Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Troisième partie. Les militants et l’organisation

La fin de la IVe République et les luttes pour la décolonisation. Luttes et espoir dans le Tarn

Jacques Nocaudie

Texte intégral

La IVe République

1La IVe République est née au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, par le référendum du 13 octobre 1946. Tout au long de son histoire, du 13 octobre 1946 au 28 septembre 1958, soit près de douze ans, elle sera marquée par la guerre froide, une poussée revendicative permanente et des luttes face aux attaques du patronat et des gouvernements successifs contre les acquis de la Libération.

2Les guerres coloniales sont multiples : du 23 novembre 1946 au 20 juin 1954, guerre d’Indochine ; du 1er novembre 1954 au 19 mars 1962, guerre d’Algérie, ainsi que divers mouvements de libérations nationales en Afrique noire, à Madagascar, en Tunisie, au Maroc ; cette liste n’est pas exhaustive. Une instabilité gouvernementale qui, si elle fait le bonheur des chansonniers, jette le discrédit sur le régime parlementaire et sur la classe politique, favorisant la renaissance de l’extrême droite.

Le contexte

3Le contexte international est marqué par la guerre froide, par les conséquences du plan Marshall sur l’économie française, par la main mise des États-Unis sur les gouvernements européens. Cela se traduira par exemple par l’exclusion des ministres communistes des gouvernements d’Europe tant en France (mai 1947), qu’en Belgique (mars 1947), qu’en Italie (mai 1947), et qu’en Autriche (novembre 1947). Aux États-Unis va sévir une vague anticommuniste (le maccarthysme) qui se traduira par l’emprisonnement ou l’exil de tous ceux qui sont soupçonnés d’être en contact avec les idées communistes. Ces arrestations peuvent se faire sur simple dénonciation anonyme. C’est ainsi que de nombreux créateurs et intellectuels sont contraints à quitter les États-Unis pour éviter la prison, tel Charlie Chaplin. Les années 1950 seront marquées par l’exécution des époux Rosenberg, Ethel et Julius, accusés d’avoir livré des secrets atomiques à l’URSS. Ils seront exécutés en 1953 malgré des millions de protestations des peuples et des dirigeants du monde entier, dont le pape.

4En France, au plan syndical, c’est la scission qui voit la création de FO qui facilite les tentatives de remise en cause du Programme du CNR. Depuis le bombardement de Haïphong, la guerre d’Indochine fait rage. Elle est le premier conflit colonial mené par la France contre un peuple qui réclame son indépendance. Pendant près de neuf ans, elle sera marquée en métropole, par de nombreuses luttes pour la paix en Indochine, comme les luttes des dockers de Marseille et de la quasi-totalité des ports français, des cheminots et de bien d’autres catégories de travailleurs. Ce conflit se traduira par une volonté continuelle des différents gouvernements de faire supporter aux seuls salariés l’effort de guerre, ce qui ne fera qu’amplifier les luttes pour les revendications. Celle des mineurs (4 octobre-29 novembre 1948), très importante dans le bassin de Carmaux Cagnac, sera marquée par une répression féroce du ministre de l’Intérieur, Jules Moch ; celles des travailleurs de la Fonction publique, du secteur nationalisé et partiellement du secteur privé, notamment à travers les grèves du 4 août 1953 au 25 août 1953 contre les décrets Laniel, en sont un exemple.

5Dès 1947, les décrets Lacoste, remettant en cause le statut des mineurs et dont les circulaires d’application verront le jour en septembre 1948, vont être la cause d’une des plus importantes grèves dans les mines. Dans le bassin Tarn-Aveyron (Carmaux, Albi, Decazeville) ce sont 84,5 % des mineurs qui approuvent la grève le 1er octobre 1948. Cette grève débute le 4 octobre 1948 et va durer 56 jours. Elle verra la mise en place dans les cités minières du Carmausin de soupes populaires, au nez et à la barbe des troupes d’occupation (CRS, gendarmes mobiles, paras…) du ministre de l’Intérieur, Jules Moch. Le syndicat des mineurs de Carmaux est dirigé par Marcel Pélissou qui deviendra secrétaire général de l’Union départementale CGT l’année suivante et député communiste en 1956.

