Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les justices de village

 | 
François Brizay
, 
Antoine Follain
, 
Véronique Sarrazin

Ordre, désordre et irrespect dans les villages d’Île-de-France aux xviie et xviiie siècles

Olivier Jouneuaux

Texte intégral

  • 1 Atteindre ce niveau de représentation n’est évidemment pas aisé. L’opinion des villageois est mal (...)
  • 2 Ceci s’applique également à un nombre considérable de lieutenants.

1L’existence d’une autorité suppose, à l’origine, une adhésion de fait entre ceux qui l’exercent et ceux qui y sont soumis. Sans remonter à l’avènement du système féodal, il est clair que la nature des rapports entre pouvoirs et assujettis a considérablement évolué entre le xve et le xviiie siècle. Au village, les liens naturels que la société d’ordre avait tissés ne se sont pas forcément complètement distendus mais leur compréhension se dilue dans les méandres de la mémoire collective. Le seigneur, sa ferme et sa justice, le curé et son clergé, sont là depuis toujours, et, bon an mal an, chacun s’efforce de cohabiter avec eux. C’est cette coexistence, librement consentie ou passivement subie, qui sera examinée ici. La justice seigneuriale retient particulièrement notre attention. Elle se situe en effet, au confluent d’un double faisceau d’intérêts : celui des seigneurs d’une part, celui des manants d’autre part, dont le mode d’existence suppose une autorité régulatrice. Il s’agit de savoir comment ces deux composantes, complémentaires, mais parfois contradictoires, interagissent au sein de la société villageoise, et d’isoler les représentations que les justiciables se font des agents du pouvoir1. À première vue, le statut d’officier seigneurial recèle quelque ambiguïté. Malgré cela les postulants villageois ne manquent pas et les officiers seigneuriaux – essentiellement les procureurs fiscaux2 – sont, dans leur grande majorité, enfants du pays. Ils vivent peu ou prou de la même manière que ceux qu’ils encadrent, même s’ils ont parfois la prétention de s’en distinguer.

« Recours, besoin et sens de la justice3 »

  • 3 Formule empruntée à Nicole et Yves Castan (in Castan, « Une économie de justice à l’âge moderne… » (...)

2Les villageois réclament souvent justice. Ils savent porter plainte. Ils n’ignorent pas comment obtenir compensation d’un outrage et à qui, le cas échéant, réclamer réparation d’un litige.

  • 4 Lemercier, Les Justices seigneuriales de la région parisienne de 1580 à 1789, 1933.
  • 5 Jouneaux, Villageois et autorités locales aux xviie et xviiie siècles. L’exemple de villages vitic (...)

3Première surprise, relative, les justices seigneuriales manifestent encore au xviiie siècle beaucoup de vigueur. Décriées, en apparence vidées de leur utilité par le développement de la justice royale, elles ne sont pas tombées totalement en désuétude même dans les environs de Paris où les possibilités de recours abondent. Les seigneurs accordent une importance de prestige au maintien de leurs droits de haute justice sur les terres auxquelles ce privilège est attaché4. Ce conservatisme semble également trouver un écho favorable chez les justiciables qui ne se privent pas de solliciter les instances locales. Les chiffres relatifs à la fréquentation des justices de village par leurs habitants sont, somme toute, modestes5. Il reste difficile de dessiner de façon précise la fréquentation des « cours » seigneuriales. L’exercice est envisageable mais il suppose la mise en œuvre d’une méthode d’enquête lourde qui n’a ici qu’une utilité limitée et déborderait assez largement le cadre du sujet. Les quelques données mentionnées ne doivent être appréciées qu’à titre indicatif. Cela dit il faut d’emblée établir une différence entre justice civile et justice criminelle : la première draine incontestablement la part la plus importante des causes plaidées.

  • 6 Boutelet, « Étude par sondage de la criminalité du bailliage de Pont-de-l’Arche, xviie-xviiie sièc (...)
  • 7 Vanves : Hauts-de-Seine, ar. Anthony, ch.-l. c. ; Issy, ar. Boulogne-Billancourt, ch.-l. c. ; Arge (...)

4Du point de vue des affaires criminelles, les requêtes consécutives à des voies de fait arrivent assez largement en tête. Les plaintes pour injures et calomnies les suivent de près. C’est que les gens se montrent très sensibles à l’honneur et n’ont de cesse que leur image, soit, d’une manière ou d’une autre, réhabilitée aux yeux de tous. Les vols ne concernent qu’une faible proportion. Cette observation, très superficielle il est vrai, semble contredire la thèse développée dans les années 1960, d’une évolution de la criminalité de la violence vers le vol6. À la fin du xviiie siècle, la violence imprègne encore fortement les relations sociales même si on peut percevoir, à l’instar des nombreux historiens qui ont travaillé sur le problème, quelque évolution. Les actes de violence relevés dans les minutes seigneuriales ne vont pas jusqu’au meurtre. Plus exactement, les crimes de sang n’apparaissent pratiquement pas dans les minutes des instances seigneuriales à cette époque. Sont-ils désormais instruits de façon prioritaire par l’appareil judiciaire royal ? C’est probable et cela répond à ce que souhaitent les plus hautes autorités du royaume. L’apaisement relatif que l’on remarque à Vanves, Issy, Vaugirard, Argenteuil et Nogent-sur-Marne7, villages à forte dominante vigneronne de la région parisienne – où on ne relève qu’un nombre très marginal d’homicides entre 1650 et 1789 – est-il réel où le simple reflet de ce transfert de compétence d’une juridiction vers l’autre ? La lecture de la criminalité villageoise pourrait donc pour une part non négligeable être déformée par la nature des sources. Indépendamment de cette question difficile à trancher, faute de preuve irréfutable, il semble bien que les villageois adoptent un comportement généralement moins ombrageux et que leur agressivité trouve désormais les moyens de se maintenir dans des limites raisonnables.

5L’autre enseignement que l’on peut tirer concerne la prépondérance des particuliers dans le déclenchement des poursuites. Contrairement à certaines idées reçues, les habitants n’envisagent pas uniquement les tribunaux seigneuriaux comme un instrument coercitif aux mains du maître, qui serait exclusivement voué à ses intérêts et servi par un personnel à sa solde. Les représentants du seigneur, et plus particulièrement le procureur fiscal, n’accaparent pas les audiences avec leurs remontrances. Ce sont les villageois eux-mêmes qui fournissent la cohorte la plus nombreuse des plaideurs. En Île-de-France la justice locale ne semble donc pas souffrir d’une image négative qui tendrait à faire d’elle une instance inféodée au seigneur et ne délibérant qu’à sens unique. Dire qu’elle n’est plus suspecte de partialité, que chacun l’admet sans réserve et la reconnaît pour un arbitre valable, serait probablement inexact et pour le moins abusif. Olwen Hufton n’hésite pourtant pas à généraliser le phénomène en affirmant :

  • 8 Hufton, « Le paysan et la loi en France au xviiie siècle », 1983, p. 681.

« Les recherches récentes font écarter l’idée que la justice seigneuriale n’était plus que le bastion d’une réaction féodale : au contraire, l’analyse des divers cas portés devant la cour seigneuriale indique qu’il s’agissait de problèmes cruciaux tant pour le paysan que pour la communauté rurale8. »

6Quoi qu’il en soit, on peut, sans risque excessif, affirmer que le réflexe judiciaire, s’il n’est pas un phénomène de masse, n’est pas non plus un phénomène marginal. La faiblesse relative des données chiffrées montre aussi probablement que bon nombre de litiges se règlent toujours par des voies parallèles, relevant de la tradition. Ce n’est donc pas à travers son volume qu’il faut chercher l’originalité de la démarche judiciaire villageoise mais plutôt dans les finalités que lui assignent ceux qui y ont recours, que ces finalités soient conscientes ou inconscientes, avouées ou inavouées. En outre, si la justice est vécue comme un instrument potentiellement utilisable, on peut se demander si les villageois adhèrent vraiment à l’ordre qu’elle défend et partant s’ils respectent ses officiers. Aborder ces questions sous l’angle des conflits permet de sonder plus profondément les luttes et leurs enjeux au sein de la communauté villageoise.

Les conflits avec les agents de l’autorité seigneuriale

7À première vue, les représentants du pouvoir n’établissent guère de différence entre les agressions subies dans l’exercice de leur fonction et celles qui les frappent dans un cadre strictement privé.

L’identification de l’individu à sa fonction

8Qu’un procureur fiscal, par exemple, se fasse attaquer alors qu’il vaque à ses occupations professionnelles, ou tandis qu’il est paisiblement attablé dans une guinguette – donc pas en situation d’exercer son autorité – et c’est l’officier qui répond, se déclarant outragé en tant que tel. Dans ce type de conflit, la confusion apparaît quasi systématiquement. Il ne s’agit là que d’un ressenti subjectif, et vraisemblablement partisan. L’officier se pare de ses attributs pour obtenir gain de cause auprès de ses pairs. Préoccupation personnelle de leur part ou adhésion entière à l’ordre qu’ils incarnent ? La question reste difficile à trancher. Il faut en outre se demander si l’identification de l’individu à la fonction existe aussi dans l’esprit des agresseurs, si ces derniers visent, à travers l’homme, le représentant du pouvoir. Or, les officiers seigneuriaux sont enfants du pays et vivent peu ou prou de la même manière que ceux qu’ils encadrent. Dès lors, les « mauvais sujets » que les officiers offensés dénoncent dans leurs requêtes, ceux qu’ils qualifient de « séditieux », ne cherchent-ils pas plus prosaïquement à châtier de mauvais voisins ou des concurrents déloyaux qui auraient endossé les habits de représentant du pouvoir ? La proximité sociale expliquerait aussi la « manière de faire » : insultes, empoignades et parfois coups. La méthode, primaire, replaçant chaque protagoniste sur un pied d’égalité.

L’analyse des « conflits » et des comportements

9Il convient de nuancer d’emblée le sens du mot « conflit ». On pourrait ne l’entendre que sous l’acception exclusive « d’accrochage », ou de rencontre physique. Une telle interprétation est trop réductrice. S’en tenir à l’événement, en apparence spontané, serait occulter tout un pan des relations qui se nouent entre les villageois et leurs cadres. Il semble aller de soi que les actes relatés dans les plaintes – à de rares exceptions près – ne constituent que la manifestation extérieure, et par conséquent visible, de tensions antérieures qui ont pu mûrir et enfler au point de provoquer une réaction explosive.

10Pour tout dire ce sont surtout les représentants du pouvoir eux-mêmes qui cherchent à donner l’impression d’un attentat spontané. S’ils perdent là l’occasion de présenter leurs agresseurs sous un jour nettement défavorable, autrement dit comme des êtres animés de mauvais desseins, capables d’ourdir contre l’ordre établi les plus pires atteintes, ils gagnent en revanche sur l’effet de dramatisation produit par l’épanchement brutal des sentiments. De surcroît, l’imprévisibilité des actes incriminés renforce, par contraste, « l’innocence » des victimes et accentue simultanément la mauvaise foi des adversaires. On ne doit pas être dupe des altérations du discours judiciaire mais au contraire les prendre en compte en les considérant comme un moyen privilégié mis au service des « stratégies » que les plaignants élaborent pour populariser leur cause.

  • 9 L’expression est probablement excessive s’agissant de la population de ces quelques villages du po (...)

11Dans un premier temps, il faut examiner les comportements « immédiats ». Les archives judiciaires regorgent de récits comportant des signes de tensions entre villageois et agents de l’autorité seigneuriale. Trois grandes catégories de conflits peuvent être dégagées : les conflits « directs » faisant se rencontrer physiquement les adversaires ; les conflits indirects, par personne ou par biens interposés ; les conflits « internes », qui font apparaître au grand jour les querelles intestines au sein de l’oligarchie villageoise composée des « coqs de villages9 » et des notables qui ont la prétention de tenir un rôle de premier plan sur l’agora locale.

Les conflits directs entre officiers et villageois

12C’est le modèle le plus aisément repérable dans les minutes criminelles. Il est également le plus élémentaire par sa forme puisqu’il met aux prises directement les adversaires. Le contact entre les protagonistes est physique et cela peut parfois s’entendre au sens propre du terme. Villageois et agents du pouvoir s’affrontent d’homme à homme, échangent des propos aigres, voire des horions. Échange n’est d’ailleurs pas le mot qui qualifie le mieux la relation qui s’établit alors. En effet, le plaignant évite généralement soigneusement de dire qu’il a répondu à la provocation et répliqué sur le même mode que son agresseur. Les officiers préfèrent délibérément se présenter comme des victimes passives. Quoi qu’il en soit, la confrontation est bien réelle.

  • 10 Arch. Nat. Z2 1245, plainte de Me Alexandre Cochois contre Louis Langlois, 29 juillet 1715.

