Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Troisième partie. Les militants et l’organisation

Benoît Frachon, dirigeant communiste, de la Libération aux années 1950

Jacques Girault

Texte intégral

  • 1 Benoît Frachon communiste et syndicaliste, Paris, Presses de la FNSP, 1989, 364 p.

1Saisir les rapports entre le PCF et la CGT dans les années 1940-1950 peut apparaître un exercice plusieurs fois rebattu, et donc inutile, tant l’osmose dirigeante fait partie des évidences. Nous avons déjà répondu à propos de Benoît Frachon qui se vit avant tout comme dirigeant communiste militant à la tête d’une confédération syndicale, responsabilité souvent décriée par les communistes ou considérée comme devant servir la politique du Parti préparant la Révolution1.

2Des sources jusqu’alors interdites, notamment les archives du Fonds français de l’Internationale communiste (IC), du PC – essentiellement les procès-verbaux de direction et les débats du Comité central (CC) – les dossiers des Renseignements généraux (RG) nous permettent de reformuler la problématique déjà développée, souvent simple illustration de ce qui n’étaient que des conclusions à partir des écrits ou des souvenirs. La démonstration varie peu, seul l’argumentaire sort renforcé des réflexions qui suivent.

Le dirigeant communiste pendant la guerre

3Benoît Frachon occupe une place essentielle dans le groupe dirigeant du PC depuis la fin des années 1920. Contraint pour des raisons internes au communisme mondial de se consacrer avant tout au syndicalisme, dans la CGTU, puis après la réunification syndicale, à la tête quasiment partagée de la CGT, il réussit, notamment lors du Front populaire, à donner un visage nouveau à la relation de dépendance absolue du syndicat par rapport au parti. Certes son retrait du bureau politique (BP) du PC n’abuse personne, mais dans diverses situations en province, il sait intervenir pour imposer le respect des anciens dirigeants confédérés contestés par les bouillants militants communistes. Simple mise en scène souvent dont la répétition finit par rendre plus opaque le lien dénoncé, notamment par les proches de l’autre homme fort de la CGT, René Belin, sous le terme de « colonisation » communiste des syndicats. Une telle pratique balbutiante se trouve interrompue par les conséquences de l’interdiction du PC, suite à la signature du Pacte germano-soviétique.

  • 2 RGASPI, 517, 1, 1880.

4Toutefois, l’image de Frachon correspond avec les opinions que tentent de faire admettre les dirigeants communistes engagés depuis le milieu des années 1930 dans un nouveau cours. Frachon dirige un mouvement syndical vainqueur en 1936, mais il a fait de bons choix, appréciés comme tels par les dirigeants de l’IC. Évoquant son rôle contre Doriot en 1934-1935, Maurice Thorez dans son intervention au CC à Bobigny, les 27 et 28 mai 1938, rappelle sa forte présence sur le terrain, à Saint-Denis, et conclut : « Je vous assure que ça n’a pas été facile2. » Lors de la même réunion, Allard (Ceretti) souligne que Frachon a su garder la bonne direction révolutionnaire dans le rapprochement avec les forces réformistes lors du Front populaire :

  • 3 Idem.

« Je crois qu’à l’intérieur du Parti il y a beaucoup d’influence de cet esprit social-démocrate, beaucoup de concessions que nous faisons à l’esprit social-démocrate et nous ne comptons plus beaucoup certaines déclarations de notre camarade Benoît Frachon après Villeurbanne lorsqu’il rappelait que notre Parti doit être fier d’avoir su maintenir intact l’esprit antiréformiste en faisant l’unité politique et syndicale3. »

  • 4 RGASPI, 517, 1, 1903, rapport de Marty, sténographie de l’intervention orale entièrement réécrite.

5L’intervention décisive qui le projette au premier plan des dirigeants communistes pendant la guerre concorde avec l’appréciation portée par l’IC. Nous avions privilégié, dans notre ouvrage, comme principale explication, la présence clandestine en France de Frachon. Les raisons de la confiance permanente de l’IC nous manquaient alors. Nous pensons mieux les connaître. Marty, lors d’une réunion du presidium de l’IC en octobre 1939, qualifie les réactions des dirigeants communistes français d’« opportunisme poltron », mais se félicite de « la ligne […] très claire » des minoritaires des instances dirigeantes de la CGT, qui « constitue une base de redressement très sérieuse de toute la politique du PCF ». Il conclut : « Il existe une divergence fondamentale entre la position de la direction du Parti et celle des membres du Parti de la Commission administrative de la CGT. La position de ces derniers est dans l’ensemble juste et inspirée d’une claire position de classe ; celle de l’ensemble de la direction du Parti, en revanche, est erronée ou très confuse4. »

  • 5 RGASPI, 517, 2, 15, émission de Radio-France Moscou, 1er mai 1943.

6Marty expose ainsi les raisons de s’appuyer sur Frachon pour diriger le PC dans la clandestinité. Cette confiance permet de mieux comprendre le rôle de Frachon pendant la guerre à la tête du mouvement communiste et syndicaliste confondu parfois. Et comme la commémoration des anniversaires des dirigeants compte dans le monde communiste, le bureau de l’Union des syndicats de la région parisienne, pour le cinquantième anniversaire de Frachon affirme que « les militants rendent hommage au dévouement et aux qualités de Frachon, qui poursuit fermement dans l’illégalité, la lutte pour la défense des travailleurs et la libération de la patrie5 ».