61953 verra l’ensemble des professions, dont les mineurs, être de nouveau dans l’action contre les décrets Laniel ; cette grève est très suivie dans les PTT d’Albi et de Castres et les communaux de ces deux villes ainsi que chez les cheminots de l’ensemble du département et les gaziers électriciens. La reprise se fera à partir du 24 août 1953 à l’exception des 220 salariés construisant le barrage des Cammazes qui ne reprendront le travail que le dernier jour du mois d’août.

7Le 1er novembre 1954 est le début de l’insurrection en Algérie. Le 17 juin 1954, avant le déclenchement de la guerre, le Conseil confédéral national de la CGT s’est prononcé pour « un soutien aux aspirations nationales du peuple algérien ». Le 3 novembre 1954, le Bureau confédéral, s’élève contre la répression en Algérie et soutient « les revendications des Algériens et leurs aspirations nationales ». Le 3 novembre 1954, l’Union départementale du Tarn, dirigée par Marcel Pélissou, suit la décision du Bureau confédéral après une discussion assez vive au sein de la Commission administrative.

L’extension du conflit

8Au début de 1955 la répression s’accentue en Algérie. Le 26 janvier 1955, Jacques Soustelle est nommé gouverneur général sous la houlette du ministre de l’Intérieur, François Mitterrand. Le 2 février 1955, Pierre Mendès France démissionne, il est remplacé par Edgard Faure le 23 février.

9Le 31 mars 1955, l’état d’urgence est décrété sur l’ensemble du territoire algérien. Dans le même temps, le rapport Wuillaume-Mairey, fait état de pratiques de la torture en Algérie. Le 19 mai 1955, des réservistes sont rappelés et envoyés en renfort en Algérie. Près de 200°000 soldats vont rapidement se trouver sur le sol algérien. Du 2e Régiment d’artillerie coloniale à Castres et du 22e Dragon d’Albi, des rappelés ainsi que des appelés sont envoyés faire la guerre au peuple algérien. De nombreux jeunes quittent leurs familles et leurs proches pour rejoindre les différents régiments en instance de départ pour l’autre rive de la Méditerranée. Les premiers avis de décès sont envoyés aux familles, l’intensification des combats étant le corollaire de nombreux deuils dans les villes et villages du Tarn.

10Le 1er juin 1955, Habib Bourguiba, fait son entrée en Tunisie dans le cadre des accords d’autonomie interne. Quelques jours auparavant, le 30e Congrès de la CGT a voté une résolution « sur le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ». En plein mois d’août les métallos de Loire-Atlantique mènent une grève qui sera durement réprimée. Le mouvement s’étendra et cinq millions de travailleurs de la métallurgie obtiendront des augmentations de salaire conséquentes. Les salariés du Saut-du-Tarn à Saint-Juéry (près d’Albi) feront grève pendant douze jours pour leurs salaires et rentreront victorieux. Le 17 novembre 1955, se déroulent les élections des administrateurs de la Sécurité sociale. Dans le Tarn, la CGT obtient 42,10 % des suffrages avec six administrateurs à la CPAM et autant à la CAF. Le 29 novembre 1955, le gouvernement Edgar Faure est mis en minorité, il démissionne le lendemain. L’Assemblée nationale est dissoute, les élections législatives sont prévues pour le 2 janvier 1956.

11Dans l’urgence, la SFIO de Guy Mollet, l’UDSR (Union démocratique et sociale de la Résistance) de François Mitterrand, le Parti radical de Pierre Mendès France, les Républicains sociaux de Jacques Chaban-Delmas constituent, le 2 décembre 1955, le Front républicain, en vue des élections du 2 janvier 1956. Le 1er décembre 1955, le Conseil confédéral national de la CGT appelle au rassemblement pour la paix en Algérie. L’Union départementale CGT du Tarn appelle à « se rassembler autour de ceux qui ont dans leur programme la paix en Algérie ».

