Version classiqueVersion mobile

Rome, les Césars et la ville

 | 
Nicole Belayche

Première partie. La figure impériale dans l’espace urbain

Les pouvoirs d'Auguste : l'affranchissement de la limite du pomerium

Jean-Louis Ferrary

Texte intégral

  • 1 Excellente mise au point de E. Badian, « “Crisis Theories” and the Beginning of the Principate », (...)
  • 2 La récente publication d’un aureus de 28, confirmant RGDA, 34, a montré que la restitutio avait bi (...)

1En juin 23, Auguste abdiqua le consulat qu'il avait exercé sans interruption depuis le 1er janvier 31. Cette décision ne fut pas, comme on l'a souvent pensé, imposée par l'urgence d'une grave crise politique1. Quant à la maladie qui venait de mettre Auguste en danger de mort, elle put tout au plus contribuer à hâter une réforme institutionnelle qui était de toute façon nécessaire, et qui ne fut certainement pas adoptée dans la précipitation. Le prince ne pouvait indéfiniment confisquer chaque année un des deux postes consulaires, parce que la nobilitas ne pouvait supporter que soient ainsi réduites de moitié les chances qu'avaient ses membres de parvenir au sommet de la carrière des honneurs. Le rétablissement de la dignité consulaire par le retour à l'exercice de la magistrature pendant une année pleine, celui de la collégialité symbolisé par l'alternance mensuelle des faisceaux, avaient été en 28 deux des premières mesures qui avaient marqué la restitutio rei publicae2. L'abdication de 23 achevait en quelque sorte ce processus de remise en ordre, mais elle ne se fit pas sans contrepartie : de 23 à 19, Auguste reçut en compensation un certain nombre de pouvoirs qui marquèrent une étape décisive dans la mise en place du nouveau status rei publicae.

  • 3 Sur ce point, comme sur d’autres, je me permets de renvoyer à mon article « À propos des pouvoirs (...)

2L'abdication ne remettait pas en cause le partage des provinces qui, au début de l'année 27, avait été la dernière étape de la restitutio. Les provinces (et les armées) qui avaient alors été pour dix ans confiées à celui qui allait aussitôt recevoir le cognomen d’Augustus n'étaient pas liées à l'exercice du consulat3. Conformément à une loi qu'il faut elle aussi dater de l'année 27, et qui reprenait en grande partie les dispositions de la loi Pompeia de 52, le gouvernement des provinces consulaires ne pouvait être exercé que cinq ans après l'exercice de la magistrature, et sa durée était limitée à une année, sauf renouvellement exceptionnel décidé par le Sénat. Les provinces confiées à Auguste entraient, elles, dans la tradition des grands commandements extraordinaires dont la pratique avait été introduite dans la République tardive à partir de la loi Gabinia, et dont l'exercice n'impliquait pas celui d'une magistrature urbaine. D'autre part, Auguste ayant pris soin d'abdiquer hors de Rome (il se trouvait à Albe), son imperium consulaire restait valide tant qu'il ne reviendrait pas dans la Ville en franchissant le pomerium. C'est un point important sur lequel je reviendrai bientôt. Ce qu'en revanche l'abdication lui faisait perdre immédiatement, c'était l'aspect proprement urbain du pouvoir consulaire, et en particulier le droit de réunir le Sénat et le peuple.

  • 4 C’est pourquoi on ne peut adhérer sans réserve aux conclusions de l’ouvrage, au demeurant remarqua (...)

3Compte tenu bien sûr d'un contexte politique tout à fait autre, et mis à part deux différences considérables — le fait qu'Auguste se trouvait à la tête de la quasi-totalité des provinces militarisées, et l'auctoritas exceptionnelle dont il jouissait, en particulier depuis la collation de son nouveau cognomen —, la position d'Auguste au lendemain de son abdication rappelait, d'un point de vue strictement institutionnel, celle de Pompée entre 55 et 49 (en mettant à part la période de son troisième consulat pendant l'année 52), lorsqu'il avait exercé le commandement de ses provinces ibériques par l'intermédiaire de légats nommés par lui et bénéficiant par délégation d'un imperium prétorien, tandis que lui-même restait aux portes de Rome et tentait, avec plus ou moins de succès, de peser sur l'activité politique urbaine. Le rapprochement, répétons-le, ne peut être fait que mutatis mutandis4. Son principal intérêt est de révéler les faiblesses qu'impliquait une telle situation, et par là même de mieux comprendre la nécessité que ressentit Auguste de pallier immédiatement les plus graves.

  • 5 Laelius Felix ap. Gell., 15, 27, 4 : centuriata […] comitia intra pomerium fieri nefas est, quia e (...)
  • 6 Cf. la Table d’Héraclée (M. Crawford [éd.], Roman Statutes, Londres, 1998, n° 24, l. 20) : quae ui (...)

4Ces faiblesses étaient de deux natures. D'une part, il y avait les prérogatives des magistrats, que Pompée ne pouvait exercer : il ne pouvait réunir le Sénat ni mettre un point à l'ordre du jour de ses séances ; il ne pouvait réunir le peuple en contio, ni lui proposer un texte législatif, ni présider des comices électoraux. D'autre part, il était contraint de rester aux portes de la ville, ou plus exactement en dehors de la limite du pomerium. À l'exception de la cérémonie du triomphe, qui était normalement soumise à l'autorisation du Sénat et du peuple, les armées romaines n'avaient pas le droit de pénétrer à l'intérieur du pomerium : c'est la raison pour laquelle les comices centuriates, qui étaient considérés comme une assemblée du peuple en armes, devaient se tenir dans le Champ de Mars, à l'extérieur du pomerium5, et pour laquelle, inversement, même lorsqu'il y eut, à plusieurs reprises, un élargissement des limites du pomerium, on prit toujours soin de ne jamais y inclure le Champ de Mars. Le pomerium était, en matière de droit auspicial, une limite essentielle, à l'intérieur de laquelle ne pouvait agir qu'un magistrat pourvu des auspices urbains, et qu'un promagistrat (magistrat prorogé ou simple particulier pourvu de l'imperium), ne possédant pas ces auspices, ne pouvait franchir sans perdre immédiatement son imperium. Inversement les tribuns de la plèbe, créés en particulier pour protéger la plèbe contre les abus des magistrats patriciens dans le domaine civil, avaient, en matière d’auxilium et d’intercessio, une possibilité d'action géographiquement limitée à la zone intrapomériale, ou plus exactement au premier mille au-delà du pomerium, c'est-à-dire à l'Vrbs proprement dite augmentée des continentia aedificia6. L'interdiction de franchir le pomerium impliquait que Pompée ne pouvait participer à une réunion du Sénat ou à une contio que si le magistrat qui l'avait convoquée avait pris soin qu'elle se tînt hors du pomerium. Cela renforçait encore le besoin qu'il avait constamment de l'assistance de magistrats amis pour lui permettre d'intervenir dans la vie politique, et donnait la possibilité à des magistrats hostiles de le tenir relativement à l'écart en convoquant à l'intérieur du pomerium le Sénat ou le peuple.

