Version classiqueVersion mobile

Rome, les Césars et la ville

 | 
Nicole Belayche

Ouverture. Rome : la ville et le pouvoir

Nicole Belayche

Texte intégral

  • * Je remercie vivement Jean-Louis Ferrary d’avoir accepté de lire une première version de ce texte.

1Note portant sur l'auteur*

« Soleil nourricier...
puisses-tu ne rien visiter de plus grand
que la ville de Rome »

  • 1 Chant séculaire, 9-11 : Alme Sol… possis nihil urbe Roma visere maius.

(Horace1).

  • 2 Cf. la recension de J. R. Patterson, « Survey Article. The City of Rome : from Republic to Empire  (...)
  • 3 Cf. par ex. pour Auguste : P. Gros, Aurea templa. Recherches sur l’architecture religieuse de Rome (...)
  • 4 Cf. par ex. Z. Yavetz, La plèbe et le prince. Foule et vie politique sous le Haut-Empire romain, P (...)
  • 5 Cf. par ex. la question de l’existence ou non d’une « cour » impériale dont l’historiographie est (...)
  • 6 C’est pourquoi sont rassemblés quatre articles de spécialistes européens publiés ici en version fr (...)

2La question des relations entre la ville de Rome et les empereurs au Haut-Empire n'a curieusement jamais fait l'objet d'une réflexion d'ensemble. Curieusement car les ouvrages sur la ville de Rome — et les empereurs — sont innombrables et la bibliographie s'est enrichie depuis une quinzaine d'années du fait de l'amplification des programmes de fouilles sur des lieux aussi sensibles pour la question que le Palatin, le Champ de Mars ou les fora impériaux par exemple2. La question n'est pourtant pas ignorée des savants comme le prouvent les études utilisées dans les treize contributions de cet ouvrage. Mais, si le lien privilégié entre l'empereur et la Ville — devenue à bien des égards sa ville — fait partie du consensus de la communauté scientifique, si des monographies par règne éclairent utilement les relations de tel ou tel empereur avec Rome3, si de beaux travaux ont examiné les relations du prince avec les éléments constitutifs de la ville de Rome4, si tel ou tel aspect suscite d'intéressants débats5, une approche générale des rapports complexes entre la personne impériale — et les empereurs successifs — et la capitale de l'empire en tant que ville et espace pendant les deux premiers siècles du Principat manquait encore. Elle ne pouvait être réalisée que par une équipe de chercheurs car elle suppose de fédérer les disciplines du champ historique : histoire politique et idéologique, histoire sociale, histoire culturelle et religieuse, histoire urbaine et topographique6. Car les problèmes posés par la/les relation/s entre la Ville et le prince se situent au confluent de ces spécialités et c'est précisément le caractère englobant de la question qui la rend utile à notre compréhension de l'Empire romain des deux premiers siècles de notre ère.

  • 7 Pour preuve les remaniements successifs du Guida archeologicha Laterza de F. Coarelli, dont la der (...)
  • 8 Sur ce point, et pour faire court !, la synthèse, en particulier bibliographique, de F. Jacques & (...)
  • 9 Les études s’attachent principalement aux règnes d’Auguste et de Trajan exceptionnellement documen (...)
  • 10 Mégapoles méditerranéennes. Géographie urbaine rétrospective, C. Nicolet, R. Ilbert & J.-Ch. Depau (...)

3Utile, cette réflexion était par ailleurs portée par le profond renouvellement documentaire offert depuis une génération par les découvertes archéologiques ou la reconsidération de certains sites7, par l'affinement de l'approche de la nature même du pouvoir impérial et de son expression dans les différents règnes8, par l'explicitation de la subtilité du langage idéologique mis en œuvre par les empereurs dans leur politique de « communication9 », enfin par une meilleure appréciation de la Rome impériale classique à la lumière des concepts élaborés par les géographes autour de la notion de grande ville10. Ce rafraîchissement de la recherche, stimulé également par la réflexion sur les grandes politiques urbanistiques des régimes du xxe siècle, a conduit à l'entreprise de cet ouvrage.

Le lieu du pouvoir

  • 11 Titre de l’ouvrage de R. Bianchi-Bandinelli, Rome, le centre du pouvoir. L’art romain des origines (...)
  • 12 Liu., 5, 52, 2 : « Nous avons une ville fondée d’après les auspices et inaugurée (Urbem inauspicat (...)
  • 13 Liu., I, 6, 4. Cf. aussi Plutarque, Rom., 9 et Denys d’Halicarnasse, Les origines de Rome, I, 86.
  • 14 A. Magdelain, « L’inauguration de l’urbs et l’imperium », Ius, Imperium, Auctoritas. Études de dro (...)
  • 15 Varron, Lingua Lat., 5, 143 ; Liu., 44, 3-5 ; Festus, 295L, s. v. Posimirium. Cf. LTUR, IV (1999), (...)
  • 16 Cicéron, Rép., II, 5, 10.
  • 17 Dion Cassius, 43, 14, 6.

4Ab Vrbe condita, Rome fut le lieu du pouvoir pour les Romains et elle devint à la faveur de la conquête du monde méditerranéen le « centre du pouvoir11 ». Sa création par la prise des auspices fondateurs de type royaux12 était intrinsèquement liée à la désignation du titulaire du pouvoir comme le rappelle Tite-Live : qui nomen nouae urbi daret, qui conditam imperio regeret13. Cette fondation historico-légendaire établit pour l'avenir une définition spatiale du pouvoir puisque seule la prise des auspices d'investiture qui se faisait au Capitole donnait leur légitimité complète aux magistrats élus détenteurs de l''imperium14. Selon la tradition, l'acte fondateur romuléen avait délimité un territoire, la zone intrapomériale15, que sa qualité sacrale promettait à la protection des dieux et à l'absence de souillure. Aussi la tradition historiographique romaine, fixée dès la fin de la République, a-t-elle lié indissolublement le site de Rome — devenu par là même exceptionnel et heureux malgré ses désagréments —, la collectivité qui y était installée et l'assurance de sa fortune. « Romulus a donc, me semble-t-il, prévu alors déjà que notre ville serait un jour le centre et le foyer du plus grand des empires (hanc urbem sedem aliquando et domum summo esse imperio praebituram)16. » Au moment où la République agonise, une traduction plastique de cette certitude devenue réalité fut gravée pour César sur le Capitole : « Le Sénat décréta aussi que... César marcherait sur une image de bronze de l'oikoumène17. » Mais cette figuration traduisait en même temps l'évolution du régime politique.

