Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser et faire la géographie sociale

 | 
Raymonde Séchet
, 
Vincent Veschambre

Deuxième partie. Individus, groupes, rapports sociaux dans l’espace : quels mots pour le dire ?

L’appropriation de l’espace : une problématique centrale pour la géographie sociale

Fabrice Ripoll et Vincent Veschambre

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Note portant sur l’auteur2

Texte intégral

  • 3 Voir les textes de F. Ripoll et V. Veschambre dans ce même volume.

1Nous voulons défendre ici une idée simple, à savoir que la question de « l’appropriation de l’espace » est incontournable en géographie, a fortiori en géographie sociale. Autrement dit, « l’appropriation de l’espace » doit nécessairement se trouver sur le chemin de tout géographe qui interroge ce que l’on appelle généralement les rapports espaces/sociétés, et que nous préférons appeler la dimension spatiale des sociétés3. La réflexion que nous proposons a été construite dans le cadre d’un séminaire interne à l’UMR CNRS 6590 (ESO) qui a commencé à fonctionner en 2000 sur l’hypothèse que, dans leur diversité, les recherches en géographie sociale étaient amenées à croiser cette problématique de l’appropriation de l’espace (Ripoll, Veschambre et al., 2004). Malgré l’intensité des échanges autour de l’appropriation de l’espace, on ne peut pas parler d’un accord unanime sur les hypothèses comme sur les définitions des concepts à construire. C’est au niveau que l’on peut qualifier de problématique que ce texte, comme le séminaire, entendent se placer : il s’agit de proposer un ensemble de questions, de problèmes, d’hypothèses, de notions, etc., demandant à être creusés et mis en perspectives les uns par les autres.

  • 4 Alors que l’idée d’appropriation est sous-jacente dans un certain nombre de textes réunis dans ce v (...)

2Notre engagement dans cette problématique est parti d’un étonnement : pourquoi, en géographie et particulièrement en géographie sociale, les travaux qui recourent à la notion d’appropriation4, et a fortiori, qui portent explicitement sur les processus d’appropriation de l’espace sont-ils aussi peu nombreux ? Cette question n’est-elle pas présente, de façon plus ou moins significative, dans la plupart des objets classiques de la géographie : paysage et environnement, agriculture et autres activités économiques, urbanisation, aménagement, géopolitique, ségrégation, etc. ? Et que dire des thèmes plus récents comme la « fracture urbaine », « la ghettoïsation », le « repli communautaire », la « mixité », etc. ?

  • 5 G. Di Méo écrit par exemple que « le territoire témoigne d’une appropriation délibérée, à la fois é (...)

3L’expression n’est-elle pas au moins aussi pertinente que d’autres plus à la mode ? À l’heure où de plus en plus de chercheurs en sciences sociales, mais aussi d’acteurs politiques, parlent de territoire ou de territorialité, de patrimoine, d’espace public (ou encore d’identité et de mémoire collectives), il semble nécessaire de réinvestir la notion d’appropriation qui en est un fondement sémantique incontestable. Alors que l’on définit couramment le territoire comme une portion d’espace approprié5 (en général par une société ou un groupe social), peut-on faire comme si la notion d’appropriation allait de soi et éviter d’expliciter ce que l’on entend exactement par là ?

  • 6 Il apparaît bien dans le dictionnaire dirigé par R. Brunet et al. (1993), mais si l’on se tourne ve (...)

4L’absence de l’entrée « appropriation » dans la plupart des dictionnaires de géographie (Baud et al., 1997 ; Cabanne, 1992 ; Charvet, 2000 ; George et Verger, 1996), y compris le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés dirigé par J. Lévy et M. Lussault (2003), alors même que le terme est indexé et apparaît dans plusieurs dizaines de définitions (Veschambre, 2005), nous semble révélatrice de cette discrétion paradoxale d’une notion qui est pourtant omniprésente dans la discipline6.

