Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Troisième partie. Les militants et l’organisation

La grève d’août 1953 aux PTT

Serge Lottier

Full text

1Je ne reviendrai pas sur le contexte général d’avant la grève, je retiendrai seulement le fait qu’en août 1953, les PTT subissent de plein fouet la politique réactionnaire des gouvernements de droite. Dans le cadre du budget général, le budget des PTT sert de vache à lait pour alimenter la guerre d’Indochine. Cela conduit à voir diminuer les effectifs, à licencier les auxiliaires, à maintenir une durée du travail de 45 heures et plus.

2Si en 1948, on prend la référence 100 pour le trafic et les effectifs, en 1954 il est de 128 pour le trafic et 96,5 pour les effectifs. Concernant les traitements, le facteur en fin de carrière a un pouvoir d’achat inférieur à celui de 1919. Si de 1946 à 1954, la moyenne des salaires passe de 100 à 516 en raison de l’inflation galopante, pour un agent des PTT elle est de 454. Ajoutons à cela à cela la crise du logement, des conditions de travail moyenâgeuses et une gestion militaire du personnel. Enfin, il n’existe aucun droit syndical. Les militants CGT sont pourchassés et retardés dans leur avancement, etc. Le contexte syndical est le suivant dans les PTT : c’est dans les PTT que commence la scission en 1946. Fin 1947 après les grèves de novembre décembre, c’est la rupture totale et l’affrontement verbal, écrit, voir physique.

3Dans le contexte de la guerre froide, la CGT est affaiblie, l’anticommunisme fait rage. Dans les PTT, FO a un certain pouvoir sur la gestion des hommes et refuse toute forme d’unité, à quelque niveau que ce soit avec la « CGTK ». Si la CGT et FO sont les deux principales forces syndicales, il y a aussi la CFTC et les autonomes sur l’échiquier syndical.

Le contexte

4Quand on connaît la situation du moment, on ne dira pas que la grève a été spontanée. Non prévue oui, spontanée non, car en amont il y avait la situation rappelée ci-dessus et depuis le Congrès fédéral de 1950 un travail revendicatif de fourmi est fait par la CGT qui oblige les autres syndicats, y compris FO, à être aussi sur le terrain de la revendication. Comme vous le savez, ce sont les décrets Laniel qui font déborder le vase. Mais l’essentiel n’est pas là ! Louis Viannet, qui en 1953 est un jeune postier à Paris, se rappelle que la grève s’est développée avant tout à partir du phénomène de ras-le-bol, d’une politique de misère.

Pourquoi Bordeaux ?

5À Bordeaux, le rapport des forces syndicales est en faveur de FO. Les camarades de la CGT doivent se battre pied à pied pour entrer dans les services, c’est difficile. Un tract distribué dans la rue et voilà la police deux minutes plus tard et les tracts confisqués…

6En août 1946, une grève à caractère nationale et illimitée contre la direction fédérale de la CGT réunifiée, accusée de faire le jeu du Parti communiste, est partie de Bordeaux. Cette grève était orchestrée par la tendance qui va devenir FO. Certains militants de FO se souviennent de « l’efficacité » de cette grève, des souvenirs peuvent nourrir le mythe de la grève générale. Pourquoi ne pas recommencer… et à nouveau affaiblir la CGT ? À Bordeaux en tous, les cas des militants FO pensent ainsi : « Non aux grèvettes de 24 heures, oui à la grève illimitée. »

7Pourtant, le 4 août au matin, rien ne laisse présager ce qui va se passer. Ce jour-là, les syndicats CGT, CFTC et autonomes de la Fonction publique – dont les PTT – appellent à une journée d’action avec débrayages d’une heure contre les décrets Laniel qui doivent être débattus au Conseil supérieur de la Fonction publique.

8FO est hostile à cette journée d’action. Robert Bothereau, secrétaire général de FO dit à Laniel que FO « se tiendra à l’écart des manifestations revendicatives du mardi (4 août) dans l’attente d’une connaissance plus exacte des projets gouvernementaux à l’étude ». Aussi, les facteurs FO de Bordeaux, ne débrayent pas. Par contre, les téléphonistes qui travaillent dans le même complexe que les facteurs (15, rue Judaïque), majoritairement CFTC avec quelques militants CGT, dont Marcelle Rouvière, débrayent dans l’unité et descendent dans la cour de 11 à 12 heures. Les facteurs, de retour de tournée, sont surpris et à la fois agacés de voir ces femmes en grève. Au retour du repas, pour la deuxième distribution qui n’aura jamais lieu, vers 13 heures la CGT appelle les facteurs à se réunir. Une discussion s’engage avec des camarades de FO qui vont chercher certains de leurs dirigeants pour leur dire « d’aller » à la réunion, pour décider, dit le tract CGT, « d’un arrêt de travail limité ou illimité ».