Le dirigeant communiste de premier plan à la Libération

  • 6 Publiée sous le titre Les communistes et la reconstruction économique de la France, Bureau d’éditi (...)
  • 7 Deux des cinq points du rapport présenté à l’assemblée des cadres syndicaux de la Région parisienn (...)
  • 8 Propos tenus lors d’une réunion du CCN de la CGT, L’Humanité, 28 mars 1945, Arch. nat. F1a3238.

7Frachon prend une part essentielle dans la réorganisation de la France libérée, notamment dans la bataille de la production, exposée lors de sa conférence devant les juristes communistes, le 22 novembre 19446, pour « faire renaître l’économie française » et « satisfaire les légitimes revendications de la classe ouvrière7 ». Il défend aussi, dans une France affaiblie, le lien entre la reprise économique et le rôle de la classe ouvrière : « Il faut un meilleur ravitaillement et des salaires suffisants pour obtenir un renforcement de la capacité de production8. »

  • 9 Selon un rapport des RG, 11 septembre 1945, Arch. nat., F7 15741, n° 433.

8Quand la création d’un deuxième poste de secrétaire général de la CGT à l’automne 1945 devient effective, de nombreux commentateurs évoquent une progression communiste dans la CGT et insistent aussi sur « le succès personnel de Frachon9 ».

  • 10 Arch. PCF, secrétariat, 14 décembre 1945.

9Frachon apparaît avant tout comme un dirigeant syndical. Le PCF ne cache pas son rôle de dirigeant communiste ; il participe à la conférence des secrétaires des fédérations communistes aux côtés de Marcel Servin10. Le PCF assure sa sécurité en lui détachant un garde du corps.

10Sa personnalité et son ascendant lui permettent de prendre même des distances avec le gouvernement qui comprend des ministres communistes. Au CC tenu en mai 1945, il intervient sur le sabotage de la production et les revendications ouvrières. Le PCF diffuse son discours dans un numéro spécial de L’Humanité, les 20-21 mai 1945 : « Que le gouvernement ait une politique qui aboutisse à de tels résultats, en dépit de nos efforts, c’est une chose déjà assez triste. Mais qu’on en rejette la responsabilité sur les ouvriers qui font tout pour qu’elle change, c’est beaucoup trop. »

  • 11 Arch. PCF.

11À la même époque, intervenant, le 18 mai 1945, au CC consacré aux élections municipales, il estime que les communistes doivent travailler avec Léon Jouhaux car « nous ne pouvons pas nous permettre le luxe d’avoir une CGT où les communistes apparaîtraient comme les seuls dirigeants11 ». Dans le même état d’esprit, il n’hésite pas à intervenir, pour défendre l’unité ouvrière menacée, aussi bien contre les « saboteurs » de l’appareil productif que contre certaines actions socialistes.

  • 12 Selon le compte rendu de la réunion du CD du Parti socialiste, 26 septembre 1945, OURS.
  • 13 Rapports des RG, juillet 1946, Arch. nat., F1a 3326 et 3357.
  • 14 Rapport des RG, 25 février 1947, Arch. nat., F1a 4736.

12A la fois critique envers le gouvernement et favorable au travail dans l’unité, Frachon devient la cible des socialistes qui pensent alors que le grand danger vient de son autorité. Lors de la rencontre entre le bureau confédéral (BC) de la CGT et une délégation du Parti socialiste, Il prend la parole d’emblée et entraîne l’adhésion à ses analyses de ses camarades12. Toutefois, il semble, dès la fin de 1946, vouloir mettre en cause la participation des communistes au gouvernement. Sa position reste incertaine : quand Eugène Hénaff critique la participation communiste au gouvernement qui aurait comme effet, selon lui, de freiner les revendications salariales, Jacques Duclos « compte beaucoup sur l’intervention personnelle de Frachon pour calmer les esprits13 ». Par la suite, les RG évoquent à plusieurs reprises ces désaccords parmi les dirigeants communistes. Aux partisans de la poursuite de l’expérience autour de Thorez, s’opposeraient ses adversaires, Marty et Frachon14.

  • 15 Rapport des RG, 13 mars 1952, Arch. nat., F7 15741, n° 433.
  • 16 L’Humanité, 8 juin 1954.
  • 17 Comme l’atteste l’audition des bandes des débats au CC, conservées aux archives du PCF à partir de (...)
  • 18 Rapport du 4 août 1956, Arch. nat., F 7 15741, n° 433.

13Le secrétaire général de la CGT participe et intervient aux réunions du CC et du BP. Pourtant le rapporteur de la commission politique, lors du 10e Congrès du PCF avait indiqué que trois membres de la direction de la CGT, Gaston Monmousseau, Henri Raynaud et Frachon, ne faisaient pas partie de la direction du PC, en respect des statuts de la CGT. Selon les RG, une désignation d’office se produit15. Au 13e Congrès, Roger Garaudy présentant le nouveau CC indique qu’il « allait de soi » que les trois syndicalistes « qui, à une certaine période et en raison de certains statuts, ont demandé à ne pas faire partie du CC, étaient considérés, comme par le passé, comme membres de notre CC16 ». Mais leurs noms ne figurent pas dans les listes officielles, fiction qui dure jusqu’au 14e Congrès (1956). Les comptes-rendus dans la presse, sauf pour le Congrès de 1954, ne mentionnent pas ses fréquentes interventions ou ses nombreuses contributions à la discussion17. Parfois, des orateurs font allusion à celles-ci : ainsi, Thorez, lors du CC d’août 1946 évoque les appréciations de Frachon lors de la dernière réunion du BP sur l’orientation vers le communisme des masses. Parfois il peut présenter le rapport introductif ou présider la séance du CC, comme celle du 7 juillet 1955, consacrée à la lutte pour la paix. En 1956, seuls, d’après les RG, certains dirigeants communistes de Haute-Vienne qualifient cette promotion de « maladroite18 ».

