Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Troisième partie. Les militants et l’organisation

Les rapports de la CGT et de FO (1948-1962)

René Mouriaux

Texte intégral

1Les quatorze années envisagées forment bien un ensemble : du « coup de Prague » à la crise de Cuba sur le plan international ; de la rupture du tripartisme à l’instauration de l’élection présidentielle au suffrage universel sur le plan intérieur. Du point de vue syndical, la scission de 1947-1948 marque également une coupure au sens propre comme au sens figuré. 1963 est tout à la fois l’année du départ de Robert Bothereau, secrétaire général de Force Ouvrière depuis sa fondation, celle de la grève des mineurs qui ouvre un nouveau cycle gréviste et celle du dernier Congrès de la CFTC fixant le calendrier de sa transformation.

  • 1 René Mouriaux, « Le vote ouvrier », Regards sur l’actualité, n° 287, janvier 2003, p. 37-45.

2Au cours de cette décennie et demie, d’importantes transformations s’opèrent : urbanisation, diminution de l’agriculture et extension de l’industrie, poussée démographique, scolarisation, élévation du niveau de vie. La France perd son empire colonial et son armée subit deux défaites en Indochine et en Algérie. Elle participe à la construction européenne. Le champ politique a été profondément bouleversé par l’avènement de la Ve République. La droite gaulliste l’a finalement emporté sur la démocratie chrétienne et en dépit de reculs de taille, le PCF demeure la première force partisane de gauche1.

3Durant la séquence 1948-1963, les relations CGT-FO apparaissent immuables, en dépit des grèves de 1953 et 1963, du coup de force du 13 mai 1958, de la mort de Staline et du rapport Khrouchtchev. Du côté de l’organisation de Benoît Frachon, une oscillation est perceptible entre dénonciation et main tendue. Deux pierres d’achoppement se dressent constamment entre les deux organisations, internationale et intérieure. Fondamentalement, la fraternisation s’avère impossible parce que l’objectif cégétiste de refaire 1936 est sans appel refusé par FO. D’où une éventuelle parade, l’entente avec la CFTC.

Oscillation entre dénonciation et main tendue

  • 2 Robert Mencherini, Guerre froide, grèves rouges, Paris, Syllepse, 1998, 307 p.

4Des dirigeants de la CGT comme Benoît Frachon et Gaston Monmousseau ont déjà été confrontés à deux scissions, en 1921 et en 1939. Ils perçoivent la parenté de la cassure de 1947-1948 avec les deux précédentes et sa singularité. Le départ des réformistes après le mouvement de grèves (12 novembre-12 décembre)2 résulte de quatre facteurs principaux : la perte de la majorité au sein de la centrale, la révolte contre les brimades et les violences dont ils sont victimes de la part des communistes sectaires, les désaccords sur les revendications, sur les formes de lutte, sur la politique internationale, l’instauration de la guerre froide, qui se traduit dans le champ syndical par l’intervention de l’AFL en France, en Grèce, en Italie pour briser les pressions du PCF et enfin l’influence communiste. La séparation de 1947-1948 a été approuvée par Léon Blum et appuyée par le gouvernement Paul Ramadier. Dès le 8 avril 1948, la CGT-FO est reconnue « représentative », ce qui lui fournit l’assise institutionnelle nécessaire à son existence. La confédération de Robert Bothereau et Léon Jouhaux rassemble environ 350000 adhérents, car elle n’a pas réussi à entraîner la Fédération du Livre, restée à la CGT, ni la FEN, passée dans l’autonomie. La troisième division s’opère de la façon la moins favorable pour le courant réformiste. La majorité cégétiste l’évalue-t-elle correctement, la sous-estime-t-elle, la juge-t-elle de peu de durée ? À la FEN, en tout cas, la réunification est considérée comme relativement prochaine.