9Les débats orageux vont se concrétiser à la fin de la réunion par la création d’un comité départemental de grève composé par des militants CGT, FO, CFTC, autonomes. Ce comité appelle à la grève illimitée. Le texte est porté aux journaux. Mais FO est gênée : elle repoussait hier violemment toute unité avec la « CGTK », la voilà dans un comité de grève unitaire. Que vont penser leurs adhérents le lendemain, à la lecture des journaux ?

10Ils trouvent alors en la personne d’un journaliste FO à La Nouvelle République, l’homme qui leur faut pour transformer l’appel unitaire en un appel FO. Le 5 août, il titre : « En accord avec leur fédération nationale, les postiers bordelais FO lancent l’ordre de grève générale et illimitée », alors que Sud Ouest titre la vérité : « Les syndicats des PTT de la Gironde décident une grève générale illimitée ».

11Donc, contrairement à ce qu’ont écrit de nombreux historiens, ce ne sont pas les facteurs FO de Bordeaux, mais les facteurs unis CGT, CFTC, FO, autonomes et d’autres personnels des PTT de Bordeaux qui ont décidé de la grève. Précisons que ce point d’histoire n’est pas pour nourrir la polémique, mais parce que le caractère unitaire de l’appel change tout le devenir de la grève !

12Autre fait intéressant : pourquoi, dès le lendemain, la grève s’est étendue alors qu’il n’y a pas eu d’appel national le 4 août et que la communication n’est pas développée comme aujourd’hui ? On trouvera la réponse dans le fait que les PTT sont un service public, celui de la communication. Un camarade de la CGT, (Marc Fauvel) propose au comité de grève de faire connaître la décision de la grève illimitée « dans le département, à l’ensemble des principaux centres du territoire national, aux fédérations ». Notez bien la hiérarchie pour l’information : d’abord le département, ensuite les centres nationaux, et enfin les fédérations. C’est donc avant tout leur grève décidée dans l’unité. « Là-haut », à vous de voir !

13Trois cent centres nationaux sont touchés dans la nuit du 4 août et le matin du 5, les recettes principales, les centraux téléphoniques, etc. Cette initiative n’est pas étrangère à l’élargissement rapide de la grève et à l’appel à la grève illimitée de la Fédération FO, le 5 août à 10 heures, suivie de la CFTC et des autonomes dans l’après midi.

14Soulignons aussi que le lendemain matin, 5 août, les téléphonistes de Bordeaux sont au travail ! Lorsque les militants de FO viennent les voir pour les faire mettre en grève, elles n’en croient pas leurs yeux, et elles veulent qu’un camarade de la CGT vienne leur confirmer l’appel à la grève !

15Quant à la CGT-PTT, au niveau national, à l’initiative de l’action contre les décrets Laniel, elle est prudente sur l’idée de grève générale, compte tenu de la situation politique et la division syndicale. Elle envoie à Bordeaux André Leray, secrétaire général adjoint de la Fédération pour « prendre la température », le 5 août. Après le meeting, enthousiaste, « il repartit rassuré… et notre Fédération comprit vite… », nous dit Marc Fauvel. Le même jour d’ailleurs, la Fédération appelle, en s’appuyant sur Bordeaux, à se réunir sur les lieux de travail et décider de l’action à mener !

16Permettez-moi une comparaison avec le présent : ça me rappelle le 13 mai 2003 au soir, lorsque Bernard Thibault, interrogé par un journaliste sur l’appel ou non à la grève générale, a répondu : « Demain matin, il y a des assemblées dans les services qui décideront… et nous appelons à une manifestation nationale, pour le 25 mai. » Avec une différence : l’appel du 5 août 1953 a été suivi de beaucoup plus d’effets dans les services que celui du 13 mai 2003.

17J’ai décrit les débuts de la grève, car il y a là, je crois, un sujet d’école à l’heure où se pose la question : comment faire pour créer un rapport de force face à la politique de la droite ? Entrent en effet en ligne de compte : tout d’abord, le syndicalisme au quotidien en amont, ce travail de fourmi peu spectaculaire mais efficace. Ensuite, le rôle de l’unité d’action dans les services ; là encore, l’unité à Bordeaux en 1953, ça me rappelle ce que disait Bothereau sur la réunification de la CGT en 1936 : « Rappelle-toi disait-il à un ami, la pression était telle dans les entreprises qu’on n’a pas pu faire autrement ! » En 1953, il en va de même : FO est obligé, également par sa base, de s’engager. Entrent également en jeu la démocratie syndicale et ouvrière, les décisions prises par les structures syndicales et le personnel, ainsi que le rôle des structures fédérales et confédérales. Il faut enfin compter avec les circonstances, la part du hasard. Si les facteurs n’avaient pas rencontré les téléphonistes à 11 heures le matin du 4 août… ? Les hasards de l’histoire, cela existe !