  • 18 J.-M. David, « I luoghi della politica », Roma antica, A. Giardina (dir.), Rome-Bari, 2000, p. 62- (...)
  • 19 Il faut noter cependant qu’Auguste a instauré un système de « vote par correspondance » qui fut te (...)
  • 20 Depuis 174 avant notre ère, elle est reliée par un portique au temple de Saturne où était conservé (...)
  • 21 Cf. F. Coarelli, Il Foro Romano. Periodo repubblicano e augusteo, Rome, 19922, p. 22-53.
  • 22 Polybe, 6, 11, 11-12 et Cicéron, Rép., II, 33. Pour les conduites des hommes publics en fonction d (...)
  • 23 Cf. le plan de F. Coarelli, Il Foro romano, 2, Rome, 19922, p. 120.
  • 24 Plutarque, Rom., 11, 2 : « Une fosse circulaire, où l’on déposa les prémices de toutes les choses (...)
  • 25 Cf. page de couverture.
  • 26 Cf. la belle analyse de G. Dumézil, La religion romaine archaïque, Paris, 19742, sur l’historicisa (...)
  • 27 Ovide, F., II, 684. Pour la vision de Rome ville-monde, cf. E. Bréguet, « Urbi et orbi : un cliché (...)

5Dès la République donc, les formes de pouvoir qu'exercent les diverses composantes politiques sont inscrites dans l'espace urbain ainsi délimité. À leur majorité qui faisait des adolescents des citoyens capables d'exercer leurs droits, la prise de la toge virile avait lieu au Capitole où logeait le dieu de l'État. Les sièges des organes de pouvoir (Sénat, populus et magistrats) étaient concentrés dans la Ville, à l'intérieur du pomerium sauf pour les institutions militaires18, et la capacité à exercer le pouvoir ne pouvait s'exercer ailleurs19. Le meilleur témoignage de cet ancrage spatial se lit sur l'aire du Comitium au Forum Romanum. À l'époque républicaine, elle regroupait dans une interdépendance topographiquement calculée l'auctoritas du Sénat (la curie)20, la libertas du populus exprimée lors de ses réunions (comices, contiones et rostres tournés vers la place centrale du forum), l'imperium domi et la potes-tas des magistrats dans le domaine judiciaire particulièrement (colonne maenienne et tribunal du préteur situés non loin du Carcer et dominés physiquement et symboliquement par la Roche tarpéienne), la souveraineté de l'État romain enfin (la Graecostasis où se tenaient les ambassadeurs étrangers)21. Dans ce « quartier politique », l'articulation des divers éléments était comme la traduction au sol du grand mythe politique républicain de l'équilibre des pouvoirs, érigé en marque d'excellence de la République clas-sique22. Lorsque ces équilibres furent modifiés à partir du iie siècle avant notre ère, le paysage urbain enregistra l'évolution. Ainsi, lors de la restauration aristocratique syllanienne assortie de la reconstruction de la Curia Hostilia/Cornelia, agrandie pour accueillir trois cents sénateurs supplémentaires, la nouvelle masse architecturale empiéta sur le Comitium du populus23 et objectiva la subordination du peuple à la haute assemblée. Ce centre politique était en outre organisé autour du mundus (et plus accessoirement de l'autel de Saturne et du Volcanal, sanctuaires archaïques toujours debout à l'époque impériale), point central de la fondation de la Ville d'après la tradition des origines, connu sous le nom d'umbilicus Urbis (nombril de la Ville) à l'époque tardive24. Ce n'est assurément pas sans conscience de cette centralité physique du pouvoir dans l'espace romain qu'Auguste choisit en 20 avant notre ère d'ériger de l'autre côté des Rostres impériaux, en pendant du mundus, le milliarium aureum. Cette borne milliaire zéro marquait le point de départ de toutes les routes de l'empire, comme le représenta plus tard la table de Peutinger25. Pour la première fois, elle symbolisait topographiquement la coïncidence entre le centre politique (donc historique26) des Romains et le centre du monde. « Les limites de Rome sont celles du monde (Romanae spatium est Urbis et orbis idem)27. »

  • 28 Cf. par ex. sur la question apparemment objective de la représentation de Rome, C. Edwards, « Imag (...)
  • 29 A. Rouveret, « Tacite et les monuments », ANRW, II, 33, 4 (1991), p. 3069.
  • 30 Strabon, V, 3, 2 : « Un emplacement plutôt dicté par la nécessité que librement choisi. »
  • 31 Liu., 5, 52-54.
  • 32 RGDA, 20, 4 : « Lors de mon cinquième consulat [= en 29], j’ai réparé dans Rome, sous l’autorité d (...)
  • 33 Il est dédié en 27 comme l’indique l’inscription toujours visible (M. Agrippa L. f. cos tertium fe (...)
  • 34 Suétone, Aug. 28, 5 : marmoream se relinquere. Id. chez Dion Cassius 56, 30 pour qui Auguste « dés (...)
  • 35 Sur la façon dont Auguste présente son action dans la ville de Rome dans les RGDA, cf. l’analyse t (...)
  • 36 Hérodote, 7, 220, 3.
  • 37 Cf. les travaux de T. P. Wiseman, réédités dans Roman Studies, Literary and Historical, Liverpool- (...)
  • 38 Liu., I, 20. Ce n’est pas ici le lieu de développer ici le caractère anachronique des fondations r (...)
  • 39 Plutarque, Ant., 58, 8. Cf. C. Nicolet, L’inventaire du monde…, p. 206-208.
  • 40 F. Coarelli, « La Porta Trionfale et la Via dei Trionfi », Dialoghi di Archeologia, 2, 1968, p. 55 (...)
  • 41 Suétone, Aug., 29, 2 et Dion Cassius, 55, 10, 2-4. Cf. M. Bonnefond, « Transferts de fonctions et (...)