12La campagne électorale se déroule essentiellement, à gauche, sur le thème de la paix en Algérie. Une affiche du Parti socialiste SFIO proclame : « Parents, jeunes gens, votez pour la paix ! votez socialiste » ! Un parti d’extrême droite, l’UDCA (Union de défense des commerçants et artisans) est créé sur des idées démagogiques, et le réel mécontentement des petits commerçants et artisans. Le poujadisme participe à ces élections. Poujade tiendra une réunion à Castres pendant la campagne réunissant pour l’essentiel les patrons des PME du textile et de la mégisserie, ainsi que quelques commerçants.

13Le 2 janvier 1956, le verdict des urnes tombe : la gauche est majoritaire avec 93 députés SFIO, 76 députés radicaux ou UDSR, auquel s’ajoutent une quinzaine de députés Républicains sociaux, soit 184 députés du Front républicain. Le Parti communiste français dépasse largement les cinq millions de voix et obtient 145 députés. La paix est possible, ceux qui se sont déclarés pour la paix en Algérie sont 339 sur les 544 sièges que compte l’Assemblée nationale. Toutefois l’extrême-droite, camouflée au sein de l’UDCA de Pierre Poujade, entre au Palais-Bourbon avec 51 représentants.

Les luttes dans le Tarn

14Le 2 janvier 1956, un grand espoir de paix en Algérie naît. Le secrétaire général de l’UD-CGT du Tarn, Marcel Pélissou, est élu député ; il est un des 145 députés communistes qui vont siéger dans cette nouvelle Assemblée nationale. Ouvrier mineur à Carmaux, ancien résistant, il est secrétaire général de l’Union départementale depuis 1949, après avoir été, dans la clandestinité et officiellement depuis la Libération, secrétaire du syndicat des mineurs de Carmaux. Il représente l’espoir de toute une population laborieuse de ce département. La paix en Algérie est pour demain ; c’est du moins ce que pensent la majorité des Tarnais comme beaucoup de Français qui ont porté à l’Assemblée cette majorité favorable à une solution négociée.

15Après de multiples tractations, René Coty, président de la République, fait appel à Guy Mollet, dirigeant du Parti socialiste SFIO, comme président du Conseil. Guy Mollet présente son gouvernement à l’Assemblée nationale le 29 janvier 1956 et la confiance lui est votée le 31 janvier.

16Le premier déplacement officiel de Guy Mollet est en Algérie. Le 6 février 1956, sur le Forum d’Alger, une poignée d’ultras « déborde » le service d’ordre et reçoit le Président du Conseil avec quelques tomates. Il n’en faut pas plus à Guy Mollet pour tourner le dos à ses promesses électorales. Le général Catroux démissionne de son poste de Gouverneur général en Algérie ; il est aussitôt remplacé par Robert Lacoste, homme lige de Guy Mollet.

17Les luttes qui ont précédé les élections font que le 28 février 1956 la troisième semaine de congés payés entre dans la législation.

18Le 12 mars 1956 Guy Mollet demande à l’Assemblée nationale de lui accorder les pouvoirs spéciaux « pour régler le problème algérien ». Ils sont votés à une écrasante majorité. La volonté de poursuivre et d’amplifier la guerre ne va pas tarder à se faire jour. Dès le 11 avril, moins d’un mois après, c’est le rappel des disponibles (70°000 de la classe 1952) et le service militaire porté à 27 mois. En six mois, de janvier à juillet, l’armée en Algérie compte 400°000 hommes contre 200°000 avant les élections du 2 janvier.

19Partout en France ont lieu des manifestations contre l’envoi des appelés et des rappelés. Les militaires du contingent luttent contre leur envoi en Algérie y compris parfois dans les casernes. Les travailleurs, avec la CGT, leur apportent leur soutien. Des centaines de manifestations sont organisées, des dizaines de milliers de Français défilent pour la paix en Algérie.