5Enfin, plus fondamentalement, cette question ne pourrait-elle pas prétendre à une place de choix dans la réflexion théorique d’une géographie qui se reconnaît comme science sociale, attachée à penser les pratiques, les usages et les représentations de l’espace, mais aussi les hiérarchies sociales, les inégalités et au bout du compte, les rapports sociaux (dissymétriques), tels qu’il se jouent à travers ces rapports à l’espace ?

L’APPROPRIATION DE L’ESPACE DANS SON CHAMP LEXICAL

6Se référer à l’appropriation peut d’autant moins se passer d’une réflexion lexicale que la notion fait partie du vocabulaire de base, et pour tout dire d’une sorte de sens commun des sciences sociales, comme si sa signification relevait de l’évidence. Mais pour tout dire, il existe une sorte de flou qui s’ajoute à la polysémie inévitable du terme. « Couramment employée par anthropologues, psychologues, sociologues et urbanistes, elle recouvre une notion complexe, encore mal élucidée et dont le contenu diffère d’un auteur à l’autre », peut-on lire dans le Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement (Merlin et Choay, 1998). Comme nous l’avons dit, la géographie, symptomatiquement oubliée ici, ne fait pas exception. Mais il ne s’agit pas tant de décider d’une définition préalable et définitive que de réfléchir sur la place, le sens et les usages du mot « appropriation » dans les travaux des sciences sociales et de son application effective ou potentielle à l’espace.

7L’objectif est donc d’engager ce travail d’explicitation des usages de l’expression, de dégager les ordres de signification les plus importants et leur principe de production, de façon à pouvoir construire, éventuellement, plusieurs concepts utilisables (si ce n’est « opératoires »). Ces usages sont anciens et variés dans la pensée sociale (juridico-politique, philosophique puis scientifique). Ils plongent leurs racines au moins jusque dans le xixe siècle : l’expression est utilisée par les traducteurs de K. Marx (Labica et Bensussan, 1985) aussi bien que de M. Weber (1995). Du côté des sciences sociales, l’utilisation du terme semble connaître un développement, international et pluridisciplinaire, dans les années soixante-dix (Korosek-Serfaty, 1976 ; Segaud et al., 2002). Mais si anciens et ancrés soient-ils, ces usages ne sont pas tous également intéressants du point de vue problématique. On n’évoquera que pour les écarter les définitions minimalistes que l’on retrouve parfois sous la plume des géographes, de l’appropriation de l’espace comme simple pratique ou expérience vécue de nouveaux lieux.

La propriété juridique : incontournable mais insuffisante

8Au premier chef, un tel mot est bien entendu inséparable de plusieurs notions juridiques et économiques : propriété évidemment mais aussi possession, richesse, bien, capital, patrimoine etc. Si l’on ne peut pas considérer que le droit détermine les pratiques, il n’est pas indifférent que l’appropriation de plus ou moins larges portions d’espace soit ou non juridiquement contrôlée et garantie. De plus, toute pratique, tout usage de l’espace peut, au moins en théorie, être conditionné par les structurations juridiques de l’espace qui en découlent (public/privé, accessible/réservé, gratuit/payant, etc.), et qui sont parfois matérialisées sous forme de murs, de barrières, ou même de corps humains. Selon le contexte, la localisation des corps et bien entendu leurs propriétés sociales, le simple fait de déambuler ou de se rassembler dans l’espace public, peut être permis ou interdit et sanctionné. Sans parler de la construction d’infrastructures matérielles ou de l’exploitation des ressources, de l’échange et de la distribution des marchandises, etc.

9Si la propriété et plus largement les formes juridiques sont importantes, l’appropriation ne s’y réduit pas : il y a des décalages entre propriété du sol stricto sensu, qui ne garantit pas l’appropriation effective d’un espace, et appropriation de l’espace, qui peut se passer d’une garantie juridique (Bergel, 2005). Que l’espace public représente un enjeu majeur d’appropriation, à travers par exemple les manifestations (Tartakowsky, 1998, Ripoll, 2005) montre bien que cette problématique rencontre en permanence la question du juridique, sans pour autant s’y limiter.