6Les conséquences de cette attache de la réalité politique romaine aux « sept collines » sont nombreuses. Elles touchent non seulement à tous les domaines de la vie publique, mais surtout — et bien plus fondamentalement — à la relation mentale que les Romains entretenaient avec leur ville et son site28, au point que chez les historiens antiques, et pas seulement Tacite, « l'Urbs intervient... comme une personne morale, véritable protagoniste du récit29 ». Dans ces conditions, il était normal que Rome concentrât des présages de pouvoir (cf. infra A. Vigourt, p. 267-290). L'expression la plus parfaite de la nécessité30 de Rome à Rome pour les Romains est fournie par le célèbre discours de Camille s'opposant au transfert de Rome à Véies en 390 avant notre ère31. Tite-Live l'écrit sous Auguste. Le livre V est sans doute publié en 25 avant notre ère, alors que les Romains assistent depuis les années 30 à la restauration de la Ville32, à son embellissement par des monuments somptueux comme le panthéon d'Agrippa33, et à sa transformation en une ville « de marbre » selon les mots même d'Auguste34. Quelle que soit la part d'invention et d'élaboration dans le discours que Tite-Live prête à quatre siècles de distance au dictateur républicain, l'important est que pour la tradition romaine, dont Octave devenu Auguste se présente comme le champion affirmé35, Rome-ville et Rome-État ne sont qu'une et Rome ne peut être que dans Rome. Cela tient évidemment au fait que Rome s'est d'abord constituée comme une cité/polis : elle concentrait donc dans le centre urbain/astu les organes du pouvoir. Mais l'argument n'épuise pas la question puisqu'Athènes pouvait selon l'oracle de Delphes rester elle-même derrière son « mur de bois » (ses navires)36. Le lien indéfectible entre son sol et son existence politique lui a été donné bien plus par son histoire — ou plus exactement par l'écriture a posteriori de celle-ci37 — et par la sacralisation de son espace en liaison avec le politique comme nous l'apprend encore la tradition livienne38. Octave l'a remarquablement compris quand sa propagande visant à déromaniser Antoine utilisa l'argument que « le mari de l'Égyptienne » projetait de transférer Rome à Alexandrie39 ! Le sentiment de cette centralité politique et mentale de Rome était périodiquement proclamé lors de la cérémonie du triomphe dont le parcours était particulièrement codifié40. Auguste ne l'a pas oublié non plus quand il prolongea le parcours du triomphe au-delà du temple de Jupiter Capitolin jusqu'à son nouveau forum où l'imperator triomphant devait désormais déposer les insignes de son pouvoir41.

La ville du pouvoir

  • 42 Fin., 5, 2.
  • 43 Cf. les temples dont Rome se hérisse et qui sont dédiés par les imperatores ex manubiis ; pour la (...)
  • 44 L’exemple le plus probant est fourni par les aspects spatiaux des funérailles aristocratiques : ex (...)
  • 45 On connaît bien les luttes entre bandes rivales dans les années 50, cf. J.-M. David, La République (...)
  • 46 Cf. la destruction du Capitole lors de l’ultime lutte entre Marianistes et Syllaniens en 83 (Pluta (...)
  • 47 Cf. le projet « révolutionnaire », tant au plan idéologique que technique, du complexe pompéien du (...)
  • 48 Cicéron, Ad Att., 4, 16, 8.
  • 49 F. Coarelli, Foro romano…, 2, p. 233-257.
  • 50 Strabon, V, 3, 8.
  • 51 P. Gros, « La fonction symbolique des édifices théâtraux dans le paysage urbain de la Rome augusté (...)
  • 52 César avait commencé à faire acheter les terrains dès 54 alors qu’il est en Gaule, Cicéron, Ad Att (...)
  • 53 F. Coarelli, Foro romano…, 2, p. 235-237. Pour son utilisation par le fils adoptif de César, cf. M (...)

7En réalité, les prodromes de l'accaparement du pouvoir — et de sa traduction spatiale — ont précédé Auguste. Dès l'époque tardo-républicaine hautement conflictuelle, la transformation du paysage politique de Rome était engagée car, selon la belle formule de Cicéron, « les lieux ont un tel pouvoir de rappel que, non sans raison, on les a utilisés pour créer un art de la mémoire42 ». Dans les luttes où s'affrontèrent ouvertement depuis Sylla les prétendants à un pouvoir supérieur sinon unique, les nobiles (et leurs familles) détenteurs des magistratures ont utilisé comme une arme efficace l'illustration dans l'espace urbain de leurs personnes, de leurs exploits, de leur gens, illustration durable dans les monuments43 ou temporaire au gré des manifestations festives destinées à alimenter leur memoria en construction44. Ces interventions modifièrent déjà le paysage urbain dans les deux grandes aires du politique : la zone du Forum Boarium-Circus Maximus-Forum Romanum traversée par le cortège du triomphe et le Champ de Mars où se tenaient les comices électifs pour les magistrats détenteurs de l'imperium (consuls et préteurs) ou d'un pouvoir de contrôle social et moral, donc politique (censeurs). La ville sort donc des guerres civiles du Ier siècle avant notre ère atteinte et modifiée. À la fois spectatrice et actrice dans les luttes entre Imperatore45, elle a souffert physiquement de son investissement par les combats46 et son espace a été consciemment utilisé pour l'expression monumentale de leur concurrence47. Le tabou sur la mort attaché à l'espace intra-pomérial n'a cessé d'être violé et César ne s'arrêta pas à la ligne sacrée quand il donna à son forum une extension jusqu'à l'Atrium Libertatis48. Les actions urbanistiques d'Octave puis d'Auguste, aidé de M. Agrippa dès les années 30, reprirent ce modelage de la Ville que César avait tout spécialement soigné en rendant « juliens » tous les lieux d'exercice du pouvoir (curie, forum, basilique, saepta)49. Aussi Strabon peut-il écrire sous Auguste dans sa Géographie : « Pompée, le divin César, Auguste. ont déployé plus de zèle et dépensé plus d'argent que quiconque en travaux d'embellissement50. » Auguste a porté à terme les projets césariens engagés pour la fermeture du Forum romain sur son côté nord, de part et d'autre de la colline du Capitole. À l'ouest, le théâtre inauguré en 13 avant notre ère porta le nom de celui qui aurait pu être le successeur d'Auguste : Marcellus51. À l'est, le forum de César dominé par le temple de Vénus Genetrix, certes inauguré en 46 avant notre ère52, mais qui fut terminé par Octave, subordonnait désormais la nouvelle curia Iulia à sa propre orientation53.

  • 54 F. Hinard, « Rome dans Rome. La Ville définie par les procédures administratives et les pratiques (...)
  • 55 P. Gros & M. Torelli, Storia dell’urbanistica. Il mondo romano, Rome-Bari, 19922, p. 167-179.
  • 56 L. Homo, Rome impériale et l’urbanisme dans l’antiquité, Paris, 1971, p. 76-114 ; et C. Nicolet, L (...)
  • 57 Cette mesure s’accompagna d’une rationalisation du traitement des problèmes urbains, N. Purcell, « (...)

