à Rome », MB, 4, 1900, p. 5-25 ; J (...)
  • 24 Tac., Ann., 11, 12, 3.
  • 25 Voir Mommsen, Droit public (cf. n. 1), p. 71, n. 2.
  • 26 Plut., Galba, 20, 2 : tw’n oijketw’n ejdwrhvsato tou ;" eijqispmeervin ;o ud"ivaitian hJgemovni ej (...)
  • 27 Plut., Galba, 11, 1.
  • 28 Tac., Ann., 15, 35, 2.

8Les inscriptions qui nous sont conservées témoignent de façon convaincante de l’importance numérique et de la différenciation de la domesticité impériale23. Les sources littéraires nous révèlent par ailleurs qu’elle se distinguait aussi fondamentalement des familiae des nobiles romains aux yeux des contemporains. Parmi les présents que Messaline, l’épouse de Claude, fit à son amant C. Silius figurait aussi du personnel impérial. Les servi et liberti du prince que l’on vit dans la maison de l’amant adultère donnaient, d’après Tacite, l’impression que la dignité impériale était passée entre ses mains (velut translata iam fortuna)24. L’affectation de ce personnel au service exclusif de l’empereur se traduisait par le port de vêtements blancs à lui seul réservés25, ainsi que par sa spécialisation dans des tâches précises. Lorsque Galba fut proclamé empereur en Espagne, Othon, qui avait occupé une position éminente à la cour de Néron, lui fit présent de serviteurs « qui étaient exercés à tenir convenablement la maison d’un prince26 ». En même temps qu’une délégation du Sénat, le préfet du prétoire Nymphi­dius Sabinus envoya aussi à Galba, avec du mobilier, une « domesticité impériale » (qerapeiva basilikhv) qui provenait de l’ancienne cour de Néron27. Les secrétaires particuliers au service de l’empereur témoignent enfin aussi de la spécificité du personnel impérial : Néron put se débarrasser de deux Iunii Silani Torquati sous prétexte qu’ils employaient – à l’exemple de l’empereur lui-même – des secrétaires ab epistulis, a libellis et a rationibus. C’étaient là des « qualifications réservées au pouvoir suprême » (nomina summae curae), leur utilisation impliquait donc qu’ils projetaient une usurpation28.

  • 29 Cass. Dio, 56, 26, 2 sq. Voir sur la salutation romaine en général Johann Michael Heusinger, Disse (...)
  • 30 Suét., Aug., 53, 3.
  • 30 Cass. Dio, 56, 41, 5 ; 54, 30, 1.
  • 32 Cass. Dio, 57, 1, 1.
  • 33 Tac., Ann., 15, 23, 4.
  • 34 Plut., Galba, 8, 3.
  • 35 Cass. Dio, 65 (66), 10, 4.
  • 36 Gell., 4, 1, 1 ; voir 20, 1, 2 ; 20, 1, 55.

9C’est aussi dans sa dimension temporelle, au regard des événements qui en rythmaient l’existence, tels les salutations matinales (salutationes) et les festins (convivia), que la « maison » impériale prit une ampleur sui generis. Dion Cassius nous rapporte qu’Auguste recevait régulièrement pour la salutatio le Sénat, les chevaliers et même – à l’occasion de solennités exceptionnelles – une grande partie du peuple dans sa maison du Palatin29. Il saluait les sénateurs exclusivement dans la curie lors des séances du Sénat30 afin d’en garantir le bon déroulement30. Tibère enjoignait aux sénateurs de lui rendre collectivement leurs hommages pour éviter qu’ils ne se bousculent les uns les autres dans la cohue32. Néron reçut « le Sénat tout entier » à Antium à l’occasion de la naissance de sa fille33. En 68, alors que Galba, le nouvel empereur, se trouvait encore en Espagne, le Sénat se rassemblait chaque jour, à défaut de l’empereur même, devant les portes du préfet du prétoire Nymphidius Sabinus34. Vespasien recevait « tous ceux des sénateurs, mais aussi du restant de la population, qui le désiraient35 ». C’est, d’après une notice d’Aulu Gelle, « la foule de presque tous les ordres » (omnium fere ordinum multitudo) qui attendait la salutatio de l’empereur devant le palais de Domitien au iie siècle de notre ère36.

  • 37 August Mau, « Convivium », RE, 4, 1, Stuttgart, 1900, col. 1201-1208 ; voir Marquardt, Privatleben (...)
  • 38 Voir, par exemple, pour Auguste, Cass. Dio, 54, 2, 3 ; Suét., Aug., 74 ; pour Tibère, Suét., Tib., (...)
  • 39 Suét., Claud., 32.
  • 40 Tac., Hist., 1, 81, 1 sq. ; Plut., Otho, 3, 4-6 ; Suét., Otho, 8, 1 ; Cass. Dio, 64, 9, 2.
  • 41 Stat., Silv., 4, 2, 5, 32 sq. ; Cass. Dio, 67, 9, 1-5.

10Les convivia familiaux se donnaient traditionnellement à Rome en cercle restreint dans le triclinium, au contraire des banquets plus importants qui se célébraient dans les lieux publics de la ville37. Cette pratique commença par se maintenir sous les règnes d’Auguste et de Tibère38. De Claude, qui, le premier, put disposer du palais nouvellement édifié, on rapporte qu’il régalait très souvent 600 convives à la fois39. D’autres documents nous révèlent qu’on élargit de ce fait les banquets impériaux aux cercles aristocratiques les plus éminents et que cet élargissement se poursuivit par la suite indépendamment des changements de monarque et de dynastie. Othon régalait dans son palais, pendant la courte durée de son Principat, les primores feminae virique, parmi lesquels on comptait déjà à eux seuls 80 sénateurs de sexe masculin, avec les magistrats présents à Rome40. Domitien conviait, selon Stace, 1000 proceres et chevaliers et, selon Dion Cassius, les prw`toi de l’ordre équestre et sénatorial dans son nouveau palais41.

  • 42 Hor., Carm., 1, 29, 7 ; Val. Max., 7, 1, 2. Voir ThLL, 2, Leipzig, 1900-1906, p. 1455-1459 s. v. ; (...)
  • 43 Sen., De ira, 2, 23, 2, voir 3 sq. ; De tranqu. an., 6, 3 ; Ep. 29, 6 ; voir par exemple le drame (...)
  • 44 Voir Stat., Silv., 3, 3, 67 ; Bell. Germ., frag. 4 ; Juv., 4, 93 ; Mart., Epigr., 7, 40, 1 ; 7, 99 (...)
  • 45 Voir Suét., Cal., 12 ; 19, 3 ; 39 ; Nero, 6, 2 ; 45 ; Otho, 2, 2 ; Vit., 4 ; Vesp., 14 ; Dom., 4, (...)
  • 46 M. Aur. ad se ipsum par exemple 8, 9, 5 ; 8, 31, 1 ; 10, 27, 2. On peut percevoir la « ré-hellénis (...)
  • 47 Voir par exemple Suét., Titus, 2 (signification spatiale) ; Tac., Ann., 2, 43, 5 (signification pe (...)

11Les Romains ont perçu la différence qu’il y avait entre « maisons » impériale et aristocratique et l’ont traduite par une notion nouvelle dont le latin courant ne disposait pas auparavant. Il s’agit du terme aula, emprunté au grec aulè (aujlhv). Ce terme, isolé dès l’époque impériale pour désigner par analogie les cours royales42, s’emploie à partir des années 40, dans le contexte intrinsèquement romain, au sens – tangible pour la première fois chez Sénèque – de « maison » impériale, que l’on désigne de ce fait comme une « cour43 ». Les auteurs de l’époque flavienne usent souvent de cette notion44 qui se substitue au iie siècle de notre ère, ainsi qu’on peut le constater chez Suétone, à celle de domus, pour désigner la cour impériale45. Ce terme désigne, tout comme celui, qui a repris sa forme grecque, d’aulè dans les Pensées de Marc Aurèle46, la cour dans sa dimension spatiale, personnelle et temporelle et correspond ainsi, pour ce qui est de son contenu sémantique, aux notions modernes de « Hof », « court », « cour » ou « corte47 ».

  • 48 Apul., Met., 7, 6, 2.
  • 49 Voir Suét., Vesp., 14 (interdicta aula).
  • 50 Voir en dernier lieu Wilhelm Kierdorf, « Freundschaft und Freundschaftsaufkündigung von der Republ (...)

12La différenciation d’une aula Caesaris, c’est ainsi que la nomme Apulée48, ne représente pas à vrai dire un phénomène culturel et historique que l’on puisse délimiter. L’inclusion de l’ensemble de l’aristocratie présente à Rome dans les événements en corrélation avec la cour impériale n’eut pas seulement pour résultat l’anéantissement politique, social et, bien souvent même, physique des individus49 auxquels l’empereur interdisait la cour50 ; elle provoqua aussi une modification somme toute profonde des formes que prenait la communication aristocratique ainsi que des structures politiques décisionnelles de la Rome antique.

Communication et fonction politique

  • 51 Suét., Tib., 27.
  • 52 Tac., Ann., 3, 65, 2 sq.

13Si l’on s’interroge sur la façon dont l’aristocratie romaine communiquait avec l’empereur, on observe tout d’abord dans l’espace urbain un phénomène qui est seulement connu des cours pour les autres époques. Tibère, si l’on s’en rapporte à Suétone, éprouvait une telle aversion pour la flatterie qu’il ne laissa aucun sénateur pénétrer dans son cubiculum51 et que le Sénat en devint, à défaut d’autres occasions, le lieu d’une adulatio sordida. Ce ne sont pas seulement les plus éminents, mais aussi les plus simples d’entre les sénateurs, comme l’écrit Tacite, qui faisaient assaut de flatteries répugnantes de sorte que l’empereur, en quittant la curie, avait régulièrement ce mot à la bouche : « o homines ad servitutem paratos52 ! »

  • 53 Voir Robin Seager, « Amicitia in Tacitus and Juvenal », AJAH, 2, 1977, p. 40-50.
  • 54 Tac., Ann., 4, 68 sq.

