Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Troisième partie. Les militants et l’organisation

Les relations entre la CGT et l’Unef, illustration des « trois états de la matière1 » (1948-1962)

Philippe Pechoux

Full text

  • 1 Titre dont la paternité doit être rendue au sociologue Georges Ubbiali, « Militer à GC-UC-VOLO, ou (...)

« On observe un engagement croissant des étudiants contre la guerre d’Algérie, surtout exprimé par leur organisation syndicale l’UNEF qui entretient de bonnes relations avec la CGT »
Georges Séguy, Le 1ermai, les 100 printemps,
Paris, Messidor, Éditions sociales, 1989, p. 19

« Répondant à une lettre de l’UNEF appelant le syndicalisme ouvrier à la rescousse […] Eugène Descamps et moi, conduisant nos délégations CFDT et CGT, nous nous rendons au siège de l’UNEF […]. Une heure après notre arrivée, la direction de l’UNEF ne s’est pas encore présentée. […] Malgré tout ce que tant de désinvolture a d’irritant, nous patientons […] dans le siège de l’UNEF […] mais découvrons un véritable capharnaüm […], sièges défoncés, cendriers débordant de mégots, bouteilles vides […]. C’est finalement le vice-président de l’UNEF, Jacques Sauvageot qui se présente. Il s’excuse à peine de son retard d’une heure et demie. »
Georges Séguy. « Le mai » de la CGT, Paris, Julliard, 1972, p. 19-20.

  • 2 Il faut souligner l’exception en la matière que constituent les ouvrages publiés par l’Université (...)
  • 3 René Mouriaux, Les syndicats dans la société française, Paris, Presses de la PFNSP, 1983, p. 214-2 (...)
  • 4 Alain Monchablon, Histoire de l’Unef de 1956 à 1968, Paris, PUF, 1983 ; Didier Fischer, L’histoire (...)
  • 5 André Barjonet, La CGT, Paris, Seuil 1968. René Mouriaux, La CGT, Paris, Seuil, 1982 ; René Mouria (...)

1Dans le domaine de l’histoire diplomatique, les relations bilatérales ont droit à un florès d’ouvrages. Ce n’est pas le cas des relations intersyndicales tant au niveau européen2, qu’au niveau national3, encore moins entre organisations syndicales dont les champs d’intervention ne se recoupent guère. Ainsi les livres4 et les études consacrés à l’Union nationale des étudiants de France (Unef), union syndicale étudiante, évoquent peu la CGT, avant mai 1968 (hors de notre propos). Quant aux ouvrages consacrés à la CGT5, ils s’intéressent plus aux relations intersyndicales de même échelle : confédération, fédérations professionnelles. Cela n’est en soi guère surprenant au début de la période considérée.

  • 6 Antoine Prost, Éducation, société et politique. Une histoire de l’enseignement de 1945 à nos jours(...)
  • 7 Jean-François Sirinelli, Les Baby-Boomers, Paris, Fayard, 2003.

2Dans la France de l’après guerre, marquée encore par le poids du monde rural et surtout par l’importance de l’industrie lourde (mine, sidérurgie, automobile), la place de l’enseignement supérieur, et singulièrement des étudiants, paraît marginale. Or, dès les lendemains de la guerre, dans une période de pénurie et de reconstruction, on assiste à une lame de fond, tant démographique, économique que sociale, mais dont les ressacs se font sentir jusqu’aux portes des universités. Massification de l’enseignement6 et culture jeune7 d’une part, taylorisation de la production et accès à la consommation de masse, d’autre part, modifient la donne sociale et ce, sur fond d’un État-providence en construction.

3La CGT, comme l’Unef, se retrouvent confrontées à un bouleversement des structures sociales françaises et une radicalisation des relations internationales (guerre froide, décolonisation). La question du rapport complexe au politique que ce soit la CGT avec le PCF ou l’Unef, tiraillée entre chrétiens de gauche et jeunes gaullistes, vient ajouter une variable supplémentaire pour une improbable rencontre. Et pourtant ces relations tournent…

4Entre la CGT et l’Unef, les rapports fluctuants évoquent les différents stades de la matière :

  • d’abord solide, autour de la mise en place de la Sécurité sociale étudiante en 1948 ;
  • ensuite fluide, voire familièrement « liquide », autour des revendications sociales étudiantes (logement, restauration, autonomie financière…) ;
  • enfin, stade ultime, mélange gazeux détonnant, autour du leadership pour la lutte pour la paix et l’indépendance de l’Algérie.