  • 7 Nic. Dam., 22, 80 ; App., BC, 2, 106, 442 ; 118, 494 ; 138, 576 ; 144, 601-602 (ajoutant par erreu (...)
  • 8 Dio, 49, 15, 5-6 (plus exact qu’App., BC, 5, 132, 548 et Oros., 6, 18, 34 : voir J. Kromayer, Die (...)
  • 9 Cf. Dio, 51, 19, 6-7.
  • 10 RGDA, 10, 1 : kai ; i{na iJero ;ı w\i di »a ; bivou te… th ;n dhmarcikh ;n e[cwi ejxousivan nov »m (...)
  • 11 Voir L. Thommen, Das Volkstribunat der späten römischen Republik, Stuttgart, 1989, p. 193-205.
  • 12 Dio, 53, 32, 5 : hJ gerousiv[…a ] crhmativzein aujtw.‘ peri ; eJnovı tinoı o{pou a]n ejqelhvsh. ka (...)
  • 13 Dio, 54, 3, 3 : to ; th ;n boulh ;n ajqroivzein oJsavkiı a\n ej. qQeuleh fvasuth-‡il entendre exac (...)
  • 14 Le ius primae relationis des manuels de droit public. Mais il faut admettre que le texte de Dion c (...)
  • 15 Pour reprendre la formulation du rôle des magistrats que donne Cicéron dans Sest., 137 (quasi mini (...)

5La nouvelle res publica que les mesures des années 28 et 27 avaient commencé à mettre en place impliquait que le prince, dépourvu de statut institutionnel propre, eût du moins la possibilité d'agir avec le peuple et surtout avec le Sénat. Cela avait été le cas tant qu'Auguste avait exercé le consulat, mais il ne pouvait, après son abdication, accepter de voir sa liberté d'action assujettie au bon vouloir de magistrats amis. La parade trouvée fut de pourvoir Auguste d'une puissance tribunicienne viagère. Il s'agissait d'une mesure absolument sans précédent, et d'une nouveauté considérable. Il est vrai que César avait reçu en 44 le privilège tribunicien de l'inviolabilité7, et qu'une mesure semblable avait été prise en 36 en faveur d'Octavien8, et il est même possible (mais nullement certain) qu'en 30 il se soit vu accorder le ius auxilii qui était l'une des prérogatives des tribuns9. En 23, en tout cas, c'est la plénitude de la puissance tribunicienne qui lui fut accordée, par une décision comitiale dont il est très vraisemblable qu'elle fut adoptée ex senatus consulto10. Patriciens (le premier par la naissance et le second par l'adoption), César et Auguste ne pouvaient être tribuns. C'est par le moyen d'une fiction juridique qu'ils reçurent, l'un et l'autre un privilège personnel, le second des pouvoirs, qui étaient les mêmes que s'ils avaient exercé le tribunat. Que la puissance tribunicienne ait en quelque sorte été greffée sur la sacro-sainteté me paraît établi à la fois par la façon dont Auguste lui-même associe étroitement dans les Res Gestae la collation de l'une et de l'autre (note 10), et par le fait que la puissance tribunitienne reçut le même caractère viager que la sacro-sainteté (même si le principe de l'annalité fut conservé moyennant l'artifice du renouvellement annuel). Il est intéressant de noter toutefois que, sur un point, la puissance tribunicienne d'Auguste a été renforcée dès qu'elle lui fut accordée. Il reçut en effet le droit de mettre un point à l'ordre du jour de toute séance du Sénat, même lorsque les Pères seraient convoqués et présidés par d'autres que lui. Il est certain qu'en matière de ius agendi cum senatu les consuls (et en leur absence le préteur urbain) avaient conservé une nette prééminence. Ce que nous savons du rôle des tribuns dans la République tardive montre qu'ils réunissaient rarement le Sénat et intervenaient surtout en usant de leur ius relationis pour saisir le Sénat d'une affaire et lui proposer une motion11. C'est précisément ce droit qui fut renforcé en faveur d'Auguste, une première fois en 2312 et une seconde fois dès l'année suivante, peut-être pour permettre au prince, alors qu'il allait partir pour une longue tournée d'inspection des provinces orientales, de saisir le Sénat même en son absence, par une relatio écrite que le président de séance serait tenu de lire et de soumettre à la discussion et au vote13. La mesure de 23 si elle accordait déjà la priorité à la motion du prince14, celle de 22 si l'interprétation que j'en propose est la bonne, ne se contentaient d'ailleurs pas de pallier les insuffisances de la puissance tribunicienne par rapport à la puissance consulaire en matière de rapports avec le Sénat : elles accordaient au prince un ius relationis tel qu'aucun magistrat n'en possédait et n'en avait jamais possédé. On connaît l'ambiguïté profonde de la fonction tribunicienne sous la République, les tribuns apparaissant tantôt comme les protagonistes d'une opposition au pouvoir sénatorial et tantôt comme les instruments par excellence du Sénat. La puissance tribunicienne du prince échappait bien évidemment à la grille d'analyse qui vaut pour la République, mais le renforcement dès 23-22 de cet élément de la puissance tribunicienne qu'était le ius relationis montre bien l'importance fondamentale qu'avait pour Auguste le pouvoir de contrôler l'ordre du jour du Sénat. La puissance tribunicienne ainsi comprise ne s'inscrivait certainement pas dans la tradition des populares de la République : plus qu'une menace latente de s'appuyer sur le peuple contre le Sénat, elle manifestait la volonté de collaborer étroitement avec le Sénat, un Sénat toutefois dont le prince n'entendait pas être le serviteur15, mais qui serait plutôt fermement tenu en bride.

  • 16 Dio, 53, 32, 5 : hJ gerousiv[…a] thvn te ajrch ;n th ;n ajnquvpaton ejsaei ; kaqavpax e[cein, w{st (...)
  • 17 R. T. Ridley, « Pompey’s Commands in the 50’s : How Cumulative ? », RhMus., 127, 1983, p. 145- 146 (...)
  • 18 Voir Ferrary, « À propos des pouvoirs d’Auguste », art. cit., note 3.
  • 19 Voir W. K. Lacey, « Summi fastigii uocabulum : The Story of a Title », JRS, 69, 1979, p. 28-34
    (rep (...)