  • 19 Arch. PCF, secrétariat, 6 septembre 1949. Il semble aussi qu’il participe à certaines initiatives (...)
  • 20 Arch. PCF.

14Au lendemain de la guerre, Frachon participe en tant que dirigeant communiste à des réunions organisées par le PCF ; à partir de 1948, il n’apparaît plus dans des meetings communistes, sauf ceux qui commémorent des faits de Résistance, ainsi en octobre 1949, lors de l’anniversaire des exécutions de Châteaubriant19. Il se consacre seulement aux interventions publiques syndicales. De toutes façons, ses propos jouent un rôle essentiel pour fixer la ligne politique des militants communistes. Dans son rapport sur la presse communiste, présenté au CC des 30-31 août 1946, Léon Mauvais prend en exemple le compte-rendu d’un meeting de Frachon à Toulon. Frachon aurait préparé deux articles pour L’Humanité et pour la presse locale, Rouge-Midi. Mais les articles publiés diffèrent fortement. Certes, le nombre des participants (30000) était inchangé, mais le contenu politique déformé. Les raisons techniques invoquées par les journalistes ne tiennent pas, selon le rapporteur : il s’agit d’« un manque d’esprit de responsabilité » doublé d’un « manque de connaissance de notre ligne politique » qui expriment « une ligne différente20 ».

15Frachon, dans tous ses discours et articles, rappelle le rôle capital du militantisme syndical pour des communistes. Il fixe sa doctrine lors du CC en décembre 1946. Le champ d’action pour le syndicalisme paraît immense et à la limite toutes les conquêtes de la Libération, y compris la planification, reflètent l’action des militants syndicalistes. Aussi, sa pratique en matière de choix des cadres reflète-t-elle ses conceptions :

« Quand nous trouvons des militants communistes qui ne sont pas des militants syndicaux, nous n’hésitons pas une seconde, nous préférons mettre un militant syndical non communiste qui a le souci de ses responsabilités, qui est sérieux dans son travail, qui n’a pas d’arrière-pensée à la direction d’un syndicat que de mettre un communiste qui n’a pas le souci de ses responsabilités. »

16En mai 1957, lors d’un CC consacré aux cadres communistes, Thorez, dans une interruption, cite l’exemple du va-et-vient de Frachon, dirigeant syndical à Saint-Étienne, transformé en cadre du PC à la fin des années 1920.

Frachon et la ligne politique du PCF

  • 21 Arch. PCF, réunion du CC, 18 janvier 1947.

17Fort de ses expériences du Front populaire et de la Résistance, Frachon indique souvent que les conquêtes ouvrières doivent beaucoup aux syndicats, y compris la planification. Il incarne la ligne politique, comme la plupart des dirigeants du PCF. Mais à diverses reprises, il exprime le souhait que les analyses syndicales soient mieux prises en compte. Depuis la fin de 1946, il proclame son mécontentement devant l’inertie gouvernementale, et donc des ministres communistes, face aux revendications ouvrières touchant l’augmentation des salaires. Il annonce, début 1947 qu’il entend dire aux dirigeants communistes les mécontentements ouvriers puisque les ministres ne servent pas à faire avancer des revendications. Alors que les communistes ont mis en place la définition d’un « salaire minimum vital », comme le rappelle Thorez, Frachon, lors du CC entend placer cette question au centre d’une stratégie qui éviterait l’isolement du PC21. Cette orientation publique, rapportée par les RG, signifie tensions internes et volonté de revaloriser le travail syndical. Elle résulte aussi de la constatation d’une faiblesse du PCF dans les entreprises. Analysant la grève dans l’usine Renault, lors du CC tenu le 3 mai 1947, Frachon note :

« Nous ne sommes plus capables ici dans la région parisienne, et je pense que c’est dans la France entière, de nous opposer victorieusement à la moindre manœuvre. Pourquoi la manœuvre a réussi chez Renault ? Pas seulement parce qu’il y a eu provocation, parce que les ouvriers étaient mécontents et qu’il y avait un bouillon de culture favorable à l’éclosion de cette provocation, mais parce que nous avons 2035 membres au Parti, et un Parti qui vit une vie végétative. Des camarades qui sont désespérés, qui ne voient pas la possibilité de développer l’organisation du Parti. »

  • 22 Arch. PCF.

18Thorez, dans une interruption, rappelle que le total des adhérents de l’entreprise avant la guerre s’élevait à sept mille, ce qui permet à Frachon de conclure : « Notre Parti est en train de déserter les usines22. »

  • 23 Sur cette période, cf. Robert Mencherini, Guerre froide, grèves rouges. Parti communiste, stalinis (...)
  • 24 Rapport sur la conférence du 23 mai 1947 à Clermont-Ferrand, Arch. nat. F7, 15741, n° 433.