14Des intrigues et des dénonciations qui allaient toujours croissant entachèrent aussi au début de l’époque impériale les relations au sein de l’aristocratie53. Tacite nous relate, là encore, un épisode d’un grotesque significatif : pour entrer dans les bonnes grâces de Séjan, par lequel seul on accédait au consulat lorsque Tibère s’absentait de Rome, on poussa le chevalier Titius Sabinus à tenir des propos méprisants sur l’empereur et le préfet du prétoire au cours d’une conversation qui eut lieu en privé dans la demeure d’un sénateur. Trois sénateurs s’étaient dans le même temps dissimulés entre le toit et le plafond, afin d’en être les témoins et d’intenter ensuite une action qui conduisit à l’exécution de Sabinus54. Voilà, comme dit le proverbe allemand, la pagaille qui résultait de l’extension, manifeste lors de la salutatio, de la « cour impériale élargie » à l’ensemble de l’aristocratie urbaine et qui ne prit fin, comme nous verrons, qu’avec l’intégration de cette dernière au sein de la « cour restreinte », à savoir la société habituelle de l’empereur.

  • 55 Suét., Vit., 2, 4 sq. ; Tac., Ann., 6, 32, 3 sq.
  • 56 Suét., Vit., 4 sq. Concernant le problème de la valeur à donner aux sources qui nous informent des (...)

15Quelques exemples nous permettent d’illustrer de façon éclatante combien, jusque dans le palais, un opportunisme se traduisant différemment selon les empereurs constituait une attitude à laquelle le succès était promis. De Lucius Vitellius, le fils d’un procurateur équestre d’Auguste et père du futur empereur, des sources concordantes nous apprennent qu’il disposait d’un don hors du commun pour la flatterie. Il fut le premier, au terme de son consulat et de son gouvernement à la tête de la Syrie, à pratiquer l’adoratio en présence de Caligula, en se prosternant à ses pieds la tête voilée. Sous le règne de Claude, en compagnie duquel il revêtit deux consulats ordinaires et la censure, il sollicita de l’impératrice Messaline l’honneur de pouvoir lui retirer ses chaussures et vénérait les images en or des deux puissants affranchis impériaux Narcisse et Pallas parmi celles de ses dieux lares55. Son fils Aulus, le futur empereur, occupa également, selon Suétone, une position éminente à la cour (praecipuum in aula locum tenuit). Il appartint, sous Caligula, au cercle restreint des intimes de l’empereur, en raison de la passion qu’il partageait avec lui pour les courses de chars et, sous Claude, en raison de l’enthousiasme qu’il manifestait pour les jeux de dés. Il se fit tout particulièrement aimer de Néron en encourageant cet empereur à se produire sur scène pour y chanter. C’est par la faveur (indulgentia) de trois maîtres, comme l’écrit Suétone, qu’il fut promu aux fonctions les plus élevées, dont le proconsulat en Afrique56.

  • 57 Cass. Dio, 72 (71), 35, 2 ; Hist. Aug., Marc., 23, 9 ; voir Fronto ad M. Caes., 2, 8, 1 (p. 28 van (...)

16L’exemple de Marc Aurèle nous apprend que l’opportunisme régnait aussi dans les cours des empereurs que les historiographies sénatoriales et équestres valorisaient, puisque, étant prince héritier, il se plaignait déjà dans une lettre à Fronton de la flatterie de son entourage et qu’il esquissa par la suite dans ses pensées philosophiques une critique de sa propre cour. Dion Cassius et l’Histoire Auguste nous rapportent que, sous le règne de cet empereur, « une foule de gens faisait mine de s’adonner à la philosophie pour faire ainsi fortune grâce à l’empereur57 ».

  • 58 Tac., Ann., 11, 29, 1 ; Plin., Ep., 7, 29 ; 8, 6.
  • 59 Tac., Ann., 13, 42, 4.
  • 60 Saller, Patronage (cf. n. 16), en particulier p. 41-78.
  • 61 Suét., Otho, 2.

17Bien d’autres exemples nous apprennent sur quoi reposaient les structures de la communication à la cour et les énormes chances qui naissaient de la faveur impériale. C’est précisément la faveur passionnée (flagrantissima gratia) de l’empereur qui, selon Tacite, valut les ornamenta praetoria à l’affranchi Pallas58. Sénèque amassa, comme on lui en fit grief, une fortune de 300 millions de sesterces en quatre ans d’amitié avec l’empereur59. Saller a rassemblé dans son ouvrage une vaste documentation sur les possibilités de patronage qui s’offraient à l’entourage des intimes de l’empereur60. La faveur impériale pouvait aussi parfois avoir pour conséquence d’avoir un jeune amant. Le futur empereur Othon se serait ménagé l’accès au cercle le plus restreint des intimes de Néron grâce à une affranchie qui était en faveur (libertina aulica gratiosa). Il feignit d’avoir de l’amour pour elle, quoiqu’il se fût agi là, comme l’écrit Suétone, d’une vieille femme sans attraits61.

  • 62 Voir en particulier les salutationes qui avaient lieu chez Séjan, où les consuls s’entretenaient a (...)
  • 63 Jos., Ant. Iud., 17, 134-141 ; 20, 183.

18Des exemples célèbres, comme celui du préfet du prétoire Séjan62, attestent de l’influence que l’on avait toute probabilité d’exercer en dehors de la cour et qui résultait en quelque sorte automatiquement de la proximité avec l’empereur, ou avec ses proches ; c’est ce dont témoigne aussi un cas sans signification particulière pour les affaires intérieures et que Flavius Josèphe nous rapporte : lorsque, sous le règne de Néron, il y eut à Césarée de fortes tensions entre la population syrienne de la ville et la communauté juive, les Syriens parvinrent à soudoyer le secrétaire impérial Beryllus par des pots-de-vin pour obtenir de Néron un rescrit qui annulait le droit de cité des habitants juifs de Césarée63.

  • 64 Tac., Ann., 6, 45, 3 ; 6, 50, 4 sq. ; Cass. Dio, 59, 1, 1-2.
  • 65 Voir Anthony A. Barrett, Caligula. The Corruption of Power, Londres, 1989, p. 154-171, et, en part (...)
  • 66 Voir Tac., Ann., 12, 66-69 ; Suét., Claud., 44 sq.
  • 67 Voir Brian W. Jones, The Emperor Domitian, Londres-New York, 1992, p. 193-196 ; Cass. Dio, 73
    (72), (...)

19Un cas extrême peut enfin mettre en lumière le pouvoir qui émanait de la cour impériale et le danger qui en résultait pour tous les intéressés : c’est celui de l’influence que la cour exerçait sur la position occupée par l’empereur. Le préfet du prétoire Macron aurait hâté la mort de Tibère à Capri et ouvert à Caligula la voie jusqu’au trône64. Caligula lui-même fut assassiné par ses confidents les plus proches65, Claude par son épouse, qui assura ainsi la succession à son fils Néron66. Domitien et Commode furent également éliminés par leur entourage le plus proche67. C’est chaque fois la constellation de la cour qui nous livre les mobiles des assassins : il s’agissait d’assurer sa position personnelle, soit parce qu’elle paraissait menacée par l’empereur lui-même – comme dans le cas de Caligula et de Domitien –, soit parce qu’elle devait se voir durablement consolidée par le choix anticipé d’un successeur dont on pensait s’assurer ainsi la faveur.

Cour et aristocratie

  • 68 Pour plus de détails concernant ce qui suit, se reporter à Winterling, Aula Caesaris (cf. n. *) ; (...)

20La relation existant entre la hiérarchie qui se formait à la cour d’après la proximité avec l’empereur et la hiérarchie traditionnellement en vigueur d’après l’ordo (statut social) et l’honos (fonction honorifique) peut constituer le fondement du problème que pose le rapport établi entre l’empereur et l’aristocratie. On peut donner la clef de l’évolution de cette relation au travers d’une étude des « amis » aristocratiques de l’empereur68.

  • 69 Voir Mommsen, Droit public (cf. n. 1), p. 104 sq. ; Friedländer, Sittengeschichte, I (cf. n. 14), (...)
  • 70 Deux « disgrâces » nous apportent de façon exemplaire la preuve des trois catégories à distinguer (...)
  • 71 Voir Suét., Tib., 55 ; Vit., 4 ; Nero, 21, 2 ; 47, 3 ; Tac., Ann., 13, 13, 3 ; 16, 18, 2 ; Hist., (...)
  • 72 Voir par exemple Suét., Aug., 53, 3 ; Cass. Dio, 57, 11, 7 ; 64 (65), 2, 3 (cf. 3, 4) ; 64 (65), 7 (...)
  • 73 Voir Mommsen, Droit public (cf. n. 1), p. 104, voir p. 813 : « Est ami du maître de la maison quic (...)
  • 74 Voir ne serait-ce que des personnages tels Mécène et Sallustius Crispus sous Auguste, Séjan sous T (...)

21Il importe tout d’abord de faire observer sur ce point qu’il n’y a pas eu de classification hiérarchique des « amis » de l’empereur d’après la façon dont ils étaient admis à la salutatio69. On observe bien plus depuis Auguste une tripartition toute différente des amici de l’empereur70 : 1. Les aristocrates qui formaient l’entourage habituel de l’empereur et sont qualifiés de familiares, intimi ou proximi amicorum71 ; 2. Les aristocrates avec lesquels l’empereur entretenait des relations sociales en les invitant à sa table ou en leur rendant occasionnellement visite72 ; 3. Et – c’est une catégorie qu’omettent les travaux de recherche les plus récents sur les amici de l’empereur – tous les sénateurs et ceux des chevaliers qui étaient autorisés à paraître lors de la salutation impériale73. Pour ce qui est du statut social des amis de l’empereur, on peut observer qu’au début de l’Empire, plus le rang de ces individus avait tendance à être bas, plus ils étaient proches de l’empereur74.

  • 75 Cass. Dio, 64 (65), 2, 3 (voir 3, 4) ; 64 (65), 7, 1 : prosetairivzesq(Xaiiph.)
  • 76 Cass. Dio, 65 (66), 10, 5 ; voir Suét., Vesp., 21 ; Epit. de Caes., 9, 15.
  • 77 Voir Suét., Dom., 9, 2 ; 11, 2 ; 14, 1 ; 16, 1.