5Il s’agit d’apporter sur ces différents points plus un questionnement ouvert que des réponses prématurées et de susciter un débat sur le rapport de la CGT à la massification de l’enseignement supérieur et à l’émergence de la jeunesse diplômée dans la France des « Trente Glorieuses ».

  • 8 Yassir Fichtali, Qu’est ce que l’Unef ?, Paris, l’Archipel, 2003, p. 23.

« Art. 1 – L’étudiant est un jeune travailleur intellectuel.
Art. 2 – En tant que jeune, l’étudiant a droit à une prévoyance sociale particulière8. »

  • 9 Journal officiel, 23 septembre 1948, reproduit in extenso dans Claude Michel, La CGT et l’enseigne (...)

6Cet extrait de la Charte de Grenoble, adoptée par l’Unef lors de son Congrès national en 1946, aurait pu rester lettre morte. Les mobilisations estudiantines réussies de juin 1947, la place de l’Unef comme seul interlocuteur du pouvoir ne peuvent pas expliquer à elles seules l’obtention par la loi du 23 septembre 1948 de la Sécurité sociale étudiante9.

  • 10 Débat au Conseil économique, 23 juin 1948.

7À l’origine de la proposition de loi, on trouve la CGT. Ce projet est défendu par le groupe communiste à l’Assemblée. Lors du débat préparatoire au Conseil économique du 23 juin 1948, le groupe CGT dépose un amendement rappelant : « […] qu’il est de l’intérêt économique et social du pays d’assurer la Sécurité sociale aux futurs ingénieurs et cadres et membres assimilables des professions libérales10. » Après l’adoption de la loi, le Bureau national des jeunes syndiqués CGT salue l’avancée :

  • 11 Le Peuple, 18 juin 1948.

« Le Bureau national exprime sa satisfaction du vote de l’Assemblée nationale, malgré l’opposition de Daniel Mayer, ministre du Travail […] étendant aux étudiants le bénéfice de la Sécurité sociale, sur l’initiative de la CGT, qui, à la suite de la Conférence nationale des jeunes travailleurs intellectuels, au cours des journées de printemps, proposa le projet de loi demandant cette extension11. »

8On retrouve là, à la fois les attaques contre un ministre socialiste et plus globalement la « Troisième force » au pouvoir, dans le contexte de « guerre froide » naissante. Pour autant, des questions restent posées, à la fois sur l’omission du nom de l’Unef dans le communiqué et le rôle de cette dernière dans le projet de loi. Cette ouverture de la CGT, principale force syndicale ouvrière sur un milieu peu susceptible de sympathie pour une « jeunesse dorée » (même si la réalité sociale des étudiants est plus sombre…) peut surprendre.

  • 12 Annie Lacroix-Riz, La CGT, de la Libération à la scission de 1944-1947, Paris, Éditions Sociales, (...)
  • 13 Annie Kriegel, Ce que j’ai cru comprendre, Paris, Robert Laffont, 1991, p. 369.
  • 14 Annie Kriegel, Ce que j’ai cru…, op. cit., et notamment « Une génération communiste du Quartier la (...)
  • 15 Texte de la « sous-section » étudiante du RPF dans Rassemblement du peuple français. Premières ass (...)