13Premier exemple, au village de Vaugirard, le 29 juillet 1715 : Alexandre Cochois, procureur fiscal, subit les avanies d’un de ses voisins, le cabaretier Louis Langlois10. Ce dernier se présente au domicile de l’officier – qui, par parenthèse, professe également l’état de marchand de vin – sous prétexte de chercher son épouse. Tandis que Cochois le renseigne avec complaisance, Langlois s’emporte brutalement, injurie son interlocuteur et se rue sur lui. Rien, selon la plainte, ne prédisposait Langlois à déborder comme il le fit. Autre exemple recueilli dans les minutes criminelles d’une des justices de Nogent-sur-Marne : le 17 mai 1742, Marie-Geneviève Demony, veuve d’un cabaretier du cru, interpelle vertement en pleine rue, le procureur fiscal du bailliage, Claude Héricourt. Dès qu’elle l’aperçoit, occupé à son activité de marchand de foin, elle lui lance :

  • 11 Arch. Nat. Z2 2707, plainte de Me Claude Héricourt, dit « la fleur », contre la veuve Sebert, 17 m (...)

« A vous voilà Monsieur de la fleure Vous cette un f… gueux, un fripon je t’aprendray qui je suis tu te pouras te souvenir de moy je t’assure que tu me le payeras plustost que tu ne le pence Mr le beau chien b… de coquin11. »

14Selon l’offensé, l’attaque est si rapide, si imprévisible, qu’elle ne lui laisse pas le temps d’esquisser la moindre réaction. Sans préambule, la veuve aurait débité ses invectives et aurait disparu comme elle avait surgit. Cette version apparaît fortement suspecte. Les trois témoins oculaires sollicités au cours de l’instruction nient avoir vu la moindre querelle. L’un va même jusqu’à affirmer que les deux parties « ce parlèrent ensembles mais d’un air d’amitié sans ce dire d’injures du moins en sa présence ». Il faut naturellement relativiser l’authenticité du propos. Les déposants, en effet, ont été désignés par la veuve après qu’elle ait à son tour déposé plainte contre l’officier. Tactique bien connue, la contre-plainte permettait de brouiller les pistes et, à tout le moins, de gagner du temps…

  • 12 De 1650 à 1791 le comportement lisible à travers les archives judiciaires seigneuriales ne connaît (...)

15Les villageois ne semblent guère s’embarrasser de préjugés vis-à-vis des hommes qui les encadrent et les affrontements se révèlent brutaux et spontanés, confirmant la rudesse des mœurs12. Ce caractère abrupt, l’absence apparente de calcul, pour tout dire la « rusticité » du comportement, témoignent peut-être aussi de l’absence d’un quelconque sentiment de peur. Les agents du pouvoir local subissent le sort de n’importe quel quidam et leur qualité ne semble pas les préserver de la fureur de leurs concitoyens. Tout se passe comme si les villageois ne redoutaient pas les éventuelles poursuites. Que tirer de ces observations ? Que la voie procédurière, ayant peu de chance d’aboutir, serait abandonnée à des pratiques plus immédiates qui, si elles ne garantissent pas une efficacité totale, permettraient au moins aux justiciables frustrés de soulager leur conscience en clamant haut et fort qu’ils ne se laissent pas faire ? Que les gens du cru se réservent le droit de traiter les agents du pouvoir comme des égaux ? Que les punitions infligées pour les cas d’insubordination ou de rébellion ne sont pas dissuasives ? Que les poursuites s’éteignent avant leur terme par un règlement à l’amiable entre les parties ? Dans tous les cas, l’autorité qu’incarnent les officiers ne paraît guère inspirer de respect. Ce mépris implicite apparaît déjà, en soi, comme une réponse éloquente.

  • 13 De la justice de S.A.S. le prince de Bourbon, seigneur en partie de Vanves.
  • 14 Arch. Nat. Z2 4414 A, plainte de Jacques Leblanc, stipulant pour sa femme contre Antoine Dufour, p (...)
  • 15 L’hypothèse est confirmée par l’acte de mariage d’Antoine Dufour, inscrit dans les registres paroi (...)

16Parfois, l’affrontement est provoqué par le représentant de l’autorité. C’est le cas le 13 juin 1727 à Vanves dans la plainte que le nommé Jacques Leblanc, cabaretier, porte contre le procureur fiscal Antoine Dufour, dit « de la chapelle ». L’affaire vaut qu’on la résume car elle met en scène deux types de personnages par nature antagonistes : le procureur fiscal, chargé de faire respecter les ordonnances de police d’une part, le cabaretier, souvent enclin à les transgresser, d’autre part. Là, l’ordre est inversé. C’est en effet le procureur fiscal13 qui s’introduit dans l’établissement du plaignant à une heure indue et exige de lui qu’il le serve promptement. En l’absence du maître de maison c’est son épouse qui accueille l’importun. La commère refuse de fricasser les lapins que l’officier et son compagnon – employé aux chasses du seigneur – apportent avec eux. Elle saisit vite l’opportunité de la situation et, impertinente, rappelle à son client qu’elle est astreinte à des « règles de police […] qu’il devoit sçavoir […] luy qui étoit officier14 ». Le trait porte et La Chapelle, furieux, dévaste l’établissement, blessant grièvement les enfants de la maison. On peut lire cette affaire singulière sur deux plans : le premier est lié aux faits et à la personnalité des protagonistes ; le second se rapporte à la tactique adoptée par les plaignants pour obtenir réparation. Deux temps, deux enjeux, et des représentations cachées qu’il convient de décoder… Sur le premier point l’impopularité du procureur fiscal transpire dès les premiers mots. Le refus de servir et le ton insolent qu’emploie la femme pour rappeler la loi disent assez que l’homme n’est pas aimé. Est-il connu dans le pays pour exercer sa charge de façon abusive ? C’est possible. Son surnom, plusieurs fois mentionné dans la plainte, désigne-t-il un « horsain » ? Il serait dès lors doublement suspect car en plus d’imposer son pouvoir avec arrogance il ne serait pas « d’ici15 ». Il y a là une piste à ne pas négliger…

  • 16 Sans entrer dans le détail, le village de Vanves est, au xviiie siècle, soumis à l’autorité de deu (...)

17Le second niveau de lecture concerne la tactique déployée pour dire sa réprobation. Le chef de famille dépose plainte contre le procureur fiscal le lendemain de l’événement au greffe de la justice de MM. de Sainte-Geneviève, autre juridiction dont dépend le territoire du village de Vanves16. Il n’y a peut-être sous ce choix qu’une question de compétence géographique mais l’on ne peut s’interdire de penser que le cabaretier choisit ses juges. Sa requête ne revendique aucune sanction ni réparation des dommages subis. Elle n’évoque pas explicitement l’abus de pouvoir. Elle se contente de relater des faits qui, présentés sous ce jour, parlent d’eux-mêmes. Leblanc et son épouse témoignent d’une réelle habileté. Sont-ils conseillés, soutenus ? Les archives ne le disent pas. L’affaire pourtant semble en rester là : pas de trace de jugement ni d’ordonnance dans les minutes criminelles. Comme si le scandale avait été étouffé et qu’un accommodement privé avait été trouvé entre les parties…

  • 17 Muchembled, L’Invention de l’homme moderne…, 1988, p. 15.

18La justice serait donc instrumentalisée, utilisée par les villageois comme un moyen de pression pour conduire l’adversaire sur un terrain plus familier pour eux. Les villageois qui ont des comptes à régler avec les agents du pouvoir savent user de pratiques plus élaborées que les chocs frontaux. Cela apporte une nuance importante au portrait qu’en brossent généralement les gens de la ville et confirme que les habitants des villages ne sont plus, depuis beau temps, aussi « violents, sales et méchants17 » qu’on les décrivait parfois encore depuis la capitale toute proche.

Les conflits indirects

19Dans ce modèle, les agents de l’autorité ne sont pas directement mis en scène. Les agresseurs s’en prennent à des proches (parent, épouse, ami, serviteur) ou à des biens. Ces affaires sont connues par les plaintes que les chefs de famille déposent au nom des leurs. Plus que comme chefs de familles, les plaignants se présentent en tant qu’officiers. Certains se contentent de mentionner leur état, d’autres se montrent plus explicites, laissant entendre, sans toutefois toujours l’affirmer, qu’ils s’estiment atteints dans « l’honneur de leur charge ». La plupart du temps l’ambiguïté demeure.

20Ainsi, le 22 septembre 1698, Denise Beaurepaire, épouse de Jean Bernier, procureur fiscal de Nogent, est sévèrement maltraitée par un couple de voisins. Bernier dépose plainte le jour même. Il déclare :

  • 18 Arch. Nat. Z2 2705, plainte de Jean Bernier, procureur fiscal du bailliage de Nogent-sur-Marne, st (...)

« La dite Beaurepaire estante en la maison de Archange Mérillon hotellier en ce lieu icelluy Mérillon et sa femme se seroient jettez sur la dite Beaurepaire le dit Mérillon l’ayant saizie, la dite femme Mérillon l’auroit battüe et exceddée de plusieurs coups et sans l’acistance il l’auroient tué en leur maison18. »

21On n’en sait pas plus sur les mobiles qui animent le couple. L’information qui suit, l’interrogatoire de l’agresseur ne se montrent pas plus diserts. Toutes les personnes entendues semblent s’accorder tacitement pour éviter de révéler à la justice des éléments susceptibles d’expliquer cette brutale tension. Bernier, tout à la fois officier et villageois, joue de deux registres différents : drapé dans sa dignité d’officier il emploie les codes en vigueur dans le langage judiciaire mais se garde toutefois d’en dire trop, ainsi qu’il est de coutume dans les milieux populaires.

22Le 1er mai 1699, Jean Bleuze, lieutenant de la justice de MM. de Sainte-Geneviève à Vanves, natif du lieu, prend fait et cause pour sa femme, Michelle Simon, elle aussi victime de voisins irascibles. La plainte est plus précise que la précédente :

  • 19 Arch. Nat. Z2 4413, plainte de Me Jean Bleuze, lieutenant de la prévôté de Vanves, contre Louis Co (...)

« La ditte Simon ayant trouvé dans sa cour une poulle tué à elle apartenant et quy avoit esté jetté par dessus le mur dans la dite cour par quelqu’un de chez louis Colin bouché […] voisin du suppliant la dite Simon auroit esté devant la porte du dit Collin luy demander et à sa femme pourquoy la poulle avoit esté tué19. »

23Pour toute réponse, les Colin, père, mère et enfants, se seraient rués sur la malheureuse, la laissant pantelante. La poule tuée semble jetée au-delà du mur mitoyen comme un défi, à tout le moins comme un message. Malveillance, jalousie, vengeance ? On se perdrait en vain dans ces conjectures tant les plaintes, comme dans le cas précédent, restent muettes sur les antécédents. Colin, qui à son tour porte plainte contre le lieutenant et sa femme, affirme que l’officier en personne, accompagné des siens (épouse, enfants et servantes), serait venu sur le champ réclamer réparation en ne s’épargnant ni grossièretés ni blasphèmes. Même pour un notable qui s’enorgueillit du titre de juge seigneurial, il n’est pas bon de trop en dire.

  • 20 Arch. Nat. Z2 4414 A, remontrance du procureur fiscal de la prévôté et châtellenie de Vanves et Va (...)

24D’autres affaires ne laissent guère de doute sur la cible réelle des agresseurs. Claude Bourgeois et Jean Jouannes, deux habitants du village de Vanves, sont accusés en septembre 1719, par la voix du procureur fiscal de médire contre le seigneur et « les gens quy luy appartiennent » et notamment contre « le sieur Ménage lieutenant de prévosté20 ». Les deux compères n’abordent pas l’officier en personne. Ils répandent des propos diffamatoires, profèrent des menaces contre lui et ses biens. Bourgeois proclame ainsi devant qui veut l’entendre que le sieur Ménage est « un volleur un g[u]eux » et « que partout où il l’atrapera qu’il luy donnera des coups de pieds au cul ». Jouannes préfère s’attaquer à la servante du magistrat qu’il rencontre un beau matin, tenant un balai à la main :

  • 21 Arch. Nat. Z2 4414 A, information du 11 septembre 1719.

« Ce ballet servira bien pour donner le fouet à ton maistre c’est un bougre quy le mériteroit bien dit luy de ma part et je voudrois que le feu fut allumé aveq ces bottes de pailles dans sa cour je jesterois moi-mesme une livre d’huille pour l’alumer21. »

25Les paroles ne souffrent aucune équivoque. Les cinq témoins assignés au cours de l’information ordonnée par le procureur fiscal confirment unanimement leur teneur. Les accusés évitent la confrontation directe avec leur ennemi se contentant, pour le premier, de bruyantes invectives ou de s’en prendre, pour le second, à une domestique.

