Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Troisième partie. Les militants et l’organisation

La CGT et les Algériens en France métropolitaine durant les années 1950 : une décennie de tournants

Laure Pitti

Texte intégral

  • 1 Je choisis d’employer ici le terme algérien pour désigner ceux dont la dénomination institutionnel (...)
  • 2 Alors statutairement français, et citoyens français lorsqu’ils résidaient en France métropolitaine (...)

1Les années 1950, une décennie de tournants dans les rapports entre la CGT et les Algériens1 en France métropolitaine ? L’on aurait tout aussi bien pu écrire « une décennie de tourments » tant les rapports entre la centrale et ces migrants particuliers2 ne furent pas linéaires durant cette période, passant d’une conjonction étroite et multiforme à une phase de frictions puis de prise de distance réciproque. Les « événements d’Algérie », très tôt qualifiés de guerre par la CGT, à la différence des autres centrales syndicales, n’y furent pas pour rien à compter de novembre 1954 et ce d’autant plus que cette guerre qui, certes, avait pour terrain principal l’Algérie même, gagna très tôt la métropole.

  • 3 Anissa Bouayed, La CGT et la guerre d’Algérie, doctorat de IIIe cycle, Université Paris VII, 1985.
  • 4 Manoeuvres dans le bâtiment, OS (ouvriers spécialisés) dans la métallurgie.
  • 5 En matière d’embauche, de promotion professionnelle, de formation, de dispositifs d’encadrement et (...)
  • 6 Danielle Tartakowsky, « Regards sur le rôle du syndicalisme pour la paix et l’indépendance de l’Al (...)

2Mais étudier les rapports de la CGT et des Algériens en France métropolitaine durant la décennie 1950 ne se résume pas pour autant à analyser l’évolution des prises de positions et mobilisations de la centrale à l’endroit de la guerre d’Algérie3. En effet, les Algériens, de plus en plus nombreux à venir travailler en métropole à partir de 1946, sont ouvriers dans leur écrasante majorité. Employés pour l’essentiel dans le bâtiment et la métallurgie aux postes les moins qualifiés4, objets, du fait alors de leur statut de main-d’œuvre coloniale, d’un traitement discriminé de la part des directions d’entreprise et de l’encadrement5, ils se mobilisent sur les chantiers et dans les usines via la CGT, principal syndicat ouvrier dans ces deux secteurs, pour faire valoir leurs revendications professionnelles et sociales, notamment en matière de discriminations à l’embauche et d’allocations familiales. De plus, leur mobilisation sur la question nationale algérienne, en métropole, n’a pas pris corps avec le passage effectif à la lutte armée mais a débuté à l’aube des années 1950 ; la CGT en a été un instrument, offrant, au moins pour un temps, une configuration singulière où le syndicat prit en charge des questions « du ressort du politique6 », et non pas seulement du registre social.

  • 7 Plus particulièrement, l’Union départementale CGT de la région parisienne, la FTM (Fédération CGT (...)

3C’est donc l’ensemble de la décennie qui, au regard de ces deux axes, apparaît digne d’examen. L’étude des déclarations, tracts et communiqués, structures d’organisation et actions que produit ou promeut la CGT à tous les niveaux – confédéral, régional ou sectoriel, d’entreprises enfin7 – fait en effet apparaître trois phases dans l’articulation ou la dissociation entre la question nationale algérienne et les revendications d’ordre professionnel et social : de novembre 1950 à mai 1952, de mai 1952 à mars 1956 et enfin de mars 1956 à juillet 1962. La façon dont la CGT considère les Algériens et inversement se modifie alors considérablement – et de manière irréversible.

Décembre 1950-mai 1952 : la CGT, une école politique pour les ouvriers algériens

  • 8 Abdelmalek Sayad, « Les trois âges de l’émigration », Actes de la Recherche en sciences sociales, (...)
  • 9 « Les Algériens parmi nous », Cahiers nord-africains, n° 70, décembre 1958, 232 p., p. 28. CEDETIM (...)
  • 10 Boucif Mekhaled, Chroniques d’un massacre. 8 mai 1945, Sétif, Guelma et Kherrata, Paris, Au nom de (...)
  • 11 Andrée Michel, Les travailleurs algériens en France, Paris, CNRS, 1956, p. 169.

4Les années d’immédiat après-guerre et plus encore le début des années 1950 marquent l’entrée de l’émigration algérienne dans ce qu’Abdelmalek Sayad nomme un « deuxième âge8 ». Numériquement, tout d’abord : les Algériens sont près de 200000 à vivre en métropole en 1954 contre 50000 en 1946 ; ils seront 386000 en 19629. Cette forte accentuation du flux migratoire entre l’Algérie et la métropole trouve, certes, sa source dans la situation économique de la colonie mais pas seulement. L’exacerbation des tensions qui s’amorce avec la répression des émeutes de Sétif, Guelma et Kherrata, le 8 mai 1945, est telle que certains y voient le début d’une logique de guerre10, cet épisode marque, en tout état de cause, l’entrée dans un cycle répressif que scandent les vagues d’arrestations de militants nationalistes, notamment lors des élections municipales d’octobre 1947, puis lors des premières élections, truquées, à l’Assemblée algérienne en avril 1948. Tout autant que la « préoccupation alimentaire11 », l’oppression politique pousse les Algériens au départ en métropole à compter de la fin des années 1940 – laquelle (re)devient un terrain où se structure et se déploie la revendication d’indépendance.