9On peut avancer plusieurs hypothèses qui demanderaient des recherches archivistiques plus poussées à défaut de témoignages. On peut penser que la page de la reconstruction et de la « bataille de la production » n’est pas complètement tournée12, que le programme éducatif de la Résistance, incarné par le plan Langevin-Wallon, est encore une exigence. On peut avancer aussi que certains étudiants, particulièrement les élèves de l’École normale supérieure, adhérents à la CGT13 et à l’Unef14, portent ces revendications au sein de la Confédération. Enfin, il n’est pas exclu que des approches électorales n’aient pas été totalement absentes. C’est du moins la crainte exprimée par les jeunes gaullistes : « Les délégués redoutent que les étudiants, à l’occasion des élections au Conseil d’administration des caisses de Sécurité sociale, ne soient contraints de prendre parti pour tel ou tel syndicat politisé. Ils tiennent à l’indépendance syndicale des étudiants15. »

  • 16 Le Peuple, 9 septembre 1948.

10Les motivations sont donc variées et demanderaient à être clarifiées. Il semble que cette prise de position en faveur des étudiants ne soit pas simplement conjoncturelle de la part de la centrale ouvrière. En effet, dès août 1948, la CGT dépose un nouveau projet de loi par le biais du groupe parlementaire communiste tendant à franchir un cap nouveau pour « permettre aux fils d’ouvriers de poursuivre leurs études ». Le projet prévoit : « art. 1 : à assurer la gratuité complète de l’enseignement supérieure ; art. 2 : à attribuer, sous certaines réserves, une rémunération aux élèves et étudiants de cet enseignement ; art. 3 : à préparer la réorganisation de la formation technique et supérieure16. »

  • 17 L’expression est due à la JEC dès 1944. Je me permets de renvoyer à Philippe Pechoux, « Les avatar (...)
  • 18 Didier Ficher, L’histoire des étudiants…, op. cit., p. 113.

11En 1948, la CGT et l’Unef convergent sur une avancée majeure : la Sécurité sociale pour des jeunes en formation, futurs salariés. Cela implique aussi d’autres engagements. C’est d’ailleurs ce qu’évoque l’article 2 du projet de loi cité ci-dessus. Après la Sécurité sociale, le second étage de la fusée du statut du « jeune travailleur intellectuel » revendiqué par la Charte de Grenoble passe par une rémunération, un « pré-salaire17 » ou une « allocation d’études18 ». C’est ce à quoi vont s’employer les deux organisations syndicales, la CGT et l’Unef dans la fragile et instable IVe République, avec plus ou moins de succès.

  • 19 René Mouriaux, Le syndicalisme en France depuis 1945, Paris, la Découverte, 1994, p. 44.
  • 20 André Barjonet, La CGT…, op. cit., 131.

12Il faut d’abord souligner que, durant cette période, particulièrement après 1948, la CGT est largement absorbée par la lutte pour la paix, isolée dans le contexte de la guerre froide et de guerres coloniales (Indochine, Corée…) mais aussi de raidissement idéologique19 (abandon d’une démarche programmatique pour une ligne de « paupérisation absolue »). L’action revendicative quotidienne ne peut que s’en ressentir20. Pour autant, cette période de « glaciation » ne rejaillit pas mécaniquement sur la question étudiante.

13Ainsi, au Conseil économique et social, la CGT défend, lors d’un projet consacré à la formation des ingénieurs et cadres techniques moyens, un projet ambitieux : « Les moyens financiers nécessaires doivent être accordés en cours d’études aux élèves ne disposant pas de ressources suffisantes lorsque leurs aptitudes et leurs efforts le justifient. » Nous [la CGT] avons opposé le texte suivant : « Un pré-salaire couvrant les besoins minima vitaux et les frais de scolarité doit être alloué, au titre de l’apprentissage et de la formation professionnelle, aux élèves ingénieurs et cadres techniques moyens satisfaisant aux épreuves prévues par les programmes de ces écoles. » L’amendement n’est pas adopté à la suite de l’abstention de la CGC et de FO. Pour autant, y a-t-il identité de vue sur le sujet de l’allocation d’études/pré-salaire entre la CGT et l’Unef ?