26D’autres cas de figure méritent attention, recelant également une grande part d’ambiguïté. Ce sont les querelles entre particuliers qui brusquement dégénèrent à l’évocation d’un recours à la justice. Pour être repérés, ils demandent une lecture minutieuse des requêtes. A priori, la contestation de l’autorité n’est pas leur objet principal. Elle le devient lorsqu’un des protagonistes menace de porter plainte, appelle à son secours ceux qui doivent maintenir l’ordre. L’avertissement augmente souvent la fureur de l’agresseur qui se répand alors en grossièretés contre la justice, les juges, le procureur fiscal, parfois même le curé, bref, contre tous ceux qui, au village, pourraient servir d’arbitres ou le réprimander.

Des agressions publiques

  • 22 Farge et Zysberg, « Les Théâtres de la violence à Paris au xviiie siècle », 1979.
  • 23 Hanlon, « Les rituels de l’agression en Aquitaine au xviiie siècle », 1985.
  • 24 Arch. Nat. Z2 1243, registre du greffe de la prévôté et châtellenie d’Issy et Vaugirard, juillet 1 (...)
  • 25 Arch. Nat. Z2 1254, registre des audiences de la justice de Saint-Magloire, 29 août 1667.
  • 26 Arch. dép. Val-d’Oise, B200, pièces du greffe d’Argenteuil : ordonnance de prise de corps, 8 décem (...)

27La connaissance du terrain d’affrontement constitue l’un des éléments d’information essentiels pour cerner la nature sous-jacente des actes perpétrés. Son identification contribue à donner un meilleur éclairage de l’intention de l’agresseur. Analyser les « théâtres de la violence22 » c’est aussi s’offrir la possibilité de déceler ce que Grégory Hanlon nomme « les rituels de l’agression23 ». C’est aussi un moyen de décrypter d’éventuelles tactiques de contestation. Les rapports de plainte ne sont parfois pas très précis. Ils ne mentionnent pas tous avec rigueur les endroits où surviennent les échauffourées. Toutefois, une grande majorité des affaires sélectionnées comporte des indications géographiques. Les lacunes proviennent aussi des sources utilisées : plusieurs affaires n’ont pas bénéficié d’un rapport écrit suffisamment détaillé pour être prises en compte. C’est le cas des « insolences » commises à Issy par la femme d’Anthoine Poquet lors d’une tournée de police en juillet 166524. On ne connaît le fait que par la mention d’une sentence condamnant la commère, inscrite dans un des registres du greffe. Pareillement, le 29 août 1667, le nommé Michel Lebrun, habitant d’Issy, est accusé de « s’estre acttaqué à la personne de Me Anthoine Machelart », lieutenant de la justice de Saint-Magloire25. L’acte est seulement répertorié au registre des audiences et ne peut être utilisé autrement que comme « trace ». En 1737, cette fois à Argenteuil, c’est une ordonnance de prise de corps proclamée à l’encontre du vigneron Richefeu qui indique qu’il s’est rendu coupable d’insultes et de voies de fait sur la personne du procureur fiscal26. On apprend seulement que l’officier exerçait son pouvoir de police au moment des faits.

La rue, lieu recherché des affrontements

  • 27 L’agglomération villageoise n’est guère étendue. Seul des cinq villages étudiés, Argenteuil présen (...)
  • 28 Arch. Nat. Z2 1230, ordonnance et règlement de police de la prévôté et châtellenie d’Issy et Vaugi (...)

28Dans la hiérarchie des lieux les plus représentés, les espaces publics dominent largement et la rue semble constituer le lieu privilégié des affrontements27. Espace de rencontre par excellence, c’est aussi le terrain d’opération « naturel » des officiers seigneuriaux. Ils doivent y maintenir l’ordre et la paix, veiller à son entretien et à la libre circulation des personnes et des biens. Lorsqu’une rixe s’élève – « au grand scandale du public » – ou lorsqu’une voiture obstrue le passage, les représentants de l’autorité seigneuriale ont la responsabilité d’intervenir. Parmi les 42 articles qui composent « l’ordonnance et règlement de police » de la prévôté et châtellenie d’Issy et Vaugirard, remis à jour le 21 février 1747, huit concernent directement cet espace28. Il est donc logique que les « rencontres » avec les représentants de l’ordre se fassent de façon privilégiée en ce point. Plus les velléités d’encadrement sont strictes, plus les risques – sinon les tentations – d’y contrevenir paraissent importants. Il reste, au-delà de ces constatations superficielles, à définir si la rue correspond à une contingence purement matérielle, ou s’inscrit dans une tactique (consciente ou pas) de la part des protagonistes. Autrement dit, il s’agit de savoir si la rue est élue selon une nécessité immédiate, dénuée de tout esprit de calcul (parce que c’est le lieu où l’on croise le plus facilement les agents du pouvoir) ou si elle est délibérément recherchée par les protestataires. Cette dernière occurrence serait évidemment révélatrice de leurs intentions réelles.

  • 29 Arch. dép. Val-d’Oise, B216, plainte de Me Jean-Baptiste-Pierre Gaultier, notaire et greffier du b (...)

29Les habitudes sociales, les activités professionnelles portent les gens vers l’extérieur. La rue, dès lors, prend une place prépondérante. Les affrontements qui y éclatent se commettent rarement en l’absence du public. La caractéristique principale des conflits observés c’est, justement, en première analyse, la présence des autres. Si la rencontre est parfois fortuite (donc sans préméditation) la place publique peut devenir un catalyseur voire un facteur déclenchant. Ainsi le jeune Étienne Lemoine, vigneron à Argenteuil, croise, par hasard, au cours d’une promenade, un des procureurs postulant de la justice du lieu, Jean-Pierre-Nicolas Gaultier, fils du notaire du bailliage. La scène se déroule en 1779. Sans un mot, Lemoine soufflette le passant, interloqué, qui réplique : « Vous avez tort de me fraper je ne vous dis rien et vous mériteriez que je vous donne des coups de canne29. » Lemoine ne craint pas les menaces et continue d’insulter le jeune homme. Les témoins le disent pris de vin. L’ivrogne sait cependant à qui il s’adresse. Il ignore en effet les compagnons de l’officier. Règlement de compte avec la famille Gaultier, connue à Argenteuil pour fournir depuis plusieurs générations des officiers à la justice locale ? En l’état des sources, impossible de conclure. Mais la rue renforce le déshonneur de la victime tout en laissant provisoirement à l’agresseur le sentiment de sa puissance.

  • 30 Arch. Nat. Z2 4414 B, plainte de Jacques Gouret, procureur fiscal de la prévôté de Vanves et Vaugi (...)

30L’hypothèse d’une recherche délibérée est renforcée par d’autres affaires plus parlantes comme la plainte déposée par Jacques Gouret, procureur fiscal de Vanves en 1734. Le récit met en exergue le réflexe populaire de l’attroupement : les gens du pays entendant les propos insultants que profère en pleine rue le villageois Jean Carbonnet à l’encontre de l’officier, se rapprochent de la scène, se précipitent sur le pas de leur porte. Gouret ne pouvait prendre d’autre chemin « à moins que de retourner sur ses pas, ce qui auroit fait croire à ceux qui entendoient ces infamies qu’il les méritoit ». Il fut obligé « d’aller jusqu’au bout de la rue30 ». La remarque est de grande valeur : elle souligne le rôle fondamental dévolu à l’assistance par la victime et son agresseur. Gouret ne peut battre en retraite sans perdre la face. Il y va de son honneur, de sa crédibilité, de son autorité même. Carbonnet, son adversaire, mène le jeu. Il inflige à l’officier la morsure des insultes publiques et lui impose le regard amusé, sinon narquois, des habitants. Qui, dans ce face-à-face, gagnera le soutien populaire ? Tel semble être l’enjeu de l’événement, selon l’aveu implicite du procureur fiscal. La partie est inégale. L’officier n’a pour lui que sa dignité et ne peut opposer à l’insolent que son mépris. Point de sergent, point de « forces » pour l’appuyer, pour faire taire le fanfaron et le prendre au corps. Le procureur fiscal est seul et doit jusqu’au bout faire front. L’assistance, sans prendre parti, ne perd rien des détails de la scène. Du courage de l’officier, de sa capacité à répliquer dépend son image, et au-delà, celle de l’ordre qu’il sert. Rebrousser chemin ou ne rien dire serait un aveu d’impuissance. Répondre ferait courir le risque d’avoir physiquement le dessous et d’ajouter le ridicule à la faiblesse.

31En 1749, c’est Jean-Claude Gillet, commis procureur fiscal d’Argenteuil (il deviendra titulaire de la charge quelques années plus tard) qui déplore la même impuissance à interpeller des jeunes gens insolents. Ceux-ci, rassemblés à la tombée de la nuit, déambulent dans les rues au son du tambour, brandissant des torches et des pancartes. Les écriteaux comportent « différentes épitettes grossières et injurieuses contre différents habitants de ce lieu ». Gillet s’étant…

  • 31 Arch. dép. Val-d’Oise, B216, remontrance de Jean-Claude Gillet, commis procureur fiscal du baillia (...)

« […] transporté au carrefour dit de Chaillou où ils faisoient pour lors leur publication afin d’empescher le scandalle qu’elle occasionnoit il voulust mesme ôter des mains du […] dit Cassandre le flambeau et la ditte pancarte dont il etoit porteur afin dans ôter tout moyen de continuer, mais le dit [Cassandre] y résista opiniâtrement et avec une viollence qui fit craindre au dit commis procureur fiscal d’en estre maltraité, de sorte que n’ayant aucune force en main, il fut obligé de se retirer et de supporter patiemment les injures et dérisions du dit Cassandre tendantes au mépris de la justice31. »

32Il faut aux agents de l’ordre supporter le désordre et différer la riposte. Si le public est « invité » à participer aux événements, il n’y est pas actif. On le prend à témoin, on sollicite sa sympathie en ridiculisant le pouvoir sans appeler toutefois à la rébellion. Il serait vain de rechercher dans ces épisodes les traces d’un esprit de révolte collective, les prémices d’une intention insurrectionnelle. Le jeu repose principalement sur le prestige des uns et des autres. L’honneur est au cœur de la violence. Aux uns l’illusion éphémère de se croire plus forts que les représentants du seigneur, en clamant qu’ils ne craignent personne ici bas. Aux autres la nécessité de conserver l’autorité et de ne pas la laisser bafouée par de vulgaires villageois.

Les pas de porte

33Dans ce combat pour la renommée d’autres lieux revêtent une importance symbolique considérable : le pas de la porte prend une valeur de premier ordre. Cet endroit du logis, ouvert sur la rue, n’est plus tout à fait public et pas du tout anonyme. Il est intéressant de constater que, sauf exception, les accrochages ne débutent pas en territoire neutre (en l’occurrence le seuil du logis d’un tiers) : tantôt l’agresseur se rend directement chez la personnalité visée, tantôt au contraire, il profite du passage de celle-ci à proximité de sa propre demeure pour l’apostropher.

  • 32 Arch. Nat. Z2 4410, plainte de Jean Ruault, procureur fiscal de la prévôté de Vanves contre Franço (...)
  • 33 Le procureur fiscal effectuait la levée de la taille en compagnie de deux autres assesseurs. Les c (...)
  • 34 Id., information faite à la requête de Jean Ruault, 22 avril 1655.
  • 35 Ibid., 22 avril 1655.

34Le 14 avril 1655, tandis qu’il s’emploie à l’exercice de sa charge, le procureur fiscal de la justice de MM. de Sainte-Geneviève, à Vanves, approche de la maison du nommé François Denines : « estant à sa porte le dit Denines » aurait dit « au dit suppliant tu es un bon bougre d’estre venu emporter la vaiselle de mon filz » et « tu es un foutu procureur fiscal et un bon jan foutre32… ». Rolland Bouchard, bourgeois de Paris, témoin de l’incident, livre quelques précisions sur l’origine de cette colère33 puis son témoignage. « Au devant de la maison où pend pour enseigne le cheval blanc » Bouchard vit « un homme assis sur une pierre34 ». À la vue du petit groupe, l’individu « que l’on nomme François Denines » bondit et s’en prend exclusivement au procureur fiscal qui semble attirer sur sa personne tout le ressentiment. À plusieurs reprises Denines lui approche « le poing du visage à dessein de le maltraicter ». Selon la requête de plainte, l’officier ne doit son salut qu’à l’intervention de quelques commères du voisinage qui réussissent à faire diversion. Denines n’est pas resté adossé à sa maison, attentiste. Il s’est montré au contraire agressif. Il s’oppose, fait barrage et lâche, déterminé : « Si tu m’estoit rencontré au logis quand tu y es venu je t’auroit accomodé35. » Denines défend son territoire.

