Version classiqueVersion mobile

Rome, les Césars et la ville

 | 
Nicole Belayche

Première partie. La figure impériale dans l’espace urbain

Auguste et Vesta sur le Palatin

Augusto Fraschetti

Texte intégral

  • 1 Dion Cassius, 54, 27, 3. Sur la domus publica habitée par le grand pontife, voir F. Coarelli, Il F (...)
  • 2 Dion Cassius, 49, 15, 56 ; cf. S.Weinstock, Divus Julius, p. 277-278. Observons que dans RGDA, 10, (...)
  • 3 Voir respectivement Th. Mommsen dans CIL, I, 317 ; CIL, I2, 236 ; A. Degrassi, I. It. XIII, 2, 66 (...)
  • 4 M. Guarducci, « Vesta nel Palatino », MDAI(R), 71, 1964, p. 158 sqq. ; Ead., « Enea e Vesta », MDA (...)

1Après son élection au Grand Pontificat, le 6 mars de l’an 12 av. J.-C., le Sénat aurait voulu conférer à Auguste des honneurs si excessifs qu’il l’aurait obligé à se lever, dans un grand embarras apparent, et à quitter la séance. Dion Cassius ajoute que le prince à ce moment-là « ne reçut aucune demeure publique, mais qu’il rendit publique une partie de sa maison puisqu’il était absolument nécessaire que le grand pontife habite en koinoi ». Il aurait ensuite cédé « la maison du rex sacrorum aux vierges Vestales parce qu’un mur seulement la séparait de leur maison1« Déjà en 36 av. J.-C., lorsqu’« une maison ek tou demosiou » lui avait été accordée, Auguste avait pris soin de rendre « public le terrain qu’il avait acheté sur le Palatin pour y construire un édifice qu’il consacra à Apollon, après que la foudre s’y fut abattue2 ». Cette fois-ci, en 12 av. J.-C., afin de rendre « publique » une partie supplémentaire de sa propre maison, Auguste eut recours à Vesta. Dans les Fasti Caeretani, on lit en effet que ce jour-là était devenu fer(iae), bien entendu ex senatus consulto, puisqu’à cette occasion, in domo P(alatina) un signum avait été consacré à Vesta. L’inscription des Fasti Praenestini où Theodor Mommsen avait restitué [aedicul]a et [ara], semble plus discutable parce que très mutilée. En revanche, après confrontation avec les Fasti Caeretani, Attilio Degrassi compléta plus correctement [signu]m et [ara], niant donc l’existence d’un véritable temple de Vesta sur le Palatin3. Margherita Guarducci, au contraire, en soutint avec force et à deux reprises l’existence, en proposant à son tour la restitution [signu]m et [aedis]. Comme l’a fait remarquer Hans-Georg Kolbe, une telle restitution est cependant très improbable car la place manque sur le bord supérieur droit de cette tablette des Fasti Praenestini : les lettres y sont parfaitement alignées sur la marge supérieure droite et la restitution ara en trois lettres s’impose comme la seule possible, tandis que aedis déborderait largement l’alignement4.

  • 5 Je me permets de renvoyer à A. Fraschetti, Roma e il principe, Rome-Bari, 1990, p. 342 sqq. (trad. (...)

2Au moment d’examiner à nouveau cette question, nous allons faire une remarque préliminaire. Soutenir qu’Auguste a construit dans sa demeure du Palatin un deuxième temple de Vesta (même de dimensions plus réduites que celles du temple rond du Forum) impliquerait qu’Auguste lui-même ait voulu « dédoubler » la koine hestia, le « foyer commun » de la cité. J’ai dans le passé mis en évidence la grande ambiguïté ainsi que la particulière subtilité du projet du prince. Une fois qu’une statue et un autel auraient été érigés dans sa propre maison, la Vesta publique des Romains, divinité éminemment « communautaire » à l’intérieur de la cité, mais aussi apparentée (cognata) au prince puisqu’elle provenait de Troie, comme les Iulii, et qu’elle avait été portée par Énée en Italie, serait devenue le « foyer » de la demeure d’Auguste. Par conséquent, vénérée dans le temple rond du Forum en même temps que les Pénates publics du peuple romain, dans la maison d’Auguste, elle aurait été adorée en même temps que les Pénates du prince, divinités qui provenaient elles aussi de Troie. En résultait l’assimilation de fait des Pénates publics du peuple romain à ceux d’Auguste lui-même5. Puisque récemment encore on est revenu sur ce sujet en proposant jusqu’à l’identification topographique d’un temple présumé de Vesta sur le Palatin, nous allons reprendre l’examen du problème et passer en revue la documentation avancée pour étayer la thèse de l’existence de ce temple.

2

3Margherita Guarducci cite quelques vers célèbres des Fastes d’Ovide (4, 949-956) par lesquels le poète introduisait, le 28 avril, le retour de la date anniversaire :

Aufer, Vesta, diem : cognati Vesta recepta est
Limine ; sic iusti constituere patres.
Phoebus habet partem ; Vestae pars altera cessit ;
Quod superest illis, tertius ipse tenet.
State Palatinae laurus praetextaque quercu
Stet domus : aeternos tres habet una deos.
« À toi Vesta, cette journée ! Vesta a été reçue dans la demeure de son parent : ainsi en avait décidé le sénat équitable. Phébus a une partie (de la maison), la seconde revient à Vesta ; ce qui reste, (Auguste) lui-même l’occupe en troisième. Longue vie aux lauriers du Palatin ! Longue vie à la demeure revêtue de chêne ! à elle seule elle abrite trois dieux éternels ! » (Trad. fr. H. Le Bonniec.)