8Donc, la mise en place du Principat ne changea pas le statut de Rome comme lieu du pouvoir, ni sa conception comme seul centre du pouvoir. Mais elle modifia en profondeur la perception que ses habitants avaient de leur ville54, puisque désormais le pouvoir était délégué au Princeps. Le premier d'entre eux, Auguste, prit des mesures importantes dans ce sens55. L'organisation des XIV régions56, effective en 8/7 avant notre ère57, bouleversa les modes ancestraux de « lecture » de la Ville ; l'appropriation de nombreux terrains par l'empereur modifia l'équilibre aristocratique des propriétés et le nouveau régime politique déplaça les zones séculaires de l'exercice du pouvoir, en jouant habilement de la cohabitation — confinant à la superposition — entre les espaces publics et ses espaces privés.

  • 58 RGDA, 34 : « Je l’ai emporté sur tous en autorité (auctoritate omnibus praestiti), mais je n’ai pa (...)

9La monarchisation du pouvoir — c'est-à-dire la concentration dans les mains d'un seul des fonctions d'initiative et de décision, même si techniquement les organes institutionnels républicains demeuraient58 — fit intervenir de nouveaux moyens dans la relation entre le pouvoir, c'est-à-dire l'empereur, et l'espace urbain. Aussi, la question du pouvoir d'Auguste (et des empereurs après lui) dans sa relation avec l'espace politique par excellence — la zone intrapomériale — est-elle l'éclairage préliminaire pour fonder la réflexion sur la relation entre Rome et les empereurs (cf. infra Jean-Louis Ferrary, p. 9-22). Une fois l'« équilibre » des pouvoirs bouleversé et le Princeps établi comme seul « magistrat » libéré de la partition spatiale du pouvoir de commandement, la traduction topographique du pouvoir enregistra conséquemment les changements. Sur le Palatin, la maison d'Auguste, grand pontife à partir de 12 avant notre ère, devint pour partie publique. Elle abritait déjà les livres sibyllins garants du salut éternel de Rome dans le temple d'Apollon Palatin et accueillit maintenant une chapelle de Vesta, la déesse du foyer commun (cf. infra Augusto Fraschetti, p. 107-118). De plus, les actions sur la Ville s'exprimèrent à une autre échelle du fait du pouvoir unique que le Princeps détenait.

  • 59 Stace, Silves, IV, 2, 20-23.
  • 60 Cf. P. Zanker, « Le palais de Domitien comme représentation de l’empereur », Deuxième Conférence L (...)
  • 61 Cf. aussi A. Wallace-Hadrill, « The Imperial Court », CAH X, 2, Cambridge, 1996, p. 283- 308.
  • 62 Cf. P. Royo, Domus imperatoriae. Topographie, formation et imaginaire des palais impériaux du Pala (...)
  • 63 Cf. R. J. A. Talbert, « The Senate and Senatorial and Equestrian Posts », CAH X, 2, Cambridge, 199 (...)

10Le pouvoir des Césars dans la Ville correspondait en outre à une réelle fonction de maître du monde habité. La domus aurea de Néron, entreprise certes éphémère, clamait à sa manière, par-delà la démesure de l'empereur citharède, que l'empereur menait le monde : « Un édifice auguste, immense, qui se signale. par un nombre tel de colonnes qu'elles pourraient supporter les dieux et le ciel, si Atlas prenait du repos59. » À la tête d'un immense empire qui lui fournissait ses ressources de gouvernement et faisit vivre Rome (cf. infra Patrick Le Roux, p. 231-266), les empereurs devaient se doter d'un lieu administratif de gouvernement digne d'une capitale, qui fût à la fois fonctionnel et propre à donner le ton de l'image impériale60 (cf. infra Frédéric Hurlet et Aloys Winterling, p. 159-206)61. Les aménagements du Palatin, la colline romuléenne, comme centre politique et de gestion administrative s'étendent sur tout le Ier siècle de notre ère62. Là étaient concentrés les bureaux pour lesquels nous pouvons risquer l'appellation de ministériels, malgré l'anachronisme. L'exercice du pouvoir ne se limitait pas à la gestion technique des affaires. L'empereur était entouré, secondé, conseillé par des cercles d'aristocrates sénatoriaux et équestres plus ou moins intimes63, qui lui devaient leur position ou son maintien et dont les conduites sociales et de représentation décalquaient celles du prince lui-même (cf. infra Ségolène Demougin, p. 207-230).

Le miroir du pouvoir

  • 64 Dion Cassius, 51, 21, 5.
  • 65 H. S. Versnel, Triumphus. An Inquiry into the Origin, Development and Meaning of the Roman Triumph(...)
  • 66 J. Scheid, Religion et piété à Rome, Paris, 20012, p. 145-147.
  • 67 F. Coarelli, Foro romano…, 2, p. 258-308.
  • 68 P. Gros, Aurea templa… ; et M. Bonnefond, art. cit. n. 41.
  • 69 Ovide, F., IV, 270 : Dignus Roma locus quo deus omnis eat.

11On peut trouver l'expression à la fois symbolique et très concrète de l'accaparement progressif de l'espace par le pouvoir impérial dans deux épisodes d'ampleur apparemment incomparable. En l'année 19, les Romains assistent au dernier triomphe d'un imperator n'appartenant pas à la famille impériale (L. Cornelius Balbus). Passée cette date, l'honneur du triomphe devient l'apanage exclusif de l'empereur, « car l'honneur de la victoire remontait de droit à son pouvoir suprême64 ». Une fois terminées ces journées où, sous les traits de Jupiter, l'empereur a parcouru la Ville65, le cadre urbain proclame quotidiennement l'idéologie triomphale qui sous-tend le nouveau régime66 et qu'Auguste exprima sur le Forum romain dans les deux arcs (actiaque et parthique) qu'il fit ériger pour encadrer le temple du divin Jules67 (cf. infra Andrew Wallace-Hadrill, p. 51-84). La dédicace du Forum Augustum et du temple de Mars Ultor le 12 mai 2 avant notre ère marque dans ce processus une étape similaire, mais autrement grandiose et lourde de conséquences pratiques. Outre le transfert réel des activités publiques depuis le Forum romain et le Capitole — deux lieux républicains par excellence — vers un nouveau lieu dont l'organisation et la mise en scène internes étaient savamment pensées68, Auguste créait dans la Ville un lieu où paradait le pater patriae en triomphateur permanent monté sur son quadrige et dominé par la triade divine dont il descendait : Mars, Vénus et Divus Iulius (cf. infra Stéphane Benoist, p. 23-50). La multiplication des fora impériaux jusqu'à Trajan poursuivit l'exaltation par les pierres de l'idéologie impériale dans l'espace de la Ville et distilla la surhumanité des princes promis à l'apothéose pour les meilleurs. « Rome est l'endroit digne de recevoir toute divinité69. » La glorification de l'Imperator Caesar Augustus pouvait s'appuyer sur une glorieuse lignée familiale de diui, qui, par-delà les changements dynastiques, imprimaient dans la Ville, donc pour le monde, par leurs tombeaux et leurs temples, l'idée de la permanence de l'institution impériale elle-même et de son excellence (cf. infra François Chausson,

12p. 293-380).