  • 3 Reproduit dans Benoît Frachon, Au rythme des jours, tome 1, Paris, Éditions sociales, 1967, p. 240
  • 4 Ibidem, p. 240-242

5La réaction de la CGT à la scission du 18 décembre 1948 est ferme. La résolution générale adoptée par la Commission administrative du 19 décembre comporte trois points. La démission de cinq secrétaires confédéraux – Robert Bothereau, Albert Bouzanquet, Georges Delamare, Léon Jouhaux et Pierre Neumeyer – est attribuée à une démarche « fractionnelle… développée au sein de la CGT en violation de la Charte d’unité de 1936 et des statuts confédéraux ». « Les mobiles de cette action sont étrangers aux intérêts des travailleurs, de la démocratie, de la nation et de la paix. » Condamnant la scission, la Commission administrative affirme la continuité de la CGT et appelle en conséquence à s’unir autour d’elle et à remplacer les militants défaillants3. Un appel à tous les travailleurs est également élaboré qui sera adopté à l’unanimité au Comité confédéral national tenu les 5 et 6 janvier 1948. Le second document, près de cinq fois plus long que la résolution générale, expose les revendications et les acquis de la dernière période où la lutte est intense. Les « gouvernants réactionnaires » au service des « grands capitalistes » et des « capitalistes réactionnaires américains » qui par le plan Marshall assurent leur « mainmise… sur la vie de notre pays » ont eu besoin « pour mener à bonne fin cette politique anti-ouvrière » suivie depuis 1947 de « désarmer la classe ouvrière ». Le travail est accompli par « des briseurs de grève », des « renégats scissionnistes », des « diviseurs » (trois fois), des hommes de « la trahison » (deux fois), soutenus par la SFIO, le MRP, le RPF et Irving Brown4. L’invocation de l’indépendance et de la neutralité politique n’est qu’hypocrisie.

6Quatre grands thèmes sont donc mobilisés pour caractériser, expliquer et condamner l’évènement de la troisième scission. Objectivement, les fondateurs de Force Ouvrière se rangent dans le camp des adversaires. Subjectivement, leur comportement résulte de trois vices, l’orgueil qui leur fait préférer leur point de vue à celui de la majorité, la cupidité qui les conduit à accepter l’argent américain et l’hypocrisie dont leurs justifications regorgent. Le discours cégétiste allie le registre politique et le registre moral.

  • 5 Ibid., p. 273.

7L’argumentaire utilisé au moment de la scission n’évoluera guère par la suite. Il sera enrichi sur trois points principaux. Tout d’abord, le rôle d’Irving Brown sera précisé et amplifié. Dans Servir la France, Benoît Frachon consacre un long article en janvier 1948 aux grèves de novembre/décembre où il souligne l’intervention de l’argent américain dans la scission que La Vie Ouvrière a quantifiée et rapporte le propos (réel ou fictif puisqu’il est anonyme) d’un « membre du groupe Force Ouvrière écœuré » : « Il y a là-dedans de braves gens. S’ils savaient d’où vient l’argent5 ! »

  • 6 Benoît Frachon, « La classe ouvrière dans la lutte pour la paix », L’Humanité, 12 septembre 1949.

8Arrivé en France à la Libération, Irving Brown, représentant de l’AFL chargé de conduire la lutte anti-communiste dans le mouvement syndical contribue à un premier démembrement de la Fédération postale CGT en 1946. Il poursuit son offensive avec l’aide du président du CIO, Philips Murray. En octobre 1947, les dirigeants ex-unitaires sont informés d’une réunion aux Etats-Unis où la décapitation de la CGT est envisagée. Un secrétaire de la centrale y participait : Léon Jouhaux6.

  • 7 Benoît Frachon, « Ce sont les syndiqués FO qui décideront », L’Humanité, 27 septembre 1951.

9Le double jeu des responsables de Force Ouvrière est mis en évidence par la publication d’une lettre de Robert Bothereau en date du 10 octobre 1940. Adressée à Roger Bertrand, collaborateur de René Belin, la missive défend les ex-confédérés d’avoir voulu l’unité en 1936 : « Fais appel à tes souvenirs et relis les documents officiels confédéraux. Ignores-tu l’existence des syndicats uniques, les pressions subies de toutes parts, l’état des esprits dans notre mouvement à cette époque ? Quand l’unité s’est faite, elle était inévitable… La vérité est que nous n’avions pas le choix : il fallait accepter avec les garanties obtenues ou partir7. » Une fois exhumé, le texte est reproduit à toute occasion pour montrer la duplicité de Robert Bothereau et des artisans de la scission.