  • 6 Sur la maison d’Auguste sur le Palatin, voir la contribution récente de I. Iacopi, LTUR, II (1995) (...)
  • 7 Voir la liste dans S. B. Platner-Th. Ashby, A Topographical Dictionary of Ancient Rome, Oxford, 19 (...)

4Nous pouvons déduire de ces vers qu’Ovide est tout simplement en train de décrire les différentes parties de la maison d’Auguste sur le Palatin. Comme nous l’avons vu précédemment, en 36 av. J.-C. déjà, le prince avait cédé une partie de sa maison à Apollon, là où par après fut construit le temple d’Apollon Palatin. À présent, en 12 av. J.-C., pour rendre « publique » une partie supplémentaire de sa maison, il en céda une zone à Vesta publica populi romani, en aménageant, le cas échéant, un sacellum qui devait abriter la statue et l’autel. Par conséquent, Ovide fait exclusivement allusion à la division en trois zones de la demeure du prince. Le fait que la partie consacrée à Apollon possédât un temple et que la maison du prince constituât naturellement par elle-même un édifice ou plutôt un ensemble d’édifices6, n’implique pas nécessairement l’existence sur le Palatin d’un véritable temple de Vesta. À ce sujet, la comparaison entre l’aspect monumental de la zone réservée à Apollon (grâce un temple) et celui du secteur réservé à Vesta (plus simplement une statue et un autel, à l’intérieur d’un sacellum éventuellement), peut apparaître révélatrice. Alors que dans la cité il peut exister, à l’évidence, de nombreux temples d’Apollon, chacun caractérisé par son épiclèse7, une telle éventualité doit évidemment être écartée pour Vesta. Si Vesta est le « foyer commun » de la cité, sa koine hestia, ce « foyer commun », par nature, ne peut être démultiplié et Vesta elle-même ne saurait posséder à Rome différentes épiclèses, sinon celles d’être « publique » et « du peuple romain ».

5En effet, dans la longue liste des bâtiments édifiés par Auguste, liste fournie par les Res Gestae, alors que le prince parle de façon explicite de la construction du temple d’Apollon Palatin et de la reconstruction de celui de la Magna Mater à proximité de sa maison (RGDA, 19, 12), on chercherait en vain une allusion quelconque à la construction sur le Palatin d’un temple de Vesta. Cette information n’aurait en aucun cas pu être omise dans ce compte rendu qui se voulait complet et exhaustif. En fait, quand le temple de Vesta est mentionné dans les Res Gestae pour avoir reçu des dona ex manibiis (RGDA, 21, 2), il s’agit certainement du temple rond du Forum, parce que le grand pontife Auguste n’aurait jamais utilisé l’expression in aede Vestae pour parler de l’édifice cultuel (très probablement un petit sacellum) érigé sur le Palatin pour recevoir la statue et l’autel de la déesse.

  • 8 Voir M. Guarducci, « Vesta sul Palatino », p. 159 sqq., dans la suite de G. E. Rizzo, « La base di (...)
  • 9 S. Mazzarino, Antico, tardoantico ed era costantiniana, I, Bari, 1974, p. 351 sqq. Pour la scène d (...)

6En outre, il faut observer la grande difficulté que soulève la restitution dans les Fasti Praenestini de [signu]m et aedis, car la dédicace du signum (la statue de la déesse) serait mentionnée avant celle du temple. C’est une difficulté que Margherita Guarducci a cherché à résoudre à la suite des réserves émises par Hans-Georg Kolbe. Elle a soutenu que, dans la chapelle palatine érigée par Auguste (« una copia in sedicesimo del tempio di Vesta nel Foro »), la véritable nouveauté aurait été l’introduction de la statue (la seule à être mentionnée dans les Fasti Caeretani), tandis que « l’altare elemento essenziale nella maggioranza dei culti antichi ebbe invece scarsissima importanza nel culto di Vesta8 ». Cette explication peut apparaître pour le moins peu convaincante et, de fait, un autel est représenté aussi bien sur le relief de Palerme que sur celui (très restauré) de la Villa Albani. En outre, dans un système polythéiste comme le système romain et en ce qui concerne le culte rendu à une divinité, il faut souligner le lien profond et indissoluble qui unit le binôme formé par l’autel et la statue : depuis la statue et l’autel de la Victoire placés par Auguste lui-même dans la curie, jusqu’au modeste relief de L. Arruntius Philippus et de Q. Codius Iason où la statue du dieu est naturellement représentée juste derrière l’autel. En fait, le binôme fut perçu comme indissoluble jusqu’à la fin de l’époque antique, comme l’a montré Santo Mazzarino à propos d’Ambroise et de Symmaque et de leur débat relatif à l’autel et à la statue de la Victoire dans la curie, dans la deuxième moitié du ive siècle9.

3

  • 10 M. Guarducci, « Enea e Vesta », p. 108 sqq.