  • 12 Anissa Bouayed, La CGT et la guerre d’Algérie, op. cit., p. 166.

5Cette double matrice de la migration algérienne est prise en compte par la CGT au début des années 1950, notamment au travers des résolutions spécifiquement consacrées à la « main-d’œuvre nord-africaine » (et distinctes de celles relatives à la « main-d’œuvre immigrée ») que la centrale adopte à chaque congrès confédéral à partir de 1948. Ce faisant, « la CGT se trouve dans une position originale par rapport à ses consœurs. À partir de la scission de FO, la CGT reprend les préoccupations de la CGTU, qui affirmait que les coloniaux étaient des « Français par force », et précise le cadre colonial de cette immigration et la dimension nationale des solutions au problème algérien […]. C’est sans doute à partir de cette particularité que la CGT s’avère être, dans les années 1950, le syndicat majoritairement choisi par les travailleurs algériens12 ».

  • 13 Le Peuple, n° 330, 22-29 novembre 1950.
  • 14 Le Peuple, n° 270, 28 avril-5 mai 1949.
  • 15 Léon Gani, Syndicats et travailleurs immigrés, Paris, Éditions Sociales, 1972, p. 164.
  • 16 Laure Pitti, « Renault, la « forteresse ouvrière » à l’épreuve de la guerre d’Algérie », Vingtième (...)
  • 17 Laure Pitti, Ouvriers algériens…, op. cit., p. 364-374.

6En novembre 1950, la centrale syndicale affirme, dans Le Peuple, sa « solidarité agissante avec la lutte menée par les vaillants peuples algérien, tunisien et marocain pour leur indépendance », laquelle « entre dans le cadre de la lutte des peuples pour la paix, la libre disposition d’eux-mêmes et les conditions de vie meilleures13 », alors qu’elle se contentait jusque-là de rassembler les « Nord-Africains » sous la bannière du seul anticapitalisme14. On peut, avec Léon Gani, relier ce « tournant politique de la centrale » à deux facteurs : « D’une part, la CGT n’a plus aucune raison de ménager le gouvernement français qui s’est ouvertement rangé aux côtés de l’impérialisme américain ; d’autre part, l’idée d’indépendance gagne du terrain parmi les travailleurs algériens, devenant une revendication que la CGT ne peut ignorer15. » Par là même, la CGT se distingue radicalement de FO ou de la CFTC, qui refusent de participer aux mobilisations sur la question algérienne puis contre la guerre d’Algérie jusqu’en 1958 dans certaines entreprises, voire jusqu’en 1960 à l’échelle confédérale16, au nom d’un refus des manifestations à caractère politique et d’une vision assimilationniste de la migration algérienne. FO comme la CFTC, dans leur prise en charge des revendications professionnelles et sociales des « Français musulmans d’Algérie » (pour reprendre leur terminologie), notamment en matière d’allocations familiales, ne disent en effet mot du statut de main-d’œuvre coloniale de ces derniers, ni a fortiori des discriminations dont ceux-ci sont l’objet au quotidien, en matière d’embauche et d’encadrement17.

  • 18 « Conférence des travailleurs nord-africains », Le Nord-Africain de la Régie Renault, novembre 195 (...)
  • 19 Le Peuple, n° 330, 22-29 novembre 1950.
  • 20 Syndicalisme et guerre d’Algérie. Fragments d’archives, Archives départementales de la Seine Saint (...)
  • 21 CGT, Syndicat des travailleurs de la Régie Renault, Travailleurs de chez Renault !, tract, 9 mai 1 (...)
  • 22 CGT, 28e Congrès confédéral, Paris, 27 mai-1er juin 1951, Compte rendu.