  • 8 Alain Bergougnioux, Force Ouvrière, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1982, p. 15.
  • 9 Benoît Frachon, « Silence dans le rang », L’Humanité, 15-16 février 1948.

10Enfin, l’aide gouvernementale est dénoncée. FO a reçu du ministre du Travail, Daniel Mayer, 40 millions de francs, en provenance des fonds de la Charte du travail8 et par la suite, 10500000 F supplémentaires9. Ces faits avérés, ajoutés au soutien américain, sont incessamment répétés pour disqualifier la rivale honnie.

  • 10 Benoît Frachon, « Un instrument des provocateurs de guerre impérialistes », L’Humanité, 30 novembr (...)
  • 11 Texte reproduit dans Benoît Frachon, Au rythme des jours…, op. cit., p. 399

11À l’argumentaire anti-scissionniste s’ajouteront par la suite des griefs supplémentaires, envers la création de la CISL également portée sur les fonds baptismaux par Irving Brown10, la fabrication d’un complot qui aurait, en 1950, visé à arrêter 300 à 400 militants de la CGT Le document est révélé au Comité confédéral national des 11 et 12 octobre l95011 et dénoncé au 28e Congrès de 1951.

  • 12 Michel Dreyfus, Gérard Gautron, Jean-Louis Robert, La naissance de Force ouvrière. Autour de Rober (...)

12Le triptyque abandon des intérêts ouvriers/duplicité/soudoiement est inlassablement repris. Il est repris par l’histoire officielle de la CGT rédigée par Jean Bruhat et Marc Piolot, par la présentation de l’anthologie des écrits de Benoît Frachon publiée en 1967. Est-il besoin de dire que cette lecture des faits a son pendant à la CGT-FO où la responsabilité de la scission est imputée aux ex-unitaires en raison de leur inféodation à l’URSS et au PCF, à leur idéologie totalitaire, à leurs comportements manipulatoires12 ? Ce qui est mis en place en 1947-1948 comme récusation de l’autre ne se modifiera pas dans la période que nous étudions et se prolongera par la suite, au moins jusque dans les années 1990 pour la CGT.

13Si la dénonciation de la trahison appartient à la doctrine cégétiste, à sa culture, son activation dépend de la période. Au fur et à mesure que le temps s’écoule, le choc de 1947 s’atténue, d’autres perspectives se dessinent. L’appel à l’unité d’action avec les frères ennemis implique, malgré tout, la mise en sourdine des griefs traditionnels.

  • 13 La CGT dispose d’une Union des cadres très affectée par la scission et souvent négligée par les te (...)

14Encore, faut-il distinguer entre retour à l’unicité d’organisation et entente revendicative. L’aspiration profonde des militants cégétistes les porte vers le premier terme mais le réalisme les conduit à proposer le second. Les circonstances – la conjoncture – conduisent à des variations importantes sur un thème obligé. La division ouvrière, face à un patronat regroupé dans une organisation unique, le CNPF, et à un État au service des intérêts capitalistes, affaiblit la lutte des travailleurs pour l’amélioration de leur condition et leur émancipation. Les citations abondent pour établir cette proposition. Dans le discours de l’époque, les militants de la CGT considèrent qu’il existe deux composantes de la classe ouvrière, les producteurs de plus-value et les autres salariés, employés, fonctionnaires, cadres13. La difficulté à assurer la cohésion de cet ensemble différencié, pour ne pas dire composite, est presque uniquement abordée d’un point de vue idéologique, politique. Les réformistes, pour se donner une base de manœuvre, exacerbent les rivalités au sein du salariat tandis que les révolutionnaires favorisent le rassemblement.

  • 14 27eCongrès, Compte rendu in extenso, Paris, CGT, 1949, p. 35.
  • 15 Ibidem, p. 40.
  • 16 Ibid., p. 340.

