Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Troisième partie. Les militants et l’organisation

La Fédération CGT des PTT et la guerre d’Indochine (1946-1954)

Maurice Desseigne

Texte intégral

  • 1 La Vie ouvrière (VO), n° 514, 6-12 juillet 1954.

1Déclenchée le 23 novembre 1946 par le bombardement d’Haïphong, la guerre d’Indochine va durer jusqu’au 20 juillet 1954, date de la signature des accords de Genève. Elle a entraîné, côté français, la mort de près de 100°000 militaires auxquels il faut ajouter environ 150000 blessés, mutilés, malades, diminués physiquement ou moralement, et, selon les estimations de l’époque, plus d’un demi million de victimes vietnamiennes parmi lesquelles de très nombreux civils, hommes, femmes, enfants et vieillards. Quant au coût financier de l’opération, La Vie Ouvrière l’a chiffré à plus de 3°000 milliards d’anciens francs pour la période 1946-1953 et à 711 milliards d’anciens francs pour la seule année 19541.

Les questions posées dès la fin du conflit

2Dans son rapport au Conseil national de la Fédération postale des 22 et 23 juin 1954, Georges Frischmann, secrétaire général, s’exprimait ainsi :

« Je ne dirai ici que l’extrême faiblesse de l’organisation de nos luttes pour la paix, le faible nombre de Comités de paix dans ces mêmes PTT, qui ont tant souffert de la préparation à la guerre. Pourquoi ? […] Qu’est-ce que la Fédération a fait ou n’a pas fait dans cette voie ? Qu’est-ce qui vous freine à la base ? Comment expliquer ce refus de nos sections syndicales, de nos meilleurs militants dans ce domaine ? »

3Ce réquisitoire sévère ne portait pas seulement sur l’action qui aurait due être menée contre la guerre du Viêtnam, mais également sur la lutte contre la CED (Communauté européenne de défense), contre le réarmement allemand, contre la guerre de Corée et contre les risques de prolifération de l’arme atomique et de déclenchement d’une Troisième Guerre mondiale. Face à tous ces dangers, le collectif militant était fortement sollicité. Aurait-il pu faire plus et mieux ? Encore aujourd’hui, la question est difficile à trancher.

Des informations tardives et déformées

  • 2 La Fédération postale (FP), n° 18, décembre 1946.
  • 3 Alain Ruscio, La CGT et la guerre d’Indochine 1945-1954, Institut CGT d’histoire sociale, 1984.

4Au tout début de la guerre, les Français dans leur grande majorité ignorent encore la gravité des faits et leurs dramatiques conséquences. Au Congrès national extraordinaire des 9 et 13 décembre 1946, les postiers d’Indochine par la voix de leur délégué, Le Rohellec, portent cette appréciation : « Le mal en Indochine provient de la propagande des Japonais durant leur occupation. Les Chinois n’ont pas désarmé les Nippons qui ont été rejoints par les Annamites mécontents. Nos efforts doivent tendre vers le travail et la paix2. » En fait, le délégué reprend la thèse soutenue par la grande majorité des forces politiques françaises : « En ces années 1945-1946, en effet, les journaux, les hommes politiques “modérés” prétendent, contre toute évidence, que Ho Chi Minh et ses camarades ont été mis en place, voire créés, par les Japonais3. »

Premières réactions, premiers arguments

5Près de deux années plus tard, en septembre 1948, Adèle Lecoq, secrétaire fédérale, écrit sous le titre « Les femmes des PTT seront au Congrès de la CGT » : « Défendre la paix est, à l’heure actuelle, le devoir primordial de toute femme, de toute mère de famille. Cette paix qu’avec des sacrifices inouïs le peuple de France croyait avoir gagnée, est à nouveau menacée. La guerre est en Grèce, en Espagne, en Palestine, elle est en Birmanie, elle est en Indochine depuis trois ans. »

6Concernant ce dernier pays, elle développe :

  • 4 FP, n° 35, septembre 1948.

« Cette guerre de rapine engloutit des centaines de milliards qui pourraient être utilement employés à la construction de logements pour les sinistrés, d’écoles, d’hôpitaux, de sanas, de crèches, de pouponnières, de routes, etc. Sans compter que les mamans françaises et vietnamiennes ne trembleraient plus pour la vie de leurs petits et n’auraient plus à verser des larmes de sang4. »

7Adèle Lecoq connaît bien l’état d’esprit de la population française. C’est en toute connaissance de cause qu’elle aborde la question sous les angles revendicatif et humanitaire. Le moment n’est pas encore venu de mobiliser sur le thème de l’indépendance du Viêtnam. En mars 1949, Fernand Piccot, secrétaire général de la Fédération, reprend le premier thème dans un éditorial intitulé : « Nous servons la cause de la paix. » En avril 1949, dans un article publié à la une de La Fédération postale, Madeleine Colin rend compte du Congrès mondial des partisans de la paix. Elle écrit : « Ce sont les femmes aussi qui, dans ce Congrès, apparaissent comme des combattantes résolues de la liberté et de la paix. »

La protestation s’étend, des initiatives sont prises

  • 5 FP, n° 43, août/septembre 1949.

