Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Troisième partie. Les militants et l’organisation

Engagements internationaux dans la guerre froide

Jean-Marie Pernot

Texte intégral

1Si la guerre froide est la caractéristique première de la période considérée, deux autres facteurs encadrent alors l’activité internationale de la CGT : la décolonisation et l’émergence d’une entité européenne occidentale, de la Ceca à la mise en place du Marché commun. Ces trois dynamiques, non indépendantes, ont posé chacune des problèmes différents à la CGT, celle-ci cherchant à assurer un minimum de cohérence entre ses principes généraux (la lutte des classes, la solidarité prolétarienne), ses affinités (un communisme philo-soviétique) et ses positions dans l’espace national (le souci de l’indépendance nationale et d’un rôle politique autonome de la France dans le monde).

2La période choisie, les années 1950, bornée de manière souple (1948-1962), présente une certaine cohérence au regard de la situation internationale : le plan Marshall inaugure la guerre froide ; les tensions coloniales commencent un peu avant, avec les grèves des dockers de Sfax (Tunisie) en 1944, le soulèvement de Sétif (Algérie) en 1945, la grève des cheminots d’AOF (fin 1947). 1956 marque une inflexion : malgré l’affaire de Hongrie, la période glisse de la guerre froide à la phase dite de coexistence pacifique ; la guerre d’Algérie s’intensifie alors que les autres territoires de l’ex-Union française ont acquis l’indépendance. En 1962, la fin de la guerre d’Algérie clôt la période des luttes coloniales, le Marché commun s’installe comme un nouveau contexte d’action dont la CGT devra « reconnaître l’existence ». D’autres conflits sont survenus : la fracture sino-soviétique a élargi les failles du monde communiste déjà ouvertes par la mise au ban de la Yougoslavie en 1948, puis en RDA, à Poznan et à Budapest ; au sein de la FSM, une dissociation est apparue au sein de la composante « occidentale » avec l’opposition entre la CGT et la CGIL, amplifiée au cours de la période suivante. Enfin, un tiers secteur syndical s’affirme à l’échelle mondiale, porté par Bandung. Des non-alignés s’organisent par continent entre les deux grands blocs de la CISL et de la FSM : la Cisa en 1956, l’UGTAN en Afrique noire (1957) précède la création de l’ousa.

3Au cours de cette période, les engagements internationaux de la CGT ne sont pas déchiffrables en dehors de son appartenance à la FSM. Elle incarne pour la CGT l’espérance d’un monde pacifié et marchant vers un socialisme orienté vers l’URSS. Il existe, admet-on, des mondes sociaux divers au sein de la FSM mais une seule classe ouvrière internationale dont elle est la forme organisée. La classe ouvrière française est un « détachement national » de cette grande force mondiale. Ces représentations se nourrissent de campagnes de luttes pour la paix, pour la liberté des peuples opprimés par le colonialisme, contre l’armement nucléaire et la remilitarisation de l’Allemagne.

Paix, décolonisation et Europe occidentale

4On observera ici trois champs dans lesquels la CGT s’est engagée au cours de cette période difficile : les luttes pour la paix, les luttes anti-coloniales, les luttes contre la construction de l’Europe occidentale.

La lutte pour la paix, construction d’une représentation internationale

  • 1 Annie Lacroix-Riz, La CGT de la Libération à la scission de 1944-1947, Paris, Éditions sociales, 1 (...)
  • 2 Le Peuple, (17-22 mai 1950) titre : « Projet Schuman… projets allemands. À Bonn, acceptation entho (...)

5L’engagement de la CGT dans les luttes pour la paix, contre le plan Marshall et l’armement atomique va au-delà d’une défense de l’URSS ou de son identité de « fille aînée » du Parti communiste. Il justifie et consolide l’alliance construite au sein de la centrale au moment de la scission de 1947. Lors de la scission de Force Ouvrière, le domaine international a constitué une ligne de partage. Une alliance s’est réalisée entre le courant unitaire et un certain nombre de responsables issus de l’ancien courant confédéré qui ont refusé de rejoindre FO. Au premier chef, Pierre Le Brun mais aussi des économistes, comme Jean Duret, très hostiles à la politique des États-Unis d’après-guerre. Hors du cercle des économistes, des personnalités ayant joué un rôle dans l’ancien courant réformiste comme Louis Saillant ou Alain Le Léap sont restés à la CGT pour des raisons diverses mais dont beaucoup avaient à voir avec les questions internationales. Dans le climat de tension ouvert après 1948, la question de la paix et de la guerre est devenue une préoccupation majeure de la CGT1. L’heure était aux grandes campagnes pacifistes et le Congrès confédéral de 1951 a consacré de longs moments à la popularisation de l’Appel de Stockholm. L’Europe occidentale n’était alors qu’un lieu parmi d’autres de l’affrontement entre impérialisme et socialisme qui faisait peser la menace d’une troisième guerre mondiale rendue terrifiante par la détention de l’arme nucléaire par les Américains. L’annonce du plan Schuman a renforcé le sentiment de danger. Aider à la reconstruction de l’Allemagne, c’était pour la CGT constituer une force destinée à combattre l’Union soviétique2. La campagne de dénonciation a mobilisé l’organisation de haut en bas. Les deux fédérations des Métaux et du Sous-sol joignirent leurs efforts dans des meetings organisés à Denain, Hayange, Forbach, Villerupt et Saint-Étienne. Villes métallurgiques, villes minières bien sûr, mais aussi, pour quatre d’entre elles, villes de l’Est où, si peu de temps après la fin de la guerre, le ressentiment anti-allemand restait plus vivace encore qu’ailleurs.