7La représentation d’une statue de Vesta nous ramène à une scène célèbre de la base de Sorrente citée par les tenants de l’existence d’un temple de Vesta sur le Palatin. Cinq Vestales marchent vers la droite ; sur le panneau manquant, il conviendrait de rajouter une sixième Vestale et très probablement Auguste qui, en sa qualité de grand pontife, avance vers la déesse. Vesta est assise sur un trône, flanquée de deux divinités féminines (l’une est très certainement Cérès, l’autre est identifiée avec Libera ou Flora). Deux piliers soutiennent à droite un bélier et à gauche un taureau (les dona ex manibiis consacrés par Auguste). À l’arrière-plan s’élève le temple rond de la déesse avec le Palladium à l’intérieur. Ceux qui, comme Attilio Degrassi et Hans Georg Kolbe, nient l’existence d’un temple de Vesta sur le Palatin, identifient le temple rond comme étant celui du Forum. Mais les autres qui, comme Margherita Guarducci, soutiennent l’existence de ce temple, voient dans cette scène la représentation de la consécration du temple palatin par Auguste et, dans le temple rond, l’image de l’édifice cultuel situé sur le Palatin, ou même, en second ressort, reconnaissent l’image générique d’« un petit temple de Vesta » avec le Palladium « rajouté à dessein pour faire allusion au destin de Rome et de son empereur ». La divinité féminine à droite de Vesta serait Flora et, à l’occasion des fêtes en son honneur (les Floralia) et du dies natalis de son temple, aurait été consacré le petit temple de Vesta sur le Palatin. Le bélier et le taureau seraient les signes du zodiaque correspondant aux mois pendant lesquels les travaux de construction se seraient déroulés10.

  • 11 Pour le bélier et le taureau sur deux pilastres ou deux colonnettes qu’il faut interpréter comme l (...)
  • 12 Pour cette journée, voir I. It. XIII, 2, 74 (Fasti Maffeiani) et 121 (Fasti Praenestini) ; cf. I. (...)
  • 13 C. Cecamore, « Apollo e Vesta sul Palatino fra Augusto e Vespasiano », BCAR, 96, 1994-1995, p. 9 s (...)
  • 14 Toute la documentation sur les Floralia est rassemblée par A. Degrassi, I. It. XIII, 2, 449-451 ; (...)

8Face à tant d’hypothèses, nous voudrions émettre quelques réserves. Il est impossible que le bélier et le taureau soient identifiés ou mis en relation avec les armenta Myronis, mentionnés par Properce (2, 31, 78) non pas dans la zone réservée à Vesta, mais dans le temple d’Apollon Palatin (quattuor artifices, viva signa, boves)11. En fait, si l’édifice cultuel en l’honneur de Vesta fut dédié sur le Palatin le 28 avril, Auguste, élu grand pontife le 6 mars12, n’attendit certainement pas jusqu’au 21 de ce mois – quand le soleil entre dans la constellation du bélier – pour commencer les travaux, alors qu’un signum et une ara pouvaient facilement être réalisés dès le 7 mars et jusqu’au 28 avril (bien plus difficilement que ne pouvait l’être une aedis, même de petites dimensions). Le court laps de temps nécessaire pour construire l’édifice cultuel porte aussi à invalider la récente tentative pour identifier le « temple » de Vesta sur le Palatin avec les restes de structures circulaires de l’époque de Vespasien, de dimensions plus grandes que le temple du Forum. De plus, ce temple de Vesta aurait été construit paradoxalement et de façon inexplicable non pas dans la zone qu’Ovide déclare réservée à Vesta, mais dans celle du temple d’Apollon Palatin, contredisant ainsi la « tripartition » de la maison du prince énoncée par le poète13. Il est fort peu probable que sur le relief de la base de Sorrente, la divinité féminine de droite puisse être identifiée avec Flora. Dans le patrimoine du savoir religieux des Romains, on imagine mal la chaste Vesta aux côtés de la licencieuse Flora, dont les jeux se remarquaient à leur caractère très libertin : à la demande du public, les prostituées allaient jusqu’à se défaire de leurs vêtements14.

  • 15 Servius Daniel, Aen. 7, 188. À ce sujet, voir par exemple M. Sordi, « Roma e il Palladio », M. Sor (...)
  • 16 Voir respectivement SHA Elag., 3, 4 sqq. (trad. fr. A. Chastagnol) : sed ubi primum ingressus est (...)

9Afin d’essayer quand même de localiser le temple rond du relief de Sorrente, nous prendrons comme point de départ la présence indubitable du Palladium à l’intérieur du temple. Le Palladium, en effet, jusqu’à l’époque tardo-antique, continue de rester caché à l’intérieur du temple rond du Forum, avec les autres mystérieux pignora qui garantissaient la survie même de Rome. Selon Servius, le commentateur de Virgile, ces pignora étaient au nombre de sept : non seulement le Palladium – certainement le plus connu et le plus important –, mais aussi d’autres : « les cendres d’Oreste, le sceptre de Priam, le voile d’Ilion, les boucliers15 ». Seul l’empereur impie Élagabal aurait projeté d’après l’Histoire Auguste de regrouper en les plaçant dans le temple de son dieu (le dieu solaire d’Émèse) « l’idole de la Grande Mère, le feu de Vesta, le Palladium, les boucliers sacrés et tout ce que vénèrent les Romains ». En modifiant légèrement l’emplacement de la statuette, Hérodien avait déjà raconté qu’Élagabal, à la recherche d’« une épouse pour le dieu dont il était le prêtre […], fit transporter dans sa propre chambre la statue de Pallas que les Romains n’adorent que cachée et invisible. Cette statue n’avait jamais été transférée depuis son arrivée d’Ilion, sinon lorsque le temple avait été dévoré par le feu », ce qui s’était produit précisément sous le règne de Commode lorsque le temple rond du Forum avait brûlé en même temps que de nombreux autres édifices. Alors, « les prêtresses vierges de Vesta s’en saisirent et la transportèrent par la Voie Sacrée à l’intérieur du palais impérial », pour lui donner sans doute un abri provisoire dans l’édifice cultuel érigé anciennement par Auguste16.

  • 17 Pour cet aspect de la base de Sorrente, voir surtout T. Hölscher dans Kaiser Augustus und die verl (...)