19Au fur et à mesure que la situation se détériore23, les prises de position laissent peu de place aux seules initiatives politiques. Dans une conférence aux cadres syndicaux du Puy-de-Dôme, en mai 1947, Frachon dénonce les effets de la politique des gouvernements successifs et affirme : « On prétend à tort que la CGT ne doit pas s’intéresser à la vie politique. L’orientation politique du pays est liée aux questions économiques, aussi la classe ouvrière doit-elle s’opposer à tout glissement vers la droite, fut-il très léger24. »

  • 25 OURS, comptes rendus du CD, 29 octobre 1947.
  • 26 OURS, comptes rendus du CD, 3 décembre 1947.

20Certains militants de la minorité de la CGT affirment même qu’il y aurait des désaccords entre Frachon et la nouvelle ligne du PCF. Il serait hostile au développement des positions politiques par les communistes du BC et à la condamnation pure et simple du plan Marshall par les communistes. Toutefois cette information transmise par les RG, le 12 novembre 1947, vient corroborer l’intervention d’Albert Gazier, lors du Comité directeur (CD) du Parti socialiste, le 29 octobre 1947, sur l’attitude « plutôt conciliante » de Frachon qu’il oppose à celle de Duclos, « intransigeante25 ». Pourtant un peu plus tard, Daniel Mayer, ministre du Travail, souligne les refus systématiques de Frachon qui l’aurait « à peine écouté26 ». Aucun autre indice ne vient confirmer cette attitude. A-t-on ici une tentative de manipulation pour imputer aux communistes des responsabilités principales dans la dégradation socio-politique ? Ou bien a-t-on une erreur de jugement à partir de sources imprécises et non vérifiées ? Prépare-t-on le terrain pour un renversement du discours, devenu hostile au plan Marshall, qui ponctue tous les meetings syndicaux de Frachon de la période suivante ?

  • 27 L’Humanité, 28 novembre 1947.
  • 28 Tract transmis par les RG de Savoie, 8 décembre 1947, Arch. Nat., F7, 15741, n° 433.

21Dans les luttes sociales intenses de la fin de 1947, Frachon se trouve au premier plan. Il signe des articles, dont « Le poignard émoussé de la trahison27 », et des tracts, tels que « La classe ouvrière unie gagnera la bataille engagée contre la misère28 ». Aussi, pendant quelques semaines, plane le doute d’une éventuelle inculpation du dirigeant syndical. Dans les grandes inflexions du mouvement, la CGT finit, par l’entremise de Frachon, par se rallier aux analyses communistes.

  • 29 Arch. PCF, sténographie des débats.

22Quand le CC du PCF, le 22-23 décembre 1947, examine un premier bilan des mouvements de grève, Frachon se situe en première ligne et intervient longuement sans pour autant que son discours puisse constituer un rapport. Après avoir longuement exposé les conditions générales, il aborde dans une sorte d’autocritique la question controversée de la direction de la grève et de la place du PCF dans la définition des orientations majeures. Il affirme avoir dirigé de façon trop personnelle le mouvement d’ensemble et estime qu’il aurait fallu « organiser une direction politique de la grève avec les membres du Comité central » et ainsi « nous aurions pu rapidement faire le point général et examiner l’aspect politique du problème29 ». Des critiques très dures viennent notamment de Thorez et de J. Vermeersch. Frachon et d’autres syndicalistes (Monmousseau, Hénaff notamment) se défendent en évoquant le souci de préserver l’unité dans le syndicat, reconnaissant comme Frachon avoir « avalé beaucoup de couleuvres ».

  • 30 Arch. PCF, secrétariat, 3 juillet 1951.

23Pourtant les questions syndicales restent, dans le PCF, sous le contrôle de Frachon. Ainsi en juillet 1951, pour une tribune de discussion sur le travail des communistes dans le domaine syndical dans L’Humanité, le secrétariat du PC exige que les articles soient vus préalablement par lui30.

  • 31 Cf. Jacques Girault, Benoît Frachon…, op. cit., p. 313 sqq.
  • 32 Arch. PCF, réunion du CC, 15 octobre 1954, bande 29.
  • 33 Arch. PCF, réunion du CC, 12 novembre 1954, bande 38.

24Le rôle de Frachon dans la direction communiste ne se limite pas aux seuls aspects syndicaux. Ainsi, lors du BP du 17 avril 1947, est prise la décision de cesser de soutenir la politique gouvernementale en direction de l’Union française. Ce refus de « s’associer à une telle politique » ou de la « couvrir par la présence au gouvernement de ministres communistes » doit faire l’objet d’une déclaration du CC préparée par Duclos, Frachon et Fajon. En 1951, on parle dans certains milieux de son retour sur le terrain politique. Selon les RG, il apparaît comme le seul susceptible de remplacer Thorez, malade depuis octobre 1950, au poste de secrétaire général ; l’accession de Mauvais à des responsabilités dans la Fédération de l’Éclairage en serait le signe. Par la suite, aucun écho ne confirme ce pronostic. Les RG annoncent aussi la même année, pour aider à endiguer le recul du PCF dans la Loire, une éventuelle candidature de Frachon aux élections législatives. Les sources internes à la direction du PCF ne donnent pas corps à cette éventualité qui soulève les remarques ironiques des communistes locaux31. Trois ans plus tard, Frachon, lors d’un CC, consacre toute son intervention à la lutte contre le réarmement allemand. Il propose d’aider les adversaires en Allemagne de cette politique en surmontant les « relents de chauvinisme ». Pour cela, il lui paraît opportun d’utiliser les syndicats pour « faire des choses plus légales et plus larges32 ». En février 1957, il aide Waldeck Rochet à réunir de la documentation sur la condition des ouvriers agricoles. En novembre 1954, lors du CC consacré à L’Humanité, Frachon demande des « articles théoriques et surtout des choses vivantes », notamment sur la condition ouvrière, ce qui nécessite une formation des journalistes susceptibles d’intéresser, souvent à des non-communistes33.