  • 3 Pour Gary Busch, « sur la durée, et plus particulièrement depuis 1948, le mouvement syndical inter (...)

6La mort de Staline, la fin de la guerre de Corée ont entamé une détente entrecoupée de crises. La bataille pour la paix est restée cependant un enjeu de lutte symbolique très important entre la FSM et la CISL. Au cours de cette période, les grandes organisations syndicales internationales, dont les objectifs proprement syndicaux n’étaient pas manifestes, ont été des acteurs de premier plan de l’affrontement Est-Ouest. La lutte visait à imposer une représentation du camp de l’agresseur : l’expansionnisme communiste pour les uns, le capitalisme impérialiste pour les autres3. Pour la CGT, la FSM incarne à la fois le socialisme auquel sa composante communiste aspire et une représentation du camp de la paix décisive pour rassembler au-delà de la classe ouvrière et incarner les aspirations du « peuple de France ». Elle a, de plus, vocation à devenir le réceptacle des luttes contre la domination coloniale qui pointent dès la fin de la guerre.

Aux frontières du dedans et du dehors, les luttes anticolonialistes

7L’action internationale de la CGT s’inscrit alors dans des valeurs de solidarité à l’égard des peuples opprimés reçues en héritage de l’entre-deux-guerres. Mais elle la conjugue à la Libération avec une certaine intégration dans le grand récit national français, acquis dans sa contribution à la Résistance et illustrée par la présence de ministres « ouvriers » dans les premiers gouvernements d’après-guerre.

  • 4 Raoul Girardet, L’idée coloniale en France 1871-1962, Paris, La Table ronde, 1972. Cité par Philip (...)

8Avant même son adhésion à l’Internationale syndicale rouge, la CGTU avait intégré dans son action syndicale une importante dimension internationale. En janvier 1923, elle avait mené bataille contre l’occupation française de la Ruhr et, deux ans plus tard, contre la répression du soulèvement d’Abd el-Krim au Maroc par l’armée française. La réunification syndicale de 1936 avait eu lieu dans un contexte international où l’antifascisme et la guerre d’Espagne étaient la priorité de l’heure. Le Front populaire tenta de desserrer l’étau du colonialisme dans l’empire français. La gauche française se pénétrait alors d’une sorte « d’humanisme colonial » dans lequel les représentations de la France des lumières et des idéaux émancipateurs de la Révolution française jouaient un rôle important4. Sans tomber dans ce qui pourra devenir après-guerre le point de résistance d’un véritable colonialisme « de gauche », le Parti communiste et la CGT commencèrent alors à s’inscrire dans le mythe républicain porteur d’un certain « nationalisme internationaliste » assez prégnant dans la pensée politique française depuis le xixe siècle.

  • 5 L’Algérie ne faisait pas partie de l’Union française puisqu’elle constituait trois départements in (...)

9À la Libération, la CGT, comme le Parti communiste, fut un peu prise de court par l’émergence de la revendication d’indépendance qui sourdait des premières luttes dans les territoires de l’empire. En 1946, les statuts de l’Union française dotèrent celle-ci d’ambitions humanistes sans toucher véritablement à la situation coloniale. Des droits furent accordés comme le droit syndical mais ils étaient sévèrement encadrés et ne s’exerçaient bien souvent que sous le contrôle des européens5.

  • 6 Cf., par exemple l’intervention d’A. Le Léap au 27e Congrès confédéral : « Nous savons très bien q (...)

10La CGT soutint les luttes d’émancipation sociale qui émanaient des différents territoires de l’Union française. En revanche, elle resta réservée face aux revendications d’indépendance qui s’insinuèrent très vite dans l’action des syndicats, notamment en Afrique sub-saharienne et au Maghreb. Une grande partie des syndiqués de l’administration en 1946 avait partie liée avec le pouvoir colonial ou celui de la résidence. La plupart rejoignirent Force Ouvrière, libérant la CGT de ce poids colonialiste. Dès lors, elle défendit sans concession l’égalité des droits et les revendications des syndicats africains : pleine application du droit syndical, contre le travail forcé, pour un code du travail. Elle soutint les luttes comme celles des cheminots d’Afrique noire au début de 1948. Deux points achoppaient cependant : d’une part, l’autonomie d’organisation que certains syndicats souhaitaient préserver ou acquérir ; de l’autre, la revendication d’indépendance que la CGT préférait formuler comme « lutte légitime pour la libération nationale » mais qu’elle n’acceptait que rarement de poser en terme d’indépendance. Cependant, le soutien de la CGT aux luttes qui mettaient en cause l’ordre colonial ne s’est jamais démenti. Il convient cependant de ne pas sous estimer le jeu parfois ambigu auquel la contraignaient des principes contradictoires qu’elle tentait de concilier. La CGT considérait en particulier que la métropole pouvait encore constituer pour ces pays un facteur de progrès beaucoup plus décisif qu’une indépendance rapide aux conditions imprécises. Même en ce qui concerne l’Indochine, territoire éloigné où la présence française reposait sur un faible enracinement dans l’opinion publique, la CGT restait réservée, au début de la guerre, sur l’expression d’un droit unilatéral à l’indépendance6.

