Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rome, les Césars et la ville

 | 
Nicole Belayche

Première partie. La figure impériale dans l’espace urbain

Le prince en sa ville : conditor, pater patriae et divi filius

Stéphane Benoist

Texte intégral

  • 1 Pour une présentation, dans le cadre de la mise en place du Principat augustéen, de l’œuvre de ces (...)
  • 2 La notion de monumentum et l’analyse des œuvres littéraires dans le contexte de la réforme augusté (...)
  • 3 On peut se reporter au premier chapitre du livre II de Tite-Live qui narre les débuts d’une histoi (...)
  • 4 Dans cette perspective, lire l’ouverture de l’Énéide, et cette idée d’une restauration de l’ordre (...)
  • 5 Cf. Tite-Live, I, 19, 2-3, avec Numa, fondateur du temple de Janus, symbole de la guerre et de la (...)
  • 6 Le livre VI de l’Énéide permet d’aborder la descendance d’Énée (777-795), de Romulus à Auguste, fi (...)
  • 7 Renvoyons par exemple à Torrey James Luce, Livy : The Composition of His History, Princeton, 1977, (...)

1En rédigeant le premier son Énéide et le second son histoire romaine Ab Vrbe Condita, Virgile et Tite-Live1 proposaient à leurs lecteurs deux monumenta2 qui ont concouru à donner de Rome une image qu’il est en définitive loisible d’estimer centrée sur la personne contemporaine du prince, refondateur de la cité et créateur d’un novus status qui tire certains éléments de sa légitimité d’une réécriture fort opportune de plusieurs épisodes essentiels du passé de l’Vrbs3. À l’issue d’une longue série de guerres civiles que l’on peut considérer à bon droit comme génératrice de désordres et destructrice de la paix des dieux et de la concorde des hommes4, et après plusieurs expériences politiques qu’il importe de fondre dans une approche renouvelée de la res publica, Sylla, Pompée ou César ayant tous, à des titres divers, une paternité dans de nombreuses mesures prises par le nouveau princeps : le retour à la Paix, la fermeture des portes du temple de Janus5, la célébration d’un triple triomphe les 13, 14 et 15 août 29 av. notre ère, puis l’érection de l’ara Pacis (voué en 13 et dédié le 30 janvier 9 av.) ou la mise en chantier du forum Auguste (achevé en 2 av.), sont autant d’étapes dans la définition progressive du régime de l’Imperator Caesar Augustus. Ce dernier se veut d’abord le magistrat d’une cité au destin exceptionnel, lui-même doté d’une protection divine qu’il met au service de l’Éternité de l’Vrbs6, en identifiant son action à cette ville, à la tête d’un vaste empire dont il vient d’assurer le retour à l’unité et à la paix et dont il prend en charge la défense militaire afin d’en consolider les succès par l’extension et la réorganisation administrative de son territoire. Ces deux récits, qui témoignent des liens privilégiés entre le princeps et les poètes, nous permettent d’envisager également le rapport étroit entre le prince et la cité. Sans qu’il soit très judicieux de reprendre une question longuement débattue ces dernières années et qui visait à mesurer la part d’indépendance ou de soumission de ces auteurs à la politique augustéenne et à ses impératifs – que l’on enferme volontiers dans les rets de la propagande ou de l’idéologie, sans toujours définir ce que l’on entend par ces expressions7 –, nous voudrions seulement partir de ces deux œuvres pour envisager certains aspects des relations exceptionnelles nouées entre l’empereur et la cité de Rome.

  • 8 Dion Cassius, LIII, 16, 7-8 (bien que très désireux de prendre le surnom de Romulus, il le rejette (...)
  • 9 Citons ce passage de Tite-Live, V, 49, 7, lors du triomphe de Camille, après la victoire de ce der (...)

2Il nous est donc apparu que, dans ces récits des origines de la cité, les choix opérés à cette date dans l’interprétation des épisodes marquants de la fondation, puis de l’histoire de la Rome royale et républicaine, enfin les allusions au présent augustéen, avec les références à la descendance d’Énée qui permettent d’inscrire l’Imperator Caesar Augustus dans une lignée déjà revendiquée par son père adoptif César, pouvaient nous servir de point de départ pour appréhender près de deux siècles d’histoire de la cité impériale, ville et capitale, en nous attachant plus particulièrement à la personne du détenteur de l’imperium et à ses rapports avec une cité dont il est devenu le magistrat supérieur et le principal intermédiaire – sinon le seul – entre la communauté des citoyens et celle des dieux. D’Auguste à Commode, chaque prince prend en charge le destin de la ville de Rome et incarne l’un après l’autre tout à la fois le fondateur (conditor), héritier de Romulus dont le premier empereur faillit prendre le surnom8, le père (pater patriae) de l’ensemble des citoyens (urbi et orbi)9, ce qui a des conséquences tant sociales que religieuses, enfin le fils d’empereurs « consacrés » (divi filius) qui peut prétendre à une divinité future et bénéficie de son vivant d’un culte impérial renforçant son statut particulier et conférant petit à petit à sa charge – sinon à sa personne – une sacralité susceptible de remettre en cause les liens naturels tissés entre lui et le populus Romanus.

  • 10 Prenons un seul exemple du terme de l’évolution au cours du IIIe siècle, avec la cérémonie de l’ad (...)

3Nous tenterons donc d’exprimer cette relation particulière entre le prince et la cité de Rome tout au long des deux premiers siècles du Principat, d’Auguste au dernier des Antonins. Nous envisagerons en premier lieu une approche plus particulièrement spatiale et matérielle afin d’être en mesure de préciser la nature de la refondation et de la restauration de l’espace urbain, à savoir depuis la fin des guerres civiles quel est le sens d’une « cité impériale », cité-capitale d’empire et cité sous la conduite d’un magistrat doté de l’imperium. Puis, c’est la traduction sociale de cette redéfinition de l’espace urbain par un nouveau conditor qui nous retiendra, en rendant notamment compte de ces liens entre princeps et populus qui s’expriment diversement dans l’Vrbs et permettent de célébrer tout autant le père de la patrie que la cité elle-même. Enfin, nous aborderons une dimension proprement religieuse de cette relation entre Imperator Caesar Augustus et Vrbs, en constatant le destin commun de l’un et de l’autre au service et sous la protection des dieux. Cette réflexion devrait nous permettre de renouveler notre perception de la Rome impériale, en évaluant différemment l’évolution de la cité et le rôle du prince en son sein. Si le règne d’Auguste est à bien des égards essentiel, en ce qu’il apparaît comme un temps d’ouverture et de réécriture, livrant aux successeurs une règle de conduite qui fut pour l’essentiel respectée, il n’en demeure pas moins que plusieurs empereurs apportent une contribution importante et personnelle à l’histoire urbaine – que ce soient Claude, Vespasien ou Hadrien, pour ne citer que trois approches complémentaires –, et fournissent ainsi le cadre à une commémoration du destin commun d’un pouvoir politique et d’une cité, l’un et l’autre étroitement liés. Les temps ne sont pas encore venus pour une transposition de leur histoire commune sur la personne unique d’un prince, titulaire d’une fonction dont la sacralité lui permet dorénavant de s’affranchir des limites d’un contexte matériel et religieux10.

Définir, investir et transformer l’espace urbain : le prince conditor

  • 11 Sur tout ceci les pages essentielles de Paul Zanker, The Power of Images in the Age of Augustus, « (...)
  • 12 Renvoyons aux références collectées par Bernadette Liou-Gille, Une lecture « religieuse » de Tite- (...)
  • 13 Varron, De Lingua Latina, V, 143 (Etrusco ritu) ; John Scheid, La religion des Romains, Paris, 199 (...)

4Que les auteurs du siècle d’Auguste se soient attachés à rendre compte de la mise en place d’un nouveau régime politique en termes religieux, multipliant les allusions à la refondation de la cité, au retour de l’âge d’or, tandis que les architectes au service de la politique monumentale du prince ont accompagné cette lecture orientée du présent dans leurs motifs d’ornementation, comme l’ara Pacis nous permet d’en juger11, ne doit pas occulter la nature des pouvoirs conférés au princeps qui justifient pleinement cette écriture mythologique des premiers temps du novus status. C’est donc sur ce plan institutionnel que nous voudrions nous placer en relevant les aspects concrets légitimant, au-delà du règne d’Auguste, l’assimilation du souverain au fondateur de la cité. Si la figure du fondateur Romulus est diversement appréciée : parfois dépréciée en raison de son rôle supposé dans le meurtre de son frère Rémus, ou bien écartée à cause du précédent malheureux de sa disparition, victime probable de patres qui ont également réglé violemment le sort du père adoptif du princeps12 ; il n’en va pas de même de son action politique et symbolique qui fait de lui l’unique responsable de l’accomplissement des rites de fondation, que les antiquaires de la fin de la République jugent d’origine étrusque13. Les princes héritent de cette fonction – avérée ou reconstituée – en ayant notamment la charge de l’agrandissement de l’espace sacré de l’Vrbs, ce pomerium qui a été tracé par Romulus.

  • 14 À propos de la religion des coloniae et des opérations de fondation en relation avec Rome, lire l’ (...)
  • 15 En ce qui concerne Sylla, la dénonciation moqueuse du consul Lépide rapportée par Salluste, Histor (...)
  • 16 Tacite, Annales, XII, 23, 2 (avec mention des précédents de Sylla et Auguste)-24 (tracé) et Aulu- (...)
  • 17 Histoire Auguste, Vita Aureliani, 21, 11 : Addidit autem Augustus, addidit Traianus, addidit Nero, (...)
  • 18 Cf. deux séries de dix cippes claudiens et quatre flaviens : CIL, VI, 31537 a-b (a = ILS, 213) et (...)

5À défaut de procéder à la refondation rituelle de la cité de Rome, mais responsables dès la mise en place du Principat de la création de « petites Romes » dans les provinces, principalement occidentales, de l’empire (il s’agit des colonies fondées selon le même rite14), les empereurs en tant qu’imperatores, dotés de l’imperium et ayant monopolisé les auspices, peuvent modifier le tracé de l’enceinte sacrée romaine et de ce fait renouveler la limitatio, ce qui implique peut-être également une nouvelle consecratio. Nos sources ne nous permettent pas de suivre la nature des opérations religieuses et de préciser le contenu des pouvoirs détenus en ce domaine par l’Imperator Caesar Augustus, mais il est toutefois possible de reconstituer certains gestes et de souligner le rapport étroit entre le prince et le pomerium. Trois séries de renseignements sont à notre disposition. D’une part, les empereurs qui auraient procédé à l’agrandissement de l’enceinte sacrée de l’Vrbs, avec les mentions préalables de deux imperatores parvenus à la dictature, Sylla et César15, puis celles de Claude, Vespasien et Titus, dans les deux cas en liaison étroite avec leur censure16, enfin une liste tardive livrant les noms d’Auguste, Néron, Trajan et Aurélien17. Ces données sont littéraires mais peuvent être corroborées par les formulaires épigraphiques des cippi qui marquent sur le terrain les limites de l’espace pomérial18. On relève l’existence de bornes claudiennes et flaviennes, et par ailleurs une procédure de restauration de ces termini sous le règne d’Hadrien. À partir de l’ensemble de ces informations, il convient de proposer une reconstitution précise des diverses opérations qui ont eu lieu et de dégager le contexte institutionnel qui en justifie la réalisation.

  • 19 [Ex s(enatus)] c(onsulto), co[llegium / au]gurum, auctore / Imp.] Caesare divi / T]raiani Parthici (...)
  • 20 Tacite, Annales, XII, 23, 2 (more prisco, quo iis qui protulere imperium etiam terminos Vrbis prop (...)

6Depuis Auguste, le prince détient en même temps l’imperium et la puissance tribunicienne, il monopolise les auspices et la cérémonie triomphale, enfin il contrôle les principaux sacerdoces et collèges religieux et devient à son avènement grand pontife ; le premier empereur ayant dû se contenter du contrôle des quatre principaux collèges (quattuor amplissima collegia des pontifes, augures, quindecemviri sacris faciundis et septemviri epulonum) durant la période intermédiaire qui prit fin en 12 avant notre ère. Or le collège des augures est le responsable éminent des trois premières opérations de fondation (inauguratio, orientatio et limitatio) tandis que les pontifes interviennent lors de la consecratio. Les quatre cippi conservés, datant de 121 et faisant état de la restauration du pomerium, mentionnent le prince, le collège des augures et l’intervention du Sénat par la sanction du senatus consultum19. De plus, les sacrifices qui ont dû sanctionner l’achèvement de cette opération sont naturellement placés sous l’autorité du grand pontife. Ainsi, il appert que les liens du prince et de la cité de Rome font naturellement du premier le responsable de l’espace sacré de la seconde ; de même les sources soulignent ce rôle, ce qui peut les conduire à attribuer des actes erronés à certains princes dont le règne est tenu pour très favorable. C’est donc en vertu de ses pouvoirs, mais avant tout de cet imperium et de ses victoires qui s’accompagnent de salutations impériales destinées à célébrer sa virtus, que l’empereur est amené à procéder à l’agrandissement du pomerium, le sort de la cité étant ainsi lié à celui du prince, un prince victorieux qui a agrandi le territoire de l’empire pouvant ainsi commémorer ce succès en procédant à un élargissement symbolique de l’Vrbs20. Le prince est donc bien dans la cité comme un fondateur permanent chargé d’assurer une éternité que ses victoires et le soutien des dieux lui confèrent.