20La répression, féroce, s’abat sur les manifestants, de nombreux militants de la CGT et/ou du PCF sont emprisonnés. Il en est ainsi dans le Tarn, à Albi, à Castres. À Albi, le 25 mai 1956, alors qu’une manifestation de soutien à l’appel du Parti communiste et de la CGT en gare d’Albi-Ville s’est disloquée, un membre du secrétariat de l’Union départementale CGT et militant communiste, Louis Auger (ancien interné de la prison d’Eysses, déporté après la révolte des prisonniers politique dans cette sinistre prison), est « tabassé » par les « forces de l’ordre » dans un café albigeois alors qu’il se désaltère avec les camarades du bureau de l’UD.

21À Castres, le 31 mai 1956, à l’appel de l’Union locale CGT et de la section du PCF, une centaine de manifestants accompagnent à la gare les familles et les sept disponibles en instance de départ pour l’Algérie. Ils doivent prendre le train qui arrive de Mazamet à 19h45 et qui repart vers Toulouse à 20h09. Un important dispositif policier a été mis en place dans la gare et sur les quais. Il y a une brève échauffourée, mais les sept soldats montent dans le train qui part à l’heure prévue. Le 2 juin 1956, quinze personnes sont interpellées par la police venue en grand nombre. Tous sont militants de la CGT et/ou du PCF, deux autres seront arrêtés le lendemain, un cinq jours après. Quinze d’entre eux seront internées au fort du Hâ, sinistre prison militaire de Bordeaux. La Sécurité militaire est chargée de l’instruction de cette « affaire ». Les chefs d’accusation sont : « entrave violente à la circulation de convoi militaire et participation volontaire à une action commise en bande et à force ouverte ». La sanction, prévue par le code de justice militaire, prévoit des peines pouvant aller jusqu’à la réclusion à perpétuité. L’UD-CGT du Tarn, en liaison avec l’UD CGT de la Gironde, le Secours populaire, le PCF ainsi que de nombreuses personnes outrées par cette injustice, organisent la solidarité et l’action pour réclamer leur libération. Parmi eux : Daniel Assalit, (25 ans, correspondant du Patriote), Pierre Maurel, (36 ans, horloger), Faustin Bigou, (38 ans, ouvrier du textile, ancien du Corps franc de la Montagne noire), Henri Ségur, (36 ans, ouvrier du textile), Noël Bernou, (36 ans, ouvrier du textile), Noël Fontès, (52 ans, retraité SNCF secrétaire de France-URSS), Jean Avilès (28 ans, secrétaire du syndicat du bâtiment ancien FTPF), Joseph Cabrol, (44 ans, secrétaire de l’UL CGT de Castres administrateur de la CAF), Émile Tabart, (51 ans, PTT ancien responsable FFI membre du Comité de Libération de Carcassonne), Robert Magne, (29 ans, ouvrier du textile, ancien des Corps francs de la Montagne noire), Lucien Lacroix (31 ans, professeur technique secrétaire de la section du PCF, ancien secrétaire de l’UL CGT de Castres), Yves Alayrac, (32 ans, conseiller municipal salarié de coopérative agricole), Henri Sialino, (30 ans), Marceau Esclassan, (33 ans, cheminot, conseiller municipal PCF, ancien des Corps francs de la Montagne noire, Croix de guerre au titre de la Résistance), François Thomières, (46 ans, PTT ancien membre du Comité de libération de Mauriac en 1944, responsable du syndicat CGT des PTT membre du comité fédéral du PCF), Lucette Ségur-Blasco, (30 ans, responsable syndicale CGT), Gaston Viarouge, (35 ans, enseignant) et Claude Pélissou. Ils vont avoir droit à la vindicte de la justice militaire. Les trois derniers seront relâchés 48 heures après, Joseph Cabrol est placé en liberté provisoire, Yves Alayrac, en vacances, sera incarcéré à son retour de villégiature. Marceau Esclassan sera libéré après 120 jours de détention, Assalit, Ségur, Bigou, Maurel, Bernou, Fontès et Avilès seront libérés au bout de cinq mois de détention. Tout au long de leur emprisonnement, des délégations se rendront à Bordeaux pour soutenir leur action et demander leur libération. La solidarité s’est organisée sous l’égide de l’Union départementale CGT, de l’Union locale de Castres, du Secours populaire, du Parti communiste français, de l’Union des femmes françaises, pour soutenir les internés et leurs familles – certains ont été suspendus de leurs fonctions, d’autres ont été licenciés. Tout cela s’est fait sur le simple témoignage de deux inspecteurs de police, dont un n’était pas présent à la gare de Castres le 31 mai 1956. Le 28 septembre 1956, l’officier chargé de l’instruction, le capitaine Stienne, reconnaît qu’il n’y a pas lieu de poursuivre « du chef de participation volontaire à une action commise en bande et à force ouverte », mais il garde en détention au fort du Hâ les sept derniers emprisonnés. Ils devront attendre un mois pour qu’une ordonnance de non-lieu soit prononcée, et cela surtout grâce à l’action menée tant dans le département qu’en Gironde et nationalement.