22Au fil du temps et avec les possibilités de l’empereur d’influencer la hiérarchie sociale fondée sur l’ordo et l’honos, on assiste même à une intégration des membres les plus éminents de l’aristocratie en tant que tels dans le cercle de ceux des amis de l’empereur qui formaient sa compagnie habituelle lors des banquets (deuxième catégorie) : on a déjà évoqué le banquet donné par Othon aux primores feminae virique. De Vitellius on nous rapporte qu’il eut, le premier, chaque jour à sa table pour commensaux les « plus importants et les plus puissants » et qu’il en fit ainsi ses « compagnons75 ». Cette introduction d’un cercle d’hommes de qualité dans la société habituelle de l’empereur, que l’on peut également observer sous le règne des empereurs suivants, impliquait aussi une formalisation de la relation d’amicitia de l’empereur envers ce groupe d’individus indépendamment des relations « personnelles » des intéressés. Le cercle de ses familiares présents toute la journée, c’est-à-dire de ceux qui appartenaient à la première catégorie, se différenciait en revanche toujours plus de celui des « amis » de l’empereur. On nous rapporte ainsi que Vespasien recevait déjà de fort bon matin ses amis les plus proches (pavnu fivloi) dans son cubiculum76. On peut de même identifier, sous le règne de ses successeurs, comme Domitien, les intimi, proximi ou familiares de l’empereur comme formant un groupe bien distinct de celui du reste de ses amis77.

  • 78 Cass. Dio, 69, 7, 3 : ajeiv te peri ; eJauto ;n kai ; ejn th/’ ïRwvmh/ kai ; e[xw tou ;" ajrivstou (...)
  • 79 Hist. Aug., Hadr., 8, 1 : optumos quoque de senatu in contubernium imperatoriae maiestatis adsciui (...)
  • 80 Aristid., eij"ïRwvmhn, 107 : … ou}" oijkeivou" e[cei pai’da" oJmoivou." eJautw’/
  • 81 Cass. Dio, 72 (71), 35, 4.
  • 82 Cass. Dio, 73 (72), 1, 2 ; Herodian., 1, 5, 1, 2 ; 1, 6, 1, 6 ; voir Hist. Aug., Comm., 3, 1.

23L’introduction des personnages les plus éminents dans ce cercle très restreint de la cour impériale et la dépersonnalisation consécutive de la familiaritas avec l’empereur se poursuivirent également sous la monarchie impériale du iie siècle. Dion Cassius nous rapporte qu’Hadrien avait toujours autour de lui dans et hors de Rome les personnages du plus haut rang78. Il est dit dans l’Historia Augusta qu’il fit entrer dans la « communauté » (contubernium) impériale tous les optimi du Sénat79. Aelius Aristide nous dit d’Antonin le Pieux qu’il fit participer à son règne bon nombre d’individus qu’il « traitait comme les enfants de sa maison, sur un pied d’égalité avec lui80 ». À la même époque, Marc Aurèle saluait le matin, en sa qualité de prince héritier, les « personnages les plus éminents » (tou ;" ajxiwtavtou") dans son cubiculum avant de se rendre lui-même – probablement en leur compagnie – à la salutatio de son père adoptif81. À sa mort, l’empereur Marc Aurèle donna pour tuteurs à son fils Commode âgé de 19 ans les « sénateurs les plus puissants », selon Dion Cassius, ses « amis » (fivloi), qui, d’après Hérodien, étaient en même temps les « meilleurs du Sénatf82 ».

  • 83 Hist. Aug., Hadr., 16, 10.
  • 84 Ibid.
  • 85 Hist. Aug., Marc., 3, 9 ; voir 3, 3.
  • 86 Cass. Dio, 73 (72), 4, 4 ; Herodian., 1, 8, 1 sqq. ; Hist. Aug., Comm., 3, 1 ; voir Friedländer, S (...)

24La fusion de la hiérarchie de la cour avec la hiérarchie traditionnellement instaurée d’après l’ordo et l’honos, qu’il convient d’interpréter comme le signe d’un compromis fondamental entre monarchie impériale et aristocratie, présentait alors toutefois un caractère hautement instable. C’est ainsi que l’on assiste, dès Hadrien, à la formation, en sens inverse, d’un cercle plus personnel alors composé de confidents qui n’étaient pas précisément des hommes de qualité, mais correspondaient à la préférence impériale et que l’on désignait dès lors comme sa summa familia­ritas83 – savants sous Hadrien84 et philosophes sous Marc Aurèle85. L’exemple de Commode nous prouve d’autre part combien ce compromis entre l’empereur et l’aristocratie dépendait de la conduite personnelle des parties intéressées. À la suite d’un attentat avorté contre le jeune empereur – auquel l’instigateur du complot Claudius Pompeianus Quintianus aurait dit, l’épée à la main, « Voici ce que t’envoie le Sénat ! » –, Commode écarta de son entourage les « vieux amis » de son père et fit éliminer nombre d’entre eux. Leurs fonctions furent dès lors exclusivement occupées par le cercle restreint des confidents de l’empereur, qui était alors composé, pour l’essentiel, de valets de chambre souvent de la plus basse extraction sociale86.

Cour et « État »

  • 87 Voir Max Kaser, Das römische Privatrecht, I, Munich, 2e éd., 1971, par exemple p. 23, 194-198 ; co (...)
  • 88 Rolf Rilinger, « Domus und res publica. Die politisch-soziale Bedeutung des aristokratischen “Haus (...)
  • 89 Ceci est à mettre en évidence contre l’argumentation de Wallace-Hadrill, Social Structure (cf. n. (...)

25La distinction qui s’opérait entre un espace privé et la sphère de la communauté, qui englobait les « maisons », la dichotomie entre domus et res publica nous fournissent un modèle de base qui permettait traditionnellement aux Romains de décrire leur réalité sociale et d’y réglementer leurs relations sur le plan juridique87. Cette distinction, ainsi que Rolf Rilinger le met en évidence, n’est pas comparable à la différence moderne entre sphères publique (politique) et privée (non politique)88. On observe bien plus une complémentarité réciproque ou une répartition fonctionnelle entre domus et res publica au regard de l’ordre politique et social. La taille de la domus d’un particulier, le nombre de ses clients et amis qui s’y rencontraient, ne représentaient pas une simple « affaire privée », mais traduisaient sa position sociale et avaient des répercussions sur la conduite politique qui en découlait dans l’espace de la res publica. À l’inverse, les charges (honores) qu’un particulier revêtait dans le cadre de la res publica avaient des conséquences déterminantes sur sa position personnelle dans la hiérarchie sociale, sur sa dignitas et, de ce fait, également sur sa « maison ». La description que les Romains font eux-mêmes de leur société au moyen de la dichotomie entre domus et res publica nous dissimule par conséquent – même si elle fait indiscutablement référence à la réalité89 – le fait qu’il s’agit, à l’époque de la « république romaine », d’une société stratifiée, intégrée par l’ordre politique. L’appartenance aux classes supérieures, que les honneurs symbolisaient, conditionnait l’obtention de situations influentes à l’intérieur de l’organisation politique, et la position obtenue à l’intérieur de l’organisation politique décidait des honneurs de l’individu et, par là même, de son insertion à l’intérieur de la hiérarchie sociale. Le système politique, outre qu’il jouait ainsi son rôle décisionnel politique au sens restreint du terme, permettait également la reproduction de la hiérarchie sociale.

  • 90 Heinz Bellen, « Die “Verstaatlichung” des Privatvermögens der römischen Kaiser im 1. Jahrhundert n (...)

26Il importe à présent de s’interroger sur la position dans laquelle se trouvait l’aula issue d’une domus aristocratique par rapport à la distinction traditionnelle entre domus et res publica. Il paraît tout d’abord évident que la cour ne présentait aucun caractère « privé » au sens romain de ce terme. Dès l’accession au trône de Caligula et surtout ensuite à l’occasion des changements de dynasties et des usurpations, on observe que les biens matériels de la cour, le palais, la domesticité impériale qui était propriété de l’empereur et le patrimonium passaient dans leur intégralité aux mains de tout nouvel empereur au mépris des règles du droit privé90.

  • 91 Se reporter à Kaser, Privatrecht (cf. n. 87), p. 305 sq. ; voir le tome 2, p. 151, n. 2. Se report (...)

27Si la cour ne représentait pas par conséquent la domus « privée » de l’empereur, elle ne faisait en outre pas pour autant partie intégrante de la res publica, pas plus qu’elle ne trouva de place dans l’ordre politique de cette dernière. Ceux qui occupaient les postes de l’organisation en formation à la cour, tels les secrétaires a rationibus, ab epistulis et a libellis, ne possédaient nullement le caractère de magistrats, le personnel servile du palais se composait non pas de servi publici, mais des esclaves personnels de l’empereur, le fiscus et le patrimonium se distinguaient dans les faits de l’aerarium, le trésor public, aussi longtemps que ce dernier exista91.

28L’aula Caesaris, c’est ainsi que l’on peut résumer la situation historique réelle, était indifférente à la distinction traditionnelle entre sphères « publique » et « privée » – ces mots étant toujours entendus au sens romain des termes – ; elle échappa en quelque sorte à la distinction entre domus et res publica.

  • 92 Tac., Hist., 1, 50, 3 ; Ann., 1, 3, 7 ; voir Werner Suerbaum, Vom antiken zum frühmittelalterliche (...)

29La façon dont les contemporains réagissent en décrivant eux-mêmes l’évolution historique réelle est à cet égard riche d’enseignements. La latinisation du terme grec aulè en aula permet d’une part d’exprimer le nouvel état de choses au travers d’une notion nouvelle ; le terme res publica peut, dans le même temps, prendre le sens – parfois tangible chez Tacite – de « République », c’est-à-dire de constitution politique de la communauté avant l’instauration de la monarchie92. Mais on assiste par ailleurs au maintien de l’ancienne dichotomie entre domus et res publica que l’on applique à la cour, quoiqu’elle lui soit indifférente. Ceci prit dès le ier siècle de notre ère la forme d’une critique de la cour. Le passage 13, 4 des Annales de Tacite est, sur ce point, caractéristique : c’est là que l’on nous rend compte du premier discours que le jeune empereur Néron prononça en présence du Sénat et qui fut, selon toute vraisemblance, l’œuvre de Sénèque. Exami­nant la conjoncture politique sous le règne de Claude – où l’influence prépondérante des affranchis et des impératrices fit éclater au grand jour le rôle nouveau de la cour en tant que centre politique décisionnel –, il donne pour objectif à son Principat de distinguer à l’avenir « maison » et res publica : discretam domum et rem publicam. Sénat et magistrats devaient poursuivre leurs tâches antérieures, tandis que lui-même se chargerait de l’armée qui lui avait été confiée.

  • 93 Tac., Ann., 15, 37, 1 ; voir aussi le prétendu projet de Néron d’écarter l’ordre sénatorial de la (...)
  • 94 Suét., Galba, 15, 1.
  • 95 Cass. Dio, 64 (65), 6, 1 ; voir Suét., Tit., 8, 1.
  • 96 Dig., 31, 56.
  • 97 Plin., Paneg., 47, 3.

