Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Troisième partie. Les militants et l’organisation

Programme économique ou programme d’action ? Le tournant du 30e Congrès de la CGT

André Narritsens

Texte intégral

  • 1 En soutien à leur position s’exprimeront Édouard Ehni (Livre), Jacques Marion (Spectacle) et quelq (...)

1À la charnière de la décennie 1950, au sein de la CGT, le débat sur les questions économiques et les stratégies d’action revendicative s’est soudainement emballé. La question est soulevée de la nécessité pour la CGT de disposer d’un programme économique, c’est-à-dire d’un document de référence décliné au niveau des branches et des territoires énonçant des orientations et des objectifs concrets visant à la satisfaction des besoins sociaux et au développement économique du pays. Pierre Le Brun, ancien confédéré, en charge du secteur économique et Léon Rouzaud, secrétaire général de l’UGFF et membre de la Commission administrative de la CGT, considèrent nécessaire un tel programme1 sans désapprouver le programme d’action proposé en substitution. Au fond, le désaccord porte sur le bilan des dix années écoulées depuis la Libération et sur la fonction syndicale dans la société.

Du « plan démocratique » de 1946 à la rédaction d’un programme économique

2Lors du Congrès de 1946, Léon Jouhaux rapportant sur les questions économiques et sociales et les tâches d’avenir, appelle le gouvernement à s’appuyer sur les travailleurs pour réaliser le redressement économique nécessaire à la satisfaction des besoins sociaux. Des transformations structurelles sont nécessaires et un « plan démocratique » considéré comme « une des conditions primordiales du redressement économique » doit être mis en œuvre. Léon Jouhaux réclame la nationalisation du système bancaire, une organisation, une coordination et un contrôle de la production « qui supposent l’intervention des pouvoirs publics et l’existence d’un plan d’ensemble » de la production et de la répartition. Ce plan doit s’appuyer sur « des réformes de structures profondes comportant, en particulier, la nationalisation des secteurs principaux de l’activité du pays, une extension des pouvoirs des comités d’entreprise, une politique sociale progressive ». Un Conseil national économique doit être créé à caractère consultatif.

  • 2 Dans le numéro d’avril 1947 de Servir la France, Marcel Dufriche, dans un article intitulé « Les r (...)
  • 3 Benoît Frachon, Rapport d’activité présenté au 27eCongrès de la CGT (11-15 octobre 1948).

3De fait, en 1946, la CGT s’est impliquée dans les objectifs définis par le Conseil du Plan (Plan Monnet)2, apprécié comme « un programme sérieux de reconstruction, de modernisation et de développement des bases essentielles de l’économie française ». Lors du 27e Congrès de la CGT, Benoît Frachon déclare cependant n’avoir « aucune illusion sur la possibilité d’une planification de la production, dans un régime où les puissances capitalistes, économiques et financières détiennent les postes de commande et dominent l’État3 ».

4En 1948, la page des espérances est tournée. Lors du Congrès de la CGT, Pierre Le Brun dresse un bilan très négatif des évolutions économiques et sociales intervenues depuis 1946, condamne le plan d’aide américain (Plan Marshall) et fait adopter une résolution en sept points, première esquisse de ce qui va devenir le Programme économique de la CGT. Malgré les ruptures de l’année 1947, la prise de distance avec le fonctionnement du Conseil du Plan, le durcissement des conflits sociaux, la CGT déclare vouloir occuper le terrain des propositions économiques. Ce sera fait deux années plus tard.

Le programme de paix, d’indépendance nationale et de progrès social (1950-1955)

  • 4 Entreprendre des travaux pacifiques de lutte contre le chômage et de développement économique et s (...)

5Lors du CCN d’octobre 1950 (au cours duquel sont mises en avant les thèses du passage à l’économie de guerre et de la fascisation de l’État) est élaboré un « programme de paix, d’indépendance nationale et de progrès social » construit autour de cinq points4 que Benoît Frachon déclare porteur « de renaissance économique et sociale, d’indépendance nationale, que tout français qui n’a pas abdiqué peut soutenir ».