  • 21 Suétone, Divus Claudius, 17 et Dion Cassius, LX, 22 (honneurs votés par le Sénat, titre de Britann (...)
  • 22 Flavius Josèphe, Bellum Judaicum, VII, 118-162.
  • 23 Ibid., 123-131. Cf. pour une localisation précise le plan de Gerard Creedon dans l’article de Joe (...)
  • 24 Pour une mise au point de la nature du triomphe durant l’époque républicaine, outre H. S. Versnel, (...)
  • 25 Sur le sens de cette évolution, en attendant une étude plus ample dans un livre à paraître sur Le (...)

7Prenons les deux exemples bien attestés d’agrandissement du pomerium au ier siècle de notre ère. Il s’agit des cas consécutifs à la célébration de deux triomphes, correspondant l’un et l’autre à deux élargissements de l’empire, à l’ouest et à l’est, en 49 et 75. Claude est revenu vainqueur de Bretagne et a accompli la conquête qu’avait projetée un siècle plus tôt César. De retour à Rome, il a célébré un triomphe en 44 selon la coutume et fut de plus honoré par l’érection d’un arc de triomphe dans la cité21. Le déroulement exact de la cérémonie ne nous est pas connu mais nous pouvons supposer qu’il ne fut guère différent de celui rapporté par un observateur attentif aux realia romains comme Flavius Josèphe, qui narre en détail le triomphe sur les Juifs de Vespasien et son fils Titus en 7122. Cet auteur est notamment sensible à l’importance symbolique du pomerium et au respect de certaines règles qui a conduit les princes à passer la dernière nuit avant leur triomphe à l’extérieur de l’enceinte sacrée que l’on peut, dans la région du Champ de Mars, fixer grâce aux renseignements fournis à propos des phases préparatoires avant le franchissement de la porta triumphalis, à proximité du temple d’Isis23. Si la cérémonie en elle-même importe peu pour notre propos, rappelons toutefois que les témoignages des auteurs tardo-républicains insistent sur le rôle du général vainqueur durant le triomphe, véritable Jupiter d’un jour dont le statut provisoire de dieu vivant est rappelé sur le ton de la moquerie par les participants, en particulier ses soldats qui l’apostrophent et soulignent son état de mortel24. Le parcours conduit donc de l’extérieur de l’enceinte au temple de Jupiter Capitolin sur le seuil duquel ont lieu les sacrifices rituels au dieu tutélaire qui achèvent la cérémonie et sont exécutés sous la conduite de l’imperator, ce qui implique qu’à ce stade du triumphus il n’est plus ce dieu vivant statufié par le minium qui recouvre son visage et le port du vêtement pourpre. Le franchissement du pomerium est uniquement autorisé dans le cadre de cette cérémonie triomphale qui rend ainsi possible, sans risque de souillure, la pénétration intra Vrbem d’une armée en armes. Si nous n’avons aucune raison de douter de la permanence d’un rituel dont les formes principales ont été fixées sous la République, en tout état de cause durant ses derniers siècles, et décrites par les auteurs augustéens, il nous faut néanmoins constater que le prince détient des pouvoirs qui rendent moins prégnantes les obligations rituelles justifiant l’absence de troupes armées à l’intérieur de la cité, de même que toutes les cérémonies publiques impériales ont pris depuis Auguste une dimension triomphale qui rend compte de l’exaltation permanente des vertus du souverain25.

  • 26 Il s’agit de L. Cornelius Balbus, le 27 mars (L. Cornelius P. f. Balbus pro co(n)s(ule) a. DCCXXXI (...)
  • 27 Aulu-Gelle, XIII, 14, 7. Sur les liens religieux entre Aventin et Champ de Mars justifiant l’exten (...)
  • 28 Flavius Josèphe, VII, 148-150, cite la table, le chandelier à sept branches et la torah. Cf. LTVR, (...)
  • 29 Flavius Josèphe, VII, 158 et Dion Cassius, LXVI, 15, 1 (dédicace du temple en 75). LTVR, IV (1999) (...)
  • 30 Cf. Roman Statutes I, Michael Crawford (éd.), Londres, 1996, n° 39, p. 549-553. Lignes 14-16 : Uti (...)
  • 31 Cf. BMC, II, p. 87, n° 425, pl. 15, 3. Peut-on rapprocher une telle représentation, dans un contex (...)

8L’empire fut donc par deux fois agrandi – une province de Bretagne puis une province impériale proprétorienne de Judée ayant été créées –, tandis que les empereurs revêtaient également la censure dans les années qui ont précédé l’agrandissement formel du pomerium. Cette coïncidence mérite d’être relevée tout autant que les droits reconnus au prince, devenu le seul triomphateur avec les membres de sa famille, depuis l’année 19 avant notre ère, date à laquelle le dernier imperator « indépendant » triompha26. La pratique augustéenne a conduit au monopole du triomphe et au contrôle impérial de toute politique édilitaire. C’est donc dans ce contexte que se placent les mesures prises par Claude et Vespasien, le premier incluant notamment l’Aventin au cœur de la cité27, tandis qu’un recensement de la population et des ordines fut effectué, une censure traditionnelle étant pour l’occasion, et pour la dernière fois en 73-74, octroyée aux princes durant dix-huit mois. Une excellente illustration de la rencontre de ces différentes activités du prince nous est offerte par les premières années du règne de Vespasien. La chute de Jérusalem, en attendant que la victoire sur les Juifs soit définitivement acquise après la prise de Massada en 74, est en outre illustrée par les dépouilles religieuses de son temple présentes dans le cortège triomphal de 71 (ménorah…) et décrites à la fois par Flavius Josèphe et un relief de l’arc de Titus sur la Via Sacra28. Ce dernier fait partie des commémorations du triomphe au même titre que le temple de la Paix ex manubiis qui a reçu les dépouilles juives, mais également un probable plan de la cité et l’implantation de la préfecture de la Ville29. Sont ainsi étroitement associés le triomphe du prince commémorant sa victoire, l’agrandissement de l’espace sacré de la cité (avec érection de nouveaux cippi) et son administration (préfecture urbaine), la lex de Imperio Vespasiani ayant auparavant souligné les pouvoirs du prince dans ce domaine30, tandis que l’idéologie de la refondation de la cité était véhiculée par ces monnaies représentant, en 69-70, le prince en toge aidant une Rome agenouillée à se relever, légendées ROMA RESURGENS31.

Document 1. – Extensions impériales du pomerium au Champ de Mars, les hypothèses de Labrousse, Coarelli et Rodríguez-Almeida.

Document 1. – Extensions impériales du pomerium au Champ de Mars, les hypothèses de Labrousse, Coarelli et Rodríguez-Almeida.

© Gerard Creedon dans Joe Park Poe, « The Saecular Games, the Aventine, and the Pomerium in the Campus Martius », Classical Antiquity, 3-1, 1984, entre les pages 57 et 58.

  • 32 L’étude du problème juridique posé est menée par Jean-Louis Ferrary dans sa contribution à ce volu (...)
  • 33 Cf. BMC, III, p. 329-330, n° 709-714, denarii de l’atelier de Rome, pl. 61, 2-3.
  • 34 Pour une évocation des liens entre Parilia et Romaia et plus généralement de la politique religieu (...)
  • 35 Mary T. Boatwright, Hadrian and the city of Rome, Princeton, 1987, p. 119-133 et LTVR, V (1999), s (...)
  • 36 Lire les conclusions de Mary T. Boatwright, « The Pomerial Extension of Augustus », Historia, XXXV (...)
  • 37 Tacite, Annales, XII, 23, 2 ; Dion Cassius, LV, 6, 6 (en 8 av., dans un passage concernant des hon (...)

9Nous voici donc confronté à une image très cohérente du pouvoir impérial et de ses liens avec la cité, son espace et son histoire, qui permet de comprendre a posteriori la présence dans la liste des princes ayant agrandi le pomerium tant d’Auguste que de Trajan, ces deux imperatores étant réputés par l’historiographie sénatoriale du ive siècle comme les modèles des bons souverains, mais également, ce qui fut plus étonnant et difficile à justifier, de Néron. Le droit d’extension peut aisément traduire dans la loi, sous le règne de Vespasien, cet ensemble de pouvoirs qui fut constitué progressivement sous le règne d’Auguste, sans aucune sanction précise pour éviter toute accusation d’installation d’une monarchie formelle, et qui comprend naturellement le droit de déplacer les limites du pomœrium complétant concrètement la capacité qui lui a été reconnue de franchir la limite sacrée, malgré la permanence de son imperium militiae32. De ce fait, le prince occupe à l’égard de la cité une position originale qui le rend égal au fondateur, ce Romulus conditor qui fut célébré par le monnayage d’Hadrien33 au moment même où ce dernier procédait à la restauration du pomerium et décidait par ailleurs de la célébration régulière de la cité par la création des Romaia du 21 avril34 et l’érection du grand temple de Vénus et Rome35. Si Auguste avait bien réformé la cité de Rome, en créant les quatorze regiones et en réorganisant les vici, s’il fut à plusieurs reprises chargé du census sans toutefois être censeur, s’il a bien triomphé en 29 et agrandi les limites de l’empire en ajoutant de nouveaux territoires à l’Vrbs, il n’a probablement pas procédé à l’agrandissement de l’enceinte sacrée de la cité, mais fut bien considéré de son vivant et par l’historiographie postérieure comme un refondateur36. Il n’est donc pas étonnant que Tacite ou Dion Cassius ait affirmé qu’il avait procédé à une telle extension et que l’Histoire Auguste l’ait également compté parmi les bons princes ayant pris une telle mesure37.

  • 38 Histoire Auguste, Vita Hadriani, 6, 1 ; Dion Cassius, LXIX, 2, 3 (Xiphilin) ; Epitome de Caesaribu (...)
  • 39 En attendant la publication dans notre Prince et la cité d’une étude plus complète concernant le f (...)
  • 40 Pour l’inauguration de la colonne en 113, Fasti Ostienses, fragment J, lignes 54-56, le 13 mai ([c (...)
  • 41 Lire les remarques de H. S. Versnel, Triumphus, op. cit. note 24, p. 123-124 ; malgré l’étude de J (...)
  • 42 Dion Cassius, XLIV, 7, 1, droit conféré à César de placer sa tombe à l’intérieur du pomerium, ce q (...)
  • 43 Cf. Penelope J. E. Davies, Death and the Emperor, op. cit. note 28, à propos de la colonne Trajane (...)

10Terminons cette première évocation des liens privilégiés entre le prince et la cité en prenant un exemple tout à fait significatif. Quelques années avant de procéder à la restauration pomériale dont plusieurs cippes attestent l’existence, Hadrien prit en charge les mesures commémoratives destinées à honorer son père adoptif défunt. Ce dernier, mort en Cilicie à la fin d’une campagne parthique victorieuse, fut incinéré à Sélinonte, ses cendres placées dans une urne et rapatriées à Rome38. Sans entrer dans les détails d’une période très controversée, de l’été 117 à l’été 118, de l’adoption « posthume » d’Hadrien à son retour à Rome, signalons ce qui nous semble le plus pertinent pour notre étude présente39. Les sources mentionnent un triomphe posthume de Trajan, dont la nomenclature post mortem comprend pour la première fois un surnom de victoire (divus Traianus Parthicus), une cérémonie de type funéraire et un geste symbolique consistant à placer les cendres de l’empereur défunt dans le socle de la colonne érigée au forum qu’il avait décidé de construire, à l’intérieur du pomerium40. Que l’on interprète ces différents gestes avec des nuances, notamment en refusant de fondre en une seule cérémonie triomphe posthume et consecratio41, et en justifiant l’ensevelissement intra pomerium par un droit reconnu aux triomphateurs de disposer d’un tel privilège42, il nous faut constater que le geste est révélateur de l’intimité du prince avec une cité dont il finit par incarner seul le destin et par assurer, en vertu des relations privilégiées qu’il a nouées avec les dieux, la protection et le succès de ses diverses entreprises. Trajan avait agrandi les limites de l’empire en créant de nouvelles provinces, il avait triomphé sur les Daces mais n’a pas, contrairement à l’affirmation de l’Histoire Auguste, agrandi les limites de l’Vrbs. Il est loisible, toutefois, de considérer qu’une éventuelle commémoration posthume de ses exploits, un triomphe ou une cérémonie de type triomphale, et l’ensevelissement de ses restes au pied d’une colonne rapportant les détails de sa première campagne victorieuse, permettaient de désigner très solennellement à tous les Romains le statut particulier du nouveau divinisé et son identité avec le destin de l’Vrbs Æterna43.

Incarner une cité et la communauté de ses citoyens : le pater patriae

  • 44 Pour une lecture des rôles respectifs de ces trois rois de Rome dans l’Histoire romaine de Tite-Li (...)
  • 45 Thomas Tarver, « Varro, Caesar, and the Roman Calendar : a Study in Late Republican Religion », Al (...)
  • 46 Nous avons résumé nos recherches concernant le calendrier dans Stéphane Benoist, « Fasti et “geste (...)
  • 47 Cf. les différentes contributions réunies par Elio Lo Cascio (éd.), Roma imperiale. Una metropoli (...)