6La mesure comitiale attribuant à Auguste la puissance tribunicienne devait comprendre, outre le renforcement de son ius relationis, une clause l'affranchissant de la règle qui interdisait à un proconsul de franchir le pomerium sous peine de perdre son imperium. Nous savons par Dion que ce privilège fut accordé à Auguste dès 2316, et nous avons vu déjà, en rappelant la situation de Pompée après 55, l'importance que représentait pour Auguste un tel privilège. Il n'était peut-être pas tout à fait sans précédent, car on a fait remarquer que Pompée en 56 avait pénétré à l'intérieur du pomerium à l'occasion d'un ou plusieurs procès, alors pourtant qu'il possédait un imperium au titre de la loi consulaire qui, l'année précédente, lui avait confié la cura annonae ; mais on voit aussi, la même année, le Sénat se réunir hors du pomerium pour que Pompée puisse assister à une séance, en sorte que ce précédent reste bien douteux17. Qu'il n'y ait en tout cas aucun indice d'un tel privilège dans les lois de 55 et 52 confiant pour cinq ans à Pompée les provinces ibériques s'explique assez facilement : le gouvernement des Espagnes ne justifiait en aucun cas sa présence dans la Ville, et ne pouvait guère être le prétexte de l'attribution d'une telle solutio legibus ; en revanche, la cura annonae était une mission concernant la Ville, même si elle impliquait des interventions dans l'Empire entier, et on put considérer qu'il fallait permettre à Pompée de franchir impunément le pomerium si besoin était. En 23, la solutio legibus dont bénéficia Auguste ne se justifiait pas non plus par les nécessités du gouvernement des provinces dont la responsabilité lui avait été confiée en 27, mais par celle de rendre compatibles la possession de l'imperium qu'exigeait ce gouvernement et sa nouvelle puissance tribunicienne. Même si cette dernière n'obligeait pas le prince à rester en permanence, comme les tribuns, dans les limites du premier mille, il eût été inconcevable (ou du moins paradoxal) qu'il ne pût en faire usage dans la Ville, c'est-à-dire dans les limites traditionnelles d'exercice de ce pouvoir. Quant à l'extension du ius relationis qui lui était accordée, elle aurait été largement vidée de son contenu, ou elle aurait eu l'effet absurde de contraindre le Sénat à ne se réunir qu'en dehors du pomerium, si Auguste n'avait pu se rendre aux séances qui se dérouleraient à l'intérieur du pomerium. On a trop souvent analysé les privilèges de 23 dans la seule perspective de palliatifs destinés à gommer les conséquences négatives de l'abdication du consulat : Auguste aurait conservé le droit qu'avaient les consuls de franchir le pomerium, leur prééminence en matière de ius relationis, et la supériorité de leur imperium sur celui des proconsuls. En fait, la supériorité de l'imperium du consul sur celui du proconsul est probablement une fiction inventée par les Modernes, et Auguste reçut en 23 un imperium maius encore limité à sa présence dans des provinces proconsulaires (ce qu'on appelle inexactement provinces sénatoriales) à l'occasion de sa mission d'inspection et de réorganisation des provinces transmarines18 ; le ius relationis qui lui fut conféré était sans véritable précédent, et comportait dès l'origine un privilège que les consuls eux-mêmes n'avaient pas ; l'affranchissement de la limite du pomerium, enfin, était indissociable de la collation de la puissance tribunicienne. Il y a, dans les mesures de 23, à la fois plus de cohérence et plus de nouveauté qu'on l'a généralement reconnu. Et il n'est pas surprenant, de ce fait, qu'elles soient à l'origine de développements qui ont mis un certain temps à prendre leur forme définitive. La puissance tribunicienne elle-même a vu croître son importance lorsqu'elle fut utilisée pour l'adoption des lois Iuliae, en 18-17, et comme instrument de datation dans la titulature impériale19 ; le ius relationis, accru dès 22, devait peu à peu atteindre la forme sous laquelle il apparaît en 70 dans la lex de imperio Vespasiani ; l'imperium maius, ainsi que j'ai essayé de le montrer ailleurs, allait progressivement se généraliser et se rigidifier, comme en témoigne de s. c. de Cn. Pisonepatre de 20 apr. ; l'affranchissement de la limite du pomerium, enfin, eut des conséquences qui n'apparurent clairement que sous le règne de Tibère, et, sous Auguste, dut voir sa signification précisée dès 19.

  • 20 En témoignent notamment une clause de la loi sur les provinces prétoriennes de 100, concernant le (...)
  • 21 Ulpien, D., 1, 16, 1 (proconsul ubique quidem proconsularia insignia habet statim atque urbem egre (...)
  • 22 Ainsi que l’a fait remarquer A. H.M. Jones, Studies in Roman Government and Law, Oxford, 1960, p. (...)
  • 23 En ce sens, notamment, R. Syme, Tacitus, Oxford, 1958, I, p. 411, n. 4 ; D. Kienast, Augustus, Pri (...)
  • 24 Dio, 57, 24, 1 (en fait, abrégé de Xiphilin) : dielqovntwn de ; tw‘n devka e[twn th‘ı ajrch‘ı aujt (...)
  • 25 Cf. Tac., Ann., 4, 9, 1 : ad uana et totiens inrisa reuolutus, de reddenda re publica utque consul (...)

7Si l'abolition de la limite pomériale pour l'imperium d'Auguste était bien contenue dans une simple clause de la loi qui lui conférait la puissance tribunicienne, on comprend que la formulation en ait été assez brève. La loi précisait probablement qu'elle n'impliquait aucune dérogation à celle qui, en 27, avait accordé pour 10 ans à Auguste le gouvernement d'un certain nombre de provinces, et elle devait en conséquence se contenter de spécifier que, par privilège spécial, le franchissement par Auguste de la limite pomériale ne mettait pas fin à son imperium de proconsul. Une telle formulation avait une conséquence qui ne dut pas apparaître immédiatement. Alors que l'imperium urbain d'un magistrat prenait fin à date fixe (le 31 décembre pour les consuls), celui d'un promagistrat, restait traditionnellement valide jusqu'à ce qu'il fût de retour à Rome et franchît le pomerium : c'était le cas sous la République20, et ce le fut encore sous l'Empire pour les proconsuls, à la différence des légats d'Auguste propréteurs21. La clause de 23 revenait à mettre fin à cette définition du terme de l'imperium dans le cas du prince, sans veiller à lui en substituer une autre22. En prenant soin de faire régulièrement, et jusqu'à l'année qui précéda sa mort, renouveler son imperium décennal, Auguste montra que son intention n'avait certainement pas été de se faire subrepticement attribuer un imperium viager. Ce n'est que sous Tibère que cette possibilité fut exploitée. En 13 apr., une loi consulaire avait conféré pour 10 ans à Tibère un imperium dans les provinces et sur les armées égal à celui d'Auguste. À la mort d'Auguste en 14 apr., cet imperium ne prit pas fin et n'eut pas à être réattribué. L'hypothèse selon laquelle Tibère se serait alors fait conférer un imperium viager23 ne trouve aucun fondement dans nos sources, et elle s'oppose au souci qu'il eut au contraire de se présenter alors en fidèle héritier d'Auguste. C'est en 23 apr., lorsque Tibère ne sollicita pas le renouvellement de son imperium24, qu'il apparut que cette procédure, en fait, n'était pas nécessaire, et que l'imperium du prince pouvait continuer à courir (sauf à ce que sa déchéance fût prononcée par le Sénat). On peut s'interroger sur les motivations de Tibère (utilisation méditée de la faille ouverte 46 ans plus tôt lorsqu'au franchissement du pomerium n'avait pas été substitué un nouveau terme de Ximperium du prince ? réelle crise personnelle provoquée par la mort de Drusus trois ans seulement après celle de Germanicus25 ?), mais c'est certainement ainsi, par simple absence d'une demande de renouvellement, que l'imperium des princes devint viager.