10Il serait évidemment impensable que le très religieux Auguste, comme allait le faire par la suite l’impie Élagabal, ait privé le temple de Vesta du Palladium pour le transférer dans l’édifice cultuel (comme nous l’avons dit, très probablement un sacellum), qu’il avait fait préparer pour Vesta dans sa maison du Palatin. Par conséquent, en ce qui concerne le temple rond représenté sur la base du relief de Sorrente, deux conclusions s’imposent. Comme on l’a souvent soutenu17, la scène représentée pourrait n’avoir aucun lien direct avec les autres scènes se rapportant aux divinités vénérées dans le temple d’Apollon Palatin et dans celui de la Magna Mater ; ou bien, plus simplement et plus probablement, au plan iconographique, la présence du temple rond du Forum avec le Palladium à l’intérieur fut considérée comme le complément nécessaire, au-dessus et derrière la déesse, d’une représentation de la statue de cette même Vesta qu’Auguste avait fait placer dans sa maison.

4

  • 18 R. Cappelli, « L’altare del Belvedere. Un saggio di nuova interpretazione », AFLPer., 22, n. s. VI (...)

11Récemment deux monuments assez connus ont également été mis en relation avec la maison d’Auguste sur le Palatin et avec le temple de Vesta. Il s’agit du relief de Palerme et de l’autel du Belvédère au Vatican. Pour ce qui est de l’autel du Belvédère, il faut observer en premier lieu qu’Antonio Nibby avait déduit sa provenance du Palatin uniquement en se fondant sur la conviction que l’autel « fosse destinata al larario della casa di Augusto ». Bien que dès 1862 H. Jordan ait démontré le caractère infondé d’une telle hypothèse, celle-ci a été aujourd’hui reprise à la faveur d’une nouvelle interprétation des reliefs qui décorent les quatre faces de l’autel. En effet, tandis que pour la scène d’« apothéose », à la suite de Paul Zanker, on s’accorde sur l’identification du personnage qui monte au ciel avec César au moment où il devient le divin Jules, les trois personnages qui reçoivent d’Auguste les Lares ne seraient pas les magistri d’un culte des carrefours, mais des vierges Vestales, plus précisément les « Vestales maximae, le sacerdotesse più anziane e autorevoli del collegio, che erano appunto tre18 ».

  • 19 Sur cette face de l’autel du Belvedère, cf. A. Fraschetti, Roma e il principe, p. 299 sqq. [trad. (...)
  • 20 Voir M. Hano, « À l’origine du culte impérial : les autels des Lares Augusti. Recherches sur les t (...)
  • 21 Cassius Hemina, HRR fr. 11 Peter = 14 Santini (C. Santini, I frammenti di Cassio Emina. Introduzio (...)
  • 22 Ovide, Fastes, 5, 143 sqq

12Puisque la documentation antique en notre possession ne mentionne pas trois Vestales maximae mais en tant que maxima une seule, nous proposons pour notre part d’abandonner cette piste aussi ingénieuse que fallacieuse. On observe en effet que la simple confrontation avec le relief de Palerme exclut que les trois personnages sur le relief du Belvédère portent le suffibulum. Bien plus simplement, ils reçoivent capite velato les Lares qu’Auguste, accompagné de deux togati de taille plus petite (je proposerais d’y reconnaître les deux filii du prince, Gaius et Lucius Césars), leur remet afin qu’ils en assurent le culte dans leur propre compitum19. En ce qui concerne l’absence d’inscription dédicatoire, nous pouvons aisément l’expliquer avec Michel Hano en supposant qu’elle se trouvait, comme dans des cas analogues (autel de Manlius de Caere, de Soriano del Cimino, du palais des Conservateurs, du Musée national romain) sur la partie supérieure aujourd’hui disparue20. À propos du « lien idéologique étroit » entre la scène où est représenté « le prodige de la truie de Laurente et la scène de la remise des Lares située sur le côté opposé » et celle de la transformation des Lares Augusti en Lares Publici, ce lien, tout simplement, n’existe pas. En réalité, si Cassius Hemina attribua le miracle de la truie à l’époque de Romulus et Rémus en le situant à Rome, sa localisation à Lavinium et son attribution à l’époque d’Énée doivent être considérées comme bien antérieures à l’époque d’Auguste, puisqu’une légende identique existe déjà chez Lycophron et chez Fabius Pictor21. Quant aux Lares Augusti, ils étaient vénérés dans les compita de Rome, justement en tant que Lares de la maison du prince et, du moins selon le contemporain Ovide, ils avaient remplacé les antiques Lares Praestites dans la défense de la cité22.

13Nous savons bien que le relief de Palerme, qui n’est sûrement pas d’époque augustéenne et qui ne sort pas d’un atelier romain, représente à gauche la déesse Vesta assise sur un trône devant son temple, puis quatre Vestales, le bélier et le taureau (comme sur la base de Sorrente), un autel et enfin un togatus (dont la partie supérieure du corps et surtout le visage ont disparu) que G. E. Rizzo propose d’identifier avec Auguste :

  • 23 G. E. Rizzo, « La base di Augusto », p. 42-43.

« Questo “togato” stende il braccio destro, del quale è conservato l’attaco della mano, non sopra l’ara (è bene osservarlo) ma oltre l’ara : ma non si comprende se il gesto sia rivolto verso la terza sacerdotessa, che dovrebbe essere la Vestalis Maxima, il cui braccio destro è anch’esso proteso, o verso la Dea. Qual’è dunque l’azione che il personaggio togato sta per compiere ? Non è chiaro23… »

  • 24 R. Cappelli, « Augusto e il culto di Vesta sul Palatino », BA, 11, 1990, p. 28-33, en particulier (...)