7A contrario, la CGT apparaît, à compter de la fin de l’année 1950, comme un vecteur de mobilisations multiples pour les ouvriers algériens, dans les usines et lors des manifestations populaires, un outil à la fois syndical et politique tout autant qu’un espace de conjonction entre militants de diverses obédiences. S’y retrouvent en effet des Algériens, par ailleurs organisés au sein du MTLD (Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques) ou du Parti communiste français, où ils font aussi valoir leurs aspirations nationales. Que le tournant politique de la centrale syndicale soit sensible dans un article du Peuple daté de novembre 1950 n’est, en la matière, pas anodin. À cette date, les préparatifs de la IVe Conférence régionale des travailleurs nord-africains s’intensifient : ils voient se multiplier les contacts entre CGT et MTLD, tout au moins à l’échelle de la région parisienne et particulièrement à Renault, bastion CGT tout autant qu’algérien. Cette conférence, annoncée comme revêtant « une importance exceptionnelle18 » dans le journal de la Commission nord-africaine du syndicat CGT des travailleurs de la Régie Renault, se tient à Paris le 3 décembre, sous le double signe de la lutte contre « le joug colonialiste et impérialiste19 », en présence d’un millier de délégués provenant des différentes entreprises de la région parisienne. Elle signe un premier rapprochement entre CGT et MTLD, lequel devient action commune lors de la manifestation du 1er mai 1951, où les ouvriers algériens défilent sous la bannière du MTLD dans le cortège de la CGT, avec des banderoles variées. Elles peuvent être relatives à la situation internationale – « Pas d’inclusion dans le Pacte atlantique » – réclamer l’indépendance, proclamer la solidarité avec la lutte du peuple marocain ou encore porter des revendications plus traditionnelles : « Du travail, pas de chômage20. » Lors de cette manifestation marquée par des heurts entre policiers et manifestants algériens, les Fédérations CGT des Cheminots et du Bâtiment « répondent au coude à coude à la provocation policière21 ». Un pas est franchi dans l’unité d’action, salué comme le passage d’un « soutien moral » à « une aide effective et pratique » par le responsable de la Commission nord-africaine de l’Union départementale CGT de la région parisienne et par ailleurs membre de la Fédération de France du MTLD, lors du 28e Congrès confédéral, tenu fin mai 195122.

  • 23 René Gallissot, Nadir Boumaza, Ghislaine Clément, Ces migrants qui font le prolétariat, Paris, Mér (...)

8Ce coude à coude dans l’affrontement, qui caractérise cette première phase, est patent lors de la journée nationale de grève du 12 février 1952, appelée par un front des libertés auquel participent notamment la CGT et le MTLD – mais ni FO ni la CFTC en tant qu’organisations –, en réaction à l’interdiction de la manifestation commémorative des 9 et 12 février 1934. Aux portes des usines Renault à Billancourt, les heurts sont violents entre policiers et grévistes, dont de nombreux ouvriers algériens. Outre son anti-impérialisme qui inclut la revendication d’indépendance nationale algérienne, le syndicalisme d’affrontement dans lequel s’inscrit alors la CGT apparaît ainsi comme un deuxième facteur qui, selon René Gallissot, peut expliquer « plus que l’attachement de la CGT à la question algérienne, celui des ouvriers algériens à la CGT23 » et les phénomènes d’alliance entre CGT et MTLD qui caractérisent proprement les années 1950-1952.

9Cette phase d’action commune et de double conjonction, organisationnelle et revendicative, atteint son apogée avec les « Journées d’Etudes sur les problèmes des travailleurs nord-africains » qui se tiennent à Paris, les 1er et 2 mars 1952, et signent le rapprochement des plus hautes instances de la CGT et du mouvement nationaliste. Organisées à l’initiative de la Confédération, elles se tiennent en effet en présence de M’Hamed Yazid, chef de la délégation permanente de la Fédération de France du MTLD. Dans leur résolution finale, les 209 délégués présents

  • 24 Le Peuple, n° 402, 13-19 mars 1952.

« affirment leur volonté inébranlable de lutter de toutes leurs forces pour rendre à leur pays l’indépendance nationale, déclarent compter sur les organisations syndicales de la CGT pour les défendre en toutes occasions sur le lieu de travail et en dehors de l’entreprise, adressent un pressant appel à tous leurs compatriotes pour qu’ils rejoignent en masse la CGT et affirment, quant à eux, leur volonté, de militer activement et de prendre les responsabilités syndicales qui leur seront confiées par la confiance des travailleurs à tous les postes du mouvement syndical24 ».

  • 25 L’expression est d’Omar Ouhadj, alors employé à Renault, cf. entretien avec Omar Ouhadj, 15 mai 19 (...)
  • 26 « Union et action », Le Nord-Africain de la Régie Renault ; novembre 1950, p. 1.

10Plus qu’un simple organe de défense des revendications professionnelles et sociales, la CGT apparaît véritablement comme une « école politique25 » pour les ouvriers algériens, dont les responsabilités débutent généralement à l’échelle des entreprises, par des mandats de délégué du personnel et au sein des commissions nord-africaines du syndicat, puis dans les Fédérations de branche, voire dans les instances confédérales. Raison pour laquelle aussi les ouvriers algériens y sont massivement syndiqués. En retour, dans les meetings qui se tiennent durant cette période aux portes des usines sur la question algérienne, la CGT appelle tous les travailleurs à des « débrayages dans l’unité26 ».

  • 27 MTLD, Messali Hadj déporté. Des patriotes algériens assassinés, tract, 21 mai 1952, 1 p., archives (...)

11Point d’orgue de l’unité d’action, l’année 1952 peut aussi en marquer les limites. Lorsque, pour la première fois, le MTLD appelle à « l’union des démocrates français et algériens27 » dans et par la grève, le 23 mai 1952, pour protester contre l’assignation à résidence de Messali Hadj, la CGT reste muette. Seuls les ouvriers algériens sympathisants ou militants du MTLD débrayent. Force est donc de constater que l’unité prônée par la centrale syndicale ne se traduit pas dans l’action quand celle-ci n’en est pas maîtresse – constat qui éclaire d’un jour nouveau ces années 1950-1952 : années d’une conjonction certes, mais seulement dans le cadre d’actions impulsées par la CGT.