30C’est donc la confusion entre les sphères de la domus et de la res publica que l’on jugeait inadmissible en appliquant à la cour cette ancienne distinction. La suite des événements nous démontre qu’il n’était pas possible d’évacuer aussi aisément ce problème. C’est précisément cet empereur-là qui célébra par la suite ses banquets gigantesques dans l’espace public urbain et utilisa ainsi en quelque sorte, selon la formulation sarcastique de Tacite, la ville tout entière comme sa « maison » : tota urbe quasi domo uti93. Les événements après la mort de Néron firent apparaître que ce problème n’était pas un problème de « convention », mais pouvait avoir d’importantes conséquences juridiques. Le nouvel empereur Galba désigna une commission qui devait réclamer jusqu’à 10 % des dons faits par Néron94, c’est-à-dire que l’on contestait par là même leur caractère « privé » aux beneficia impériaux sur lesquels se fondaient les traditionnelles relations d’amitié avec l’empereur. On ne les considéra cependant pas pour autant comme des versements officiels de l’empereur, mais l’on supposait plutôt une sorte d’emploi abusif que l’empereur faisait, à titre privé, de l’argent public. Vitellius qui, le premier, entérina en bloc les beneficia que ses prédécesseurs avaient accordés, dissipa l’ambiguïté qui régnait dans l’évaluation légale de l’amitié avec l’empereur95. On peut y ajouter en complément un décret d’Antonin le Pieux que la tradition nous a conservé, stipulant que les donations testamentaires faites à l’empereur passeraient à sa mort automatiquement à ses successeurs96. On conféra ainsi un caractère « public » aux relations qui s’établissaient entre l’aristocratie paraissant à la cour et l’empereur. De Nerva on nous rapporte, tout à fait dans le même esprit, comment il prit efficacement ses distances par rapport à la façon dont Domitien, son prédécesseur assassiné, avait gouverné. Il fit graver l’inscription publicae aedes, c’est-à-dire « bâtiment public » sur le palais impérial nouvellement édifié et adjugea ainsi l’aula impériale dans son intégralité à la res publica97.

  • 98 Hist. Aug., Ant. P., 11, 4 ; 7, 5.
  • 99 Herbert Nesselhauf, « Patrimonium und res privata des römischen Kaisers », Bonner-Historia-Augusta (...)

31Vers le milieu du iie siècle, on voit même s’appliquer – ce qui n’est à vrai dire perceptible que dans la terminologie de l’Historia Augusta – la distinction publicus/privatus aux relations qui s’étaient entre temps consolidées, sur le plan institutionnel, dans le cadre de la cour même. De l’époque d’Antonin le Pieux – alors que les membres les plus éminents de l’aristocratie étaient régulièrement présents en tant que tels à la cour et qu’il s’était formé, en sens inverse, un cercle plus restreint de confidents personnels de l’empereur – on nous rapporte que l’empereur, outre les « banquets publics » (publica convivia), célébrait aussi à la cour des « banquets privés » (privata convivia) en plus petit cercle, et que, outre les esclaves « impériaux », il employait ses « propres » esclaves (proprii servi) pour son service personnel98. Et c’est probablement aussi à cette époque que l’on créa une nouvelle caisse pour les fonds impériaux, qui était distincte du patrimonium, et que l’on qualifia de res ou de ratio privata99.

32L’application que les contemporains ont faite de la distinction publicus/privatus à la cour impériale elle-même se trouve à nouveau en singulière contradiction avec la réalité qu’elle s’efforce de décrire. On demeure, d’une part, dans l’incertitude en ce qui concerne la façon dont il conviendrait de concevoir la cour – c’est-à-dire le palais, les esclaves de l’empereur et les événements qui s’y déroulent – comme faisant partie intégrante de l’ancienne communauté de la res publica, qui subsiste dans ses institutions politiques. D’autre part, la sphère personnelle la plus proche de l’empereur n’était en aucun cas l’« affaire privée » de ce dernier. L’importance « publique » de cette sphère, l’influence que les confidents les plus proches exerçaient sur les décisions politiques des empereurs, même ceux du iie siècle, se manifesta avec autant d’éclat chez les philosophes qui entouraient Marc Aurèle que chez les valets de chambre de Commode.

  • 100 Voir par exemple Jochen Bleicken, Verfassungs- und Sozialgeschichte des römischen Kaiserreiches, I (...)
  • 101 La comparaison des différentes éditions du Droit public de Mommsen est à cet égard riche d’enseign (...)
  • 102 Voir l’observation de Mommsen concernant « la zone frontière entre le service personnel et le serv (...)

33Le problème que la classification de la cour posait à ses contemporains est généralement demeuré latent dans les travaux de recherche les plus récents, en raison d’une conception assez floue qu’ils se font de l’État, telle que de considérer par exemple les affranchis exerçant les fonctions de secrétaire comme faisant également partie intégrante de l’administration « publique100 ». Les travaux poursuivis en matière de droit public au xixe et au début du xxe siècle se sont en revanche vivement intéressés à ce problème. Adopter la description contemporaine que les Romains faisaient de la cour, sous la forme d’une contamination entre la distinction antique res publica/domus et la différenciation moderne entre les sphères publique (politique) et privée (non politique) – comme on pouvait l’observer chez Mommsen –, conduisait inévitablement à interpréter la cour impériale comme une institution de l’« État » romain. Cette construction a toutefois fait naître des problèmes considérables qui sont devenus flagrants au moment de traiter de l’organisation de la maison impériale, c’est-à-dire de l’aspect administratif de la cour. Alors que l’on considérait par exemple comme fonctionnaires « publics » les chevaliers revêtus de fonctions que l’empereur employait en qualité de procurateurs ou (plus tard) de secrétaires, les secrétaires et valets de chambre qui étaient des esclaves ou des affranchis, auxquels on ne pouvait conférer un « caractère public » en raison de leur aliénation juridique personnelle, devaient être traités comme sa « domesticité privée ». Mais cela signifiait que l’on traçait une ligne de démarcation au milieu de la cour impériale entre les sphères « publique (politique) » et « privée (non politique) », où l’on prenait en compte le statut social de ceux qui y revêtaient une fonction101. On devait en outre concéder des positions « limitrophes » ou « intermédiaires » de même que – si l’on considère précisément l’influence politique réelle qu’ont exercée bon nombre de leurs prétendus domestiques personnels – on constate des infractions aux normes et des « faiblesses » qui sont le fait d’empereurs isolés102. L’analyse juridique de la cour aboutit ainsi en conclusion à des appréciations normatives en contradiction avec les faits qui sont comparables à celles des anciens lorsqu’ils critiquaient la cour comme un amalgame inadmissible entre domus et res publica. Appliquer à la cour impériale la distinction entre « maison » et « État » ne nous permet apparemment pas, comme on peut le constater, d’élucider sa position particulière au sein de la res publica restituta.

34Le critère « extérieur au droit public » du statut social, dont les théoriciens du droit public usent pour opérer une distinction entre caractère « public » et « privé » des fonctions existant à la cour, nous indique qu’il convient de chercher le fondement du problème dans le domaine de la stratification sociale. Il importe donc de se demander en conclusion pourquoi il ne s’est pas instauré dans la Rome impériale des ier et iie siècles de notre ère un nouvel ordre politique et social émanant de la cour, qui serait venu se substituer à l’ancienne res publica.

  • 103 C’est ce qu’a déjà précisément fait observer Herzog, Staatsverfassung (cf. n. 14), p. 785.
  • 104 Alföldi, Repräsentation (cf. n. 29) ; voir Andrew Wallace-Hadrill, « Civilis Princeps : Between Ci (...)

35Veut-on comparer la cour impériale aux cours d’époque moderne, une différence de taille apparaît alors. Au contraire de ces dernières, il lui manquait une « maison du roi » (« Hofstaat »), c’est-à-dire un système de charges nobles destinées au service de l’empereur et qu’il eût déjà été un honneur en soi de revêtir ; lui faisait par ailleurs défaut un cérémonial de cour différencié, c’est-à-dire la possibilité de manifester et d’influencer la hiérarchie nobiliaire à la cour dans le cadre d’une interaction formalisée103. Il n’a pas existé – contrairement aux cours des souverains hellénistiques – de classification de l’aristocratie qui fût fonction de l’amicitia avec l’empereur. S’interroge-t-on sur la façon dont, à l’époque impériale, on assignait et manifestait le rang aristocratique, on observe alors que cela se faisait, comme autrefois, au travers des anciennes institutions républicaines de la magistrature et du Sénat, ainsi que dans une interaction urbaine formalisée par exemple lors de l’entrée en charge des consuls. Ceci valut finalement aussi pour l’empereur lui-même qui revêtait le consulat, dont la représentation monarchique se développait pareillement dans l’espace public urbain, comme les recherches d’Andreas Alföldi nous en apportent la preuve, et qui pouvait gagner en prestige en adoptant une attitude « politique civique » (civilitas) qui ne relevait aucunement de la cour104.

  • 105 Voir Friedrich Vittinghoff, « Soziale Struktur und politisches System in der hohen römischen Kaise (...)
  • 106 C’est de là que la « pyramide sociale » de Géza Alföldy tire en définitive sa vraisemblance, et ce (...)

36Alors que la cour impériale avait largement attiré à elle les fonctions politiques des anciennes institutions républicaines, l’assignation du rang social – qu’elles avaient pour ainsi dire toujours servi – continua toutefois de leur être acquise. Certes l’empereur pouvait décider de l’appartenance au Sénat, influencer la hiérarchie sénatoriale par l’adlectio, faire de ses favoris des consuls et décerner les ornamenta praetoria à ses affranchis, c’est-à-dire dans l’ensemble : décider de l’obtention d’une position hiérarchique. Mais il ne pouvait influer sur le fait que les anciennes fonctions établissaient le rang social, c’est-à-dire la hiérarchie en tant que telle. Certes on en vint, précisément à cause de l’importance primordiale des favoris de l’empereur ainsi que du pouvoir et des possibilités d’enrichissement qui résultaient de la proximité avec ce dernier, à des incongruités considérables de statut à l’intérieur des ordines traditionnels105, dans la mesure où l’empereur, par opportunisme, ne gratifia pas ses favoris précisément de positions respectables dans la hiérarchie aristocratique ou favorisa ceux dont l’ascension au sein de cette même hiérarchie était exclue. Mais toujours est-il qu’un consulaire jouissait toujours, même à l’époque impériale, d’un prestige officiel supérieur à celui, par exemple, d’un procurateur équestre106, et ce, indépendamment de la faveur impériale du moment.