8Ce n'était pas le seul point faible de la formulation de la clause de 23. Si l'imperium du prince ne prenait pas fin quand il franchissait le pomerium, cela lui donnait-il le droit d'en porter les insignes et de l'exercer d'une façon ou d'un autre dans la Ville ? Et en ce cas, dans quelle mesure son imperium pouvait-il en venir à concurrencer celui des consuls à l'intérieur même de la Ville ? Je suis personnellement convaincu que la loi de 23 ne fournissait pas de réponse à ces questions, et que des mesures complémentaires prises en 19 répondirent à la première, mais laissèrent encore dans l'ombre certains aspects de la seconde. Les textes normatifs durent toujours laisser place à une interprétation, qui se fit par la pratique et par l'expérience, non par une définition précise des manifestations de l'imperium du prince autorisées ou interdites à l'intérieur du pomerium.

  • 26 Dio, 54, 10, 5 : ejpimelhthvı te tw‘n trovpwn ejı p<ev[ntth>e p araklhqei ;ı dh ; ejceirotonhvqh, kai ; th </ev> (...)

9Le récit de Dion Cassius, qui est notre source principale, laisse certains points dans l'ombre. Auguste resta à Rome pendant la fin de l'année 23 et le début de l'année 22. Sans doute choisit-il une application minimale du privilège qui lui avait été conféré, franchissant le pomerium, mais s'abstenant de porter les insignes de l'imperium et d'en faire le moindre usage dans la zone intrapomériale (si ce n'est pour envoyer des ordres concernant le gouvernement de ses provinces). Il est certain que la nouvelle situation provoqua chez le peuple une inquiétude dont on peut toujours se demander dans quelle mesure elle entrait dans les plans d'Auguste et fut encouragée en sous-main. En 22, à l'occasion d'une crise annonaire, le peuple voulut faire conférer à Auguste la dictature ou le consulat à vie. Il refusa, bien sûr, n'acceptant qu'une cura annonae qu'il déposa dès qu'il eut (rapidement) rétabli la situation. Les troubles continuèrent pendant son absence en Orient. À deux reprises, en 22 et en 20, bien que n'étant pas candidat, il fut réélu au consulat, que bien entendu il refusa. À son retour, il refusa le pouvoir de dicter des lois, se contentant d'user de sa puissance tribunicienne pour proposer et faire adopter par le peuple, pendant les années 18 et 17, un impressionnant dispositif législatif. En 19 également, si l'on en croit Dion, il se serait vu octroyer une cura morum et la puissance censorienne pour cinq ans, ainsi que le pouvoir consulaire à vie, en sorte qu'il serait toujours précédé des douze licteurs et siégerait sur une chaise curule entre les consuls26. C'est une des indications de Dion qui ont suscité le plus de controverses, et la portée des mesures de 19 reste à mon avis l'un des points les plus difficiles de la problématique des pouvoirs d'Auguste.

  • 27 En ce sens, voir en particulier les travaux de H. Siber, notamment Das Führeramt des Augustus, Lei (...)
  • 28 Val. Max., 6, 9, 7 (T. Aufidius, proconsul d’Asie en 67 ou 66) et 8, 1 amb., 2 (P. Cornelius Dolab (...)
  • 29 Voir Ferrary, « À propos des pouvoirs d’Auguste », art. cit., note 3.
  • 30 Voir supra, note 16.

10Une hypothèse qui me paraît devoir être récusée est qu'Auguste, en 27, 23 et 19 ait acquis puis cumulé des imperia distincts27. La République n'avait connu que deux imperia, le praetorium et le consulare, qui était à la fois celui des consuls et (à l'exclusion de l'imperium domi) des proconsuls. L'expression proconsulare imperium apparaît pour la première fois à époque tibérienne chez Valère-Maxime, à propos de proconsuls d'Asie de l'époque républicaine, puis se généralise à partir de Tacite, à propos de l'imperium du prince comme de celui des proconsuls28. Progressivement, une dissociation s'était introduite entre l'imperium urbain des magistrats et l'imperium provincial des promagistrats : cette évolution, dont les prodromes remontaient aux années 90 et qui s'était fortement accentuée après Sylla, fut sanctionnée par les lois de 52 et de 27 introduisant un intervalle entre l'exercice d'une magistrature urbaine et le gouvernement d'une province, sans que pour autant on doive supposer qu'à aucun moment les consuls aient été explicitement privés de l'imperium militiae29. Après 23, et hors les rares années où le prince ou un de ses corégents exerçait le consulat, la dissociation était consommée entre l'imperium urbain des consuls et l'imperium provincial des proconsuls. C'est cette situation, me semble-t-il, qui progressivement donna naissance à l'expression proconsulare imperium, d'abord dans un usage courant dont témoigne Valère-Maxime, et dans un second temps seulement, certainement pas dès le règne d'Auguste, dans le vocabulaire officiel, plus figé et conservateur. C'est toujours en possession d'un consulare imperium (même si Dion Cassius, écrivant au iiie siècle, parle tout naturellement d'ajrchv30 ajnquvpatO) qu'Auguste continua à gouverner ses provinces après qu'il eut en 23 abdiqué le consulat, et nous n'avons donc pas à supposer en 19 la collation d'un autre imperium, mais seulement un certain nombre de précisions sur la capacité qu'il avait de manifester et d'exercer son imperium à Rome même.

  • 31 Ibid.
  • 32 C’est l’opinion, en particulier de Mommsen, Kromayer et Pelham ; A. v. Premerstein, Vom Werden und (...)
  • 33 C’est l’opinion, en particulier, de A. H. M. Jones, Studies in Roman Government and Law, p. 13- 15 (...)
  • 34 Même s’il avait tenté vainement de faire accepter une telle réforme, probablement avant de se réso (...)
  • 35 RGDA, 6, 2.
  • 36 Lois Quinctia de 9 av., Fufia Caninia de 2 av., Aelia Sentia de 4 apr., Papia Poppaea de 9 apr. De (...)
  • 37 A. H. M. Jones, Studies in Roman Government and Law, p. 14 ; R. Frei-Stolba, Untersuchungen zu den (...)
  • 38 En témoigne Vell., 2, 92, 4 à propos de la candidature au consulat d’Egnatius Rufus en 19, qui éta (...)
  • 39 Suét., Aug., 56, 2.
  • 40 Cf., sous Tibère encore, Tac., Ann., 1, 81, 3.