Mai 1952-mars 1956 : à l’usine, unité d’action

  • 28 Syndicalisme et guerre d’Algérie. Fragments d’archives, op. cit.
  • 29 La Région Parisienne du MTLD, Nord-Africains !, tract, 1 p., s.d. (début juillet 1953), archives R (...)
  • 30 Parti communiste internationaliste (section française de la IVe Internationale), Coude à coude ave (...)
  • 31 Danielle Tartakowsky, « Un 14 juillet à Paris », dans La guerre d’Algérie au miroir des décolonisa (...)

12Lors de la manifestation parisienne du 1er mai 1953, la prise de distance est nette entre les instances dirigeantes du MTLD et de la CGT : l’organisation nationaliste, en cortège très structuré, soudée autour d’un immense portrait de Messali Hadj, défile à bonne distance de la Fédération CGT du Bâtiment, contrairement à ce qu’il en était deux ans plus tôt. Les banderoles portées par les Algériens restent néanmoins variées, certaines appelant à l’unité de lutte28. Rien de tel en revanche, lors de la manifestation du 14 juillet 1953, organisée sous l’égide du Mouvement de la Paix. Pas plus que le MTLD n’en appelle à l’unité de lutte « entre démocrates français et algériens », invitant au contraire « tous les Tunisiens, Marocains et Algériens de la région parisienne à se grouper derrière ses mots d’ordre démocratiques : pour le respect des libertés démocratiques, pour la libération de tous les détenus politiques, pour la libération de Messali Hadj29 », « l’aide effective et pratique » à la cause algérienne ne semble à l’ordre du jour de la part de la CGT. À la fin de la manifestation, la police tire sur les manifestants, faisant sept morts, six Algériens et un militant syndicaliste français ; mais, à la différence de mai 1951, aucun tract ne se fait l’écho d’un coude à coude face à la répression. Le PCI, comme des « militants critiques du PCF », souligne en revanche l’absence de « solidarité active » à l’endroit des ouvriers algériens30. Si mai 1952 peut représenter une première bascule dans l’histoire des rapports entre CGT et MTLD, juillet 1953 apparaît clairement comme « l’expression d’une césure31 » quant à l’unité d’action entre les deux organisations, tout au moins en matière de manifestations de rue et à l’échelle des instances respectives de direction.

  • 32 « Les travailleurs nord-africains ne confondent pas les paroles et les actes », Le Métallo de chez (...)
  • 33 Ils ont tué, appel au meeting du 15 juillet 1953, 15 juillet 1953, 2 p., p. 1, archives Renault, c (...)

13Pour autant, l’on ne peut cependant dater de cette période la prise de distance des ouvriers algériens d’avec la CGT. Dans l’espace des usines, notamment celles de Renault à Billancourt, les thèmes et les formes de mobilisation comme les rapports des instances locales de la CGT et du MTLD restent en effet, pour l’essentiel, inchangés. Pour preuves, la campagne sur la question des allocations familiales, impulsée en mars 1953, à l’occasion de laquelle un travailleur algérien salue la CGT comme « le seul syndicat qui défende sans restriction nos revendications et nous apporte en toutes circonstances son appui inconditionné dans la lutte que nous menons pour notre libération nationale et sociale32 », ou encore, l’appel à un meeting le 15 juillet 1953 « pour élever d’énergiques protestations contre le crime » et exiger « plus que jamais la libération de tous les patriotes emprisonnés », signé conjointement par le syndicat CGT, la section Renault du MTLD et celle du Parti communiste français33. La division des militants nationalistes en 1953-1954, qui aboutit à la disparition de la « section MTLD de chez Renault », modifie d’ailleurs cet équilibre au profit de la CGT, celle-ci redevenant alors la plus large structure d’organisation des ouvriers algériens dans l’espace de l’usine – espace d’un coude à coude préservé entre ouvriers algériens et français.

  • 34 FO-Hebdo, n° 457, 11 novembre 1954 et Syndicalisme CFTC, n° 495, novembre 1954.
  • 35 PCF, Bureau politique, communiqué du 8 novembre 1954.
  • 36 CGT, Comité confédéral national, communiqué des 9-10 novembre 1954, Le Peuple, n° 469, 15 novembre (...)
  • 37 Michel Dreyfus, Histoire de la CGT, Bruxelles, Complexe, 1995, p. 235.
  • 38 Entretien avec Claude Poperen, 4 juillet 2001.

