Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser et faire la géographie sociale

 | 
Raymonde Séchet
, 
Vincent Veschambre

Deuxième partie. Individus, groupes, rapports sociaux dans l’espace : quels mots pour le dire ?

Quand « éradication de l’espace » prend un sens : la géographie sociale dans le drame palestinien

Yves Guermond et Nicole Mathieu

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Note portant sur l’auteur2

Texte intégral

1C’est dans la conviction que l’analyse des rapports de domination dans l’espace donne sa validité à la recherche en géographie humaine, que les auteurs de ce texte se retrouvent, malgré des parcours différents, à nouveau sur le terrain de la « géographie sociale ». Le besoin de cette analyse s’impose encore davantage dans les situations de crise et de violence, alors même que les drames humains y sont en fait souvent masqués par le débat géo-politique.

2Dans la recherche de « ce que peut être la contribution spécifique des géographes », il ne s’agit pas tant de découvrir de « nouveaux objets » que de traiter les objets trop souvent délaissés par les géographes. L’analyse de la façon dont les rapports de domination s’établissent dans la dimension spatiale ne doit pas délaisser les questions vives qui sont posées à la géographie sociale et qu’il ne faut pas laisser au domaine froid des « spécialistes de géopolitique ». Le texte d’appel à communications citait opportunément Hannah Arendt : « Ce sont des hommes, et non pas l’homme, qui vivent sur terre et habitent le monde. » C’est cette perspective qui a guidé depuis toujours le projet de la « géographie sociale », et ce serait démissionner de cet objectif que considérer que les drames humains que vivent, dans la quotidienneté, certaines populations dans le monde, puissent être regardés simplement sous l’angle des conflits intergouvernementaux et ramenés au seul domaine de la « géopolitique », ou de la « géostratégie ». Il est surprenant de voir si peu de travaux de nos « tropicalistes », pourtant nombreux, sur les drames humains du Rwanda, du Sud-Soudan, de la Somalie, ou des spécialistes du monde russe sur la Tchétchénie, ou la Géorgie. À croire que là où il se passe de véritables drames sociaux sur le vif, les géographes attendent qu’ils soient passés, pour les traiter plus tard, d’un point de vue historique, au lieu d’aider les géographes locaux à travailler avec les géographes européens sur ces questions, au moment où elles se posent et où notre approche géographique commune pourrait être « active ». La construction identitaire palestinienne est l’une de ces questions vives.

D’UN ESPACE SANS IDENTITÉ A UNE IDENTITÉ SANS ESPACE

3En reconstituant le contexte historico-géographique dans lequel s’est noué le problème palestinien, on voit bien le caractère en quelque sorte « marginal » de l’espace palestinien pour les pays arabes actuellement constitués. Jusqu’à la disparition de l’Empire ottoman, pendant la guerre de 1914, les espaces identitaires du Moyen-Orient avaient un contour flou, masqué par le découpage provincial turc. En 1916, les accords Sykes-Picot ont construit sur les ruines de l’Empire, et sans consulter les populations, un partage du terrain en zones d’influence, qui a été admis par la communauté internationale après la victoire de 1918. L’influence anglaise en Irak et en Jordanie était contrebalancée par l’influence française en Syrie, au Liban et au Kurdistan. L’actuel territoire occupé par Israël posait déjà problème puisqu’il y était prévu un contrôle international, qui est rapidement devenu un contrôle exclusivement britannique. La déclaration Balfour, en 1917, y reconnaissait un droit à l’immigration juive, car une population juive y était déjà présente.

4En 1946 la population juive représentait environ le tiers de la population totale de ce qu’on appelait alors la « Palestine ». Elle était principalement localisée à Jaffa, à Haïfa, et à Jérusalem-Ouest, mais, sauf à Jaffa, la population arabe était partout majoritaire. L’influence égyptienne dominait largement sur le plan culturel, et on ne pouvait pas parler d’une identité palestinienne particulière. Le seul lieu ayant une forte valeur symbolique était l’Esplanade des Mosquées de Jérusalem, mais elle n’était pas liée à une structure politique.

5La nakba (« la catastrophe ») est intervenue en avril 1948, quand des milices juives assassinent plus de 200 villageois près de Jérusalem, et déclenchent la panique dans la population arabe. À Jaffa, les habitants non juifs quittent la ville dans l’affolement, par terre et par mer et se réfugient dans les villages de la plaine côtière autour de Gaza. D’autres partent au Liban. Ainsi s’explique la répartition de la population « palestinienne » actuelle : une accumulation de population urbaine dans la bande de Gaza, qui contraste avec une Cisjordanie plus rurale. Cette population a été en quelque sorte livrée à elle-même, car les pouvoirs arabes établis, que ce soit au Caire, à Amman ou à Damas, tout en leur apportant un soutien officiel, ont surtout eu en vue la préservation de leurs intérêts vitaux face à un État d’Israël fortement armé.