14Ce qui n’est pas clair surtout, à cause des mauvaises conditions de conservation de cette partie du relief, c’est le fait de savoir si le « togatus » tenait dans la main un objet. Si tel était le cas, remarquons que la position de sa main n’apparaîtrait pas du tout naturelle. Une interprétation récente a avancé l’hypothèse que l’objet en question serait le Palladium et que, par conséquent, le relief de Palerme représenterait Auguste qui « dedica il nuovo Tempio di Vesta sul Palatino e, nelle vesti di sommo pontifice, consegna alla Vestale Massima il fatale pignus della futura grandezza di Roma e del suo impero24 ».

  • 25 Ibid., p. 31.
  • 26 Voir Prudence, C. Symm., 1, 195, où, en 192, il faut remarquer l’utilisation du présent (noster po (...)
  • 27 Voir I. Scott Ryberg, Rites of State Religion in Roman Art, p. 51-53.

15Une telle hypothèse mérite d’être examinée attentivement à cause des conséquences d’ordre plus spécifiquement historique dont il faudrait tenir compte si elle s’avérait exacte. Une autopsie du relief conservé au musée archéologique de Palerme me permet d’exclure que l’objet éventuel puisse être identifié avec « una statuina femminile, priva della testa, raffigurata di prospetto con il braccio destro sollevato e con un oggetto circolare (forse uno scudo) sul braccio sinistro », comme on a voulu le comprendre avec un luxe excessif de détails25. D’un point de vue plus strictement historique, même en admettant l’hypothèse absurde de l’existence d’un temple de Vesta sur le Palatin renfermant un Palladium, ce sont les Vestales qui auraient dû remettre ce dernier à Auguste et non l’inverse, puisqu’elles en étaient les gardiennes. Il faudrait en outre supposer de nouveau qu’Auguste le premier, comme plus tard Élagabal, aurait transporté le Palladium du temple du Forum sur le Palatin : hypothèse qu’on doit évidemment exclure puisque le Palladium du temple du Forum pouvait encore être mentionné bien des siècles après par le chrétien Prudence, qui le désignait explicitement et de façon ironique, avec les Vestales qui le gardaient, au nombre des divinités touchées par les mesures antipaïennes de Gratien26. Même en admettant que le « togatus » soit Auguste (comme le proposait G. E. Rizzo en s’appuyant sur la confrontation avec la base de Sorrente) et non pas un autre empereur, en raison de l’époque sensiblement plus tardive du relief, alors qu’Ines Scott Ryberg avait déjà proposé d’interpréter la scène comme la remise à Auguste de la statue de Vesta par les Vestales, je me demande, quant à moi, s’il ne s’agirait pas tout simplement et de façon plus générique de la représentation du culte rendu à Vesta dans son temple du Forum par Auguste lui-même ou l’un de ses successeurs27.

5

  • 28 Voir les diverses positions dans J. Maier, Architektur in römischen Reliefs, Bonn, 1985, p. 16 sqq (...)
  • 29 CIL, X, 6441 = ILS, 1250, avec déjà les remarques de L. Ziehen, RE, XVIII, 3 (1949), col. 184-185.
  • 30 Voir respectivement L. Cracco Ruggini, « Costantino e il Palladio », Roma, Costantinopoli, Mosca ( (...)

16Nous ne réexaminerons pas ici la documentation numismatique où est représenté le temple de Vesta à cause de son caractère extrêmement discutable, et de ce fait maintes fois discuté28. Toutefois, après avoir éclairci le fait que, sur le Palatin, il n’a jamais existé un deuxième temple de Vesta (pendant non nécessaire de celui du Forum), à la fin de ce parcours, nous ne pouvons pas passer sous silence le problème de la présence attestée d’un « Palladium palatin » dans la deuxième moitié du ive siècle, Palladium confié à un praepositus, le praepositus Palladii Palatini29. Lellia Cracco Ruggini a pensé pouvoir le mettre en relation avec le Palladium transporté sur le Palatin par Élagabal. Cependant, comme l’avait déjà remarqué Giovanni Battista De Rossi, il est indubitable qu’« ucciso quel pazzo imperatore, il Palladio sia stato riportato nella sua sede al tempio di Vesta ». Quant à moi, je préfère m’en tenir sur ce point à l’ancienne interprétation de Henzen qui le mettait de façon plus fondée en rapport avec le petit sacellum consacré à Vesta, qui abritait la statue de la déesse et l’autel, sacellum érigé par Auguste sur le Palatin lors de sa nomination au grand pontificat. Dans ce cas, il faut préciser que le terme Palladium aurait subi un notable glissement de sens, puisqu’il n’indiquerait plus la statuette de Pallas Athéna, mais le sacellum dans son ensemble : comme si l’aeternitas de Rome et de l’empire n’était plus garantie par le précieux talisman conservé dans le temple du Forum, mais par la chapelle palatine des Augustes30.

  • 31 Voir R. Lanciani, « Delle vergini Vestali », NSA, 1883, p. 443 (« ufficiale palatino ») ; G. Giann (...)
  • 32 Sur le rescrit constantinien d’Hispellum (CIL, XI, 5265 = ILS, 705), voir en dernier lieu K. Tabat (...)