Des modalités d’appropriation à dominante matérielle

10L’appropriation exprime bien d’autres rapports à l’espace que la simple propriété privée, ce que nous retrouvons dans de nombreux travaux de sciences sociales. Reste à savoir comment définir la notion. Pour commencer, plusieurs ordres de signification peuvent être dégagés, renvoyant à des rapports pratiques, matériels à l’espace terrestre :

11L’usage exclusif, dans une logique de concurrence pour des biens limités – ce que l’espace terrestre est, incontestablement. Cette exclusivité peut être individuelle, mais elle est plus souvent collective, fondée sur des groupes concrets mais restreints (comme la famille) ou sur des catégories sociales plus larges (comme le genre). Elle peut provenir de raisons strictement matérielles ou fonctionnelles, mais aussi de raisons plus directement sociales : l’appropriation est alors synonyme de clôture par le biais de divers dispositifs matériels. Les cités fermées, lotissements haut de gamme entourés de hauts murs ou immeubles surveillés des espaces centraux, représentent l’une ces formes d’appropriation exclusive désignées couramment par l’expression états-unienne de gated communities (Billard, Chevalier, Madoré, 2005). Les cercles de la grande bourgeoisie parisienne, présents dans le Bois de Boulogne où ils sont clos et dissimulés au regard des passants, entrent également dans cette catégorie de formes d’usage exclusif de l’espace, même s’ils sont situés sur le domaine public (Pinçon, Pinçon-Charlot, 1989).

12L’usage autonome, correspondant au fait d’user de l’espace librement ou du moins sans contrainte sociale explicite. Jamais absolue, mais jamais totalement absente non plus, cette autonomie (ou maîtrise de l’espace) est plus ou moins forte selon les groupes et les espaces. Elle peut aussi concerner des pratiques plus ou moins massives ou visibles, de la production à la simple occupation de l’espace. En France, on peut considérer que les agriculteurs (propriétaires ou fermiers) sont dans une situation d’usage autonome de leurs terres. Même si la maîtrise de cet espace agricole est forte, l’usage n’en est pas exclusif, le droit de libre circulation (chasse, cueillette, glanage…) l’emportant généralement : comme le rappelle le droit, les clôtures à bestiaux ne sont pas des clôtures à hommes (Le Caro, 2002).

13Dans une situation intermédiaire, c’est encore ce sens que l’on mobilise quand on parle de détournement, pour indiquer que l’appropriation s’opère sur un espace déjà approprié et qu’elle en change la fonction ou la finalité, quand le « vécu » refuse les injonctions du « conçu » (Lefebvre, 2000). C’est typiquement la problématique des squats anarchistes étudiés par D. Zeneidi, qui sont l’expression d’un refus de la propriété privée (Zeneidi, 2006).

14Ces deux acceptions importantes – elles se partagent sans doute l’essentiel des usages de l’expression – ne sont pas sans lien : l’exclusivité est souvent recherchée ou revendiquée au nom de la liberté d’usage. Et pour cette raison même, elles ne doivent pas être confondues. En croisant ces deux modalités de l’appropriation matérielle, nous pouvons en effet repérer quatre situations bien différentes. Aux classes supérieures qui conjuguent souvent l’usage exclusif et l’usage autonome de leurs lieux de vie, s’opposent les pensionnaires des « institutions totales », asiles, prisons, casernes, etc., (Goffman, 1968), ou les enfants des rues des villes du Sud (Morelle, 2002), qui n’ont ni usage exclusif, ni usage autonome de leurs espaces d’existence.

15Entre ces deux situations limites, on trouve des situation d’usage exclusif non autonome : des terrains occupés illégalement ont beau être entourés de barrières et appropriés par une famille pour son usage exclusif, ils peuvent à tout moment faire l’objet d’une expulsion (Fournier et al., 2005). Et inversement, des usages peuvent être autonomes sans être exclusifs : c’est ainsi que des lieux publics sont régulièrement utilisés par certains comme une ressource, malgré leur caractère public (commerce, jeux, loisirs) sans qu’ils se réservent cet usage en l’interdisant aux autres. Les pratiques ménagères, l’élevage, le stationnement des véhicules ou le commerce, peuvent ainsi se succéder dans les espaces publics des grands ensembles algériens (Mebirouk et al., 2005).