11Ainsi, Auguste a-t-il légué à ses successeurs une certaine pratique du pouvoir qui a pu prendre des formes plus précises au fur et à mesure des règnes, et notamment se fixer dans le bronze aux premiers jours de l’avènement à Rome de Vespasien avec la Lex de Imperio Vespasiani. La rencontre de la réalité spatiale de l’Vrbs (son enceinte sacrée), de sa composition sociale (le comptage de la population des citoyens romains lors du census), enfin des pouvoirs du prince qui sont avant tout ceux tirés de la pratique de la res publica, elle-même rattachée par les auteurs du dernier siècle avant notre ère aux origines de la cité, nous a permis de rendre compte sous Claude et Vespasien de certains aspects significatifs des liens tissés entre le prince et la cité (victoire, triomphe, élargissement des limites pomériales et recensement). Celui qui franchit sans encombre le pomerium en dépit de l’imperium dont il est revêtu en permanence, celui qui possède dès les premières années du siècle des Antonins la puissance censoriale à titre viager, ce princeps toujours victorieux peut à bon droit revendiquer, tel Romulus, Numa ou Servius Tullius44, le statut de refondateur d’une cité éternelle qu’il incarne et de père d’une patrie, véritable communauté de citoyens qui célèbrent ses vertus. Les réécritures érudites du passé de la cité, engagées notamment au cours du ier siècle avant notre ère – Varron dédicaçant par exemple la deuxième partie de ses Antiquités (Rerum divinarum) au dictateur et grand pontife César45 –, ont facilité la reconnaissance d’un nouveau pouvoir qui fut ainsi responsable de la réforme du calendrier (avec César et Auguste en 46 et 8 av.)46, engagea également des politiques monumentales et administratives modifiant l’espace urbain en profondeur (sinon en en déplaçant les limites pomériales)47, avant d’inscrire ces mutations dans la société romaine d’empire par une diffusion de la citoyenneté plus ou moins large selon les règnes. Claude assurément, Vespasien à divers titres, puis Domitien malgré sa funeste réputation, Trajan et Hadrien ont de fait prolongé dans le même esprit certains projets entrepris par les imperatores César et Auguste.

  • 48 Pour la titulature impériale et son évolution, prendre par exemple les études suivantes comme poin (...)
  • 49 Cicéron, après la répression de la conjuration de Catilina : In Pisonem, 6 (Me Q. Catulus… frequen (...)
  • 50 Pour l’importance de ce titre et ses implications les remarques de Zvi Yavetz, « The Res Gestae an (...)
  • 51 Frédéric Hurlet, Les collègues du Prince sous Auguste et Tibère. De la légalité républicaine à la (...)
  • 52 Sur tout ceci les remarques de Paul Zanker, The Power of Images in the Age of Augustus, op. cit. n (...)
  • 53 Res Gestae Divi Augusti, 19 et Properce, IV, 10 ; concernant la fondation, Tite-Live, I, 10 ; Valè (...)
  • 54 Res Gestae Divi Augusti, 19. Cf. Timothy P. Wiseman, Remus. A Roman Myth, Cambridge, 1995, p. 144- (...)
  • 55 Renvoyons à l’étude de Pierre Gros, Aurea Templa. Recherches sur l’architecture religieuse de Rome (...)

12C’est en partant de l’achèvement du forum Auguste en 2 avant notre ère que nous pourrons préciser la nature des liens spécifiques tissés entre le prince et la cité. Contentons-nous des aspects les plus significatifs pour notre étude et, en premier lieu, de l’octroi du dernier titre à prendre place à cette date dans la titulature augustéenne, appelée à devenir un modèle de nomenclature à l’usage de tous les princes, en particulier – et pour la première fois selon une séquence régulière – sous le règne de Vespasien48. Déjà, à titre personnel et ponctuel, Cicéron et César furent salués du nom de père de la Patrie49. Toutefois, l’octroi de cet honneur en 2 revêt une importance particulière50. En effet, il pérennise les étapes antérieures de la définition d’un régime qui n’a pas de constitution propre. La politeia impériale est en effet constituée d’éléments complémentaires qui participent à l’élaboration d’un ensemble renouvelant la res publica sans pour autant marquer la naissance d’une monarchie, au demeurant sans procédure de succession affirmée. C’est ainsi que les petits-fils d’Auguste qui ont été adoptés, Caius et Lucius César, sont présentés officiellement et occupent une place privilégiée lors des fêtes d’inauguration du nouveau forum51. Ce dernier complète l’appropriation impériale du centre politique de l’Vrbs, après la création du forum de César, en doublant l’espace traditionnel du forum Romanum. Il inscrit de surcroît pour la première fois la divinité guerrière Mars à l’intérieur de l’enceinte sacrée en la dotant d’une épiclèse qui la désigne très directement comme un dieu « augustéen », marqué par la vengeance à l’égard des Parthes et des assassins de César, en un temple au sein d’un portique à double (?) exèdre de chaque côté dans lequel prend place une histoire raisonnée du passé commun des Romains, par le programme sculptural des summi viri accompagnés de leur tituli52. Jupiter Feretrius qui, selon la légende, reçut le premier un temple au Capitole par Romulus, restauré par Auguste53, et Jupiter Capitolin, Vénus Genetrix au forum de César, Mars Vltor au forum Auguste, Apollon au Palatin et Quirinus dont le temple est reconstruit en 16 av.54, enfin le divin Jules au Forum romain, telle serait une première topographie religieuse augustéenne55.

  • 56 Fonctions du temple de Mars Vltor : Dion Cassius, LV, 10, 2-3, qui nous rapporte une véritable lex (...)

13La mise en scène des relations privilégiées entre prince et cité est particulièrement judicieuse au forum Auguste, si l’on en croit les dispositions prises par l’empereur et rapportées notamment par Dion Cassius. Le temple de Mars Vltor attire à lui dorénavant un certain nombre de manifestations liées à la guerre, au triomphe et à la composition de la société romaine d’empire (citoyens et membres des ordines), parmi lesquelles il en est que l’on pouvait considérer auparavant comme du ressort exclusif de Jupiter au Capitole, voire comme devant prendre naturellement place à l’extérieur du pomerium. C’est ainsi que les magistrats en partance pour leur province (des deux types, du peuple et du Sénat ou impériale) devront se rendre au temple de Mars Vltor. Le Sénat délibérera des sujets ayant trait à l’octroi du triomphe en ce lieu, tandis que les imperatores devront y déposer leurs dépouilles, le temple ayant en tout premier lieu, selon le vœu d’Auguste, accueilli les enseignes de Crassus rendues par les Parthes. Le forum accueillera également les statues des imperatores ou des généraux honorés par les ornamenta triumphalia. C’est enfin un lieu consacré à un rite de passage aussi essentiel dans une cité comme Rome que celui de la prise de toge virile, suffisamment central pour que des calendriers de l’époque augustéenne et tibérienne aient inscrit la cérémonie concernant Auguste, Tibère, puis Néron le fils de Germanicus au rang des commémorations de la geste princière, et enfin à la clôture solennelle du census56. Voilà donc un espace (ce forum et le temple de Mars Vltor), un titre (celui de pater patriae) et une pluralité de fonctions qui nous semblent très significatifs des liens spécifiques entre le prince, la cité et son populus.

  • 57 En renvoyant à la contribution de P. Zanker dans ce volume, p. 119-156.
  • 58 Pour la bibliographie concernant ces questions, renvoyons à notre mise au point au colloque de la (...)
  • 59 Juvénal, Saturae, X, 77-81 et nos remarques concernant l’interprétation de ce passage dans « Le pr (...)
  • 60 LTVR, IV (1999), s. v. Pax, templum, p. 67-70 (F. Coarelli). Temple ex manubiis (Dion Cassius, LXV (...)
  • 61 Lire nos remarques dans La Fête à Rome, op. cit. note 26, troisième partie « Espace et représentat (...)

14De la même manière, et sans qu’il soit nécessaire d’insister, les politiques frumentaires et festives ont permis de renouveler le sens du politique, au moins depuis les grands imperatores de la fin de la République, et offert aux spectateurs de nouveaux lieux d’observation d’un échange institutionnalisé entre princeps et populus, aux théâtres, à l’amphithéâtre – le Colisée marquant une étape décisive dans cette perspective – et aux cirques57. Si l’on peut considérer que les réformes augustéennes de l’espace urbain, avec notamment le découpage en quatorze regiones et deux cent soixante-quinze vici, procèdent de l’identification que nous avons évoquée du prince au conditor, il nous semble que les détails des distributions de blé tout comme la mise en place d’une administration urbaine, et en particulier des préfectures de l’annone et de la cité, peuvent être associés à l’identité du souverain au paterfamilias d’une cité qui s’élargit aux frontières de l’empire58. C’est ainsi que les successeurs d’Auguste poursuivent cette œuvre, certains se distinguant plus particulièrement, que ce soit Claude, Trajan ou Hadrien, pour donner un sens qui n’est pas qu’anecdotique ou polémique aux propos de Juvénal concernant le pain et les jeux du cirque59. Il est loisible par ailleurs d’insister sur l’achèvement sous les Flaviens du temple de la Paix et de la localisation probable en ce lieu de la préfecture urbaine et d’un plan de la cité60. De multiples occasions permettent, au cours de l’année, d’organiser cette rencontre entre le princeps et le populus Romanus dont les cérémonies publiques illustrent tout à la fois les dimensions religieuses et festives et la pertinence d’une lecture sociale de leurs cortèges et assistances61.

  • 62 Sur tout ceci, Augusto Fraschetti, Rome et le prince, Paris, 1994, p. 213-280 (chap. IV : « Espace (...)
  • 63 Lire nos réflexions dans Stéphane Benoist, « L’espace urbain de Rome, comme lieu d’encadrement de (...)
  • 64 Cf. Augusto Fraschetti, Rome et le prince, op. cit. note 62, p. 345-374 (chap. VI : « Cognata Numi (...)
  • 65 Pour un exposé de la mise en place et du contenu du culte impérial, Mary Beard, John North& Simon (...)
  • 66 Les références épigraphiques et numismatiques sont réunies par C. J. Simpson, « IMP. CAESARDIVI FI (...)
  • 67 John Hugo Wolfgang Gideon Liebeschuetz, Continuity and Change in Roman Religion, Oxford, 1979, p. (...)

15On peut observer une forme de réciprocité lors de la célébration du prince et de la cité. C’est ainsi que la cité célèbre son prince et que le prince commémore l’Vrbs. Plusieurs enseignements de la politique augustéenne permettent de conférer une nouvelle dimension à la fête impériale et à ses deux composantes, rituelle et proprement festive. La fête restaurée et renouvelée des Compitalia accompagne la réforme augustéenne de l’espace urbain en associant au culte des Lares des carrefours le genius Augusti62. La périodicité (1er mai et 1er août) et la présence dans l’ensemble de la cité de ces rites ont permis de diffuser une des premières manifestations urbaines du culte impérial et d’associer ainsi étroitement le prince à une commémoration populaire, de la même façon que les décisions prises par César et Auguste d’organiser certaines festivités regionatim ou vicatim concouraient à quadriller l’espace urbain et à faciliter cet investissement impérial du temps (calendrier) et de l’espace de l’Vrbs63. On peut considérer de la même manière la création d’une chapelle de Vesta au Palatin comme une incorporation d’un culte poliade essentiel dans la résidence de l’empereur qui, devenu grand pontife, ne réside plus dorénavant à la Regia64. Ces réformes augustéennes s’accompagnaient à l’extérieur de Rome des premières mesures concernant le culte de Rome et d’Auguste et celui du premier divinisé, notamment pour les citoyens romains dans les provinces hellénophones, avant que la cité n’accueille en son sein, à partir des décisions prises par Hadrien, le culte de la cité divinisée, la dea Roma associée à la déesse familiale des fondateurs du régime, Vénus, en un temple érigé en bordure du Forum romain, sur les pentes de la Vélia, à l’emplacement du vestibule de la domus Aurea65. À cette date, la filiation divine des princes s’affirme très nettement dans la titulature des empereurs : Hadrien est divi Nervae nepos et divi Traiani Parthici filius. De la même façon, César prétendait déjà à une ascendance divine en célébrant Vénus Genetrix tandis que l’Imperator Caesar faisait marquer sur les monnayages de l’époque triumvirale la simple mention de divi filius, pour rendre compte de la décision sénatoriale de consecratio de son père adoptif en 42, que l’on choisisse de conférer à divus le rôle d’un titre ou bien le statut d’un véritable prénom en l’écrivant dès lors avec une majuscule66. Cette proximité des dieux, qui s’accompagne au cours du ier siècle de la caution philosophique du stoïcisme postulant une légation divine des princes67, explique sans conteste l’importance prise depuis Auguste par la commémoration du passé de Rome – sa fondation et son histoire pluri-séculaire –, et le rôle que joue dorénavant le souverain dans la pérennité de ce destin, le renouvellement des liens privilégiés avec les dieux et le retour périodique de l’âge d’or.

  • 68 Afin de lier entre eux les différents thèmes de notre étude (pomerium, census et ludi saeculares), (...)
  • 69 Pour une lecture de cette « inflexion » augustéenne de la religion romaine, outre les mises au poi (...)
  • 70 Cf. notre Fête à Rome, op. cit. note 26, p. 171-192.
  • 71 Bibliographie antérieure et dernière mise au point concernant comput, cérémonies et politique par (...)
  • 72 Les sources littéraires sont tardives (Censorin, Zosime) mais peuvent être confrontées aux acta ép (...)
  • 73 . En nuançant les propos de J. Rufus Fears, Princeps a diis electus. The Divine Election of the Emp (...)

