Version classiqueVersion mobile

Rome, les Césars et la ville

 | 
Nicole Belayche

Deuxième partie. Une cathedra imperii à la mesure du prince

Le centre du pouvoir : Rome et la cour impériale aux deux premiers siècles de notre ère

Frédéric Hurlet

Texte intégral

  • 1 Les déplacements du prince dans des résidences secondaires situées en Italie à proximité de Rome n (...)

1Plus que toute autre ville de l’Empire romain, Rome fut profondément transformée par l’avènement d’un nouveau régime politique qui est communément appelé Principat et qui reposait sur le pouvoir personnel du princeps. Capitale de fait d’un vaste Empire territorial issu des conquêtes menées au départ par ce qui était une cité-État, elle fut naturellement amenée à devenir le principal lieu de résidence du pouvoir impérial. Auguste y séjourna en permanence à partir de 8 av. J.-C., l’année de sa dernière campagne en Germanie1. Exception faite de la longue retraite de Tibère en Campanie depuis 26 jusqu’à son décès en 37, les empereurs du ier siècle prirent soin de ne jamais s’absenter de Rome trop longtemps. Les conséquences pouvaient être désastreuses et on peut imaginer que le long séjour de Néron en Grèce de la fin de l’année 66 au début de l’année 68 contribua à renforcer la crise politique qui aboutit au suicide de l’empereur et au premier changement de dynastie. Au iie siècle, les absences de Rome et de l’Italie se firent plus fréquentes notamment avec les nombreuses tournées d’Hadrien et les opérations militaires conduites au nord de l’Empire par Marc Aurèle tout au long de la seconde partie de son règne, mais la politique de ces deux empereurs contraste avec la faible mobilité d’Antonin le Pieux ou de Commode.

  • 2 Sur cette nouvelle structure familiale, élargie, cf. Mireille Corbier, « La Maison des Césars », P (...)

2La présence physique du pouvoir impérial à Rome constitue, tout au long des deux premiers siècles de notre ère, un élément capital qui détermina toute une série de mutations au sein de l’Vrbs dans les domaines politique, social et spatial. Outre les innombrables libéralités qui relevaient de l’évergétisme impérial, elle généra en particulier autour du prince une structure qui vivait en étroite interaction avec ce dernier. Le prince était en effet entouré dans la vie quotidienne par un nombre élevé d’individus qui formaient plusieurs cercles concentriques : tout d’abord la famille impériale au sens étroit, la gens, qui rassemblait son épouse, ses ascendants et ses descendants, ses frères et sœurs ; ensuite les parents plus éloignés, notamment les parents par alliance (adfines), qui faisaient partie de ce qui était appelé la domus (= « maison ») Augusta – puis également Divina à partir de la mort et la divinisation d’Auguste2 ; venait enfin une masse d’individus qui n’avaient aucun lien familial avec le prince et l’assistaient d’une manière ou d’une autre. Propre à toute forme de pouvoir monarchique, l’entourage du souverain dans son extension maximale est d’ordinaire qualifié de « cour », définie comme la maison élargie du monarque qui exerce en même temps des fonctions politiques. L’objet de cet article est de déterminer si un tel vocable couramment utilisé par les médiévistes et les modernistes peut être appliqué à l’Antiquité romaine aux deux premiers siècles de notre ère. Si la réponse était positive, il faudrait se demander à partir de quand nous pouvons parler de cour impériale à Rome et quelles étaient les caractéristiques et les composantes d’une telle structure.

  • 3 Marc Aurèle, Pensées, VIII, 31, 1 (trad. CUF).

3« La cour d’Auguste, sa femme, sa fille, ses descendants, ses ascendants, sa sœur, Agrippa, ses alliés, ses familiers, ses amis, Areius, Mécène, ses médecins, ses sacrificateurs, toute cette cour est morte3. » Extrait des Pensées de Marc Aurèle, ce témoignage livre le sentiment d’un empereur de la seconde moitié du iie siècle sur la nature de l’entourage du fondateur du régime impérial. Plus loin, Marc Aurèle confirme un tel jugement en mettant en avant une conception cyclique du temps selon laquelle l’histoire serait un éternel recommencement :

  • 4 Marc Aurèle, Pensées, X, 27 (trad. CUF).

« Considère sans cesse comment tous ces événements qui se produisent à cette heure se sont produits identiques dans le passé, et considère qu’ils se reproduiront. Les drames entiers et les scènes semblables que tu connais par ton expérience ou le témoignage des anciens, place-les devant tes yeux, par exemple : toute la cour d’Hadrien, toute la cour d’Auguste, toute la cour de Philippe, d’Alexandre, de Crésus. Tous ces spectacles se ressemblaient ; seulement c’étaient d’autres acteurs4. »

4Plusieurs enseignements se dégagent de ces passages. Il ressort tout d’abord que l’entourage du prince y est appelé aujlhv, terme qui avait déjà servi à qualifier l’entourage des souverains grecs d’époque hellénistique et dont dérive le substantif latin aula. Il apparaît ensuite que telle qu’elle est décrite par Marc Aurèle, l’aujlhv d’Auguste correspond à la définition de la cour comme « maison élargie du monarque », puisqu’elle accueillait aussi bien les membres de sa famille que les membres de sa domesticité, ses amis, des proches comme Mécène ou le philosophe Areius et tout un personnel technique. Marc Aurèle attribue l’apparition d’une telle structure au premier empereur romain, Auguste. Toute la question est de savoir s’il ne projette pas de manière anachronique dans le passé une réalité de sa propre époque et si l’on peut parler vraiment de cour dès l’époque d’Auguste.

  • 5 Représentatif de cet état d’esprit, l’ouvrage de Jean Gagé, Les classes sociales dans l’Empire rom (...)
  • 6 Sur ces questions d’historiographie, cf. le premier paragraphe de l’article de A. Winterling tradu (...)
  • 7 « The Imperial Court », A. K. Bowman, E. Champlin & A. Lintott (éd.), Cambridge Ancient History, X (...)
  • 8 A. Winterling, Aula Caesaris, Studien zur Institutionalisierung des römischen Kaiserhofes in der Z (...)
  • 9 Ce paradoxe a été tout particulièrement étudié dans le dernier paragraphe de l’article de A.Winter (...)

5En dépit du témoignage de Marc Aurèle, l’historiographie française a longtemps rechigné à étudier la formation de la cour impériale, voire à utiliser un tel vocable. Le modèle représenté en France par la cour de Louis XIV a sans conteste contribué à sous-estimer la notion de cour à Rome, voire à la remettre en question pour le Haut-Empire5. Dans les autres pays en revanche, la cour absolutiste française a été considérée comme un phénomène singulier qui était loin de correspondre à un idéal-type. En conséquence, les historiens anglo-saxons, allemands et italiens n’ont pas ressenti les mêmes hésitations à parler de « court », « Hof » et « corte » à propos du pouvoir impérial romain des deux premiers siècles de notre ère6. Ces cinq dernières années ont marqué dans ce domaine une avancée avec les publications de plusieurs synthèses qui ont en commun de chercher à étudier la cour impériale de Rome comme un phénomène global. La première dans l’ordre chronologique est le chapitre consacré par Andrew Wallace-Hadrill à la formation de la cour impériale sous les Julio-Claudiens dans la réédition de la Cambridge Ancient History7. Viennent ensuite les nombreux travaux de Aloys Winterling, dont une importante monographie traitant de la cour impériale d’Auguste à Commode8. Les conclusions de A. Wallace-Hadrill et de A. Winterling se recoupent sur l’essentiel. La cour impériale y apparaît comme une réalité complexe qui prenait une signification à la fois topographique, politique, sociale et sociologique : confondue avec une résidence somptueuse, elle était le centre du pouvoir et avait pour fonction d’accueillir autour du prince, dans le cadre d’un cérémonial, un réseau de proches dont les tâches étaient déterminées en grande partie par leur statut social. Il ressort également que la cour impériale s’apparentait à une structure hybride qui transcendait les schémas politiques traditionnels des Anciens, fondés sur une dichotomie entre demeure privée et État. Ce que les sources qualifient d’aula Caesaris n’était pas comparable à une simple domus aristocratique, dans la mesure où elle monopolisait le pouvoir politique et abritait une partie de l’administration impériale ; elle ne pouvait pas non plus faire partie d’une Res publica qui a toujours refusé de reconnaître au statut de proche du prince une position sociale reconnue et privilégiée9. On peut considérer ces conclusions comme définitives. En revanche, une lecture attentive des travaux de A. Wallace-Hadrill et de A. Winterling laisse apparaître plusieurs discordances. L’objet de cet article est de présenter à propos de la cour impériale une synthèse qui soit en mesure de distinguer les certitudes et les débats en cours.

  • 10 Il ressort en effet des travaux de A.Winterling que les Romains ont gardé de la cour une image for (...)

6C’est sans conteste le processus de formation de l’aula Caesaris qui fait l’objet des divergences les plus significatives. Plus que A. Wallace-Hadrill, qui souligne davantage les éléments de continuité, A. Winterling fait ressortir le caractère évolutif d’une cour qui se serait progressivement « institutionnalisée ». Cette différence de perspective, si elle contribue à faire mieux comprendre deux aspects complémentaires d’une même réalité, présente l’inconvénient d’amener les deux historiens à défendre deux points de vue opposés sur la place de l’aristocratie romaine aux côtés du prince. Alors que A. Wallace-Hadrill dresse le tableau d’une cour impériale dominée dès le Principat d’Auguste par les couches supérieures de la société romaine, A. Winterling développe au contraire l’idée d’une lente intégration de l’aristocratie sénatoriale au sein de l’aula Caesaris et utilise à cet effet le terme d’« Aristokratisierung » (= « aristocratisation »). Cette divergence ponctuelle recouvre une différence plus fondamentale. Sans qu’il faille y voir la moindre connotation péjorative, l’analyse de A. Winterling peut être qualifiée de « primitiviste », parce qu’elle ne perd jamais de vue qu’à Rome, le phénomène de cour n’a jamais joui sous le Haut-Empire du même prestige que durant le Moyen Âge et l’Époque moderne10. La perspective de A. Wallace-Hadrill apparaît quant à elle comme résolument « moderniste », puisqu’elle apparente la cour de Rome à un élément propre à toute monarchie, mis en place dès la création du régime impérial par Auguste. Cette présentation historiographique était nécessaire si l’on veut chercher à mieux comprendre la place de la cour impériale à Rome et dans la société romaine. Elle permettra de replacer dans le débat scientifique actuel la synthèse qui est l’objet de cet article et qui présente dans sa dimension évolutive la formation de l’aula Caesaris à partir de ses trois éléments constitutifs : l’espace dans lequel évoluent le prince et ses proches ; une suite qui dépasse quantitativement et qualitativement l’entourage des aristocrates ; un cérémonial définissant les relations du prince avec les Romains qu’il était amené à fréquenter.