17Toutefois, comme on peut le déduire de la position dans le cursus de la fonction du personnage anonyme qui l’occupa, dans la deuxième moitié du ive siècle, le praepositus Palladii Palatini n’était plus désormais un prêtre, mais un fonctionnaire du Palais31. Par conséquent, nous pouvons en déduire que les empereurs chrétiens aussi, bien que ne résidant plus à Rome, continuèrent à veiller, au cours du ive siècle, au maintien d’un fonctionnaire, praepositus au petit sacellum consacré à Vesta sur le Palatin. Cette charge avait évidemment été créée auparavant pour assurer l’entretien du petit édifice cultuel voulu par Auguste. De même que Constantin avait permis aux habitants d’Hispellum en Ombrie d’ériger un templum Flaviae gentis, à condition qu’il ne fût pas contaminé par la contagiosa superstitio, ainsi le même Constantin, et ses successeurs, permirent que ce « serviteur aulique » survécût, attentifs qu’ils étaient, même de loin, aux nécessités de la résidence impériale de Rome32.

Notes

1 Dion Cassius, 54, 27, 3. Sur la domus publica habitée par le grand pontife, voir F. Coarelli, Il Foro romano I : Periodo arcaico, Rome, 1983, p. 21 sqq., avec les remarques de F. Castagnoli, « Ibam forte via sacra (Hor., Sat. I, 19, 1) », Topografia romana. Ricerche e discussioni (Quaderni di topografia antica, 10), 1988, p. 111 (puis, id., Topografia antica. Un metodo di studio, I, Rome, 1996, p. 384 sqq.) ; dernièrement R. T. Scott, LTUR, II (1995), p. 165-166 ; cf. auparavant G. Wissowa, Religion und Kultus der Römer, Munich, 19122, p. 502-503 et n. 7 à propos de la valeur qu’il faut attribuer à Servius Daniel, Aen., 8, 363 ; S. Weinstock, Divus Julius, Oxford, 1971, p. 272 et n. 1, surtout à propos de Cicéron, Att., 10, 3A.

2 Dion Cassius, 49, 15, 56 ; cf. S.Weinstock, Divus Julius, p. 277-278. Observons que dans RGDA, 10, 1, aussi, la notation de l’attribution de la tribunicia potestas à vie précède immédiatement celle de l’élection d’Auguste au grand pontificat ; voir aussi à ce propos A. von Premerstein, Vom Werden und Wesen des Prinzipats, Munich, 1937, p. 260-261.

3 Voir respectivement Th. Mommsen dans CIL, I, 317 ; CIL, I2, 236 ; A. Degrassi, I. It. XIII, 2, 66 et 133 ; cf. aussi plus développé, A. Degrassi, « Esistette un tempio di Vesta sul Palatino ? », MDAI(R), 62, 1955, p. 144 sqq ; puis id., Scritti vari di Antichità I, Rome, 1962, p. 451 sqq. ; cf. N. Degrassi, « La dimora di Augusto sul Palatino e la base di Sorrento », RPAA, 39, 1966-1967, p. 77 sqq.

4 M. Guarducci, « Vesta nel Palatino », MDAI(R), 71, 1964, p. 158 sqq. ; Ead., « Enea e Vesta », MDAI(R), 78, 1971, p. 89 sqq. ; H.-G. Kolbe, « Noch einmal Vesta auf dem Palatin », MDAI(R), 94 sqq. Cherchant à résoudre la difficulté que constitue la présence de aedis, R. T. Scott, « Providentia Aug. », Historia, 21, 1982, p. 458-459 et n. 107, a proposé la restitution a[ed.] (sic). Il faut observer néanmoins qu’une telle proposition est à exclure puisque, dans les Fasti Praenestini, aedis n’est jamais abrégé en aed. : voir le 16 janvier (temple de la Concorde Auguste : I. It. XIII, 2, 155), le 27 janvier (temple des Castores, I. It. XIII, 2, 117), le 1er mars (temple de Junon Lucina sur l’Esquilin : I. It. XIII, 2, 121), le 19 mars (temple de Minerve sur l’Aventin : I. It. XIII, 2, 123), le 23 avril (temple de la Magna Mater sur le Palatin : I. It. XIII, 2, 129).

5 Je me permets de renvoyer à A. Fraschetti, Roma e il principe, Rome-Bari, 1990, p. 342 sqq. (trad.fr., Rome et le prince, Paris, 1994, p. 355 sqq.).

6 Sur la maison d’Auguste sur le Palatin, voir la contribution récente de I. Iacopi, LTUR, II (1995), p. 46-48 (avec bibliographie). Je signale seulement qu’il manque encore aujourd’hui une édition scientifique complète de la maison d’Auguste, de la soi-disant maison de Livie et du temple d’Apollon Palatin ; voir cependant G. Carrettoni, « I problemi della zona augustea del Palatino alla luce dei recenti scavi », RPAA, 39, 1966-1967, p. 56 sqq. ; id., « La X regione : Palatium », L’Urbs. Espace urbain et histoire (ier siècle av. J.-C.-IIIe apr. J.-C.), Rome, 1987, p. 776-777 ; id., Das Haus des Augustus auf dem Palatin, Mayence, 1983, pour les peintures.

7 Voir la liste dans S. B. Platner-Th. Ashby, A Topographical Dictionary of Ancient Rome, Oxford, 1929, p. 15 sqq. ; depuis LTUR, I (1993), p. 49 sqq. ; sur le temple d’Apollon Palatin, cf. plus particulièrement P. Zanker, « Der Apollontempel auf dem Palatin. Austattung und politische Sinnbezüge der Schlacht von Actium », Città e architettura nella Roma imperiale (Atti del Seminario), ARID, suppl. X, 1983, p. 21 sqq.