15Combattre la division ouvrière, c’est d’abord s’attaquer à la division syndicale. Le 27e Congrès de la CGT (11-15 octobre 1948), le premier tenu après le départ de Léon Jouhaux, fixe l’objectif de « liquider définitivement la scission14 ». « Il reste qu’il faut refaire l’unité puisque les faits nous montrent que la scission a été ourdie par les ennemis de la classe ouvrière. Comment refaire l’unité ? Mais en reprenant votre place au sein de la CGT15. » La proposition énoncée par Benoît Frachon dans son rapport d’activité est reprise dans le Manifeste à tous les travailleurs de France et des pays d’outre-mer adopté à la fin des assises. « Il faut renforcer notre unité. Luttez contre la misère la main dans la main. Liquidez la scission syndicale. Rejoignez la CGT qui est la maison commune de tous les travailleurs16. »

  • 17 28e Congrès de la CGT, Compte rendu in extenso, Paris, CGT, 1952, p. 53. Benoît Frachon, Au rythme (...)
  • 18 28e Congrès de la CGT, op. cit., p. 50.
  • 19 Ibidem, p. 339-400.
  • 20 Jacques Girault attribue à André Lunet la venue d’Henri Barreau mais n’indique rien pour René Turc (...)

16Le 28e Congrès (1951) confirme la ligne de l’unité à la base qui peut prendre la forme d’ententes sectorielles comme dans les transports parisiens17. Avec la confiance dans la classe et la clarté des objectifs, l’unité est une condition indispensable à la réussite de l’action18. Le Manifeste du 28e Congrès est axé sur ce thème. Huit paragraphes sont précédés de l’intertitre : « L’unité d’action est nécessaire et possible19. » Benoît Frachon conclut les assises par un vibrant appel à la reconquête de la classe ouvrière. Il est entouré d’un prêtre ouvrier, Henri Barreau, et d’un ancien secrétaire de l’Union départementale CGT-FO du Vaucluse, René Turc. À la fin du discours de clôture, les trois mains se joignent au-dessus de la tribune20.

  • 21 Cité in Georges Lefranc, Le mouvement syndical de la Libération aux événements de Mai-Juin 1968, P (...)
  • 22 29eCongrès de la CGT, Compte rendu in extenso, Paris, CGT, 1953, p. 65 et 67.
  • 23 Ibidem, p. 516.

17L’orientation adoptée en 1951 est perturbée par les événements. En 1952, la lutte contre la venue du général Ridgway à Paris laisse apparaître un interventionnisme du PCF très dommageable pour le syndicat. La manifestation du 28 mai 1952 a été remarquablement étudiée par Michel Pigenet. En revanche, l’épisode suivant, celui du complot et de l’adoption du plan économique dont la CGT entendait se doter depuis 1951 n’a pas encore trouvé son historien. Alain le Léap est arrêté le 10 octobre 1952. Lucien Molino et André Tollet le sont à leur tour, le 23 mars 1953. Des mandats sont lancés contre Benoît Frachon et Marcel Dufriche. Pierre Neumeyer de la CGT-FO commente : « La GT-FO n’a pas à s’immiscer dans cette affaire. Nous ne connaissons pas le dossier. Mais nous savons par expérience que les communistes sont capables de beaucoup de choses. Nous n’avons rien à dire tant que la justice s’exerce normalement21. » Accusé d’atteinte à la sécurité de l’État, Benoît Frachon passe dans la clandestinité. C’est de sa cachette qu’il s’adressera au 29e Congrès de la CGT (7-12 juin 1953). Dans son long rapport, Benoît Frachon revient sur la nécessité de pratiquer l’unité d’action. Il propose même d’élire dans les entreprises « des comités d’unité d’action » et de convaincre les travailleurs que « la CGT ne met aucune limite à la réalisation de l’unité d’action que celle de la loyauté et de la fidélité à servir la cause des travailleurs22 ». Le manifeste du 29e Congrès reprend la proposition23.

  • 24 30eCongrès de la CGT, Paris, CGT, 1955, p. 44.
  • 25 Ibidem, p. 420.

18Bousculée par la répression des années 1952-1953, la CGT prend part aux grèves d’août 1953. Elle approuve la paix au Vietnam et participe à la bataille contre la CED, tout en menant l’action quotidienne revendicative. Joseph Staline est mort et le contexte de guerre froide se desserre. Au 30e Congrès, Benoît Frachon rappelle les événements marquants des deux dernières années et insiste sur deux points. L’unité d’action a progressé mais elle est insuffisante pour enrayer le processus de paupérisation qui affecte la condition ouvrière. De surcroît, le programme économique adopté en 1953 entretenait « l’illusion de la possibilité d’une “économie dirigée”, d’une espèce de planification en régime capitaliste24 ». L’explication de ce renversement stratégique demeure incertaine. Elle renvoie à une intervention du PCF peut-être préoccupé de la convergence possible avec les thèses de Pierre Mendès France, par une émancipation stratégique hypothétique du syndicat. Quoi qu’il en soit, le 30e Congrès consacre l’unicité du programme revendicatif de la Confédération et salue « avec une grande joie les nombreux signes de détente internationale25 ». Il appelle brièvement à l’unité et à la mobilisation.