6C’est à ce milieu social désorganisé que les efforts de Yasser Arafat ont tendu pendant des années à donner une unité, pour qu’elle retrouve une identité. Hélène Seren (2003) distingue en effet cinq groupes dans cette « nation palestinienne » :

  • les Palestiniens israéliens : la plupart vivent dans des localités uniquement arabes, mais ils ont été souvent accusés d’avoir perdu leur identité et leur langue. Mais les difficultés de leur combat pour devenir de véritables citoyens de l’État d’Israël sont là pour leur rappeler leur identité palestinienne ;

  • la diaspora : longtemps limitée aux pays arabes, elle est maintenant présente dans l’ensemble du monde. Elle a tissé un réseau très large de relations, et elle constitue un relais actif de la reconnaissance du nationalisme palestinien, les réfugiés (al lajhin) sont au nombre de 583 000 en Cisjordanie et de 825 000 dans la bande de Gaza, selon les statistiques de l’UNRWA (United Nations Relief and Works Agency for Palestine Refugees). Il y a un contrôle social fort dans ces camps (« une fille du camp ne portera jamais de pantalon » écrit Hélène Seren), et le sentiment d’enfermement y donne à la situation de « palestinien » un tour particulièrement stressant : « aux identités traditionnelles de citadin, paysan et bédouin, se sont superposées celles de réfugié et de citoyen. A celle de réfugiés correspondent des attributs socio-économiques successifs de rejet, et les camps de réfugiés participent à la création de nouveaux modèles urbains, imposés et dépréciés » (Seren, 2004). L’intégration dans la nation palestinienne passe par cette urbanisation ;

  • les citoyens palestiniens (al muwatin) ont toujours habité la bande de Gaza (environ 70 % de la population) ou la Cisjordanie (environ 70 % de la population). Considérés parfois comme des « conservateurs » par les réfugiés, ils sont l’élément stable (stabilisateur ?) de la communauté palestinienne ;

  • les Qudsi (les habitants d’Al Quds, Jerusalem-Est) : ils ont conscience du statut de « ville capitale », susceptible, malgré les contraintes actuelles, d’être le lieu organisateur pour les populations palestiniennes, et ils constituent réellement le cœur du nationalisme palestinien.

7Finalement le ciment de ces groupes différents, surtout après la disparition du leader emblématique qu’était Yasser Arafat, est la commune condition de relégation sociale dans laquelle le pouvoir israélien les cantonne bien imprudemment dans leur vie quotidienne.

L’ESPACE, SOURCE D’HUMILIATION QUOTIDIENNE

8La non-reconnaissance d’un État palestinien indépendant est une question « géopolitique » abondamment traitée, mais dans la vie quotidienne le problème politique prend la forme beaucoup plus grave d’un drame social, dont on ne peut prendre conscience qu’en partageant la condition quotidienne des habitants. On a assez montré depuis des années de « géographie sociale » que l’espace géographique était essentiellement un « espace social », c’est-à-dire construit par la vie en société. La grande spécificité de la situation palestinienne est que cet espace social a été détruit. Certes des situations similaires ont été vécues dans d’autres contextes, par exemple en France sous l’occupation allemande, mais, même alors, ce phénomène d’éradication de l’espace n’avait pas atteint un tel niveau de détail à une échelle fine. Toute prévision de déplacement est impossible, car les routes peuvent être coupées à tout moment, et lorsque les check points sont ouverts, les conditions du passage sont la plupart du temps humiliantes. Le pistolet-mitrailleur d’un militaire peut être à tout moment braqué sur vous (nous l’avons personnellement expérimenté près de la « tombe de Rachel » à Bet Lehem), les papiers peuvent être conservés pendant un temps indéfini pour vérification (ce qui nous est arrivé à l’aéroport Ben Gourion parce que nous étions dans un taxi piloté par un palestinien). Le check-point comprend habituellement un long corridor qui doit être parcouru à pied sur une seule file (photo 1), qui oblige évidemment à quitter le taxi collectif pour en prendre un autre de l’autre côté. Tout passage avec sa propre voiture est évidemment interdit. Souvent le passage du check-point est rendu plus difficile par sa séparation en deux barrages espacés de plusieurs kilomètres à effectuer à pied. Par exemple entre la ville de Ramallah et l’université, les deux barrages sont de part et d’autre d’une vallée, ce qui oblige, dans les deux sens, à monter une côte à pied. Des chaises roulantes sont prêtées par le Croissant Rouge pour le transport des malades. Il n’est pas possible d’oublier la détresse de ce vieux paysan en costume traditionnel, obligé de gravir avec sa canne, les blocs de béton posés en travers de la route. La détresse ? Peut-être pas, ou plutôt ce lourd sentiment de rancœur masquée par un regard volontairement indifférent, non concerné, pour essayer de cacher la honte d’être traité comme une sous-humanité. Devant ces situations on est plutôt surpris du calme de cette population foncièrement pacifique, mais qui a conscience du fait qu’elle ne peut rien faire, qu’elle est abandonnée de tous, et que ses moyens d’action sont disproportionnés avec ceux de l’adversaire. Les effectifs de l’armée israélienne dépassent 100 000 hommes, ce qui répond aux normes militaires, selon lesquelles il faut 20 militaires pour 1 000 habitants si l’on veut tenir en main une population hostile.