6Lors du Congrès de 1951, Benoît Frachon confirme ces analyses et Pierre Le Brun déclare que le CCN d’octobre 1950

« avait […] vu absolument juste. Juste en appréciant la conjoncture, juste en appréciant l’accentuation du dilemme : préparation à la guerre ou crise, dans lesquels nos adversaires essaient de nous enfermer ; juste en opposant à ce dilemme la troisième voie d’une économie de paix, d’indépendance nationale et de progrès social. Juste aussi, quant au contenu de principe de notre programme confédéral, dont l’idée maîtresse […] est de promouvoir de grands et petits travaux de lutte contre le chômage ».

7Pierre Le Brun déclare nécessaire un nouveau chantier de propositions, s’ajoutant à la réforme fiscale proposée depuis trois ans et appelle, comme y a invité Benoît Frachon, à l’élaboration de programmes fédéraux, par des unions départementales et locales. Appel largement entendu puisque dix-neuf fédérations et soixante-six unions départementales élaborent leur programme particulier. Le Congrès de 1953 décide de développer la démarche d’élaboration du Programme économique général et des programmes particuliers.

  • 5 Numéro spécial, mai 1953 (n° 62).
  • 6 Rapport Leroy adopté par le Conseil économique et social le 8 octobre 1952 consacré aux besoins de (...)
  • 7 Vingt-trois programmes sont présentés, la métallurgie étant divisée en neuf branches.

8À la veille de sa réunion, la Revue des comités d’entreprise (RCE) publie le programme confédéral, document de douze pages intitulé « Pour une économie de paix, d’indépendance nationale et de progrès social » accompagné de trois annexes concernant la reconstruction et la construction de logements, un projet de réforme fiscale, un projet de réforme des finances locales5. La RCE publie également trois notes documentaires6 et les programmes élaborés par des fédérations d’industrie de la CGT7. Au total, la livraison comprend 220 pages. Elle est ouverte par une introduction de Benoît Frachon intitulée : « Un instrument de travail indispensable ».

  • 8 La répression contre la CGT et le PCF, suite au « complot », a contraint Benoît Frachon à la cland (...)

9Dans le rapport d’activité de Benoît Frachon lu par Gaston Monmousseau8, l’importance du Programme économique est soulignée. Le programme « n’est pas un article de propagande, non plus qu’un simple catalogue d’objectifs souhaitables. Par l’ensemble de solutions précises qu’il apporte et dont la mise en œuvre partielle peut être immédiatement entreprise, le programme de la CGT constitue bien une issue essentielle à l’impasse où nous ont fourvoyés les exécutants de la politique atlantique de la France ». Et Benoît Frachon de conclure, après avoir rappelé les lignes directrices du document : « L’ensemble de ces programmes [programmes national et particuliers], les solutions concrètes qu’ils proposent, constituent des moyens d’action remarquables au service de nos efforts, pour le plein emploi et les revendications des travailleurs, pour le rétablissement de notre indépendance nationale et pour la paix. À nous de nous en saisir avec plus d’audace et d’esprit de suite que par le passé. »

10Pour réaliser le Programme économique Pierre Le Brun souligne la nécessité d’un large rassemblement populaire et la réunion de conditions politiques, comme à l’époque du Front populaire et de l’immédiat après-guerre. Optimiste, il note un certain nombre d’expressions politiques récentes couvrant un spectre large (Parti communiste, MRP, certaines déclarations de Pierre Mendès France, voix au sein du Parti socialiste) qui rendent envisageable un mouvement autour d’un « Programme économique constructif ».

11Le secrétaire général de l’UD de la Gironde, Leray, rappelle pour sa part que le Programme économique de la CGT, parce qu’il « intègre divers projets et propositions d’origine extra-ouvrière et fait appel à l’accord sur des bases constructives de tous les intérêts économiques et sociaux non fondés sur l’“aide” américaine, sur le réarmement et sur la guerre d’Indochine » peut servir de base à une union très large.