  • 34 « Y a-t-il une affaire Frachon? », Rassemblement, 11 mars 1953.
  • 35 Paris-presse l’Intransigeant, 11 mars 1953.
  • 36 Réunion du CC, 9-10 octobre 1956, bande 106, Arch. PCF.
  • 37 Vive altercation avec Thorez, lors de la réunion du 4 juin 1956, idem, bande 115.

25Comment interpréter les positions de Frachon durant les difficiles années 1952-1953 ? Il entre en conflit avec la ligne du PCF en s’opposant à la politisation des grèves. La presse et les RG multiplient les suppositions allant dans ce sens. On parle même d’une possible « affaire Frachon34 ». Il se montre réservé lors de l’affaire Tillon-Marty. On lui reprocherait son « opportunisme » et son « déviationnisme35 ». Plus tard, comme la plupart des dirigeants communistes, il défend les thèses sur la paupérisation absolue des travailleurs. Enfin, dans les premières discussions du CC sur le culte de la personnalité, il critique Aragon pour son poème consacré « au parti de Maurice Thorez », conception qui « nous a fait du mal, nous a desservi ». Il condamne une telle personnalisation au nom des principes démocratiques alors qu’il comprend le culte de Staline dans un pays sans tradition démocratique. Jeannette Vermeersch n’admet pas ce distinguo et pense que la personnalisation abaisse « le rôle du parti de la classe ouvrière36 ». Sur d’autres questions, notamment l’attitude à avoir à l’égard des Yougoslaves en 1956, il semble en difficulté au CC37.

Qui dirige les actions syndicales ?

  • 38 Arch. nat., F7 15741, n° 433, rapport des RG, 13 et 19 septembre 1949.
  • 39 Arch. nat., F7 15741, n° 433, rapport des RG, 24 mai 1949.

26Principale conséquence des épreuves de 1947-1948, le contrôle de la direction du PCF sur le contenu des propositions syndicales se régularise. Frachon se limite aux interventions dans le cadre de ses responsabilités syndicales, notamment pour la mise en place des comités d’entreprises. Il consulte régulièrement les dirigeants communistes. Ainsi avant un discours aux métallurgistes parisiens à Baillet, en septembre 1949, il le met au point, notamment sur les questions de la lutte pour la paix, avec Laurent Casanova, et le lendemain, rencontre Thorez pour tirer les premiers enseignements de cette rentrée38. Pour engager des tentatives d’action commune, il semble pencher avant tout vers la CFTC, d’autant qu’il ironise souvent en indiquant que la CGT comprend beaucoup plus de chrétiens que la CFTC. Mais Thorez et Mauvais lui rappellent que la CGT-FO comprend une majorité de socialistes qui forment les principales forces politiques qu’il faut rallier dans une politique d’union39. Et progressivement les propositions d’actions communes avec ces militants se développent, rarement couronnées de succès.

  • 40 Cf. Alain Ruscio, Les communistes français et la guerre d’Indochine 1944-1954, Paris, L’Harmattan, (...)

27Souvent les instances dirigeantes communistes lui demandent des interventions spécifiques dans la presse, sur la paix, contre le réarmement allemand. Aussi la confusion entre les lignes politiques et syndicales demeure-t-elle. Dans la lutte contre la guerre d’Indochine, les impulsions politiques restent fréquentes, comme l’illustrent de nombreuses décisions du secrétariat, ainsi le 6 décembre 1949 : « Discuter avec Frachon pour renforcer l’action contre la fabrication, la manipulation, le transport du matériel de guerre. » Lors du CC suivant, Thorez se plaint dans ses conclusions « d’un certain économisme » de la CGT et souhaiterait que le PCF puisse « aiguillonner » ses dirigeants pour obtenir des actions plus politiques. Quelques jours plus tard, Frachon signe dans L’Humanité, « Le NON de la classe ouvrière à la guerre40 ».

  • 41 Intervenant après le rapport de Duclos « Pour un puissant front national uni », lors du CC des 3-4 (...)
  • 42 Rapports des RG mai-juin 1952, Arch. nat., F7 15741, n° 433.
  • 43 Arch. PCF, bande 160.