16Le contrôle de l’espace (et surtout de ses usages) est une troisième acception non négligeable. Cet emploi semble proche mais est aussi très différent de l’usage autonome car contrôler un espace ne veut pas dire qu’on le pratique soi-même. Le contrôle se fait souvent ici par personnes interposées qui, elles, ne sont pas nécessairement autonomes dans leurs rapports à l’espace. Il s’agit plutôt de pouvoir, de domination, exercés par des appareils ou institutions, par exemple un État sur son territoire. Et cela se traduit souvent en interdiction de pratiques : les cordons de CRS, qui barrent l’accès à tel ou tel bâtiment officiel en cas de manifestations, ou cherchent à les dissoudre, sont un vecteur de contrôle de l’espace par la puissance publique (Ripoll, 2005).

Des modalités d’appropriation à dominante idéelle

17Ces formes d’appropriation sont déjà inséparables d’intentions, de perceptions et représentations, et même de constructions imaginaires ou idéologiques. Mais d’autres ordres de significations s’inscrivent encore plus franchement dans ce registre idéel.

18C’est le cas de l’apprentissage et de la familiarisation, conçus comme intériorisation cognitive : s’approprier un espace veut dire ici acquérir des connaissances théoriques et pratiques, des savoirs et des savoir-faire qui permettent de s’y mouvoir sans s’y perdre, mais aussi d’en user de façon pertinente ou stratégique.

19L’attachement affectif ou, plus profondément encore, ce que l’on pourrait appeler l’appropriation « existentielle ». Il s’agit du sentiment de se sentir à sa place voire chez soi quelque part. Ce sentiment d’appropriation se transforme alors en sentiment d’appartenance. Le rapport aux lieux est vécu comme réciproque : un lieu est à nous parce qu’on est à lui, il fait partie de nous parce que nous faisons partie de lui. Les expropriations et les démolitions, sur le tracé d’une autoroute par exemple, sont révélateurs de ces formes d’appropriation existentielle et représentent une violence symbolique forte (Cavaillé, 1999, Davodeau, 2001).

20Enfin, à ces significations relativement communes nous proposons d’ajouter l’appropriation « symbolique » ou « identitaire » : une portion d’espace terrestre (un lieu ou un ensemble de lieux) est associée à un groupe social ou une catégorie au point de devenir l’un de ses attributs, c’est-à-dire de participer à définir son identité sociale. On parle ainsi très couramment de quartier bourgeois (Pinçon, Pinçon-Charlot, 1989) et de banlieue ouvrière, mais la catégorisation peut aussi reposer sur la nationalité, la religion, le courant politique, l’âge, le genre etc. La production architecturale, mais aussi la patrimonialisation d’édifices hérités, sont des vecteurs très importants d’affirmation symbolique de groupes sociaux et de pouvoirs institutionnalisés (Veschambre, 2002).

21Comme l’illustre la variété des usages, le terme d’appropriation apparaît donc très polysémique. Ce balayage des différentes acceptions du terme nous montre également que la notion d’appropriation est inséparable d’autres notions et modalités de rapports à l’espace, parfois très proches, qu’elle oblige à questionner à leur tour. Penser en terme d’appropriation de l’espace conduit en effet à envisager l’occupation ou l’usage de l’espace, mais aussi sa production et son détournement, son marquage, sa valorisation ou inversement sa stigmatisation. Nous pouvons nous servir de cette notion pour poser ou approfondir un certain nombre de questions théoriques.

QUELQUES POSTURES ET QUESTIONS THÉORIQUES D’IMPORTANCE

22L’entrée par l’appropriation de l’espace ouvre à de nombreuses réflexions théoriques et au dépassement d’un certain nombre de séparations voire d’oppositions intellectuelles héritées. Pourrait ainsi être abordée l’articulation entre l’individuel et le collectif, comme cela transparaît dans toute forme d’action collective (Ripoll, 2005), entre l’économique et le symbolique comme on le perçoit à travers les démolitions, qui représentent à la fois une revalorisation foncière et un effacement symbolique d’anciennes populations au profit de nouvelles, la question des temporalités de l’appropriation, du plus durable au plus précaire, etc. Mais nous allons plutôt revenir brièvement sur quelques postures fondamentales.