11Dion nous apprend qu'à partir de 19 Auguste fut à Rome précédé des douze licteurs, et siégea entre les consuls31. On s'est beaucoup demandé s'il s'agissait de simples marques d'honneur32, ou si cela impliquait une totale équivalence de son imperium à celui des consuls33. Il me semble qu'une alternative ainsi formulée pose mal le problème. Les faisceaux portés par les douze licteurs ne sont pas de simples ornamenta, mais bien des insignia imperii, indissociables d'une certaine capacité à exercer ce pouvoir, au moins par l'usage de la coercition. Inversement, Auguste ne devint pas un troisième consul34, et n'empiéta pas sur les compétences propres des consuls, comme l'organisation des élections consulaires et prétoriennes ou la proposition d'une loi aux comices centuriates ou tributes. C'est en vertu de sa puissance tribunicienne et non de son imperium qu'il fit adopter les lois Iuliae, par le concilium plebis et non par les comices35. On constate d'ailleurs aussi qu'Auguste, après 17, renonça bien souvent à proposer lui-même des lois dont il était pourtant le véritable inspirateur, et abandonna aux consuls l'apparence de l'initiative législative36. En ce qui concerne les élections, on a pensé que l'une des raisons de la réforme de 19 aurait été de permettre au prince d'être associé aux consuls dans la sélection des candidats au moment de la professio37. Mais personne n'avait le pouvoir d'interdire purement et simplement une candidature : seul le consul présidant les comices pouvait refuser de tenir compte d'un candidat au moment de la renuntiatio, c'est-à-dire lors de la proclamation des résultats du vote38. En réalité l'intervention d'Auguste en matière électorale se faisait par les moyens traditionnels de la suffragatio et de la commendatio39. Que les candidats, d'autre part, aient en règle générale jugé bon de l'avertir de leurs intentions n'était pas une obligation40, mais une précaution qui s'expliquait assez par l'auctoritas du prince. Il n'y eut pas renforcement du contrôle des élections en 19, mais seulement à partir de 5 apr., lorsque la loi Valeria Cornelia mit en place l'assemblée destinatrice.

  • 41 Ainsi en 75, alors que la majorité sénatoriale ne souhaitait pas que l’on procédât à un cens, la l (...)
  • 42 D’après les Fastes de Venosa (I. It., 13, 1, p. 254), Octavien et Agrippa en 28 censoria potes(tat (...)

12Les mesures de 19 n'attribuèrent donc pas à Auguste de compétences strictement consulaires. Mais elles lui permirent d'exercer les fonctions censoriennes, et probablement de développer son intervention dans d'autres domaines, en particulier dans le domaine judiciaire. Il était déjà arrivé sous la République que les consuls, en l'absence de censeurs, fussent chargés de fonctions censoriennes, conformément à un sénatus-consulte ratifié par les comices41. C'est en vertu d'une procédure analogue que la censoria potes-tas dut être accordée en 29 à Octavien consul et à Agrippa consul désigné42.

  • 43 L’octroi en 19 d’une censoria potestas pour procéder à la lectio qui se fit en 18 (Dio, 54, 13-14) (...)
  • 44 RGDA, 8, 2-4 : senatum ter legi. Et in consulatu sexto censum populi conlega M. Agrippa egi […] Tu (...)
  • 45 Ainsi que l’avait bien vu H. F. Pelham, Essays on Roman History, p. 68-69. Cette interprétation pe (...)

13Après l'échec des deux censeurs qui avaient été élus en 22, c'est Auguste qui fut à plusieurs reprises investi des fonctions censoriennes, seul en 18 pour une importante lectio senatus43, puis en 8 av. pour procéder une seconde fois au cens, enfin avec Tibère comme collègue pour un troisième cens en 14 apr. Dans ses Res gestae, il précise qu'en 8 et en 14 il agit consu lari cum imperio : non pas « en vertu de son imperium consulaire » (on aurait eu en ce cas l'ablatif seul), mais bien « alors qu'il disposait d'un imperium consulaire44 ». Ce consulare imperium n'est autre que celui qui permettait à Auguste de gouverner ses provinces45 : on considéra donc que les fonctions censoriennes pouvaient lui être attribuées sans qu'il exerçât le consulat, dès lors qu'il se trouvait à Rome et qu'il y était pourvu d'un imperium consulaire.

14L'origine des fonctions judiciaires du prince en appel et en première instance est un point délicat, et il n'existe sans doute pas d'explication unique. Le fait qu'à partir de 27 une partie des provinces fut gouvernée par des légats d'Auguste propréteurs dut introduire une possibilité d'appel du légat au prince, et l'imperium maius put servir de prétexte à une généralisation progressive de cette juridiction d'appel. Pour la juridiction de première instance, on a invoqué la réforme de 19, dans la mesure où l'imperium du prince aurait été reconnu comme équivalent à celui des consuls46, mais cette interprétation se heurte au fait que les consuls avaient depuis longtemps renoncé au profit des préteurs à exercer une juridiction civile, et depuis environ un siècle avaient cessé de connaître des crimes à Rome. Plutôt que l'extension d'une juridiction consulaire qui appartenait à un passé plus ou moins lointain, la juridiction en première instance du prince me paraît être un développement nouveau, dont le fondement juridique était la capacité juridictionnelle inhérente à toute possession de l'imperium, mais dont le modèle est plutôt à rechercher du côté de la juridiction exercée par les gouverneurs dans leurs provinces.

15Lorsqu'en 19, Auguste fut officiellement autorisé à utiliser les insignia imperii à l'intérieur du pomerium, cela ne signifiait pas qu'il retrouvât les pouvoirs consulaires abdiqués en 23. On constate plutôt, me semble-t-il, un phénomène plus subtil et beaucoup plus riche d'avenir : sur un imperium dont la raison d'être était le gouvernement d'une partie des provinces, mais que l'exercice de la puissance tribunicienne avait contraint à affranchir de la limite du pomerium et dont la possession à l'intérieur du pomerium était désormais clairement affichée, commencèrent à se greffer une série de compétences qui, conjuguées avec la puissance tribunicienne, dessinèrent progressivement les contours de l'aspect urbain du pouvoir impérial.