16Signalons donc, en terminant cette évocation des liens « paternels » entre prince et cité, les célébrations des jeux séculaires et des jubilés durant notre période68. Il ne s’agit nullement de prétendre à l’exhaustivité mais bien de souligner les choix opérés par les empereurs dans cette commémoration de l’éternité de Rome. C’est ainsi que le passé des ludi saeculares nous apparaît très fortement reconstitué à l’époque augustéenne qui opère des réformes en profondeur et pratique une restauration des cultes qui peut être considérée comme une véritable refondation69. Après épuration des livres sibyllins, retenons que, sous la conduite des quindecemviri sacris faciundis, les jeux séculaires conservent quelques aspects de leur antiquité « tarentine » mais font la part belle aux rituels diurnes et aux divinités impériales comme Apollon70. Quel que soit le comput retenu par Auguste sous les conseils d’Ateius Capito, les siècles de cent dix ans ou de cent ans, et la période traditionnelle du triduum du 31 mai au soir au 3 juin ou celle de l’anniversaire du 21 avril, jour des Parilia, on peut distinguer parmi les occurrences des sources à notre disposition deux séries festives bien distinctes qui permettent au prince d’apparaître comme un acteur essentiel de cette célébration du cycle romain du Grand Temps71. D’une part, les commémorations de 17 av. et 88 apr. qui sont établies sur le même modèle avec de véritables jeux séculaires et, d’autre part, les jeux de 47 et ceux de 148 qui s’apparentent à des jubilés de la cité, même si les premiers se sont probablement fondés sur les rituels traditionnels pour commémorer les huit cents ans de Rome, tandis que les seconds se rattachaient à la réforme d’Hadrien et à la mise en place des Romaia, avec célébration du natalis Vrbis en lieu et place des Parilia, proposant ainsi un véritable jubilé de la cité72. Cette célébration de la Rome éternelle semble le meilleur moyen d’illustrer le rôle de l’empereur, intermédiaire privilégié entre les dieux et les hommes, Jupiter étant d’évidence sous Trajan l’empereur des dieux et le dieu des empereurs73.

Assumer un destin commun, au service et sous la protection des dieux : le divi filius

  • 74 Signalons les réflexions de J. H. W. G. Liebeschuetz, Continuity and Change in Roman Religion, op. (...)
  • 75 Res Gestae Divi Augusti, 19-21, avec les mentions feci et refeci (« j’ai fait [ou] j’ai refait »). (...)
  • 76 Pour une mise au point portant sur les restaurations et constructions de temples durant toute la p (...)
  • 77 Res Gestae Divi Augusti, 20, mention de la réfection de 82 temples en 28 (6e consulat).
  • 78 De Romulus, fondateur du premier temple capitolin (décrit par Denys d’Halicarnasse, II, 34, 4, apr (...)
  • 79 Rappelons l’intérêt du premier chapitre « Aedes sacrae, opera et loca publica : Finalités et desti (...)
  • 80 Citons quinze temples qui ont été créés durant les deux premiers siècles du Principat et dont près (...)

17De retour à Rome, et durant les années qui précèdent l’obtention du grand pontificat, après la mort de Lépide, Auguste s’est attaché par de nombreuses mesures pratiques et symboliques à définir sa position à l’égard de la religion de la cité74. Bâtisseur et reconstructeur, ainsi qu’il l’affirme dans ses Res Gestae Divi Augusti75, le prince clôt définitivement le temps troublé des guerres civiles et fait œuvre de créateur tout en pratiquant une restauration à bien des titres sélective qui fonde une attitude plus générale concernant le mos maiorum et le passé commun des Romains. On constate dans l’ensemble que l’intervention du pouvoir se traduit en premier lieu par un programme de reconstruction des temples qui excède très nettement les véritables créations76. La liste fournie par Auguste lui-même manque souvent de précisions77 mais permet de souligner l’attention du princeps au passé de l’Vrbs avec Jupiter Feretrius, comme nous l’avions déjà signalé, mais également Victoria ou Saturne qui ne sont pas expressément cités, enfin Quirinus, chaque divinité permettant de mettre l’accent sur un épisode fondateur de la cité78. Le contrôle progressif exercé par le prince dans la cité, qui se traduit concrètement par la mise en place d’une administration chargée en particulier des bâtiments civils et religieux, explique cet effort constant des empereurs qui, en dehors de certains projets de plus vaste envergure, se chargent de réparer les outrages subis périodiquement par les bâtiments endommagés par des causes naturelles ou humaines79. Il suffira de rappeler le sort du Capitole, en particulier durant l’année des quatre empereurs, lors des affrontements entre Vitelliens et Flaviens en décembre 69. Les successeurs d’Auguste peuvent également promouvoir des réalisations qui reflètent certains choix personnels et suivent en cela le modèle augustéen80.

  • 81 Cf. John Rufus Fears, « The cult of Jupiter… », loc. cit. note 73 ; et « The cult of Virtues and R (...)
  • 82 Pour une évocation de l’Apollinisme impérial avec actualisation de ses propres positions vingt-cin (...)
  • 83 Sans attacher trop d’importance à ce constat, gageons qu’il ne s’agit pas d’une simple coïncidence (...)
  • 84 Renvoyons pour l’époque augustéenne à Paul Zanker, The Power of Images in the Age of Augustus, op. (...)

18Nous n’évoquerons donc que certains aspects qui rendent compte des conséquences spatiales, festives ou idéologiques de certains projets dont le contenu rappelle l’importance des fonctions sacerdotales du prince et la place originale de ce dernier, à mi-chemin entre monde des dieux et monde des hommes, le culte impérial s’inscrivant au cœur de la religion communautaire. Nous avons déjà rencontré plusieurs dieux importants du panthéon romain et pouvons souligner la répartition spatiale qui permet d’éclairer judicieusement certaines remarques antérieures. Jupiter au Capitole, Apollon au Palatin, Mars au forum Auguste, c’est-à-dire explicitement intra pomerium, voilà donc une première expression religieuse de l’Empire dans la cité-capitale qui est tout à fait significative. Sans attendre les écrits des stoïciens de la deuxième moitié du ier siècle et de la première du iie siècle et l’élaboration d’une idéologie impériale que l’on peut suivre dans leurs œuvres (du De Clementia de Sénèque au Peri Basileias de Dion de Pruse) mais également dans le comportement du prince, dont la sacralité renforcée accompagne par ailleurs l’affirmation progressive de la primauté de la fonction impériale sur l’homme qui n’en est que le titulaire, Jupiter apparaît toujours comme le dieu suprême de la cité impériale, protecteur des Romains et de leur chef. La cérémonie du triomphe, quelles que soient les modifications ponctuelles que nous mentionnions à propos du forum Auguste, demeure liée à Jupiter Capitolin, que l’imperator incarne durant la procession, puis honore par le sacrifice final sur l’esplanade du temple. De la sorte, l’expression symbolique de l’imperium et de la commémoration des vertus du prince, refondateur périodiquement de la cité et de son espace, demeure attachée à la divinité poliade du Capitole81. De la même façon, le choix apollinien d’Auguste marque les deux siècles qui suivent, tant par la localisation et le rôle du temple, au Palatin, que par la participation de cette divinité aux rituels séculaires, depuis les « réformes » augustéennes procédant au rééquilibrage des cérémonies. Apollon préside à certaines réunions de l’assemblée sénatoriale au Palatin, mais également aux cérémonies de renouvellement des liens entre hommes et dieux à l’occasion des fêtes séculaires82. Enfin Mars prend pied de même à l’intérieur de l’enceinte sacrée et scelle le sort de l’imperium du prince et de sa double prééminence civile et militaire. Les deux modes d’expression du pouvoir impérial se trouvent ainsi, dans l’Vrbs, patronnés par deux divinités de la triade précapitoline, le fondateur divinisé complétant opportunément cet ensemble83. Le prince est en effet représenté soit sous les traits du général vainqueur (statue de Prima Porta, frises des colonnes Trajane et Aurélienne ou représentations de certains arcs triomphaux), soit sous ceux du prêtre sacrifiant (ara Pacis, scènes de certains médaillons des arcs ou colonnes)84. Les images du prince sacrificateur ou triomphateur sont donc présentes dans toute la cité, tandis que les trois divinités que nous avons retenues sont implantées en des lieux significatifs pour l’histoire et l’actualité de la res publica et de son fonctionnement à l’époque impériale. Capitole, Palatin, fora impériaux et Forum romain sont de fait associés étroitement dans les choix des politiques édilitaires et festives des princes.

Document 2. – Dieux, divi et divae dans l’espace urbain.

Document 2. – Dieux, divi et divae dans l’espace urbain.

1. Jupiter Capitolin ; 2. Mars Vltor au forum d’Auguste ; 3. Apollon au Palatin ; 4. Vénus Genetrix au forum de César ; 5. Vénus et Rome sur les pentes de la Vélia ; 6. Concorde et Saturne au Forum ; 7. Pax au SE des fora impériaux ; 8. Divus Iulius au Forum ; 9. Divus Augustus entre Capitole et Palatin ; 10. Divus Claudius sur l’Aventin ; 11. Divus Vespasianus au Forum ; 12. Divus Traianus dans son forum ; 13. Divus Hadrianus au Champ de Mars ; 14. Divus Antoninus et diva Faustina au Forum.

  • 85 Cf. Filippo Coarelli, Il Foro Romano II. Periodo repubblicano e augusteo, Rome, 1985, p. 211-324 ; (...)
  • 86 Renvoyons au manuel de Pierre Gros, L’architecture romaine du début du IIIe siècle av. J.-C. à la (...)
  • 87 Pour évaluer cette présence dans l’espace urbain des divi et divae et la localisation des principa (...)
  • 88 Pour faire le point sur les publications récentes (1980-1990) concernant les forums, lire John R. (...)
  • 89 La signification de cette réalisation pompéienne est étudiée par Gilles Sauron, « Le complexe pomp (...)
  • 90 Si les avis sont partagés concernant la signification des cérémonies de 118 (triomphe, consecratio(...)
  • 91 LTVR, I (1993), s. v. Claudius, divus, templum (regio II), p. 277-278 (C. Buzzetti) ; Augustus, di (...)

19Il appert donc que les cultes de la cité et les diverses formes prises par le culte impérial à Rome même depuis Auguste rendent compte d’une étroite imbrication au sein de l’Vrbs au service du novus status. Nous pouvons à ce propos prendre l’exemple des temples des divi et de la conception des fora, depuis les transformations césariennes et augustéennes du forum Romanum, prolongées par les décisions prises par les successeurs du premier princeps, jusqu’aux quatre exemples de forums impériaux, depuis César jusqu’à Trajan85. L’association de fonctions multiples et d’édifices à vocations diverses sur le forum est un héritage républicain bien identifié à Rome et en Italie, puis diffusé dans l’ensemble des provinces de l’empire, notamment occidentales où le modèle de l’agora grec ne peut concurrencer les schémas des urbanistes romains86. Le temple occupe une place importante dans cet espace central de la cité. Relevons ce que l’érection du temple du divus Iulius au forum représente pour le nouveau régime en construction, ou bien ce que la localisation proche des temples des divins Antonin et Faustine et de Vénus et Rome, faisant le lien entre forum et colisée, peut signifier87. Les choix opérés par César, Auguste ou Trajan et Hadrien, sont révélateurs d’une volonté d’inscrire les nouveaux espaces impériaux, dédoublant le vieux forum, dans une continuité dynastique et historique. Si les héritiers de César imposent un monument commémoratif sur le côté oriental de la place centrale de Rome, c’est bien deux divinités liées à une même conception familiale, politique et dynastique, que César et Auguste ont choisies pour leur propre forum, avec Vénus Genetrix et Mars Vltor88. Le temple de Vénus Victrix au sommet de la cavea du théâtre de Pompée avait ouvert la voie, extra pomerium toutefois, à ces réalisations des imperatores89. Malgré les révisions actuelles, parfois drastiques, de la topographie du forum de Trajan, la présence de la colonne et celle d’un temple, quel que soit son emplacement précis, nous semble révélatrices d’une évolution très significative. Un siècle après la consecratio d’Auguste, le modèle du forum impérial débouche sur une célébration dynastique du pouvoir impérial qui traduit en un seul lieu la notion d’imperium et son postulat d’éternité, au service de la cité, par les représentations des campagnes daciques de l’imperator et la commémoration du divus Traianus Parthicus90. À l’exception du temple du divin Claude, qui eut à souffrir de contretemps sous le règne de Néron et se trouve assez loin des espaces centraux des fora impériaux, sur l’Aventin, les autres constructions voisinent avec la zone que nous venons de mentionner, le temple du divin Vespasien achevé sous Domitien en bordure du forum, ou le temple du divin Auguste, entre Capitole et Palatin, à l’exception du temple du divin Hadrien au Champ de Mars91.

  • 92 En retenant, comme nous l’avions fait, le Vatican romain et non un éventuel lieu lyonnais : cf. St (...)
  • 93 Cf. notre perpective dans La Fête à Rome, op. cit. note 26 ; pour une discussion souvent stimulant (...)
  • 94 Cette commémoration de la virtus du prince a été excellemment mise en perspective par Andrew Walla (...)
  • 95 Pour le mode de représentation du prince dans les cités et plus particulièrement à Rome, quelques (...)

20Nous constatons par ailleurs une large diffusion du culte impérial dans la cité, depuis la réforme des Compitalia sous Auguste jusqu’à la mention lyonnaise du taurobole antonin de 160 pro salute imperatoris au Vatican, en présence des quindecemviri sacris faciundis plus particulièrement impliqués pour les cultes étrangers92. Les cérémonies qui concernent le prince et les membres de sa famille participent de cette commémoration du pouvoir qui prend place naturellement au sein des pratiques religieuses communautaires. Depuis les entrées multiples des calendriers augustéens et tibériens jusqu’aux informations livrées par les actes des frères arvales, de nombreuses occurrences festives convoquent le populus à des manifestations religieuses et ludiques qui impliquent très largement les espaces urbains de part et d’autre de l’enceinte sacrée, en privilégiant l’usage de la procession aux dimensions triomphale et sociale réaffirmées93. Nous l’avons évoqué avec les Compitalia, nous pourrions le relever dans d’autres circonstances, l’ensemble de l’espace urbain se trouve investi par les manifestations cultuelles qui associent aux dieux la personne du prince régnant et les membres de la domus divina. Les cérémonies, comprenant des pompa (triomphales, funéraires ou du cirque), sont complétées par des manifestations concrètes et permanentes de la commémoration du prince, arcs de triomphe et statues triomphales en plusieurs lieux94, principalement le forum et les fora impériaux, temples, mausolées ou tout monument dédicacé qui affirment la présence de l’empereur, enfin statues ou imagines qui, avec les inscriptions, sont les modes d’une célébration en tout lieu du prince95. Il s’agit plus d’affirmer les vertus du prince, ses liens privilégiés avec les dieux que sa titulature et certaines iconographies des reliefs ou monnaies diffusent urbi et orbi, que de proposer une véritable « propagande impériale ». L’image du prince est ainsi rendue très présente dans la cité, dans le temps et l’espace, au service d’une commémoration conjointe de l’Vrbs et du régime impérial qui en est le garant.