  • 7 Les relations des mouvements de libération avec leurs partis communistes étaient évidemment une pa (...)
  • 8 Hervé Hamon, Patrick Rotman, Les porteurs de valise. La résistance française à la guerre d’Algérie(...)

11Au Maghreb, cette attitude frileuse lui valut immédiatement des déconvenues avec les forces syndicales tôt engagées dans le combat pour l’indépendance. Les organisations marocaine, tunisienne et algérienne se constituèrent toutes trois hors de la CGT et si celle-ci accepta ce choix, les relations entre les syndicalistes maghrébins et métropolitains ne furent jamais sans tensions7. L’organisation française afficha, par exemple, tout au long du conflit algérien une distance au FLN qui la conduisit même à exclure de ses rangs ceux de ses militants qui se joignirent aux « porteurs de valise8 ».

12La centrale de Benoît Frachon dénonça la politique américaine accusée de jeter un regard de prédateur sur les possessions françaises. En Afrique, le remplacement de la tutelle française par l’influence américaine aurait constitué, selon elle, un recul des positions « de classe » à l’échelle internationale. Si la CGT rejeta officiellement tous les impérialismes, elle considéra cependant que l’influence de la classe ouvrière française conduite par la CGT pouvait offrir davantage de chances d’émancipation aux peuples colonisés par la France qu’un basculement dans une libération encadrée par les États-Unis. Le fait que la CISL soutienne l’émancipation des syndicats du tiers-monde vis-à-vis des syndicats des pays colonisateurs était loin de la rassurer. Il confirmait au contraire qu’un recul de l’influence française pourrait signifier un déplacement de ces pays vers le camp atlantique.

13La CGT eut également quelques difficultés à penser le changement politique dans ces pays où la classe ouvrière était un groupe minoritaire et plutôt privilégié au milieu d’une masse de pauvres en état de survie. Le type d’alliance construit dans un tel contexte par les partis ou les fronts de libération privilégiaient les regroupements interclassistes, y compris avec des fragments de bourgeoisies locales lorsqu’elles existaient. Le thème unificateur était nécessairement le rejet de la puissance tutélaire, y compris le rejet de ce que la CGT vivait comme la part d’héritage émancipateur de l’histoire française. Elle pensait alors le changement de manière graduelle, sans exclure l’horizon d’indépendance. Mais elle pensait préférable que les peuples colonisés tirent d’abord parti du potentiel de droits que représentait la métropole et surtout une métropole dans laquelle la classe ouvrière était appelée à jouer un rôle croissant.

  • 9 Tout en reconnaissant le handicap représenté par « l’idéologie raciste, chauvine, colonialiste dév (...)

14Cette position lui valut bien des railleries dans les rangs indépendantistes. L’UGTA l’accusa même à la tribune du Congrès de la FSM (1961) de manquer de pugnacité dans la dénonciation des ratonnades en métropole et des exactions de l’armée française en Algérie9. L’intensification de la lutte contre la guerre au début des années 1960 permit à la CGT de se dégager de ces ambiguïtés et d’affirmer plus clairement l’issue du conflit par l’indépendance.

Une incompatibilité à l’Europe occidentale

15Le rejet de la construction européenne fut une dimension importante de l’engagement international de la CGT jusqu’à la fin des années 1980. Cette persistance devait à un double jugement porté dès le début des années 1950 : elle était considérée à la fois comme un instrument de guerre froide initiée par les États-Unis contre l’Union soviétique et comme la construction d’un sous-ensemble régional impérialiste sous hégémonie économique allemande. Mais l’hostilité à l’Europe puisait à d’autres sources. Deux seront évoquées : un certain anti-germanisme dont l’histoire est ancienne dans la CGT et ce que l’on peut appeler l’impensé d’une alliance gaulliste présente dans l’imaginaire communiste de l’après-guerre.

La question allemande

  • 10 Le Marché commun, « c’est la relance d’une CED armée atomiquement et la mise de l’avance atomique (...)
  • 11 Des contacts avaient été maintenus avec une frange de résistants allemands anti-nazis, communistes (...)
  • 12 Susan Milner, The Dilemnas of Internationalism : French Syndicalism and The International Labour M (...)

16La guerre froide et les menaces sur la paix du monde étaient le fait non seulement des États-Unis mais de tous ceux qui œuvraient à la reconstruction de la puissance allemande. Cette focalisation sur l’Allemagne doit être relevée comme un facteur spécifique de la position de la CGT. L’Allemagne fédérale apparaissait alors aux yeux des cégétistes comme un rejeton monstrueux, croisement produit par l’union des Konzerns allemands reconstitués et de l’impérialisme américain. Le rejet de la CED était avant tout le rejet du réarmement de l’Allemagne et même le Marché commun, assorti de l’Euratom, fut considéré comme la mise à disposition de l’Allemagne du potentiel nucléaire français10. La coupure en deux de l’Allemagne autorisait un double registre de relations avec le voisin germanique : il pouvait exister une solidarité avec la « bonne » partie du peuple allemand, anti-nazie et socialiste, celle de la RDA. L’autre partie apparaissait mal dénazifiée et conduite par les « revanchards ». Nombre de dirigeants de la CGT avaient été résistants. Ils entretenaient un sentiment négatif à l’égard de l’Allemagne, assez largement distribué dans l’opinion publique française. Ce rejet englobait-il le peuple allemand ? La CGT s’en défendait. D’ailleurs, nombre de militants de la CGT aidèrent les militants communistes des syndicats d’Allemagne de l’Ouest, confrontés à une véritable chasse aux sorcières dans le DGB après l’interdiction du Parti communiste allemand en 195611. Mais la condamnation des dirigeants de la RFA ne pouvait exonérer ceux qui les avaient élus, d’autant que l’anticommunisme rigoureux qui régnait en RFA était largement enraciné dans l’opinion publique. Par ailleurs, la renaissance rapide de l’industrie allemande créait une concurrence avec les bassins industriels qui constituaient alors le cœur de la puissance de la CGT. À cela, s’ajoutait un rejet de la social-démocratie dont les syndicalistes révolutionnaires avaient tracé la voie au début du siècle12.