16J'ai mis l'accent, dans cette étude, sur les années 23-19, parce que l'abdication du consulat, l'affranchissement de la limite du pomerium et la greffe de compétences urbaines nouvelles sur un imperium qui aurait dû se trouver réduit au gouvernement des provinces ont constitué, de ce point de vue, une étape fondamentale. Mais je voudrais, pour finir, souligner que les mesures de 23-19 s'inscrivent dans un contexte beaucoup plus large. En amont, une première date très importante fut sans aucun doute la victoire sur Sex. Pompée en 36. En libérant Rome de la crainte constante d'être affamée, Octavien trouva enfin une popularité qui lui avait durement manqué depuis l'institution du triumvirat : c'est alors qu'il reçut cette sacro-sainteté sur laquelle il aurait l'idée de faire greffer en 23 une puissance tribunicienne qui elle-même permettrait de justifier l'affranchissement de la limite du pomerium. Et c'est également en 36 qu'il commença à agrandir sa maison du Palatin et promit la construction d'un temple d'Apollon sur une partie de la maison que la foudre venait de frapper47. C'était le point de départ de ce qui allait devenir le palais impérial, et qui allait illustrer de façon significative les rapports du prince et du Sénat lorsque ce dernier serait réuni in Palatio, in porticu quae est ad Apollinis, in eo templo in quo senatus haberi solet48, c'est-à-dire dans la partie publique du palais du prince. En aval, une autre date essentielle fut 7 av. J.-C., avec la réorganisation de l'espace urbain et la création de la Rome des quatorze régions englobant les continentia aedificia. Il s'agissait là d'une mesure d'une bien autre importance que l'extension de la limite pomériale dont l'attribution à Auguste par certaines de nos sources reste douteuse49. Pour Auguste, en ce qui concernait le pomerium, l'important n'avait pas été d'en reculer les limites, mais de s'affranchir des interdits qui lui étaient associés en vertu du droit augural.

Les cippes pomériaux retrouvés (ier-iie siècle).

Les cippes pomériaux retrouvés (ier-iie siècle).

Notes

1 Excellente mise au point de E. Badian, « “Crisis Theories” and the Beginning of the Principate », Romanitas – Christianitas. Untersuchungen zur Geschichte und Literatur der römischen Kaiserzeit J. Straub… gewidmet, Berlin-New York, 1982, p. 18-41. Il faut garder pour la conspiration de Murena la date de 22 donnée par Dion Cassius (54, 3, 1-5), et l’hypothèse d’un Murena consul au moment où il se serait dressé contre Auguste ne repose que sur une mauvaise interprétation d’un texte lacunaire des Fasti Capitolini : voir déjà M. Swan, « The Consular Fasti of 23 B. C. and the Conspiration of Varro Murena », HSCP, 71, 1967, p. 235-247.

2 La récente publication d’un aureus de 28, confirmant RGDA, 34, a montré que la restitutio avait bien commencé dès l’année 28, et que la restitutio prouinciarum de janvier 27 n’en fut que la dernière étape : J.W. Rich & J. H. C.Williams, « Leges et iura p. R. restituit : A New Aureus of Octavian and the Settlement of 28-27 BC », NC, 159, 1999, p. 169-213.

3 Sur ce point, comme sur d’autres, je me permets de renvoyer à mon article « À propos des pouvoirs d’Auguste », à paraître dans les Cahiers du Centre Gustave Glotz, 12, 2001.

4 C’est pourquoi on ne peut adhérer sans réserve aux conclusions de l’ouvrage, au demeurant remarquable et novateur en son temps, de E. Meyer, Caesars Monarchie und das Principat des Pompejus3, Stuttgart-Berlin, 1922.

5 Laelius Felix ap. Gell., 15, 27, 4 : centuriata […] comitia intra pomerium fieri nefas est, quia exercitum extra urbem imperari oporteat, intra urbem imperari ius non sit.

6 Cf. la Table d’Héraclée (M. Crawford [éd.], Roman Statutes, Londres, 1998, n° 24, l. 20) : quae uiae in urbem Rom(am) propiusue u(rbem) R(omam) p(assus) (mille), ubei continente habitatur, sunt erunt, et les autres textes signalés dans Roman Statutes, p. 380. L’historicité des deux seuls cas où des tribuns auraient été chargés de missions officielles hors de Rome (Liv., 9, 36, 14 et 29, 20) est fort douteuse : voir E. Badian, « Tribuni plebis and res publica », J. Linderski (éd.), Imperium sine fine : T. R. S. Broughton and the Roman Republic, Stuttgart, 1996, p. 195-196.

7 Nic. Dam., 22, 80 ; App., BC, 2, 106, 442 ; 118, 494 ; 138, 576 ; 144, 601-602 (ajoutant par erreur le ius auxilii) ; Dio, 44, 5, 3 ; 49, 1 et 3 ; 50, 1 ; per. Liu., 116.

8 Dio, 49, 15, 5-6 (plus exact qu’App., BC, 5, 132, 548 et Oros., 6, 18, 34 : voir J. Kromayer, Die rechtliche Begründung des Principats, Marburg, 1888, p. 38-43).

9 Cf. Dio, 51, 19, 6-7.

10 RGDA, 10, 1 : kai ; i{na iJero ;ı w\i di »a ; bivou te… th ;n dhmarcikh ;n e[cwi ejxousivan nov »mwi ej…kurwvqh ; Dio, 53, 32, 5 (adoptant une formulation inexacte) : hJ gerousiva dhvmarcovn te aujto ;n dia ; bivou ei\nai ej.y Jhe fnie vpsuaist coroire à l’hypothèse récemment formulée par M. H. Dettenhofer, Herrschaft und Widerstand im augusteischen Principat. Die Konkurrenz zwischen respublica und domus Augusta, Stuttgart, 2000, p. 106-108 et 209, que la tribunicia potestas et les autres privilèges de 23 aient été votés par la plèbe sans accord préalable du Sénat : un s. c. est explicitement attesté par Dion, et c’est trop arguer e silentio, que de prétendre qu’Auguste, si ce s. c. avait vraiment existé, n’aurait pu manquer d’y faire référence dans ses Res Gestae.

11 Voir L. Thommen, Das Volkstribunat der späten römischen Republik, Stuttgart, 1989, p. 193-205.

12 Dio, 53, 32, 5 : hJ gerousiv[…a ] crhmativzein aujtw.‘ peri ; eJnovı tinoı o{pou a]n ejqelhvsh. kaq’ eJkavsthn boulhvn, ka]n mh ; uJpateuvh/,. e[dwke

13 Dio, 54, 3, 3 : to ; th ;n boulh ;n ajqroivzein oJsavkiı a\n ej. qQeuleh fvasuth-‡il entendre exactement par là ? Selon H. F. Pelham, Essays on Roman History, Oxford, 1911, p. 77- 78, Auguste aurait reçu la préséance sur tous les autres magistrats, y compris les consuls, dans le droit de convoquer le Sénat. Mais il se serait agi d’un assez maigre avantage, dont on voit mal la nécessité en 22, alors qu’Auguste allait partir pour un long voyage dans les provinces d’Orient. De son côté, A.Magdelain, Auctoritas principis, Paris, 1947, p. 64, a pensé à un droit de convoquer le Sénat hors des sessions légales. Mais que faudrait-il entendre par là, avant l’institution de senatus legitimi à date fixe par le réglement augustéen de 9 av. (Suét., Aug., 35 ; Dio, 55, 3, 1-2) ? Je me demande si le privilège de 22 ne devrait pas plutôt être mis en rapport avec l’imminence du départ d’Auguste, et si le droit ne lui aurait pas été accordé de convoquer le Sénat et de le saisir d’une question même en son absence.