Le Programme d’action du 30e Congrès, alternative au Programme économique

12Six mois avant la réunion du 30e Congrès de la CGT, rien ne laisse transparaître un changement d’orientation. Lors de la Commission administrative élargie du 16 septembre 1954 Pierre Le Brun a pu déclarer, sans être contredit, que, sur les problèmes économiques, la CGT doit « prendre position à la fois critique et constructive ». La Commission administrative confirme cette démarche et appelle à « de nouveaux efforts de propagande en faveur des solutions aux problèmes économiques actuellement posés que comportent les programmes économiques des organisations confédérées ». Benoît Frachon s’exprimant le 11 septembre, devant les cadres de la Fédération de la Métallurgie de la Seine, confirme les orientations arrêtées en 1953 : « Notre programme, ceux de la Fédération, s’inspirent de la nécessité d’améliorer la situation des masses populaires, y compris naturellement celle de la classe ouvrière ; ils visent à développer par cet objectif, toutes les ressources, toutes les richesses nationales, à élever la qualification et la culture dans les larges massues de la population ; ils sont des programmes s’inscrivant dans le cadre d’une politique de paix et d’indépendance nationale. »

13Le n° 477 du Peuple (15 mars 1955) publie le projet de Programme d’action en vue du 30e Congrès confédéral. En page 4 figure un long encadré intitulé, « Pour bien préparer le 30e Congrès étudier les documents de la CGT », à savoir les textes issus des CCN des 17-18 juin 1954 et des 9-10 novembre 1954. Sont cités longuement des extraits du document établi lors du CCN de juin intitulé « La situation et les moyens de développer l’action unie de la classe ouvrière pour ses revendications économiques et sociales, la défense de la paix et des libertés. » Le Programme économique adopté en 1953 a disparu.

Principaux éléments de la discussion préparatoire au 30e Congrès

  • 9 Lucien Jayat et Henri Raynaud ont, début février 1955, été chargés de la rédaction des rapports.

14La rédaction du Programme d’action9 a donné lieu à des débats au sein du Bureau confédéral puis de la Commission administrative dont Le Peuple n’a pas fait état mais qui vont progressivement apparaître au cours de la discussion qui s’engage puis lors du Congrès lui-même.

  • 10 L’Humanité contribue à sa manière au débat préparatoire au Congrès de la CGT. Outre un article de (...)
  • 11 La Vie Ouvrière (n° 558, [10-16 mai 1955]) reprend les « grandes » contributions publiées dans Le (...)

15Pierre Le Brun, inaugure dans le n° 478 du Peuple la tribune de discussion dans une contribution intitulée « Sur le projet de Programme d’action : quelques critiques et suggestions ». S’il déclare avoir donné son accord pour la mise en discussion du projet de programme, il indique s’être réservé de poursuivre la discussion dans le cadre de la préparation du Congrès. De fait la discussion va occuper sept numéros de l’organe officiel de la CGT10 : soixante-dix contributions sont publiées dont quarante-sept portent sur le programme d’action11.

16L’essentiel de la discussion se déroule à partir des points de vues exprimés par Le Brun et Rouzaud à l’orée du débat. Le Brun a fixé de grandes limites à ses critiques, puisqu’il se déclare d’accord avec la structure d’ensemble du Programme d’action mais il reproche l’abandon de l’essentiel du Programme économique du 19e Congrès, ce qui n’est pas rien. De fait, Le Brun considère que le projet de Programme d’action, est de facture très sommaire, imprécis, et « essentiellement soucieux de nier toute possibilité de progrès sérieux et durable en régime capitaliste » ainsi qu’en témoigne le préambule « tout axé sur la théorie de la paupérisation relative et absolue des masses » dont il ne conteste pas la pertinence ; mais il estime qu’elle doit être considérée comme une loi de tendance pouvant être contredite par l’action revendicative.

17Souhaitant corriger ces défauts, il propose six amendements dont les formulations sont reprises d’expressions antérieures. Les domaines concernés sont les suivants : le plein emploi (programme de la Libération), le logement (programme de la Fédération du Bâtiment), la fiscalité (programme de la Fédération des Finances), l’inflation (programme du 19e Congrès), l’extension des nationalisations (programme de 1947). Dans la discussion qui s’engage, Pierre Le Brun reçoit le renfort de Léon Rouzaud qui ajoute aux arguments déjà avancés la dimension de l’unité.

18Marcel Paul, André Lunet et Marcel Dufriche effectuent le premier tir de barrage, soulignant que le Programme d’action possède la vertu du concret, permet une analyse claire de la situation faite aux travailleurs, est réalisable en régime capitaliste, colle bien à la perception qu’ont les travailleurs d’une situation qui se dégrade. Ces qualités s’opposent aux défauts, désormais patents, de l’ancien Programme économique qui mêlait à de bonnes choses des utopies, et négligeait les réalités.