14En 1955, le projet Berthoin, du nom du ministre de l’Education, propose une réorganisation de l’enseignement public, avec un chapitre consacré au salaire étudiant. On peut mesurer à cette occasion la similitude d’analyse des deux organisations sur les dangers de cette réforme. C’est le sens de la lettre adressée à Leriche, représentant de la CGT, au Conseil économique et social par le vice-président de l’Unef, François Borella :

« Je n’ai pas eu le temps hier soir, à l’issue de la discussion et du rejet du rapport Soula, de vous exprimer la reconnaissance de l’Union nationale des étudiants pour le soutien que vous lui avez accordé, en défendant les grandes lignes de notre projet d’allocation d’études. Je regrette que les mesures constructives n’aient pu être définies, mais je pense, comme votre organisation, qu’il était préférable de rejeter le rapport Soula plutôt que d’admettre des solutions qui, d’un certain point de vue, apparaissent comme plus graves que le statu quo actuel. Je pense que les rapports que nous avons eu l’occasion d’établir se poursuivront dans l’avenir. En vous renouvelant notre reconnaissance… »

  • 21 René Mouriaux, Le syndicalisme en France depuis 1945…, op. cit., p. 44.
  • 22 Cf. le projet déposé par Roger Garaudy, député communiste, en janvier 1956.

15Le rapport du professeur Soula, présenté au Conseil économique, sur « les allocations d’études et leur rôle dans un enseignement adapté aux besoins de l’économie » fait l’objet de critiques communes21. Le projet défendu par la CGT reprend les propositions de l’Unef. Mais pour la confédération ouvrière, c’est une reconnaissance de son rôle majeur dans le débat sur la condition étudiante. C’est aussi un gage d’une action pérenne alors que la rencontre paraît ponctuelle. Le projet, contesté, d’allocation d’études annoncé par le rapport Berthoin est victime de l’instabilité gouvernementale et des « événements » en Algérie. Le pré-salaire, véritable serpent de mer, réapparaît à l’occasion de projets de loi22, de rapports, comme le rapport Diniech (avril 1956) ou de grève nationale étudiante : que l’on songe à la manifestation à Paris, le 27 mars 1957.

16À la fin de la IVe République, le projet de salaire étudiant n’a pas vu le jour, malgré les convergences entre la CGT et l’Unef. Cette dernière exprime sa « reconnaissance » à la grande centrale syndicale ouvrière. Mais la croissance des effectifs étudiants, la pression militaire pour trouver les troupes nécessaires au « maintien de l’ordre » en Algérie, donnent une place centrale à l’Unef. Elle a désormais l’initiative. Par contrecoup, la CGT semble perdre le leadership sur la lutte anti-coloniale dans la jeunesse scolarisée et plus largement sur une fraction de l’opinion publique. Comment expliquer cette inversion des rapports ?

  • 23 Cf. le Colloque des 23-24 novembre 2001, consacré au rôle du syndicalisme pour la paix et l’indépe (...)
  • 24 Jean-Yves Sabot, Le syndicalisme étudiant et la guerre d’Algérie. L’entrée d’une génération en pol (...)

17Sur la question de la guerre d’Algérie, beaucoup de travaux ont été réalisés tant sur et par la CGT23 que sur l’Unef24. Il s’agit plus ici de s’interroger sur les rythmes et les dynamismes de chacune des organisations et de formuler des hypothèses sur les décalages qui ont pu survenir entre elles, dans une période de tension croissante dans la société française.

  • 25 Cf. les exemples cités de Grenoble et de Strasbourg par Didier Fischer, L’histoire des étudiants…, (...)

18L’Unef, depuis 1956, connaît une vigueur nouvelle, avec l’accession à sa direction, de la tendance dite « mino » influencée par la JEC et proche de la tendance « Reconstruction » de la CFTC. Bref, la nouvelle orientation de l’Unef met fin à un « apolitisme » de façade, proche de la droite anti-communiste, pour distiller dans l’organisation étudiante un catholicisme progressiste aux origines de la « seconde gauche ». La CGT, quant à elle, connaît à la fois les difficultés d’un isolement syndical et, par ricochet, les crises du mouvement communiste international (20e Congrès du PCUS, intervention soviétique en Hongrie). Mais l’orientation syndicale de la CGT n’est pas réductible à la « main de Moscou », explication mono-causale, trop parfois à l’honneur chez certains. Le contexte politique est propice à des rapprochements sur la lutte pour la paix, contre les guerres coloniales, cheval de bataille de la CGT, ainsi que contre la prise du pouvoir par le général de Gaulle. À cette occasion, la CGT et l’Unef se retrouvent au coude à coude le 28 et le 30 mai, à Paris comme en province25.