  • 70 Cf. les programmes iconographiques du forum d’Auguste et du forum de Trajan, P. Zanker, Forum Augu (...)
  • 71 Cf. aussi G. Niebling, « Laribus Augustis Magistri Primi. Der Beginn des Compitalkultes der Lares
    u (...)

13La mainmise sur l'espace urbain et l'organisation scénographique de celui-ci afin de supporter le message impérial ne se sont pas limitées aux espaces politiques et idéologiquement marqués comme l'ensemble Forum romain-Fora impériaux et le Champ de Mars. Certes, c'est là qu'elle fut la plus monumentale, et surtout la plus cohérente et démonstrative au plan de la profession de foi politique diffusée70. Mais son efficacité en profondeur pour le contrôle de la Ville, donc de l'État, s'appuya sur d'autres mesures tout aussi importantes, bien qu'apparemment plus innocentes, comme le contrôle des uici des regiones de Rome par le culte des Lares Augusti qui se substituèrent aux Lares compitales où le populus s'auto-administrait (cf. infra John Scheid, p. 85-106)71. Par ailleurs, dès Auguste — et le mouvement se poursuit pendant tout le I

er
  • 72 Cf. R. Syme, La révolution romaine, Paris, 1967, p. 331-348 ; et E. La Rocca, « L’adesione senator (...)
  • 73 Cf. Tacite, Hist., 1, 27-28 et 3, 71-74 et 80-84 et Plutarque, Othon, 3, 3-13. Sur le délicat prob (...)
  • 74 P. Grimal, Les jardins romains, Paris, 19843.
  • 75 R. Étienne, « Extra Portam Trigeminam : espace politique et espace économique à l’emporium de Rome (...)
  • 76 Pour les réalisations de Domitien allant dans ce sens, cf. P. Gros & M. Torelli, Storia dell’urban (...)

14(et de la perpétuation) du Principat72. Mais les espoirs de restauration sénatoriale n'étaient pas complètement éteints et suscitèrent des tentatives de contestation allant jusqu'à la crise ouverte en 68-69, pendant laquelle Rome renoua avec les combats de rues des guerres civiles73. Le muselage de la classe politique dirigeante est donc aussi passé par une politique continue d'appropriation des grands espaces que les familles aristocratiques possédaient au-delà du pomerium, sur les collines où elles s'étaient fait bâtir de somptueuses domus rivalisant d'un luxe de forme hellénistique74. Par des legs préparés et par des confiscations de jardins ou de vastes zones d'entrepôts au bord du Tibre, au sud-ouest de l'Aventin75, les empereurs réalisaient un double objectif : contrôler, voire éliminer, la trop grande visibilité des familles potentiellement concurrentes et posséder des espaces utiles à une politique démagogique (au sens étymologique du terme) de la ville en termes de loisirs ou d'approvisionnement76.

  • 77 Cf. S. Benoist, « L’espace urbain de Rome, comme lieu d’encadrement de la foule au premier siècle
    d (...)
  • 78 A. T. Hodge, Roman Aqueducts and Water Supply, Londres, 1992.
  • 79 Cf. E. Venturi, « La politica edilizia e urbanistica di Claudio a Roma e in Italia », Rivista Scie (...)
  • 80 Cf. un panorama dans Roman Public Buildings, I. M. Barton (éd.), Exeter, 1995.

15L'empereur devait non seulement contrôler étroitement les espaces effectifs de pouvoir, mais conjointement canaliser ceux de l'opinion publique77 (portiques, thermes et édifices pour les jeux), tout en écrivant urbanistiquement la nature de son pouvoir au service du peuple par délégation d'autorité, mais tout-puissant néanmoins en tant que détenteur unique et à vie du commandement. Le contrôle de l'État supposait aussi celui du peuple-roi dont la satisfaction était un des garants du maintien de son ordre. Pour le contenir, il fallait le servir en lui offrant dans la Ville des lieux de plaisirs et de détente où la population romaine pouvait contempler une image architecturale de la puissance de celui qui leur assurait « le pain et les jeux » (cf. infra Paul Zanker, p. 119-156). Rome fut ainsi dotée d'infrastructures nouvelles ou optimisées dont les prouesses des réalisations techniques (pour les aqueducs78 ou le port d'Ostie par exemple79) ou le luxe de la parure monumentale (pour les portiques et les thermes en particulier) servaient l'image du prince en même temps qu'elles assumaient ses responsabilités de pater patriae80.

  • 81 Cf. la naumachie offerte en 2 à l’occasion de la dédicace du temple de Mars Ultor, RGDA, 23 et Dio (...)
  • 82 Sur le rôle des fêtes comme rituel de célébration du pouvoir, S. Benoist, La fête à Rome au premie (...)

16On peut ainsi comprendre comment et pourquoi la ville de Rome devint une immense scène où le pouvoir se donnait en représentation, à la fois dans la vie de tous les jours dont le cadre urbain s'agençait autour des constructions impériales qui quadrillaient l'espace, et lors des périodes festives de plus en plus nombreuses pendant lesquelles les empereurs — même le modèle parfait que devient vite Auguste81 — finançaient des « happenings » incroyables dont l'inflation ne fit que croître82. La Ville fut donc l'outil et l'écrin de l'exaltation impériale.

Remerciements

17Dans la grande famille du cirque, chacun sait combien est ardu le rôle de Monsieur Loyal. Sa partie consiste à introduire les acteurs et à s'effacer sans cesser d'être présent, pour donner la réplique si besoin. Si, dans cet ouvrage, mon rôle est réussi, je le dois avant tout à la valeur scientifique et à l'amitié des collègues qui ont accepté de me suivre dans l'aventure de cette réflexion collective et de m'éclairer de leurs talents. Que la qualité du résultat soit l'expression de ma profonde gratitude !

18Je veux aussi remercier A. Wittenburg qui a délaissé un temps sa spécialité — l'histoire grecque — pour assurer la traduction de l'article de P. Zanker, qui est la première parution en français de ce grand savant.

19Je suis redevable enfin au sérieux des Presses Universitaires de Rennes — servies par les soins diligents de son directeur, P. Corbel, et de M. Delabrosse — qui n'ont pas laissé des considérations commerciales primer sur les exigences scientifiques.