14Le déclenchement de l’insurrection par le FLN (Front de libération nationale) le 1er novembre 1954, et l’interdiction du MTLD par le gouvernement de Pierre Mendès France le 4 novembre, ne changent pas la donne. Dans l’émigration, l’insurrection surprend ; l’expectative et l’absence d’organisation priment, dans un premier temps, sur le ralliement. De plus, la CGT ne désavoue pas l’insurrection, à la différence des autres centrales syndicales34 ou encore du PCF : là où ce dernier, dans une déclaration de son Bureau politique le 8 novembre, « ne saurait approuver le recours à des actes individuels susceptibles de faire le jeu des pires colonialistes, si même ils n’étaient fomentés par eux » tout en appelant à « reconnaître le bien-fondé des revendications à la liberté du peuple algérien » via une « solution assurant la défense des intérêts de la France35 », la CGT, par un communiqué de son Comité confédéral national les 9-10 novembre, relie les « événements en cours » au « régime colonial qui sévit dans ce pays » et appelle à la « satisfaction des justes revendications et des légitimes aspirations des masses algériennes36 ». En novembre 1954, sur la question algérienne tout au moins, la CGT n’apparaît pas strictement comme « la fille aînée du Parti communiste37 », le constat valant plus encore à Renault où, selon Claude Poperen, « la courroie de transmission fonctionnait [alors] à l’envers38 ».

  • 39 Renault est alors à la pointe de la mobilisation, cf. Laure Pitti, « Renault, la « forteresse ouvr (...)
  • 40 « Pour moi, travailleur algérien, ce Congrès m’a profondément touché », signé « Lattad Laïfa, ouvr (...)

15Dans cette mesure, la conjonction revendicative et organisationnelle reste de mise entre ouvriers algériens et CGT : dès la fin 1954 et tout au long de l’année 1955, les campagnes se multiplient contre « l’état de guerre en Algérie » et pour « soutenir la lutte du peuple algérien pour son indépendance » (décembre 1954-février 1955), puis contre la loi sur l’état d’urgence (mars 1955) et l’envoi du contingent, enfin pour « la fin immédiate de la guerre d’Algérie » et contre la répression (à compter de mai 1955), le plus souvent sous la forme de meetings aux portes des usines39. Elles dessinent un front commun qui, sous les vecteurs de l’anticolonialisme et de l’antifascisme, peut de prime abord apparaître homogène à celui des années 1951-1953 – « un autre visage de la France, la France des travailleurs que nous ne confondrons jamais avec celle de nos oppresseurs », comme le souligne un délégué algérien à l’issue du Congrès de la Fédération CGT de la Métallurgie, fin 195440. La configuration perdure où le syndicat prend en charge des questions du ressort du politique, qui excèdent le cadre français.

  • 41 Ibidem.

16Mais ce front n’est cependant pas sans limites ni équivoques : d’une part, les meetings et pétitions priment sur les débrayages ou les manifestations et peu à peu, la lutte contre la répression prend le pas sur la « solidarité complète et entière à la lutte des peuples d’Afrique du Nord pour leur indépendance41 » dans les tracts ou déclarations de la CGT. D’autre part, la conjonction entre Algériens et CGT se dispose dans le seul cadre du syndicat, sans contacts ni actions communes avec les organisations nationalistes algériennes ; durant cette période, les militants algériens, toujours divisés entre nationalistes et communistes, sont ainsi structurés en deux espaces distincts : hors usine, au sein du MNA (Mouvement national algérien, messaliste) voire du FLN naissant en métropole ; dans les usines, avec la CGT. Le vote des pouvoirs spéciaux bouleverse radicalement ce schéma.

Mars 1956-juillet 1962 : paix et antifascisme versus indépendance

  • 42 PCF, section Renault, Camarades, intensifions notre action dans l’unité, tract, 9 septembre 1955, (...)
  • 43 Le syndicat CGT des travailleurs de la Régie Renault n’est plus en pointe, qui s’indexe désormais, (...)

17Bien plus que l’accentuation de la guerre marquée par la loi sur l’état d’urgence en mars 1955 ou l’insurrection du Nord-Constantinois en août 1955 (suite à laquelle, pour la première fois une « rafle monstre [est] organisée parmi les travailleurs algériens dans toute la France42 », sans que cela ne donne lieu à des protestations autres que verbales de la part de la CGT), la scansion significative des rapports entre CGT et Algériens dans la deuxième moitié des années 1950 se situe en mars 1956. Le vote, quasi unanime, des pouvoirs spéciaux, le 12 mars, que la CGT ne désavoue pas à quelque échelon que ce soit43, voire justifie dans le sillage du Parti communiste, et l’accentuation possible de la guerre au nom de la paix que ceux-ci portent en germe, ouvrent en effet à une phase de prise de distance réciproque entre la centrale et les Algériens en métropole, voire de rupture pour les seconds. La disjonction des actions, mots d’ordre et formes d’organisation qui caractérisent les années 1956-1962 inscrivent dans la durée cette prise de distance, sensible cependant dès les mois qui suivent le vote au travers des scores de la CGT aux élections professionnelles.

  • 44 Laure Pitti, « Renault, la « forteresse ouvrière » à l’épreuve… », op. cit.
  • 45 Entretien avec Omar Ouhadj, 15 mai 1993.