17Cette hostilité à l’Allemagne fédérale s’enracinait dans l’opinion populaire où dominait alors un grand ressentiment produit par les deux guerres mondiales. À cet égard, la relève générationnelle de la fin des années 1980 qui vit arriver à la direction de la CGT des responsables n’ayant pas connu la guerre et la Résistance permit, même si elle ne l’explique pas, un changement de regard sur la politique européenne.

L’impensé d’une alliance gaulliste

  • 13 Patrick Guiol, L’impasse sociale du gaullisme, le RPF et l’action ouvrière 1948-1951, Paris, Press (...)

18Un autre facteur a pu au cours de cette période, encourager l’acceptation d’un certain isolement de la CGT, ce qu’on pourrait appeler l’alliance virtuelle avec le gaullisme. Certes, la courte trajectoire du RPF avait laissé l’empreinte d’un mouvement fortement anticommuniste13. En 1958, le général de Gaulle était qualifié d’homme des monopoles par la CGT et le Parti communiste. Toutefois, en certaines occasions (à propos de la CED par exemple), les possibilités d’une alliance renouant avec la résistance sur fond d’indépendance nationale purent entretenir l’idée d’un compromis possible, sur le dos des États-Unis, entre la classe ouvrière et une frange nationale et industrialisatrice de la bourgeoisie française représentée par le gaullisme. D’une certaine manière, la présence d’un Pierre Le Brun au sein de la direction confédérale constituait l’espace politique d’une telle alliance. La position de Le Brun n’était pas, dans les années 1950, une simple concession à la forme visant à assurer l’illusion d’un pluralisme dans la conduite de l’organisation : il posait symboliquement les bases d’une construction politique englobant un gaullisme national et social qui s’avéra largement mythique mais dont la possibilité pouvait être entrevue au cours des années 1950 et au-delà. Cette éventualité aurait offert une alternative à l’Europe occidentale dominée par la social-démocratie et la démocratie-chrétienne sous le parapluie américain.

Dans la FSM, une confrontation franco-italienne

  • 14 La nature « syndicale » du CCSS appellerait une discussion et des efforts de définition qui n’ont (...)
  • 15 Cf. la contribution de Tania Regin dans ce volume.
  • 16 Onze Unions internationales de secteurs (UIS) furent crées au sein de la FSM, entre 1953 et 1957. (...)
  • 17 La CGIL adopta une position très hostile à l’intervention soviétique en Hongrie, dans une déclarat (...)

19Après la création de la CISL, la FSM devint le lieu d’un nouvel accord politique dont les protagonistes essentiels furent, d’un côté le Conseil central des syndicats soviétiques, de l’autre la CGT et la CGIL, seules représentantes significatives du monde capitaliste au sein de la centrale mondiale14. Le partage des responsabilités au sein de la FSM entre les deux organisations latines fut à peu près égalitaire. Jusqu’à son premier mouvement de retrait, en 1969, la CGIL assura toujours une présence très importante au sein du bureau, dans le secrétariat et dans les UIS de la FSM15. Mais cette répartition des tâches fut aussi une compétition et les tensions entre les deux organisations éclorent très vite. Dès 1957, (4e Congrès de la FSM, Leipzig), la CGIL émit plusieurs critiques à l’égard de la FSM : sa conception de l’unité (trop de dénonciations des scissionnistes), la caractérisation du Marché commun en cours de construction, le mode d’organisation de la FSM, notamment l’absence d’échelons régionaux et la faiblesse des départements professionnels16. Elle déplora la litanie des considérations hagiographiques portées en permanence à l’égard des pays socialistes et y ajouta son désaccord à propos de l’intervention soviétique en Hongrie17.

20Les critiques furent reprises et amplifiées par la CGIL en 1961, au Congrès de Moscou où la centrale italienne réclama la constitution d’une instance de représentation des syndicats concernés par le marché commun. Sur tous ces points, elle se heurta à la CGT qui inspirait la plupart des textes et des thèses soumis aux congrès.

  • 18 À Paris en 1958, Rome et Differdange en 1959, Séclin 1960, Milan 1961, Prague 1962.
  • 19 Le Peuple, 15 mai 1959, et n° 628, 15 mai 1961.