  • 36 Arch. Nat. Z2 2705, plainte de Nicolas-Philippe Belleville, procure

35Le 3 novembre 1695, trois Nogentais insatisfaits du zèle affiché par leur procureur fiscal – le sieur Nicolas Belleville – viennent cogner à son huis. Ils y jettent des pierres, résolus à défoncer la porte. Armés de pistolets, ils entendent débusquer ce « bougre de chien » d’officier et sa « bougre de garce [de] chienne et putain de femme36 ». La cible et les motivations des fauteurs de trouble sont nommées de façon précise : il s’agit de châtier un officier trop consciencieux, coupable d’exercer sa charge avec efficacité. L’attaque est violente et mérite « punition exemplaire » selon Belleville. D’autant plus sévère doit être la justice « que le tout a esté fait à la maison et à la personne du suppliant ». L’offense personnelle est renforcée par l’atteinte au domicile. Ces hommes sont présentés comme n’ayant ni foi ni loi, ne respectant rien ni personne. L’espace que constituent le devant et l’entrée de la maison semble jouir d’une représentation particulière : il est utilisé comme une sorte d’avant-scène, un glacis, qui protégerait tant bien que mal une intimité villageoise déjà sommaire. L’endroit n’est donc pas neutre. Y attaquer quelqu’un revêt une signification propre : c’est une manière de violer le territoire de l’autre et de lui faire comprendre qu’il n’est nul endroit où il puisse se sentir à l’abri ; c’est aussi, a contrario, montrer qu’on dispose d’une base solide, éventuellement défendable, d’où l’on peut décocher ses traits et au sein de laquelle aucune espèce d’autorité ne saurait s’imposer. Il ne fait pas bon s’y aventurer si l’on est animé d’intentions hostiles, que l’on soit particulier ou investi d’une mission d’autorité.

Cabarets et autres lieux ouverts au public

  • 37 Sur l’action relative aux cabarets, infra les communications de Benoît Garnot, Jeremy Hayhoe, Serg (...)
  • 38 Arch. Nat. Z2 2705, plainte de Jean-Philippe Lécuyer, procureur fiscal du bailliage de Nogent, con (...)

36Le cabaret n’est pas aussi « sensible » qu’on aurait pu le prévoir. Là, sont appelées à se confronter deux aspirations qui relèvent de deux logiques contradictoires : celle des consommateurs qui viennent chercher un peu de loisir, un soulagement à la rigueur des temps ; celle des représentants de l’ordre qui tentent de maintenir la paix et de faire appliquer les règlements. Cabarets, guinguettes et tavernes sont des commerces sous surveillance37. Aux portes de Paris, la question devient pressante au xviiie siècle. Les établissements s’y développent, profitant des exemptions de taxes. Ils attirent à eux une population louche et la foule des promeneurs du dimanche qui viennent se distraire ou s’encanailler dans les villages de la proche périphérie. Les officiers locaux doivent affronter un public mal connu, composé d’étrangers, de bourgeois, de représentants du petit peuple parisien peu enclins à se laisser gâcher leur récréation dominicale. Le cabaret est un lieu apparemment redouté des procureurs fiscaux. Chaque fois qu’ils évoquent les visites de police, les officiers laissent échapper des remarques qui trahissent des réticences sinon des craintes. Jean-Philippe Lécuyer, procureur fiscal de Nogent, appelé en pleine nuit à la rescousse d’un cabaretier du cru, ne se déplace que par « obligation38 ». Il sait ce qu’il risque face aux débordements de clients avinés et agressifs. De fait, sur place, il est violemment pris à partie par trois individus qu’il était censé appréhender.

37Parmi les obligations imposées aux taverniers, celle de clore leur commerce dans le temps des offices religieux n’est jamais scrupuleusement observée. Les registres d’audience des juridictions subalternes regorgent de condamnations pour cette infraction. Ceux d’Argenteuil, notamment, en présentent de nombreux exemples. Tantôt zélés, tantôt laxistes, les officiers restent sur le qui-vive lorsqu’ils opèrent. Certains préfèrent même s’affranchir de cette mission, évitant ainsi de s’exposer. Un mémoire – non daté – adressé aux seigneurs d’Argenteuil, dénonce le comportement du procureur fiscal en la matière :

  • 39 Arch. dép. Val-d’Oise, 12H42, Mémoire des désordres qui se rencontrent en la justice d’Argenteuil, (...)

« Les festes et dimanches il manque de faire la visite durant le service divin pour empescher les desordres et scandales des beuveurs des cabaretz en estans remplis sans [qu’il] apparoisse en avoir faict jamais assigner aucun à sa [requête] pour respondre à ses [conclusions], y ayant lieu d’en faire assigner tous les huilt jours une centaine, ce qui faict croire [qu’il] prend argent [pour] les laisser eschapper39. »

38De telles pratiques peuvent expliquer que le cabaret ne soit pas plus souvent l’objet des affrontements avec l’autorité. Défections, corruption, complicité réduisent les risques de désaccord. Peut-être aussi une forme de tolérance mutuellement consentie. Mais ils ne sont pas les seuls éléments d’explication. En premier lieu les cabarets ne drainent pas toute la population villageoise et enfin, la contestation des règlements de police ne concerne qu’un public limité. Si contestation il y a, elle n’est pas le fait des ivrognes. Les revendications villageoises sont apparemment bien plus profondément ancrées dans leurs consciences. Le cabaret ne serait donc un lieu de rencontre un peu plus dangereux que parce qu’il offre aux hommes l’occasion de boire et de s’échauffer.

L’irrespect envers les « lieux de justice »

  • 40 Arch. Nat. Z2 1250, plainte de Charles-René Coignet, greffier et notaire, contre Étienne Monchauss (...)

39Les espaces ouverts, en plein air, n’ont pas l’exclusivité des scènes d’insubordination. Il existe en effet d’autres lieux publics où les marques d’irrévérence trouvent un écho encore plus retentissant. Le bon sens suggère que les contestataires aillent au-devant de leurs adversaires dans les lieux où ils sont certains de les trouver. Les officiers exercent certes dans la rue, dans les cabarets et sur les marchés mais ils se rassemblent aussi régulièrement au siège même de la justice locale. Le « tribunal » seigneurial devrait être, en théorie, entouré d’un halo de respect. C’est un lieu qui appartient au seigneur. C’est le lieu où le droit doit régner, où s’exprime la loi. C’est là qu’officient des hommes un tant soit peu instruits, choisis et investis par un seigneur qui, pour être de plus en plus lointain, n’en est pas moins le maître. Tout devrait concourir à donner au siège de la justice un caractère « sacré », à le définir comme un « sanctuaire » ainsi que le décrit un greffier de la justice d’Issy et Vaugirard en 177040. La surprise est grande de voir ce que certains villageois plus intrépides font de cette représentation. C’est dans les murs mêmes où elle s’abrite qu’ils osent braver la justice et son autorité. Les faits sont là, relatés à plusieurs reprises dans les minutes criminelles.

  • 41 Arch. dép. Val-d’Oise, B200, procès-verbal dressé à la requête de Me Julien Toloze Dejabin, Bialli (...)
  • 42 Id., 12 mai 1776

40Le nommé Bécarre, maréchal établi au village de Bezons, assiste à une session du tribunal d’Argenteuil le 12 mai 1776. Il reste tête couverte malgré l’ouverture de l’audience. Cette marque d’irrespect déplaît au procureur fiscal qui interrompt le plaid et enjoint à l’homme d’ôter son bonnet. Bécarre, loin d’obtempérer, tergiverse et s’amuse de la perturbation qu’il occasionne : « Il a hézité de [le] faire à deux fois différentes », note scrupuleusement le greffier, « en disant comme par moquerie que cela pourroit lui incommoder la tête41 ». Bécarre multiplie les interventions intempestives, « marmottant différents mots sans suite et peu intelligibles ». Le ton autoritaire du procureur fiscal, ses remontrances ne sont d’aucune efficacité. Le bailli intervient à son tour et tente, cette fois avec diplomatie, de comprendre le trublion. Interrogé, l’homme dit qu’il souhaite rencontrer l’un des procureurs de la juridiction pour une affaire personnelle. L’officier concerné qui, présentement siège, invite fort civilement son client à « s’aller chaufer chez lui [pour] l’y attendre42 ». Las, Bécarre reprend de plus belle ses provocations et finit par déclencher l’ire du bailli qui ordonne son expulsion de l’auditoire. Bécarre résiste et lutte avec deux huissiers qui le prennent au corps. Dans la bagarre l’un d’eux est blessé et le second se fait prendre son épée. Le bailli et sa cour sortent de la salle d’audience où ils subissent les invectives du rebelle :

  • 43 Ibid., 12 mai 1776.

« Il nous adressa et aux autres officiers de justice qui nous accompagnoient différentes injures et grossièretés les plus atroces en disant que nous étions tous des J[ean] F[outre] des f[outus] gueux et qu’il se f[outait] de nous43. »

41Il y a chez l’accusé volonté manifeste d’en découdre avec l’autorité. Jusqu’au bout il conserve une attitude effrontée, narquoise, se retourne vers ses victimes et les défie avant de fuir. Il connaît les faiblesses des forces de l’ordre et d’ailleurs ne les craint guère puisqu’il met en déroute les deux sergents chargés de le maîtriser.

  • 44 Arch. Nat. Z2 2707, remontrance de Claude Héricourt, procureur fiscal du bailliage de Nogent, cont (...)

42Le cas de Bécarre n’est pas isolé. En 1741, c’est le nommé Vincent Bézu, assigné à comparaître devant le tribunal de police du bailliage de Nogent qui s’emporte contre le procureur fiscal et se livre à « mil estravagances comme d’entré dans le barreau se mettre de lui même dans les prisons à plusieurs fois fermer les portes sur lui, demandée qu’on ferme les verroux et quantité d’autre traits et marque d’en portemens et de folies44 ». De telles attitudes, manifestement inhabituelles par leur caractère extrême, sont assez facilement qualifiées d’anormales par les officiers impuissants à les juguler. L’individu qui se commet ainsi est vécu comme asocial, dangereux et mériterait qu’on l’enferme ainsi qu’on le faisait généralement à l’époque des malades mentaux.

  • 45 Id., 26 janvier 1741.

43Bécarre et Bézu surprennent et dérangent. Il y a pourtant des motivations différentes chez les deux rebelles. Le premier agit à dessein. Il est venu à Argenteuil pour se venger d’un officier. Profitant des circonstances il met à mal et ridiculise tous les officiers de la localité. Le second est plus réactif. Il se révolte contre une sentence qui lui est défavorable. Il s’emporte aussi contre un homme qui n’a pas bonne presse au village de Nogent à cette époque : le procureur fiscal Claude Héricourt. Celui-ci sait apparemment faire passer ses intérêts avant ceux des justiciables. C’est ce que l’on croit déceler dans les quelques affaires qui le mettent en scène et dont les minutes criminelles portent encore le souvenir. Les 11 mars et 9 septembre 1738, Claude Héricourt est lui-même accusé d’outrage contre le procureur fiscal d’alors. Trois ans plus tard, Bézu s’exclame : « Nourirée vous mes enfans il faut donc que je devienne voleur comme vous45 ! » Accusation lourde de sous-entendus contre l’officier et véritable cri du cœur de l’accusé… Quand Bécarre provoque, Bézu crie à l’injustice. Mais au fond, une représentation commune semble émerger : dans les deux affaires, le portrait qui est dressé des officiers est peu flatteur. Bécarre raille la solennité des juges de village qui se donnent des airs mais n’ont pas les moyens d’imposer leurs décrets. Leurs bonnes manières, leurs injonctions ne forment qu’une façade trompeuse qui masque la réelle faiblesse de leur autorité. Bézu quant à lui, paraît dénoncer l’abus de pouvoir du procureur fiscal. Devenu officier, Héricourt userait de sa position à son profit, s’appuyant sur des principes moraux et un statut que lui-même, quelques années auparavant, bafouait sans vergogne et publiquement. Prétention ridicule des uns, rouerie ou malice des autres, aucun ici n’échappe à la critique et aux sarcasmes…

  • 46 Arch. dép. Val-d’Oise, B208, remontrance de Claude Masson, procureur fiscal du bailliage d’Argente (...)

44Une troisième affaire conforte cette impression. Elle se déroule en 1784 à Argenteuil encore. Le vigneron Lhérault tente de s’introduire dans la salle des audiences, tandis que le juge entend des témoins. Il tient à la main un paquet contenant des excréments. La procédure étant secrète, les huissiers le refoulent. Lhérault proteste, résiste et proclame « qu’il vouloit faire ses ordures dans l’audience puisque c’étoit un lieu public46 ». L’humour scatologique de l’insolent montre assez en quelle estime il tient la justice, ses servants et les lieux où elle s’exerce. Loin d’être ce sanctuaire dont le greffier isséen Coignet parlait dans un exemple déjà cité, le siège de la justice seigneuriale n’impressionne guère.