18En matière de motifs et de formes de mobilisations tout d’abord, deux registres radicalement distincts se font jour, à compter de 1956. Le hiatus est net entre, d’une part, les nombreux meetings et pétitions et moins nombreux débrayages que la CGT, de conserve avec le PCF, organise le plus souvent à l’échelle des entreprises contre la répression et pour la paix en Algérie (de 1956 à 1958) puis contre le fascisme (à compter de 1958 et plus encore de 1960 – année qui marque une accentuation en même temps qu’un élargissement des mobilisations, lequel perdure jusqu’en mars 1962) ; et, de l’autre, les formes que revêt la lutte d’indépendance algérienne en métropole. Celle-ci prend en effet les usines pour terrain, au travers de trois grèves pour l’indépendance appelée par le FLN – en juillet 1956, janvier-février et juillet 1957 –, auxquelles les ouvriers algériens participent, massivement mais seuls44. Si la CGT ne désavoue pas ces grèves, elle n’appelle plus à l’union ni à la solidarité active sur le mot d’ordre d’indépendance, revenant à un cadre strict de dénonciation de la répression patronale et de « défense de l’emploi » des Algériens mis à pied ou licenciés suite à ces grèves – un cadre qui « esquive le contexte politique45 ». Ce faisant, le hiatus touche la notion même de politique : nombreux sont en effet les témoignages d’Algériens qui considèrent que les « grèves politiques » sont, durant cette période, de leur seul fait. En tout état de cause, si la CGT continue à prendre en charge des questions du ressort du politique, c’est désormais clairement dans le cadre d’un syndicalisme préoccupé des questions politiques nationales et non plus inscrit dans le camp anti-impérialiste et l’internationalisme. La guerre fait ainsi césure entre la CGT et les ouvriers algériens, césure dont le contraste entre les manifestations du 17 octobre 1961 et de Charonne, le 8 février 1962, peut être un emblème. À l’endroit des Algériens en métropole, le cadre d’action de la CGT se limite désormais au champ professionnel et social – une limite qui n’est pas seulement conjoncturelle, comme le montre par exemple le fait que, à compter de 1959, les résolutions particulières concernant la main-d’œuvre nord-africaine disparaissent des congrès confédéraux, au profit d’une résolution unique relative à la main-d’œuvre immigrée en France.

  • 46 Laure Pitti, Ouvriers algériens…, op. cit., p. 449.
  • 47 Entretien avec Omar Ouhadj, 15 mai 1993.
  • 48 AGTA, Résolution d’orientation, s.d. (vraisemblablement juin 1962, après la session du CNRA tenue (...)

19La disjonction opère tout autant sur le plan des structures organisationnelles. La CGT appelle et participe à la formation de comités pour la paix en Algérie puis de comités antifascistes, à l’échelle des entreprises ou des Unions départementales. A contrario, l’implantation des organisations nationalistes dans l’espace même des usines renforce l’autonomie des Algériens, quand bien même ces organisations prennent appui, officiellement ou clandestinement, sur la CGT. En la matière, deux voies sont en effet à distinguer : celle de la coupure, choisie par les messalistes qui optent pour un syndicalisme séparé, via la création de l’USTA (Union des syndicats de travailleurs algériens) en 1956 ; celle de l’instrumentation, voie que suit le FLN en créant non pas un syndicat mais une amicale, l’Amicale générale des travailleurs algériens en France, en février 1957. La première voie est brève, la seconde plus durable : à partir de 1958, la guerre fratricide qui oppose ces deux tendances du nationalisme algérien en métropole tourne, en effet, en faveur du FLN et donc aussi de l’AGTA. Dotée d’une existence officielle jusqu’en août 1958 (où elle s’implante dans les usines via des « conseils d’entreprise46 » et a des contacts avec la CGT), clandestine parce qu’interdite ensuite, l’AGTA peut apparaître comme la « courroie de transmission du FLN avec le monde du travail47 ». Elle a une « mission d’information » sur « les données du problème algérien » en direction des ouvriers français et prend en charge « un travail d’éducation et de formation de cadres48 », pour lequel elle appelle notamment les ouvriers algériens à « adhérer au syndicat français de leur choix », de préférence à la CGT – preuve que la dimension d’école militante dont celle-ci est investie perdure y compris dans cette période.

  • 49 Cf. sur ce point l’exemple de la Commission nord-africaine de la CGT à Renault, paravent d’un « no (...)
  • 50 Cf. sur ce point la grève de mai-juin 1968 à Renault par exemple, ibidem, p. 460-472.

20Disjonction des mots d’ordre, fonctionnement en autonomie et instrumentation des structures de base de la CGT, par exemple de ses Commissions nord-africaines à l’échelle des entreprises49, apparaissent ainsi comme les trois caractéristiques majeures des rapports entre CGT et Algériens en métropole dans cette dernière période. Si l’indépendance de l’Algérie la clôture, en juillet 1962, qui voit la majeure partie des cadres du FLN formés dans l’émigration rentrer au pays et les liens se distendre entre ouvriers algériens et AGTA en France, la guerre n’en laisse pas moins des traces, notamment en matière d’autonomie des Algériens au sein de la CGT50.

21Au regard à la fois de ses rapports avec les Algériens en France métropolitaine et de ses positions sur la question algérienne, la CGT n’apparaît donc ni monolithique ni figée tout au long des années 1950. Les orientations comme les scansions diffèrent selon les échelles, imposant de ne pas réduire l’étude de la centrale, au moins pour un temps, à son seul espace confédéral.

  • 51 Michel Dreyfus, op. cit., p. 251.