  • 107 La double connotation (politique et sociale) préexistait à la notion moderne d’État (« Staat », «  (...)

37Veut-on qualifier d’« État » la res publica romaine dans la double fonction qu’elle assure dans l’ordre politique et social107, il nous est alors possible d’établir que les empereurs romains des ier et iie siècles ne pouvaient créer d’« État » à l’aide de leur cour. La cour impériale, qui ne pouvait s’intégrer dans l’ordre ancien de la cité, lui enleva ses fonctions politiques, sans toutefois être en mesure d’endosser son rôle dans l’attribution du rang social. La « cité-État » aristocratique ne pouvait être remplacée par une « cour-État » noble108. Au lieu de quoi on assiste à une dislocation du système politique, qui disposait de son centre nouveau dans la cour impériale, et à une hiérarchie sociale qui en demeura indépendante, une situation masquée par le fait qu’il dépendait largement d’une décision impériale d’obtenir une position hiérarchique.

38La description contemporaine contradictoire que la société romaine faisait de la cour trouve également son explication dans cette dissociation de l’ordre politique et social allant de pair avec la différenciation d’une cour impériale au sein de la res publica restituta : d’un côté, la création de la notion nouvelle d’aula pour une institution nouvelle représentée par la cour impériale ; de l’autre, le maintien de l’ancienne dichotomie entre domus et res publica qui ne permettait pas de conceptualiser la cour (et qui continua en définitive de lui être appliquée au iie siècle). Le champ sémantique témoigne donc simultanément de cette perception nouvelle et de la survivance des structures anciennes. C’est en héritant d’une intégration politique dans le cadre urbain – vieille de plusieurs siècles et très largement couronnée de succès – de la société romaine que l’aula Caesaris demeura, aux ier et iie siècles de notre ère, une cour sans « État ».

Notes

1 Les notes se réduisent ici à l’essentiel. Des développements plus détaillés figurent dans mon ouvrage :Aula Caesaris. Studien zur Institutionalisierung des römischen Kaiserhofes in der Zeit von Augustus bis Commodus (31 v. Chr.-192 n. Chr.), Munich, 1999.
Theodor Mommsen, Le droit public romain, V, Paris, 1896, p. 104 sq. (N.D.T. : nous citons le texte de Mommsen dans la traduction française qu’en a proposée Paul-Frédéric Girard d’après la 3e édition allemande).

2 Voir par exemple les nombreuses dichotomies que l’auteur opère entre les points de vue de fait et de droit, historique et juridique, juridique et pratique, théorique et pratique ou politique et juridique, et d’autres encore, ibid., pp. 4, 144, 206-207 n. 2, 248-249, 448, 450, 451-452, 459 et, par exemple, son développement portant sur le fait que « les décisions impériales ont le plus souvent été déterminées par l’influence personnelle d’hommes de confiance souvent dépourvus de fonctions… » : « Mais les cas d’influence des serviteurs et des “amis” du prince sur les affaires publiques qui se laissent discerner appartiennent à l’histoire et non au droit public » (ibid., p. 184).

3 Mommsen a plus précisément distingué, pour ce qui est de l’administration se formant à la cour, entre service personnel et service politique, entre fonctions que l’on considérait comme affaires privées de l’empereur et fonctions que l’on traitait comme fonctions de l’État, où l’on prenait en compte le statut juridique personnel de celui qui en était revêtu (esclaves et affranchis par opposition aux chevaliers) (ibid., p. 107 sq.), c’est-à-dire qu’il a organisé la cour comme relevant tantôt du domaine public de l’État, tantôt du domaine privé de l’empereur. Voir ci-dessous n. 101 et 102.

4 Ibid., p. 104-111. Voir la note précédente.

5 Ibid., pp. 86-104, 279 sq., 79 sq., voir p. 95.

6 Eckhard Meise, Untersuchungen zur Geschichte der julisch-claudischen Dynastie, Munich, 1969.

7 John Crook, Consilium Principis. Imperial Councils and Counsellors from Augustus to Diocletian, Cambridge, 1955.

8 Gérard Boulvert, Esclaves et affranchis impériaux sous le Haut-Empire romain. Rôle politique et admi nistratif, Naples, 1970 ; idem, Domestique et fonctionnaire sous le Haut-Empire romain. La condition de l’affranchi et de l’esclave du prince, Paris, 1974 ; Heinrich Chantraine, Freigelassene und Sklaven im Dienst der römischen Kaiser. Studien zu ihrer Nomenklatur, Wiesbaden, 1967 ; P. R. C.Weaver, Familia Caesaris. A Social Study of the Emperor’s Freedmen and Slaves, Cambridge, 1972.

9 Mommsen, Droit public (cf. n. 1), p. 88, n. 3 : « Il semble avoir dépendu de l’arbitraire de chaque prince de décider auxquels de ses parents il voudrait, si cela lui convenait, seulement donner la position de particuliers considérés et lesquels il associerait à la position spéciale des descendants du fondateur de la dynastie. » Voir p. 87 sq., n. 1.

10 Il ne se trouve qu’une seule mention de consilium principum chez Papinien, au titre 27, 1, 30 du Digeste.

11 Crook, Consilium (cf. n. 7), p. 104 : « THE consilium principis never existed. »

12 Ibid., p. 55.

13 Weaver, Familia (cf. n. 8), p. 299 : « Familia Caesaris, in the general collective sense in which it is used throughout this study, does not occur in the ancient sources. »

14 Ernst von Herzog, Geschichte und System der römischen Staatsverfassung, II, 2, Leipzig, 1891, p. 778- 790 (« Der kaiserliche Hof in seiner Bedeutung für das Staatswesen. Die kaiserliche Familie ») ; Ludwig Friedländer, Darstellungen aus der Sittengeschichte Roms in der Zeit von Augustus bis zum Ausgang der Antonine, I, Leipzig, 10e éd., 1922, p. 33-103 (« Der Hof ») ; Otto Hirschfeld, Die kaiserlichen Verwaltungsbeamten bis auf Diocletian, Berlin, 2e éd., 1905, p. 307-317 (« Der kaiserliche Haushalt »).

15 Alfred Heuß, Römische Geschichte, Brunschwig, 4e éd., 1976, p. 332 ; Karl Christ, Geschichte der römischen Kaiserzeit von Augustus bis zu Konstantin, Munich, 1988, p. 213.

16 Richard P. Saller, Personal Patronage under the Early Empire, Cambridge, 1982, en particulier p. 41-78 ; Andrew Wallace-Hadrill, Augustan Rome, Londres, 1993, p. 25-42.

17 Jean Gagé, Les Classes sociales dans l’Empire romain, Paris, 1964, p. 191-197 ; Paul Veyne, Le Pain et le cirque, Paris, 1976, p. 619-621.

18 Se reporter à Brigitta Tamm, Auditorium and Palatium. A Study on Assembly-Rooms in Roman Palaces during the 1st Century B. C. and the 1st Century A. D., Lund, 1963, p. 28-43 ; voir H. Jordan, Topographie der Stadt Rom im Altertum, I, 3e éd. revue par Chr. Huelsen, Berlin, 1907, p. 55 sqq. ; Konrat Ziegler, « Palatium », RE, 18, 2, Stuttgart, 1949, col. 5-81 ; Filippo Coarelli, Guide archéologique de Rome, Paris, 1994, p. 91-107 ; Hans Peter Isler, « Die Residenz der römischen Kaiser auf dem Palatin. Zur Entstehung eines Bautypus », AW, 9, 2, 1978, p. 2-16.

19 Clemens Krause, Domus Tiberiana. Nuove ricerche – studi di restauro, Rome-Zurich, 1985. Si l’on se fonde sur les découvertes archéologiques, il convient de placer la construction de cet édifice entre l’accession au pouvoir de Claude et l’incendie de Rome en l’année 80 (ibid., p. 134). Les renseignements que nous fournissent les sources littéraires plaident avant tout en faveur de la construction de cet édifice sous le règne de Claude : ces dernières font en effet apparaître une différence significative portant sur la structure spatiale des bâtiments habités par l’empereur entre le début et la fin de son règne. Voir la situation lors de l’assassinat de Caligula (Jos., Ant. Iud., 116 sq.) et de l’accession au trône de Néron (Tac., Ann., 12, 68, 2 et 69, 1 ; Suét., Nero, 8). La datation à l’époque de Néron en faveur de laquelle se prononce Clemens Krause, « La Domus Tiberiana e il suo contesto urbano », L’Urbs. Espace urbain et histoire, Rome, 1987, p. 781-798, n’est pas convaincante, car elle repose avant tout sur une interprétation incertaine de Plin, Nat. hist., 36, 111 (voir ibid., p. 783 sq.) et néglige les témoignages que nous venons de mentionner

20 Se reporter à Helge Finsen, Domus Flavia sur le Palatin. Aula Regia – Basilica, Copenhague, 1962 ; idem, La résidence de Domitien sur le Palatin, Copenhague, 1969.

21 Ceci peut être tenu pour un fait établi dès l’époque domitienne. Voir Stat., Silv., 1, 1, 34 ; 4, 1, 7 ; Juv., 2, 106 ; 4, 31 ; Mart., Epigr., 4, 5, 7 ; 9, 91, 3 ; magna palatia caeli chez Ovide (Met., 1, 175 sq.), que l’on avance souvent comme un témoignage plus ancien (voir Ziegler, Palatium [cf. n. 18], p. 9 sq. ; Simone Viarre, « Palatium – palais », RPh, 35, 1961, p. 241-248, ici p. 241 ; Manuel Royo, « Du Palatin au Palatium », Mario Pani (éd.), Continuità e trasformazioni fra reppublica e principato, Bari, 1991, p. 83-101, ici p. 99), est à traduire de façon plus appropriée par « le Palatin du ciel » au regard de l’état réel des constructions sur le Palatin à l’époque augustéenne.

22 Tac., Hist., 3, 67, 2 ; 3, 68, 1-3 ; 3, 70, 2 ; 3, 84, 4.

23 Se reporter à Émile Farion, « L’organisation du palais impérial à Rome », MB, 4, 1900, p. 5-25 ; Joseph Michiels, « Les cubicularii des empereurs romains d’Auguste à Dioclétien », MB, 6, 1902, p. 354-387 ; Michael Rostovtzeff, « A Cubiculo, Cubicularius », RE, 4, 2, Stuttgart, 1901, col. 1734- 1737 et les travaux mentionnés en n. 8.