  • 12 Dans L’Humanité du 9 mai, Benoît Frachon critique la Fédération du Textile pour avoir demandé à l’ (...)

19Benoît Frachon reprend ces arguments mais les porte à une intensité plus haute en même temps qu’il les réinscrit dans une épaisseur historique. Il considère nécessaire l’élaboration d’un Programme d’action détaché de l’ancien Programme économique « en raison de la confusion qui régnait à propos de certains objectifs et même sur des problèmes touchant au fond de la lutte des classes ». Benoît Frachon mobilise pour condamner l’ancien programme un vocabulaire dur, évoquant son caractère « pernicieux » parce qu’embrouillant les problèmes de la lutte des classes et entretenant « quoiqu’il s’en défende » l’illusion de la « possibilité d’une économie dirigée », d’une « espèce de planification en régime capitaliste ». Le Programme économique, œuvre d’experts, ne pouvait de ce fait devenir la propriété des masses. Il se situait intrinsèquement en « divorce » avec l’action de classe immédiate et a eu des « répercussions fâcheuses » pour l’activité de dirigeants d’organisations12.

20À Pierre Le Brun, qui a été (mais peu de syndiqués le savent) un des rédacteurs du Plan du Travail de la CGT en 1934-1935, Benoît Frachon rappelle, sans évoquer le fait, qu’il existait des différences fondamentales entre ce que proposaient CGT et CGTU en matière économique et que le débat public sur ce point avait eu lieu jusqu’au Congrès d’unité.

21Benoît Frachon inclut Léon Rouzaud dans le champ des critiques qu’il porte à Pierre Le Brun, constatant qu’ils défendent au fond les mêmes positions. Il intervient brièvement mais sèchement sur la question théorique de la paupérisation, tranchant du côté de l’interprétation de Maurice Thorez et en appelant au tribunal des faits. Il défend, dans le même temps, l’impérieuse nécessité pour les travailleurs de mener le combat économique. Revenant sur les propositions dites « constructives », il critique l’idée d’un contrôle possible des investissements sous le capitalisme et combat l’illusion qu’une extension des nationalisations serait de nature à desserrer l’emprise des trusts sur la Nation. Plus généralement, Benoît Frachon considère, se référant notamment à la période du Front populaire, que l’établissement d’un programme de transformation sociale appelle une élaboration par des forces politiques et sociales rassemblées.

22La conclusion s’inscrit sous la tonalité polémique : les positions Le Brun/Rouzaud ne sont rien d’autre que le retour à la tradition de la politique de présence que les révolutionnaires ont toujours condamnée. La contribution d’Alain Le Léap, qui partage avec Léon Rouzaud la responsabilité du secrétariat général de la CGT, se situe dans une même logique argumentaire.

23Dans ce concert hostile, deux interventions sont plus nuancées. Jacques Marion, vice-président de la Fédération du Spectacle et secrétaire confédéral, ancien confédéré, se prononce pour une synthèse, c’est-à-dire pour un Programme d’action et un Programme économique prolongeant celui du Conseil national de la Résistance et reprend l’idée avancée par L. Rouzaud d’un « appel pour une nouvelle reconstitution de l’unité organique ». Roger Pascré, secrétaire de la Fédération de la Chimie, pour ce qui le concerne appelle, s’agissant de la question de la paupérisation à éviter les « arguments sommaires », à « ne pas généraliser hâtivement ». Il se déclare, certes, partisan d’une réorientation et considère, à propos de la période d’immédiat après-guerre, que la CGT est restée « plus ou moins sur la lancée de [sa] participation au premier plan Monnet alors que la situation était radicalement modifiée depuis longtemps ». Roger Pascré distingue plan et programme. Il considère qu’en régime capitaliste, le plan est « une utopie et un mensonge » et que le Programme économique de 1953 pouvait difficilement échapper à ce reproche. En tout cas il considère que la discussion doit se poursuivre, tout en se déclarant préoccupé du ton qu’elle a pris. Il souhaite qu’une « unanimité d’efficacité » résulte du débat.

  • 13 B. Frachon, a développé le même thème dans L’Humanité, le 3 mai.