21Le Marché commun cristallisa l’opposition entre les deux centrales qui tentèrent malgré tout d’y intervenir ensemble : un Comité syndical de coordination et d’action des pays du Marché commun (CSCA) fut mis en place et tint six conférences entre 1958 et 196218. Il se réunissait à l’initiative du secrétariat de la FSM, en présence de représentants d’unions internationales de secteurs de la FSM (UIS). Des rapports furent établis, sur l’agriculture, l’émigration, la Sécurité sociale, les femmes travailleuses19.

  • 20 Elle y résista jusqu’au Congrès suivant de la FSM (1965) où la décision fut prise de créer une rep (...)

22Mais ce premier « brouillon » de Comité commun ne convenait pas aux Italiens qui le jugèrent insuffisant, trop propagandiste et peu à même d’ouvrir un dialogue avec les autres forces syndicales. Lors du Congrès de la FSM, en 1961, ils demandèrent la transformation du Comité consultatif en une structure permanente à Bruxelles, orientée vers l’insertion des centrales dans les institutions du Marché commun. Bien qu’elle ait, à plusieurs reprises depuis 1956, demandé aux gouvernements que sa place lui soit reconnue dans les institutions dont elle était exclue, la CGT s’opposa vivement à une telle idée20. Elle y résista jusqu’au congrès suivant de la FSM (1965) où la décision fut acceptée de créer une représentation commune à Bruxelles entre les deux centrales françaises et italiennes.

23Il y eut également au cours de cette période quelques initiatives tournées vers les pratiques syndicales comme la Conférence de l’automobile qui réunit en février 1956 à Saint-Ouen des représentants de Renault, Citroën, Simca, Fiat, Rover, Opel et BMC, ou cette Conférence sur les 40 heures, appelée à Turin par la CGIL piémontaise. Mais elles restèrent de peu de poids dans le travail syndical, face à la multiplicité des initiatives sur la paix, contre l’armement nucléaire et le réarmement allemand. De plus, elles furent entravées par les oukases répétés des syndicats de la CISL et du Secrétariat syndical européen qui réduisirent la participation à ces réunions aux seuls militants communistes prêts à défier leur syndicat d’appartenance.

  • 21 « La CGT est même une des centrales nationales dont l’intervention a contribué à bâtir l’accusatio (...)
  • 22 En 1956, la CSY fut réintégrée dans ses droits à siéger dans les instances de la FSM. Elle se cont (...)

24Avant même l’existence de divergences sur l’Europe, les deux centrales s’étaient opposées à propos des relations avec les syndicats yougoslaves. En mai 1950, la FSM avait exclu de ses instances les représentants des syndicats yougoslaves, taxés d’« agents de la clique fasciste de Tito ». La CGT avait voté ce texte et, comme le rappelle René Duhamel, elle avait même été active dans la procédure d’exclusion21. En 1956, elle renoua avec le syndicat yougoslave alors que la CGIL conserva toujours le contact22.

  • 23 La pression exercée sur les Soviétiques par les Chinois ne fut pas sans effets sur les syndicats p (...)

25Les syndicats soviétiques se gardèrent bien d’arbitrer, au moins publiquement, entre les deux organisations. Dans bien des domaines, la CGT servait leurs objectifs mais pas toujours. Ainsi, après 1956, Khrouchtchev souhaitait un désenclavement de l’Union soviétique et il chercha quelques accommodements avec les gouvernements occidentaux, souci que la CGT ne partageait pas. Et puis, les positions italiennes avaient des soutiens, y compris au sein des syndicats polonais ou hongrois. Les tensions qui pointaient du fait de nombreux syndicats asiatiques23, la volonté d’autonomie plus grande qui montaient en provenance du tiers-monde les incitèrent à favoriser l’accord entre les deux composantes d’Europe occidentale plutôt que de risquer une rupture de ce côté.

  • 24 Marc Lazar, Maisons rouges : les Partis communistes français et italien de la libération à nos jou (...)
  • 25 Il y a un parallèle manifeste entre le débat sur le polycentrisme dans le mouvement communiste et (...)
  • 26 Congrès de la FSM (1957), Compte rendu des débats, p. 358.
  • 27 Lors des congrès de la FSM jusqu’en 1969, la délégation de la CGIL comprit toujours environ un tie (...)