Notes

* Je remercie vivement Jean-Louis Ferrary d’avoir accepté de lire une première version de ce texte.

1 Chant séculaire, 9-11 : Alme Sol… possis nihil urbe Roma visere maius.

2 Cf. la recension de J. R. Patterson, « Survey Article. The City of Rome : from Republic to Empire », JRS, 82, 1992, p. 186-215 ; un état des recherches récentes dans La ville de Rome sous le Haut Empire. Nouvelles connaissances, nouvelles réflexions, Pallas, hors série, 2001 ; et la bibliographie élaborée par J.-P. Guilhembet pour la question d’histoire romaine mise aux concours de l’agrégation et du CAPES (2002-2003), « Rome, ville et capitale de Jules César à la fin des Antonins », Historiens et Géographes, 375, 2001, p. 215-242. Aux sites internet recensés p. 242, on peut rajouter http ://www.ukans.edu/history/index/europe/ancientrome/F/home.html, qui donne, entre autres, une consultation commode du dictionnaire topographique de S. B. Platner & T. Ashby, 1929, bien que l’ouvrage de référence soit désormais E. M. Steinby (éd.), Lexicon Topographicum Vrbis Romae, Rome, 1993-2001.

3 Cf. par ex. pour Auguste : P. Gros, Aurea templa. Recherches sur l’architecture religieuse de Rome à l’époque d’Auguste, Rome (BEFAR 231), 1976 et P. Zanker, The Power of Images in the Age of Augustus, Ann Arbor, 1990 ; pour les Flaviens : R. H. Darwall-Smith, Emperors and Architecture. A Study of Flavian Rome, Bruxelles, coll. « Latomus » n° 131, 1996 ; pour Hadrien : M. T. Boatwright, Hadrian and the City of Rome, Princeton, 1987.

4 Cf. par ex. Z. Yavetz, La plèbe et le prince. Foule et vie politique sous le Haut-Empire romain, Paris, 1983.

5 Cf. par ex. la question de l’existence ou non d’une « cour » impériale dont l’historiographie est évoquée par F. Hurlet, infra, p. 161-163.

6 C’est pourquoi sont rassemblés quatre articles de spécialistes européens publiés ici en version française et neuf contributions inédites de savants français qui « dialoguent » ainsi virtuellement avec leurs homologues.

7 Pour preuve les remaniements successifs du Guida archeologicha Laterza de F. Coarelli, dont la dernière édition date de 2001. Cf. à titre d’exemple, les fouilles de l’horologium Augusti par une équipe allemande (synthèse dans F. Rakob, « Die Urbanisierung des nördlichen Marsfeldes. Neue Forschungen im Areal des Horologium Augusti », L’Urbs. Espace urbain et histoire, ier siècle avant J.- C.-iiie siècle après J.-C. (Actes du colloque international CNRS et EFR, Rome, 1985), Rome (CEFR 98), 1987, p. 687-712) ; ou les fouilles en cours au forum de Trajan par une équipe italienne, premiers résultats par R. Meneghini & C. M. Amici, LTUR, V, p. 258-261 et des informations sur l’avancée des travaux sur <http ://www.Capitolium.org>.

8 Sur ce point, et pour faire court !, la synthèse, en particulier bibliographique, de F. Jacques & J. Scheid, Rome et l’intégration de l’Empire, 44 av. J.-C.-260 apr. J.-C., 1. Les structures de l’empire romain, Paris, 1992.

9 Les études s’attachent principalement aux règnes d’Auguste et de Trajan exceptionnellement documentés, cf. le catalogue de l’exposition I luoghi del consenso imperiale. Il Foro di Augusto, Il Foro di
Traiano, Rome, 1995. Outre P. Zanker cité n. 3 et « Immagini e valori collettivi », Storia di Roma II. L’impero mediterraneo 2. Il principi e il mondo, Turin, 1991, p. 193-221 ; K. Galinsky, Augustan Culture. An Interpretive Introduction, Princeton, 1996 ; G. Sauron, L’histoire végétalisée. Ornement et politique à Rome, Paris, 2000 ; et une réflexion générale récente de M. Galinier, « L’Empire pour mémoire », Autour des morts. Mémoire et Identité (Actes du Ve colloque international sur la sociabilité, Rouen, 1998), Rouen, 2001, p. 107-125.

10 Mégapoles méditerranéennes. Géographie urbaine rétrospective, C. Nicolet, R. Ilbert & J.-Ch. Depaule (dir.), Paris-Rome (CEFR 261), 2000. Les auteurs anciens leur avaient ouvert la voie en développant le thème des embarras et nuisances de Rome, devenu chez les satiristes un topos littéraire, cf. par ex. Juvénal, Sat., III passim et Martial, Épigr., VII, 61 ou XII, 57.

11 Titre de l’ouvrage de R. Bianchi-Bandinelli, Rome, le centre du pouvoir. L’art romain des origines à la fin du deuxième siècle, Paris, 1969.

12 Liu., 5, 52, 2 : « Nous avons une ville fondée d’après les auspices et inaugurée (Urbem inauspicato inauguratoque conditam habemus). » Cf. P. Catalano, « Aspetti spaziali del sistema giuridico-religioso romano. Mundus, templum, urbs, ager, Latium, Italia », ANRW, II, 16, 1 (1978), p. 440 sqq.

13 Liu., I, 6, 4. Cf. aussi Plutarque, Rom., 9 et Denys d’Halicarnasse, Les origines de Rome, I, 86.

14 A. Magdelain, « L’inauguration de l’urbs et l’imperium », Ius, Imperium, Auctoritas. Études de droit romain, Rome, 1990, p. 209-228.

15 Varron, Lingua Lat., 5, 143 ; Liu., 44, 3-5 ; Festus, 295L, s. v. Posimirium. Cf. LTUR, IV (1999), « Pomerium » (M. Andreussi), p. 101 sqq. ; et A. Giardina, « Perimetri », Roma antica, A. Giardina (dir.), Rome-Bari, 2000, p. 27-34. Cf. infra carte p. 22.

16 Cicéron, Rép., II, 5, 10.

17 Dion Cassius, 43, 14, 6.

18 J.-M. David, « I luoghi della politica », Roma antica, A. Giardina (dir.), Rome-Bari, 2000, p. 62- 83. Outre la ligne pomériale qui séparait les zones d’exercice des deux imperia, domi militiaeque, cf. le ressort territorial des tribuns de la plèbe qui s’étend jusqu’au premier mille de Rome et l’interdiction faite au flamen dialis de passer plus de trois nuits de suite hors de sa résidence romaine, A. Gellius, NA, 10, 15.