24Fait rarissime dans une tribune de discussion d’avant-Congrès, Léon Rouzaud et Pierre Le Brun s’expriment chacun une seconde fois. Léon Rouzaud signe dans le n° 482 du Peuple, une réponse à un article de Jeannette Vermeersch publié dans L’Humanité le 10 mai 1955, dans lequel, il a été sévèrement mis en cause : « Qu’on le veuille ou non une telle position rejoint celle des Mendès France, des Pineau et autres “réformateurs” du capitalisme, selon lesquels le sort de la classe ouvrière ne dépendrait plus du rapport de forces entre le capital et le travail, mais de l’organisation de la production capitaliste, de la productivité, de la reconversion, des investissements, de la conjoncture économique. ». À Léon Rouzaud qui a eu le malheur d’évoquer la question du financement des revendications présentées (mais il ne reprenait là qu’un chiffrage accepté par le 19e Congrès de la CGT), J. Veermersch répond sèchement : « Pourquoi la classe ouvrière, en présentant ses revendications, devrait-elle se soucier des moyens de les satisfaire ? » Veillant au bon usage des citations de Lénine, elle reproche à L. Rouzaud une lecture erronée des Thèses d’avril13.

25À la veille du Congrès, Pierre Le Brun signe dans Le Peuple (n° 484, 10 juin 1955) une contribution intitulée, « De quelques réponses à une proposition de conciliation » : il y déclare tenir compte des éléments apparus au cours de la discussion et de la nécessité de parvenir à une position d’unanimité lors du Congrès. Il renonce à soutenir les six amendements initialement présentés et leur substitue un court texte s’ajoutant au Programme d’action. En agissant ainsi, P. Le Brun entend montrer qu’il est possible de parvenir à une position de compromis.

Les débats du 30e Congrès et le vote d’unanimité sur le Programme d’action

26Le 30e Congrès, réuni du 12 au 17 juin à Paris, consacre une très large partie de ses débats aux divergences apparues sur le Programme d’action. Benoît Frachon, dans le rapport d’activité qu’il présente au nom du Bureau confédéral, accorde une large place aux questions soulevées. Il règle la question de l’unité syndicale en proposant au Congrès une adresse en vue de l’action commune aux autres confédérations et à la FEN, ajoutant à l’égard de FO une demande de reconstitution de l’unité organique.

27Les débats du Congrès n’ajoutent aux arguments déjà échangés au cours des discussions préparatoires qu’assez peu d’éléments nouveaux. Mais on retiendra la déclaration de Benoît Frachon selon laquelle la responsabilité de la ligne antérieure (celle du Programme économique) relève du bureau confédéral. Affirmation lourde de sens puisque le 29e Congrès a unanimement ratifié le Programme économique mais qui permettra de soutenir, en clôture de débat, une ligne de fermeté, le Congrès étant responsable à son tour d’une rectification.

28D’autres éléments font l’objet d’une mise en relief particulière, tels l’exposé de dérives intervenues en raison de la logique portée par le Programme économique (recherche de solutions à des difficultés industrielles en concordance avec le patronat, appui unilatéral de comités d’entreprises à des politiques de modernisation sans prise en compte des conséquences en matière de salaire et d’emploi, présence parfois ambiguë dans les commissions d’expansion économique, illusions sur l’ouverture possible au cas par cas de marchés avec les pays socialistes). Ces défauts, pour être soulignés, ne paraissent pas cependant avoir caractérisé l’essentiel de l’activité revendicative de la CGT qui s’est déroulée, tous les intervenants en conviennent, sur la base du programme de revendications immédiates.

29Le désaccord de fond relève d’une dimension plus stratégique. Le Programme économique aurait nourri l’illusion d’un possible amendement des logiques capitalistes dans un sens positif pour les travailleurs et rencontre de ce fait des discours tenus dans la période par P. Mendès France.

30La discussion sur les rectifications au Programme d’action présentées par P. Le Brun et L. Rouzaud, se déroule de manière approfondie, A. Le Léap ajoutant aux arguments de B. Frachon des développements détaillés. L’appréciation sur les nationalisations fait l’objet de quatre interventions, parmi lesquelles celles d’Hernio (cheminots) et de M. Paul (éclairage) mettent en relief le fait que les nationalisations ne prennent sens qu’en lien avec la nature des orientations politiques du pouvoir. Élargissant son propos à la question plus générale des plans, M. Paul déclare : « Préparer des plans aujourd’hui, dans une conjoncture donnée, pour application lorsque cette conjoncture aura changé, n’apparaît pas un bon placement. » Et de préciser en justifiant ce qui a été fait en 1946 : « Les plans de 1946 n’étaient pas socialistes mais ils visaient à la renaissance du pays, donc à son indépendance. »

31Au cours du Congrès, le mendésisme et le scénario de deuxième gauche sont vivement critiqués, mais un nouveau Front populaire est déclaré possible s’il est porté par un mouvement de masse puissant instruit des erreurs du passé. Le « jalon » du compromis sera trouvé là.