22Jacqueline Gueroudj, enseignante en Algérie, militante du PCA (Parti communiste algérien) est assignée à résidence à Rosières, avec ses enfants. Dans cette petite commune du Carmausin, et dans tout le département, la solidarité s’organise autour d’elle : elle a été expulsée d’Algérie sans bagages, sans argent et sans vêtements.

23La presse d’opposition à la guerre d’Algérie est très souvent saisie – c’est le cas du Patriote, journal progressiste de Toulouse – une véritable censure est établie. Le gouvernement veut instaurer une vraie chape de plomb sur ce qui est, pudiquement, appelé « les événements d’Algérie ».

24Le 16 janvier, à Alger, un « attentat » au bazooka est perpétré contre le général Salan. Les conditions, les tenants et les aboutissants de cet « attentat » resteront toujours mystérieux. Il semble que, dans les milieux ultras, la concorde n’ait pas toujours régné. En mars 1957, une délégation de mineurs de Carmaux, de verriers d’Albi, de métallos du Saut-du-Tarn à Saint Juéry, des représentants du PCF, de l’UFF, de l’UD-CGT accompagnés de mères et d’épouses de soldats, se rendent à Paris et demandent à être reçus à l’Assemblée nationale par les différents groupes parlementaires. Seul le groupe du PCF accepte de les recevoir.

25Le 24 mars, le secrétaire général chargé de la police à la préfecture d’Alger, Paul Teitgen, démissionne. Il n’est pas d’accord avec ce qui se passe en Algérie et notamment la torture. Le 28 mars 1957, le général de La Bollardière est mis aux arrêts pour avoir dénoncé la torture en Algérie. Son témoignage fait des remous en métropole. Le 21 mai 1957, le gouvernement Guy Mollet est renversé, après 16 mois de pouvoir : son bilan est dramatique. Le peuple français se sent floué, trahi. Partout dans le Tarn arrivent les avis de décès de jeunes appelés en Algérie, les familles tremblent dès qu’elles voient approcher de leur domicile les gendarmes ou le maire de leur commune car ils pourraient venir annoncer la triste nouvelle, tant redoutée. Sur fond de déception, la rancœur se manifeste de plus en plus vis-à-vis de ceux qui ont trahi leur confiance, au lendemain du 2 janvier 1956.

Une mort annoncée

26Le 2 juin 1957, une journée nationale d’action pour la paix en Algérie se déroule à l’appel de la CGT et du PCF. Près de 2000 personnes manifestent à Albi.

27Le 17 juin 1957, est désigné un nouveau président du Conseil, Bourgès-Maunoury. Il est chargé de poursuivre la même politique que son prédécesseur. Du 16 au 21 juillet 1957, le 31e Congrès de la CGT se penche sur le problème de l’unité et appelle à soutenir les luttes pour l’indépendance du peuple algérien.