  • 26 Le Syndicalisme étudiant et le problème algérien, Lille, Coopérative de l’Agel, 1960, p. 91.

19La direction de l’Unef s’engage très rapidement sur une solution de paix négociée en Algérie alors que certains de ses adhérents optent pour un soutien actif au FLN, comme « porteurs de valise ». Les membres de l’Unef engagent alors une démarche unitaire dont l’organisation syndicale étudiante est, de fait, le pivot. Comme le rappelle la motion du Congrès de Lyon, les adhérents de l’Unef « décident de soutenir et de promouvoir sur le plan national et local toute action positive de l’Unef, des associations générales d’étudiants, des syndicats ouvriers et universitaires, pouvant nous rapprocher d’une solution du conflit26 ». La lutte contre la résiliation du sursis pour les jeunes du contingent appelés à « maintenir l’ordre en Algérie », en particulier les étudiants, devient le tremplin qui donne une place centrale à l’Unef. Celle-ci relègue les autres organisations syndicales, dont la CGT, à la périphérie. L’Unef, syndicat unique des étudiants, dans un monde syndical salarié éclaté, réunit un étudiant sur deux, ce qu’aucune confédération ouvrière n’est capable de faire. Elle est un trait d’union entre la CFTC, la FEN, FO et la CGT, non sans tiraillements sur les règles de préséance.

  • 27 La CGT appelle le 27 octobre à une « Journée nationale d’action ». Cf. Jean Bruhat, Marc Piolot, E (...)
  • 28 Les Cahiers du Communisme, (n° 11, novembre 1960, p. 1704-1722, cité par Jacob Moneta Le PCF et la (...)
  • 29 Philippe Robrieux, Notre génération communiste (1953-1968), Paris, Robert Laffont, 1977, p. 220-22 (...)
  • 30 Madeleine Singer, Histoire du SGEN (Syndicat général de l’Éducation nationale) 1937-1970, Lille, P (...)

20Il faut souligner dans ce cadre, l’épisode du meeting du 27 octobre 1960 où, à l’appel de l’Unef et avec le soutien de la FEN, de la CFTC et de FO, et malgré l’opposition de la CGT27 (et du PCF28), près de 10000 à 15000 étudiants répondent présents à l’appel. Cela débouche sur une manifestation, interdite, au Quartier latin. Certains auteurs ont vu ce refus comme l’illustration de la courroie de transmission politique du PCF sur la CGT29, voire la peur pour la Confédération d’apparaître comme une simple « force d’appoint30 ». Mais aucune de ces explications n’est totalement satisfaisante. Il faut rappeler que, à la suite du mouvement contre la guerre d’Algérie, l’Unef, la CGT ainsi que d’autres organisations syndicales et politiques se retrouvent côte à côte, le 22 avril 1961 lors du putsch des généraux à Alger, lors du 8 février 1962, après les plasticages de l’OAS, à la manifestation – sans FO – qui tourne au drame du métro Charonne (8 morts adhérents de la CGT) et enfin le 13 février, lors des obsèques des victimes réunissant plus de 500 000 personnes.

  • 31 De ce point de vue, la réaction de Georges Séguy, en 1968, cité au début de ce texte paraît releve (...)