Articuler l’idéel et le matériel

  • 7 Nous reprenons ce couple à M. Godelier (1984).

23On le voit aux premières remarques sur les usages lexicaux, parmi les questions théoriques majeures, il y a celle des différences mais aussi des rapports étroits entre les modalités matérielles et idéelles de l’appropriation (Ripoll, Veschambre, 2005)7. Par exemple, la propriété juridique est un rapport idéel mais qui se fonde sur la capacité de l’État de faire usage de son « monopole de la violence légitime » pour reprendre la définition de Weber.

  • 8 Sur la question des territoires occupés, on se reportera au texte d’Y. Guermond et N. Mathieu dans (...)

24L’appropriation symbolique/identitaire d’un lieu suppose sa pratique concrète, régulière et démonstrative. Inversement, même dans les processus d’appropriation par usage exclusif, le recours au symbolique est patent, dans une recherche de légitimation que la force et même le droit ne suffisent pas à garantir. L’exemple de l’occupation israélienne, avec son cortège d’arrachage d’oliviers et de démolitions de maisons est de ce point de vue très éclairant8. La production de signes, souvent destinés à exprimer une revendication d’appropriation dans un espace donné, et à éviter le recours permanent à la force, est fréquemment désignée par le terme de marquag: c’est le cas dans le texte de T. Bulot et V. Veschambre dans ce même volume, qui envisagent parallèlement la signalétique urbaine (affiches, panneaux de signalisation, tags…) et les interventions sur le bâti (dégradations, réhabilitations, démolitions…). La nature de ce marquage est double : nous sommes dans la signification, dans la désignation, dans l’attribution d’un sens et donc du côté du symbolique, et dans le même temps, le marquage représente toujours une action matérielle. La marque est à la fois signe et signifiant, ceci dans le registre visuel (repères signalétiques, bornes, barrières, corps humains…) mais aussi auditif (manières de parler, musiques…) (Ripoll, 2006).

Interroger les catégories spatiales
et les « rhétoriques holistes » en réinjectant les rapports sociaux

25Raisonner en terme d’appropriation présente un intérêt méthodologique et théorique majeur, celui de mettre l’accent sur le social et sa dimension spatiale plutôt que sur l’espace lui-même, pensé comme quelque chose de distinct, d’autonome, d’extérieur à la société. Plus précisément, cela permet d’appréhender les acteurs et leurs pratiques, les rapports et les processus sociaux plutôt que des « objets géographique » trop souvent figés, réifiés, voire personnifiés.

  • 9 Ce couplage du holisme et du spatialisme a déjà connu, y compris parmi les géographes, de grands su (...)

26Plus précisément, la grille de lecture qui s’élabore progressivement à partir de la question de l’appropriation nous conduit à une analyse critique des notions de territoire, de patrimoine ou d’espace public et de leurs usages sociaux. Ces notions nourrissent ce que l’on peut appeler, à la suite de J. Candau (1998), des « rhétoriques holistes », ces discours idéologiques sur le « collectif » et le « bien commun » qui masquent les inégalités sociales, les conflits d’intérêts et les rapports de pouvoir qui traversent les collectivités humaines. Le succès de la notion de territoire est significatif de cette tendance récurrente en géographie, et bien au-delà, à tenir des discours globalisants sur la société en raisonnant à partir de catégories géographiques9qui nient ou même négligent la complexité et le caractère dynamique et conflictuel des rapports à l’espace (Norois, 2000 ; Ripoll et Veschambre, 2002).