14 Le ius primae relationis des manuels de droit public. Mais il faut admettre que le texte de Dion cité note 12 n’implique pas exactement un tel privilège dès 23.

15 Pour reprendre la formulation du rôle des magistrats que donne Cicéron dans Sest., 137 (quasi ministros grauissimi consili).

16 Dio, 53, 32, 5 : hJ gerousiv[…a] thvn te ajrch ;n th ;n ajnquvpaton ejsaei ; kaqavpax e[cein, w{ste mhvte ejn th‡‘ ejsovdw‡ th‡‘ ei[sw tou‘ pwmhrivou katativqesqai aujth ;n ’ mahuv\tqiı ajnaneou‘sq[a…i] ejpevtreye.n

17 R. T. Ridley, « Pompey’s Commands in the 50’s : How Cumulative ? », RhMus., 127, 1983, p. 145- 146. Intervention devant le peuple en faveur de Milon : Cic., Q. fr., 2, 3, 2 (mais le lieu où s’est tenue la contio n’est pas connu, et on lit ensuite au § 3 : a. d. VI Id. Febr. senatus ad Apollinis fuit, ut Pompeius adesset), Fam., 1, 5b, 1, Mil., 40 ; laudator au procès de Sestius : Cic., Fam., 1, 9, 7 (sedente Cn. Pompeio, cum ut laudaret P. Sestium introisset in urbem) ; avocat au procès de Balbus : Cic., Balb., 2-4, 17, 59. L’hypothèse d’une exemption accordée à Pompée à l’occasion du seul procès de Sestius n’est pas non plus totalement satisfaisante : sa laudatio aurait pu être écrite et lue, et il paraît surprenant que le procès de Balbus se soit déroulé extra pomerium.

18 Voir Ferrary, « À propos des pouvoirs d’Auguste », art. cit., note 3.

19 Voir W. K. Lacey, « Summi fastigii uocabulum : The Story of a Title », JRS, 69, 1979, p. 28-34
(repris dans Augustus and the Principate, Leeds, 1996, p. 154-168).

20 En témoignent notamment une clause de la loi sur les provinces prétoriennes de 100, concernant le gouverneur qui a abdiqué sa magistrature (RS, 12, Cnide, IV, l. 31-39 : ou|t »o…ı oJ strathgo ;ı w|i th‘ı’A sivaı Makedonivaı te ejpar »c…eiva ejgevneto th‘ı ajrch‘ı auJto ;n ajpeivphi h] ajpeivphtai, wJı ejn ejpitagh‘i ejxousiva pavntwn pragmavtwn ej »p…istrofhvn te poiei‘sqai kolavzein dikaiodotei‘n kreivnei »n k…rita ;ı xenokrivtaı didovnai ajnadocwn kthmavtwn TE‡ ».…G‡ARODOSEIS ajpeleuqerwvseiı wJsauvtwı kata ; th ;n dikaiodosivan e[stw kaqw ;ı ejn th‘i ajrch‘i uJph‘rcen, ou| »t…ovı te oJ ajnquvpatoı e{wı touvtou e{wı a]n eijı pov ‘Rwvmhn ejpanevlqhi e[s),t ewt les déclarations d’Ap. Claudius Pulcher, cos. 54, rapportées par Cic., Fam., 1, 9, 25 : se, quoniam ex senatus consulto prouinciam haberet, lege Cornelia imperium habiturum quoad in urbem introisset.

21 Ulpien, D., 1, 16, 1 (proconsul ubique quidem proconsularia insignia habet statim atque urbem egressus est ; potestatem autem non habet nisi in ea prouincia sola quae ei decreta est) et 1, 16, 16 (proconsul portam Romae ingressus deponit imperium) ; Marcien, D., 1, 16, 2, pr. (omnes proconsules statim quam urbem egressi fuerint habent iurisdictionem, sed non contentiosam, sed uoluntariam, ut ecce manumitti apud eos possunt tam liberi quam serui et adoptiones fieri) ; Dio, 53, 13, 4 : ta ; th‘ı ajrch‘ı ejpivshma kai ; paracrh‘ma a{ma th.‘ e[xw tou‘ pomhrivou genevsqai prostivqesqai kai ; dia ; pavntoı mevcriı a]n ajnakomisqw‘sin e[.cein ejkevleu

22 Ainsi que l’a fait remarquer A. H.M. Jones, Studies in Roman Government and Law, Oxford, 1960, p. 8.

23 En ce sens, notamment, R. Syme, Tacitus, Oxford, 1958, I, p. 411, n. 4 ; D. Kienast, Augustus, Prinzeps und Monarch3, Darmstadt, 1999, p. 88, n. 32 et 149 et n. 235.

24 Dio, 57, 24, 1 (en fait, abrégé de Xiphilin) : dielqovntwn de ; tw‘n devka e[twn th‘ı ajrch‘ı aujtou‘ yhfivsmatoı me ;n ejı th ;n ajnavlhyin aujth‘ı oujdeno ;ı ejdehv (oujde ; ga ;r ejdei‘to katatevmnwn aujthvn, w{sper oJ Au[goustoı, a[rcein), hJ mevntoi panhvguriı hJ dekaethri ;ı ej, pooùi ilh fvaquth donner au verbe dei‘sqaile sens de « demander ».

25 Cf. Tac., Ann., 4, 9, 1 : ad uana et totiens inrisa reuolutus, de reddenda re publica utque consules seu quis alius regimen susciperent, uero quoque et honesto fidem dempsit.

26 Dio, 54, 10, 5 : ejpimelhthvı te tw‘n trovpwn ejı p<ev[ntth>e p araklhqei ;ı dh ; ejceirotonhvqh, kai ; th ;n ejxousivan th ;n me ;n tw‘n timhtw‘n ejı to ;n aujto ;n crovnon, th ;n de ; tw‘n uJpavtwn dia ; bivou e[laben, w{ste kai ; toi‘ı dwvdeka rJavbdoiı ajei ; kai ; pantacou‘ crh‘sqai kai ; ejn mevsw‡ tw‘n ajei ; uJpateuovntwn ejpi ; tou‘ ajrcikou‘ divfrou ka.qivzesqai

27 En ce sens, voir en particulier les travaux de H. Siber, notamment Das Führeramt des Augustus, Leipzig, 1940 (avec le compte rendu très critique de R. Syme, JRS, 36, 1946, p. 149-158 = Roman Papers, I, Oxford, 1979, p. 181-196). Mais Siber fut bien loin d’être le seul à chercher dans le cumul d’imperia distincts une explication des pouvoirs d’Auguste.

28 Val. Max., 6, 9, 7 (T. Aufidius, proconsul d’Asie en 67 ou 66) et 8, 1 amb., 2 (P. Cornelius Dolabella, proconsul d’Asie en 68). Tac., A., 1, 14, 3 (Germanicus en 14) ; 12, 41, 2 et 13, 21, 7 (Néron en 51). À propos de l’imperium des gouverneurs dans les provinces proconsulaires : A., 1, 76, 4 ; 3, 58, 4 ; 12, 59, 2 ; 13, 52, 1.