La grève

18Elle s’étend très vite, s’étend. Les trains s’arrêtent, EDF est en grève, tout comme d’autres services publics, la France est paralysée ; le gouvernement tergiverse, manœuvre, mais en toile de fond, tient bon sur sa politique, réquisitionne, sans effet, condamne les « meneurs » etc. Les Renseignements généraux sont confiants, voient la reprise… mais pas de reprise.

19Après l’appel à une journée de grève des fédérations des services publics, CFTC, FO, le 7 août, jour où doit se réunir le Conseil supérieur de la fonction publique (CSFP) qui n’a pas pu se tenir le 4, il y a deux millions de grévistes.

20FO et la CFTC appellent à la reprise le soir, mais la grève se poursuit et s’amplifie à partir du 10, avec un appel de la CGT mineurs et cheminots. La CFTC et FO alors lancent un nouvel appel à la grève de 48 heurs pour les 13 et 14 août ; la CFTC veut négocier, Laniel est intransigeant et il y a maintenant quatre millions de grévistes. Si Laniel, que François Mauriac appelle « tête de bœuf », s’entête, le gouvernement s’inquiète. Le 15 août approche et les ouvriers du privé vont rentrer de congés. Il y a là un danger d’extension du mouvement : leurs vacances seront allongées car les trains ne roulent pas. À toutes fins utiles, on installe les parachutistes dans les centrales EDF. Des régiments font mouvement vers la région parisienne et la troupe distribue le courrier, mais très peu !

21Dans les PTT, la grève tient bon. Le 6 août, salle Wagram dans un meeting organisé par FO, la CFTC et les autonomes, des milliers de postiers – Louis Viannet s’en souvient – imposent Georges Frischmann à la tribune, ce qui était impensable quelques heures plus tôt : ils voulaient isoler la CGT dans la grève. Le discours de Frischmann, le plus applaudi, est le premier d’une longue série. Un historien souligne que chaque jour, lors du meeting organisé par le comité de grève de la région parisienne, c’est Georges Frischmann qui donne le ton.

22Les revendications salariales en faveur de l’augmentation du pouvoir d’achat s’amplifient, ça devient la grève du « ras le bol ». On pense de plus en plus au Front populaire. Le 8 août, le Parti socialiste, suivi du Parti communiste, demande la convocation du Parlement. Le PS songe au retour à un gouvernement de 3e force, le PC pense plutôt au Front populaire, la CGT également, ce que ne veulent absolument pas ni FO, ni le PS, ni la CFTC.

23La grève se politise. Dans les PTT, les discours de Frischmann restent revendicatifs. Plus de courrier, plus de chèques, plus de téléphone manuel. Le gouvernement utilise les circuits de l’armée pour ses communications… mais à Bordeaux cela fonctionne et le préfet est mis sur écoute par le personnel.

24Le 17 août, Laniel continue de s’entêter et rompt les discussions avec la CFTC et FO. Le socialiste Vincent Auriol, président de la République, la CFTC et les ministres MRP du gouvernement font alors pression pour trouver une solution, un compromis. Ces tractations aboutissent dans la nuit du 20 au 21 août à des promesses non écrites et floues. Le vendredi 21, FO et CFTC appellent à la reprise du travail – on est en fin de semaine – pour le samedi 22 août. En vérité, ils visent au lundi 24. La CGT et les autonomes appellent à poursuivre et dénoncent la trahison de FO et CFTC. Mais la division sonne le glas de la lutte dans les PTT comme ailleurs ; le lundi 24 la grève s’étiole, le 25 la Fédération des PTT appelle à la reprise.

25La grève est partie dans l’unité en bas, elle a vécu dans l’unité à la base, il n’y a jamais eu d’unité des fédérations et des confédérations, leurs stratégies qui évoluent au jour le jour sont contradictoires. FO a voulu à tout prix empêcher l’extension de la grève. Camille Mourgues, secrétaire général de la Fédération FO des PTT, constate qu’« on est entré dans un tunnel, maintenant il faut s’en sortir ». La CFTC a été à la remorque de FO, avant tout par anticommunisme. La reprise n’a pas été facile pour FO et CFTC qui ont trahi. La CGT s’en est mieux sortie, mais l’appel à la reprise, le 25, a été mal ressenti.