27Comme le montre bien G. Di Méo, territoire est du côté du pouvoir, de la norme, de l’appareil idéologique et il le définit au final comme « creuset d’identités collectives » (Di Méo, 2004) : c’est un mot, qui à l’image du mot patrimoine, est mis en avant par les « entrepreneurs de localisation, […], autrement dit tous ceux qui, par leur fonction ou pour d’autres raisons, ont intérêt à ce que des individus, des groupes ou des entreprises s’attachent à un lieu ou lui demeurent attachés » (Bourdin, 1992 : 23). Autant il nous semble important de prendre le territoire au sérieux et d’analyser cette « rhétorique territoriale » que l’on retrouve notamment dans la politique de la ville, autant il nous paraît difficile de faire de ce même mot un concept essentiel de la géographie sociale, au risque de masquer les enjeux, les conflits qui traversent une société.

28L’entrée par l’appropriation nous oblige en revanche à mettre le doigt sur l’inégal accès à l’espace comme ressource, qui est constitutif des inégalités sociales.

Appropriation de l’espace, inégalités sociales, rapports de pouvoir

29Tous propriétaires ? Tous maîtres des lieux ? Tous libres et égaux d’aller et venir ? Par les significations et connotations du terme (que n’ont pas ceux de pratique ou d’usage), une approche en terme d’appropriation nous oblige à poser ces questions et à penser les inégalités sociales et rapports de pouvoir dans leur dimension spatiale.

30Au minimum, l’entrée par l’appropriation appelle et révèle des inégalités dans l’accès, l’occupation, l’usage et la jouissance (exclusifs) des différents lieux de vie, qui par ailleurs ne se valent pas. On peut constater et mesurer des inégalités en matière de surfaces habitées ou réservées (aux lieux de travail et de loisir notamment), mais aussi de distances aux ressources rares ou valorisées, à la centralité, ou encore d’« échelle de mobilité » maîtrisée (Veschambre, 1998). D’un point de vue plus qualitatif, et donc plus difficile à évaluer, les inégalités portent sur ce qu’on a coutume d’appeler le cadre de vie, là aussi non seulement au lieu de résidence mais aussi aux lieux de travail, d’études, de loisirs, de pratiques religieuses ou politiques, etc. Un cadre plus ou moins agréable, plus ou moins valorisé sur le plan esthétique, plus ou moins diversifié ou riche sur le plan fonctionnel, plus ou moins prestigieux, etc., ou au contraire plus ou moins pollué, caractérisé par des nuisances, pauvre en équipements, stigmatisé, etc.

  • 10 Au sens marxiste du terme : on pourra se reporter aux deux derniers chapitres du Capital publiés so (...)

31Les inégalités sont peut-être encore plus importantes, quoique parfois moins visibles, quand on appréhende l’appropriation comme maîtrise de son propre espace de vie, autrement dit comme usage autonome. À ceux qui usent à leur guise de leur propre espace, espace qu’ils ont produit, ou ont fait produire, à leur image et à leur mesure, s’opposent ceux qui ne peuvent que se contenter des espaces produits pour eux, en fonction de l’image que d’autres se font de leurs besoins, de leurs critères, de leur valeur même pourrait-on dire. Sans parler de ceux dont on ne veut pas. À l’appropriation s’oppose à la fois l’assignation et l’expropriation10 (ou expulsion).

  • 11 Parmi d’autres : Pinçon et Pinçon-Charlot, 1989, 1998.
  • 12 Voir le dossier d’articles dirigé par P. Bourdieu dans le numéro 81/82 des ARSS (1990).