29 Voir Ferrary, « À propos des pouvoirs d’Auguste », art. cit., note 3.

30 Voir supra, note 16.

31 Ibid.

32 C’est l’opinion, en particulier de Mommsen, Kromayer et Pelham ; A. v. Premerstein, Vom Werden und Wesen des Prinzipats, Munich, 1937 ; Fr. De Martino, Storia della costituzione romana, IV, 1, Naples, 1962 (2e éd., 1974) ; H. Castritius, Der Römiche Prinzipat als Republik, Husum, 1982, p. 44, n. 67 et p. 52 ; J. Bleicken, Augustus. Eine Biographie, Berlin, 1998, p. 364.

33 C’est l’opinion, en particulier, de A. H. M. Jones, Studies in Roman Government and Law, p. 13- 15 ; K.-M. Girardet, « Die Entmachung des Konsulates im Übergang von der Republik zur Monarchie und die Rechtsgrundlagen des Augusteischen Prinzipats », Pratum Saraviense. Festgabe für P. Steinmetz, Stuttgart, 1990, p. 120 ; W. Eck, Augustus und seine Zeit, Munich, 1998, p. 57 ; D. Kienast, Augustus, Prinzeps und Monarch3, p. 113.

34 Même s’il avait tenté vainement de faire accepter une telle réforme, probablement avant de se résoudre à l’abdication de 23. Voir Suét., Aug., 37, 3 (exegit etiam ut, quotiens consulatus sibi daretur, binos pro singulis collegas haberet, nec optinuit, reclamantibus cunctis satis maiestatem eius imminui, quod honorem eum non solus sed cum altero gereret).

35 RGDA, 6, 2.

36 Lois Quinctia de 9 av., Fufia Caninia de 2 av., Aelia Sentia de 4 apr., Papia Poppaea de 9 apr. De la même façon, Auguste abandonna aux consuls le soin de proposer au Sénat des motions dont il était le véritable inspirateur : s. c. de 17 av. sur les jeux séculaires, de 11 av. sur les aqueducs et surtout de 4 av. sur la nouvelle procédure de repetundis. Voir A. H. M. Jones, Studies in Roman Government and Law, p. 10.

37 A. H. M. Jones, Studies in Roman Government and Law, p. 14 ; R. Frei-Stolba, Untersuchungen zu den Wahlen in der römischen Kaiserzeit, Zurich, 1967, p. 106-113 ; M. Pani, Comitia e senato. Sulla trasformazione della procedura elettorale a Roma nell’età di Tiberio, Bari, 1974, p. 44-45 ; W. Eck, Augustus und seine Zeit, p. 57 ; D. Kienast, Augustus, Prinzeps und Monarch3

, p. 201.

38 En témoigne Vell., 2, 92, 4 à propos de la candidature au consulat d’Egnatius Rufus en 19, qui était contraire à la loi annale : Sentius […] consul […] Egnatium […] profiteri uetuit et, cum id non obtinuisset, iurauit, etiam si factus esset consul suffragiis populi, tamen se eum non renuntiaturum. Le véritable pouvoir de contrôle du consul présidant les élections n’était pas un droit à juger de la recevabilité des candidatures et à établir une liste antérieurement aux opérations électorales ; il ne pouvait s’exprimer de façon décisive qu’au terme du dépouillement du scrutin, au moment de la renuntiatio. Sur la nature exacte de la professio, voir aussi les remarques de B. Levick, « Professio », Athen., 69, 1981, p. 378-388.

39 Suét., Aug., 56, 2.

40 Cf., sous Tibère encore, Tac., Ann., 1, 81, 3.

41 Ainsi en 75, alors que la majorité sénatoriale ne souhaitait pas que l’on procédât à un cens, la locatio des uectigalia fut-elle confiée aux consuls par un s. c. et une loi : quibus senatus legum dicendarum in locandis uectigalibus omnem potestatem permiserat populusque Romanus idem iusserat (Cic., II Verr., 3, 18-19). Je ne dirais pas que « the censoria potestas was always dormant in the consular imperium » (E. G. Hardy, « Lectio senatus and census under Augustus », CQ, 13, 1919, p. 45). La possession de l’imperium consulaire permettait d’exercer les compétences censoriales, mais cette prouincia, qui avait échappé à la compétence normale des consuls, exigeait pour leur être réattribuée une décision du Sénat et du peuple.

42 D’après les Fastes de Venosa (I. It., 13, 1, p. 254), Octavien et Agrippa en 28 censoria potes(tate) lustrum fecer(unt). On ne supposera pas avec Mommsen, Staatsrecht, II3, p. 337, n. 1, que cette information est inexacte, Auguste et Agrippa ayant accompli le cens en qualité de consuls, et la censoria potestas étant indiquée dans les Fastes de Venosa, comme « attribution annexe de la magistrature supérieure », « conformément au système en vigueur dans les municipes ». Auguste dans RGDA, 8, 2 ne dit pas qu’il accomplit le cens avec Agrippa en tant que consul, mais « dansson sixième consulat », ce qui n’exclut nullement la collation de pouvoirs censoriaux. Cette remarque sur in consulatu va dans le même sens que celle que je propose sur consulari cum imperio.

43 L’octroi en 19 d’une censoria potestas pour procéder à la lectio qui se fit en 18 (Dio, 54, 13-14) est accepté, à juste titre selon moi, par A. H.M. Jones, Studies in Roman Government and Law, p. 21- 26 ; il est rejeté par A. E. Astin, « Augustus and censoria potestas », Latomus, 22, 1963, p. 226-235 et J.W. Rich, Cassius Dio. The Augustan Settlement (53-55.9), Warminster, 1990, p. 187.

44 RGDA, 8, 2-4 : senatum ter legi. Et in consulatu sexto censum populi conlega M. Agrippa egi […] Tum iterum consulari cum imperio lustrum solus feci C. Censorino et C. Asinio cos. […] Et tertium consulari cum imperio lustrum conlega Tib. Caesare filio meo feci Sex. Pompeio et Sex. Appuleio cos.

45 Ainsi que l’avait bien vu H. F. Pelham, Essays on Roman History, p. 68-69. Cette interprétation permet de comprendre Dio, 55, 13, 5, selon lequel, en 4 apr., Auguste ajnquvpaton ejxousivan… prosevqetopour procéder à un recensement, en réalité une lectio senatus : non pas une absurdité, mais un simple anachronisme, que nous avons remarqué déjà en 53, 32, 5 (Dion appelle imperium proconsulaire ce qu'Auguste persiste à appeler consulare imperium, ainsi qu'on l'avait toujours fait sous la République).

Table des illustrations

Titre Les cippes pomériaux retrouvés (ier-iie siècle).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19263/img-1.png
Fichier image/png, 1,5M

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search