8 Voir M. Guarducci, « Vesta sul Palatino », p. 159 sqq., dans la suite de G. E. Rizzo, « La base di Augusto », BCAR, 1932, p. 44 sqq. ; puis M. Guarducci, « Enea e Vesta », p. 109-110.

9 S. Mazzarino, Antico, tardoantico ed era costantiniana, I, Bari, 1974, p. 351 sqq. Pour la scène du sacrifice de L. Arruntius Philippus & Q. Codius Iason (CIL VI, 1018), voir I. Scott Ryberg, Rites of State Religion in Roman Art, MAAR, 22, 1955, p. 172-173 avec fig. 104.

10 M. Guarducci, « Enea e Vesta », p. 108 sqq.

11 Pour le bélier et le taureau sur deux pilastres ou deux colonnettes qu’il faut interpréter comme les dona ex manibiis consacrés par Auguste dans le temple de Vesta du Forum (RGDA, 21, 2), voir surtout S. Stucchi, I monumenti della parte meridionale del Foro romano, Rome, 1959, p. 39 sqq. et n. 68 ; cf. dernièrement D. Fishwick, « A temple of Vesta on the Palatine », Antiquitas, 18, 1993, p. 51 sqq., plus particulièrement p. 56-57. Fishwick ne considère pas nécessaire « to suppose that the animal figures corresponded to actual, physical monuments », tout en concluant que « there is nothing in the evidence that would seem to confirm the existence of a temple of Vesta, however small, in the Palatine ».

12 Pour cette journée, voir I. It. XIII, 2, 74 (Fasti Maffeiani) et 121 (Fasti Praenestini) ; cf. I. It. XIII, 1, 245 (Fasti Cuprenses). Pour le 28 avril, voir supra, n. 3. Cf. P. Herz, Untersuchungen zum Festkalender der römischen Kaiserzeit nach datierten Weih- und Ehreninschriften, I, Mayence, 1975, p. 8 ; id., « Kaiserfeste der Prinzipatszeit », ANRW, II, 16, 2 (1978), p. 1149 (où, de toute façon, dans les deux cas, il est fait référence à la consécration de l’autel et non à celle du signum).

13 C. Cecamore, « Apollo e Vesta sul Palatino fra Augusto e Vespasiano », BCAR, 96, 1994-1995, p. 9 sqq.

14 Toute la documentation sur les Floralia est rassemblée par A. Degrassi, I. It. XIII, 2, 449-451 ; cf. H. H. Scullard, Festival and Ceremonies of the Roman Republic, Londres, 1981, p. 110-111.

15 Servius Daniel, Aen. 7, 188. À ce sujet, voir par exemple M. Sordi, « Roma e il Palladio », M. Sordi (éd.), Politica e religione nel primo scontro tra Roma e l’Oriente (Contributi Ist. Storia ant. Università Cattolica Sacro Cuore 8), Milan, 1982, p. 74 sqq. ; dernièrement, dans le cadre de cette même problématique, voir Y. Thomas, « L’institution de l’origine. Sacra principiorum populi Romani », M. Detienne (éd.), Tracés de fondation, Louvain-Paris, 1990, p. 143 sqq.

16 Voir respectivement SHA Elag., 3, 4 sqq. (trad. fr. A. Chastagnol) : sed ubi primum ingressus est urbem, omissis, quae in provincia gerebantur, Heliogabalum in Palatino monte iuxta <a>edes imperatorias consecravit eique templum fecit, studens et Matris typum et Vest<a>e ignem et Palladium et ancilia et omnia Romanis veneranda in illud tranferre templum et id agens, ne quis Romae deus nisi Heliogabalus coleretur (voir à ce sujet, J. Straub, Heidnische Geschichtsapologetik in der christlichen Spätantike. Untersuchungen über Zeit und Tendenz der Historia Augusta, Bonn, 1963, p. 189 sqq. ; Th. Optendrenk, Die Religionspolitik des Kaisers Elagabalus im Spiegel der Historia Augusta, Bonn, 1969, p. 45 sqq. ; L. Cracco Ruggini, « Elagabalo, Costantino e i “culti siriaci” nella Historia Augusta », G. Bonamente & N. Duval [éd.], Historiae Augustae colloquium Parisinum, Macerata, 1991, p. 123-146). Pour le transfert opéré par Élagabal, voir aussi Hérodien, 5, 6, 45 (trad. fr. D. Roques) ; cf. Th. Pekary, « Statuen in der Historia Augusta », BHAC 1968/69, Bonn, 1970, p. 166 sqq. ; T. D. Barnes, « Ultimus Antoninorum », BHAC 1970, Bonn, 1972, p. 68 ; pour l’incendie à l’époque de Commode, voir Hérodien, 1,14, 4.

17 Pour cet aspect de la base de Sorrente, voir surtout T. Hölscher dans Kaiser Augustus und die verlorene Republik, Mayence, 1988, p. 375-378 (avec bibliographie) ; auparavant cf. N. Degrassi, « La dimora di Augusto sul Palatino », p. 77 sqq.

18 R. Cappelli, « L’altare del Belvedere. Un saggio di nuova interpretazione », AFLPer., 22, n. s. VIII, 1984-1985, p. 91 sqq. Auparavant, voir surtout P. Zanker, « Der Larenaltar im Belvedere des Vatikans », MDAI(R), 76, 1969, p. 205 sqq. Auparavant, A. Nibby, Il Museo Chiaramonti, III, Rome, 1841, p. 146, qui s’empressait toutefois de préciser : « sebbene non si conosca dove (l’ara) fosse nel secolo XVI dissotterrata » ; puis les critiques de H. Jordan, « De Larum imaginibus atque cultu », AnnInst, 34, 1862, p. 305.