28C’est au mois de juillet qu’est prise la décision de construction d’un barrage électrifié le long de la frontière tunisienne, « la ligne Morice » ; elle sera opérationnelle à compter du 2 octobre. Le 30 septembre, le gouvernement Bourgès-Maunoury démissionne, mis en minorité sur le projet de loi cadre pour l’Algérie. Le 5 novembre 1957, Félix Gaillard est chargé de former le nouveau gouvernement. À quelques nuances près, la même politique est poursuivie.

29Le 15 novembre, une journée nationale d’action pour la paix en Algérie est organisée par la CGT et le PCF. Tout le mois de novembre est marqué par des actions pour les revendications à l’appel de la CGT, la CFTC se joint de plus en plus à ces actions. Le 29 novembre 1957, la loi cadre sur l’Algérie est votée par l’Assemblée nationale : elle perpétue et aggrave l’état de guerre. Le 10 décembre 1957, Robert Lacoste déclare : « Le FLN a perdu la partie. »

301958 débute dans un climat de luttes des salariés ; dans toute la France à travers de nombreuses actions, la paix en Algérie est mise en avant. Mais en même temps, l’extrême droite apparaît, sous l’œil passif du gouvernement. Ainsi, le 14 mars 1958, des policiers parisiens manifestent devant l’Assemblée nationale, huant la République. Le 8 février 1958, l’aviation française bombarde le village tunisien de Sakhiet Sidi Youssef près de la frontière algérienne et on dénombre 72 morts. Le prétexte invoqué est que ce village est une base arrière du FLN. L’affaire qui est portée devant le Conseil de sécurité de l’ONU, amoindrit encore davantage le prestige de la France au niveau international.

31Le 30 mars, un grand rassemblement national est organisé par le Mouvement de la paix pour que s’ouvrent les négociations avec les représentants du peuple algérien, la CGT appelle à y participer.

32Le 15 avril, le gouvernement de Félix Gaillard est renversé, l’affaire de Sakhiet Sidi Youssef n’y est pas étrangère. Michel Debré et Jacques Soustelle demandent qu’il soit fait appel au général de Gaulle et préparent sa venue au pouvoir. Le 12 mai 1958, le président de la République, René Coty, fait appel à Pierre Pflimlin pour constituer le nouveau gouvernement. Ce dernier étant jugé trop mou par les ultras de l’Algérie française, ils lancent un mot d’ordre de manifestation en Algérie pour le 13 mai 1958. Le plus gros rassemblement sera celui d’Alger. Cette manifestation, pilotée par des éléments d’extrême droite et par des partisans du général de Gaulle, se transforme en coup de force contre la République française. Un Comité de salut public est constitué, présidé par le général Massu. Des tentatives de mise en place de Comités de salut public, à Albi, Castres et Mazamet, se heurtent à l’opposition des salariés et à la quasi-indifférence des autres couches de la population. Toutefois, partout, la situation évolue d’heure en heure.

33En France, le 14 mai, la CGT appelle à des débrayages contre le coup de force d’Alger. Les actions, bien que très inégales, sont nombreuses. Quelques débrayages ont lieu aux mines de Carmaux et Cagnac, au Saut-du-Tarn, dans le textile à Castres. Leur faiblesse montre que s’il y a un intérêt certain à suivre l’évolution de la situation, les événements précédents ont eu pour effet de démobiliser une bonne partie des citoyens dans le Tarn comme partout ailleurs.

34Le 15 mai, le général de Gaulle se déclare prêt à « assumer les pouvoirs de la République ». Le 16 mai, l’Assemblée nationale vote l’état d’urgence. Une nouvelle journée d’action se déroule en métropole avec des manifestations et des débrayages un peu partout ; la mobilisation est plus importante que le 14 mai. Le 19 mai, des comités antifascistes sont créés à l’appel de la CGT, de multiples actions se déroulent dans tout le pays. Le 24 mai, Pierre Pflimlin démissionne. Dès lors, la porte est ouverte pour l’accession du général de Gaulle au pouvoir. Le 27 mai 1958, une grève générale, à l’appel de la CGT débute à 14 heures, malgré les efforts unitaires, les autres organisations syndicales font la sourde oreille.