45Les espaces de contestation sont avant tout et essentiellement publics. Ce constat révèle une criminalité « ostentatoire » qui se fonde sur la publicité et sur l’ampleur des scandales provoqués. Il faut cependant examiner la nature des actes pour voir s’ils confirment cette hypothèse.

Beaucoup de mots et peu de coups

46Les conflits entre villageois et autorités sont dominés par la parole. Cette évidence s’impose à la première lecture des pièces contenues dans les minutes criminelles. Toutes les rencontres qui dégénèrent au point de déclencher une poursuite judiciaire font état de débordements verbaux, de l’injure à la menace en incluant la raillerie.

Les injures

  • 47 Arch. Nat. Z2 4410, plainte de Marguerite Largillier contre Georges Leblanc, 9 août 1657.
  • 48 Arch. Nat. Z2 1244, plainte d’André Sauvage, procureur fiscal, contre Gabriel lucquet, cabaretier (...)
  • 49 Arch. Nat. Z2 1250, plainte de Pierre Curé, fermier de la seigneurie contre René Gouret, charcutie (...)
  • 50 Arch. dép. Val-d’Oise, B200, rapport du voyer d’Argenteuil contre la femme Veyer, cabaretière à Ar (...)
  • 51 La première épithète renvoie à la représentation d’une condition sociale basse marquée par la dome (...)
  • 52 Arch. dép. Val-d’Oise, B219, plainte d’André Lesecq contre Jacques Bruslé, 6 février 1704.
  • 53 Arch. dép. Val-d’Oise, B208, remontrance du procureur fiscal contre des habitants d’Argenteuil, 7 (...)
  • 54 Arch. Nat. Z2 2705, plainte de Nicolas-Philippe Belleville, procureur fiscal du bailliage de Nogen (...)

47Les conflits sont le domaine des insultes. Dans très peu de cas elles n’apparaissent pas à la place principale. Les expressions à consonance sexuelle sont dominantes : « bougre » et « jean foutre » recueillent les suffrages les plus nombreux. La seconde catégorie la plus représentée comporte les insultes qui visent la moralité ou l’honnêteté des destinataires : elle se divise elle-même en deux groupes. Le premier comporte les allusions relatives à des activités criminelles dont on accuse l’adversaire. Dans l’ordre décroissant des usages on trouve : « voleur, fripon, menteur, receleur, traître, scélérat ». Dans le second groupe sont rangées les expressions relatives au domaine financier et à la fraude : « faussaire » (utilisé par une femme de Vanves à l’encontre d’un greffier et tabellion47), « bonnet vert48 » ; « avaleur de billet49 », « mangeur de monde50 ». Les villageois puisent aussi leur inspiration dans le règne animal. Leur bestiaire reste toutefois limité à quelques animaux familiers comme le chien et l’âne, les plus souvent invoqués51. De rares originalités se dégagent d’un ensemble finalement guère imaginatif. En 1776, le batelier Huche traite un des sergents employé à la surveillance du déchargement des bateaux sur le port d’Argenteuil « d’infâme poussecul52 ». Or l’injure établit une distinction nettement péjorative entre ceux qui travaillent, ceux qui sont utiles et paient de leur sueur, et ceux qui surveillent, sans fatigue, le labeur des autres, éventuellement prêts à le remettre en cause ou à le sanctionner. La remarque renvoie, dans l’esprit du public, aux « mangeurs de monde », ces exploiteurs qui vivent aux dépens de la société. Même connotation méprisante dans la bouche d’un Argenteuillais qui, en 1704, traite un des prêtres de la paroisse de « babillard53 ». Les officiers, les notables sont accusés de trop parler, de se perdre en palabres inutiles. Les officiers de la justice d’Argenteuil sont qualifiés de « bande à pouillayé » dans un pamphlet anonyme placardé sur les murs de la petite ville en 178554.

L’insolence et le tutoiement

  • 55 Id., 26 juin 1695
  • 56 Ibid., 26 janvier 1741.
  • 57 Ibid., 9 mars 1784.
  • 58 Roche, La Culture des apparences. Une histoire du vêtement. xviie-xviiie siècles, 1989.

48La parole insultante c’est aussi l’insolence. On reproche en effet souvent aux accusés d’avoir su trop efficacement railler un comportement, stigmatiser un défaut physique, pointer une habitude inavouable. Parfois les insolents affectent une politesse exagérée au point de devenir suspecte. Ainsi Jean Quidor, simple chevrier de Nogent qui, en 1695, s’adresse au procureur fiscal assis sur le pas de sa porte en le gratifiant d’un « bon jour Monsieur le procureur » manifestement trop obséquieux pour être sincère55. Le plaignant croit bon de préciser que l’accusé se gausse de lui à travers la déférence de son salut. La veuve de Louis Chrétin, une autre Nogentaise, interpelle en pleine audience, en 1741, le procureur fiscal par le surnom sous lequel tous les habitants le connaissent – « la fleur » – en y accolant le titre de « Monsieur » et une particule56. Manière de ridiculiser les prétentions sociales du bonhomme et façon de le remettre à sa vraie place sur l’échiquier villageois ! C’est aussi Jean-Baptiste Lhérault, vigneron d’Argenteuil qui, en 1784, se moque de la tenue vestimentaire d’un des procureurs de la justice, déclarant devant tout le monde que « sa perruque étoit retournée de puces, et que sa redingote étoit mangé de vers57 ». À une époque où il est bon de se vêtir selon les canons du corps social auquel on aspire, de telles remarques ne sauraient rester impunies58.

  • 59 Jouneaux, Villageois et autorités…, op. cit., p. 106-109.
  • 60 Blasphèmes et jurements accompagnent de temps à autres les mots injurieux. Ils ne sont pas mis en (...)

49Dans le domaine de l’insolence, le tutoiement est de rigueur. Les greffiers rapportent assez souvent en style direct les propos les plus infamants, comme pour leur donner plus de poids encore. Dans plusieurs affaires, l’accusé qui s’exprime passe brutalement du vouvoiement au tutoiement. Il n’est pas sûr que la colère et l’emportement justifient à eux seuls l’emploi de cette tournure familière. Elle correspond en effet à une hypothèse déjà formulée selon laquelle les « contestataires » replaceraient les officiers sur le même plan social qu’eux. Les procureurs fiscaux sont les principales victimes de cette marque d’irrévérence. Or, ils sont pour une large part originaires des villages où ils exercent59. La distance entre l’état d’officier et celui d’habitant serait par ce biais abolie, et ce serait là une façon de signifier que chacun lutte de nouveau à armes égales. Dépossédé ainsi de son autorité, le procureur fiscal retrouverait sa juste place : un villageois parmi les autres, soumis comme tout un chacun à des règles implicites ancestrales. Le nombre de plaintes relatant des comportements semblables atteste la singulière sensibilité des hommes du pouvoir sur ce point60.

Des menaces le plus souvent en l’air

50En plus des injures et des grossièretés jaillissent parfois des menaces. Elles promettent, à plus ou moins brève échéance, représailles, châtiments corporels, meurtre, voire, plus rarement il est vrai, poursuite judiciaire. On en relève dans 14 des 72 confrontations directes observées. La proportion n’est pas spectaculaire mais reste significative. En règle générale, les agresseurs tiennent des propos vagues. Ils remettent leurs funestes projets à plus tard. Bientôt, laissent-ils entendre, le rival payera. Ni le moyen d’opérer ni l’échéance du passage à l’acte ne sont révélés. Ces mises en garde apparaissent plus souvent comme de stériles rodomontades que comme de réels dangers pour ceux qu’elles visent.

  • 61 Arch. Nat. Z2 1245, plainte de Nicolas Paulmier, procureur fiscal, contre Jean Tirel, carrier, 16 (...)
  • 62 Ibid. 15 mai 1770.
  • 63 Arch. Nat. Z2 1250, plainte de François Gavarry, procureur fiscal, contre le sieur Broliet, manufa (...)
  • 64 Ibid., 26 juin 1695.
  • 65 Ibid., 4 novembre 1695.

51Jean Tirel, carrier à Vaugirard et Pierre-Louis Soudieux, vigneron à Nogent, jurent tous deux, le premier en 1727, le second en 1732, qu’ils « mangeront les tripes » de leur procureur fiscal respectif. L’image est forte et se veut terrifiante. Elle demeure cependant une image61. Étienne Monchaussée, qui s’emporte contre le greffier de la justice de Vaugirard en 1770, lui promet les pires tourments et précise « qu’il falloit qu’il luy casse bras et jambes avec son baton62 ». Paroles en l’air ! Le sieur Broliet, manufacturier dans ce même village de Vaugirard, s’en prend, la même année, au procureur fiscal à qui il hurle : « Je te f[outroi] cent coups de batton63. » Appelant ses gens il leur dit : « Qu’on aporte un fusil ou autre chose ! » L’officier parvient à s’enfuir sans dommage. Déclarations tapageuses qui ne sont que velléités : des paroles aux actes il reste un pas que les furieux se gardent de franchir. Parfois c’est la mort qui est promise. En 1695, Jean Quidor, de Nogent, prévient le procureur fiscal Belleville : « Il faut que je te tue64. » « Tu ne perds que la nuit, tost ou tard nous te tuerons65 », affirment trois autres Nogentais au même Belleville, décidément impopulaire, quelques mois après la première algarade. Violence et crudité des mots mais mots seulement…

  • 66 Arch. Nat. Z2 4415 B, procès-verbal à la requête de Me Jean-Baptiste-Gabriel Génal, lieutenant de (...)
  • 67 Arch. Nat. Z2 4415 A, plainte de Christ Leblanc, procureur fiscal de la prévôté de Vanves, contre (...)

52Pourtant, certains esquissent des gestes agressifs. Georges Marie, messier de la communauté des habitants de Vanves, se révolte en 1779 contre une décision prise par le lieutenant de la prévôté. Face à lui il gesticule, tempête et « revenant sans cesse sur lui, [il faisait] semblant [de] le menasser et même [de] le vouloir maltraiter66 ». Denis Mathurin Guillery et Jean-Pierre Corbie, deux compères de Vanves, s’étant opposés le 29 mai 1761 à une arrestation faite par le procureur fiscal, auraient « levé la main sur le remontrant67 ». Les coups ne partent pas. Poings tendus, mains levées, les mouvements restent la plupart du temps suspendus. Étonnante censure de la part des contestataires qui se refrènent pour ne pas commettre l’irréparable. Plus qu’exécutée, la violence est mimée. Elle s’épanche aussi parfois mais le fait est plus rare.

Coups et blessures

  • 68 Arch. Nat. Z2 1254, registre des audiences de la justice de Saint-Magloire à Issy, sentence contre (...)
  • 69 Ibid., 29 juillet 1715.
  • 70 Il faut insister sur l’effet d’exagération produit par l’usage des superlatifs dans les plaintes : (...)
  • 71 Les historiens de la criminalité s’accordent à penser que la violence, bien que toujours vivace co (...)

53Quoiqu’ils insistent fortement sur la cruauté de leurs adversaires, les plaignants exagèrent le danger qu’ils prétendent avoir couru. Lorsque les coups portent, les blessures demeurent superficielles. En 1667, Pierre Auboin, procureur fiscal d’une des justices d’Issy, est mordu à la main par un concitoyen tandis qu’il tente de mettre fin à une dispute entre l’homme et son épouse68. Encore n’est-ce là qu’un risque ordinaire de la fonction. Les séquelles se limitent à des contusions ou à des égratignures. Alexandre Cochois, procureur fiscal victime des mauvais traitements que lui inflige un habitant de Vaugirard en 1715, décrit ainsi ses blessures : « Plusieurs esgratignures tant au col que la gorge et […] à la teste […] plusieurs playes à sang fait avec [des] ongles69. » Les tentatives d’étranglement constituent les atteintes physiques les plus courantes. En général les protagonistes roulent à terre. Les officiers se montrent assez sensibles au fait de mordre la poussière et d’être terrassés. Parfois c’est le chapeau qui tombe, et ce détail, en apparence insignifiant, prend un relief singulier dans le cours du récit. L’agresseur frappe, mord, griffe ou tire les cheveux, la victime se débat mais n’avoue jamais avoir répliqué. La plupart du temps les adversaires luttent jusqu’à ce que des membres de l’assistance interviennent. C’est là un élément de représentation important dans le discours judiciaire : dans la plupart des cas, l’officier victime de sévices ne doit son salut – selon ses dires – qu’à l’intervention in extremis des spectateurs. Là encore, deux points de vue se rejoignent : le premier relatif à la rhétorique particulière des plaidoyers (exagération et dramatisation des faits70) et le second se référant à une sorte de code comportemental implicite établissant les limites à ne pas franchir lors d’une querelle avec un représentant de l’ordre. Tout se passe en effet comme si la populace était la garantie contre un excès de fureur : elle censure immédiatement les actions qui pourraient s’avérer mortelles. Ce schéma apparaît très souvent dans les archives judiciaires. En quelque sorte, les habitants seraient investis par leurs pairs d’un pouvoir arbitral fort. On retrouverait là les vieux réflexes d’autorégulation sociale déjà observés par plusieurs historiens71.