26La mise en regard de la CGT et de la CGIL au cours de ces années fut aussi opposition entre des trajectoires nationales, des cultures et notamment des cultures communistes puisant à des sources différentes. Elles résonnaient des différences existants entre les Partis communistes français et italien, au cours de cette période24 : conception de l’organisation du mouvement à l’échelle mondiale25, dynamique transformatrice des réformes de structure en régime capitaliste etc. Mais elles se coloraient de traits proprement syndicaux sur des questions telles que le rôle de l’unité d’action et la façon de traiter la diversité syndicale, le rôle propre du syndicalisme dans la société capitaliste (et socialiste), la promotion des réformes progressives, le rôle de la science et du progrès technique, la question des alliances internationales. Ainsi, en 1957, alors que la CGT illustrait au Congrès de Leipzig la thèse de la paupérisation absolue et relative des travailleurs, les Italiens s’appuyaient sur le « miracle économique » de la péninsule pour contester le caractère fataliste du syndicalisme promu par l’organisation française26. La position de la CGT apparaissait alors aux Italiens comme statique, assignant au syndicat une fonction purement défensive et insuffisamment dégagée de l’emprise du parti. Non pas sous l’angle du rapport organique car, sur ce plan, les organisations étaient à cette époque logées à la même enseigne mais sous l’angle d’une différenciation insuffisante entre le rôle propre du syndicat et celui du parti. La diversité de la CGIL et notamment la présence d’un important courant socialiste27, dérouta toujours la CGT qui mit fréquemment au compte d’arrangements « à l’italienne » ce que la CGIL appelait, elle, une démarche unitaire. Les questions internationales, par exemple, firent l’objet d’un traitement différent dans les deux organisations : elles furent pour les Italiens un lieu de compromis avec les socialistes italiens nennistes qui, au cours des années 1950, maintinrent un soutien critique au socialisme des pays de l’Est. La démarche visant à tirer la FSM vers une voie plus syndicale et à la détacher de l’orbite des intérêts d’État de l’Union soviétique devint un point d’appui important de l’accord entre communistes et socialistes au sein de la CGIL. Si la CGT, de son côté, s’attacha toujours à ce qu’un « non-communiste » du bureau confédéral dirige le secteur international, cela ne releva d’aucun compromis. À l’exception de René Duhamel, la plupart des titulaires de ce poste firent toujours preuve d’une grande orthodoxie encadrée en permanence par des collaborateurs proches du secrétaire général. Ce qui constitua, plus tard, une entrave pour la CGT, c’est-à-dire la subordination de la FSM à l’URSS, ne fut pas un problème au cours des années 1950 où la CGT participait pleinement à une codécision facilitée par la communion existant entre sa vision géostratégique du monde et celle des Soviétiques. Cela ne signifie pas qu’il n’y eut pas de désaccord. Ceux-ci cependant étaient apaisés par la perception d’un destin commun.

27Au sortir de la guerre, la CGT se posait dans une représentation internationaliste : elle se voulait représentante d’une classe ouvrière française conçue comme détachement national de la classe ouvrière mondiale dont la FSM était la forme organisée. Plus que tous les autres syndicats français de cette époque, elle inscrivait sa vision du monde dans une perspective internationale : ses banderoles de manifestation en témoignaient où la référence à la FSM était permanente ; les Premier Mai internationalistes, les innombrables échos donnés dans sa presse aux faits du monde, aux manifestations d’amitiés entre les peuples, l’ampleur des échanges culturels ou sportifs organisés avec les pays étrangers, tout cela atteste d’une organisation qui récusait l’enfermement sur l’espace national et qui inscrivait son ambition dans un rapport d’ouverture à l’altérité. Deux caractéristiques contradictoires dominent toutefois : le haut niveau de son engagement dans la FSM et son inscription, dans le même temps, dans le grand récit national de la France et de la République.

  • 28 En grande partie les mêmes que celles demandées à la fin des années 1950 par la CGIL et auxquelles (...)

28La relation organique à la FSM surdétermina l’ensemble des engagements internationaux de la CGT, non pas dans un rapport de soumission au monde soviétique mais de responsabilité partagée. Dans de nombreux domaines, la CGT « fit » la politique de la FSM : en Afrique, elle disposait d’une délégation implicite. Sa position sur l’Europe occidentale, particulièrement réticente, nous l’avons rappelé, n’est pas à mettre au seul compte de ses solidarités avec la partie est de l’Europe. En plusieurs occasions, les Soviétiques incitèrent eux-mêmes les Français à « détendre » leurs dénonciations du Marché commun : en 1961, en 1973, des témoignages indiquent que certains dirigeants des syndicats de l’Est comprenaient mal les réticences de la CGT à s’engager dans les institutions de l’Europe occidentale. Il existait bien un problème propre de la CGT qui empêche de penser ses positions et ses pratiques comme de simples relais de la politique soviétique ou comme l’effet d’un choix unilatéral de solidarité avec l’est du continent. Nous avons évoqué le ressentiment à l’égard de la RFA. Il produisit, et pour longtemps, le sentiment politique d’une incompatibilité de destin avec la partie occidentale de l’Europe. Il renforça, par compensation, le rôle référentiel de l’univers soviétique mais il entretint aussi une certaine xénophobie anti-allemande qui se retourna contre la CGT deux ou trois décennies plus tard. Le sectarisme assez général qui marquait les approches de la centrale à cette époque ne fit pas exception dans le domaine international. En fait, la CGT appréhendait assez peu l’altérité dans sa vision du monde : elle tendait en permanence à rabattre ses analyses sur des schémas figés. Dans de nombreux domaines, le raisonnement était binaire, peu ouvert aux nuances. Le stalinisme théorique qui imprégnait encore le communisme français eut sa part dans ces appréhensions du monde réductrices de la CGT. Ses effets étaient redoublés par une sorte d’adhésion au mythe émancipateur de la nation française, du message libérateur dont étaient porteurs la classe ouvrière et le « peuple de France ». La FSM devint ainsi le lieu de cette combinaison entre l’héritage de la Révolution française et son actualisation dans la révolution bolchevique. La CGT n’était pas une adhérente parmi d’autres de la FSM, elle y partageait une « mission » avec son « homologue » soviétique, celle de guider les destinées de l’organisation mondiale qui n’avait plus de pendant politique après la relative dispersion du mouvement communiste international. Cette projection dans la FSM s’éroda dans les années suivantes. Elle s’effondra en 1968 après l’invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes du Pacte de Varsovie. Les tensions avec les Soviétiques allèrent en s’accentuant lorsque la CGT demanda des réformes de la FSM28.