21Il ne s’agit pas pour autant d’éluder le hiatus du 27 octobre 1960 entre l’Unef et la CGT et d’essayer d’avancer des explications plus culturelles que politiques. D’une part, il faut voir dans la démarche de l’Unef, qui n’attend pas le feu vert de la CGT, une réaction propre à la jeunesse de cette époque qui s’affranchit de la tutelle des « adultes » ou des autorités, Église, syndicats, partis. De l’autre, il faut souligner la distance générationnelle des interlocuteurs de la CGT qui, pour certains ont l’âge des parents de ces « trublions » estudiantins. Au compte de la CGT, il faut aussi inscrire une certaine permanence des responsables alors que les dirigeants de l’Unef ne restent que le temps de leurs études (4 à 5 ans). Enfin, il ne faut pas négliger une culture cégétiste, faite d’un sentiment contradictoire d’« infériorité scolaire » et de supériorité des pratiques ouvrières, faites de discipline, d’ordre et de ponctualité, à la différence du dilettantisme supposé des étudiants31. Ces hypothèses demanderaient à être vérifiées par une étude reposant sur les souvenirs des acteurs de l’époque et une véritable approche prosopographique.

  • 32 Cf. l’appel du Bureau politique du PCF, (5 janvier 1954), reproduit in Véronique Aubert et al., La (...)

22Il ne faut pas négliger non plus les éléments structurels. Depuis la scission de la FEN qui, en 1948, a choisi l’autonomie et l’abandon sur les directives politiques32 du PCF en 1954 de la double affiliation FEN et CGT, cette dernière ne dispose plus d’une relation directe et intime avec le monde enseignant, à de rares exceptions près comme dans l’enseignement professionnel.

  • 33 Cité par Didier Fischer, L’histoire…, op. cit., p. 237.

23Il faut ajouter à propos de l’Unef une certaine griserie liée au succès, l’affranchissant des « avant-gardes » traditionnelles politiques et syndicales, pour se laisser aller à s’imaginer elle-même incarner la relève en la matière. Bref, selon la formule d’Alain Montchablon, l’Unef serait devenue une « avant-garde fédératrice des forces de gauche33 ». C’est aussi là le début de ses graves difficultés après 1962…

24En conclusion, on ne peut se satisfaire du découpage chronologique retenu qui n’a d’autre vertu que d’être pédagogique, à défaut d’être réellement explicatif. Si les convergences, fortes au début de la période, entre la CGT et l’Unef, ne cessent de se distendre, c’est aussi et principalement qu’on est passé de revendications à caractère social (Sécurité sociale étudiante en 1948, allocation d’étude au cours des années 1950) à une expression politique contre la guerre après 1956. De périphérique, la question étudiante est devenue centrale, avec l’appel au contingent et la résiliation des sursis militaires. L’Unef se présente comme incarnant la jeunesse et la CGT la classe ouvrière, même si la réalité est plus complexe. L’une devient une valeur montante soudée par une classe d’âge, l’autre est confrontée à l’émergence d’« une nouvelle classe ouvrière » – jeunes techniciens, ouvriers issus du monde rural, immigrés… – qui n’a pas la culture des bastions industriels traditionnels.

  • 34 Michel Dreyfus, Histoire…, op. cit., p. 235.

25Pour finir, la clé politique n’ouvre pas toutes les portes. La CGT ne se réduit pas à être la « fille aînée34 » du PCF, ni l’Unef, la matrice de la « seconde gauche » et du PSU. En revanche, les deux organisations sont des laboratoires de confrontation d’une culture que l’on pourrait qualifier, pour la CGT, de marxiste orthodoxe pro-soviétique et pour l’Unef, de synthèse improbable d’un catholicisme progressiste tiers-mondiste ainsi que d’un marxisme hétérodoxe critique, dans un rapport à une société en mouvement. L’épuisement de la grille de lecture de la première explique sans doute le succès de l’autre : l’essoufflement de la CGT d’une part, le dynamisme de l’Unef, de l’autre.

26Enfin, on ne peut faire l’impasse sur les structures et les individus. Vieillissement probable des responsables syndicaux ouvriers, turn over permanent des dirigeants étudiants, classe d’âge de la Résistance contre génération du baby boom, certificat d’étude à la communale contre licence à l’Université, expérience du travail ouvrier contre dilettantisme des « héritiers », culture ouvrière contre culture littéraire : on pourrait multiplier les oppositions, forcées, non réductibles à une lecture à l’appartenance politique. Ces hypothèses demanderaient à être validées par une approche plus fine à laquelle cette contribution ne saurait répondre mais dont les acteurs de l’époque ont la réponse.