9L’observation à vif du vécu géographique montre que l’élément principal, et qui, de très loin, domine tous les autres aspects du problème, dans la mise en place des rapports de domination, est la suppression de l’interaction spatiale. Toute la vie sociale, dans sa quotidienneté, est fondée sur l’interaction spatiale, l’organisation de fêtes de famille, les déplacements de travail, les déplacements pour la santé, ou pour les études, la vente des produits agricoles, ou artisanaux. Lorsqu’elle est supprimée, toute la collectivité est transformée en une masse d’assistés.

10Le droit à l’espace c’est en premier lieu le droit de se déplacer et le droit de ne pas avoir peur d’interpellations permanentes d’hommes en armes, qui ne sont pas là pour vous protéger, mais pour vous menacer, et dont la présence est permanente en tout point du territoire. Le droit à l’espace c’est aussi le droit d’exploiter ses ressources, On sait que tout terrain peut-être immédiatement exproprié pour la construction d’une route, les plantations arrachées, sans protestation possible. À Bet Lehem, où l’économie était fondée sur la fréquentation touristique et les pèlerinages, la rue principale n’est plus qu’une succession d’hôtels et de magasins de souvenirs fermés, car les tour operators prévoient le logement dans des hôtels de Jérusalem en territoire israélien.

Figure 1 : Un symbole de l’enfermement : le check-point de Bet Lehem

Figure 1 : Un symbole de l’enfermement : le check-point de Bet Lehem
  • 3 Les cartes sont extraites de l’Atlas of Palestine de l’ARIJ.

11L’espace, qui est cloisonné et découpé en « cantons » isolés les uns des autres par des by-pass roads interdites (figure 1, d’après J Isaac, 20013), ou par la construction des « Murs » (Labat, 2004), est aussi grignoté intérieurement par ce qu’on pourrait appeler une politique de percolation en Cisjordanie : une pénétration lente et régulière des « colonies » à l’est de la green line au milieu des villages arabes. Ces « colonies » (le nom vient des anciens kibboutzin agricoles des années quarante-cinq) sont en fait essentiellement des lotissements de maisons individuelles et de grands ensembles de nature périurbaine, spécialement autour de Jérusalem, à laquelle ils sont reliés par des routes interdites à la population palestinienne. Il en résulte un « piquetage » de la Cisjordanie par ces implantations et notamment par les « avant-postes », qui sont les embryons de futures colonies (figure 2, d’après J. Isaac). La carte des lotissements actuels ne révèle que partiellement la situation, car les plans d’occupation des sols prévoient autour des constructions actuelles de vastes zones d’expansion interdites aux arabes (figure 3, ibid.). La politique d’implantation peut ainsi se développer à l’intérieur des périmètres actuels sans que l’opinion internationale s’en émeuve. En 2004 a été lancé un appel d’offres pour la construction de 1 500 nouveaux logements dans les « colonies » de Cisjordanie, dont 600 à Maale Adoumim, à l’est de Jérusalem, et plus de 200 à Bar Homa, en face de Bet Lehem.