19 Il faut noter cependant qu’Auguste a instauré un système de « vote par correspondance » qui fut temporaire et partiel, « permettant aux décurions des colonies de voter, chacun dans sa ville, pour l’élection des magistrats urbains, et de faire parvenir leurs suffrages, sous pli cacheté, à Rome pour le jour des comices » (Suétone, Aug., 46, 1). Cf. C. Nicolet, L’inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris, 1988, p. 218-220.

20 Depuis 174 avant notre ère, elle est reliée par un portique au temple de Saturne où était conservé le trésor public, Liu., 41, 27.

21 Cf. F. Coarelli, Il Foro Romano. Periodo repubblicano e augusteo, Rome, 19922, p. 22-53.

22 Polybe, 6, 11, 11-12 et Cicéron, Rép., II, 33. Pour les conduites des hommes publics en fonction de ces espaces, cf. E. Deniaux, « Images de l’orateur au Forum », E. Deniaux (dir.), Rome antique. Pouvoir des images, images du pouvoir (Actes du colloque de Caen, 1996), Caen, 2000, p. 163-172.

23 Cf. le plan de F. Coarelli, Il Foro romano, 2, Rome, 19922, p. 120.

24 Plutarque, Rom., 11, 2 : « Une fosse circulaire, où l’on déposa les prémices de toutes les choses dont l’usage est légitimé par la loi ou rendu nécessaire par la nature. À la fin, chacun y jeta une poignée de terre apportée du pays où il était venu… »

25 Cf. page de couverture.

26 Cf. la belle analyse de G. Dumézil, La religion romaine archaïque, Paris, 19742, sur l’historicisation des mythes, p. 76-93.

27 Ovide, F., II, 684. Pour la vision de Rome ville-monde, cf. E. Bréguet, « Urbi et orbi : un cliché et un thème », Hommages M. Renard, I, Bruxelles, Latomus, 101, 1969, p. 140-152.

28 Cf. par ex. sur la question apparemment objective de la représentation de Rome, C. Edwards, « Imaginaires de l’image de Rome ou comment (se) représenter Rome ? », C. Auvray-Assayas (éd.), Images romaines (Actes de la table ronde de l’ENS, 1996), Paris (Études de littérature ancienne 9), 1998, p. 235-245.

29 A. Rouveret, « Tacite et les monuments », ANRW, II, 33, 4 (1991), p. 3069.

30 Strabon, V, 3, 2 : « Un emplacement plutôt dicté par la nécessité que librement choisi. »

31 Liu., 5, 52-54.

32 RGDA, 20, 4 : « Lors de mon cinquième consulat [= en 29], j’ai réparé dans Rome, sous l’autorité du Sénat, 82 temples… »

33 Il est dédié en 27 comme l’indique l’inscription toujours visible (M. Agrippa L. f. cos tertium fecit) et sa construction fut réalisée entre 27 et 25 ; J.-M. Roddaz, Marcus Agrippa, Rome, 1984 (BEFAR 253), p. 261.

34 Suétone, Aug. 28, 5 : marmoream se relinquere. Id. chez Dion Cassius 56, 30 pour qui Auguste « désignait non la stabilité des édifices mais la solidité de l’Empire »

35 Sur la façon dont Auguste présente son action dans la ville de Rome dans les RGDA, cf. l’analyse très pertinente de R. Sablayrolles, « Espace urbain et propagande politique : l’organisation du centre de Rome par Auguste (Res Gestae 19 à 21) », Pallas, 28, 1981, p. 59-77 ; et plus généralement Z. Yavetz, « The Res Gestae and Augustus’ Public Image », F.Millar & E. Segal (éd.), Caesar Augustus Seven Aspects, Oxford, 1984, p. 1-36.

36 Hérodote, 7, 220, 3.

37 Cf. les travaux de T. P. Wiseman, réédités dans Roman Studies, Literary and Historical, Liverpool- Walfeboro, 1987, en particulier « The Credibility of the Roman Annalists (1983) », p. 293-296.

38 Liu., I, 20. Ce n’est pas ici le lieu de développer ici le caractère anachronique des fondations religieuses que Tite-Live attribue au second roi de Rome.

39 Plutarque, Ant., 58, 8. Cf. C. Nicolet, L’inventaire du monde…, p. 206-208.

40 F. Coarelli, « La Porta Trionfale et la Via dei Trionfi », Dialoghi di Archeologia, 2, 1968, p. 55-103.

41 Suétone, Aug., 29, 2 et Dion Cassius, 55, 10, 2-4. Cf. M. Bonnefond, « Transferts de fonctions et mutation idéologique : le Capitole et le forum d’Auguste », L’Urbs. Espace urbain et histoire…, p. 254-262.

42 Fin., 5, 2.

43 Cf. les temples dont Rome se hérisse et qui sont dédiés par les imperatores ex manubiis ; pour la période tardo-républicaine, C. Bustany, Maîtrise du sol et urbanisme à Rome à l’époque républicaine, Paris, thèse Paris IV, 1992 (dactylographiée). Cf. aussi F. Coarelli, « Classe dirigente romana e arte figurative », Dialoghi di Archeologia, 4-5, 1970-1971, p. 241-265.

44 L’exemple le plus probant est fourni par les aspects spatiaux des funérailles aristocratiques : expositio dans la domus, cortège dans la ville jusqu’au forum où la laudatio est prononcée sur les Rostres, Polybe, 6, 53, 1-2. Le rituel des funérailles impériales ne fit que reprendre et poursuivre en le confisquant le rituel des funérailles aristocratiques, S. Benoist, « Images du prince et représentations de la société romaine d’Empire à l’occasion des funérailles publiques des empereurs », Autour des morts. Mémoire et Identité (Actes du Ve colloque international sur la sociabilité, Rouen, 1998), Rouen, 2001, p. 127-139.

45 On connaît bien les luttes entre bandes rivales dans les années 50, cf. J.-M. David, La République romaine de la deuxième guerre punique à la bataille d’Actium. 218-31. Crise d’une aristocratie, Paris, 2000, p. 225-226.

46 Cf. la destruction du Capitole lors de l’ultime lutte entre Marianistes et Syllaniens en 83 (Plutarque, Publicola, 15, 1) et le nombre des restaurations entreprises par Octave-Auguste (cf. supra, n. 32), rendues nécessaires par les années de lutte, par delà toute arrière-pensée politique.