27Enfin, les cartes ne sont pas figées dans une société en mouvement. Après 1962, sortant de son isolement, la CGT apporte des réponses structurelles – création de l’Union générale des ingénieurs et cadres, Centre confédéral de la jeunesse – et des pratiques unitaires nouvelles avec la CFDT, alors que l’Unef s’enfonce dans une crise d’identité où le politique prend le pas sur le syndical. Mai 68 reposera la question des étudiants et des ouvriers, de la CGT et de l’Unef, mais dans un contexte nouveau où le syndicalisme salarié, et singulièrement la CGT, a sans doute plus gagné que le syndicalisme étudiant.

Notes

1 Titre dont la paternité doit être rendue au sociologue Georges Ubbiali, « Militer à GC-UC-VOLO, ou les trois états de la matière », Cahiers Léon Trotsky, n° 79, décembre 2002, p. 55-70, journée d’étude à l’Université de Dijon, sous la direction de Serge Wolikow, L’histoire de l’extrême gauche française, une histoire impossible ?

2 Il faut souligner l’exception en la matière que constituent les ouvrages publiés par l’Université de Dijon et l’IHS-CGT : Tania Regin et Serge Wolikow (dir.), Les syndicalismes en Europe, tome 1, À l’épreuve de l’International ; tome 2, À l’épreuve de l’État ; tome 3, À l’épreuve de l’Histoire, Paris, Syllepse, 2002.

3 René Mouriaux, Les syndicats dans la société française, Paris, Presses de la PFNSP, 1983, p. 214-222.

4 Alain Monchablon, Histoire de l’Unef de 1956 à 1968, Paris, PUF, 1983 ; Didier Fischer, L’histoire des étudiants en France (de 1945 à nos jours), Paris, Flammarion, 2000.

5 André Barjonet, La CGT, Paris, Seuil 1968. René Mouriaux, La CGT, Paris, Seuil, 1982 ; René Mouriaux, Guy Groux, La CGT, crises et alternatives, Paris, Economica, 1992 ; Michel Dreyfus, Histoire de la CGT, Bruxelles, Complexe 1995.

6 Antoine Prost, Éducation, société et politique. Une histoire de l’enseignement de 1945 à nos jours, Paris, Seuil 1997.

7 Jean-François Sirinelli, Les Baby-Boomers, Paris, Fayard, 2003.

8 Yassir Fichtali, Qu’est ce que l’Unef ?, Paris, l’Archipel, 2003, p. 23.

9 Journal officiel, 23 septembre 1948, reproduit in extenso dans Claude Michel, La CGT et l’enseignement, Institut CGT d’histoire sociale, 1990. Cet ouvrage est fondamental non seulement pour comprendre les relations entre la CGT et l’éducation mais aussi pour suivre l’évolution du système éducatif après 1945, particulièrement l’enseignement professionnel. Il s’agit de la publication imprimée et réduite d’une version, à l’origine en 3 volumes polycopiés, somme précieuse de chronologie annuelle, de recueil de textes et d’analyses. Les citations de cette contribution sont largement redevables de ce travail remarquable.

10 Débat au Conseil économique, 23 juin 1948.

11 Le Peuple, 18 juin 1948.

12 Annie Lacroix-Riz, La CGT, de la Libération à la scission de 1944-1947, Paris, Éditions Sociales, 1983, p. 368.

13 Annie Kriegel, Ce que j’ai cru comprendre, Paris, Robert Laffont, 1991, p. 369.

14 Annie Kriegel, Ce que j’ai cru…, op. cit., et notamment « Une génération communiste du Quartier latin – 1947-1950 », p. 398-435.

15 Texte de la « sous-section » étudiante du RPF dans Rassemblement du peuple français. Premières assises nationales (Marseille 16 et 17 avril 1948), Paris, RPF [1948], p. 153-162. Texte in extenso à paraître dans les Cahiers du Germe.