Topographie de la cour impériale

  • 11 Le Pain et le cirque, Paris, 1976, p. 682-685 où il est précisé que l’Antiquité étant l’ère des ci (...)

7La cour ne constituait pas sous le Haut-Empire romain une notion juridique et légale, elle s’apparentait à un phénomène politique qui reposait de manière informelle sur la proximité avec le prince. Une telle définition signifie que dans une première acception, la cour impériale apparaît comme une réalité physique qui avait un cadre spatial bien déterminé : elle se trouvait là où le prince résidait. Elle pouvait être itinérante lors des déplacements du prince à travers l’Empire, phénomène bien connu durant l’Antiquité tardive. En revanche, il a été souligné dans l’introduction qu’à quelques exceptions près, les princes se déplacèrent peu en dehors de l’Italie durant les deux premiers siècles de notre ère. Refusant de parler de cour impériale sous le Haut-Empire, Paul Veyne a pu suggérer en guise de paradoxe que l’ensemble de la Ville de Rome tenait lieu de cour11. Pour provocante qu’elle soit, cette idée est finalement loin d’être ni fausse ni absurde, la présence impériale dans tel ou tel bâtiment public (édifices de spectacle ou Sénat par exemple) contribuant à faire du prince la figure centrale et à instaurer avec ce dernier un nouveau mode de communication, mais elle demande à être nuancée. Pour un régime qui prétendait au moment de sa création par Auguste rétablir la légalité républicaine, il n’était pas question de faire ressortir d’emblée et partout la nouveauté radicale que représentait l’existence d’une cour impériale et qui pouvait faire songer aux royautés hellénistiques. Il s’agissait au départ d’une réalité cachée, voire un des arcanes du Principat, qui n’apparaît à ce titre dans aucun document officiel et qui ne pouvait dans ces conditions s’approprier l’ensemble de l’espace public de Rome. Le cadre topographique qui était le plus propice aux relations du prince avec l’ensemble de ses proches et qui finit par se confondre avec la cour impériale proprement dite restait bien sûr le lieu même où le prince résidait. Une telle localisation présentait l’avantage de faire apparaître la structure vivant dans l’entourage du prince non pas sous l’angle d’une rupture, mais comme un prolongement de pratiques en usage sous la République au sein des grandes familles.

Le Palatin et la demeure impériale

  • 12 Sur la délicate question de la localisation de l’auguratorium du Palatin, cf. la notice de Filippo (...)
  • 13 D.H., XIV, 2, 2.
  • 14 Cf. Annapaola Zaccaria Ruggiu, Spazio privato e spazio pubblico nella città romana, Rome, 1995, en (...)
  • 15 On consultera en priorité sur cette question la monographie de Manuel Royo, Domus imperatoriae. To (...)

8Il est bien connu que le Palatin devint dès la création du Principat l’espace choisi par le pouvoir impérial pour y installer ce qui devait servir de résidence du prince. Cette colline était un lieu chargé de multiples significations. À titre de symbole, elle passait tout d’abord pour être le berceau de Rome, le siège de la Roma Quadrata fondée par Romulus. On imagine sans peine le bénéfice politique qu’Auguste retira lorsqu’il s’installa à proximité de différents vestiges que la tradition attribuait à la geste romuléenne : la cabane où Romulus vécut ; l’auguratorium d’où il aperçut les douze vautours lorsqu’il prit pour la première fois les auspices le jour de la fondation de Rome12 ; la chapelle des Saliens où était conservé un lituus – le bâton recourbé qui était un instrument nécessaire à la prise des auspices – qui passait pour avoir été utilisé par Romulus13. En outre, le Palatin était devenu d’un point de vue social un lieu de résidence très recherché par les grandes familles romaines ou celles qui voulaient le devenir comme le rappelle l’importance donnée par Cicéron à l’achat d’une maison située sur cette colline. Cette précision prend toute sa signification si l’on rappelle que les Romains ne considéraient pas l’habitation urbaine comme un espace neutre, mais lui attribuaient une fonction publique : traduire en l’occurrence la place tenue par ses occupants dans la société. Alors que la mentalité grecque, en particulier athénienne, faisait de la maison le reflet d’un certain nivellement (cf. Miltiade et Aristide) et en même temps le refuge du privé, le caractère oligarchique de la société romaine conduisit les grandes familles à une surprenante compétition qui fit de la domus aristocratique un critère de différenciation sociale et politique, et de ce fait un des lieux mêmes du pouvoir14. En s’installant sur le Palatin, Auguste et ses successeurs prenaient acte de cette réalité et utilisèrent à leur tour leur demeure à des fins politiques. Mais le contexte général avait changé avec la naissance du régime impérial : la domus impériale était amenée à remplir de nouvelles fonctions qui résultaient de la primauté du princeps. Il ne faut pas attendre des paragraphes qui suivent un compte rendu exhaustif des aménagements du Palatin tout au long des deux premiers siècles de notre ère15. Mon propos se veut plus spécifique : il est de retracer les étapes d’une évolution qui donna à l’aula Caesaris un cadre topographique de plus en plus étendu, monumentalisé et sacralisé.

  • 16 Suét., Aug., 72, 1.
  • 17 Cf. Pierre Gros, « Le palais hellénistique et l’architecture augustéenne : l’exemple du complexe d (...)
  • 18 Si ce terme était utilisé dès l’époque augustéenne, il était alors réservé aux cours étrangères (c (...)

9Les transformations que la maison des princes connut sous les Julio-Claudiens interdisent que nous parlions de « palais impérial », au sens où nous l’entendons, avant la seconde moitié du ier siècle apr. J.-C. Loin de former d’emblée un ensemble architectural unitaire, la demeure des Julio-Claudiens consista en une juxtaposition de constructions d’origine républicaine annexées et restructurées par le régime de façon à constituer progressivement un véritable quartier impérial. À la fin des années 40 av. J.-C., Octavien/Auguste acquit la maison d’Hortensius (cos. 69 av. J.-C.), située sur la pente occidentale du Palatin appelée Germal à proximité des vestiges liés selon la tradition à Romulus. Même si les sources ont tendance à exagérer la modestie des lieux, il demeure qu’Auguste considéra ce qui était une simple domus aristocratique comme la partie centrale de ce qu’il possédait à titre privé : c’était là qu’était située par exemple sa chambre à coucher utilisée pendant toute la durée de son Principat (cubiculum)16. À ce noyau originel formé par l’ancienne maison d’Hortensius, appelée désormais la domus Augusti, s’agrégèrent au fur et à mesure d’autres demeures privées qui furent acquises par Auguste par le biais d’achats ou de confiscations et qui contribuèrent à la formation d’un plus vaste espace impérial destiné à accueillir une structure aulique. Parmi les propriétés de la partie nord-ouest du Palatin occupées par le nouveau régime, on citera bien sûr la « maison de Livie », située au nord de celle d’Auguste et possédée par l’épouse du prince, ainsi que l’ancienne maison de Q. Lutatius Catulus (cos. 102 av. J.-C.), mitoyenne de celle d’Hortensius ; il faut y ajouter toute une série d’habitations indépendantes réservées à plusieurs princes julio-claudiens (Germanicus par exemple), au personnel domestique et à des aristocrates proches de la famille impériale comme les Statilii Tauri ou M. Valerius Messala Corvinus. Un autre indice de la formation sur le Palatin d’un nouvel espace impérial qui commençait à revêtir l’aspect d’une cour est à chercher dans l’association étroite des demeures privées occupées par Auguste et d’édifices relevant d’ordinaire du domaine public. Les constructions précoces au sein de la demeure du prince, et en liaison fonctionnelle avec cette dernière, du temple d’Apollon, de portiques et de deux bibliothèques – grecques et latines – constituent les premiers témoignages de cette confusion entre le public et le privé caractéristique de la notion de palais ; en 27 av. J.-C., les piédroits de la maison d’Auguste furent officiellement ornés de lauriers et une couronne civique fut fixée sur son linteau (Res Gestae, 34, 2) ; plus tard, en 12 av. J.-C., lorsqu’Auguste devint grand pontife, il rendit publique une partie de sa maison en y installant un autel ou un petit temple de Vesta, la déesse gardienne du foyer de la cité. La présence en contrebas du Circus Maximus a pu faire penser que le nouveau régime avait réalisé sur le Palatin un projet urbanistique d’inspiration hellénistique qui unissait à la demeure privée du souverain un temple, des portiques, des bibliothèques et un édifice de spectacle17. Si les contemporains d’Auguste eurent quelque scrupule à parler d’ores et déjà d’une aula18, ils n’ignoraient pas pour autant que l’avènement du nouveau régime avait donné naissance à une nouvelle structure spatiale qui n’était peut-être pas encore à proprement parler un palais, mais qui surpassait toutes les autres domus aristocratiques.

  • 19 AJ, XIX, 115-117.
  • 20 Domus imperatoriae, op. cit., p. 300.
  • 21 Suét., Cal., 22, 3.