47 Cf. le projet « révolutionnaire », tant au plan idéologique que technique, du complexe pompéien du Champ de Mars (G. Sauron, « Le complexe pompéien du Champ de Mars : nouveauté urbanistique à finalité idéologique », L’Urbs. Espace urbain et histoire…, p. 457-473), mais dont la structure close sur elle-même échouait à diffuser dans la Ville la glorification du grand homme.

48 Cicéron, Ad Att., 4, 16, 8.

49 F. Coarelli, Foro romano…, 2, p. 233-257.

50 Strabon, V, 3, 8.

51 P. Gros, « La fonction symbolique des édifices théâtraux dans le paysage urbain de la Rome augustéenne », L’Urbs. Espace urbain et histoire…, p. 319-346.

52 César avait commencé à faire acheter les terrains dès 54 alors qu’il est en Gaule, Cicéron, Ad Att., IV, 16, 8 (Corr., CXL).

53 F. Coarelli, Foro romano…, 2, p. 235-237. Pour son utilisation par le fils adoptif de César, cf. M. Bonnefond-Coudry, « Pouvoir des mots, pouvoir des images : Octave et la Curia Iulia », Klio, 77, 1995, p. 386-404.

54 F. Hinard, « Rome dans Rome. La Ville définie par les procédures administratives et les pratiques sociales », Rome. L’espace urbain et ses représentations, F. Hinard & M. Royo (éd.), Paris, 1991, p. 31-54.

55 P. Gros & M. Torelli, Storia dell’urbanistica. Il mondo romano, Rome-Bari, 19922, p. 167-179.

56 L. Homo, Rome impériale et l’urbanisme dans l’antiquité, Paris, 1971, p. 76-114 ; et C. Nicolet, L’inventaire du monde…, p. 210-215.

57 Cette mesure s’accompagna d’une rationalisation du traitement des problèmes urbains, N. Purcell, « Rome and its Development under Augustus and his Successors », CAH X, 2. The Augustan Empire, 43 B.C-A.D. 69, Cambridge, 1996, p. 782-811.

58 RGDA, 34 : « Je l’ai emporté sur tous en autorité (auctoritate omnibus praestiti), mais je n’ai pas eu plus de pouvoirs qu’aucun de mes collègues dans mes diverses magistratures (potestatis autem nihilo amplius habui quam ceteri qui mihi quoque in magistratu conlegae) ».

59 Stace, Silves, IV, 2, 20-23.

60 Cf. P. Zanker, « Le palais de Domitien comme représentation de l’empereur », Deuxième Conférence Louis Gernet, Paris, 2 février 2001.

61 Cf. aussi A. Wallace-Hadrill, « The Imperial Court », CAH X, 2, Cambridge, 1996, p. 283- 308.

62 Cf. P. Royo, Domus imperatoriae. Topographie, formation et imaginaire des palais impériaux du Palatin, Rome (BEFAR 303), 1999 ; et « De la domus Augusti au Palatium Caesarum : nouvelles approches et bilan des vingt dernières années de recherches sur le Palatin impérial », Pallas, hors série, 2001, p. 53-90.

63 Cf. R. J. A. Talbert, « The Senate and Senatorial and Equestrian Posts », CAH X, 2, Cambridge, 1996, p. 324-343 ; et F. Hurlet, « Les sénateurs dans l’entourage d’Auguste et de Tibère. Un complément à plusieurs synthèses récentes sur la cour impériale », RPh., 74, 2000, p. 97-124.

64 Dion Cassius, 51, 21, 5.

65 H. S. Versnel, Triumphus. An Inquiry into the Origin, Development and Meaning of the Roman Triumph, Leyde, 1970.

66 J. Scheid, Religion et piété à Rome, Paris, 20012, p. 145-147.

67 F. Coarelli, Foro romano…, 2, p. 258-308.

68 P. Gros, Aurea templa… ; et M. Bonnefond, art. cit. n. 41.

69 Ovide, F., IV, 270 : Dignus Roma locus quo deus omnis eat.

70 Cf. les programmes iconographiques du forum d’Auguste et du forum de Trajan, P. Zanker, Forum Augustum : das Bildprogramm, Tübingen, 1968 ; et « Das Trajansforum als Monument Imperialer Selbstdarstellung », Arch. Anzeiger, 1970, p. 499 sqq.

71 Cf. aussi G. Niebling, « Laribus Augustis Magistri Primi. Der Beginn des Compitalkultes der Lares
und des Genius Augusti », Historia 1956, p. 303-331.

72 Cf. R. Syme, La révolution romaine, Paris, 1967, p. 331-348 ; et E. La Rocca, « L’adesione senatoriale al “consensus” : i modi della propaganda augustea e tiberiana nei monumenti “in circo Flaminio” », L’Urbs. Espace urbain et histoire…, p. 347-372.

73 Cf. Tacite, Hist., 1, 27-28 et 3, 71-74 et 80-84 et Plutarque, Othon, 3, 3-13. Sur le délicat problème des relations entre les empereurs et le Sénat et les conjurations, R. J.A.Talbert, The Senate of Imperial Rome, Princeton, 1984 ; et A.Chastagnol, Le Sénat romain à l’époque impériale, Paris, 1992, p. 49-56.

74 P. Grimal, Les jardins romains, Paris, 19843.

75 R. Étienne, « Extra Portam Trigeminam : espace politique et espace économique à l’emporium de Rome », L’Urbs. Espace urbain et pouvoir…, p. 235-249.

76 Pour les réalisations de Domitien allant dans ce sens, cf. P. Gros & M. Torelli, Storia dell’urbanistica…, p. 187-194.

77 Cf. S. Benoist, « L’espace urbain de Rome, comme lieu d’encadrement de la foule au premier siècle
de l’Empire », La rue, lieu de sociabilit ? (Rencontres sur la rue, Colloque de Rouen 1994), Rouen, 1997, p. 216-223.

78 A. T. Hodge, Roman Aqueducts and Water Supply, Londres, 1992.

79 Cf. E. Venturi, « La politica edilizia e urbanistica di Claudio a Roma e in Italia », Rivista Scientifica dell’Antichità, 15, 1985, p. 257-283.

80 Cf. un panorama dans Roman Public Buildings, I. M. Barton (éd.), Exeter, 1995.

81 Cf. la naumachie offerte en 2 à l’occasion de la dédicace du temple de Mars Ultor, RGDA, 23 et Dion Cassius, 54, 10, 7.

82 Sur le rôle des fêtes comme rituel de célébration du pouvoir, S. Benoist, La fête à Rome au premier
siècle de l’Empire. Recherches sur l’univers festif sous les règnes d’Auguste et des Julio-Claudiens, Bruxelles, coll. « Latomus », n° 248, 1999.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search