  • 96 En notant la coïncidence des réformes mises en place à Rome et dans l’empire sous Hadrien, en part (...)
  • 97 Pour le port du titre de pater patriae dans la titulature à partir de la première moitié de 128, c (...)
  • 98 Pour l’achèvement du temple en 141-143 (monnaies avec temple décastyle et légendes ROMAE ÆTERNAE e (...)
  • 99 Cf. les légendes de revers de sesterces et as de 190 avec Commode voilé creusant un sillon en cond (...)

21Toutefois, ceci n’est pas sans conséquence à terme pour la ville de Rome, capitale d’un empire. En évoquant déjà l’affranchissement des limites sacrées à l’occasion de la définition impériale du pomerium, en constatant certains effets du renouvellement des cultes dans lesquels le prince régnant, la famille impériale et la domus divina, qui recouvre au cours du iie siècle l’ensemble des membres de la domus Augusta96, prennent une place majeure et régulière qui ne nécessite plus l’inscription au calendrier de toutes les commémorations des actes privés d’une famille au statut public, il est loisible de considérer les liens entre le prince et la cité sous un jour différent. En premier lieu, celui qui incarne naturellement le destin de l’Vrbs, qui à ce titre, par ses victoires et les pouvoirs qu’il détient, s’est vu reconnaître une place privilégiée, s’affranchit des règles traditionnelles et conquiert une légitimité et une sacralité qui n’ont plus les mêmes justifications en relation étroite avec la cité, son espace sacré et son histoire. Les évolutions postérieures, au cours du iiie siècle, qui accompagnent une présence moins régulière du souverain dans sa capitale, la multiplication des résidences impériales et la mise en place de rituels auliques qui sont directement justifiés par la fonction impériale et ne sont plus par voie de conséquence liés à un cadre urbain et à des règles tirées d’une histoire pluri-séculaire, sont en germes dès l’époque antonine. La création des Romaia, la célébration des jubilés, la possible coïncidence de la prise du titre de pater patriae par Hadrien en 128 et d’une phase décisive des travaux du temple de Vénus et Rome et de la transformation des Parilia97, confèrent au règne du fils adoptif de Trajan une importance indéniable, que les progrès du culte impérial à l’extérieur de l’Vrbs viennent conforter. Célébrer l’éternité de Rome, c’est toujours louer les succès du prince mais c’est également lier le sort de la cité à celui de l’empire, ou l’embellir pour lui permettre d’incarner avec faste la gloire de l’imperium Romanum. Le temple de la Paix abrite ainsi la préfecture de la Ville et le plan de la cité, le temple de Vénus et Rome, qui est également appelé templum Vrbis, apparaît sur les monnayages avec la mention ROMA ÆTERNA, dès les premières années du règne d’Antonin98, avant que nous n’assistions à l’assimilation complète proposée par Commode dans les dernières années de son règne, après les ravages du grand incendie et dans la perspective d’une nouvelle refondation, Rome devenant COL(ONIA) L(UCIA) A(URELIA) N(OVA) COM(MODIANA) et recevant ainsi une titulature assimilant l’Vrbs à n’importe quelle fondation provinciale99.

22Au terme de ce parcours dans la Rome impériale, plusieurs constatations permettent de rendre compte du sens des évolutions constatées durant plus de deux siècles d’histoire urbaine sous la conduite des princes. Il est loisible de s’interroger sur le sens d’un passage de la cité-État à la capitale d’empire durant les dernières décennies de la République, marquées par les guerres civiles, puis l’installation du nouveau régime impérial. Peut-on désormais considérer que Rome est devenue la résidence de l’empereur, ce dernier s’étant identifié symboliquement et politiquement à l’Vrbs, incarnant son destin, jouant le rôle du fondateur et présidant à son profit au renouvellement des temps? C’est à la fois anticiper sur les évolutions postérieures et appliquer à la cité les conséquences politiques d’une période très particulière, le iiie siècle, donc préjuger d’une transformation que l’on peut estimer dépendante de circonstances extérieures, mais également être attentif aux signes annonciateurs que l’on relève plus particulièrement dans le contexte de la sacralisation de la fonction impériale et dans les mutations propres au culte, dans la cité et dans l’empire.

  • 100 Lire en ce sens les conclusions de notre étude « Le prince et la cité », loc. cit. note 58, à part (...)

23Ainsi, l’ambiguïté de la majorité des mesures augustéennes concernant Rome, des créations administratives aux restaurations religieuses, sans compter les conséquences de la définition des pouvoirs du prince, puis les évolutions des deux premiers siècles de notre ère ont conduit, d’une certaine manière, l’empire à investir la capitale100. Mais la cité n’a pas perdu pour autant son passé et la célébration de son histoire, l’empereur incarnant dorénavant un destin qui n’entraîne pas nécessairement une marginalisation quelconque pour Rome, l’essentiel des manifestations concrètes de l’expression du pouvoir impérial demeurant lié au cadre urbain (triumphus, funus ou ludi), de même qu’au respect de certaines règles héritées du passé républicain des deux derniers siècles, sinon véritablement des origines, ab Vrbe condita.

  • 101 Se reporter aux conclusions de Sabine MacCormack, Art and Ceremony in Late Antiquity, op. cit. not (...)

24En effet, la réécriture du passé de la cité, de sa fondation et des siècles d’histoire de la res publica, durant les dernières décennies du ier siècle avant notre ère et sous l’Empire, a permis d’insérer au mieux le prince en sa ville, de lui garantir une place centrale que la politique monumentale, les mesures sociales et les restaurations ou innovations religieuses ont inscrite et pérennisée. En définitive, l’empereur apparaît comme le conditor permanent, le pater patriae et le divi filius que sa titulature proclame, celui que ses monnayages représentent au cours du iie siècle comme recevant son pouvoir, foudre et sceptre, de Jupiter ou de Roma, cité divinisée dont l’image est diffusée dans tout l’empire mais dont la réalité matérielle l’emporte encore sur le concept. En attendant que le prince et sa cité ne se désincarnent au profit d’une lecture tardo-antique privilégiant l’idéologie sur le politique, la majesté sur le magistrat, puis la cité de Dieu sur la cité terrestre, qui fut toutefois, ultime hommage au passé commun, à l’origine de ces métaphores courantes à l’époque médiévale et moderne, une Jérusalem céleste comme une Rome céleste, l’Vrbs survivant comme siège de la chrétienté101

Notes

1 Pour une présentation, dans le cadre de la mise en place du Principat augustéen, de l’œuvre de ces deux auteurs, cf. Karl Galinsky, Augustan Culture. An Interpretive Introduction, Princeton, 1996, p. 246-253 et 280-287.

2 La notion de monumentum et l’analyse des œuvres littéraires dans le contexte de la réforme augustéenne, confrontées aux réalisations d’un princeps évergète et bâtisseur, sont notamment abordées par Catharine Edwards, Writing Rome. Textual approaches to the city, Cambridge, 1996, « Writing the city », p. 6-8, citant en particulier Horace, Carmina, III, 30, 1-2 : Exegi monumentum aere perennius / regalique situ pyramidum altius. « J’ai construit un monument plus durable que l’airain et plus haut que la situation des pyramides royales. » Pour une définition plus complète de l’usage du « monument » en histoire ancienne, lire Mary Jaeger, Livy’s Written Rome, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 1997, chap. 1 : « The History as a Monument », p. 15-29.

3 On peut se reporter au premier chapitre du livre II de Tite-Live qui narre les débuts d’une histoire des Romains libres (Liberi iam hinc populi Romani…), après la chute des rois, et annonce les maux (discordia), dont ont d’ailleurs souffert les contemporains de l’historien, ces luttes civiles qui auraient pu anéantir la toute jeune république pour souligner, en cette fin du VIe siècle, l’importance de la liberté, du consulat et du Sénat, ce qui nous semble anticiper sur les premières lignes des Annales de Tacite (I, 1-2) proposant une lecture morale du passé ab Vrbe condita. De même, dans les propos du tribun Canuleius en 445 av. notre ère (IV, 4, 4), peut-on lire cette affirmation éclairante dans un contexte augustéen : « Qui doutera que dans une ville qui a été fondée pour l’éternité et qui se développe sans limites, de nouveaux pouvoirs, de nouveaux sacerdoces, de nouvelles lois pour les familles et les hommes ne soient institués ? » Quis dubitat quin, in aeternum urbe condita, in immensum crescente, nova imperia, sacerdotia, iura gentium hominumque instituantur ? Pour une comparaison entre Romulus et Auguste, se reporter à l’usage du cognomen Augustus dans le livre I (8, 3, à propos de l’expansion du pomerium et 7, 9, Hercule étant également surnommé Auguste). Signalons les réflexions de Gary B. Miles, Livy. Reconstructing Early Rome, Cornell University, 1995, en particulier les pages 119-131 consacrées à la conception livienne du conditor

4 Dans cette perspective, lire l’ouverture de l’Énéide, et cette idée d’une restauration de l’ordre depuis le désordre qui se place aux origines de la cité (I, 33) : « Tant il était difficile de fonder la nation romaine ! » Tantae molis erat Romanae condere gentem. Pour une lecture nuancée des rapports entre prince et poètes, Jasper Griffin, « Augustus and the Poets : “Caesar qui cogere posset”«, Fergus Millar & Erich Segal (éd.), Caesar Augustus, Seven Aspects, Oxford, 1984-1990 (2e éd. revue et corrigée), p. 189-218, en particulier p. 209-215.

5 Cf. Tite-Live, I, 19, 2-3, avec Numa, fondateur du temple de Janus, symbole de la guerre et de la paix, dont les portes ont été fermées par deux fois après lui, à l’issue de la 1re guerre punique et après Actium : quod nostrae aetati di dederunt ut videremur (« les dieux ont donné à notre génération la possibilité d’en être témoin »). Lire Bernadette Liou-Gille, Une lecture « religieuse » de Tite-Live I. Cultes, rites, croyances de la Rome archaïque, Paris, 1998, « Janus Geminus », p. 141-150.

6 Le livre VI de l’Énéide permet d’aborder la descendance d’Énée (777-795), de Romulus à Auguste, fils du divin César (792, Augustus Caesar, divi genus). Pour un commentaire de ce passage, R. G. Austin, P. Vergili Maronis Aeneidos Liber Sextus, Oxford, 1977, p. 243-244 ; et Karl Galinsky, Augustan Culture, op. cit. note 1, p. 160-161 ; de même, l’étude de Jean-Luc Pomathos, Le pouvoir politique et sa représentation dans l’Énéide de Virgile, coll. « Latomus », n° 199, Bruxelles, 1987, « Auguste César, fils du divinisé », p. 240-258.

7 Renvoyons par exemple à Torrey James Luce, Livy : The Composition of His History, Princeton, 1977, notamment p. 288-294, à propos du « old Roman character » de la cité royale et du tempérament et des amitiés de l’historien qui en feraient un auteur « augustéen ». Signalons, à propos d’Ovide et, pour notre propos, de ses Fasti, qui se démarquent notablement de certains passages du poème virgilien, la recherche d’Alessandro Barchiesi, The Poet and the Prince. Ovid and Augustan Discourse, Berkeley, 1997, dont nous n’adopterons pas toutes les conclusions.

8 Dion Cassius, LIII, 16, 7-8 (bien que très désireux de prendre le surnom de Romulus, il le rejette craignant d’apparaître aspirer à la royauté) et Suétone, Divus Augustus, 7, 4 (Romulum appellari… ipsum conditorem urbis).

9 Citons ce passage de Tite-Live, V, 49, 7, lors du triomphe de Camille, après la victoire de ce dernier sur les Gaulois, lorsque ses soldats lui donnent « les noms de Romulus, de père de la partie et de second fondateur de la cité » (Romulus ac parens patriae conditorque alter urbis).

10 Prenons un seul exemple du terme de l’évolution au cours du IIIe siècle, avec la cérémonie de l’adventus (entrée solennelle de l’empereur à Rome et dans les cités de l’empire) en renvoyant à nos remarques dans Stéphane Benoist, « Le retour du prince dans la Cité (juin 193-juillet 326) », Cahiers du Centre Gustave-Glotz, X, 1999, p. 149-175 ; et à la belle étude de Sabine MacCormack, Art and Ceremony in Late Antiquity, Berkeley, 1981, p. 17-89, précédée par son article « Change and Continuity in Late Antiquity : the Ceremony of Adventus », Historia, XXI, 1972, p. 721-752.

11 Sur tout ceci les pages essentielles de Paul Zanker, The Power of Images in the Age of Augustus, « Jerome Lectures Sixteenth Series », Ann Arbor, The University of Michigan Press, 1988-1990, chap. 5, p. 167-215 ; et le dernier prolongement offert par Gilles Sauron, L’histoire végétalisée. Ornement et politique à Rome, Paris, 2000, notamment p. 65-91.

12 Renvoyons aux références collectées par Bernadette Liou-Gille, Une lecture « religieuse » de Tite- Live I, op. cit. note 5, p. 25-28, notamment p. 26, note 32 (Cicéron, Horace ou Virgile condamnant le crime de Romulus), et p. 85-93, « La double mort de Romulus ». Quand Ovide, Fasti, II, 495-513, rapporte l’événement, il signale que les sénateurs furent accusés à tort du meurtre, que ce soupçon perdura dans les esprits (falsaeque patres in crimine caedis, /haesissetque animis forsitan illa fides), puis mentionne le témoignage de Iulius Proculus, le bien nommé, qui, après que Romulus lui est apparu, convoque le peuple pour lui signifier les ordres du nouveau Quirinus. Cf. de même, Tite-Live, I, 16, 4 (rumeur secrète de démembrement de Romulus).