54Toujours est-il que la criminalité spécifique étudiée ici n’est pas une criminalité de sang. Entre 1650 et 1789 aucun officier des juridictions sélectionnées n’a perdu la vie par fait de brutalité. Tout se passe en définitive comme si les villageois n’avaient pas besoin de recourir à la violence physique pour remettre en cause l’ordre local. Les conflits directs respectent un scénario quasi immuable qui accorde une place prépondérante à l’intimidation. C’est essentiellement un jeu de paroles, un échange de messages plus ou moins explicites qu’il convient de savoir décoder et retourner pour préserver sa position sur la scène villageoise. Les résultats attendus, les objectifs visés par les acteurs ne sont pas faciles à dégager de façon synthétique. On peut cependant affirmer que les villageois ne cherchent pas à tuer. Ils ne semblent pas animés du dessein de détruire l’ordre établi et peut-être pas même de le remettre en cause. Mais pour conclure, au moins provisoirement, il convient de dresser préalablement le portrait des contestataires.

Identification des contestataires et portrait des accusés

55L’image des contestataires n’est renvoyée que par le canal unique et déformant des plaintes. Exceptionnellement, les auditions de témoins permettent d’élargir le point de vue. Les requérants cherchent à convaincre. Ils utilisent donc tous les artifices disponibles, par ailleurs savamment codés, sinon dosés, pour parvenir à leur but. Il faut donc toujours tenir compte de cette restriction pour appréhender la galerie de portraits figurant ci-après. Les hommes du pouvoir reconnaissent au moins cinq espèces de délinquants capables de les défier : les « criminels notoires », récidivistes, capables de terroriser le village entier ; les « déviants », apparemment asociaux, inassimilables car ne respectant aucun code ; les « humoristes subversifs » qui mettent les rieurs de leur côté et manient l’ironie et la provocation avec art ; les « furieux », par définition incontrôlables car emportés et violents ; les « traîtres » enfin qui attaquent par surprise, répandent insidieusement les rumeurs et les calomnies. Toutes ces figures, cela va sans dire, ne sont que des stéréotypes commodes pour établir un classement. Dans la réalité, les personnalités restent plus nuancées, plus riches et plus complexes. Telle brute peut se montrer successivement fourbe ou railleuse avant de céder à ses pulsions violentes. Il s’agit donc de ne répertorier ici que quelques comportements stigmatisés par les agents de l’ordre.

Les criminels et « gibiers de potence »

  • 72 Arch. Nat. Z2 2705, 30 novembre 1711.
  • 73 Id., 30 novembre 1711.
  • 74 Arch. Nat. Z2 2705, information faite à la requête de Me Jean-Philippe Lécuyer, procureur fiscal.

56Le microcosme villageois compte son lot de reclus, de marginaux, bref de gibiers de potence. Peu nombreux, ces hommes à la réputation détestable vivent du produit de leurs rapines. Ils fréquentent les guinguettes de la région où une faune interlope, constituée d’indigents, de déserteurs, de désœuvrés, voire de prostituées, évolue. Joueurs, voleurs (les blanchisseurs de Vanves, par exemple, se plaignent régulièrement qu’on leur dérobe du linge qu’ils font sécher en plein air), souteneurs, ils trouvent en banlieue un terrain favorable à leurs répréhensibles activités. Les représentants de l’autorité seigneuriale doivent régulièrement se frotter à cette population en rupture de ban. Dans la nuit du 30 novembre 1711, Jean-Philippe Lescuyer, procureur fiscal de Nogent, doit ainsi intervenir dans un cabaret du lieu pour faire cesser le tapage qu’un groupe de mauvais garçons y perpétue. Les trois individus sont en train de saccager l’établissement lorsque l’officier paraît. L’un des malfaiteurs s’adresse à lui : « Je vous connoist pour le procureur fiscal mais je vous casserez la cervelle sy vous ne vous retirez72. » Le procureur fiscal a certes droit à quelques égards mais cela ne l’aide guère à assumer sa mission. Bien qu’ayant tenté de négocier après « l’avoir traitté d’amitiez et de douceur73 », il est contraint de se retirer. Les fauteurs de trouble sont connus. Lescuyer les identifie immédiatement. Leur réputation n’est plus à faire. L’un d’entre eux, Alexis Ancellet, est surnommé « la déroute ». Un de ses compagnons, Nicolas Héricourt, « est sorty des galères esquels il avoit été condamné ». D’autres villageois l’avaient, quelque temps avant, croisé dans un cabaret et s’étaient étonnés de son retour. Ils le décrivent tous comme « un homme quy a toujours été coutumier de roder les nuits par les rües quy a commis plusieurs assassinats et fait plusieurs batterÿes dans ce lieu dud. Nogent et d’ailleurs74 ». En 1695, le même Héricourt avait menacé de mort le procureur fiscal de l’époque. Armé de pistolets et accompagné de deux complices, il avait tenté de défoncer la porte de l’officier pour mettre à exécution ses funestes projets. Ancellet, Héricourt et le troisième larron ne sont pas des citoyens ordinaires. Un signe ne trompe pas qui confirme cette impression : contrairement à la règle habituelle, le greffier qui enregistre la plainte ne mentionne pas l’état professionnel des compères. Sans activité reconnue, célibataires (ils sont dits « garçons »), ils sortent de la norme sociale. Ils sont identifiés par les autres comme de dangereux bandits et redoutés comme tels. Dans l’exemple cité, le procureur fiscal prend d’ailleurs bien soin de ne pas attirer sur lui leurs foudres.

Les déviants, « fous » et « forts en gueule »

57Les personnages qui entrent dans cette catégorie diffèrent nettement des précédents même s’ils s’y apparentent par le fait qu’ils sortent des normes. Ceux-là ne sont pas des criminels avoués. Ils sont en effet intégrés à la communauté, y sont établis, mariés et exercent une profession. Deux types se dégagent : dans le premier se rangent ceux qu’on peut qualifier de « fous », dont le comportement est tellement insolite qu’il fait s’interroger sur leur état mental ; dans le second se classent les rebelles, rétifs à l’autorité, provocateurs par nature et frondeurs par principe.

  • 75 Arch. Nat. Z2 2706, plainte de Jean Coiffier, procureur fiscal du bailliage de Nogent, contre Deni (...)
  • 76 Arch. Nat. Z2 2706, interrogatoire de Denis Lardin, vigneron à Nogent.
  • 77 Ibid., 22 octobre 1736.

58Denis Lardin, vigneron à Nogent, illustre bien, par le comportement qu’il affiche en 1736, le premier type. Lardin est incarcéré dans la prison du bailliage « à cause de l’assassinat de dessein prémédité par luy » commis sur les personnes de Jean-Pierre et Étienne Merillon75. Immédiatement interrogé par le procureur fiscal de la juridiction, Lardin se met à l’insulter et lui décoche deux coups de poing au visage. C’est moins dans ce geste que dans les propos qu’il tient que transparaît « l’anormalité » : Lardin affirme en effet que tous les biens des Nogentais lui appartiennent et qu’il a été spolié par un complot ourdi par le curé et le procureur fiscal. L’énormité des affirmations frappe. Il les réitère lors de son second interrogatoire. Lardin se prétend même seigneur du lieu « par les tiltres qui sont entre les mains de monsieur le curé de St Sulpice ». Esprit dérangé ou capacité intellectuelle limitée qui entraîne de graves confusions ? Les magistrats, par la conduite même de l’information, par les conclusions qu’ils tirent, penchent plutôt pour la première hypothèse. L’entêtement de l’accusé les surprend. Il persiste en effet à dénoncer une cabale. Lorsqu’à l’issue d’un interrogatoire on lui demande « s’il s’en raportoit aux témoignages », il réplique « qu’il ne devoit point atendre des gens de Nogent attendüe qu’ils estoient tous fripon76 ». Et derechef il se répand en invectives contre les malversations du curé, la malhonnêteté du juge, se réaffirmant seigneur du lieu. Qu’il y ait une part de vérité dans son délire n’est pas à exclure : il est possible, après tout, que son cerveau dérangé ait amalgamé plusieurs éléments d’une transaction foncière qui aurait tourné à son désavantage au profit de quelques habitants influents du village. Peut-être a-t-il été roulé. Peut-être a-t-il possédé réellement des titres fonciers. Quoi qu’il en soit, son comportement est extravagant, hors des normes et incontrôlable. Le procureur fiscal ne le décrit pas comme malade ou irresponsable. Il le déclare pleinement redevable de ses actes devant la justice : c’est « un homme de mauvaise foy » qui aurait attaqué « à tout heure de jour que de nuit » des passants, et connu « pour être un perturbateur du repos public77 ».

59Un second type de déviants, non moins redoutable pour les hommes du seigneur, regroupe ceux qui se montrent rétifs à toute injonction. Sous la plume des greffiers, ces personnages apparaissent insolents, « forts en gueule », le verbe haut et l’expression fleurie. Ils défient l’autorité avec aplomb et effronterie. Denis-Mathurin Guillery et Jean-Pierre Corbie, habitants de Vanves en sont deux parfaits parangons : un soir de mai 1761, ils sont au cabaret et se distraient autour d’une chopine. Une rixe éclate, conduisant le procureur fiscal et un huissier de justice sur les lieux. Les deux officiers se mettent en devoir d’appréhender un étranger qu’ils ont identifié comme le responsable des troubles. Prenant le parti de l’inconnu, les deux compères vanvéens s’interposent :

  • 78 Ibid., 29 mai 1761.

« [Ils] se sont violemment opposés à ce que ce dit particulier fut conduit en prison et injuriant et sacrant, et même levant la main sur le remontrant [le procureur fiscal], ils lui ont dit tout en fureur qu’il n’iroit pas avant qu’ils y fussent eux mêmes78. »

60Solidarité d’ivrognes ? Sens exacerbé de la justice irritée par une décision vécue comme arbitraire ? Nul n’en saura jamais rien. Toujours est-il que les deux hommes font entrave à la justice. Face à leur détermination, les officiers, une fois de plus, battent en retraite. Ces fauteurs de troubles profitent de la faiblesse des forces qui leur fait face. Ils défient l’autorité. Pour les représentants de l’ordre, ils doivent être punis de façon exemplaire afin que leur attitude ne contamine pas le reste du corps social. On leur prête des intentions subversives et ils sont parfois qualifiés de « séditieux ». Les propos semblent quelque peu abusifs. Ils appartiennent à un discours convenu déjà perçu par ailleurs. Que peut craindre l’ordre villageois de ces quelques révoltés d’occasion, sûrement plus prompts à exploiter une situation soudainement favorable qu’à remettre en cause les fondements de la société où ils évoluent ?

  • 79 Ibid., 7 septembre 1719.

61Les archives en livrent d’autres exemples caractéristiques. En 1719, nous l’avons dit plus haut, le procureur fiscal de Vanves remontre contre deux habitants de la paroisse qui, selon ses déclarations, « journellement […] maudisent contre la maison de SAS Monseigneur le duc [de Bourbon] et nottamment contre le sieur Ménage lieutenant de la prévôté79 ». Les deux individus se seraient répandus en insinuations calomnieuses, en imprécations et en menaces contre le juge seigneurial. Bien que n’étant jamais passés à l’acte directement (sinon en s’en prenant à une malheureuse servante à qui l’un deux cassa son balai), ils sont qualifiés de « séditieux » par le procureur fiscal qui engage la poursuite judiciaire. Un des deux énergumènes a déjà été compromis « aveq plusieurs autres dans une condamnation de peine pour une sédition arrivé dans le dit vanves pour la ferme du Roy ». Récidiviste, il avait même osé s’en prendre – fait incontestablement aggravant – à l’autorité du roi. Le discours des hommes de loi est habile qui s’abrite derrière une supposée remise en question de l’ordre pour réprimer un outrage, somme toute, très personnel.