19 Sur cette face de l’autel du Belvedère, cf. A. Fraschetti, Roma e il principe, p. 299 sqq. [trad. fr. p. 307 sqq.]. Pour l’organisation du collège des Vestales, voir encore G. Giannelli, Il sacerdozio delle Vestali romane, Florence, 1913, p. 47 sqq.

20 Voir M. Hano, « À l’origine du culte impérial : les autels des Lares Augusti. Recherches sur les thèmes iconographiques et leur signification », ANRW, II, 16, 3 (1986), p. 23-53.

21 Cassius Hemina, HRR fr. 11 Peter = 14 Santini (C. Santini, I frammenti di Cassio Emina. Introduzione, testo, traduzione e commento, Pise, 1995, et commentaire p. 151 sqq.). Lycophron, Alex., 1254-1256 et Fabius Pictor, HRR fr. 4 Peter.

22 Ovide, Fastes, 5, 143 sqq

23 G. E. Rizzo, « La base di Augusto », p. 42-43.

24 R. Cappelli, « Augusto e il culto di Vesta sul Palatino », BA, 11, 1990, p. 28-33, en particulier p. 31.

25 Ibid., p. 31.

26 Voir Prudence, C. Symm., 1, 195, où, en 192, il faut remarquer l’utilisation du présent (noster populus veneratus adorat) : Sic Vesta est, sic Palladium, sic umbra Penatum ; cf. 2, 965-967 : His, ni fallor, ager vitiis corruptus et ante / subiacuit, quam Palladium, quam Vesta Penates / sub lare Pergameo servarent igne reposto… ; Peristeph., 2, 509-512 (à propos de la mort de Laurent) : Mors illa sancti martyris /mors vera templorum fuit, / tunc Vesta Palladios lares / impune sensit deseri. Cf. aussi Claudien, 15, 129 (in Gildonem) : sanctaeque memor Tritonia Vestae.

27 Voir I. Scott Ryberg, Rites of State Religion in Roman Art, p. 51-53.

28 Voir les diverses positions dans J. Maier, Architektur in römischen Reliefs, Bonn, 1985, p. 16 sqq. (avec discussion et bibliographie) ; D. Fishwick, « A Temple of Vesta », p. 51 sqq. ; C. Cecamore, « Apollo e Vesta », p. 21 sqq., qui, quant à lui, identifie le temple rond sur les dalles avec choroi (cf. à ce sujet M. L. Micheli, « Rilievi con donne offerenti, danzanti e ghirlandofore a Ravenna e a Roma », Prospettiva, 51, 1987, p. 2 sqq.) avec le temple rond du Forum.

29 CIL, X, 6441 = ILS, 1250, avec déjà les remarques de L. Ziehen, RE, XVIII, 3 (1949), col. 184-185.

30 Voir respectivement L. Cracco Ruggini, « Costantino e il Palladio », Roma, Costantinopoli, Mosca (Atti del I Seminario Int. Di Studi storici), « Da Roma alla terza Roma », Napoli, 1983, p. 241- 251 ; G. B. De Rossi, « Le lucerne cristiane rinvenute nel Palazzo dei Cesari, e altri monumenti nella storia cristiana del Palatino », BAC, 1887, p. 9 sqq. ; G. Henzen, « Iscrizione di Piperno », BullInst., 1883, p. 204 sqq. ; cf. aussi G.Wissowa, « Überlieferung über die römischen Penaten », Hermes, 22, 1887, p. 44 et n. 1 = id., Gesammelte Abhandlungen zur römischen Religions- und Stadtgeschichte, Munich, 1904, p. 113 et n. 1 ; puis id., dans Roscher, Lex., III, 2, p. 189-293 et VI, 271 ; Vollgraff, « Le Palladium de Rome », BullAcBelg, 24, 1938, p. 54-56 ; E. Paribeni, « Una testa di Athena arcaica dal Palatino », BdA, 49, 1964, p. 195 ; C. Ampolo, « Analogie e rapporti tra Atene e Roma arcaica », PP, 141, 1971, p. 450-451, n. 48 ; S. Tortorella, « Le lastre Campana », L’art décoratif à Rome à la fin de la République et au début de l’Empire, Rome, 1981, p. 71-72.

31 Voir R. Lanciani, « Delle vergini Vestali », NSA, 1883, p. 443 (« ufficiale palatino ») ; G. Giannelli, Il sacerdozio delle Vestali, p. 68, n. 6 (« ministro laico ») ; S. Mazzarino, Antico tardoantico, I, p. 123 (« magistrato, come sembra, dello Stato »).

32 Sur le rescrit constantinien d’Hispellum (CIL, XI, 5265 = ILS, 705), voir en dernier lieu K. Tabata, « The Date and the Setting of the Constantinian Inscription of Hispellum (CIL, XI, 5265 = ILS, 705) », SCO, 45, 1995, p. 369-410. En ce qui concerne l’intérêt de Constantin pour le palais de Rome, voir sa constitution (CTh, XVI, 10, 1) adressée de Serdica au préfet urbain Valerius Maximus Basilus (A. Chastagnol, Les fastes de la préfecture de Rome au Bas-Empire, Paris, 1962, p. 72-74), dans laquelle il autorisait, retento more veteris observantiae, le recours aux haruspices si la foudre s’abattait sur le Palais ; voir à ce sujet, par exemple, A. Piganiol, L’empereur Constantin, Paris, 1932, p. 127 ; plus récemment F. Heim, « Les auspices publics de Constantin à Théodose », Ktèma, 13, 1988, p. 43 sqq.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search