13 Varron, De Lingua Latina, V, 143 (Etrusco ritu) ; John Scheid, La religion des Romains, Paris, 1998, p. 54-59, à propos du partage de l’espace et des opérations de fondation. Ovide, Fasti, IV, 807- 862 (au sein du passage, vers 721-862, consacré au Parilia du 21 avril), offre un récit « augustéen » de la fondation de Rome (disculpant Romulus de meurtre, lui qui accorde les honneurs funèbres à son frère) que l’on peut compléter par les passages consacrés par Tite-Live (I, 6-7) aux différents gestes effectués par Romulus. Cf. en dernier lieu le commentaire de Bernadette Liou-Gille, Une lecture « religieuse » de Tite-Live I, op. cit. note 5, p. 17-28, « La fondation de Rome : la premièreprise d’auspices » et « Le meurtre de Rémus et le pomerium ».

14 À propos de la religion des coloniae et des opérations de fondation en relation avec Rome, lire l’utile mise au point de Mary Beard, John North & Simon Price, Religions of Rome, 1. A History, Cambridge, 1998, p. 328-334.

15 En ce qui concerne Sylla, la dénonciation moqueuse du consul Lépide rapportée par Salluste, Historiae, I, 55, 5 (scaevus iste Romulus : « cette contrefaçon de Romulus ») et une allusion de Sénèque, De Brevitate Vitae, XIII, 8 (Sullam ultimum Romanorum protulisse pomerium, quod numquam provinciali, sed Italico agro adquisito proferre moris apud antiquos fuit : « Que Sylla, le dernier des Romains, agrandit le pomerium, qui ne fut jamais agrandi, selon les coutumes d’autrefois, après acquisition de terres provinciales mais de sol italien ») ; pour César, la mention du projet de Vrbe augenda par Cicéron, Ad Atticum, XIII, 20, 1 ; 33 a, 1 et 35, 1, en juillet 45, et deux passages de Dion Cassius, XLIII, 50, 1 (qui esquisse un parallèle entre Sylla et César) et XLIV, 49, 2 (dans la laudatio prononcée par Antoine). Lire le résumé des discussions concernant l’existence de cette loi et son contenu éventuel dans Zvi Yavetz, César et son image. Des limites du charisme en politique, trad. fr., Paris, 1990, p. 180-182.

16 Tacite, Annales, XII, 23, 2 (avec mention des précédents de Sylla et Auguste)-24 (tracé) et Aulu- Gelle, Noctes Atticae, XIII, 14, 7, pour Claude en 49 ; et, indirectement pour les Flaviens, Pline, Naturalis historia, III, 66 : Moenia eius collegere ambitu imperatoribus censoribusque Vespasianis anno conditae DCCCXXVI m. p. XIII CC complexa montes septem. « Sous les empereurs et censeurs Vespasiens, en l’année 826 de la fondation, ses murailles ont un tour de 13 000 pas et embrassent sept collines. »

17 Histoire Auguste, Vita Aureliani, 21, 11 : Addidit autem Augustus, addidit Traianus, addidit Nero, sub quo Pontus Polemoniacus et Alpes Cottiae Romano nomini sunt tributae. « Quant à Auguste il l’avait agrandi, Trajan l’avait agrandi, Néron l’avait agrandi, et sous son règne le Pont polémoniaque et les Alpes cottiennes avaient été soumis au nom romain. »

18 Cf. deux séries de dix cippes claudiens et quatre flaviens : CIL, VI, 31537 a-b (a = ILS, 213) et 37022 a-b (a = ILS, 213)-24 ; 31538 a-c (b = ILS, 248). En ce qui concerne la restauration d’Hadrien, quatre cippi : CIL, VI, 1233 a-b et 31539 b = ILS, 311. Cf. supra, carte p. 22.

19 [Ex s(enatus)] c(onsulto), co[llegium / au]gurum, auctore / Imp.] Caesare divi / T]raiani Parthici f., / d]ivi Nervae nepote, / T]raiano Hadriano / Aug. pont(ifice) max(imo), trib(unicia) / pot(estate) V, cos. III, procos., / terminos pomerii restituendos curavit. « Par sénatus-consulte, le collège des augures, sous l’autorité de l’empereur César, fils du divin Trajan Parthique, petit-fils du divin Nerva, Trajan Hadrien Auguste, grand pontife, revêtu de la puissance tribunicienne pour la cinquième fois, consul trois fois, proconsul, s’occupa de la restauration des bornes du pomerium. »

20 Tacite, Annales, XII, 23, 2 (more prisco, quo iis qui protulere imperium etiam terminos Vrbis propagare datur. « d’après l’usage des premiers temps qui permet d’étendre les bornes de la Ville à ceux qui ont porté plus loin celles de l’empire. ») ; et Histoire Auguste, Vita Aureliani, 21, 10 (Pomerio autem neminem principum licet addere nisi eum, qui agri barbarici aliqua parte Romanam rem p. locupletaverit. « En effet, il n’est permis à aucun empereur d’augmenter le pomerium s’il n’a enrichi la république romaine d’une quelconque part de terres barbares. »)

21 Suétone, Divus Claudius, 17 et Dion Cassius, LX, 22 (honneurs votés par le Sénat, titre de Britannicus, triomphe et usage du carpentum pour Messaline) ; LTVR = Eva Margareta Steinby, Lexicon topographicum Vrbis Romae, Rome, 6 vol., 1993-2000, I (1993), s. v. Arcus Claudii (a. 43 d. C.), p. 85-86 (E. Rodríguez-Almeida) ; l’étude de François Richard, « Les images du triomphe de Claude sur la Bretagne », Claude de Lyon Empereur romain, actes du colloque de novembre 1992 (Paris, Nancy et Lyon), Paris, 1998, p. 355-371, pour les arcs de triomphe romains dont celui de la Via Flaminia, terminé en 51-52 (cf. l’inscription commémorative, faisant état de la soumission de onze rois et de la réduction pour la première fois de ces peuples barbares au-delà de l’océan, ILS, 216). Concernant l’usage de ces honneurs à Rome, sous la République et depuis Auguste, lire l’étude d’Andrew Wallace-Hadrill, « Roman Arches and Greek honours : the language of power at Rome », PCPS, 216, n. s. 36 (1990), p. 143-181, en traduction française dans ce volume p. 51-84.

22 Flavius Josèphe, Bellum Judaicum, VII, 118-162.

23 Ibid., 123-131. Cf. pour une localisation précise le plan de Gerard Creedon dans l’article de Joe Park Poe, « The Secular Games, the Aventine, and the Pomerium in the Campus Martius », Classical Antiquity, 3-1, 1984, p. 57-81 [document 1]. Également LTVR, III (1996), s. v. Iseum et Serapeum in Campo Martio ; Isis Campensis, p. 107-110 (M. C. Laurenti) et V (1999), s. v. Via Triumphalis, avec deux avis complémentaires de J. R. Patterson (p. 147-148) et F. Coarelli (p. 148) ; enfin pour la Via Sacra elle-même, IV (1999), s. v. Sacra Via, p. 223-228 (F. Coarelli).

24 Pour une mise au point de la nature du triomphe durant l’époque républicaine, outre H. S. Versnel, Triumphus. An inquiry into the origin, development and meaning of the Roman Triumph, Leyde, 1970, p. 56-93, lire les réflexions de John Scheid, « Le flamine de Jupiter, les Vestales et le général triomphant. Variations romaines sur le thème de la figuration des dieux », Le Temps de la Réflexion, 7, 1986, p. 213-230.

25 Sur le sens de cette évolution, en attendant une étude plus ample dans un livre à paraître sur Le prince et la cité, nos remarques dans Stéphane Benoist, « Le retour du prince… », loc. cit. note 10.

26 Il s’agit de L. Cornelius Balbus, le 27 mars (L. Cornelius P. f. Balbus pro co(n)s(ule) a. DCCXXXIV / ex Africa VI k. April. dernière entrée des Fasti Triumphales Capitolini). Strabon, Géographie, III, 5, 3, 20, nomme le triomphateur (Bavlbo" Gaditano ;" oJ qriamb » eBuavlbsuas" le Gaditain qui eut l’honneur du triomphe »), tandis que Velleius Paterculus, II, 51, 3, rapporte brièvement les étapes de la carrière de l’authentique espagnol Cornelius Balbus jusqu’au triomphe, ce que confirme Pline, Naturalis historia, V, 36 (a Cornelio Balbo triumphata, uni huic omnium externo curru et Quiritium iure donato. « Cornelius Balbus qui fut le seul étranger à obtenir un triomphe curule, et reçut le droit des Quirites. ») Pour son oeuvre de manubiis (financée par sa part de butin), Stéphane Benoist, La Fête à Rome au premier siècle de l’Empire. Recherches sur l’univers festif sous les règnes d’Auguste et des Julio-Claudiens, coll. « Latomus », n° 248, Bruxelles, 1999, p. 280-284.

27 Aulu-Gelle, XIII, 14, 7. Sur les liens religieux entre Aventin et Champ de Mars justifiant l’extension du pomerium selon le tracé claudien, l’étude de Joe Park Poe, « The Secular Games, the Aventine, and the Pomerium in the Campus Martius », loc. cit. note 23.

28 Flavius Josèphe, VII, 148-150, cite la table, le chandelier à sept branches et la torah. Cf. LTVR, I (1993), s. v. Arcus Titi (Via Sacra), p. 109-111 (J. Arce). Pour une rapide description et des reproductions de l’arc de Titus, Penelope J. E. Davies, Death and the Emperor. Roman Imperial Funerary Monuments from Augustus to Marcus Aurelius, Cambridge, 2000, p. 19-23, qui aborde le débat concernant une éventuelle fonction du monument comme sépulture provisoire de Titus jusqu’en 94.

29 Flavius Josèphe, VII, 158 et Dion Cassius, LXVI, 15, 1 (dédicace du temple en 75). LTVR, IV (1999), s. v. Pax, Templum, p. 67-70 (F. Coarelli) et J. C. Anderson Jr., The Historical Topography of the Imperial Fora, coll. « Latomus », n° 182, Bruxelles, 1984, p. 101-118.

30 Cf. Roman Statutes I, Michael Crawford (éd.), Londres, 1996, n° 39, p. 549-553. Lignes 14-16 : Utique ei fines pomerii proferre promovere, cum ex republica / censebit esse, liceat, ita uti licuit, Ti. Claudio Caesari Aug. / Germanico. « Et qu’il lui soit permis de déplacer et d’étendre les limites du pomerium lorsqu’il le jugera opportun pour l’État, comme cela a été permis à Tiberius Claudius Caesar Augustus Germanicus. »

31 Cf. BMC, II, p. 87, n° 425, pl. 15, 3. Peut-on rapprocher une telle représentation, dans un contexte de fin de guerre civile, avec l’aureus de C. Lentulus (cité par Zanker [Paul], The Power of Images in the Age of Augustus, op. cit. note 11, p. 91, fig. 74), daté de 12 et représentant une Respublica agenouillée qu’Auguste aide à se relever, ce dernier en toge venant d’obtenir le grand pontificat ?

32 L’étude du problème juridique posé est menée par Jean-Louis Ferrary dans sa contribution à ce volume, p. 9-22.

33 Cf. BMC, III, p. 329-330, n° 709-714, denarii de l’atelier de Rome, pl. 61, 2-3.

34 Pour une évocation des liens entre Parilia et Romaia et plus généralement de la politique religieuse d’Hadrien, les mises au point de Mary Beard, John North & Simon Price, Religions of Rome, 1. A History, op. cit. note 14, p. 174-176 et 257-259 et 2. A Sourcebook, p. 116-119 (dossier de documents traduits en anglais).

35 Mary T. Boatwright, Hadrian and the city of Rome, Princeton, 1987, p. 119-133 et LTVR, V (1999), s. v. Venus et Roma, aedes, templum, p. 121-123 (A. Cassatella).

36 Lire les conclusions de Mary T. Boatwright, « The Pomerial Extension of Augustus », Historia, XXXV, 1986, p. 13-27.

37 Tacite, Annales, XII, 23, 2 ; Dion Cassius, LV, 6, 6 (en 8 av., dans un passage concernant des honneurs divers, du mois Augustus à la salutation impériale et aux honneurs triomphaux pour Tibère) et Histoire Auguste, Vita Aureliani, 21, 11, avec les remarques de Ronald Syme, « The Pomerium in the Historia Augusta », Bonner Historia-Augusta-Colloquium, 1975-1976, Bonn, 1978, p. 217- 231, repris dans Historia Augusta Papers, Oxford, 1983, p. 131-145, qui développe plus particulièrement les cas de Trajan et Néron.

38 Histoire Auguste, Vita Hadriani, 6, 1 ; Dion Cassius, LXIX, 2, 3 (Xiphilin) ; Epitome de Caesaribus, 13, 11 et Eutrope, Breviarium, VIII, 5, 2.

39 En attendant la publication dans notre Prince et la cité d’une étude plus complète concernant le funus, signalons une brève mise au point des évolutions des funérailles publiques des empereurs et de la cérémonie de consecratio, Stéphane Benoist, « La mort du prince : Images du Prince et représentations de la société romaine d’Empire à l’occasion des funérailles publiques des empereurs », Ve colloque international sur la sociabilité à l’université de Rouen, Autour des morts. Mémoire et identité (19-21 novembre 1998), Rouen, 2001, p. 127-139.