19Les lendemains du 30e Congrès se présentent comme favorables. Les grèves de Saint-Nazaire, où la CFTC de Gilbert Declercq est en pointe, sont considérées comme une bonne illustration de la stratégie d’unité à la base. Benoît Frachon intervient personnellement à Renault pour que la section syndicale signe l’accord du 15 septembre 1955. En janvier 1956, le Front républicain est élu pour faire la paix en Algérie.

  • 26 Titre d’un article de Benoît Frachon dans L’Humanité, 31 janvier 1957. Le 31e Congrès (1957)

20Aux deux bonnes années 1954-1955 vont succéder de nouvelles épreuves. Le 6 février 1956, le président du Conseil, Guy Mollet, capitule devant les tomates des pieds-noirs partisans de l’Algérie française. Les événements de Hongrie en novembre conduisent la Confédération à laisser ses composantes libres d’approuver ou de condamner l’intervention soviétique en Hongrie. En dépit des violentes attaques dont elle est l’objet, la CGT garde sa ligne : « Lutter pour l’unité, contre toute tentative d’en entraver la marche26. » Les obstacles sur le chemin sont considérables. Ils sont accrus après le 13 mai 1958. La défense de la IVe République, illustrée par la manifestation du 28 mai, ne rencontre pas l’adhésion des masses et la SFIO du point de vue partisan, la CGT-FO et la CFTC du point de vue syndical, se rallient au retour du général de Gaulle.

  • 27 Titre d’un discours de Benoît Frachon à l’UD du Nord, le 14 décembre 1958.
  • 28 32e Congrès de la CGT, Compte rendu in extenso, Paris, CGT, 1959, p. 65.

21Alors qu’au départ, le PCF et la CGT sont isolés dans leur opposition au gaullisme et au régime qu’il met en place, la Confédération assure qu’« il y a actuellement bien des raisons pour que l’unité progresse27 ». Le 5 janvier, la centrale adresse une lettre à la CGT-FO, à la CFTC, à la CGC et à la FEN pour leur proposer « un front commun » contre la politique économique du gouvernement de Michel Debré. À la veille du 32e Congrès (14-19 juin 1959), Benoît Frachon fait état de dix-huit accords entre des fédérations CFTC et la CGT et de onze du côté FO. Le rapport de Benoît Frachon revient sur l’urgence de réaliser l’unité d’action. Il rappelle qu’« il y a plus de onze ans que la scission a été consommée au sein de la CGT. Les salariés qui ont maintenant 30 ans n’ont pas connu ou ne se souviennent que vaguement du temps où notre Confédération avait suffisamment à elle seule de puissance pour représenter l’ensemble de la classe ouvrière ». L’écoulement du temps contribue également à effacer les circonstances de la cassure de 1948. L’Église, le patronat, les partis de droite conjuguent leurs efforts pour situer les responsabilités de la division « où elles ne sont pas28 ». De manière rapide et schématique à l’extrême, le dirigeant de la CGT attribue la cause principale à la bourgeoisie.

  • 29 Ibidem, p. 443.
  • 30 33eCongrès de la CGT, Compte-rendu in extenso, Paris, CGT, 1961, p. 39-40.
  • 31 Ibidem, p. 57.
  • 32 Ibid., p. 565.
  • 33 Jacques Girault, Benoît Frachon…, op. cit., p. 293.
  • 34 34eCongrès de la CGT, Compte rendu in extenso, Paris, CGT, 1963, p. 46.