10Les deux premiers successeurs d’Auguste ne modifièrent pas fondamentalement l’organisation topographique du Palatin tel qu’il avait été réaménagé par le fondateur du régime impérial. Tibère et Caligula prolongèrent la politique augustéenne qui consistait à étendre le quartier impérial au nord-ouest de la colline par le biais d’acquisitions successives de maisons, mais le témoignage de Flavius Josèphe atteste que lors de l’assassinat de Caligula en 41, il n’existait toujours pas de palais unitaire19. Comme le rappelle Manuel Royo, « même à l’époque de Caligula, c’est encore le noyau augustéen qui domine la topographie des constructions palatines20 ». Tout au plus peut-on mentionner l’élargissement des propriétés impériales jusqu’au Forum, « de façon à transformer le temple de Castor et Pollux en vestibule de sa propre demeure21 ». On se trouve alors à une époque-charnière au cours de laquelle le Forum de Rome dit républicain commence à perdre définitivement sa position de centre du pouvoir pour se transformer en une annexe et une entrée monumentale du Palatin. La situation évolua de façon radicale au milieu du ier siècle de notre ère, peut-être à partir du règne de Claude, en tout cas avec Néron. La formule domus Tiberiana fut désormais utilisée pour désigner expressément le premier véritable palais construit à l’angle nord-ouest du Palatin et destiné à être le centre de la vie publique. Néron étendit la résidence impériale en direction de l’Esquilin sous la forme d’une domus Transitoria, remplacée à partir de 64 par la domus Aurea, qu’il faut interpréter comme la partie proprement privée d’un palais impérial agrandi en direction de l’Esquilin.

11Après le démantèlement de la domus Aurea par Vespasien et la restitution au peuple romain de l’espace occupé par la partie privée du palais néronien (cf. l’amphithéâtre flavien et les thermes de Titus), la demeure impériale fut recentrée sur le Palatin. Localisée à l’origine dans la partie occidentale du Palatin, elle fut entièrement réorganisée sous le règne de Domitien par les soins de l’architecte Rabirius et agrandie au point d’occuper presque toute la colline. On assiste à la formation d’une véritable ville dans la ville avec la mise en place d’une imposante structure spatiale. Achevés en 92, les travaux ajoutèrent au noyau originel trois constructions principales. Formant désormais un ensemble continu, le palais impérial était suffisamment vaste pour accueillir un entourage imposant et des cérémonies propres au fonctionnement d’une cour impériale. Il était divisé en plusieurs parties dont chacune remplissait une fonction bien déterminée.

La domus Flavia (5)

12Cette expression est une création de la littérature archéologique qui n’est attestée par aucune source, mais qui renvoie de façon commode à la partie publique et cérémonielle du palais impérial tel qu’il se présentait à partir de Domitien. Elle s’organise autour d’un péristyle et comprend quatre pièces principales dénommées traditionnellement d’après leurs fonctions supposées au moment des premières fouilles du début du xviiie siècle : le triclinium (a), salle à manger grandiose destinée à recevoir les convives du soir invités par le prince ; l’aula regia (c), percée de niches abritant des statues, qui devait servir aux audiences impériales ; la « basilique » (b), mal nommée, dont la fonction est sujette à discussion (lieu de réunion du conseil du prince ?) ; le lararium (d), autre pièce dont la destination reste discutable et qui a pu être interprétée comme un corps de garde de prétoriens à l’entrée du palais.

La domus Augustana (6)

13Cette partie proprement privée du palais reste mal connue.

14Le « stade » ou l’« hippodrome » (11)

  • 22 L’architecture romaine, op. cit., p. 258-260.

15Situé sur le côté oriental de la domus Augustana, cet édifice en forme de cirque fut achevé à la fin du règne de Domitien et remanié sous les Antonins et les Sévères. On retient d’ordinaire qu’il servait de jardin d’agrément, mais sa structure constituée d’une grande tribune en forme d’hémicycle et d’une spina a conduit Pierre Gros à défendre l’idée qu’il avait été conçu, à l’origine, pour accueillir des courses de char22. Cette analyse présente l’avantage de souligner que dans le prolongement des traditions royales hellénistiques, le pouvoir impérial finit par réserver au sein même du palais une place monumentale aux spectacles avec lesquels il entretenait des rapports étroits.

Figure 1. – Plan général du Palatin.
D’après Royo, Domus imperatoriae, op. cit.

Figure 1. – Plan général du Palatin.D’après Royo, Domus imperatoriae, op. cit.

1. Temple de Cybèle
2. Maison de Livie
3. Maison d’Auguste
4. Temple d’Apollon Palatin
5. Domus Flavia
a. Triclinium
b. « Basilique »
c. Aula regia
d. « Lararium »
6. Domus Augustana
7. Domus Tiberiana
8. Église et couvent de Saint-Sébastien
9. Église et couvent de Saint-Bonaventure
10. Clivus Victoriae
11. « Stade » ou « hippodrome »
12. Arc de Domitien
13. Area palatina (augustéenne)
14. Area palatina (flavienne)

La domus Tiberiana (7)

  • 23 Histoire Auguste, Vie d’Antonin le Pieux, 10, 4 ; Vie de Verus, 2, 4 et 6, 3-4 ; Vie de Marcus, 6, (...)

16Centre du palais à partir de sa construction sous Claude ou Néron, cette partie fut reléguée à la périphérie à partir du moment où Domitien fit construire les domus Flavia et Augustana. Plusieurs passages attestent que sous les Antonins, elle était devenue le lieu de résidence et d’éducation des successeurs désignés. Elle comprenait à ce titre une bibliothèque23.

  • 24 Cf. notamment Mart., VIII 36, 1-12 ; Stat., Silv., IV, 2, 18-44.
  • 25 Vie de Pertinax, 11, 6.

17En corollaire de ce remodelage urbanistique du Palatin, la nouvelle demeure impériale fut assimilée par des poètes de cour comme Martial ou Stace à la projection sur terre du séjour des dieux24. Tout était étudié de manière à donner une telle impression : la structure et la hauteur de l’aula regia, sa décoration avec la présence de statues de divinités dont celles d’Hercule et de Dionysos conservées à Parme, la désignation des pièces avec l’emploi dans l’Histoire Auguste de l’expression cenatio Iovis (« la salle à manger de Jupiter ») pour désigner le triclinium de la domus Flavia25. Ainsi naissait un imaginaire qui présentait l’avantage de faire de Domitien l’égal de Jupiter et de sacraliser tout ce qui était lié à l’aula Caesaris.

  • 26 « Le Palatin entre les iie et vie siècles apr. J.-C. », loc. cit., à paraître.

18Les Flaviens, Domitien avant tout, mirent en place une organisation topographique du Palatin dont les Antonins et les dynasties ultérieures héritèrent sans la remettre en question dans ses grandes orientations. Achevée à la fin du ier siècle et liée à l’intervention de Domitien, l’évolution sémantique de palatium – de « Palatin » à « palais » – signifie que cette colline était pleinement perçue par les Romains non plus tant comme le siège de la résidence privée du prince que comme le centre du pouvoir politique. Ainsi s’explique, comme l’a souligné M. Royo26, qu’à la différence de l’époque julio-claudienne, les images du pouvoir impérial se concentrèrent désormais dans le palais et ses abords sans être diffusées dans l’ensemble de l’Vrbs. Étendues sur plus d’un siècle, les transformations de la résidence impériale et de sa perception par les Romains sont à mettre en parallèle avec le lent processus de formation de la cour impériale : l’aula Caesaris renforçait sa présence à Rome au fur et à mesure qu’elle était identifiée à un cadre spatial de plus en plus somptueux. La construction, à la fin du Principat de Vespasien, d’entrepôts (horrea) à la limite septentrionale du palais manifeste avec netteté l’équivalence qui s’établissait entre l’extension de la demeure impériale et la consolidation de la cour impériale : isolant davantage le Palatin, un tel édifice à vocation économique venait rappeler que le prince devait prendre toutes les mesures nécessaires pour nourrir un imposant personnel domestique et administratif et recevoir avec faste les invités du soir de plus en plus nombreux.

L’ambivalence de la curie

  • 27 Cf. à ce propos le contenu de deux sénatus-consultes découverts dans l’ancienne province romaine d (...)
  • 28 Cf. pour plus de développements Frédéric Hurlet, « Les sénateurs dans l’entourage d’Auguste et de (...)
  • 29 Sur les lieux de réunion du Sénat sous le Haut-Empire, cf. en général Richard J. A. Talbert, The S (...)
  • 30 Suét., Aug., 29, 3. Sur la curie du Palatin, cf. Domenico Palombi, « Curia in Palatio », Lexicon T (...)
  • 31 Comme l’ont souligné Marianne Bonnefond-Coudry, Le Sénat de la République romaine, de la guerre d’ (...)

19Outre la résidence impériale progressivement transformée en un palais, le Sénat est à ranger au nombre des édifices de Rome régulièrement fréquentés par le pouvoir impérial. Appelé d’ordinaire curie, le lieu de réunion des sénateurs restait de iure un monument public où le prince se rendait périodiquement pour mettre en avant le caractère civil de son pouvoir, mais la consolidation du régime impérial dès le Principat d’Auguste fit du Sénat une extension de l’aula impériale réservée aux couches supérieures de la société romaine. Y prévalaient des usages plus adaptés à une société de cour qu’aux pratiques de l’époque républicaine : par exemple l’éloge du prince et de sa famille27, parfois si complaisant qu’il était dénoncé par Tacite sous le terme d’« adulation », ou les affrontements entre différentes factions dynastiques. Le prince se devait de repousser toute motion qui dépassait la mesure, mais il encourageait de manière générale les manifestations de soutien au régime cautionnées par une institution aussi prestigieuse que le Sénat28. Une telle évolution des fonctions remplies par le Sénat trouve son contrepoint dans le choix du lieu de réunion des sénateurs. Au début du Haut-Empire, les séances se tenaient d’ordinaire dans la curia Iulia, située sur le Forum républicain, mais un autre édifice pouvait être retenu pourvu qu’il fût consacré. Il est en particulier remarquable que les sénateurs puissent se réunir dès le Principat d’Auguste dans la curie d’Octavie ou le temple de Mars Ultor du forum d’Auguste, dans des quartiers remaniés sous Auguste de manière à exalter la dynastie au pouvoir29. Le déplacement le plus significatif eut lieu à la fin du Principat d’Auguste, lorsque le prince fit venir les sénateurs de plus en plus souvent sur le Palatin, sans doute dans la bibliotheca latina localisée sur le côté oriental du portique du temple d’Apollon30. Située dans le prolongement de l’habitation d’Auguste et du temple consacré à une divinité qui était chère au fondateur du régime impérial, la curie du Palatin apparaissait comme une manifestation topographique de la soumission du Sénat au pouvoir impérial31. En ce sens, elle peut être considérée comme une annexe de la cour impériale, tant d’un point de vue spatial que fonctionnel. Les transformations de la demeure impériale sous Néron expliquent sans doute que la dernière attestation d’une séance du Sénat sur le Palatin remonte à l’année 54 de notre ère : c’est le signe que le Palatium commençait seulement à être perçu comme un palais.