24 Tac., Ann., 11, 12, 3.

25 Voir Mommsen, Droit public (cf. n. 1), p. 71, n. 2.

26 Plut., Galba, 20, 2 : tw’n oijketw’n ejdwrhvsato tou ;" eijqispmeervin ;o ud"ivaitian hJgemovni ejmmelw’" uJpourg.ei’n

27 Plut., Galba, 11, 1.

28 Tac., Ann., 15, 35, 2.

29 Cass. Dio, 56, 26, 2 sq. Voir sur la salutation romaine en général Johann Michael Heusinger, Dissertatio de salutationibus Romanorum matutinis, Eisenach, 1740 ; August Hug, « Salutatio », RE, 1 A/2, Stuttgart, 1920, col. 2060-2072 ; Joachim Marquardt, Das Privatleben der Römer, I, Leipzig, 2e éd., 1886, p. 259 sq. ; pour la salutation à l’empereur, voir Mommsen, Droit public (cf. n. 1), p. 80 ; Friedländer, Sittengeschichte (cf. n. 14), I, p. 90-98 ; Andreas Alföldi, Die monarchische Repräsentation im römischen Kaiserreiche [1934/35], Darmstadt, 1970, p. 27 sq., 40-42.

30 Suét., Aug., 53, 3.

30 Cass. Dio, 56, 41, 5 ; 54, 30, 1.

32 Cass. Dio, 57, 1, 1.

33 Tac., Ann., 15, 23, 4.

34 Plut., Galba, 8, 3.

35 Cass. Dio, 65 (66), 10, 4.

36 Gell., 4, 1, 1 ; voir 20, 1, 2 ; 20, 1, 55.

37 August Mau, « Convivium », RE, 4, 1, Stuttgart, 1900, col. 1201-1208 ; voir Marquardt, Privatleben (cf. n. 29), p. 208-211 et 297-309. Les travaux les plus récents négligent la distinction fondamentale à opérer entre les banquets organisés par l’empereur qui se déroulent dans sa maison ou son palais par opposition à ceux qu’il offre dans les lieux publics de la ville (voir Cass. Dio, 51, 19, 7) ; voir John D’Arms, « Control, Companionship and clientela. Some Social Functions of the Roman Communal Meal », EMC, 28, 1984, p. 327-348 ; idem, « The Roman convivium and the Idea of Equality », Oswyn Murray (éd.), Sympotica. A Symposion on the Symposion, Oxford, 1990, p. 308- 320.

38 Voir, par exemple, pour Auguste, Cass. Dio, 54, 2, 3 ; Suét., Aug., 74 ; pour Tibère, Suét., Tib., 34, 1 ; 42, 1 ; 56.

39 Suét., Claud., 32.

40 Tac., Hist., 1, 81, 1 sq. ; Plut., Otho, 3, 4-6 ; Suét., Otho, 8, 1 ; Cass. Dio, 64, 9, 2.

41 Stat., Silv., 4, 2, 5, 32 sq. ; Cass. Dio, 67, 9, 1-5.

42 Hor., Carm., 1, 29, 7 ; Val. Max., 7, 1, 2. Voir ThLL, 2, Leipzig, 1900-1906, p. 1455-1459 s. v. ; Brigitta Tamm, « Aula regia, aujlhvand aula », Stockholm Studies in Classical Archaeology, Stockholm, 1968, p. 135-243.

43 Sen., De ira, 2, 23, 2, voir 3 sq. ; De tranqu. an., 6, 3 ; Ep. 29, 6 ; voir par exemple le drame Octavia que la tradition nous a transmis avec les écrits de Sénèque, et dans lequel le terme aula est systématiquement utilisé pour désigner la cour impériale (Oct., 161 sq., 283-285, 533, 625, 668, 699, 781, 891 sq., 948).

44 Voir Stat., Silv., 3, 3, 67 ; Bell. Germ., frag. 4 ; Juv., 4, 93 ; Mart., Epigr., 7, 40, 1 ; 7, 99, 3 ; 12, 6, 1 (5, 3).

45 Voir Suét., Cal., 12 ; 19, 3 ; 39 ; Nero, 6, 2 ; 45 ; Otho, 2, 2 ; Vit., 4 ; Vesp., 14 ; Dom., 4, 1. Voir Tac., Hist., 1, 13, 4 ; 1, 22, 1 ; 2, 71, 1 ; 1, 7, 3 ; 2, 95, 2 ; Ann., 1, 7, 5 ; 2, 43, 5 ; 15, 34, 2.

46 M. Aur. ad se ipsum par exemple 8, 9, 5 ; 8, 31, 1 ; 10, 27, 2. On peut percevoir la « ré-hellénisation » du terme latin aula chez Marc Aurèle dans la signification toute personnelle et par ailleurs inhabituelle au grec, qu’il lui donne en 8, 31, 1 (voir sur ce point la contribution de Gregor Weber, « Interaktion, Repräsentation und Herrschaft. Der Königshof im Hellenismus », Aloys Winterling (éd.), Zwischen « Haus » und « Staat ». Antike Höfe im Vergleich, Munich, 1997, p. 31, n. 15).

47 Voir par exemple Suét., Titus, 2 (signification spatiale) ; Tac., Ann., 2, 43, 5 (signification personnelle) ; Sen., De tranqu. an., 6, 3 (signification générale de « vie de cour »). Voir Aloys Winterling, « “Hof ”. Versuch einer idealtypischen Bestimmung anhand der mittelalterlichen und frühneuzeitlichen Geschichte », ibid., p. 13 sq. Il est impossible, au regard des observations que l’histoire de cette notion nous permet de formuler, de défendre l’adoption et l’emploi d’aula dans le cadre d’une dénonciation de l’empereur comme roi ou tyran (ainsi Lothar Wickert, « Princeps [civitatis] », RE, 22, 2, Stuttgart, 1954, col. 1998-2296, ici col. 2110). Hormis les connotations péjoratives que l’on rencontre occasionnellement chez un auteur de rang sénatorial comme Tacite, c’est l’emploi dithyrambique qui figure chez un « écrivain de cour » tel que Martial ; l’un des plus anciens documents que l’on trouve chez Sénèque (Tranqu. an., 6, 3), tout comme l’emploi anachronique que Tacite fait de ce terme pour l’époque de Tibère (Ann., 2, 43, 5), enfin, son utilisation systématique chez Suétone ou d’autres auteurs, sont en revanche dépourvus de toute forme appréciable de connotation – que celle-ci soit critique ou dithyrambique.

48 Apul., Met., 7, 6, 2.

49 Voir Suét., Vesp., 14 (interdicta aula).

50 Voir en dernier lieu Wilhelm Kierdorf, « Freundschaft und Freundschaftsaufkündigung von der Republik zum Prinzipat », Gerhard Binder (éd.), Saeculum Augustum, I, Darmstadt, 1987, p. 223- 245.

51 Suét., Tib., 27.

52 Tac., Ann., 3, 65, 2 sq.

53 Voir Robin Seager, « Amicitia in Tacitus and Juvenal », AJAH, 2, 1977, p. 40-50.

54 Tac., Ann., 4, 68 sq.

55 Suét., Vit., 2, 4 sq. ; Tac., Ann., 6, 32, 3 sq.

56 Suét., Vit., 4 sq. Concernant le problème de la valeur à donner aux sources qui nous informent des attitudes adoptées à la cour, il convient de faire observer qu’il n’y a pas lieu, dans ce cas d’espèce, de tirer au clair leur rapport au réel, qui ne nous intéresse pas ici. C’est précisément cette dénonciation, perceptible par endroits, qui nous apprend toutefois que les « histoires » doivent renvoyer à un contexte général plausible en accord avec les expériences que les contemporains faisaient de leur communication avec l’empereur à la cour, à laquelle sénateurs et chevaliers participaient déjà du fait de leur présence au moment de la salutatio.

57 Cass. Dio, 72 (71), 35, 2 ; Hist. Aug., Marc., 23, 9 ; voir Fronto ad M. Caes., 2, 8, 1 (p. 28 van den Hout = p. I, 136 sqq. Haines) ; M. Aur. ad se ipsum, 5, 16, 2 ; 6, 12, 1 sq. ; 8, 9.

58 Tac., Ann., 11, 29, 1 ; Plin., Ep., 7, 29 ; 8, 6.

59 Tac., Ann., 13, 42, 4.

60 Saller, Patronage (cf. n. 16), en particulier p. 41-78.

61 Suét., Otho, 2.

62 Voir en particulier les salutationes qui avaient lieu chez Séjan, où les consuls s’entretenaient avec le maître de maison non seulement de leurs intérêts personnels (ta ; i[d),i maais aussi des affaires publiques (ta ; koina) vet où l’on examinait très précisément qui venait et dans quel ordre on venait (Cass. Dio, 57, 21, 4 ; 58, 5, 2).

63 Jos., Ant. Iud., 17, 134-141 ; 20, 183.

64 Tac., Ann., 6, 45, 3 ; 6, 50, 4 sq. ; Cass. Dio, 59, 1, 1-2.

65 Voir Anthony A. Barrett, Caligula. The Corruption of Power, Londres, 1989, p. 154-171, et, en particulier, p. 159 sq.

66 Voir Tac., Ann., 12, 66-69 ; Suét., Claud., 44 sq.

67 Voir Brian W. Jones, The Emperor Domitian, Londres-New York, 1992, p. 193-196 ; Cass. Dio, 73
(72), 22, 1, 4 sq. ; Hist. Aug., Comm. 17, 1 sq.

68 Pour plus de détails concernant ce qui suit, se reporter à Winterling, Aula Caesaris (cf. n. *) ; pour l’état de la question, voir Friedländer, Sittengeschichte, I (cf. n. 14), p. 74-86 ; Crook, Consilium (cf. n. 7), p. 21-30 ; Ronald Syme, « Some Friends of the Caesars », idem, Roman Papers, I, Oxford, 1979, p. 292-299 ; Jean Gaudemet, « Note sur les amici principis », Gerhard Wirth (éd.), Romanitas – Christianitas. Untersuchungen zur Geschichte und Literatur der römischen Kaiserzeit. Johannes Straub zum 70. Geburtstag, Berlin-New York, 1982, p. 42-60 ; Kierdorf, Freundschaft (cf. n. 50).