  • 14 5203 syndicats (1416379 voix) ont voté pour, 17 syndicats (6459 voix) ont voté contre, 114 syndica (...)
  • 15 P. Le Brun déclare que la proposition rédigée avec L. Rouzaud ayant été écartée en séance par B. F (...)

32Au cours des débats P. Le Brun et L. Rouzaud ont vainement tenté d’obtenir un vote portant sur le passé et un vote sur le Programme. B. Frachon n’a rien cédé et le Congrès émet un vote quasi unanime sur le rapport introductif14. P. Le Brun et L. Rouzaud déclarent devoir s’abstenir, le vote valant condamnation du Programme économique. Une première phase de la bataille s’achève mais le débat se poursuit au sein de la commission du Programme d’action présidée par Henri Krasucki. Rapportant sur les travaux de celle-ci, H. Krasucki peut annoncer un vote unanime et le retrait des propositions de P. Le Brun et L. Rouzaud15. L’accord, dit-il, s’est fait autour de l’idée du primat de l’action des masses, de la nécessité de réaliser rapidement les conditions politiques d’un nouveau Front populaire qui permettrait de propulser les mots d’ordre de « nouvelles nationalisations, contrôle des banques, contrôle de l’exportation des capitaux et autres mesures contre le sabotage, la hausse des prix, l’inflation et la dévaluation ». Ces mots d’ordre « correspondront alors aux exigences d’une situation nouvelle et s’appuieront sur la conviction acquise par les masses, au cours de leur propre expérience dans l’action, qu’ils sont devenus utiles et nécessaires, réalisables ; ils deviendront alors des mots d’ordre d’action ». Le Programme d’action est adopté à l’unanimité par le Congrès.

Quelques observations sur l’environnement du débat

33On l’a vu, les vérités d’orientation de l’automne 1954 se transforment quelques mois plus tard en autant d’erreurs. On peut distinguer deux causes à ce revirement.

  • 16 Dans sa deuxième contribution à la discussion il indique avoir ouvert son rapport à la Commission (...)
  • 17 Le projet mendésiste a été exposé dans un « Appel à la jeunesse » publié dans L’Express, le 14 mai (...)
  • 18 Compte rendu des débats du 30eCongrès, p. 257.

34La première s’enracine dans la nécessité de combattre les illusions d’une capacité du capitalisme à améliorer le sort des travailleurs. Pierre Le Brun évoque16 la crainte du mendésisme qui plaide pour une « nouvelle gauche », une redistribution sociale appuyée sur une croissance obtenue grâce à un décollage de la productivité, la mise en œuvre d’une planification à laquelle les syndicats seraient étroitement associés et la mise en place d’une négociation contractuelle périodique17. Ces intentions inquiètent d’autant plus la CGT qu’elles succèdent à des manœuvres récentes, intervenues dans le champ syndicalo-politique au travers de la tentative de mise en place d’un Front démocratique et social discutée entre Guy Mollet et Léon Jouhaux. Caractérisant, lors du Congrès18 « l’expérience Mendès France », Benoît Frachon indique qu’elle représente « la tendance, de la part d’une fraction de la grande bourgeoisie, d’utiliser [le mouvement des masses et leurs aspirations aux changements] au profit de la bourgeoisie, de le désorienter ».

35Dans l’ordre politique, dès juin 1954, le 13e Congrès du Parti communiste a vigoureusement dénoncé les illusions « néocapitalistes » et de la troisième voie et appelé les militants à engager une riposte idéologique de grande ampleur.