22La tonalité de l’appel du 32e Congrès traduit le jugement porté à l’égard de la Ve République : « La période actuelle est la plus dure que vous ayez traversée depuis l’Occupation. » La conclusion découle de la prémisse : « Jamais plus qu’en ce moment, l’unité n’aura revêtu un caractère aussi urgent et aussi impératif29. » Les dirigeants de la CGT relaient la consigne à tous les niveaux de l’organisation. L’exacerbation du conflit algérien se traduit par la semaine des barricades en janvier 1960 et le putsch des généraux en avril 1961. Le rapport présenté au 33e Congrès (28 mai-2 juin 1961) est établi sous la responsabilité de Léon Mauvais qui, pour traiter de l’unité, part des analyses de Benoît Frachon effectuées en 1951 et condensées dans le triptyque, confiance, clarté, entente dans l’action30. Le secrétaire se réjouit des progrès réalisés et souligne que le mot d’ordre inscrit au-dessus de la tribune est « Face à l’organisation patronale, une seule centrale syndicale. Vive l’unité de la classe ouvrière ! » Léon Mauvais assure que la perspective de la réunification redevient actuelle. L’initiative du PUMSUD en est à la fois le signe et un pare-feu31. L’appel final confirme la disponibilité de la CGT pour « discuter de toutes les questions que peut soulever “le problème” de l’unité32 ». La fin de la guerre d’Algérie achève la période critique de la Ve République. Elle marque aussi une borne dans les pratiques unitaires de la CGT. Jacques Girault utilise le terme de « tournant33 ». Nous quittons les années à étudier. Mais le propos d’Henri Krasucki rapporté par un délégué au 34e Congrès (12-17 mai 1963) ne relève pas du corpus 1948-1962 : « L’unité ne pourra se faire par l’absorption34. »

  • 35 Benoît Frachon, Au rythme des jours…, op. cit., p. 482.

23Le terme d’oscillation utilisé dans le titre de cette première partie est-il fidèle à la réalité ? La direction de la CGT, de la scission de 1948 à la fin de la guerre d’Algérie, entend tenir ensemble la dénonciation de la division syndicale et l’appel à l’unité d’action ouvrant la voie à l’unité organique. Il nous semble que cette dialectique a été difficile à mettre en œuvre et que, selon les moments, l’invective prime ou ce qui fâche est au profit du rapprochement. La pratique correcte dépasse ensemble le sectarisme et l’opportunisme. Un paragraphe de Benoît Frachon extrait d’un rapport présenté au conseil général de la Fédération syndicale mondiale en novembre 1951 exprime bien les difficultés à surmonter : « Ne pas être sectaire ne veut pas dire poursuivre la réalisation de l’unité en abandonnant la critique des dirigeants qui trahissent la classe ouvrière35. »

Les pierres d’achoppement

  • 36 Ibidem, p. 480.

24Dans le point de vue cégétiste, la trahison s’accompagne toujours de mensonges, de faux-semblants, d’arguments en trompe-l’œil. Mais les faits sont têtus. Les oppositions à la CGT sont interprétées de manière erronée pour au moins deux raisons. D’une part, les dirigeants de la CGT et Benoît Frachon en tête, sous-estiment les défauts des régimes communistes, de l’URSS au premier chef. D’autre part, ils ont une conception très simpliste des phénomènes idéologiques. Une fois, devant la FSM, le secrétaire général de la CGT est allé aussi loin qu’il pouvait dans l’analyse de la domination. « Ne pas être sectaire, c’est comprendre que la classe ouvrière n’est pas un bloc idéologique homogène. » L’influence de la bourgeoisie est expliquée par la propagande et la corruption36. Les analyses de Marx sur l’idéologie sont visiblement ignorées. La réalité de la société capitaliste se présente comme « naturelle ». Elle comporte des processus immédiatement invisibles comme le temps social moyen à la base de l’élaboration de la valeur ou l’extorsion de la plus-value. Les images et les idées, les représentations s’enracinent dans une épaisseur historique, collective et individuelle que la seule dénonciation ne suffit pas à ébranler, encore moins à dissiper. « Écarter ce qui sépare, retenir ce qui unit » assure peut-être des convergences temporaires. La formule ne fournit pas la clé pour établir une entente durable. Dans le cas des relations CGT-FO, deux obstacles se dressent.

25La scission de 1947-1948 était-elle évitable ? Une division comparable s’est produite en Italie et en Grèce. L’Autriche constitue l’exception. L’OGB fonctionne, il est vrai, sur le système des tendances. La puissance du PCF, l’importance géostratégique de la France intensifient la logique de la guerre froide. Le mouvement syndical pouvait difficilement y échapper.