L’entourage du prince

  • 32 Histoire Auguste, Vie d’Hadrien, 16, 10 (trad. André Chastagnol, Robert Laffont, coll. « Bouquins  (...)

20Dans une deuxième acception, la cour est une structure sociale qui regroupe autour du souverain un nombre important d’individus d’origine et de statut divers. Cela signifie que le prince attirait à Rome, sur le Palatin et dans une moindre mesure au Sénat, une suite qui remplissait des fonctions variées. La composition de l’entourage du prince différait selon la personnalité et les intérêts de chaque prince. On sait par exemple qu’Hadrien « eut des rapports de franche amitié avec les philosophes Épictète et Héliodore et – sans que je les désigne tous par leurs noms – avec des grammairiens, rhéteurs, musiciens, géomètres, peintres, astrologues32 ». Il existait malgré tout une structure sociale stable qui se caractérisait par une fréquentation plus ou moins assidue du prince pour des raisons autres que familiales.

Le personnel domestique

  • 33 Sur le personnel domestique, cf. une liste donnée par Robert Turcan, Vivre à la cour des Césars d’ (...)

21À l’instar des grandes familles romaines, la maison du prince utilisait les services d’un grand nombre d’esclaves qui étaient soumis à sa volonté et dont il était le maître. Il s’attachait aussi les offices d’affranchis, anciens esclaves qu’il avait libérés et dont il devenait le patron. Estimé à plusieurs milliers de personnes sans qu’il soit possible de donner plus de précision à ce sujet, ce qu’on appelait la familia Caesaris remplissait des tâches domestiques proprement dites ou patrimoniales. La jouissance d’une domesticité apparaît à Rome comme une pratique commune qui s’inscrit dans la tradition des domus aristocratiques, mais le personnel du prince dépassait la mesure dès le Principat d’Auguste tant par le nombre d’esclaves et d’affranchis à son service que par leur spécialisation ; s’y ajoutaient les esclaves et les affranchis qui étaient attachés plus spécifiquement à des membres de la famille impériale comme Livie ou Germanicus par exemple et qui gravitaient dans la sphère du pouvoir impérial. Parmi les emplois qui mobilisaient sur le Palatin un personnel numériquement important et pour lesquels nous connaissons des exemples dès le début du Haut-Empire, on connaît des fonctions aussi différentes que la gestion de la maison et du mobilier et son entretien, la fabrication de nombreux objets, le service alimentaire, les vêtements et la toilette du prince, le service des bains, la médecine33… Après s’être étoffée sous les règnes de Tibère et de Caligula, la domesticité impériale connut sous Claude une réorganisation générale qui contribua à en faire un élément stable et ordonné de l’entourage du prince ainsi qu’un signe de la consolidation de l’aula Caesaris. L’importance numérique et la diversification du personnel domestique étaient nécessaires pour maintenir le train de vie élevé de l’empereur et différencier la demeure impériale des autres domus. Les esclaves impériaux formaient une masse de plus en plus importante, mais leur statut social au bas de l’échelle sociale les destinait bien sûr à des fonctions subalternes. Moins nombreux, les affranchis impériaux pouvaient le cas échéant exercer de plus grandes responsabilités. Celui qui exerçait la plus grande influence politique en vertu de ses tâches domestiques était le préposé à la chambre du prince, toujours un affranchi impérial qui était appelé a cubiculo et faisait fonction de « grand chambellan ». Malgré un statut social jugé inférieur, il avait l’avantage de rencontrer quotidiennement le prince dans la partie la plus intime de la demeure impériale et ne cessa jamais de figurer en bonne place au sein de la cour impériale en raison d’une grande proximité avec le prince. On connaît plusieurs a cubiculo qui sont apparus à certaines occasions sur le devant de la scène politique : Parthenius, l’âme du complot qui aboutit à l’assassinat de Domitien en 96 ; Cléandre, l’homme de confiance de Commode de 185 à 189 ; Eclectus, qui fut mêlé à l’assassinat de Commode en 192. Propres aux milieux de cour, les intrigues et les cabales étaient également caractéristiques de l’action de toute une série d’autres affranchis qui avaient en commun d’avoir été placés à la tête de services administratifs au début du Principat.

Le personnel administratif

  • 34 Cf. Boulvert, ibid., p. 91-191
  • 35 Sur la lenteur du processus qui transforma l’ordre équestre en un réservoir de fonctionnaires au s (...)

22La mainmise du prince sur Rome et l’Empire était si grande que certains affranchis impériaux se virent reconnaître très vite un rôle de première importance dans le gouvernement et l’administration impériale. Auxiliaires et agents indispensables du régime, ils étaient affectés dans les bureaux des capitales provinciales et des domaines impériaux, notamment en tant que secrétaires ou comptables, mais aussi dans les différents services de la chancellerie centrale au contact direct avec le pouvoir impérial. Ils pouvaient également assister le prince et les membres de la famille impériale comme appariteurs, pédagogues, voire comme familiers ou conseillers. Plus que l’exercice de leurs fonctions proprement dites, c’est la proximité avec le pouvoir impérial qui leur valut une position sociale qui dépassait de loin celle des affranchis de simples particuliers. Elle donna également une influence politique et une richesse financière considérables à une série d’affranchis impériaux qui dirigeaient depuis Rome les grands bureaux de l’administration provinciale. Ce phénomène atteignit son paroxysme sous Claude lorsqu’une vaste réforme réorganisa l’ensemble de la structure qui était au service du prince et transforma la demeure du prince en véritable siège de l’administration impériale34. On connaît les noms de quatre affranchis influents nommés par Claude à la tête de grands services : Narcisse, responsable de la correspondance impériale (ab epistulis) ; Pallas, faisant fonction de ministre des finances (a rationibus) ; Polybe, chargé d’effectuer des enquêtes diverses (a studiis) ; Calliste, compétent pour les pétitions adressées au prince (a libellis). Entretenant en raison de leurs activités des rapports étroits et permanents avec le pouvoir impérial, ces fidèles du prince apparaissaient comme des membres éminents de la cour et profitèrent de la faveur impériale pour peser sur les décisions prises par Claude. Même si elle a été exagérée par les auteurs anciens, l’influence des affranchis impériaux était bien réelle et a constitué un des principaux griefs des sources antiques contre le phénomène de cour, les aristocrates romains ne pouvant accepter d’être évincés d’un point de vue politique par des personnages issus d’une couche sociale considérée comme inférieure à la leur. Elle diminua au fil du temps avec la nomination de chevaliers à la tête des grands bureaux palatins, changement qui contribua à placer dans l’entourage proche du prince des membres du second ordre de la société romaine et à faire davantage coïncider la hiérarchie aulique avec la structure de la société romaine. L’entrée des représentants de l’ordre équestre dans l’administration impériale se fit toutefois avec une extrême lenteur : c’est seulement à partir des Flaviens et essentiellement sous les Antonins que les chevaliers commencèrent à exercer des fonctions qui les faisaient entrer en relation étroite avec le prince (a rationibus, ab epistulis, a libellis, etc.)35. Les affranchis impériaux ne disparurent pour autant du personnel administratif, mais ils furent progressivement nommés à des postes subalternes et placés sous la direction de chevaliers.

Les « amis » du prince

  • 36 Cf. notamment John Crook, Consilium principis. Imperial Counsels and Counsellors from Augustus to (...)
  • 37 « Imperial Court », loc. cit., p. 291-295.
  • 38 Dion, LXIV, 2, 3.
  • 39 Dion, LXIX, 7, 3.
  • 40 Pour plus de détails, cf. Winterling, Aula Caesaris, op. cit., p. 161-194.

23Comme les fivloi des rois hellénistiques, les amici principis entretenaient avec le prince des relations d’amicitia formalisée qui leur permettaient d’entrer en contact avec le pouvoir impérial. Il existe sur ce sujet des recherches prosopographiques qui ont pour objet d’identifier les « amis » des empereurs et proposent des listes, bien sûr lacunaires étant donné l’état de notre documentation36. Cette question a été reprise récemment par A. Wallace-Hadrill et A. Winterling, mais dans une perspective plus large qui cherche notamment à mieux définir la composition sociale de l’entourage du prince. La place des sénateurs au sein d’une telle structure y apparaît comme un problème central qui fait l’objet dans l’une et l’autre synthèses d’analyses développées, mais qui donne lieu finalement à des conclusions divergentes. A. Wallace-Hadrill développe l’idée que les sénateurs dominaient la cour impériale dès l’époque julio-claudienne37. Traitant d’une période plus longue qui inclut toute la période antonine, A. Winter­ling est au contraire plus sensible à l’évolution d’une aula qui ne se serait que progressivement aristocratisée : à la grande influence des chevaliers et des affranchis impériaux aurait succédé à partir des Flaviens et surtout sous les Antonins une emprise de plus en plus marquée des sénateurs. Il faut reconnaître d’emblée que l’historien allemand a abordé une telle question dans toute sa complexité et sous tous ses aspects. Après avoir souligné les difficultés méthodologiques que pose la définition même du statut d’amicus principis, il distingue trois catégories principales (cf. infra, p. 195-198), qui étaient fonction du degré de proximité avec le prince et dont la composition sociale se modifia. Le changement le plus fondamental aurait concerné la place des sénateurs au sein d’une telle structure. Sous les Julio-Claudiens, si les sénateurs faisaient tous partie de la troisième catégorie et rencontraient à ce titre le prince dans le cadre formel de la salutation matinale (cf. infra) ou des réunions du Sénat, peu d’entre eux auraient été admis dans les première et deuxième catégories, plus proches du prince. Une évolution sensible eut lieu lorsque Vitellius convia tous les jours à ses repas du soir « les premiers et les plus influents » de Rome38. Il faut comprendre selon A. Winterling que les sénateurs éminents appartenaient désormais en tant que tels à la deuxième catégorie des amici principis. Le processus d’« aristocratisation » de la cour impériale aurait été achevé à partir du moment où « Hadrien avait toujours avec lui à Rome et à l’extérieur les meilleurs39 », témoignage interprété par l’historien allemand comme le signe que les plus importants des sénateurs étaient devenus ès qualité des amici principis de la première catégorie40. Un tel schéma fut toutefois remis en question sous Commode, mais de façon temporaire.