69 Voir Mommsen, Droit public (cf. n. 1), p. 104 sq. ; Friedländer, Sittengeschichte, I (cf. n. 14), p. 76 sq. ; Crook, Consilium (cf. n. 7), p. 23, où l’auteur pose l’hypothèse d’une distinction – comparable à la pratique hellénistique – entre les amici primae et secundae admissionis. Ceci repose en premier lieu sur une interprétation de Sen., De benef., 6, 33 sq. concernant les pratiques adoptées lors de la salutatio à la fin de l’époque républicaine, où l’on a pris, à tort, l’appréciation à caractère critique et polémique de Sénèque pour la description d’un dispositif pratiqué à titre officiel, et sur une conjecture, qui n’est pas nécessaire sur le plan linguistique et que les faits ne justifient pas, de Sen., De clem., 1, 10, 1 (à propos d’Auguste) où il faut lire non pas totam cohortem primae admissionis, mais totam cohortem primam admissionis (c’est-à-dire « le tout premier groupe à être reçu »). Pour ce qui est de l’extrait de Plin., Nat. hist., 33, 41 que l’on allègue comme preuve de l’existence de différentes admissiones au moment de la salutatio impériale, l’expression admissiones liberae ius constitue une conjecture tout aussi inutile pour admissionem liberti ius (voir Theodor Mommsen, « Die comites Augusti der früheren Kaiserzeit [1870] », idem, Gesammelte Schriften, IV, Berlin, 1906, p. 311-322, p. 320, n. 2) ; cet extrait concerne donc l’accès à l’empereur en général et non la salutatio. Le chevalier C. Caesius Niger du temps d’Auguste ou de Tibère dont on fait souvent mention à ce sujet, mais qui nous est par ailleurs inconnu et dont on nous dit qu’il était ex prima admissione (CIL, VI, 2169 = ILS, 1320), pourrait avoir été l’un des fonctionnaires chargés du déroulement de la salutatio au sein de l’organisation impériale. Les renseignements dont nous disposons concernant les audiences du matin à l’époque d’Auguste nous donnent à penser qu’elles prenaient la forme d’un défilé, Tibère recevait le Sénat en un (s. c. premier) groupe collectif afin d’épargner la cohue aux sénateurs (Cass. Dio, 57, 11, 1). De même l’inscription funéraire, curieuse à maints égards, du préteur L. Plotius Sabinus, dont on nous dit habenti quoq(ue) salutation(em) secundam Imp(eratoris) Antonini Aug(usti) Pii (CIL, VI, 31746 = ILS, 1078), ne nous apporte pas la preuve de l’existence de différentes admissiones – les sens d’admissio et de salutatio sont, d’une part, toujours distincts, et l’appartenance au second groupe ne formerait pas, d’autre part, un honneur digne d’être mentionné pour un préteur – mais devait faire référence à une salutation concrète de l’empereur en deuxième position lors d’une audience particulière du matin – si cette inscription est digne de foi. Il n’existe pas d’autres mentions d’admissiones distinctes au moment de la salutatio non plus qu’une hiérarchie officielle correspondante des amici de l’empereur.

70 Deux « disgrâces » nous apportent de façon exemplaire la preuve des trois catégories à distinguer d’après la proximité avec l’empereur : voir Tac., Ann., 13, 46, 3 : deicitur familiaritate sueta, post congressu et comitatu Otho (c’est-à-dire qu’il fut écarté de son entourage le plus proche, puis, au sens plus large, de sa « suite », sans être toutefois entièrement exclu de son « amitié ») ; Suét., Vesp., 4, 4 : prohibitus non contubernio modo sed etiam publica salutatione (c’est-à-dire qu’il fut écarté de sa suite lors du voyage de Néron en Grèce, et qu’on lui interdit de plus de paraître à la cour, c’est-à-dire qu’il fut complètement déchu de l’« amitié » impériale).

71 Voir Suét., Tib., 55 ; Vit., 4 ; Nero, 21, 2 ; 47, 3 ; Tac., Ann., 13, 13, 3 ; 16, 18, 2 ; Hist., 1, 71, 2.

72 Voir par exemple Suét., Aug., 53, 3 ; Cass. Dio, 57, 11, 7 ; 64 (65), 2, 3 (cf. 3, 4) ; 64 (65), 7, 1 (Xiph.).

73 Voir Mommsen, Droit public (cf. n. 1), p. 104, voir p. 813 : « Est ami du maître de la maison quiconque est reçu par lui sur le pied d’égalité sociale ; ceux qui étaient reçus sur ce pied par l’empereur étaient ses “amis”. » L’exactitude de cette assertion est ex negativo mise en évidence par la relation directe entre l’interdiction de la cour et de la maison impériale et l’exclusion de son amitié, de façon indirecte ensuite par la critique que les contemporains ont formulée à l’encontre de l’instabilité des liens d’amitié à l’époque impériale, comme il ressort de façon caractéristique de cette réflexion de Sénèque : errat autem, qui amicum in atrio quaerit, in convivio probat (Ep., 19, 11). Ce passage témoigne de la conscience que les contemporains avaient de la perte du rôle traditionnel que jouait l’amitié, mais suppose qu’elle n’en continuait pas moins d’être pratiquée dans ses formes anciennes, au travers d’une interaction dans le cadre de la domus à l’occasion de la salutatio (in atrio) et des banquets

74 Voir ne serait-ce que des personnages tels Mécène et Sallustius Crispus sous Auguste, Séjan sous Tibère et enfin – sur le thème qui dépasse largement celui des « amis aristocratiques », mais porte également sur la correspondance évidente entre la position au sein de la hiérarchie traditionnelle du prestige social et l’octroi de la faveur impériale – la situation des affranchis sous Caligula et Claude.

75 Cass. Dio, 64 (65), 2, 3 (voir 3, 4) ; 64 (65), 7, 1 : prosetairivzesq(Xaiiph.)

76 Cass. Dio, 65 (66), 10, 5 ; voir Suét., Vesp., 21 ; Epit. de Caes., 9, 15.

77 Voir Suét., Dom., 9, 2 ; 11, 2 ; 14, 1 ; 16, 1.

78 Cass. Dio, 69, 7, 3 : ajeiv te peri ; eJauto ;n kai ; ejn th/’ ïRwvmh/ kai ; e[xw tou ;" ajrivstou" ei. \ce

79 Hist. Aug., Hadr., 8, 1 : optumos quoque de senatu in contubernium imperatoriae maiestatis adsciuit. On a donné une interprétation erronée de ce passage, pour peu qu’on l’ait pris en considération, et on a voulu y voir la preuve de l’existence d’un consilium impérial. Voir Mommsen, Droit public (cf. n. 1), p. 281, n. 1 et 282, n. 4. La traduction d’Ernst Hohl : « Die Elite des Senats berief er in seinen geheimen Staatsrat » (Munich, 1976, p. 36) fait violence au texte. Une acception de contubernium qui évoquerait, ne serait-ce que de façon lointaine, des institutions politiques n’est nulle part attestée, ce terme fait bien plutôt référence à la vie en communauté (voir ThLL, 4, Leipzig, 1906-1909, p. 791-794, s. v. contubernium, p. 793).

80 Aristid., eij"ïRwvmhn, 107 : … ou}" oijkeivou" e[cei pai’da" oJmoivou." eJautw’/

81 Cass. Dio, 72 (71), 35, 4.

82 Cass. Dio, 73 (72), 1, 2 ; Herodian., 1, 5, 1, 2 ; 1, 6, 1, 6 ; voir Hist. Aug., Comm., 3, 1.

83 Hist. Aug., Hadr., 16, 10.

84 Ibid.

85 Hist. Aug., Marc., 3, 9 ; voir 3, 3.

86 Cass. Dio, 73 (72), 4, 4 ; Herodian., 1, 8, 1 sqq. ; Hist. Aug., Comm., 3, 1 ; voir Friedländer, Sittengeschichte, I (cf. n. 14), p. 61 sq.

87 Voir Max Kaser, Das römische Privatrecht, I, Munich, 2e éd., 1971, par exemple p. 23, 194-198 ; concernant les structures spatiales de la maison romaine vue sous cet angle : Andrew Wallace- Hadrill, « The Social Structure of the Roman House », PBSR, 56, 1988, p. 43-97.

88 Rolf Rilinger, « Domus und res publica. Die politisch-soziale Bedeutung des aristokratischen “Hauses” in der späten römischen Republik », Aloys Winterling (éd.), Zwischen « Haus » und « Staat ». Antike Höfe im Vergleich, Munich, 1997, p. 73-90. Voir pour ce qui est des distinctions modernes Jürgen Habermas, Strukturwandel der Öffentlichkeit, Darmstadt-Neuwied, 1062, p. 42- 75 ; Niklas Luhmann, « Gesellschaftliche Komplexität und öffentliche Meinung », idem, Soziologische Aufklärung 5, Opladen, 1990, p. 170-182.

89 Ceci est à mettre en évidence contre l’argumentation de Wallace-Hadrill, Social Structure (cf. n. 87) qui, eu égard à la différence existant entre les distinctions antique et moderne de « privé » et de « public », considère la distinction antique comme caduque (ce qui revient seulement à dire qu’il érige la distinction moderne en modèle absolu). La dichotomie entre domus et res publica constitue plutôt une description simplificatrice des Romains qui décrit leur réalité sans correspondre à une analyse de la réalité historique qui soit à la hauteur des exigences scientifiques modernes. Voir en général Stanislaw Ossowski, Die Klassenstruktur im modernen Bewußtsein, Neuwied, 1962 ; Peter L. Berger & Thomas Luckman, The Social Construction of Reality, Garden City N. Y., 1966 ; Niklas Luhman, « Gesellschaftliche Struktur und semantische Tradition », idem, Gesellschaftsstruktur und Semantik, I, Francfort sur le Main, 1980, p. 9-71 ; et, comme exemple historique, Aloys Winterling, « “Arme” und “Reiche”. Die Struktur der griechischen Polisgesellschaften in Aristoteles’ Politik », Saeculum, 44, 1993, p. 179-205.