36L’outillage de cette action sera fourni dans la livraison de mars des Cahiers du communisme dans laquelle Maurice Thorez publie un texte intitulé « La situation économique de la France : mystifications et réalités ». Il y expose la thèse de la paupérisation relative et absolue de la classe ouvrière en régime capitaliste, thèse prenant appui sur les seules données (au demeurant incontestables) relatives à l’évolution des salaires et de la durée du travail depuis 1938. Le débat préparatoire au 30e Congrès de la CGT est fortement marqué par ce contexte. Un cap est défini, la thèse de la paupérisation contredit les illusions mendésistes et l’orientation revendicative doit viser des résultats immédiats.

  • 19 La CGT, Paris, Seuil, coll. « Politique », 1968.
  • 20 P. Le Brun a, de son côté, déclaré le droit pour le mouvement syndical de prendre l’« initiative » (...)

37La seconde réside dans la définition de la fonction respective de la CGT et du Parti communiste. André Barjonet, dans l’ouvrage qu’il consacre en 1968 à la CGT19, considère que la logique du Programme économique énoncée lors du 29e Congrès par B. Frachon20 conduisait à confier au programme de la CGT une dimension de construction politique qui ne pouvait, par nature, lui revenir. Il convenait de préciser les rôles respectifs de la CGT et du Parti et le 30e Congrès devait le faire.

Le débat n’est pas clos

38Les débats engagés lors de la préparation du 30e Congrès et au cours du Congrès lui-même révèlent combien les questions explicitement soulevées en recouvrent d’autres. Le 30e Congrès marque d’évidence un tournant. Il solde près d’une décennie d’abord marquée par une démarche constructive, fondée sur des principes d’indépendance nationale, enracinée dans les rapports de forces sociaux et politiques issus de la Résistance puis, dès 1947, par un raidissement politique et revendicatif inscrit dans l’atmosphère de guerre froide et la persistance d’une situation économique et sociale très difficile dont il est n’est pas aisé d’apercevoir l’issue. D’une certaine manière la CGT se trouve, à compter de 1947, engagée dans de rudes batailles sociales, confrontée à des attaques très dures et néanmoins dotée de références programmatiques qui paraissent valables en elles-mêmes.

39À l’heure du démontage de cette réalité la rudesse prévaut. Le Congrès enregistre le virage, sans que les débats ouverts aient manifestement concerné la masse des syndiqués. D’une certaine manière les modalités trouvées pour une sortie unanime du Congrès traduisent la volonté de ne pas transformer les questions débattues en divergences ravageuses. Le repli réaliste, effectué au cours du Congrès par Pierre Le Brun et Léon Rouzaud, témoigne de la bonne connaissance des fonctionnements du Congrès confédéral et du souci de ne pas étouffer par une défaite ponctuelle d’autres questions qui continueront à se poser dans le domaine économique (construction européenne notamment) et dans celui de l’unité syndicale.

Notes

1 En soutien à leur position s’exprimeront Édouard Ehni (Livre), Jacques Marion (Spectacle) et quelques syndicats, tel celui des Contributions indirectes.

2 Dans le numéro d’avril 1947 de Servir la France, Marcel Dufriche, dans un article intitulé « Les raisons de notre adhésion au Plan Monnet », indique que « le mouvement syndical est à l’origine de l’initiative concrétisée par le Conseil du Plan, institué par le décret du 3 janvier ». Quatre des dixhuit Commissions, mises en place pour l’élaboration du Plan, ont été présidées par des dirigeants de la CGT (Victorien Duguet, René Arrachard, André Tollet, Henri Raynaud), deux autres dirigeants (Pierre Le Brun et Jean Armanet) ont été désignés comme rapporteurs. De nombreux syndicalistes de la CGT, notamment des ingénieurs et cadres, ont participé aux travaux des commissions. Le Bureau confédéral du 26 novembre 1946 a approuvé le Plan Monnet.

3 Benoît Frachon, Rapport d’activité présenté au 27e Congrès de la CGT (11-15 octobre 1948).

4 Entreprendre des travaux pacifiques de lutte contre le chômage et de développement économique et social ; développer les équipements et les productions de paix ; aider au développement économique et social des pays d’outre-mer ; réaliser l’équilibre des échanges avec l’étranger ; combattre l’inflation, assainir les finances publiques et garantir la stabilité du franc.

5 Numéro spécial, mai 1953 (n° 62).

6 Rapport Leroy adopté par le Conseil économique et social le 8 octobre 1952 consacré aux besoins de l’équipement agricole et rural ; conclusions de la Commission chargée d’étudier les problèmes du crédit aux PME ; documents concernant le commerce avec les pays de l’Est (rencontre économique de Moscou [3-12 décembre 1952] et entretiens de Genève).