22Reste que cette décennie, si elle est marquée par de nombreux tournants sur ces deux plans, n’en est pas moins cruciale dans l’histoire de la CGT, au-delà même de la seule question algérienne : entre 1952 et 1956, la centrale abandonne progressivement le syndicalisme d’affrontement et la prise en charge de questions politiques autres que françaises, au profit de ce que certains nomment un syndicalisme d’encadrement ou encore de gestion51, qui structure ensuite pour longtemps ses orientations.

Notes

1 Je choisis d’employer ici le terme algérien pour désigner ceux dont la dénomination institutionnelle

à l’époque est français musulman d’Algérie, dans la mesure où c’est par ce vocable que, d’une part, les intéressés se désignent et, de l’autre, que la CGT les désigne, au moins à partir de 1952.

2 Alors statutairement français, et citoyens français lorsqu’ils résidaient en France métropolitaine en vertu de la loi du 20 septembre 1947 portant statut organique de l’Algérie, les Algériens n’étaient donc pas soumis au contrôle de l’ONI (Office national de l’immigration) ni ce faisant, aux mêmes dispositifs que les étrangers en matière d’entrée, de séjour et d’emploi sur le territoire métropolitain.

3 Anissa Bouayed, La CGT et la guerre d’Algérie, doctorat de IIIe cycle, Université Paris VII, 1985.

4 Manoeuvres dans le bâtiment, OS (ouvriers spécialisés) dans la métallurgie.

5 En matière d’embauche, de promotion professionnelle, de formation, de dispositifs d’encadrement et de modes de logement. Sur Peugeot, cf. Nicolas Hatzfeld, Les gens d’usine. 50 ans d’histoire à Peugeot-Sochaux, Paris, Éditions de l’Atelier, 2002, p. 192-193 ; sur Renault, cf. Laure Pitti, « Les “Nord-Africains” à Renault : un cas d’école de gestion coloniale de la main-d’oeuvre en métropole », Bulletin de l’IHTP, n° 83, premier semestre 2004, p. 128-143.

6 Danielle Tartakowsky, « Regards sur le rôle du syndicalisme pour la paix et l’indépendance de l’Algérie », intervention au colloque Le rôle du syndicalisme pour la paix et l’indépendance de l’Algérie, organisé par l’Institut CGT d’histoire sociale et l’Union régionale CGT Île-de-France, Montreuil, 23-24 novembre 2001, Les Cahiers de l’Institut CGT d’histoire sociale, n° 81, mars 2002, p. 19.

7 Plus particulièrement, l’Union départementale CGT de la région parisienne, la FTM (Fédération CGT des travailleurs de la Métallurgie), la RNUR (Régie nationale des usines Renault) – région, secteur et entreprise à forte concentration de main-d’oeuvre algérienne. Concernant l’exemple emblématique de Renault, je m’appuie sur les sources dépouillées dans le cadre de ma thèse : Laure Pitti, Ouvriers algériens à Renault-Billancourt, de la guerre d’Algérie aux grèves d’OS des années 1970, doctorat d’histoire, Université Paris VIII, 2002, à paraître aux éditions Bouchène en 2005.

8 Abdelmalek Sayad, « Les trois âges de l’émigration », Actes de la Recherche en sciences sociales, n° 15, juin 1977, p. 59-79.

9 « Les Algériens parmi nous », Cahiers nord-africains, n° 70, décembre 1958, 232 p., p. 28. CEDETIM (Centre d’études anti-impérialistes), Les immigrés. Contribution à l’histoire politique de l’immigration en France, Paris, Stock, 1975, p. 105.

10 Boucif Mekhaled, Chroniques d’un massacre. 8 mai 1945, Sétif, Guelma et Kherrata, Paris, Au nom de la mémoire/Syros, 1995.

11 Andrée Michel, Les travailleurs algériens en France, Paris, CNRS, 1956, p. 169.

12 Anissa Bouayed, La CGT et la guerre d’Algérie, op. cit., p. 166.

13 Le Peuple, n° 330, 22-29 novembre 1950.

14 Le Peuple, n° 270, 28 avril-5 mai 1949.

15 Léon Gani, Syndicats et travailleurs immigrés, Paris, Éditions Sociales, 1972, p. 164.

16 Laure Pitti, « Renault, la « forteresse ouvrière » à l’épreuve de la guerre d’Algérie », Vingtième siècle, n° 83, juillet-septembre 2004, p. 131-143.

17 Laure Pitti, Ouvriers algériens…, op. cit., p. 364-374.

18 « Conférence des travailleurs nord-africains », Le Nord-Africain de la Régie Renault, novembre 1950.

19 Le Peuple, n° 330, 22-29 novembre 1950.

20 Syndicalisme et guerre d’Algérie. Fragments d’archives, Archives départementales de la Seine Saint- Denis, réalisé par Tangui Perron à partir de films de l’Institut CGT d’histoire sociale et de Ciné- Archives (association gérant les films du PCF), novembre 2001, NB, muet, 12’30’’.