90 Heinz Bellen, « Die “Verstaatlichung” des Privatvermögens der römischen Kaiser im 1. Jahrhundert n. Chr. », ANRW, 2, 1, Berlin-New York, 1974, p. 91-112 ; l’adjudication à l’« État » d’un patrimoine qui n’était plus personnel – quoiqu’elle soit relativisée par des guillemets – n’en demeure pas moins incertaine. Michael Apers, Das nachrepublikanische Finanzsystem. Fiscus und Fisci in der frühen Kaiserzeit, Berlin-New York, 1995, propose désormais une interprétation opposée du fiscus, qu’il identifie au patrimonium, en tant que « patrimoine privé » de l’empereur (jusqu’à l’époque de Trajan, qui représente le terme de son enquête). Il lui faut toutefois pour cela – à l’exemple des juristes du xixe siècle spécialisés en droit public (voir n. 2 ci-dessus) – opérer une distinction continuelle entre relations « de droit » et « de fait » (par exemple p. 165 et 198, n. 650), proposer – en dépit du silence des sources – une construction juridique de la transmission du patrimoine impérial lors des ruptures intervenant dans la continuité dynastique (voir p. 196-198) sans débattre de la genèse d’une res privata impériale au iie siècle, qui s’accorde difficilement avec cette thèse (voir p. 311). Qu’est-ce que pareil « patrimoine privé » de l’empereur a encore à faire, c’est la question que l’on peut se poser en définitive, avec le patrimoine privé d’un privé ? Voir également n. 100 ci-dessous.

91 Se reporter à Kaser, Privatrecht (cf. n. 87), p. 305 sq. ; voir le tome 2, p. 151, n. 2. Se reporter à la note précédente.

92 Tac., Hist., 1, 50, 3 ; Ann., 1, 3, 7 ; voir Werner Suerbaum, Vom antiken zum frühmittelalterlichen Staatsbegriff, Munster, 3e éd., 1977, en particulier p. 87-89.

93 Tac., Ann., 15, 37, 1 ; voir aussi le prétendu projet de Néron d’écarter l’ordre sénatorial de la res publica et de transférer les provinces et armées à ses affranchis et aux chevaliers – c’est-à-dire de substituer aux anciennes institutions celles de la cour –, de même que sa domus aurea qui nécessitait un terrain d’une superficie de 50 ha au centre de Rome (voir la bibliographie citée en n. 18 et en dernier lieu Giorgio Rocco, « Alcune osservazioni sul valore architettonico dell’antica decorazione parietale : la domus aurea di Nerone », Palladio, 1, 1988, p. 121-134) et l’épigramme Roma domus fiet ! (« Rome deviendra sa maison ! ») qu’elle fit naître (Suét., Nero, 39, 2).

94 Suét., Galba, 15, 1.

95 Cass. Dio, 64 (65), 6, 1 ; voir Suét., Tit., 8, 1.

96 Dig., 31, 56.

97 Plin., Paneg., 47, 3.

98 Hist. Aug., Ant. P., 11, 4 ; 7, 5.

99 Herbert Nesselhauf, « Patrimonium und res privata des römischen Kaisers », Bonner-Historia-Augusta-Colloquium Bonn 1963, Bonn, 1964, p. 73-93, ici p. 81 ; voir à présent Alpers, Finanz - system (cf. n. 90).

100 Voir par exemple Jochen Bleicken, Verfassungs- und Sozialgeschichte des römischen Kaiserreiches, I, Paderborn, 1978, p. 144 sq. sur l’emploi d’affranchis à de « hautes fonctions administratives » au début du Principat dans le contexte général de la « restauration de l’État » prônée depuis Auguste (ibid., p. 136) ; ou concernant le patrimonium impérial, dont on nous dit d’une part qu’il s’agissait d’une caisse destinée aux « revenus provenant des biens personnels (« privés ») de l’empereur » (ibid., p. 159), et dont on déclare d’autre part que c’était « naturellement aussi une caisse centrale de l’État », puisqu’il était « difficile de dissocier des biens publics la fortune privée » de l’empereur et que l’on observe un « lien indissoluble de la personne impériale avec l’“État” » (ibid., p. 160). La situation à laquelle Bleicken fait référence est claire, mais quelle signification revêtent ici encore les notions de « public » et « privé » ? Et surtout : à quel État fait-il ici référence ? Certainement pas l’ancienne communauté qualifiée de res publica, qui perdurait avant comme après dans son substrat organique et institutionnel et que Bleicken habille aussi en d’autres endroits de la notion d’« État ». Pour l’aporie à laquelle conduit l’interprétation inverse de patrimonium ou fiscus impérial comme « biens privés » de l’empereur, voir ci-dessus n. 90. Voir aussi par exemple Werner Eck, « Die staatliche Administration des römischen Reiches in der hohen Kaiserzeit – ihre strukturellen Komponenten », Richard Klein (éd.), Hundert Jahre Neues Gymnasium Nürnberg, Donauwörth, 1989, p. 204-224, qui, sous le titre « Die Amtsträger und die Ämter » (p. 212) compte également les esclaves et affranchis de l’empereur, comme par exemple les secrétaires a rationibus, ab epistulis, a libellis et a cognitionibus (p. 216) dans l’« administration publique » (puis la « cour du maître » [p. 217] qui en est distincte, c’est-à-dire les secrétaires impériaux absents de la cour). Voir aussi la catégorisation des esclaves en esclaves « d’un particulier, de l’État ou de l’empereur » chez Kaser, Privatrecht (cf. n. 87), p. 285, qui use de la distinction « public/privé » tout en la faisant éclater.

101 La comparaison des différentes éditions du Droit public de Mommsen est à cet égard riche d’enseignements. Dans sa première édition (vol. II, 2, Leipzig, 1875, p. 784), comme dans la troisième ([cf. n. 1], p. 107), il nous est dit, dans le chapitre consacré à « la cour et la maison de l’empereur » qu’il existe une différence déterminante entre le Principat augustéen et la monarchie dioclétienne en ce que « les fonctions et les services auxiliaires remplis près de la personne du prince, comme, par exemple, la cura cubiculi, n’ont jamais été regardés comme des magistratures de l’État ». Il conclut, dans sa première édition, qu’il s’était sans doute « formé auprès du princeps une zone frontière incluant de telles fonctions, où il était en théorie à peine possible et en pratique absolument impossible de dissocier le service personnel réservé à l’empereur de l’activité publique officielle ». Il distingue ensuite trois « catégories de serviteurs impériaux » : les « auxiliaires exclusivement officiels », parmi lesquels il compte les « personnages de rang sénatorial », les « serviteurs personnels que le princeps emploie à des fins officielles », où il range les « auxiliaires de rang équestre », enfin, les « serviteurs personnels du prince, employés à des fins personnelles », qu’il considère comme des esclaves et affranchis (ibid.). Dans sa troisième édition, il « élimine » de la cour les chevaliers et sénateurs au service de l’empereur (dissolvant ainsi la catégorie problématique des « serviteurs personnels employés à des fins officielles ») et insiste sur le fait que « les personnages employés par l’empereur à l’administration des affaires publiques ne sont pas regardés comme étant à son service personnel » ([cf. n. 1], p. 108 [italiques A. W.]). Il s’efforce de résoudre le problème que lui pose le classement des postes politiquement importants dans le secrétariat et la comptabilité en alléguant que les fonctions que l’on avait jusqu’alors considérées comme « affaires privées » étaient devenues « fonctions d’État » avec le changement du statut personnel de ces fonctionnaires de celui d’affranchis à chevaliers (ibid., p. 108 sq.).

102 Voir l’observation de Mommsen concernant « la zone frontière entre le service personnel et le service politique » en particulier dans le secrétariat et la procuration et le fait que des affranchis impériaux soient, « à l’encontre de la règle », parvenus à revêtir des « fonctions de l’État » ainsi que l’appréciation qu’il porte sur les derniers des empereurs julio-claudiens, « ne sachant plus commander ceux qu’ils avaient à leur service et étant, au contraire, gouvernés par eux » (Mommsen, Droit public [cf. n. 1], p. 107 et 109) ; et, de même, la critique de Hirschfeld sur la « position intermédiaire » des secrétariats de la cour et ses réflexions sur « le pouvoir considérable des serviteurs de cour sous un prince faible » (Hirschfeld, Verwaltungsbeamte [cf. n. 14], p. 309 et 307).

103 C’est ce qu’a déjà précisément fait observer Herzog, Staatsverfassung (cf. n. 14), p. 785.

104 Alföldi, Repräsentation (cf. n. 29) ; voir Andrew Wallace-Hadrill, « Civilis Princeps : Between Citizen and King », JRS, 72, 1982, p. 32-48.

105 Voir Friedrich Vittinghoff, « Soziale Struktur und politisches System in der hohen römischen Kaiserzeit », HZ, 230, 1980, p. 31-55 ; Rolf Rilinger, « Moderne und zeitgenössische Vorstellungen von der Gesellschaftsordnung der römischen Kaiserzeit », Saeculum, 36, 1985, p. 299-325 ; Friedrich Vittinghoff, « Gesellschaft », idem (éd.), Europäische Wirtschafts- und Sozialgeschichte in der römischen Kaiserzeit, Stuttgart, 1990, p. 161-369.

106 C’est de là que la « pyramide sociale » de Géza Alföldy tire en définitive sa vraisemblance, et ce en dépit des critiques justifiées qui ont été formulées à l’encontre des inconsistances, inexactitudes et différenciations fautives portant sur l’application des modèles sociologiques modernes au classement social (voir la note précédente) ; voir Géza Alföldy, Römische Sozialgeschichte, Wiesbaden, 3e éd., 1984, p. 125 (où ensuite, sans doute, il conviendrait de compter esclaves et affranchis audessous des hommes libres et où l’on devrait supprimer de sa pyramide la pyramide qu’il qualifie de familia Caesaris).

107 La double connotation (politique et sociale) préexistait à la notion moderne d’État (« Staat », « state », « stato »), mais la connotation sociale demeure aujourd’hui encore tangible au sens d’ »État » ; sur la notion de « Staat », voir Wolfgang Mager, Zur Entstehung des modernen Staats - begriffs, Mainz, 1968, p. 61 sqq. ; Paul-Ludwig Weinacht, Staat. Studien zur Bedeutungs geschichte des Wortes von den Anfängen bis ins 19. Jahrhundert, Berlin, 1968, p. 75 sq. et 79 sqq. ; Reinhart Koselleck, « Staat und Souveränität », Otto Brunner, Werner Conze & Reinhart Koselleck (éd.), Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland, VI, Stuttgart, 1990, p. 1-4, ici p. 1 sq. ; Werner Conze, « Staat » [I-III], ibid., p. 5-25, ici p. 12. des Wortes von den Anfängen bis ins 19. Jahrhundert, Berlin, 1968, p. 75 sq. et 79 sqq. ; Reinhart Koselleck, « Staat und Souveränität », Otto Brunner, Werner Conze & Reinhart Koselleck (éd.), Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland, VI, Stuttgart, 1990, p. 1-4, ici p. 1 sq. ; Werner Conze, « Staat » [I-III], ibid., p. 5-25, ici p. 12.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search