7 Vingt-trois programmes sont présentés, la métallurgie étant divisée en neuf branches.

8 La répression contre la CGT et le PCF, suite au « complot », a contraint Benoît Frachon à la clandestinité.

Sur la période, cf. Michel Pigenet, Au coeur de l’activisme communiste des années de guerre froide, la manifestation Ridgway, Paris, L’Harmattan, 1992.

9 Lucien Jayat et Henri Raynaud ont, début février 1955, été chargés de la rédaction des rapports.

Benoît Frachon rapporterait devant le congrès sur l’activité et Alain Le Léap sur le Programme d’action.

Le 26 mai, la préparation des rapports est confiée à Benoît Frachon et Alain Le Léap. Archives IHS-CGT, réunions de la Commission préparatoire au 30e Congrès.

10 L’Humanité contribue à sa manière au débat préparatoire au Congrès de la CGT. Outre un article de Jeannette Thorez-Vermeersch, paru le 10 mai, elle publie trois textes dans l’ordre chronologique suivant : Benoît Frachon (3 mai 1955), « La discussion devant le Congrès de la CGT », dans lequel sont abordées les principales critiques à l’égard de la logique portée par le Programme économique et critiquée la position sur les nationalisations, exprimée sous une référence aux Thèses d’avril de Lénine jugées non applicables à la situation française ; Léon Mauvais (27 mai 1955), « Sur la discussion en cours pour le Congrès de la CGT », reprend l’argumentation de B. Frachon et développe une critique du mendésisme ; Marcel Paul (1er juin 1955) « Libre discussion, libres décisions » s’inquiète du ton du débat et appelle à un exposé complet et serein des positions de chacun. De son côté, Libération (19 mai 1955) accorde une interview à Pierre Le Brun.

11 La Vie Ouvrière (n° 558, [10-16 mai 1955]) reprend les « grandes » contributions publiées dans Le Peuple : contributions de Pierre Le Brun, Marcel Paul, André Lunet, Léon Rouzaud, Benoît Frachon, Alain Le Léap.

12 Dans L’Humanité du 9 mai, Benoît Frachon critique la Fédération du Textile pour avoir demandé à l’État de subventionner à hauteur de 35 milliards la modernisation de l’industrie alors même que les travailleurs de la branche sont victimes de la rationalisation, de la détérioration des conditions de travail…

13 B. Frachon, a développé le même thème dans L’Humanité, le 3 mai.

14 5203 syndicats (1416379 voix) ont voté pour, 17 syndicats (6459 voix) ont voté contre, 114 syndicats (57 081 voix) se sont abstenus.

15 P. Le Brun déclare que la proposition rédigée avec L. Rouzaud ayant été écartée en séance par B. Frachon et A. Le Léap n’avait aucune chance d’être adoptée en commission bien que présentée par la Fédération du Livre et le syndicat des Indirectes.

16 Dans sa deuxième contribution à la discussion il indique avoir ouvert son rapport à la Commission administrative du 16 septembre 1954 sur une mise en garde à l’égard du mendésisme et regrette que cette partie de son rapport n’ait pas été publiée.

17 Le projet mendésiste a été exposé dans un « Appel à la jeunesse » publié dans L’Express, le 14 mai 1954. Pierre Mendès France le développera d’une manière plus complète en 1962 dans La République moderne (Gallimard, collection Idées). Dans ses réunions du 3 août et du 16 septembre 1954, la Commission administrative s’est prononcée contre les orientations économiques préconisées par Pierre Mendès France.

18 Compte rendu des débats du 30e Congrès, p. 257.

19 La CGT, Paris, Seuil, coll. « Politique », 1968.

20 P. Le Brun a, de son côté, déclaré le droit pour le mouvement syndical de prendre l’« initiative » de collaborations momentanées avec les partis politiques, le programme de la CGT pouvant devenir le moyen d’un vaste rassemblement pour une nouvelle politique. Cette déclaration a suscité, selon le témoignage d’A. Barjonet (La CGT, op. cit., p. 87) la manifestation « de la plus extrême mauvaise humeur » de J. Vermeersch, invitée au Congrès.

Auteur

Institut CGT d’histoire sociale

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540