21 CGT, Syndicat des travailleurs de la Régie Renault, Travailleurs de chez Renault !, tract, 9 mai 1951, 2 p., p. 1, archives Renault, classement SGA, service 07 16 « Relations de travail », dossier n° 167, « Tracts avant 1952 ».

22 CGT, 28e Congrès confédéral, Paris, 27 mai-1er juin 1951, Compte rendu.

23 René Gallissot, Nadir Boumaza, Ghislaine Clément, Ces migrants qui font le prolétariat, Paris, Méridiens Klincksieck, p. 61.

24 Le Peuple, n° 402, 13-19 mars 1952.

25 L’expression est d’Omar Ouhadj, alors employé à Renault, cf. entretien avec Omar Ouhadj, 15 mai 1993. Militant du PCF et de la CGT, il sera le responsable de l’AGTA (Amicale générale des travailleurs algériens en France) à compter de 1961.

26 « Union et action », Le Nord-Africain de la Régie Renault ; novembre 1950, p. 1.

27 MTLD, Messali Hadj déporté. Des patriotes algériens assassinés, tract, 21 mai 1952, 1 p., archives Renault, classement SGA, service 07 16 – « Relations de travail », dossier n° 119, chemise mai 1952.

28 Syndicalisme et guerre d’Algérie. Fragments d’archives, op. cit.

29 La Région Parisienne du MTLD, Nord-Africains !, tract, 1 p., s.d. (début juillet 1953), archives Renault, classement SGA, service 07 16 – « Relations de travail », dossier n° 119, chemise juillet 1952. C’est moi qui souligne.

30 Parti communiste internationaliste (section française de la IVe Internationale), Coude à coude avec les travailleurs algériens, tract, 17 juillet 1953, 2 p., p. 1, archives Renault, classement SGA, service 07 16, dossier n° 120, chemise juillet 1953. Maurice Rasfjus, 1953, un 14 juillet sanglant, Paris, Agnès Viénot éditions, 2003, p. 129-137.

31 Danielle Tartakowsky, « Un 14 juillet à Paris », dans La guerre d’Algérie au miroir des décolonisations françaises, sous la direction d’Anne-Marie Pathé et Daniel Lefeuvre, Paris, SFHOM, 2000, p. 473-488, p. 483.

32 « Les travailleurs nord-africains ne confondent pas les paroles et les actes », Le Métallo de chez Renault, supplément à La Vie Ouvrière, n° 446, 18 mars 1953, p. 1.

33 Ils ont tué, appel au meeting du 15 juillet 1953, 15 juillet 1953, 2 p., p. 1, archives Renault, classement SGA, service 07 16, « Relations de travail », dossier n° 120, chemise juillet 1953.

34 FO-Hebdo, n° 457, 11 novembre 1954 et Syndicalisme CFTC, n° 495, novembre 1954.

35 PCF, Bureau politique, communiqué du 8 novembre 1954.

36 CGT, Comité confédéral national, communiqué des 9-10 novembre 1954, Le Peuple, n° 469, 15 novembre 1954.

37 Michel Dreyfus, Histoire de la CGT, Bruxelles, Complexe, 1995, p. 235.

38 Entretien avec Claude Poperen, 4 juillet 2001.

39 Renault est alors à la pointe de la mobilisation, cf. Laure Pitti, « Renault, la « forteresse ouvrière »

à l’épreuve… », op. cit., p. 138-139.

40 « Pour moi, travailleur algérien, ce Congrès m’a profondément touché », signé « Lattad Laïfa, ouvrier de chez Renault, membre du Comité exécutif fédéral », L’Union des Métallurgistes, n° 98, décembre 1954, p. 6.

41 Ibidem.

42 PCF, section Renault, Camarades, intensifions notre action dans l’unité, tract, 9 septembre 1955, 2 p., p. 1, archives Renault, classement SGA, service 07 16, « Relations de travail », dossier n° 123, chemise septembre 1955.

43 Le syndicat CGT des travailleurs de la Régie Renault n’est plus en pointe, qui s’indexe désormais, lui aussi, sur la ligne du PCF ; cf. notamment entretien avec Claude Poperen, 4 juillet 2001.

44 Laure Pitti, « Renault, la « forteresse ouvrière » à l’épreuve… », op. cit.

45 Entretien avec Omar Ouhadj, 15 mai 1993.

46 Laure Pitti, Ouvriers algériens…, op. cit., p. 449.

47 Entretien avec Omar Ouhadj, 15 mai 1993.

48 AGTA, Résolution d’orientation, s.d. (vraisemblablement juin 1962, après la session du CNRA tenue à Tripoli du 25 mai au 7 juin 1962, dont le programme est mentionné dans le texte), 2 p., archives privées d’Henri Benoits.

49 Cf. sur ce point l’exemple de la Commission nord-africaine de la CGT à Renault, paravent d’un « noyau FLN » dès 1955 ; Laure Pitti, Ouvriers algériens…, op. cit., p. 427-432.

50 Cf. sur ce point la grève de mai-juin 1968 à Renault par exemple, ibidem, p. 460-472.

51 Michel Dreyfus, op. cit., p. 251.

Auteur

Chercheuse associée à l’IHTP Chargée de cours à l’Université Paris VIII et Évry

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540