35Les 28 et 29 mai, des grandes manifestations sont organisées dans toute la France à l’appel des Comités de défense de la République et de la CGT. Plus d’un million de personnes sont dans la rue dans tout le pays – 500 000 à Paris, 1 500 à Albi, 1 000 à Castres. Ce même 29 mai, le président de la République, René Coty, appelle le général de Gaulle à former le gouvernement. Le 1er juin, de Gaulle présente le nouveau gouvernement devant l’Assemblée nationale qui lui vote sa confiance ; Guy Mollet est ministre d’État. Ce même 1er juin, la Commission administrative de la CGT stigmatise l’abandon de la majorité de l’Assemblée nationale face au coup de force destiné à propulser de Gaulle au pouvoir. La CA de la CGT affirme sa volonté de défendre la République.

36Le 2 juin 1958 l’Assemblée nationale vote les pleins pouvoirs pour l’Algérie à de Gaulle. Le 3 juin, le Parlement est mis en congé. Du 4 au 7 juin 1958 le nouveau président du Conseil, le général de Gaulle, visite l’Algérie. C’est le 4 juin qu’il lancera du haut du balcon du gouvernement général à Alger, son célèbre « Je vous ai compris. » Dans la foulée, le 9 juin, Salan est nommé délégué général en Algérie et le 16 juin Massu est nommé préfet d’Alger.

37Le 12 juin, le Comité confédéral national de la CGT appelle à s’opposer au pouvoir personnel et à intensifier la lutte pour la paix en Algérie. Le 4 septembre, la nouvelle Constitution qui sera soumise à référendum le 28 septembre 1958, est présentée de manière très solennelle, place de la République, pendant que se déroule une contre manifestation à laquelle appelle, entre autre, la CGT.

38Tout au long du mois de septembre, la CGT, le PCF et quelques rares personnalités appellent à voter non à la nouvelle Constitution qui sera la base de la Ve République. Partout, sur les routes, sur les murs, les inscriptions fleurissent : « non au pouvoir personnel », « non à la dictature », « non au référendum ». La nationale 88, entre Carmaux et Saint-Sulpice, est décorée de ces inscriptions en lettres blanches sur le bitume, cela malgré le zèle de la gendarmerie et de la police qui chassent les « écrivains de la contestation ».

39Le 28 septembre 1958, les résultats tombent : 79,2 % de oui, 20,8 % de non ; dans le Tarn avec une forte participation (89,3 %) ce sont plus de 25 % de Tarnais qui diront non. La IVe République a vécu. Aux élections législatives qui suivent, la droite l’emporte largement ; c’est la fin des espoirs de paix rapide en Algérie. Le chemin qui mènera au 19 mars 1962 sera long, semé de luttes, de répressions parfois féroces. La paix finira par être imposée et l’indépendance de l’Algérie sera massivement approuvée par le peuple algérien, à 99 % le 1er juillet 1962. Dès novembre 1961, le Tarn, qui n’aura connu aucun attentat de l’OAS, deviendra une base de repos pour cette organisation d’assassins. En effet, les régions de Castres, Mazamet et de Gaillac serviront de camp de récupération pour les nervis après leurs actions multiples contre le peuple français.

40La IVe République née des espoirs des lendemains de la Libération du joug nazi, le 13 octobre 1946, née des acquis, conquis de haute lutte par les travailleurs qui ont participé à la Libération et au redressement de la France face à un patronat dont la majorité a collaboré avec l’ennemi, cette IVe République sombrera au fil des années dans une politique de collaboration de classe avec ce même patronat revanchard.

Auteur

Institut tarnais d’histoire sociale

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540