28Se pose alors la question de la politisation des grèves. Dans le contexte des luttes pour la paix, contre le réarmement allemand et des questions coloniales, certains, à la suite d’Auguste Lecœur, relayé au BC par Lucien Molino, pensent que la classe ouvrière doit se préparer aux luttes politiques dans le syndical. Frachon considère que les actions « contre la fabrication et le transport du matériel de guerre » se préparent dans les luttes revendicatives. Mais, minoritaire au BC, selon les RG, il accorde la priorité aux actions revendicatives, « moyen le plus efficace d’entraîner les masses dans la grève ». Il combat le « déclenchement de mouvements sur des mots d’ordre strictement politiques ». La majorité du BC opte pour une tactique différente ; aussi, les RG annoncent au gouvernement des actions plus vives tout en montrant un Frachon défait, mais restant sur ses positions, – travailler à assurer l’unité ouvrière41 plutôt que la division pour des motifs politiques – sans freiner les élans majoritaires. Sur cette différence tactique, les membres du BP se divisent sans que des conséquences apparaissent au premier plan42. Dès lors, Frachon devient le dirigeant qui s’oppose aux grèves politiques. Cette attention portée à la recherche de l’unité syndicale, l’amène à considérer comme des « provocations » les actions des militants trotskystes. Parmi les nombreux cas, les remarques qu’il fait lors des grèves de Saint-Nazaire, au CC tenu les 15-16 mai 1957 lui valent des remarques de Thorez : voir des provocations partout empêche de cerner les raisons de l’approbation de la population ; et le secrétaire général fait remarquer que souvent les communistes ont organisé « des manifestations semblables ». Mais Frachon maintient son analyse. Les provocations appuyées par la police et le patronat visaient en fait l’unité d’action réalisée dans les chantiers navals43.

  • 44 Paraphrase du titre de France-presse, 26 mars 1953.
  • 45 « Frachon martyr », Rassemblement, 2 avril 1953, retenu dans le rapport des RG, Arch. nat., F7

29Resterait à interpréter les raisons de son entrée dans la clandestinité, le 23 mars 1953. La répression s’abat sur les responsables communistes et syndicalistes. Les dirigeants communistes demandent-ils au prestigieux responsable d’échapper à une possible arrestation d’autant que l’autre secrétaire général, Alain Le Léap est en prison depuis octobre 1952 ? Frachon entendrait-il démontrer à certains membres du BP que les accusations qu’ils portent à son égard ne relèvent d’aucune logique et du même coup tenterait-il de retrouver sa place un instant contestée en défiant la police44 ? Certains y voient une faute tactique du gouvernement : « Le gouvernement choisit le moment où le prestige de la CGT est en baisse, où ses mots d’ordre sont manifestement méprisés par les travailleurs, où Frachon est discuté par ses propres troupes, pour lui donner la palme du “martyr”45. »

  • 46 Arch. nat., F7 15741, n° 433, rapport du 20 novembre 1953.

30Son arrestation, lors du Congrès de l’Union des syndicats de la Seine, le 22 novembre déclenche un mouvement de protestations dans le monde syndical et politique. Nul doute que l’organisation communiste de la vie clandestine joue un rôle essentiel dans cette période. Pourtant, la sortie de clandestinité de Frachon fait problème. Le BP en discute le 24 décembre ; le secrétariat, le 31 décembre, juge « erronées les conditions d’application de cette décision, et notamment le fait d’avoir publié, à l’avance, sa présence au Congrès ». Pourtant depuis le début novembre, des indices ont transparu dans la presse : photographies de Frachon présidant la réunion du BC, présence avérée dans une réunion à Argenteuil46. Nouvelle preuve des tensions internes dans le PCF et parmi les dirigeants communistes de la CGT. Mais l’arrestation de Frachon permettait l’organisation d’une campagne au grand jour pour obtenir l’arrêt des poursuites.

  • 47 Le Monde, 6 juin 1954.
  • 48 BP, 7 mai 1954, Arch. PCF.
  • 49 Réunion du BP, Arch. PCF, 13 janvier 1955.

31Désormais, on ne reparle plus des difficultés du secrétaire général de la CGT. Il apparaît au premier plan dès le Congrès du PC. La presse qui rapporte son intervention, précise son sentiment. Le PCF doit s’engager constamment sur les questions syndicales et non pas seulement quand il y a des erreurs à redresser. Il revient au PCF de « tracer la ligne droite qui doit mener les travailleurs à l’action47 ». S’il préconise la recherche de l’unité avec la CGT-FO, il n’hésite pas à relever les « erreurs » qui ont conduit la grève du 28 avril à l’échec et à critiquer la conception de la « grève générale » qui « a eu maintes fois dans le mouvement ouvrier des conséquences négatives ». Cette intervention se distingue du point de vue émis sur cette question par le BP, le mois précédent : il estime avoir été mis « devant le fait accompli […] sans un examen préalable avec le Bureau politique48 ». Frachon se voit confier la tâche d’introduire lors du CC de janvier 1955 la présentation du rapport introductif consacré aux revendications. Les membres du BP, après discussion avec lui, définissent un long relevé de propositions49.

  • 50 Nous maintenons notre analyse présentée dans Benoît Frachon…, op. cit., p. 266-269 et 318-319. Lor (...)
  • 51 Combat, n° 190, novembre 1956.
  • 52 Réunion du CC, 12 novembre 1954, Arch. PCF, bande 38.

32Toutefois, Frachon s’engage progressivement dans une voie un peu distante par rapport à la conception antérieure donnant au PC la capacité de décider des actions syndicales. Une étape décisive dans cette évolution se situe dans le non-alignement de la CGT, en dépit des convictions de Frachon, sur les analyses du PCF lors de l’intervention soviétique en Hongrie en octobre-novembre 195650. Peu après, intervenant dans une réunion syndicale à Amiens, il aurait évoqué, selon la presse non-communiste, la nécessité d’admettre plusieurs positions dans les débats touchant la politique, déclarant même, « la CGT n’a pas à se dégager de l’emprise communiste parce qu’elle n’a jamais été soumise51 ». Dans la discussion sur L’Humanité au CC de novembre 1954, il souhaite une capacité d’ouverture sur les questions syndicales afin que « les communistes qui travaillent dans les organisations de masse aient vraiment le talent d’hommes de masse, qu’ils ne transportent pas automatiquement la politique du Parti, brutale, sans souplesse dans les organisations de masse52 ».