29Les années 1950 révèlent bien une certaine singularité des représentations internationales de la CGT. Certains traits acquis dans cette période cristallisèrent au cœur des représentations de son groupe dirigeant. Ils empêchèrent ou ralentirent l’actualisation de sa perception des enjeux internationaux, en Europe notamment. Il resta longtemps de cette époque un rapport difficile à l’altérité. La CGT continua d’aborder son rapport au monde à partir d’une conception missionnaire qui la posait en avant-garde internationale au double titre de sa nature de classe et de son identité française.

Notes

1 Annie Lacroix-Riz, La CGT de la Libération à la scission de 1944-1947, Paris, Éditions sociales, 1983.

2 Le Peuple, (17-22 mai 1950) titre : « Projet Schuman… projets allemands. À Bonn, acceptation enthousiaste aux accents de Deutschland über alles ».

3 Pour Gary Busch, « sur la durée, et plus particulièrement depuis 1948, le mouvement syndical international a été le lieu des combats les plus ouverts de la guerre froide. D’abord en Europe, plus tard dans le tiers-monde, la compétition et le conflit entre les protagonistes de la guerre froide n’ont pas diminué en dépit du déplacement vers la détente dans d’autres sphères ». Gary Busch, « The Political Role of International Trades Unions », Londres, MacMillan, 1983, p. 4.

4 Raoul Girardet, L’idée coloniale en France 1871-1962, Paris, La Table ronde, 1972. Cité par Philippe Dewitte, « La CGT et les syndicats d’Afrique occidentale française (1945-1957) », Le Mouvement social, n° 117, octobre-décembre 1981, p. 2-32.

5 L’Algérie ne faisait pas partie de l’Union française puisqu’elle constituait trois départements intégrés à la France. Le droit syndical était toutefois restrictif imposant aux responsables de détenir le Certificat d’études primaires, ce qui empêchait certaines unions professionnelles d’avoir des responsables. Cf. à ce sujet, Philippe Dewitte, « La CGT et les syndicats… », op. cit.

6 Cf., par exemple l’intervention d’A. Le Léap au 27e Congrès confédéral : « Nous savons très bien que la guerre ne peut se terminer qu’en négociant avec le véritable représentant du Vietnam, qu’en respectant les principes inscrits dans la Constitution de l’Union française. Le peuple français veut que se termine cette guerre qui nous ruine, qui fait couler le sang des soldats français comme celui des soldats vietnamiens ». Cité par Jean Bruhat, Marc Piolot, Esquisse d’une histoire de la CGT, Paris, Éd. de la CGT, 1967. Au fil du conflit, la position se clarifia et, en décembre 1953, lors d’un meeting à la Mutualité, B. Frachon et A. Le Léap manifestèrent leur « solidarité au peuple vietnamien en lutte pour son indépendance », Le Peuple, n° 448, 1er janvier 1954.

7 Les relations des mouvements de libération avec leurs partis communistes étaient évidemment une partie du problème.

8 Hervé Hamon, Patrick Rotman, Les porteurs de valise. La résistance française à la guerre d’Algérie, Paris, Albin Michel, 1982.

9 Tout en reconnaissant le handicap représenté par « l’idéologie raciste, chauvine, colonialiste développée pendant plus de cent ans par la bourgeoisie et ses soutiens », Ali Yahia, au nom de l’UGTA, reprocha à la CGT une certaine mollesse : « Nous nous attendions cependant à une riposte beaucoup plus puissante de sa part [la classe ouvrière française], et particulièrement de son avant-garde, lors des ratonnades, des arrestations, des assassinats et des déportations qui ont suivi les manifestations du 17 octobre à Paris. » FSM, Congrès de 1961, Compte rendu, p. 252.

10 Le Marché commun, « c’est la relance d’une CED armée atomiquement et la mise de l’avance atomique française à la disposition d’une Allemagne réarmée », Le Peuple, n° 530, 15 mai 1957.

11 Des contacts avaient été maintenus avec une frange de résistants allemands anti-nazis, communistes pour la plupart, encadrés par le Parti communiste dans la Résistance française. Après guerre, ces « syndicalistes allemands libres » retournèrent en Allemagne avec pour mission la reconstruction de syndicats conservant un lien avec la CGT, ce qui fut le cas au moins jusqu’en 1947. Cf. à ce sujet, Gary Busch, The political role…, op. cit., p. 52. À partir de 1955, Leipzig devint le centre d’une intense activité d’échanges entre communistes des deux côtés du rideau de fer, activité dans laquelle plusieurs cégétistes jouèrent un rôle important, du fait de leurs plus grandes facilités de déplacement entre les deux États. Une conférence bi-annuelle se tint dans la ville est-allemande, à l’occasion de la foire internationale, et réunit des militants syndicaux des deux parties de l’Allemagne. Marcel Dufriche fut, au bureau de la CGT, le responsable des activités vers l’Allemagne.

12 Susan Milner, The Dilemnas of Internationalism : French Syndicalism and The International Labour Movement 1900-1914, New York, Berg, 1900 ; Michel Dreyfus, « The Emergence of an International Trade Union Organization (1902-1919) », dans Anthony Carew et al., The International Confederation of Free Trade Unions, Berne, Peter Lang, 2000. Plusieurs épisodes de ces tensions sont rapportés au Congrès d’Amiens par Victor Griffuelhes : cf. Institut CGT d’histoire sociale, 1906 Le Congrès de la Charte d’Amiens, Paris, CGT, 1983.