  • 41 À ce sujet, les travaux de Ronald Syme ont contribué à mieux définir la place des sénateurs au sei (...)
  • 42 Cf. le stemma très complet inséré dans la monographie de Dietmar Kienast, Augustus. Prinzeps und M (...)

24Les travaux de A. Winterling constituent sans conteste une avancée notable qui permet de mieux définir la question si fondamentale des rapports entre le pouvoir impérial et la plus haute aristocratie romaine. Fondées sur une étude rigoureuse des sources, les conclusions générales ne semblent pas devoir être contestées. Seule mérite à mon sens d’être nuancée l’analyse minimaliste de la place des sénateurs dans l’entourage des Julio-Claudiens. Tout particulièrement discutable est l’idée qu’en ce qui concerne les amici principis de la première catégorie au début du Haut-Empire, leur proximité avec le prince était inversement proportionnelle à leur statut social (infra, p. 196 et n. 74). Or l’influence exceptionnelle de chevaliers comme Mécène, Sallustius Crispus ou Séjan ne doit pas faire oublier que dès Auguste, un nombre non négligeable de sénateurs faisait partie de l’entourage proche du prince et fréquentait assidûment la demeure impériale, à un rang qui plus est supérieur. Les recherches prosopographiques ont bien montré que de nombreuses grandes familles aristocratiques de Rome avaient été intégrées au sein même de la dynastie impériale dès l’avènement du nouveau régime par le biais des alliances matrimoniales41. Agrippa, le second mari de Julie – la fille d’Auguste – et le fidèle ami d’Auguste, n’est peut-être pas le meilleur exemple, dans la mesure où il était un homo novus. On connaît en revanche de nombreux sénateurs issus de gentes prestigieuses qui avaient épousé les princesses de la dynastie – fille, petites-filles, arrière-petites-filles, nièces et petites-nièces d’Auguste : Tiberius Claudius Nero (le futur empereur Tibère) et son frère Nero Claudius Drusus (Drusus l’Ancien), qui étaient les fils de sa seconde épouse Livie ; L. Aemilius Paullus ; M. Iunius Silanus Torquatus ; Iullus Antonius ; Paullus Aemilius Lepidus ; L. Domitius Ahenobarbus ; P. Quinctilius Varus ; C. Passienus Crispus ; Valerius Messala Barbatus ; Faustus Cornelius Sulla ; C. Appius Iunius Silanus42… Tous ces personnages appartenaient à la dynastie julienne en tant que membres d’une structure familiale élargie, la domus, qui englobait tous les parents d’Auguste par alliance. Ils étaient des familiares du prince et formaient à ce titre le noyau même de l’entourage impérial dès le Principat d’Auguste. Si le modèle forgé par A. Winterling rend compte du processus d’intégration de l’ordre sénatorial dans l’aula Caesaris, il ne doit pas occulter qu’Auguste réussit à assurer la continuité de son régime parce qu’il avait su établir des relations privilégiées avec l’ordre sénatorial.

Les conseillers

  • 43 Cf. à ce sujet l’article de synthèse de Werner Eck, « The Emperor and his Advisers », A. K. Bowman (...)
  • 44 L’ouvrage de référence reste la monographie de Crook, ibidem. Cf. aussi Francesco Amarelli, Consil (...)

25À partir du moment où Auguste parvint à consolider le régime qu’il avait créé, l’aula Caesaris représentait le centre du pouvoir politique parce que c’était avec le concours de son entourage que le prince dirigeait Rome et son Empire, le Sénat et les comices se contentant de ratifier des mesures prises auparavant au sein de la résidence impériale. Il pouvait compter à ce titre sur l’aide de « conseillers », mais ce terme reste imprécis et recouvre plusieurs catégories de personnes43. Il faut naturellement mentionner en premier lieu ceux et celles qui pouvaient influencer de manière informelle le prince sur les décisions à prendre parce qu’ils (elles) avaient l’avantage de rencontrer et de s’entretenir régulièrement avec le prince : par exemple les parents proches comme l’épouse, les frères et sœurs, les fils et filles, etc. ; certains affranchis impériaux, notamment le a cubiculo ; des hommes de confiance qu’ils avaient nommés à des postes sensibles comme les préfets du prétoire ou des amis intimes dont Agrippa et Mécène constituent les modèles. Nul doute que les avis de ces individus pesaient sur le processus de prise de décision, mais le caractère privé, voire secret, de telles entrevues ne permet pas toujours de pénétrer dans l’intimité de la cour impériale. Il existait également, mais à part, un groupe de conseillers en bonne et due forme qui formaient ce qu’on appelait le consilium principis, le « conseil du prince » : il s’agissait d’un conseil qui débattait de la politique à suivre et assistait le prince à ce sujet, mais qui ne fut jamais reconnu officiellement comme une institution de la Res publica. Les affranchis impériaux n’en faisaient pas partie ; y étaient admis les membres de l’aristocratie choisis parmi les amici principis, des chevaliers et des sénateurs. Un autre conseil formé exclusivement de sénateurs et chargé de préparer les séances du Sénat fut mis sur pied par Auguste, mais il disparut sous Tibère44.

Vivre à la cour impériale : le cérémonial

  • 45 Sur cette double fonction du cérémonial, cf. la belle étude de Elisabeth Hermann-Otto, « Der Kaise (...)
  • 46 Cf. Marc Aurèle, Pensées, I, 17, 5 qui utilise dans son sens péjoratif le susbstantif kovmpoı (« b (...)

26La présence autour du souverain d’un entourage formant une cour suppose l’existence d’un mode de relations sociales fondées sur une forme de communication politique qui exprimait l’allégeance des « courtisans » à l’égard du pouvoir en place. On parle d’ordinaire à ce propos de cérémonial, défini comme un ensemble de règles formelles qui étaient observées par le souverain et en sa présence et dont les principales manifestations se mirent peu à peu en place dès le Principat d’Auguste. Il constituait un moyen d’auto-représentation monarchique et venait en même temps refléter les relations entre le pouvoir impérial et les différentes couches sociales de Rome45. C’est en ce sens qu’il peut être défini comme l’expression d’une interaction entre le prince et la société. Le prince utilisait ses apparitions ritualisées pour exprimer à l’égard de ses proches ses faveurs ou au contraire signifier leur disgrâce – notamment sous la forme d’un renoncement formel à l’« amitié » qui les liait. Le cérémonial représentait dans ces conditions pour l’entourage du prince une chance de promotion sociale qui entrait en concurrence avec l’organisation traditionnelle de la société romaine fondée sur la naissance, le cens et l’exercice de magistratures. Dans la mesure où il introduisait un facteur d’instabilité sociale, il suscita les critiques pour son inclination naturelle à substituer le bon vouloir du prince à l’idéal de la cité. Les sources antiques reprochent à la cour impériale notamment le faste46, l’instabilité que génère la proximité du pouvoir et la complaisance à l’égard du prince assimilée à de la basse flatterie. La faiblesse et la lâcheté du Sénat romain constituent en particulier un des thèmes favoris de Tacite, qui dénonce de façon générale l’attitude des sénateurs sous le terme d’adulatio, que l’on a pu traduire par « courtisanerie » ou « esprit courtisan ». Mais il s’agit là de jugements moralisants qui peuvent être interprétés, dans une perspective plus sociologique, comme une réaction à un nouveau mode de communication politique : ils signifient d’abord que dans une société romaine dominée par la cour impériale, l’éloge du prince était tout naturellement devenu un des moyens pour instaurer un dialogue avec le pouvoir, et s’attirer ses faveurs.

27Une anecdote racontée par l’Histoire Auguste illustre bien la fonction dévolue à l’éloge du prince :

  • 47 Vie d’Hadrien, 15, 12-13 (trad. André Chastagnol, ibidem).

« Un jour, Hadrien critiqua Favorinus [un philosophe et rhéteur originaire d’Arles, ami intime de l’empereur] pour une expression qu’il avait employée et celui-ci accepta la remontrance ; les amis de Favorinus lui reprochèrent alors d’avoir cédé à tort à Hadrien sur l’usage de ce terme qu’avaient fréquemment utilisé des auteurs confirmés ; mais il suscita une grande hilarité quand il leur rétorqua : “Vous n’êtes vraiment pas de bon conseil, mes amis, vous qui n’admettez pas que je considère comme le plus savant des hommes celui qui dispose de trente légions”47. »

28Malgré les moqueries dont il fut l’objet, Favorinus exprimait à sa manière le sentiment que le titulaire du pouvoir impérial était un personnage à part doté de toutes les qualités et avec lequel les rapports étaient codifiés.

29Des formes solennelles étaient respectées lors de cérémonies exceptionnelles telles que l’avènement du prince, ses funérailles, son départ de Rome (profectio), son retour dans cette même ville ou son arrivée dans une quelconque cité lors d’une tournée d’inspection (adventus). À Rome, le pouvoir impérial se mettait en scène plus régulièrement lors des spectacles, avec d’autant plus d’efficacité qu’il contrôlait de telles manifestations de masse à la fois par une législation complexe qui lui réservait l’organisation des spectacles les plus généreux, une mainmise sur le calendrier ludique et un monopole édilitaire. Mais les relations formelles du prince avec les Romains prirent un tour quotidien avec deux réceptions localisées dans la demeure impériale : la salutation publique ; les repas du soir, qui accueillaient un nombre plus restreint d’invités que la salutation publique. Loin d’être figés, les usages liés à la présence physique du pouvoir impérial connurent aux deux premiers siècles de notre ère de multiples inflexions sous l’effet de deux facteurs dont il convient d’évaluer l’importance respective : la personnalité des princes qui se succédèrent d’Auguste à Domitien ; la place croissante prise dans la société romaine par l’aula Caesaris.

La salutation publique

  • 48 Cf. Suét., Vesp., 4, 4 (prohibitus non contubernio modo sed etiam publica salutatione) et 14 (inte (...)
  • 49 Cf. Winterling, Aula Caesaris, op. cit., p. 122-123.
  • 50 Suét., Nér., 37, 3.