  • 53 L’Humanité, 26 juin 1955.

33Cette timide affirmation vers une autonomie du syndicat se poursuit ensuite. Mais subsiste la tendance, au hasard des déplacements de Frachon en province, lors des réunions réservées aux responsables syndicaux locaux, à les transformer en réunions débattant de questions relevant de la ligne politique du PCF, surtout au milieu des années 1950 quand progresse, dans la CGT, un noyau réformiste autour de Le Brun et de Rouzaud. Si la circulaire, signée Frachon, aux UD demandant leur surveillance étroite pour préparer la mise à l’écart de leurs partisans, s’avère être un faux53, cela ne signifie pas absence de repli sur le noyau majoritaire, composé pour l’essentiel de cadres communistes. Procédé habituel, quand une fédération syndicale ne donne pas les résultats que l’on attend d’elle, la discussion s’engage dans le groupe des dirigeants nationaux : ainsi en 1955 pour les mineurs. Le 23 septembre 1955, le secrétariat décide de réunir les responsables communistes de la Fédération, en présence de Frachon secondé par Mauvais.

  • 54 Rapport d’un « observateur », parvenu aux RG, le 1er février 1957, Arch. nat. F7, 15741, n° 433.

34Curieusement un long rapport des RG décrit, au début de 1957, la grave crise que connaît la CGT : crise liée aux structures à travers un rôle imprécis des UD, mécontentement de certaines catégories (les fonctionnaires), affiliation à la CGT remise en cause (douanes actives, contributions indirectes), malaise syndical en raison de la situation en Hongrie, organisation d’une tendance minoritaire, effets des analyses de Pierre Le Brun. A aucun moment la proximité du PCF n’est soulignée. L’observateur considère-t-il ce facteur comme implicite ou bien envisage-t-il une approche plus difficile à définir54 ?

35Avec l’arrivée de la Ve République, les conditions se modifient. Le refus opposé par Frachon à de Gaulle rencontre une opposition interne non négligeable. Quatre membres du BC s’abstiennent d’un refus systématique. Partout, de fortes minorités se découvrent. La CGT apparaît comme un môle de résistance alors que le PCF voit ses moyens fortement diminués. A-t-on maintenant les conditions qui permettent de donner aux initiatives syndicales plus de poids et plus de liberté d’initiative ? Non seulement, Frachon préside en 1960 à l’Alhambra la célébration du soixantième anniversaire de Thorez, mais il fait partie des six dirigeants communistes délégués à Moscou, fin 1960, pour discuter avec les dirigeants du PCUS. Ces deux exemples symbolisent la permanence du rôle de Frachon comme dirigeant du PCF. Il prononce un discours lors des obsèques de Thorez alors que dans certains milieux de l’opinion française on envisage sa candidature à l’élection présidentielle. Ces rumeurs alimentent pendant plusieurs mois les analyses. On prédit même que Georges Séguy pourrait lui succéder au poste de secrétaire général mais le Congrès de la CGT se termine différemment et Frachon conserve le secrétariat général. Naturellement, il s’engage de tout son poids pour obtenir un appel de la CGT pour voter à gauche. Paradoxalement, alors que la CGT apparaît de plus en plus comme un interlocuteur à ne pas négliger par le gouvernement, elle renoue avec un engagement dans la vie politique et lance dans son appel l’idée d’un « programme commun ». Désormais pendant plusieurs mois, Frachon martèle cette proposition ; ainsi lors de l’inauguration de la Bourse du travail de Vierzon : « Nous considérons comme une grande faiblesse que les partis de gauche ne soient pas encore parvenus à un accord sur un programme et nous sommes toujours prêts à participer, au besoin à aider, à la réalisation de cette entente. »

36Frachon, tout en assumant ses responsabilités syndicales, par sa présence sur le terrain politique, donne un sens particulier à la notion d’indépendance du syndicalisme en défendant un modèle de syndicalisme inspiré de l’héritage de l’IC. Sa place dans le PCF en fait un des dirigeants les plus écoutés, susceptible de porter ombrage au secrétaire général, d’où la vigueur des échanges devant les autres responsables. Sans doute, ne nous parvient que la partie émergée de l’iceberg quand on sait la proximité dans la vie quotidienne, maisons contiguës avec Duclos, prise en commun des repas, entre autres. Jusqu’à la fin des années 1950, le couple PCF-CGT fonctionne pour les grandes décisions comme une manière de mise en tutelle, mais le PC peut compter sur la CGT : on le voit à la Libération, au début de la guerre froide ou dans l’organisation de l’action contre la guerre d’Indochine. Par la suite, devant les résistances qu’opposent les autres syndicats français à l’unité d’action proposée, des zones d’autonomie se révèlent et prennent leurs effets à partir de la fin des années 1960. On ne peut remettre en cause rapidement des décennies de certitudes, d’échecs et parfois de succès.