Les humoristes subversifs

62D’autres savent se montrer plus subtils et utiliser des procédés autrement plus efficaces. Les hommes du pouvoir semblent vouer une haine farouche aux villageois qui les ridiculisent publiquement. Parmi ces derniers figurent les amuseurs publics qui font du rire une arme d’autant plus redoutable qu’elle suscite spontanément la sympathie de la population. On aime à se moquer des travers de ses contemporains, surtout ceux qu’affichent les prétendants au pouvoir. Manies, habitudes, tics de langage, mise vestimentaire ou apparence physique, tout est sujet à plaisanterie. La tradition populaire du charivari se maintient : défilés, chansons, pamphlets, canulars et bons mots fleurissent. Le 6 avril 1763, un procureur d’Argenteuil, futur lieutenant du bailliage, se plaint d’une chanson :

  • 80 Arch. dép. Val-d’Oise, B212, remontrance d’Antoine Lecauchois, procureur, contre plusieurs quidams (...)

« Plusieurs quidams et quidammes à lui inconnus tant de ce lieu que dudit Cormeilles et es environs se sont ingérées de composer, chanter et distribuer une chanson de plusieurs couplets formant un libelle contre l’honneur et la réputation du supliant et de sa famille80. »

63Le mode de diffusion est précisé le lendemain : Agatte Leclerc, dépose un témoin, « luy a remis une chanson pour la copier » mais « étant mis en effet de le faire, est survenue […] le sieur Lécuyer chirurgien audit Cormeilles qui s’en est emparé » – Lécuyer est un des notables visés, qui a porté plainte conjointement avec le procureur. Le texte circule de mains en mains, reproduit au fur et à mesure (ce qui pourrait attester du degré d’alphabétisation correct de la population locale) touchant un public élargi, avide d’informations sensationnelles. Les paroles colportent en les exagérant quelques anecdotes de la vie intime du plaignant. Jean Maitre, clerc du procureur fiscal de Cormeilles, qui a entendu la chanson, en rapporte les principaux arguments :

  • 81 Id., 7 avril 1763.

« Il a remarqué que l’on reproche audit Me Cochois de n’avoir pas voulu recevoir son père chez luy et qu’il l’avoit obligé de ce retirer chez le nommé Fraîcheur aubergiste audit lieu, qu’il l’avoit ébergé, qu’il y est aussi dit que le dit Me Cochois que l’on traite de procureur affamé avoit emprunté un bonet de velours à galon d’or d’un nommé Simon Laplace pour aller en masque aux noces et qu’il n’avoit pas voulu luy rendre quoiqu’il luy ait plusieurs fois demandé que ledit Cochois est aussy annoncé dans cette chanson au sujet de plusieurs galanteries que l’on y met sur son compte81… »

64Plusieurs valeurs traditionnelles et principes de vie transparaissent dans ce texte. L’honneur familial y occupe une part importante : un « bon » fils doit savoir s’occuper de son père âgé. L’hospitalité est défaillante. Les défauts sont d’autant plus criants qu’ils trahissent chez l’officier l’avarice et l’avidité. Cochois qui veut paraître et se donner des airs est tourné en ridicule. La caricature est cruelle car précise. Elle percute encore plus. Le plaignant se dit victime des « reproches les plus humiliants », placés sous le sceau « du libertinage le plus odieux ». Réputation. Image de soi. Tout se combine une fois encore autour de ces notions, enjeu véritable de la vie au village…

65Les charivaris perdurent. Les autorités locales, de moins en moins tolérantes à leur égard, peinent à les réprimer. En 1785, le procureur fiscal d’Argenteuil Claude Masson, dénonce les individus qui s’y adonnent comme de « mauvais sujets ». En 1749, dans le même bourg, le prédécesseur de Masson avait dû lui aussi affronter une troupe de jeunes gens qui allaient…

  • 82 Id., 30 juillet 1749.

« […] par les rues et carrefours […] avec un tambour […] et une pelle de bois […] sur laquelle étoit attaché un grand morceau de papier en forme de pancarte sur laquelle étoit écrit différentes épitettes grossières et injurieuses contre différents habitans de ce lieu qui y étoient chacun nommé par leurs noms, ausquels carrefours au son dudit tambour ils faisoient assembler la popullâce devant laquelle tenants des flambeaux en leurs mains ils récittoient à haute voix par différentes pauses les épitettes et noms desdits habitans82… »

66Les jeunes gens se montrent toujours rétifs à l’ordre que les autorités, incarnées par des hommes mûrs et établis, tentent d’imposer. C’est dans leurs rangs que se recrute le plus grand nombre d’insolents et de rebelles. Mais leur figure reste connue, pour ainsi dire fidèle, conforme, à une tradition culturelle pluri-séculaire. Cette forme de désordre est un phénomène villageois classique. Elle illustre les résistances auxquelles se heurtent les autorités pour contrôler les mœurs. La culture populaire ne cède pas totalement aux exigences de la bienséance, aux canons d’une société policée.

Conclusions

67Hormis les gibiers de potence et les fous, les délinquants sont des hommes ordinaires, parfois chefs de famille et même notables. Les plaignants, qui, au moins en apparence, servent la cause de l’ordre, se doivent de les disqualifier en leur prêtant un comportement et des sentiments que la morale réprouve. Leur portrait est donc forcément caricatural. Mais ces contestataires ont en commun de ne pas manifester (extérieurement) les signes d’une conscience politique. Leurs attaques sont surtout ciblées contre des comportements individuels. Parfois c’est un groupe qui est montré du doigt. Jamais l’ordre n’est expressément dénoncé comme inégalitaire ou mauvais. Excepté lors des charivaris, les désordres sont rarement collectifs. Les acteurs, contrairement au portrait qui en est dressé, ne semblent mus que par des intérêts privés. La conclusion qui s’impose à l’issue de cette étude tient dans le respect très mesuré que l’on voue aux agents de l’autorité. Ces hommes, issus du monde villageois, qui cherchent à se distinguer de leurs pairs par l’achat d’un office, ne sont pas bien considérés. On leur reproche au mieux leur zèle, au pire leur malhonnêteté. Il faut dire qu’entre les incapacités notoires de certains et la rapacité des autres, les justiciables ont quelque raison de n’accorder aux officiers locaux qu’une confiance limitée. À tout le moins ceux-ci demeurent suspects aux yeux de leurs concitoyens.

  • 83 Les Œuvres de maistre Charles Loyseau…, Lyon, Compagnie des libraires, 1701.

68Si l’on rejoint là l’opinion popularisée par les dénonciations de Charles Loyseau contre les « justices de village », il convient de nuancer cette représentation83. Les villageois en effet ont besoin de leurs officiers. Même impopulaire la mission de police qui leur incombe reste indispensable. L’arbitrage de la justice est souvent recherché dans les affaires d’honneur. Or l’honneur est un enjeu majeur de la sociabilité villageoise. Les justices seigneuriales règlent un nombre considérable de litiges d’ordre privé. Elles et leurs agents trouvent donc, ne serait-ce qu’à travers cela, une légitimité évidente aux yeux des usagers.

69Une question importante reste en suspens : cette « utilité » de la justice seigneuriale selon les gens du peuple coïncide-t-elle avec la représentation que s’en font ses officiers ? Ceux-ci sont-ils dupes du jeu qu’on leur fait parfois jouer ou y participent-ils pleinement en affectant d’adhérer, en surface donc, à l’ordre qu’ils défendent ? Il est clair que l’accession à la dignité d’officier n’élimine pas chez les postulants les réflexes traditionnels. Certains tentent manifestement de s’en servir pour conquérir, ou consolider, une position qui se veut dominante. En tout cas il apparaît que les villageois ne tolèrent les mesures prises par les agents du pouvoir que lorsqu’elles servent, ou plutôt ne desservent pas, leurs intérêts.

Notes

1 Atteindre ce niveau de représentation n’est évidemment pas aisé. L’opinion des villageois est mal connue car peu exprimée et ne peut guère être entr’aperçue que par des biais. Les archives des justices seigneuriales, sont de ceux-ci. Les plaintes comportent en effet des niveaux de représentation assez proche de la parole brute, populaire. Grâce à celle-ci, des sentiments affleurent que bien peu de sources peuvent rendre avec autant d’authenticité. Cela dit, il faut rester conscient des altérations – volontaires ou non – du discours judiciaire. Voir sur cette question de méthodologie l’article de Jean-Pierre Burriat, Catherine Ditte, et Luc Ferrand, « Stratégies villageoises et institutions judiciaires en Île-de-France (xviie-xviiie siècles) », 1990. Voir également les conclusions de notre thèse p. 366-375 pour une évaluation de la signification des conflits étudiés. Opposant citoyens et officiers, ils pourraient n’être rien d’autre que des spasmes révélateurs des remous internes provoqués par les luttes de pouvoir au sein de la communauté. Les enjeux « politiques » de ces luttes ne dépasseraient pas une sphère essentiellement locale. Les actes de contestation, cette forme particulière de criminalité, ne seraient dans cette hypothèse, que des manifestations éruptives, isolées et sporadiques trahissant des stratégies imperceptibles à la vue d’observateurs extérieurs. Cette interprétation tendrait à nier toute trace de conscience politique dans l’esprit des villageois. La réalité semble autre. Roger Chartier, reprenant une hypothèse d’Emmanuel Le Roy Ladurie (Le Roy Ladurie, Emmanuel, « Révoltes et contestations rurales en France de 1675 à 1788 », Annales ESC, janvier-mars 1974, p. 6-22), évoque une transformation radicale de la protestation rurale à l’orée du xviiie siècle, lorsque les grandes révoltes paysannes s’éteignent ; cf. Chartier Roger, Les Origines culturelles de la Révolution française, Paris, Seuil, 1990, 244 p. (p. 177). À une contestation antifiscale essentiellement dirigée contre l’État se substituerait une hostilité plus affirmée contre les autorités locales (celle du seigneur, celle du fermier, celle du curé). La « politisation » de la société villageoise serait en marche et les actes de contestation, multiformes, rapportés par les archives judiciaires seigneuriales seraient le témoignage de cette évolution mentale en cours.

2 Ceci s’applique également à un nombre considérable de lieutenants.

3 Formule empruntée à Nicole et Yves Castan (in Castan, « Une économie de justice à l’âge moderne… », 1982).

4 Lemercier, Les Justices seigneuriales de la région parisienne de 1580 à 1789, 1933.

5 Jouneaux, Villageois et autorités locales aux xviie et xviiie siècles. L’exemple de villages viticoles de la périphérie parisienne, 1994, p. 225. Arch. Nat. Z2 1244, minutes criminelles de la prévôté et châtellenie d’Issy et Vaugirard, 1688-1708. Les minutes criminelles des années 1688 à 1708, par exemple, ne comportent que 105 affaires. Si l’on établit une moyenne annuelle brute (c’est-à-dire sans aucune pondération) des causes plaidées, on obtient le faible nombre de 5,25 affaires criminelles. Ce résultat pourrait signifier l’intérêt médiocre qu’inspire le recours judiciaire dans l’esprit des villageois. Ce serait faire fi des nombreuses procédures civiles engagées chaque année, qui occupent la majorité du temps et l’essentiel de l’activité des magistrats.

6 Boutelet, « Étude par sondage de la criminalité du bailliage de Pont-de-l’Arche, xviie-xviiie siècles. De la violence au vol, en marche vers l’escroquerie », 1962.

7 Vanves : Hauts-de-Seine, ar. Anthony, ch.-l. c. ; Issy, ar. Boulogne-Billancourt, ch.-l. c. ; Argenteuil, Val-d’Oise, ch.-l. ar. ; Nogent, Val-de-Marne, ch.-l. ar. Ces anciens villages ont servi de cadre à notre thèse.

8 Hufton, « Le paysan et la loi en France au xviiie siècle », 1983, p. 681.

9 L’expression est probablement excessive s’agissant de la population de ces quelques villages du pourtour parisien. Pourtant, si ces « coqs de village » n’ont pas le niveau de fortune de ceux observés par Jean-Marc Moriceau dans sa thèse, ils manifestent à leur échelle la même recherche de pouvoir (Moriceau Jean-Marc, Les Fermiers de l’Île-de- France, l’ascension d’un patronat agricole [xve-xviiie siècles], Paris, Fayard, 1994, 1071 p.).

10 Arch. Nat. Z2 1245, plainte de Me Alexandre Cochois contre Louis Langlois, 29 juillet 1715.

11 Arch. Nat. Z2 2707, plainte de Me Claude Héricourt, dit « la fleur », contre la veuve Sebert, 17 mai 1742. Plainte suivie par l’information citée plus bas.

12 De 1650 à 1791 le comportement lisible à travers les archives judiciaires seigneuriales ne connaît pas une évolution sensible. Il est vrai que le sondage n’autorise que des conclusions partielles et ne permet pas de dégager une tendance nette, à la hausse ou à la baisse.

13 De la justice de S.A.S. le prince de Bourbon, seigneur en partie de Vanves.

14 Arch. Nat. Z2 4414 A, plainte de Jacques Leblanc, stipulant pour sa femme contre Antoine Dufour, procureur fiscal de la prévôté de Vanves en la justice de S.A.S. le prince de Condé, 13 juin 1727.