30À l’aube avait lieu dans la résidence du prince la « salutation publique », cérémonie au cours de laquelle le prince et les membres les plus importants de sa famille étaient salués conformément à des rapports de clientèle propres à la tradition romaine. Il s’agissait d’une pratique de l’époque républicaine utilisée par la cour impériale à un degré tel qu’elle permettait au pouvoir impérial de manifester son patronage sur l’ensemble de la société romaine. L’accès au lieu de résidence du prince lors de la salutation était contrôlé et à l’occasion refusé à ceux et celles qui étaient tombés en disgrâce comme le futur empereur Vespasien pendant une partie du règne de Néron48. Si un tel rituel social s’appliquait à l’ensemble du populus Romanus49, il concernait au premier rang les sénateurs jouissant dans leur ensemble de l’amicitia impériale et soulignait de manière toute symbolique la primauté sociale de la dynastie impériale sur toutes les autres domus aristocratiques. Aux sénateurs était réservé à cette occasion le geste du baiser, que le prince leur rendait. Attestée dans le monde grec à l’époque hellénistique et à Rome à la fin de la République, une telle coutume apparaissait comme une marque d’intimité entre le prince et l’aristocratie romaine. A contrario, Néron refusa à son retour de Grèce le baiser à tous les sénateurs pour exprimer son mécontentement à leur égard50.

  • 51 Suét., Vit., 2, 5, qui ajoute que par la suite, « pour se rendre par tous les moyens agréable à Cl (...)
  • 52 Suét., Cal., 52 qui ajoute que « tantôt il chaussait des sandales ou des cothurnes, tantôt des bot (...)
  • 53 Dion, LVI, 26, 3.
  • 54 A.Winterling, Aula Caesaris, op. cit., p. 127-138.
  • 55 Cette conclusion ressort d’une lecture attentive de plusieurs passages de Sénèque (Ben., VI, 33, 4 (...)
  • 56 Cf. Suét., Vesp., 21, qui précise qu’ »après avoir défriché la totalité du courrier des offices et (...)
  • 57 Cf. pour l’époque de Lucius Verus Fronton, Ad Verum Imp., I, 7, 1.

31La salutation publique apparaît comme une des manifestations les plus remarquables de la visibilité et de l’accessibilité des différents princes des deux premiers de notre ère : elle constituait à ce titre un élément important de la mise en scène du pouvoir impérial. Caligula, Néron, Domitien ou Commode adoptèrent à cette occasion une attitude qui tranchait avec celle des princes traditionalistes et introduisait de nouvelles pratiques, mais ils ne réussirent pas à implanter durablement de telles pratiques contraires à la tradition romaine. On sait par exemple que L. Vitellius, un sénateur père du futur empereur, n’osait approcher Caligula autrement que la tête voilée et tournant sur lui-même et se jetait ensuite à ses pieds51, mais cette pratique de la proskynèse venue de la royauté perse ne fut adoptée aux deux premiers siècles de notre ère qu’épisodiquement et il fallut attendre l’Antiquité tardive pour qu’elle se généralisât. Caligula portait également lors de la salutation non pas l’habit traditionnel que constituait la toge, mais un type particulier de vêtement, la paenula, brodé de diverses couleurs et semé de pierres précieuses52, expérience originale qui ne lui survécut pas non plus. Si on laisse à part les excentricités sans lendemain de ceux qui étaient considérés comme de « mauvais empereurs », l’évolution du cérémonial tel qu’il se manifestait au moment de la salutation transparaît, de manière plus fondamentale à mon sens, dans les changements graduels qui touchèrent l’organisation pratique des réceptions impériales matutinales. Alors que sous Auguste, les sénateurs, les chevaliers et de nombreux individus défilaient au sein d’une demeure impériale encore modeste pour saluer le prince qui était alors assis ou même couché et qui devait se trouver dans sa propre chambre53, la construction d’un palais à partir du milieu du ier siècle transforma concrètement la manière dont les salutatores étaient reçus par le prince. On sait gré à A. Winterling d’avoir étudié sur nouveaux frais une telle question, jusque-là négligée par l’historiographie54. Il est parvenu sur ce sujet à plusieurs résultats novateurs qu’il vaut la peine de récapituler. Il a tout d’abord souligné que l’existence généralement admise d’une hiérarchie qui aurait distingué les visiteurs matutinaux en première ou seconde audience selon qu’ils étaient plus ou moins proches du prince ne reposait sur aucune source et était une invention de l’historiographie contemporaine influencée par la pratique des « entrées » lors du lever du roi de France sous Louis XIV. Une telle conclusion négative ne signifie pas que les relations avec le prince lors de la salutatio ne se soient pas pour autant formalisées au fil du temps. Une relecture attentive des sources a permis à A. Winterling d’avancer l’idée que les salutatores n’étaient accueillis ni tous ensemble ni par groupes successifs dans un même lieu, mais ils étaient répartis en fonction de leur rang social dans différentes pièces du palais dans chacune desquelles le prince se déplaçait55. Il existait donc un protocole minutieux qui présentait la particularité de différencier les personnes présentes le matin dans le palais en fonction d’un critère spatial. Dans cet esprit, l’accès dans la chambre même du prince (le cubiculum) à son lever devint naturellement une des marques les plus visibles de la faveur impériale. On sait que Vespasien y admit ses amis les plus proches pour la salutation56. Il en résulte que le plus grand des honneurs était d’entrer le premier dans le cubiculum du prince et d’y recevoir le baiser avant tous les autres57. Si les éléments de la salutation publique furent mis très tôt en place au sein des domus aristocratiques de l’époque républicaine, ils connurent avec la création du régime impérial et sa consolidation une codification qui nous autorise à parler de pratiques de cour.

Les repas du soir

  • 58 Cf. en particulier Suét., Aug., 74, qui précise en citant Valerius Messala qu’ »Auguste n’invita j (...)
  • 59 On comparera par exemple la simplicité de Tibère qui accueillait les consuls à l’entrée près de la (...)
  • 60 Suét., Cl., 32, 1.

32Autre pratique sociale en vigueur à la fin de la République exploitée par le régime impérial, les repas du soir (les convivia) constituaient une autre circonstance qui réunissait dans la demeure impériale le prince et son entourage. Les banquets impériaux – qu’il ne faut pas confondre avec les banquets publics – concernaient en priorité dès le Principat d’Auguste l’aristocratie romaine proche du prince, chevaliers et sénateurs58, ainsi que le cas échéant leurs épouses et leurs enfants. Conformément à un protocole minutieux propre à tout convivium, les invités étaient installés à des places déterminées par leur statut social. On observe à propos des banquets impériaux une évolution semblable dans les grandes lignes à celle qui vient d’être soulignée pour la salutation publique : chacun des empereurs imprimait à ses invitations du soir un style qui correspondait à sa propre pratique du pouvoir impérial59. Mais le changement le plus durable fut l’ampleur croissante prise par des convivia qui accueillaient de plus en plus de sénateurs. Une étape importante est à situer sous Claude avec l’organisation de repas qui pouvaient compter au sein de la résidence impériale jusqu’à six cents convives60. À partir de la fin du règne de Domitien, les banquets impériaux eurent lieu désormais dans un cadre topographique monumental et valorisé, le triclinium de la domus Flavia appelé la cenatio Iovis, la « salle à manger de Jupiter ».

Conclusion : modèles et évolution de la cour impériale

33À partir du moment où Auguste mit en place un nouveau régime, il ressentit le besoin de disposer à ses côtés d’un espace qui pouvait à la fois accueillir un vaste entourage et refléter son autorité sur Rome et son Empire. Les cours hellénistiques, que les Romains avaient bien connues, représentaient dans cette perspective un précédent auquel Auguste songea immanquablement et qui constitua sans nul doute un élément de référence. La preuve en est que le vocable latin aula fut forgé à partir du terme grec aujlhv. On mentionnera également dans cette même perspective l’adoption sur le Palatin d’une structure spatiale qui associait la demeure privée du prince à un temple, des portiques, des bibliothèques et un édifice de spectacle et qui dérivait d’un modèle hellénistique, attesté à Pergame. Mais pour des raisons liées aux circonstances, la filiation avec les cours des rois grecs ne pouvait être revendiquée directement : elle devait être seulement suggérée avec une grande prudence et non sans ambiguïté, ce qui convenait tout compte fait au mode de langage propre aux réalisations urbanistiques.

  • 61 Cf. Rolf Rilinger, « Domus und res publica. Die politisch-soziale Bedeutung des aristokratischen “ (...)

34Le régime fondé par Auguste reposait sur une victoire remportée sur le dernier souverain hellénistique, la reine Cléopâtre. À ce titre, le premier empereur n’eut de cesse d’afficher ouvertement une rupture avec les pratiques hellénistiques et d’adopter une politique traditionaliste fondée sur le mos maiorum. On comprend mieux dans ces conditions la distance qui séparait d’un point de vue formel la cour romaine des cours hellénistiques. À Rome, l’aula Caesaris apparaissait pour le pouvoir en place comme une nécessité qui devait être présentée au départ non pas comme une nouveauté radicale et d’origine étrangère, mais sous l’angle de la continuité. Les grandes domus romaines d’époque républicaine servirent à cet effet d’autant plus naturellement de modèle à Auguste qu’elles avaient connu tout au long des deux derniers siècles avant notre ère une évolution qui les avait transformées en « proto-cours61 ». On mesure mieux aujourd’hui dans quelle mesure elles finirent par créer une structure qui réunissait les conditions topographique, sociale et sociologique propices à la formation de la future cour impériale. Agrandies et embellies, les résidences des aristocrates romains prirent à l’époque tardo-républicaine une part croissante dans l’auto-représentation et la carrière politique de leur propriétaire ; fondé sur le personnel domestique, les clients et les amis, leur entourage s’accrut de manière considérable ; localisées au sein de la domus, les pratiques traditionnelles de la salutatio et du convivium se développèrent en forme de communication qui avait pour objet de manifester le rang politique et social de la famille. La cour impériale est issue en bonne partie de la maison aristocratique romaine de la fin de la République et en représente le prolongement extrême, mais elle présente la particularité de surpasser dès le Principat d’Auguste toutes les autres domus à plus d’un titre : par l’acquisition sur le Palatin d’un vaste ensemble spatial, au sein duquel la maison d’Hortensius demeura le noyau central et qui se caractérisait par une confusion progressive du privé et du public ; par la formation d’un large entourage qui comprenait un personnel domestique et administratif ainsi qu’un réseau d’« amis » et qui était dominé par une nouvelle structure familiale élargie comprenant de nombreux sénateurs ; par une organisation de la salutatio et du convivium qui mettait en scène la suprématie du prince sur la société romaine, et plus particulièrement sur l’ensemble des sénateurs. C’est précisément cette forte différenciation qui nous autorise à parler de cour impériale dès l’époque d’Auguste, mais il s’agissait alors d’une structure cachée et en devenir qui se renforça au fil des successions.