32Sur tous ces points, on ne peut que constater une forte hiérarchisation des sociétés comme la société française. À une extrémité de l’échelle sociale, une minorité choisit, accumule, occupe et jouit pleinement de grandes quantités d’espaces, à tous points de vue ou presque de « meilleure qualité », bien positionnés, en tous cas de grande valeur car hautement valorisés. Il s’agit surtout des « grandes fortunes » dont le couple Pinçon et Pinçon-Charlot a fait son objet de recherche11, des possédants donc, mais aussi de certains dirigeants, élus et/ou hauts fonctionnaires, notables locaux même, bénéficiant de bâtiments prestigieux et autres éléments du patrimoine public le temps d’exercice de leur fonction. À l’autre extrémité, on retrouve à l’inverse la minorité de ceux qui se retrouvent à la rue, mais aussi l’essentiel des classes dites « populaires » et même « moyennes » qui investit une grande part de son budget dans son logement principal, et doit le plus souvent choisir entre les grands ensembles dévalorisés des quartiers périphériques ou un logement certes central mais aussi à la fois plus exigu et plus cher. Quant à la maison individuelle en accession à la propriété, elle reste pour beaucoup une aventure interdite ou d’autant plus risquée et contraignante que les ressources sont plus faibles, l’appropriation pouvant même se transformer en une nouvelle « aliénation12 » : les travaux de P. Quintin et R. Séchet sur les prêts à taux zéro ont bien montré que l’accès à la propriété des ménages économiquement les plus fragiles ne se faisait qu’au prix d’un éloignement de la ville centre et d’importants déplacements domicile travail (Séchet, Quintin, 2001).

  • 13 Voir les travaux de J. Coutras (par exemple Coutras, 1996) ou des colloques récents (Denèfle et al.(...)

33Bref, à la hiérarchie socio-économique correspond bien une hiérarchie des espaces habités et même plus largement pratiqués. Plus difficiles à évaluer, des inégalités non strictement économiques, irréductibles et transversales à celles-ci, doivent aussi être appréhendées dans leur dimension spatiale et articulées les unes aux autres : entre les sexes ou genres13, entre les classes d’âge ou générations, entre les groupes dits « ethniques »… Mais pour ne pas s’arrêter à ces constats bien connus sur les sociétés contemporaines, pour dénaturaliser ce « donné » socio-spatial et tenter de l’expliquer, une approche historique et relationnelle doit permettre de montrer les conditions et modalités sociales de la production mais aussi de la valorisation ou au contraire de la dévalorisation des espaces appropriés (ou non) (Duarte, 2000). Il n’y a pas en effet d’inégalités sociales sans production et reconnaissance sociales de la valeur attachée à un bien, à un attribut ou à une situation… aux dépens des autres. Ces processus passent par des pratiques matérielles d’envergure (démolition/construction de quartiers entiers par exemple) mais aussi par des discours plus ou moins unanimes sur les espaces et leurs propriétés, le discours patrimonial n’étant pas le moins efficace aujourd’hui (Raoulx, 2003). C’est ainsi que les classes moyennes urbaines ont trouvé un vecteur pour s’approprier symboliquement des espaces désaffectés ou dégradés (anciennes usines, ancien habitat populaire etc.) dont ils font valoir le caractère patrimonial (Grillo, Lacarrieu, 1999).

  • 14 On se reportera au texte de J.-M. Fournier dans le volume 2 issu du colloque de Rennes.

34Mais les croisements entre appropriation et inégalités ne s’arrêtent pas là. L’appropriation de l’espace n’est pas seulement une finalité, c’est aussi un moyen. Il est donc nécessaire et important d’interroger les rapports à l’espace non seulement comme support et enjeu des rapports sociaux, mais aussi comme ressource ou capital inégalement distribué. Capital « de jouissance » ou « de rapport », marchandise pouvant être échangée, l’espace est aussi moyen de production, un attribut social plus ou moins valorisé et valorisant, une arme dans les rapports de pouvoir qui caractérisent les différents champs sociaux (économique, politique, culturel, etc.). L’espace approprié est significatif de la position des individus et des groupes dans la hiérarchie sociale. Pour approfondir encore la réflexion et prendre la question du pouvoir à bras le corps, l’espace ou plutôt les rapports à l’espace doivent être considérés comme des formes de capital, rapportant des « profits » à ceux qui en bénéficient, et donc sources d’inégalités sociales de toutes sortes (Bourdieu, 1993), dont ils constituent la dimension spatiale. Inversement toute réflexion sur les formes de capitaux, que ce soit en terme de « capital spatial » (Lévy, 1994 ; Lévy et Lussault, 200314) ou de « dimension spatiale des capitaux » (Ripoll et Veschambre, 2005) ne peut pas éviter de poser la question de l’appropriation (qui en est aussi un fondement sémantique) et des rapports de pouvoir qu’elle fonde ou participe à fonder.