12La population des localités juives de Cisjordanie, qui était de 55 000 (dont 50 000 à Jérusalem-Est) en 1977, est passée à 380 000 en 2002 (Labat, 2004). Parmi ces nouveaux arrivants, la majorité proviennent de l’ancienne URSS. Dans la colonie d’Ariel, dont le développement bloque la ville palestinienne de Salfit, sur une population de 17 263 habitants en 2002, 7 237 sont des immigrants arrivés depuis 1989, parmi lesquels 96,6 % sont des ex-soviétiques (Berthomière, 2003). À Maale Adoumim, sur 4 055 immigrants pendant la même période, 84,9 % sont également d’anciens soviétiques. Les colonies sont équipées de moyens défensifs impressionnants, des obstacles en béton, des mitrailleuses, parfois des chars, et des toits renforcés pour échapper aux tirs de mortier, mais pour beaucoup de ménages, surtout les moins fortunés, c’est l’occasion d’accéder à un confort de vie qu’ils n’auraient pas connu s’ils étaient restés en Israël (Labat, 2004). Ils bénéficient en effet d’aides financières gouvernementales importantes : allègement des impôts sur le revenu, prêts hypothécaires à taux préférentiel.

Figure 2 : Israeli controlled roads in the West Bank

Figure 2 : Israeli controlled roads in the West Bank

Figure 3 : New israeli outpost in the West Bank

Figure 3 : New israeli outpost in the West Bank

POUR UNE GÉOGRAPHIE SOCIALE DE L’IMMÉDIAT

Figure 4 : Israeli colonies Master Plan

Figure 4 : Israeli colonies Master Plan

13La volonté de préservation identitaire est maintenue par le ciment des élites, et par leur volonté entêtée de « répandre une culture » d’État indépendant, en tentant de contre carrer l’emprise de l’administration israélienne, qui est seule habilitée à attribuer les autorisations de déplacement, les passeports, les permis de construire, etc. ce qui laisse peu de place à une administration palestinienne impuissante. L’impuissance du chef de famille se retrouve au niveau de l’impuissance de « l’Autorité Palestinienne », et cela entraîne un sentiment d’abattement généralisé qui explique le développement de l’influence des mouvements radicaux. Le symbole le plus marquant de cet écrasement a été la destruction des abords de la mouqata, à la limite de la ville de Ramallah et le maintien des tas de gravats comme « preuve » de la puissance de l’armée israélienne (figure 5). Le plus extraordinaire est, dans ce contexte, la sourde opiniâtreté avec laquelle se maintient quand même une vie sociale : construction de bâtiments sans permis par leurs propriétaires, sur les terrains disponibles, acharnement à maintenir un cadre administratif, même sans pouvoir réel, établissement de relations avec l’étranger par téléphone, ou par mails, développement de l’enseignement, organisation de l’artisanat dans un cadre cantonal, etc.

14La négation du droit à l’espace a certes des aspects symboliques, mais ils sont peu de chose face à la souffrance matérielle supportée chaque jour dans la relation de chacun à l’espace, à la négation du droit de chaque être humain à l’égalité et au respect. Les auteurs de ce texte ne prétendent pas être des « spécialistes du Moyen-Orient », mais les contacts organisés dans le cadre de l’AFDG (Association Française pour de Développement de la Géographie) avec les collègues palestiniens et israéliens (qui ont permis le colloque dont rend compte le numéro spécial de la revue Géographes Associés) sont autre chose qu’une réflexion de « géopolitique ». En allant sur place les auteurs (un homme et une femme, d’origine chrétienne et juive) ont voulu être au contact des individus (plus que des « acteurs »). Il ne s’agissait pas de conforter une théorie, mais d’analyser en géographes la vie des gens dans leur relation à l’espace, alors que, pris dans un conflit sur lequel ils n’ont aucune prise, leur souffrance est ignorée quand les grands débats géopolitiques s’estompent dans l’actualité des médias. Les « questions vives » cachent les situations les plus dramatiques qui sont posées à la géographie sociale. Il faudrait développer une géographie sociale des espaces en crise, car c’est là que les injustices se donnent libre cours.

Figure 5 : Un symbole de la négation par Israël d’un pouvoir palestinien : la Muqata

Figure 5 : Un symbole de la négation par Israël d’un pouvoir palestinien : la Muqata

Notes

1 [yves.guermond@wanadoo.fr].

2 [mathieu@univ-paris1.fr].

3 Les cartes sont extraites de l’Atlas of Palestine de l’ARIJ.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Un symbole de l’enfermement : le check-point de Bet Lehem
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1926/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 2 : Israeli controlled roads in the West Bank
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1926/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 3 : New israeli outpost in the West Bank
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1926/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 4 : Israeli colonies Master Plan
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1926/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 5 : Un symbole de la négation par Israël d’un pouvoir palestinien : la Muqata
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1926/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 333k

Auteurs

Professeur émérite de géographie
Équipe MTG, FRE « Idées » CNRS
Université de Rouen
Directeur de recherche émérite
UMR 7533 LADYSS CNRS
Université Paris 1

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540