  • 37 La Vie Ouvrière devient organe officiel de la CGT en 1952. Cf. René Mouriaux, « De la propagande à (...)

26La CGT s’était déjà par deux fois scindée, en 1920 sur un clivage pro-wilsoniens/pro-bolcheviks, en 1939 sur le Pacte germano-soviétique. La réunification de 1943, effectuée sur une base antifasciste, perd son fondement dès lors que l’intérêt patriotique se réduit et que l’entente entre les Quatre Grands se défait. L’unité de la CGT réalisée en 1943 est fragile. La mise en commun de la trésorerie tarde. Chaque courant dispose de son organe, La Vie Ouvrière37 pour les ex-unitaires, Force Ouvrière, suite de Résistance Ouvrière, pour les ex-confédérés. Deux dispositifs de formation syndicale cohabitent. La dyarchie Benoît Frachon-Léon Jouhaux symbolise le compromis réalisé et sa fragilité.

  • 38 Le raidissement soviétique est justement rappelé dans Dominique Andolfatto (dir.), Les syndicats e (...)

27Une cristallisation des oppositions s’opère38. Le plan Marshall installe une coupure mondiale que le Kominform (1947-1956) consacre. La position neutraliste comme le journal Le Monde a tenté de la tenir ne s’offrait pas vraiment à la majorité de la CGT. Des rapprochements s’opèrent dans les luttes en 1953, en 1955 et à la fin de la période, en 1963. Mais les grèves de 1947-1948 sont l’occasion de creuser le fossé entre révolutionnaires et réformistes et les communistes ont même le sentiment que l’occasion est venue de l’emporter.

  • 39 Le rapport de Nikita Khrouchtchev ne sera publié qu’en 1982 aux Éditions sociales.
  • 40 Moshe Lewin, Le siècle soviétique, Paris, Fayard, 2003, 526 p.

28L’affrontement entre les militants de la CGT et ceux de FO est réactivé principalement par quatre sources. Tout d’abord, la politique de l’URSS fournit l’occasion pour les réformistes de stigmatiser le totalitarisme des « cosaques ». Dans le cas de la CGT, une urssophilie sans réserve prévaut jusqu’en 1968. Que des doutes aient existé antérieurement ne fait aucun doute39. La réconciliation avec la CSY s’effectue en 1957. Face aux anticommunistes, le premier réflexe était de nier les défauts du système mis en place par Joseph Staline et dont les contradictions échappent au contrôle de son inventeur alors qu’il est apparemment situé au faîte de sa puissance40.

  • 41 Tania Regin, Les relations intersyndicales françaises à la lumière des engagements internationaux (...)

29La logique des deux camps se redouble avec le problème de la décolonisation. Il en est de même du dossier européen. La CGT, jusqu’en 1965, s’inscrit dans une hostilité sans nuance envers la construction européenne. FO milite pour la Ceca, pour la CED, pour la CEE41.

  • 42 Alain Bergougnioux, Force Ouvrière, Paris, Seuil, coll. « Politiques », 1975, p. 195.

30La célèbre formule du Congrès de la CGT-FO en 1956 « nous sommes donc pour l’unité européenne très exactement pour les raisons inverses que la CGT est contre42 » condense le débat qui oppose les militants de la rue La Fayette et ceux de l’avenue du Maine.

31Le quatrième terrain d’affrontement entre les deux composantes laïques du syndicalisme français porte sur la place du PCF dans la vie politique intérieure. Pour les amis de Benoît Frachon, la formation partisane révolutionnaire est l’âme du mouvement ouvrier mais elle a besoin pour développer son activité propre d’un syndicat très largement implanté dans les masses, capable d’interpréter leurs aspirations et d’animer les luttes. Les militants de FO se méfient de cette conception du syndicalisme – ce qui ne signifie pas qu’ils y soient totalement étrangers – et refusent totalement l’association avec une formation partisane qu’ils jugent antidémocratique.