16 Le Peuple, 9 septembre 1948.

17 L’expression est due à la JEC dès 1944. Je me permets de renvoyer à Philippe Pechoux, « Les avatars du statut social de l’étudiant de 1945 à nos jours », Informations sociales, n° 99, 2002, p. 106-111

(numéro spécial, Les étudiants).

18 Didier Ficher, L’histoire des étudiants…, op. cit., p. 113.

19 René Mouriaux, Le syndicalisme en France depuis 1945, Paris, la Découverte, 1994, p. 44.

20 André Barjonet, La CGT…, op. cit., 131.

21 René Mouriaux, Le syndicalisme en France depuis 1945…, op. cit., p. 44.

22 Cf. le projet déposé par Roger Garaudy, député communiste, en janvier 1956.

23 Cf. le Colloque des 23-24 novembre 2001, consacré au rôle du syndicalisme pour la paix et l’indépendance de l’Algérie, organisé par la CGT, l’Union régionale Île-de-France et l’IHS-CGT, L’Union, supplément au n° 83, décembre 2001.

24 Jean-Yves Sabot, Le syndicalisme étudiant et la guerre d’Algérie. L’entrée d’une génération en politique et la formation d’une élite, Paris, L’Harmattan, 1995.

25 Cf. les exemples cités de Grenoble et de Strasbourg par Didier Fischer, L’histoire des étudiants…, op. cit., p. 228-230.

26 Le Syndicalisme étudiant et le problème algérien, Lille, Coopérative de l’Agel, 1960, p. 91.

27 La CGT appelle le 27 octobre à une « Journée nationale d’action ». Cf. Jean Bruhat, Marc Piolot, Esquisse d’une histoire de la CGT, Paris, CGT, 1967, p. 328. Les auteurs ajoutent : « À Paris, des malentendus de dernière heure, les survivances des réflexes anticommunistes réduisent l’ampleur de la manifestation. » L’explication donnée par René Bidouze, autre responsable CGT, est plus circonstanciée mais tout aussi discutable : « Le 20 octobre, le ministre de l’Intérieur annonce l’interdiction de la manifestation. La FEN et l’Unef négocient un repli dans la salle de la Mutualité. La CGT et le PCF se désolidarisent de cette initiative, qui s’inscrit dans les manoeuvres menées de concert avec Guy Mollet pour substituer au mot d’ordre de négociation avec le GPRA celui de la “table ronde” avec toutes les tendances algériennes. » René Bidouze, Les fonctionnaires sujets ou citoyens ?, Paris, Éditions sociales, 1981, tome 2, Le syndicalisme, de la scission de 1947-1948 à 1981, p. 158-159.

28 Les Cahiers du Communisme, (n° 11, novembre 1960, p. 1704-1722, cité par Jacob Moneta Le PCF et la question coloniale (1920-1965), Paris, Maspero, 1971, p. 262) semblent dénoncer non pas tant la manifestation interdite par le ministre que « l’épreuve de force [du meeting étudiant], qui eût pu servir d’argument pour développer la répression contre notre Parti et la CGT ».

29 Philippe Robrieux, Notre génération communiste (1953-1968), Paris, Robert Laffont, 1977, p. 220-227.

30 Madeleine Singer, Histoire du SGEN (Syndicat général de l’Éducation nationale) 1937-1970, Lille, PUL, 1987, p. 280-281.

31 De ce point de vue, la réaction de Georges Séguy, en 1968, cité au début de ce texte paraît relever, à mon avis, autant du désaccord politique que de la distance culturelle. Sur la question de l’illégitimité scolaire, cf., les réflexions de Bernard Pudal, Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, Presses de la PFNSP, 1989.

32 Cf. l’appel du Bureau politique du PCF, (5 janvier 1954), reproduit in Véronique Aubert et al., La forteresse enseignante. La Fédération de l’éducation nationale, Paris, Fayard, 1985, p. 103.

33 Cité par Didier Fischer, L’histoire…, op. cit., p. 237.

34 Michel Dreyfus, Histoire…, op. cit., p. 235.

Author

Professeur d’histoire et de géographie Membre du Groupe d’études et de recherche sur les mouvements étudiants

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Terms of use: http://www.openedition.org/6540