CONCLUSION

  • 15 Voir notamment le texte de J. Aldhuy, mais aussi certaines réflexions sur la posture critique de la (...)

35Si la notion d’appropriation de l’espace s’est imposée dans notre réflexion théorique sur les mots de la géographie sociale, c’est qu’elle présente le double intérêt de renvoyer incontestablement à l’espace, sans pour autant constituer une catégorie spatialiste. Contrairement à d’autres notions dont elle constitue un fondement sémantique (territoire, patrimoine, espace public…) l’entrée par l’appropriation invite à ne jamais perdre de vue les inégalités sociales et rapports de force ou de pouvoir qui traversent toute société, et plus encore à les mettre en relation, à les appréhender dans leurs dynamiques. Ce type d’approche nous semble aller dans le sens d’une géographie sociale critique, engagée, telle qu’elle est en train d’être redéfinie et réaffirmée15. Loin de vouloir faire de l’appropriation le « maître mot » de la géographie sociale, nous proposons tout simplement, à travers cette entrée, de privilégier des notions ou des concepts qui renvoient à des rapports sociaux plutôt qu’à des objets (spatiaux), à des dynamiques plutôt qu’à des états.

Notes

1 [ripoll@mrsh.unicaen.fr].

2 [vincent.veschambre@univ-angers.fr].

3 Voir les textes de F. Ripoll et V. Veschambre dans ce même volume.

4 Alors que l’idée d’appropriation est sous-jacente dans un certain nombre de textes réunis dans ce volume, à travers la référence au territoire notamment, il est frappant de noter que l’expression est globalement assez peu présente, et que quelques auteurs seulement l’utilisent de manière significative (A. Léobon ; R. Séchet ; T. Bulot, V. Veschambre).

5 G. Di Méo écrit par exemple que « le territoire témoigne d’une appropriation délibérée, à la fois économique, idéologique et politique de l’espace géographique » (Di Méo, 2004 : 200).

6 Il apparaît bien dans le dictionnaire dirigé par R. Brunet et al. (1993), mais si l’on se tourne vers lui pour chercher une définition précise et spécifique, on ne peut que rester sur sa faim. R. Brunet y reprend simplement les sens communs du terme, tels qu’on peut les trouver dans un dictionnaire de langue française, pour les appliquer à l’espace. Paradoxalement, l’expression n’est guère conceptualisée alors même que l’appropriation, définie globalement comme « attribution à soi », est considérée comme un « acte social fondamental, et même fondateur en géographie ». Après cette lecture, on ne sait toujours pas cette « attribution à soi » peut bien vouloir dire.

7 Nous reprenons ce couple à M. Godelier (1984).

8 Sur la question des territoires occupés, on se reportera au texte d’Y. Guermond et N. Mathieu dans cet ouvrage.

9 Ce couplage du holisme et du spatialisme a déjà connu, y compris parmi les géographes, de grands succès avec des catégories comme centre et périphérie, ville et campagne, région, pays

10 Au sens marxiste du terme : on pourra se reporter aux deux derniers chapitres du Capital publiés sous le titre « L’expropriation originelle » (Marx, 2001).

11 Parmi d’autres : Pinçon et Pinçon-Charlot, 1989, 1998.

12 Voir le dossier d’articles dirigé par P. Bourdieu dans le numéro 81/82 des ARSS (1990).

13 Voir les travaux de J. Coutras (par exemple Coutras, 1996) ou des colloques récents (Denèfle et al., 2004 ; Bard et al., 2004).

14 On se reportera au texte de J.-M. Fournier dans le volume 2 issu du colloque de Rennes.

15 Voir notamment le texte de J. Aldhuy, mais aussi certaines réflexions sur la posture critique de la géographie sociale dans les textes de L. Vialla et de T. Bulot – V. Veschambre.

Auteurs

Docteur en géographie – ATER
CRESO, UMR 6590 ESO CNRS
Université de Caen
Maître de conférences de géographie
CARTA, UMR 6590 ESO CNRS
Université d’Angers

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540