40 Pour l’inauguration de la colonne en 113, Fasti Ostienses, fragment J, lignes 54-56, le 13 mai ([columna]m in foro suo dedicavit).

41 Lire les remarques de H. S. Versnel, Triumphus, op. cit. note 24, p. 123-124 ; malgré l’étude de Jean-Claude Richard, « Les funérailles de Trajan et le triomphe sur les Parthes », REL, 44 (1966), p. 351-362, son argumentation reposant sur la composition des cortèges (p. 360-361).

42 Dion Cassius, XLIV, 7, 1, droit conféré à César de placer sa tombe à l’intérieur du pomerium, ce qui permet de comprendre certains aspects de la cérémonie funéraire du dictateur, notamment le désir de la foule d’incinérer son corps intra pomerium ; pour un droit spécifique des viri triumphales, Plutarque, Quaestiones Romanae, 79 et Publicola, 23, 1-3.

43 Cf. Penelope J. E. Davies, Death and the Emperor, op. cit. note 28, à propos de la colonne Trajane et de sa signification symbolique, p. 23-24 et 142-148, en attendant de pouvoir estimer les conséquences précises des fouilles entreprises récemment.

44 Pour une lecture des rôles respectifs de ces trois rois de Rome dans l’Histoire romaine de Tite-Live, Bernadette Liou-Gille, Une lecture « religieuse » de Tite-Live I, op. cit. note 5, p. 15-192 et 313-384.

45 Thomas Tarver, « Varro, Caesar, and the Roman Calendar : a Study in Late Republican Religion », Alan H. Sommerstein (éd.), Religion and Superstition in Latin Literature, Nottingham Classical Literature Studies, vol. 3, Bari, 1994, p. 39-57.

46 Nous avons résumé nos recherches concernant le calendrier dans Stéphane Benoist, « Fasti et “geste impériale” : le temps civique à Rome (Ier siècle av. J.-C.-IVe siècle apr. J.-C.) », à paraître dans les actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 1er-8 juillet 2000, Les calendriers, Jacques Le Goff et Perrine Mane (éd.). Par ailleurs, pour l’exposé des effets des politiques impériales sur le temps et l’espace de la cité, lire nos réflexions dans La Fête à Rome, op. cit. note 26, pour le premier siècle du Principat.

47 Cf. les différentes contributions réunies par Elio Lo Cascio (éd.), Roma imperiale. Una metropoli antica, Rome, 2000 ; et celle de Nicholas Purcell, « Rome and its development under Augustus and his successors », CAH2, X, 1996, p. 782-811.

48 Pour la titulature impériale et son évolution, prendre par exemple les études suivantes comme point de départ : Ronald Syme, « Imperator Caesar : A Study in Nomenclature », Historia, VII (1958), p. 172-188 = Roman Papers I, Oxford, 1979, n° 29, p. 361-377 ; et T. V. Buttrey, Documentary Evidence for the Chronology of the Flavian Titulature, « Beiträge zur Klassischen Philologie », n° 112, Meisenheim am Glan, 1980. Citons l’exemple de l’inscription de Caere (CIL, XI, 3605 = ILS, 247) : Imp. Caesari / Vespasiano / Aug. pont. max., / trib. pot., imp. X, cos. IIII, p. p., cens. / designato, / [s]enatus populusq. Caeres. « À l’empereur César Vespasien Auguste, grand pontife, revêtu de la puissance tribunicienne, salué imperator dix fois, consul quatre fois, père de la patrie, censeur désigné, le sénat et le peuple de Caere. »

49 Cicéron, après la répression de la conjuration de Catilina : In Pisonem, 6 (Me Q. Catulus… frequentissimo senatu parentem patriae nominavit. « Q. Catulus m’appela père de la patrie devant un Sénat très fréquenté ») et Pro Sestio, 121 (Me… quem Q. Catulus, quem multi alii saepe in senatu patrem patriae nominarant). Pline (Naturalis historia, VII, 117), Appien (Bellorum Civilium, II, 7, 25) ou Juvénal (Saturae, VIII, 243, sed Roma parentem / Roma patrem patriae Ciceronem libera dixit) atteste cet octroi, le premier du genre, qui fut ensuite appliqué à Romulus ou Camille (Tite-Live, V, 49, 7 et VII, 1, 10). Quant à César, le titre de parens patriae lui est octroyé en 45 (Appien, II, 106, 442 et 144, 602) ou 44 (Dion Cassius, XLIV, 4, 4). Une monnaie de C. Cossutius Maridianus et P. Sepullius Macer porte au droit la tête de César laurée et voilée, avec devant un lituus et derrière un apex et la légende CAESAR / PARENS PATRIAE (RRC, n° 480-19, pl. LVII, 11 = BMCRR, Rome, n° 4187, denarius de 44). Liées au culte du divin Jules, relevons les mentions de Suétone, Divus Iulius, 85 et d’Æsernia, ILS, 72 ; puis Lucain, Pharsalia, IX, 601 (ecce parens verus patriae). L’hapax que constitue l’inscription perdue (ILS, 71) dans laquelle César est nommé pater patriae et non parens patriae a conduit certains historiens à suspecter un faux.

50 Pour l’importance de ce titre et ses implications les remarques de Zvi Yavetz, « The Res Gestae and Augustus’ Public Image », Caesar Augustus, op. cit. note 4, p. 1-36.

51 Frédéric Hurlet, Les collègues du Prince sous Auguste et Tibère. De la légalité républicaine à la légitimité dynastique, « Collection de l’École française de Rome » n° 227, Rome, 1997, « Le destin tragique de Caius et Lucius César », p. 113-127.

52 Sur tout ceci les remarques de Paul Zanker, The Power of Images in the Age of Augustus, op. cit. note 11, p. 192-223 et Karl Galinsky, Augustan Culture, op. cit. note 1, p. 197-213.

53 Res Gestae Divi Augusti, 19 et Properce, IV, 10 ; concernant la fondation, Tite-Live, I, 10 ; Valère Maxime, III, 2, 3-4 et Plutarque, Marcellus, 8, 5-8. Cf. Bernadette Liou-Gille, Une lecture « religieuse » de Tite-Live I, op. cit. note 5, p. 39-41. À propos de la définition des dépouilles opimes que le temple jovien était destiné à accueillir, et à leur importance sous le règne d’Auguste, renvoyons à Harriet Flower, « The Tradition of the Spolia Opima : M. Claudius Marcellus and Augustus », Classical Antiquity, vol. 19-1, avril 2000, p. 34-64 ; et John W. Rich, « Augustus and the spolia opima », Chiron, 26 (1996), p. 85-127.

54 Res Gestae Divi Augusti, 19. Cf. Timothy P. Wiseman, Remus. A Roman Myth, Cambridge, 1995, p. 144-150.

55 Renvoyons à l’étude de Pierre Gros, Aurea Templa. Recherches sur l’architecture religieuse de Rome à l’époque d’Auguste, BEFAR 231, Rome, 1976, p. 15-52.

56 Fonctions du temple de Mars Vltor : Dion Cassius, LV, 10, 2-3, qui nous rapporte une véritable lex templi et Suétone, Divus Augustus, 29. Pour un commentaire détaillé, l’étude de Marianne Bonnefond, « Transferts de fonctions et mutation idéologique : le Capitole et le forum d’Auguste », L’Urbs. Espace urbain et histoire (Ier siècle avant J.-C.-IIIe siècle après J.-C.), actes du colloque de Rome, 8-12 mai 1985, CEFR 98, Rome, 1987, p. 251-278. Togam virilem sumpsit : au 18 octobre, Auguste (Feriale Cumanum) ; 24 avril, Tibère (Fasti Praenestini) et 7 juin Néron (Fasti Ostienses) ; pour les références complètes, notre Fête à Rome, op. cit. note 26, p. 227-229.

57 En renvoyant à la contribution de P. Zanker dans ce volume, p. 119-156.

58 Pour la bibliographie concernant ces questions, renvoyons à notre mise au point au colloque de la SOPHAU, La ville de Rome sous le Haut Empire : « Le prince et la cité : perspectives historiographiques et méthodologiques », Pallas, hors série, 2001. Il nous semble que les deux contributions dans La mémoire perdue, Recherches sur l’administration romaine, CEFR 243, Rome, 1998 de Catherine Virlouvet, « Les archives de l’administration du blé public à Rome à travers le témoignage des inscriptions », p. 247-266 et de Michel Tarpin, « L’utilisation d’archives annexes pour les distributions de blé », p. 387-409, fournissent une excellente introduction à ces questions et à leur dimension topographique.

59 Juvénal, Saturae, X, 77-81 et nos remarques concernant l’interprétation de ce passage dans « Le prince et la cité… », loc. cit., note 58.

60 LTVR, IV (1999), s. v. Pax, templum, p. 67-70 (F. Coarelli). Temple ex manubiis (Dion Cassius, LXV, 15, 1 ; Suétone, Divus Vespasianus, 9 ; Flavius Josèphe, Bellum Iudaicum, VII, 5, 7 ; Aurelius Victor, De Caesaribus, 9, 7 et Epitome de Caesaribus, 9, 7), détruit sous Commode en 192 (Dion Cassius, LXXII, 29, 1-2 et Hérodien, I, 14, 2), cf. Anne Daguet-Gagey, Les opera publica. Les travaux publics à Rome et leur administration (180-305), « Collection des Études Augustiniennes-Série Antiquité », n° 156, Paris, 1997, « Incendies du règne de Commode », p. 43-63 et « Travaux menés sous le règne de Commode », p. 258-264.

61 Lire nos remarques dans La Fête à Rome, op. cit. note 26, troisième partie « Espace et représentations de la Fête ».

62 Sur tout ceci, Augusto Fraschetti, Rome et le prince, Paris, 1994, p. 213-280 (chap. IV : « Espace urbain, couches dangereuses de la population et réorganisation augustéenne ») et nos développements, dans La Fête à Rome, op. cit. note 26, p. 299-316.

63 Lire nos réflexions dans Stéphane Benoist, « L’espace urbain de Rome, comme lieu d’encadrement de la foule au premier siècle de l’Empire », La rue, lieu de sociabilité ?, Rencontres de la Rue, actes du colloque de Rouen, 16-19 novembre 1994, Publications de l’université de Rouen, n° 214, Rouen, 1997, p. 215-223.

64 Cf. Augusto Fraschetti, Rome et le prince, op. cit. note 62, p. 345-374 (chap. VI : « Cognata Numina ») ainsi que l’article traduit dans ce volume, p. 107-118 ; à partir du témoignage d’Ovide, Fasti, IV, 949-954.

65 Pour un exposé de la mise en place et du contenu du culte impérial, Mary Beard, John North& Simon Price, Religions of Rome, 1, op. cit. note 14, p. 348-362 ; et John Scheid, La religion des Romains, op. cit. note 13, p. 133-136.

66 Les références épigraphiques et numismatiques sont réunies par C. J. Simpson, « IMP. CAESARDIVI FILIUS », Athenaeum, 86 (1998), p. 419-435, mais en nuançant certaines de ses affirmations, notamment l’usage comme praenomen de Divus, ce qui imposerait la majuscule.

67 John Hugo Wolfgang Gideon Liebeschuetz, Continuity and Change in Roman Religion, Oxford, 1979, p. 109-119, pour une intéressante mise en perspective de l’oeuvre de Sénèque (« Seneca : the ideology of aristocracy under the empire ») et en français l’introduction de Paul Veyne à Sénèque, Entretiens. Lettres à Lucilius, « collection Bouquins », Paris, 1993, « Sénèque dans le Stoïcisme », p. XXXVI-CLIV.

68 Afin de lier entre eux les différents thèmes de notre étude (pomerium, census et ludi saeculares), rappelons pour le règne de Claude l’étude de Joe Park Poe, « The Secular Games, the Aventine, and the Pomerium in the Campus Martius », loc. cit. note 23.

69 Pour une lecture de cette « inflexion » augustéenne de la religion romaine, outre les mises au point des synthèses les plus récentes, John Scheid, Religion et piété à Rome, Paris, 2001 (2e éd.), chap. 6 : « La nouvelle religion », p. 167-210 ; et Mary Beard, John North & Simon Price, Religions of Rome, 1, op. cit. note 14, chap. 4 : « The place of religion : Rome in the early Empire », p. 167-210, lire les réflexions de Denis Feeney, Literature and religion at Rome. Cultures, contexts and beliefs, Cambridge, 1998, passim.

70 Cf. notre Fête à Rome, op. cit. note 26, p. 171-192.

71 Bibliographie antérieure et dernière mise au point concernant comput, cérémonies et politique par Hélène Pavis d’Escurac, « Siècle et Jeux Séculaires » et Gérard Freyburger, « Jeux et chronologie à Rome », Ktèma, 18, 1993, p. 79-89 et 91-101.

72 Les sources littéraires sont tardives (Censorin, Zosime) mais peuvent être confrontées aux acta épigraphiques et à leur numéro d’ordre, reflétant une décision officielle : l’exclusion des jeux claudiens par Domitien et l’inscription des jeux de Septime Sévère en 204 comme les septièmes.

73 . En nuançant les propos de J. Rufus Fears, Princeps a diis electus. The Divine Election of the Emperor as a political concept at Rome, « Papers and Monographs of the American Academy in Rome, XXVI », 1977, complétés dans « The cult of Jupiter and Roman Imperial Ideology », ANRW, II, 17-1, 1981, p. 3-141, par l’étude de Daniel N. Schowalter, The emperor and the gods. Images from the Time of Trajan, « Harvard Dissertations in Religion », n° 28, Minneapolis, 1993, notamment p. 13-27.

74 Signalons les réflexions de J. H. W. G. Liebeschuetz, Continuity and Change in Roman Religion, op. cit. note 67, p. 55-100 (chap. II : « The Augustan Revival »), sur les aspects religieux et moraux de l’action du prince.