15 L’hypothèse est confirmée par l’acte de mariage d’Antoine Dufour, inscrit dans les registres paroissiaux de Vanves en 1723. Dufour est originaire du diocèse de Poitiers.

16 Sans entrer dans le détail, le village de Vanves est, au xviiie siècle, soumis à l’autorité de deux seigneurs hauts justiciers : le duc de Bourbon puis le prince de Condé d’une part, l’abbaye royale de Sainte-Geneviève d’autre part. Les autres villages étudiés sont eux aussi divisés en plusieurs juridictions parfois concurrentes, caractéristique qui semble bien servir, parfois, les stratégies villageoises.

17 Muchembled, L’Invention de l’homme moderne…, 1988, p. 15.

18 Arch. Nat. Z2 2705, plainte de Jean Bernier, procureur fiscal du bailliage de Nogent-sur-Marne, stipulant pour Denise Beaurepaire sa femme, contre Archange Mérillon, hôtelier et Marie Bruneau, sa femme, 22 septembre 1698.

19 Arch. Nat. Z2 4413, plainte de Me Jean Bleuze, lieutenant de la prévôté de Vanves, contre Louis Colin, boucher, sa femme et ses enfants, 2 mai 1699.

20 Arch. Nat. Z2 4414 A, remontrance du procureur fiscal de la prévôté et châtellenie de Vanves et Vaugirard contre Claude Bourgeois et Jean Jouannes, 7 septembre 1719.

21 Arch. Nat. Z2 4414 A, information du 11 septembre 1719.

22 Farge et Zysberg, « Les Théâtres de la violence à Paris au xviiie siècle », 1979.

23 Hanlon, « Les rituels de l’agression en Aquitaine au xviiie siècle », 1985.

24 Arch. Nat. Z2 1243, registre du greffe de la prévôté et châtellenie d’Issy et Vaugirard, juillet 1665.

25 Arch. Nat. Z2 1254, registre des audiences de la justice de Saint-Magloire, 29 août 1667.

26 Arch. dép. Val-d’Oise, B200, pièces du greffe d’Argenteuil : ordonnance de prise de corps, 8 décembre 1737.

27 L’agglomération villageoise n’est guère étendue. Seul des cinq villages étudiés, Argenteuil présente l’aspect d’un bourg important. Peu de rues donc, sinon en général, une artère plus importante où se concentrent la circulation, les activités commerciales (le jour du marché). S’il existe bien dans les villages quelques ruelles obscures et retirées, elles restent identifiées comme le domaine des malfrats. Une remontrance du procureur fiscal de Nogent confirme cette réputation : « ces sortes de ruelles écartées et solitaires ne peuvent être que très préjudiciables, soit en donnant retraite aux malfaiteurs, soit en favorisant la licence et la débauche » (Arch. Nat. Z2 2707, remontrance de Pierre-Louis Benard, procureur fiscal du bailliage de Nogent, 26 novembre 1770). La notion d’embuscade ou de guetapens n’apparaît pour ainsi dire jamais dans les plaintes des agents du pouvoir. C’est le signe que nous avons affaire là à un autre type de criminalité. L’agression des officiers n’a pas une origine crapuleuse. Elle se fait au grand jour et non dans un endroit retiré, obscur et désert.

28 Arch. Nat. Z2 1230, ordonnance et règlement de police de la prévôté et châtellenie d’Issy et Vaugirard, 21 février 1747. Articles 9, 10, 11, 16, 28, 30 et 34, portant respectivement sur : jet des ordures et immondices dans les rues, « matériaux y déposés », stationnement des chevaux et voitures, circulation dans les rues la nuit et chansons dissolues, jeux divers et attroupements sur la voie publique, grillade des porcs dans la rue, circulation dans les rues, les dimanches et fêtes, de voitures de paille et charrettes chargées.

29 Arch. dép. Val-d’Oise, B216, plainte de Me Jean-Baptiste-Pierre Gaultier, notaire et greffier du bailliage d’Argenteuil, stipulant pour son fils, Jean-Pierre-Nicolas Gaultier, contre Étienne Lemoine, dit « Moinon », vigneron, 26 août 1779.

30 Arch. Nat. Z2 4414 B, plainte de Jacques Gouret, procureur fiscal de la prévôté de Vanves et Vaugirard contre Jean Carbonnet, 8 juillet 1734.

31 Arch. dép. Val-d’Oise, B216, remontrance de Jean-Claude Gillet, commis procureur fiscal du bailliage d’Argenteuil, contre les nommés Jean-Louis Tournay, Delarue, « Cassandre », 30 juillet 1749.

32 Arch. Nat. Z2 4410, plainte de Jean Ruault, procureur fiscal de la prévôté de Vanves contre François Denines, 22 avril 1655.

33 Le procureur fiscal effectuait la levée de la taille en compagnie de deux autres assesseurs. Les collecteurs auraient saisi les biens du fils en l’absence du père.

34 Id., information faite à la requête de Jean Ruault, 22 avril 1655.

35 Ibid., 22 avril 1655.

36 Arch. Nat. Z2 2705, plainte de Nicolas-Philippe Belleville, procure

37 Sur l’action relative aux cabarets, infra les communications de Benoît Garnot, Jeremy Hayhoe, Serge Dontenwill, Éric Gasparini et Sylvain Soleil, et dans la section « Pièces justificatives » les textes « Assises de la vicomté de Mably et dépendances » et « Plaintes d’une communauté bourguignonne ».

38 Arch. Nat. Z2 2705, plainte de Jean-Philippe Lécuyer, procureur fiscal du bailliage de Nogent, contre Alexis Ancellet, Nicolas Héricourt, Jacques Heuvrard, 30 novembre 1711.

39 Arch. dép. Val-d’Oise, 12H42, Mémoire des désordres qui se rencontrent en la justice d’Argenteuil, s. d.

40 Arch. Nat. Z2 1250, plainte de Charles-René Coignet, greffier et notaire, contre Étienne Monchaussée, marchand épicier demeurant à Vaugirard, 15 mai 1770.

41 Arch. dép. Val-d’Oise, B200, procès-verbal dressé à la requête de Me Julien Toloze Dejabin, Bialli d’Argenteuil, 12 mai 1776.

42 Id., 12 mai 1776

43 Ibid., 12 mai 1776.

44 Arch. Nat. Z2 2707, remontrance de Claude Héricourt, procureur fiscal du bailliage de Nogent, contre Vincent Bézu, Denise Bézu et Elizabeth Belleville, 26 janvier 1741.

45 Id., 26 janvier 1741.

46 Arch. dép. Val-d’Oise, B208, remontrance de Claude Masson, procureur fiscal du bailliage d’Argenteuil, contre Jean-Baptiste Lhérault, vigneron, 9 mars 1784.

47 Arch. Nat. Z2 4410, plainte de Marguerite Largillier contre Georges Leblanc, 9 août 1657.

48 Arch. Nat. Z2 1244, plainte d’André Sauvage, procureur fiscal, contre Gabriel lucquet, cabaretier à Vaugirard, 19 avril 1708.

49 Arch. Nat. Z2 1250, plainte de Pierre Curé, fermier de la seigneurie contre René Gouret, charcutier à Vaugirard, 13 avril 1774.

50 Arch. dép. Val-d’Oise, B200, rapport du voyer d’Argenteuil contre la femme Veyer, cabaretière à Argenteuil, 14 août 1758.

51 La première épithète renvoie à la représentation d’une condition sociale basse marquée par la domesticité, la dépendance sinon la servilité. Le chien peut se montrer fidèle et soumis mais peut aussi, sans raison, ou excité par son maître, devenir hargneux. Le chien traîne dans le caniveau, renifle ce qui est sale. Bref, c’est un animal de basse extraction. L’âne, classiquement, évoque la bêtise et l’ignorance… mais également la soumission. L’insulte n’est d’ailleurs prononcée qu’une fois à l’adresse du procureur fiscal de Vanves Dufour de la Chapelle, en 1725, par un compagnon chirurgien, lequel fait probablement référence à la profession de son adversaire qui est aussi un homme de l’art. Moins que l’officier se serait le chirurgien qui serait ici visé. Arch. dép. Val-d’Oise, B216, plainte de Pierre Bouhou, inspecteur de police, contre le sieur Huche, voiturier par eau, 20 août 1776.

52 Arch. dép. Val-d’Oise, B219, plainte d’André Lesecq contre Jacques Bruslé, 6 février 1704.

53 Arch. dép. Val-d’Oise, B208, remontrance du procureur fiscal contre des habitants d’Argenteuil, 7 février 1785. Voir à sa date en section « Pièces justificatives ».

54 Arch. Nat. Z2 2705, plainte de Nicolas-Philippe Belleville, procureur fiscal du bailliage de Nogent, contre Jean Quidor, chevrier, 26 juin 1695.

55 Id., 26 juin 1695

56 Ibid., 26 janvier 1741.

57 Ibid., 9 mars 1784.

58 Roche, La Culture des apparences. Une histoire du vêtement. xviie-xviiie siècles, 1989.

59 Jouneaux, Villageois et autorités…, op. cit., p. 106-109.

60 Blasphèmes et jurements accompagnent de temps à autres les mots injurieux. Ils ne sont pas mis en avant dans les plaintes mais servent en quelque sorte d’adjuvants. Cette utilisation recèle un message de disqualification supplémentaire : non contents d’invectiver les représentants de l’ordre seigneurial, les contestataires commettent aussi la faute de ne pas respecter la religion et donc, l’ordre de Dieu. Par cela ils aggravent leur culpabilité vis-à-vis de la société. Mauvais sujets en tout, ils méritent un sort exemplaire. Et, ultime justification des officiers à l’adresse de leurs concitoyens, rien ne saurait les remettre dans le droit chemin que la justice, désormais seul recours.

61 Arch. Nat. Z2 1245, plainte de Nicolas Paulmier, procureur fiscal, contre Jean Tirel, carrier, 16 avril 1727.

62 Ibid. 15 mai 1770.

63 Arch. Nat. Z2 1250, plainte de François Gavarry, procureur fiscal, contre le sieur Broliet, manufacturier à Vaugirard, 25 août 1770.

64 Ibid., 26 juin 1695.

65 Ibid., 4 novembre 1695.

66 Arch. Nat. Z2 4415 B, procès-verbal à la requête de Me Jean-Baptiste-Gabriel Génal, lieutenant de la prévôté de Vanves, contre Georges Marie, 10 septembre 1779.

67 Arch. Nat. Z2 4415 A, plainte de Christ Leblanc, procureur fiscal de la prévôté de Vanves, contre Denis-Mathurin Guillery et Jean-Pierre Corbie, 29 mai 1761.

68 Arch. Nat. Z2 1254, registre des audiences de la justice de Saint-Magloire à Issy, sentence contre Nicolas Val, 29 août 1667.

69 Ibid., 29 juillet 1715.

70 Il faut insister sur l’effet d’exagération produit par l’usage des superlatifs dans les plaintes : les injures subies sont souvent « les plus atroces » ; elles sont de celles « qu’il ne seroit pas permis de dire au moindre des hommes » ; les menaces et les jugements sont « horribles », les invectives telles que « le plaignant ne peut [les] dire par respect ». Ces formules orientent le discours judiciaire. Il n’y a pas là qu’un effet de style propre aux greffiers : elles ont dans l’esprit des requérants vocation à influencer, à forcer le trait.

71 Les historiens de la criminalité s’accordent à penser que la violence, bien que toujours vivace comme mode d’expression populaire, connaît un net fléchissement au xviiie siècle. La modération des contestataires s’inscrit donc sûrement dans ce mouvement général. Les comportements deviennent plus policés et moins frustes.

72 Arch. Nat. Z2 2705, 30 novembre 1711.

73 Id., 30 novembre 1711.

74 Arch. Nat. Z2 2705, information faite à la requête de Me Jean-Philippe Lécuyer, procureur fiscal.

75 Arch. Nat. Z2 2706, plainte de Jean Coiffier, procureur fiscal du bailliage de Nogent, contre Denis Lardin, vigneron, 22 octobre 1736.

76 Arch. Nat. Z2 2706, interrogatoire de Denis Lardin, vigneron à Nogent.

77 Ibid., 22 octobre 1736.

78 Ibid., 29 mai 1761.

79 Ibid., 7 septembre 1719.

80 Arch. dép. Val-d’Oise, B212, remontrance d’Antoine Lecauchois, procureur, contre plusieurs quidams de Cormeilles et d’Argenteuil, 6 avril 1763, et information du 7 avril 1763.

81 Id., 7 avril 1763.

82 Id., 30 juillet 1749.

83 Les Œuvres de maistre Charles Loyseau…, Lyon, Compagnie des libraires, 1701.

Auteur

Docteur en histoire, université Paris x – Nanterre

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540