26Le 21 août, rien n’est obtenu et c’est vrai, on ne sait rien des tractations. La CGT appelle à la poursuite. Le 25, le personnel n’en sait pas plus et la CGT appelle à la reprise, alors ça gamberge dans les têtes. Il n’y a pas eu d’appel à la grève venant de la Fédération… mais il y a un appel fédéral à la reprise. Il y a quelque chose qui ne va pas. La Fédération n’appliquera pas la même tactique en 1968 et en 1974 : décision de grève dans les services ; décision de reprise dans les services !

27Le bilan se présente ainsi, le 25 août, à la reprise : c’est clair, on a fait la grève pour rien ! Puis le réalisme prend le dessus, on prend connaissance du bilan. Le 29, la Fédération CGT-PTT publie une analyse équilibrée des résultats, le journal fédéral s’exprime ainsi : « Trahi, mais non vaincu ».

28Ca bouge aussi politiquement ; une politique de relance va voir le jour, elle sera moins répressive. Selon un chroniqueur de l’époque, Pierre Durand, après la grève d’août 1953 viendra « le commencement de la sagesse ».

29Sur le plan syndical, la CGT sort grandie de ce conflit : disons qu’elle redevient elle-même, plus CGT. Si jusqu’alors, la priorité était donnée à la lutte pour la paix avec en toile de fond l’action contre les dangers de guerre avec l’URSS, la CGT va s’orienter davantage sur la défense des revendications – ce qui était déjà le cas dans les PTT depuis 1950 – et ce sans remettre en cause son action pour la paix.

30Il y a de sérieux remous à la CFTC. Certains pensent que 1953 n’est pas étranger à la cassure de 1964 qui verra la création de la CFDT. FO restera FO, en privilégiant l’anticommunisme et continuera de refuser l’unité dans les PTT.

31Aux élections de 1954, l’échiquier syndical se modifie légèrement dans les PTT : CGT : + 2,5 % et 6935 voix supplémentaires ; FO : + 1,6 % et 77 voix de moins ; CFTC -1,17 % et 294 voix en moins ; Autonomes : + 0,88 % et 1966 voix supplémentaires, selon les chiffres du journal de la Fédération.

32Mais 1953 va fortement marquer notre Fédération. 1953 voit la confirmation de Georges Frischmann à la direction de la Fédération où il a été élu secrétaire général en 1950, mais dans des conditions assez difficiles. L’unité de la direction fédérale sort renforcée de ce conflit. Elle permettra les luttes à venir et le rayonnement de la CGT dans notre corporation.

Additif au texte de Serge Lottier : Louis Viannet se rappelle
« Pour l’avoir vécu, je peux témoigner de la forte incompréhension de l’appel de la CGT à la reprise du 25 août, parmi la jeunesse gréviste des PTT de la région parisienne. Deux raisons peuvent l’expliquer : d’une part, on ne connaît rien du contenu des tractations entre FO, la CFDT et le gouvernement, de l’autre, la motivation essentielle de l’engagement de cette jeunesse dans la grève tient beaucoup plus à l’insuffisance des salaires et au prix du logement à Paris, qu’à la défense des retraites. Or, ces jeunes comprennent confusément qu’ils risquent d’être les oubliés du règlement.
Il faut savoir que depuis 1947-1948, la Poste est en grande difficulté dans la région parisienne. En effet, les traitements de début sont plus que maigres – 25143 F par mois pour un agent débutant, 30 000 pour un contrôleur – alors qu’une chambre se paie entre 5 000 et 7 000 F par mois.
Les jeunes de la région parisienne préfèrent, de loin, répondre aux appels nombreux, du secteur privé, et notamment de la métallurgie ainsi que de la chimie, qui propose des salaires d’embauche supérieurs à 40 000 F.
La Poste recrute donc à tour de bras, en province pour répondre à ses besoins à Paris. Jeunes gens et jeunes filles du Midi, du Centre, de Bretagne, se retrouvent donc en masse dans les Bureaux de poste, Centre de tri, Chèques postaux de Paris et constituent la masse des participants et participantes aux meetings qui se tiennent tous les matins, rue du Château-d’Eau. Ceci dit, passée la première réaction de colère, c’est quand même vers la CGT et aussi, hélas, vers les autonomes que cette jeunesse va se tourner pour défendre ses intérêts, dans les mois qui vont suivre. »

Author

Président de l’Institut CGT-PTT d’histoire sociale

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Terms of use: http://www.openedition.org/6540