75 Res Gestae Divi Augusti, 19-21, avec les mentions feci et refeci (« j’ai fait [ou] j’ai refait »). Se reporter à l’étude judicieuse de ce passage par Robert Sablayrolles, « Espace urbain et propagande politique : L’organisation du centre de Rome par Auguste (Res Gestae, 19 à 21) », Pallas, XXVIII (l’Espace dans l’Antiquité Classique) = Annales de l’Université Toulouse Le Mirail, n. s., XVII, 1981, p. 59-77.

76 Pour une mise au point portant sur les restaurations et constructions de temples durant toute la période, d’Auguste à Commode, lire la contribution de Sylvia Estienne, « Les lieux du religieux, un état de la question », à paraître dans La ville de Rome sous le Haut Empire, op. cit. note 58, avec notamment le rappel des dates commémoratives liées à la geste augustéenne, en particulier le natalis du prince, choisies comme nouvel anniversaire des temples.

77 Res Gestae Divi Augusti, 20, mention de la réfection de 82 temples en 28 (6e consulat).

78 De Romulus, fondateur du premier temple capitolin (décrit par Denys d’Halicarnasse, II, 34, 4, après sa restauration) à Jupiter Feretrius (Tite-Live, I, 10, 5-7), à Evandre, pour le temple de Victoria au Palatin (T.-L., V, 33), premier temple historiquement daté de 294 av. qui a reçu provisoirement la pierre noire de Pessinonte en 204 avant l’achèvement du temple de Cybèle (Tite-Live, XXIX, 14, 13) et dont le natalis augustéen fut fixé au 1er août, date de la prise d’Alexandrie, ou bien Hercule pour l’autel de Saturne devant son temple sur les pentes du Capitole (Denys d’H., I, 34, 4-5, rejetant l’attribution herculéenne), et finalement Quirinus et son temple. Cf. Timothy P. Wiseman, « The Temple of Victory on the Palatine », Antiquaries Journal, 61, 1981, p. 32-52 = Roman Studies, Literay and Historical, « Collected Classical Papers », n° 1, Liverpool, 1987, p. 187-209.

79 Rappelons l’intérêt du premier chapitre « Aedes sacrae, opera et loca publica : Finalités et destinées du service des travaux publics jusqu’en 180 apr. J.-C. », p. 17-39, de Anne Daguet-Gagey, Les opera publica, op. cit. note 60, pour un état de la question concernant les services impériaux (curatores aedium sacrarum et operum publicorum) et pour les données des destructions et reconstructions collectées pour notre période (supra, note 60).

80 Citons quinze temples qui ont été créés durant les deux premiers siècles du Principat et dont près de la moitié correspond à des édifices honorant divi et divae (César, Auguste, Claude, Vespasien, Trajan et Plotine, Hadrien et Antonin et Faustine), les autres étant en étroite relation avec les objectifs politico-religieux des princes ou l’exaltation des vertus impériales (Apollon, Neptune, Mars Vltor, Jupiter Tonans, Minerve, Concordia, Iustitia, Pax). Cf. notre document 2, p. 43, pour une localisation globale dans l’espace urbain.

81 Cf. John Rufus Fears, « The cult of Jupiter… », loc. cit. note 73 ; et « The cult of Virtues and Roman Imperial Ideology », ANRW, II, 17-2, 1981, p. 827-948. Il faut nuancer en partie son analyse, tout comme celle de Jean Beaujeu, La religion romaine à l’apogée de l’Empire, I : La politique religieuse des Antonins (96-192), Paris, 1955, p. 69-80, à propos de la notion de « théologie jovienne du Principat ».

82 Pour une évocation de l’Apollinisme impérial avec actualisation de ses propres positions vingt-cinq ans après sa thèse (Apollon romain, Essai sur le culte d’Apollon et le développement du « ritus graecus » à Rome des origines à Auguste, BEFAR 182, Paris, 1955), lire Jean Gagé, « Apollon impérial, garant des “Fata Romana”«, ANRW, II, 17-2, 1981, p. 561-630.

83 Sans attacher trop d’importance à ce constat, gageons qu’il ne s’agit pas d’une simple coïncidence, Jupiter Optimus Maximus, Mars Vltor et Romulus-Quirinus faisant partie des divinités dont les temples ont été construits, restaurés ou honorés par Auguste. L’oeuvre des antiquaires qui a guidé les pas des deux imperatores, César et Auguste, que ce soit Varron, Verrius Flaccus ou Ateius Capito, a pu faciliter cette relecture des origines.

84 Renvoyons pour l’époque augustéenne à Paul Zanker, The Power of Images in the Age of Augustus, op. cit. note 11, p. 159-166 et 183-201 ; de même, Jás Elsner, Art and the Roman Viewer. The Transformation of Art from the Pagan World to Christianity, Cambridge University Press, 1995, p. 161-171, en nuançant son propos concernant le statut d’un homme qui se confondrait avec celui d’un dieu. Pour les représentations en sacrificateur, Richard Gordon, « The Veil of Power : emperors, sacrificers and benefactors », Mary Beard & John North (éd.), Pagan Priests, Londres, 1990, p. 199-231. Pour les deux colonnes Trajane et Aurélienne, citons seulement l’étude de Salvatore Settis, « La colonna II. Strategie di Composizione, Strategie di Lettura », La Colonna Traiana, Turin, 1988, p. 45-255 ; et les contributions rassemblées par Valérie Huet & John Scheid (éd.), Autour de la Colonne Aurélienne, geste et image sur la Colonne de Marc Aurèle à Rome, Bibliothèque des Sciences religieuses (EPHE), n° 108, Brépols, 2000, notamment concernant les différences de « traitement » de l’empereur (frontalité…) entre colonnes Trajane et Aurélienne (R. Hanoune, G. Sauron et J. Elsner).

85 Cf. Filippo Coarelli, Il Foro Romano II. Periodo repubblicano e augusteo, Rome, 1985, p. 211-324 ; et J. C. Anderson Jr., The Historical Topography of the Imperial Fora, coll. « Latomus », n° 182, Bruxelles, 1984.

86 Renvoyons au manuel de Pierre Gros, L’architecture romaine du début du IIIe siècle av. J.-C. à la fin du Haut-Empire, tome 1 : Les monuments publics, Paris, 1996, deuxième partie : « Les composantes du centre monumental » (temples, forums, basiliques et curies), p. 121-271, avec la bibliographie.

87 Pour évaluer cette présence dans l’espace urbain des divi et divae et la localisation des principales divinités commémorées, se reporter au document 2.

88 Pour faire le point sur les publications récentes (1980-1990) concernant les forums, lire John R. Patterson, « The City of Rome from Republic to Empire », JRS, 82, 1992, p. 186-215, notamment « the emperor and the city : the imperial fora ». Cf. LTVR, II (1995), s. v. Forum Iulium, p. 299-306 (C. Morselli) et Venus Genitrix, aedes, p. 306-307 (P. Gros) ; Forum Augustum, p. 289- 295 (V. Kockel).

89 La signification de cette réalisation pompéienne est étudiée par Gilles Sauron, « Le complexe pompéien du Champ de Mars : nouveauté urbanistique à finalité idéologique », L’Urbs, op. cit. note 56, p. 457-473 ; et par Filippo Coarelli, « Il complesso pompeiano del Campo Marzio e la sua decorazione scultorea », RPAA, 44, 1971, p. 99-122 = Revixit Ars. Arte e ideologia a Roma. Dai modelli ellenistici alla tradizione repubblicana, Rome, 1996, p. 360-381 et Il Campo Marzio, (I) Dalle origini alla fine della Repubblica, Quasar, Rome, 1997, p. 539-580.

90 Si les avis sont partagés concernant la signification des cérémonies de 118 (triomphe, consecratio)et les raisons de l’ensevelissement intra pomerium des cendres du prince, retenons simplement la cohérence de l’ensemble du projet d’Apollodore et les effets de cette monumentalisation d’un espace central « impérial ». Cf. en dernier lieu John Packer, The Forum of Trajan in Rome. A study of the monuments, Berkeley, 2 vol., 1997.

91 LTVR, I (1993), s. v. Claudius, divus, templum (regio II), p. 277-278 (C. Buzzetti) ; Augustus, divus, templum (novum) ; aedes, p. 145-146 (M. Torelli) ; V (1999), s. v. Vespasianus, Divus, templum, p. 124-125 (S. De Angeli) et III (1996), s. v. Hadrianus, divus, templum ; Hadrianeum, p. 7-8 (M. Cipollone).

92 En retenant, comme nous l’avions fait, le Vatican romain et non un éventuel lieu lyonnais : cf. Stéphane Benoist, « À propos du Taurobolium antonin de 160 après J.-C. et de la violence sacrificielle. Les figures multiples de l’Autre et de l’Un au service de l’Æternitas » dans les actes du séminaire de IIIe cycle des universités de Lausanne, Neuchâtel et Fribourg (1996) sur Religions et Violences. Sources et interactions, A. Nayak (éd.), Éditions Universitaires de Fribourg, Suisse, 2000, p. 267-295 (note 26 p. 141), alors que Mary Beard, John North & Simon Price, Religions of Rome, 1, op. cit. note 14, p. 338 ; et 2, p. 162, laissent ouverte, compte tenu de l’ambiguïté du texte (CIL, XIII, 1751), l’éventualité d’un sanctuaire local.

93 Cf. notre perpective dans La Fête à Rome, op. cit. note 26 ; pour une discussion souvent stimulante des modifications des occurrences festives dans les actes des frères arvales, que nous aurions tendance pour notre part à relier avec les prémices antonines d’une conception renouvelée du princeps et l’apparition d’une véritable notion de fonction impériale, Mary Beard, « Writing and ritual : a study of diversity and expansion in the Arval Acta », PBSR, 53 (1985), p. 114-162.

94 Cette commémoration de la virtus du prince a été excellemment mise en perspective par Andrew Wallace-Hadrill, « Roman Arches and Greek honours : the language of power at Rome », loc. cit. note 21.

95 Pour le mode de représentation du prince dans les cités et plus particulièrement à Rome, quelques remarques dans Stéphane Benoist, « Le prince en représentation : visibilité et accessibilité du pouvoir impérial romain d’Auguste à Constantin », colloque d’Angers, Images et représentations du pouvoir et de l’ordre social dans l’Antiquité, 28-29 mai 1999, Paris, De Boccard, 2001, p. 237-247.

96 En notant la coïncidence des réformes mises en place à Rome et dans l’empire sous Hadrien, en partant de l’étude de Jean Beaujeu, La religion romaine à l’apogée de l’Empire, op. cit. note 81, chap. III, que l’on peut compléter pour la définition du culte impérial par la recherche d’André Chastagnol, « L’expression épigraphique du culte impérial dans les provinces gauloises », REA, 97 (1995), n° 3-4, p. 593-614.

97 Pour le port du titre de pater patriae dans la titulature à partir de la première moitié de 128, cf. Dietmar Kienast, Römische Kaisertabelle. Grundzüge einer römischen Kaiserchronologie, Darmstadt, 2e éd., 1996, p. 129 ; Mary T. Boatwright, Hadrian and the city of Rome, op. cit. note 35, p. 133, entre le 21 avril (natalis Vrbis) et le 11 août (dies imperii).

98 Pour l’achèvement du temple en 141-143 (monnaies avec temple décastyle et légendes ROMAE ÆTERNAE et VENERI FELICI), cf. BMC, IV, p. 205-206, n° 1279-1285, pl. 29, 10-13 et 30, 1-3 et p. 211-212, n° 1322-1325, pl. 31, 3 et 8-9.

99 Cf. les légendes de revers de sesterces et as de 190 avec Commode voilé creusant un sillon en conduisant deux boeufs vers la droite : BMC, IV, p. 825, n° 643 (pl. 108, 13)-644 et p. 827-828, n° 658-659.

100 Lire en ce sens les conclusions de notre étude « Le prince et la cité », loc. cit. note 58, à partir d’une remarque de Marc Aurèle, Écrits pour lui-même, VI, 44, 6, et le problème des rapports d’identité entre Rome et l’empire, en prenant l’exemple complémentaire de l’Éloge de Rome d’Aelius Aristide, quelques années auparavant.

101 Se reporter aux conclusions de Sabine MacCormack, Art and Ceremony in Late Antiquity, op. cit. note 10, p. 268-275, que l’on peut prolonger par G. Bühl, Constantinopolis und Roma. Stadtpersonifikationen der Spätantike, Zürich, 1995.

Table des illustrations

Titre Document 1. – Extensions impériales du pomerium au Champ de Mars, les hypothèses de Labrousse, Coarelli et Rodríguez-Almeida.
Légende © Gerard Creedon dans Joe Park Poe, « The Saecular Games, the Aventine, and the Pomerium in the Campus Martius », Classical Antiquity, 3-1, 1984, entre les pages 57 et 58.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19265/img-1.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Document 2. – Dieux, divi et divae dans l’espace urbain.
Légende 1. Jupiter Capitolin ; 2. Mars Vltor au forum d’Auguste ; 3. Apollon au Palatin ; 4. Vénus Genetrix au forum de César ; 5. Vénus et Rome sur les pentes de la Vélia ; 6. Concorde et Saturne au Forum ; 7. Pax au SE des fora impériaux ; 8. Divus Iulius au Forum ; 9. Divus Augustus entre Capitole et Palatin ; 10. Divus Claudius sur l’Aventin ; 11. Divus Vespasianus au Forum ; 12. Divus Traianus dans son forum ; 13. Divus Hadrianus au Champ de Mars ; 14. Divus Antoninus et diva Faustina au Forum.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19265/img-2.png
Fichier image/png, 1,6M

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540