13 Patrick Guiol, L’impasse sociale du gaullisme, le RPF et l’action ouvrière 1948-1951, Paris, Presses de la FNSP, 1985.

14 La nature « syndicale » du CCSS appellerait une discussion et des efforts de définition qui n’ont pas place ici. On se contentera présentement de les nommer ainsi puisque tel était leur statut au sein de la FSM.

15 Cf. la contribution de Tania Regin dans ce volume.

16 Onze Unions internationales de secteurs (UIS) furent crées au sein de la FSM, entre 1953 et 1957. Tout au long de son existence, les Congrès de la FSM ne cessèrent de regretter leur grande faiblesse.

17 La CGIL adopta une position très hostile à l’intervention soviétique en Hongrie, dans une déclaration critiquée par le PCI. De son côté, la FSM dénonça, par la voix de Louis Saillant, « l’action des groupes contre-révolutionnaires qui ont déchaîné un putsch sanglant en Hongrie » [Archives CGT, Département international, boîte « Hongrie »]. Si quelques dirigeants de la CGT, tels Benoît Frachon, prirent publiquement une position « à titre personnel » favorable à l’intervention contre le soulèvement hongrois, le bureau s’abstint de prendre position, arguant des opinions différentes des organisations confédérées, Le Peuple, n° 518, 15 novembre 1956. Lors du CCN des 22 et 23 novembre suivant, Alain Le Léap justifia l’intervention soviétique mais dénonça la non-déstalinisation du Parti du travail hongrois, faite par Geroe et Rakosi. Il cita parmi les responsables de l’intervention militaire « ceux qui, ayant le pouvoir, n’ont pas su après onze ans de démocratie populaire obtenir la confiance du peuple ». [Archives CGT, Département international, boîte « Hongrie »]. Il quitta peu après ses fonctions à la FSM, au Mouvement de la Paix puis à la CGT.

18 À Paris en 1958, Rome et Differdange en 1959, Séclin 1960, Milan 1961, Prague 1962.

19 Le Peuple, 15 mai 1959, et n° 628, 15 mai 1961.

20 Elle y résista jusqu’au Congrès suivant de la FSM (1965) où la décision fut prise de créer une représentation commune à Bruxelles entre les deux centrales françaises et italiennes ; la CGT, réticente, accepta de reconnaître « l’existence » du Marché commun.

21 « La CGT est même une des centrales nationales dont l’intervention a contribué à bâtir l’accusation contre les syndicats yougoslaves », René Duhamel, Aux quatre coins du monde, Paris, Éditions Sociales, 1981, cité par Marriannick Le Bris, « Les relations de la CGT de France avec les centrales syndicales des Balkans », SEER Revue Europe du Sud-Est, n° 2, 2002, Baden-Baden, Hans Böckler Stiftung/Institut syndical européen, p. 49.

22 En 1956, la CSY fut réintégrée dans ses droits à siéger dans les instances de la FSM. Elle se contenta d’assister en observateur aux congrès. Elle fut active au cours des années 1960 dans le rassemblement des non-alignés et notamment dans l’organisation de « l’appel de Casablanca » (janvier 1963), en lien étroit avec des organisations du Maghreb (UGTA, UMT) d’Afrique noire (UNT Mali, CNT Guinée), ainsi que le Sohyo japonais, la CUT chilienne etc. ; toutes ces organisations étaient dégagées de toute adhésion internationale. Ce regroupement qui eut le soutien de la CGIL fut fraîchement accueilli par la FSM et par la CGT.

23 La pression exercée sur les Soviétiques par les Chinois ne fut pas sans effets sur les syndicats procommunistes du Japon ou ceux de Corée du Nord, d’Indonésie voire du Viêtnam.

24 Marc Lazar, Maisons rouges : les Partis communistes français et italien de la libération à nos jours, Paris, Aubier, 1992.

25 Il y a un parallèle manifeste entre le débat sur le polycentrisme dans le mouvement communiste et son versant « syndical ». Si les conférences des PC se résolurent, au début des années 1960, à entériner une certaine diversité d’approche, la FSM montra beaucoup plus de résistance à admettre la nécessité de modes d’organisation et d’intervention différenciés selon les régions du monde.

Jusqu’à la fin de la décennie 1960, la CGT contribua largement à entretenir cette rigidité. Dans son « testament » politique (1964), Togliatti rangea la FSM au rang des « vieilles formules dépassées » de l’internationalisme communiste ; Lilly Marcou, L’Internationale après Staline, Paris, Grasset, 1979. Le secrétaire (CGIL, socialiste) de la Chambre du travail de Milan qualifia en 1961 la FSM de « répétition aggravée des partis communistes ».

26 Congrès de la FSM (1957), Compte rendu des débats, p. 358.

27 Lors des congrès de la FSM jusqu’en 1969, la délégation de la CGIL comprit toujours environ un tiers de socialistes.

28 En grande partie les mêmes que celles demandées à la fin des années 1950 par la CGIL et auxquelles la CGT s’était alors vivement opposées.

Auteur

Politologue – IRES

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540