Notes

1 René Mouriaux, « Le vote ouvrier », Regards sur l’actualité, n° 287, janvier 2003, p. 37-45.

2 Robert Mencherini, Guerre froide, grèves rouges, Paris, Syllepse, 1998, 307 p.

3 Reproduit dans Benoît Frachon, Au rythme des jours, tome 1, Paris, Éditions sociales, 1967, p. 240.

4 Ibidem, p. 240-242

5 Ibid., p. 273.

6 Benoît Frachon, « La classe ouvrière dans la lutte pour la paix », L’Humanité, 12 septembre 1949.

7 Benoît Frachon, « Ce sont les syndiqués FO qui décideront », L’Humanité, 27 septembre 1951.

8 Alain Bergougnioux, Force Ouvrière, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1982, p. 15.

9 Benoît Frachon, « Silence dans le rang », L’Humanité, 15-16 février 1948.

10 Benoît Frachon, « Un instrument des provocateurs de guerre impérialistes », L’Humanité, 30 novembre 1949.

11 Texte reproduit dans Benoît Frachon, Au rythme des jours…, op. cit., p. 399

12 Michel Dreyfus, Gérard Gautron, Jean-Louis Robert, La naissance de Force ouvrière. Autour de Robert Bothereau, Rennes, PUR, 2003, p. 163-170.

13 La CGT dispose d’une Union des cadres très affectée par la scission et souvent négligée par les tenants de l’ouvriérisme.

14 27e Congrès, Compte rendu in extenso, Paris, CGT, 1949, p. 35.

15 Ibidem, p. 40.

16 Ibid., p. 340.

17 28e Congrès de la CGT, Compte rendu in extenso, Paris, CGT, 1952, p. 53. Benoît Frachon, Au rythme des jours…, op. cit., p. 375.

18 28e Congrès de la CGT, op. cit., p. 50.

19 Ibidem, p. 339-400.

20 Jacques Girault attribue à André Lunet la venue d’Henri Barreau mais n’indique rien pour René Turc. Jacques Girault, Benoît Frachon, communiste et syndicaliste, Paris, Presses FNSP, 1989, p. 256.

21 Cité in Georges Lefranc, Le mouvement syndical de la Libération aux événements de Mai-Juin 1968, Paris, Payot, 1969, p. 117.

22 29e Congrès de la CGT, Compte rendu in extenso, Paris, CGT, 1953, p. 65 et 67.

23 Ibidem, p. 516.

24 30e Congrès de la CGT, Paris, CGT, 1955, p. 44.

25 Ibidem, p. 420.

26 Titre d’un article de Benoît Frachon dans L’Humanité, 31 janvier 1957. Le 31e Congrès (1957)

note une plus forte implication d’organisations FO.

27 Titre d’un discours de Benoît Frachon à l’UD du Nord, le 14 décembre 1958.

28 32e Congrès de la CGT, Compte rendu in extenso, Paris, CGT, 1959, p. 65.

29 Ibidem, p. 443.

30 33e Congrès de la CGT, Compte-rendu in extenso, Paris, CGT, 1961, p. 39-40.

31 Ibidem, p. 57.

32 Ibid., p. 565.

33 Jacques Girault, Benoît Frachon…, op. cit., p. 293.

34 34e Congrès de la CGT, Compte rendu in extenso, Paris, CGT, 1963, p. 46.

35 Benoît Frachon, Au rythme des jours…, op. cit., p. 482.

36 Ibidem, p. 480.

37 La Vie Ouvrière devient organe officiel de la CGT en 1952. Cf. René Mouriaux, « De la propagande à la communication. Le cas de la CGT », Liaisons, n° 18, juillet 2003, p. 9-13.

38 Le raidissement soviétique est justement rappelé dans Dominique Andolfatto (dir.), Les syndicats en France, Paris, la Documentation française, 2004, p. 26.

39 Le rapport de Nikita Khrouchtchev ne sera publié qu’en 1982 aux Éditions sociales.

40 Moshe Lewin, Le siècle soviétique, Paris, Fayard, 2003, 526 p.

41 Tania Regin, Les relations intersyndicales françaises à la lumière des engagements internationaux (1948-1978), Dijon, Université de Bourgogne, 2003, 2 vol, 534 p.

42 Alain Bergougnioux, Force Ouvrière, Paris, Seuil, coll. « Politiques », 1975, p. 195.

Auteur

Politologue

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540