Notes

1 Benoît Frachon communiste et syndicaliste, Paris, Presses de la FNSP, 1989, 364 p.

2 RGASPI, 517, 1, 1880.

3 Idem.

4 RGASPI, 517, 1, 1903, rapport de Marty, sténographie de l’intervention orale entièrement réécrite.

5 RGASPI, 517, 2, 15, émission de Radio-France Moscou, 1er mai 1943.

6 Publiée sous le titre Les communistes et la reconstruction économique de la France, Bureau d’éditions, 16 p.

7 Deux des cinq points du rapport présenté à l’assemblée des cadres syndicaux de la Région parisienne, le 10 septembre 1944, Une CGT puissante et démocratique pour une France unie, libre et indépendante, 15 p.

8 Propos tenus lors d’une réunion du CCN de la CGT, L’Humanité, 28 mars 1945, Arch. nat. F1a3238.

9 Selon un rapport des RG, 11 septembre 1945, Arch. nat., F7 15741, n° 433.

10 Arch. PCF, secrétariat, 14 décembre 1945.

11 Arch. PCF.

12 Selon le compte rendu de la réunion du CD du Parti socialiste, 26 septembre 1945, OURS.

13 Rapports des RG, juillet 1946, Arch. nat., F1a 3326 et 3357.

14 Rapport des RG, 25 février 1947, Arch. nat., F1a 4736.

15 Rapport des RG, 13 mars 1952, Arch. nat., F7 15741, n° 433.

16 L’Humanité, 8 juin 1954.

17 Comme l’atteste l’audition des bandes des débats au CC, conservées aux archives du PCF à partir de 1952.

18 Rapport du 4 août 1956, Arch. nat., F 7 15741, n° 433.

19 Arch. PCF, secrétariat, 6 septembre 1949. Il semble aussi qu’il participe à certaines initiatives communistes du Sud-Est : réunion interne de la Fédération des Bouches-du-Rhône en avril 1951 ou meeting à la Bourse du Travail de La Seyne, organisé, le 15 décembre 1951 par la Fédération du PCF.

20 Arch. PCF.

21 Arch. PCF, réunion du CC, 18 janvier 1947.

22 Arch. PCF.

23 Sur cette période, cf. Robert Mencherini, Guerre froide, grèves rouges. Parti communiste, stalinisme et luttes sociales en France, Paris, Syllepse, 1998, 307 p.

24 Rapport sur la conférence du 23 mai 1947 à Clermont-Ferrand, Arch. nat. F7, 15741, n° 433.

25 OURS, comptes rendus du CD, 29 octobre 1947.

26 OURS, comptes rendus du CD, 3 décembre 1947.

27 L’Humanité, 28 novembre 1947.

28 Tract transmis par les RG de Savoie, 8 décembre 1947, Arch. Nat., F7, 15741, n° 433.

29 Arch. PCF, sténographie des débats.

30 Arch. PCF, secrétariat, 3 juillet 1951.

31 Cf. Jacques Girault, Benoît Frachon…, op. cit., p. 313 sqq.

32 Arch. PCF, réunion du CC, 15 octobre 1954, bande 29.

33 Arch. PCF, réunion du CC, 12 novembre 1954, bande 38.

34 « Y a-t-il une affaire Frachon? », Rassemblement, 11 mars 1953.

35 Paris-presse l’Intransigeant, 11 mars 1953.

36 Réunion du CC, 9-10 octobre 1956, bande 106, Arch. PCF.

37 Vive altercation avec Thorez, lors de la réunion du 4 juin 1956, idem, bande 115.

38 Arch. nat., F7 15741, n° 433, rapport des RG, 13 et 19 septembre 1949.

39 Arch. nat., F7 15741, n° 433, rapport des RG, 24 mai 1949.

40 Cf. Alain Ruscio, Les communistes français et la guerre d’Indochine 1944-1954, Paris, L’Harmattan, 1985.

41 Intervenant après le rapport de Duclos « Pour un puissant front national uni », lors du CC des 3-4 septembre 1952, Frachon affirme : « Il faut pousser plus loin notre travail pour l’unité de la classe ouvrière. »

42 Rapports des RG mai-juin 1952, Arch. nat., F7 15741, n° 433.

43 Arch. PCF, bande 160.

44 Paraphrase du titre de France-presse, 26 mars 1953.

45 « Frachon martyr », Rassemblement, 2 avril 1953, retenu dans le rapport des RG, Arch. nat., F7

15741, n° 433.

46 Arch. nat., F7 15741, n° 433, rapport du 20 novembre 1953.

47 Le Monde, 6 juin 1954.

48 BP, 7 mai 1954, Arch. PCF.

49 Réunion du BP, Arch. PCF, 13 janvier 1955.

50 Nous maintenons notre analyse présentée dans Benoît Frachon…, op. cit., p. 266-269 et 318-319. Lors du CC des 20-21 novembre 1956, (Arch. PCF, bande 140), Mauvais explique la décision du BC. Il précise que six membres du BC étaient contre l’approbation de l’intervention, dont deux communistes. Il ne prononce pas le nom de Frachon.

51 Combat, n° 190, novembre 1956.

52 Réunion du CC, 12 novembre 1954, Arch. PCF, bande 38.

53 L’Humanité, 26 juin 1955.

54 Rapport d’un « observateur », parvenu aux RG, le 1er février 1957, Arch. nat. F7, 15741, n° 433.

Auteur

Professeur, Université de Paris XIII Centre de recherches sur l’espace, les sociétés et les cultures

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540