  • 62 Ira, II, 33, 2 ; cf. aussi Tranq., VI, 2 ; Octavia, 285. On sait que Tacite utilise le terme aula (...)
  • 63 Cf. Suét., Cl., 10, 3 ; et avec plus de précisions Jos., BJ, II, 204-214 ; AJ, XIX, 162-273.

35Une étape importante de l’évolution de l’aula Caesaris se situe au milieu du ier siècle, à cheval sur les Principats de Claude et de Néron. La demeure impériale, consistant jusqu’alors en une suite discontinue d’édifices privés et publics, commença à se transformer en un palais unitaire qui devint le centre de l’administration impériale et le siège d’un personnel domestique réorganisé et de plus en plus nombreux ; quant aux réceptions du matin dans le cadre de la salutatio et de la soirée pour le repas, elles se formalisèrent pour se présenter comme les éléments centraux d’un cérémonial. Ce n’est pas un hasard si le terme aula est utilisé à propos du régime en place à Rome précisément à partir des premières années du Principat de Claude, en l’occurrence par Sénèque dans le traité Sur la colère (De ira)62. C’est le signe qu’à la mort de Caligula, après l’échec de la tentative visant à restaurer la République63, le Principat paraissait suffisamment consolidé pour que fût reconnue officiellement l’existence d’une structure qui tirait son nom de la dénomination des cours hellénistiques.

36Au fil des règnes et des dynasties, la place de l’aula Caesaris se renforça à Rome même, notamment avec la construction sous Domitien d’un palais destiné à durer. Plus que les expériences novatrices malheureuses et sans lendemain de princes comme Néron, Domitien ou Commode, l’intégration lente, mais systématique, de l’aristocratie romaine au sein de la cour impériale représentait sans conteste un succès durable de la politique impériale, atteint à partir d’Hadrien. La volonté de faire coïncider la hiérarchie aulique avec l’organisation sociale traditionnelle, même si elle pouvait être remise à tout moment en question dans une structure qui reposait sur la proximité avec le prince, était apparue comme la seule manière de faire accepter l’existence d’une cour par une société qui n’a jamais reconnu le moindre prestige à la condition de « courtisan ». C’est dans ce sens que A. Winterling parle d’« institutionnalisation » de l’aula Caesaris dans le titre d’un livre qui fera désormais référence.

Notes

1 Les déplacements du prince dans des résidences secondaires situées en Italie à proximité de Rome ne sont pas ici pris en compte.

2 Sur cette nouvelle structure familiale, élargie, cf. Mireille Corbier, « La Maison des Césars », P. Bonté (dir.), Épouser au plus proche. Inceste, prohibitions et stratégies matrimoniales autour de la Méditerranée, Paris, 1994, p. 243-291.

3 Marc Aurèle, Pensées, VIII, 31, 1 (trad. CUF).

4 Marc Aurèle, Pensées, X, 27 (trad. CUF).

5 Représentatif de cet état d’esprit, l’ouvrage de Jean Gagé, Les classes sociales dans l’Empire romain, Paris, 1964, p. 197, nie l’existence à Rome d’une cour impériale avant les Sévères en développant un argument comparatif qui est loin de faire autorité, mais qui en dit long sur l’influence du modèle représenté par la cour de Louis XIV sur la définition même de la notion de cour : « Avons-nous le droit de parler d’une cour impériale ? Tardivement seulement, et c’est bien un des points où la différence est grande, dans les rapports avec l’aristocratie et les classes bourgeoises, entre le pouvoir impérial (du Haut-Empire) et le pouvoir monarchique des États d’Ancien Régime. Dans la France de Louis XIV et jusqu’à Louis XVI, une noblesse de cour s’est distinguée à la fois de la noblesse restée sur ses terres provinciales et de la bourgeoisie parisienne la plus ancienne et la plus éclairée : pour la culture et la mode autant que pour la psychologie politique, il a fallu à tout observateur (un La Bruyère par exemple), distinguer entre la “Ville” et la “Cour” ; séparation rendue fort claire par le long séjour de cette cour à Versailles. Lors même qu’une différence analogue paraît s’établir entre la résidence romaine de l’empereur et la vie sociale des sénateurs dans les autres quartiers de la même capitale, la situation est tout autre ; il n’y a pas eu de cour impériale proprement dite, au moins avant le temps des Sévères, en ce qu’il n’y a pas eu de particuliers, d’origine clarissime, vivant en permanence et avec leurs familles auprès du prince et sur ses subventions. » Il est caractéristique que dans une récente et excellente synthèse en langue française sur le Haut-Empire romain (Rome et l’intégration de l’Empire, 44 av. J.-C.-260 apr. J.-C., t. I : Les structures de l’Empire romain, François Jacques & John Scheid [éd.], Paris, 1990), J. Scheid ne consacre aucun chapitre à la cour impériale et évite même d’utiliser ce vocable.

6 Sur ces questions d’historiographie, cf. le premier paragraphe de l’article de A. Winterling traduit infra, p. 185.

7 « The Imperial Court », A. K. Bowman, E. Champlin & A. Lintott (éd.), Cambridge Ancient History, X (The Augustan Empire, 43 B.C.-A.D. 69), 2e éd., Cambridge University Press, 1996, p. 283-308 ; cf. aussi idem, Augustan Rome, Londres, 1993, p. 25-42.

8 A. Winterling, Aula Caesaris, Studien zur Institutionalisierung des römischen Kaiserhofes in der Zeit von Augustus bis Commodus (31 v. Chr.-192 n. Chr.), Munich, 1999. A.Winterling a également coordonné deux ouvrages collectifs : le premier étudie dans une perspective comparative les cours antiques depuis l’époque hellénistique jusqu’à l’Antiquité tardive (Zwischen « Haus » und « Staat » : antike Höfe im Vergleich, Munich, 1997) ; le second est consacré à la cour impériale durant l’Antiquité tardive (Comitatus, Beiträge zur Erforschung des spätantiken Kaiserhofes, Berlin, 1998).

9 Ce paradoxe a été tout particulièrement étudié dans le dernier paragraphe de l’article de A.Winterling traduit infra, p. 205.

10 Il ressort en effet des travaux de A.Winterling que les Romains ont gardé de la cour une image fortement négative qui ne peut être réduite à un poncif rhétorique ou à des oppositions ponctuelles, mais à laquelle la philosophie politique donne une justification plus fondamentale : la cour a suscité les critiques pour son inclination naturelle à substituer à l’idéal de la cité la faveur royale ou impériale. Elle n’a jamais vraiment atteint un tel objectif en raison du prestige des institutions poliades, resté intact après et en dépit de l’apparition à Rome d’une monarchie impériale.

11 Le Pain et le cirque, Paris, 1976, p. 682-685 où il est précisé que l’Antiquité étant l’ère des cités et non des cours, « la cité de Rome, la Ville par excellence, tiendra lieu de Cour pour les empereurs, qui lui donneront le pain et le Cirque comme ils auraient nourri leurs courtisans et lui auraient donné des ballets » ; cf. aussi p. 619-621.

12 Sur la délicate question de la localisation de l’auguratorium du Palatin, cf. la notice de Filippo Coarelli, « Auguratorium », E. M. Steinby (dir.), Lexicon Topographicum Vrbis Romae, vol. I, A-C, Rome, 1993, p. 143.

13 D.H., XIV, 2, 2.

14 Cf. Annapaola Zaccaria Ruggiu, Spazio privato e spazio pubblico nella città romana, Rome, 1995, en particulier p. 311-437. On signalera également que les résidences urbaines des couches dirigeantes romaines des Gracques à Auguste ont été récemment étudiées dans une perspective politique par Jean-Pierre Guilhembet dans le cadre d’une thèse de doctorat française, dont on peut lire un résumé dans L’Information historique, 58, 1996, p. 185-197.

15 On consultera en priorité sur cette question la monographie de Manuel Royo, Domus imperatoriae. Topographie, formation et imaginaire des palais impériaux du Palatin (iie siècle av. J.-C.-ier siècle apr. J.-C.), Rome, 1999. Cf. aussi de M. Royo deux articles intéressant notre sujet : « De la Domus Augusti au Palatium Caesarum : nouvelles approches et bilan des vingt dernières années de recherches sur le Palatin impérial (Ier s. av. J.-C.-IIIe s. apr. J.-C.) », Pallas, 55, 2001, p. 53-88 ; « Le Palatin entre les IIe et vie siècles apr. J.-C. : évolution topographique », à paraître dans RA, 2001 (je remercie chaleureusement Manuel Royo de m’avoir fait parvenir des copies de ses deux articles avant leur publication). On consultera également avec profit Pierre Gros, L’architecture romaine du début du iiie siècle av. J.-C. à la fin du Haut-Empire, t. 2 : Maisons, palais, villas et tombeaux, Paris, 2001, p. 231-261.

16 Suét., Aug., 72, 1.

17 Cf. Pierre Gros, « Le palais hellénistique et l’architecture augustéenne : l’exemple du complexe du Palatin », Basilieia, die Paläste der hellenistichen Könige. Actes du colloque de Berlin du 16-12 au 20- 12-1992, Mayence, 1996, p. 234-239.

18 Si ce terme était utilisé dès l’époque augustéenne, il était alors réservé aux cours étrangères (cf. infra, p. 191, n. 42).

19 AJ, XIX, 115-117.

20 Domus imperatoriae, op. cit., p. 300.

21 Suét., Cal., 22, 3.

22 L’architecture romaine, op. cit., p. 258-260.

23 Histoire Auguste, Vie d’Antonin le Pieux, 10, 4 ; Vie de Verus, 2, 4 et 6, 3-4 ; Vie de Marcus, 6, 3 ; Vie de Probus, 2, 1 ; Dion, LXXI, 35, 4 ; Fronton, Epist., IV, 5 ; Gell., XIII, 20, 1.

24 Cf. notamment Mart., VIII 36, 1-12 ; Stat., Silv., IV, 2, 18-44.

25 Vie de Pertinax, 11, 6.

26 « Le Palatin entre les iie et vie siècles apr. J.-C. », loc. cit., à paraître.

27 Cf. à ce propos le contenu de deux sénatus-consultes découverts dans l’ancienne province romaine de Bétique : la Tabula Siarensis (cf. Roman Statutes, M. H. Crawford [éd.], Londres, 1996, I, n° 37- 38, p. 507-548. On pourra aussi consulter par commodité la notice de l’Année épigraphique, 1984, 508 qui insère une traduction française de Patrick Le Roux ; cf. aussi AE, 1991, n° 20, qui tient compte à l’époque des dernières propositions de restitution et d’interprétation du texte et qui inclut une nouvelle traduction de Jean-Louis Ferrary de certains passages) ; le Senatus consultum de Cn. Pisone patre (cf. W. Eck, A. Caballos & F. Fernández, Das S.C. de Cn. Pisone patre, Munich, 1996). L’éloge du prince et de sa famille par le Sénat est attesté sous le Principat de Tibère, mais il a dû apparaître très tôt avec Auguste, sans doute dès les années 10 av. J.-C.

28 Cf. pour plus de développements Frédéric Hurlet, « Les sénateurs dans l’entourage d’Auguste et de Tibère. Un complément à plusieurs synthèses récentes sur la cour impériale », RPh, 74, 2000, p. 97-124.

29 Sur les lieux de réunion du Sénat sous le Haut-Empire, cf. en général Richard J. A. Talbert, The Senate of Imperial Rome, Princeton, 1984, p. 113-130.

30 Suét., Aug., 29, 3. Sur la curie du Palatin, cf. Domenico Palombi, « Curia in Palatio », Lexicon Topographicum Vrbis Romae, I, Rome, 1993, p. 334 (avec les références bibliographiques).

31 Comme l’ont souligné Marianne Bonnefond-Coudry, Le Sénat de la République romaine, de la guerre d’Hannibal à Auguste : pratiques délibératives et prise de décision, Rome, 1989, p. 176-182 et Filippo Coarelli, Guide archéologique de Rome, traduit en français par Roger Hanoune, Paris, 1994, p. 99.

32 Histoire Auguste, Vie d’Hadrien, 16, 10 (trad. André Chastagnol, Robert Laffont, coll. « Bouquins », Paris, 1994).

33 Sur le personnel domestique, cf. une liste donnée par Robert Turcan, Vivre à la cour des Césars d’Auguste à Dioclétien (Ier-iiie siècles apr. J.-C.), Paris, 1987, p. 51-63 ; cf. aussi Gérard Boulvert, Esclaves et affranchis impériaux sous le Haut-Empire romain, Naples, 1970, p. 23-35, dont la monographie est plus sensible à la dimension chronologique et met bien en évidence l’évolution de la domesticité au sein de la cour impériale.

34 Cf. Boulvert, ibid., p. 91-191

35 Sur la lenteur du processus qui transforma l’ordre équestre en un réservoir de fonctionnaires au service du prince, cf. Ségolène Demougin, L’ordre équestre sous les Julio-Claudiens, Rome, 1988. Pour l’époque flavienne et antonine, les recherches prosopographiques de Hans-Georg Pflaum constituent toujours une référence bibliographique indispensable (Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, I-III, 1960 ; Sup., IV, 1982).

36 Cf. notamment John Crook, Consilium principis. Imperial Counsels and Counsellors from Augustus to Diocletian, Cambridge, 1955, p. 148-190.

37 « Imperial Court », loc. cit., p. 291-295.

38 Dion, LXIV, 2, 3.

39 Dion, LXIX, 7, 3.

40 Pour plus de détails, cf. Winterling, Aula Caesaris, op. cit., p. 161-194.

41 À ce sujet, les travaux de Ronald Syme ont contribué à mieux définir la place des sénateurs au sein du nouveau régime : cf. notamment La Révolution romaine, traduit par R. Stuveras à partir de la 2e éd. de 1952, Paris, 1967 ; cf. aussi plus récemment The Augustan Aristocracy, Oxford, 1986.

42 Cf. le stemma très complet inséré dans la monographie de Dietmar Kienast, Augustus. Prinzeps und Monarch, 3e éd., Darmstadt, 1999.

43 Cf. à ce sujet l’article de synthèse de Werner Eck, « The Emperor and his Advisers », A. K. Bowman, P. Garnsey & D. Rathbone (éd.), Cambridge Ancient History, XI (The High Empire, A.D. 70-192), 2e éd., Cambridge University Press, 2000, p. 195-213.

44 L’ouvrage de référence reste la monographie de Crook, ibidem. Cf. aussi Francesco Amarelli, Consilia principum, Naples, 1983.

45 Sur cette double fonction du cérémonial, cf. la belle étude de Elisabeth Hermann-Otto, « Der Kaiser und die Gesellschaft des spätrömischen Reiches im Spiegel des Zeremoniells », P. Kneissl & V. Losemann (éd.), Imperium romanum. Studien zu Geschichte und Rezeption. Festschrift für K. Christ zum 75. Geburtstag, Stuttgart, 1998, p. 346-369.

46 Cf. Marc Aurèle, Pensées, I, 17, 5 qui utilise dans son sens péjoratif le susbstantif kovmpoı (« bruit retentissant et par extension jactance, vantardise ») pour rendre compte du luxe déployé à la cour et qui en énumère de façon critique les éléments caractéristisques : « gardes du corps, habits de parades, lampadaires, statues et autres choses analogues ».

47 Vie d’Hadrien, 15, 12-13 (trad. André Chastagnol, ibidem).

48 Cf. Suét., Vesp., 4, 4 (prohibitus non contubernio modo sed etiam publica salutatione) et 14 (interdicta aula).

49 Cf. Winterling, Aula Caesaris, op. cit., p. 122-123.

50 Suét., Nér., 37, 3.

51 Suét., Vit., 2, 5, qui ajoute que par la suite, « pour se rendre par tous les moyens agréable à Claude qui était le jouet de ses épouses et de ses affranchis, L. Vitellius demanda comme suprême faveur à Messaline qu’elle le laissât se déchausser ; et alors il allait portant sous sa toge et sa tunique le socque du pied droit de l’impératrice, et l’embrassait de temps en temps avec ferveur ».

52 Suét., Cal., 52 qui ajoute que « tantôt il chaussait des sandales ou des cothurnes, tantôt des bottes à l’usage des courriers, et parfois de légères chaussures de femmes » (cf. aussi Plin., NH, XXXVII, 17

53 Dion, LVI, 26, 3.

54 A.Winterling, Aula Caesaris, op. cit., p. 127-138.

55 Cette conclusion ressort d’une lecture attentive de plusieurs passages de Sénèque (Ben., VI, 33, 4 ; 34, 1-3) ; un autre témoignage intéressant est un passage de l’Histoire Auguste dans lequel les amis de Sévère Alexandre sont rangés par loci (Vie d’Alexandre Sevère, 20, 1 : moderationis tantae fuit, […] ut amicos non solum primi aut secundi loci sed etiam inferiores aegrotantes viseret).

56 Cf. Suét., Vesp., 21, qui précise qu’ »après avoir défriché la totalité du courrier des offices et les bulletins administratifs, il recevait en audience ses amis et, pendant que ceux-ci lui rendaient leurs devoirs (dum salutabatur), il s’habillait et se chaussait lui-même ».

57 Cf. pour l’époque de Lucius Verus Fronton, Ad Verum Imp., I, 7, 1.

58 Cf. en particulier Suét., Aug., 74, qui précise en citant Valerius Messala qu’ »Auguste n’invita jamais aucun affranchi à sa table, à l’exception de Menas, encore après l’avoir assimilé aux citoyens de naissance libre parce qu’il lui avait livré la flotte de Sextus Pompée » ; cf. aussi Dion, LVII, 11, 3 et 12, 5-6.

59 On comparera par exemple la simplicité de Tibère qui accueillait les consuls à l’entrée près de la porte et les raccompagnait à leur départ (Dion, LVII, 11, 3) avec l’attitude de son successeur Caligula qui fit savoir aux consuls avec une ironie d’un goût douteux qu’il suffisait d’un seul signe de sa tête pour les faire égorger tous les deux (Suét., Cal., 32, 3).

60 Suét., Cl., 32, 1.

61 Cf. Rolf Rilinger, « Domus und res publica. Die politisch-soziale Bedeutung des aristokratischen “Hauses” in der späten römischen Republik », A.Winterling (éd.), Zwischen « Haus » und « Staat » : antike Höfe im Vergleich, Munich, 1997, p. 73-90, qui entrevoit une rupture capitale au début des années 50 avec la création du premier triumvirat et le premier consulat de César : de tels événements politiques ont contribué à déplacer la vie politique dans un nombre de plus en plus restreint de domus.

62 Ira, II, 33, 2 ; cf. aussi Tranq., VI, 2 ; Octavia, 285. On sait que Tacite utilise le terme aula à propos du Principat de Tibère (Ann., I, 7, 5), mais il est clair que l’historien romain projette dans le passé la terminologie en vigueur à son époque. Sur les questions de terminologie, cf. en dernier lieu Winterling, Aula Caesaris, op. cit., p. 195-203.

63 Cf. Suét., Cl., 10, 3 ; et avec plus de précisions Jos., BJ, II, 204-214 ; AJ, XIX, 162-273.

Table des illustrations

Titre Figure 1. – Plan général du Palatin.D’après Royo, Domus imperatoriae, op. cit.
Légende 1. Temple de Cybèle2. Maison de Livie3. Maison d’Auguste4. Temple d’Apollon Palatin5. Domus Flaviaa. Tricliniumb. « Basilique »c. Aula regiad. « Lararium »6. Domus Augustana7. Domus Tiberiana8. Église et couvent de Saint-Sébastien9. Église et couvent de Saint-Bonaventure10. Clivus Victoriae11. « Stade » ou « hippodrome »12. Arc de Domitien13. Area palatina (augustéenne)14. Area palatina (flavienne)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19276/img-1.png
Fichier image/png, 4,1M

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search