8Ce Congrès des partisans de la paix marque le début de l’entrée de nombreuses professions et organisations dans l’action contre la poursuite de la guerre. Dans les PTT, Fernand Piccot consacre l’éditorial du journal fédéral d’août/septembre 1949 à la lutte pour la paix : « Notre bien le plus précieux. Sans la paix, pas de bien-être, pas de revendications. » Il appelle au succès de la Journée internationale de lutte pour la paix, lancée à l’initiative du Congrès de la Fédération syndicale mondiale pour le 2 octobre suivant, et à la signature d’une pétition intitulée : « Je vote pour la paix », dirigée contre le plan Marshall, le Pacte atlantique, les dépenses militaires, le réarmement de l’Allemagne et « la guerre qui se fait au Viêtnam, qui soulève la réprobation de tous les hommes de cœur et qui tue nos enfants5. »

9Dans le même journal, Madeleine Colin se fait l’écho de premières initiatives : « Quinze femmes du département du Nord (treize catholiques, une socialiste, une femme de l’Union des femmes françaises) se sont adressées aux dockers de Dunkerque et, à travers eux, à tous les Français, pour qu’ils se dressent contre cette odieuse guerre du Viêtnam. »

Répression et aussi action

  • 6 FP, n° 44, octobre 1949.

10Dans La Fédération postale (octobre 1949), un article dénonce le ministre des PTT Eugène Thomas, dit « Thomas-les-sanctions », pour avoir sanctionné deux militants, inspecteurs adjoints à Gap, à la suite de leur participation à la manifestation du 2 octobre, ainsi que d’autres, à Paris, pour avoir appelé le personnel de leurs bureaux à rejoindre cette manifestation6.

11Ce sont là les prémices d’une politique de répression qui va bientôt être amplifiée par tout le gouvernement. Elle vise à intimider les travailleurs et il ne faut pas en sous-estimer les effets. C’est la raison pour laquelle la Fédération développe un effort pédagogique pour convaincre ses militants et adhérents de s’engager plus résolument dans ce combat.

  • 7 FP, n° 46, décembre 1949.

12Ainsi, début 1950, Jean Abbadie signe un article intitulé : « Il était une autruche » qui s’adresse à l’ensemble du personnel des PTT mais sans doute en priorité aux syndiqués CGT7. D’ailleurs, dans le même numéro, on ne compte pas moins de quatre autres articles consacrés à la paix, dont un contre la guerre du Viêtnam, signé par une militante, Rosette Cambours.

  • 8 FP, n° 47, février 1950.

13En février 1950, dans son éditorial intitulé « Synchronisme » Fernand Piccot dénonce à nouveau le ministre des PTT, Eugène Thomas, qui a refusé de recevoir, le 25 janvier, une délégation de femmes et de mères des PTT venue protester contre le recrutement de postiers pour l’Indochine et crier leur indignation contre la guerre et son corollaire : la misère8. Il ajoute :

« Les menaces gouvernementales témoignent de l’efficacité de l’action des masses populaires pour en finir avec la guerre colonialiste du Viêtnam, pour sauvegarder la paix. […] C’est pourquoi nous félicitons nos camarades de Paris 9, de Paris 16, qui, unis, sont passés à l’action. Félicitons nos camarades femmes qui sont intervenues contre la guerre du Viêtnam […] Saluons les 22 Comités de la paix groupant indifféremment tous les camarades et qui ont pris la ferme résolution de se mettre au travail. »

14Et Fernand Piccot pointe quelques dates importantes à retenir pour les prochaines semaines, qui sont autant d’occasions de lutter contre la guerre. En outre, la Fédération dénonce le vote par l’Assemblée nationale de 47,5 millions de francs de crédits de guerre pour le seul mois de janvier.

15Dans La Fédération postale de mars-avril 1950, Jean Lloubes énumère quelques exemples de notre apport au combat pour la paix :

  • 9 FP, n° 48, mars/avril 1950.

« À Marseille, les chargeurs ont refusé de charger les dépêches pour l’Indochine en lieu et place des dockers en grève. À Paris, 66000 F recueillis en quelques jours pour ces magnifiques combattants de la paix que sont les dockers. Partout l’action pour empêcher les “ignorants” de s’engager pour l’Indochine. Développons nos efforts. Collectons pour les dockers. Participons nombreux aux manifestations pour la paix. 24 Comités de la paix ont été constitués et organisent la lutte. Notre secrétaire général est expulsé du Maroc pour avoir exhorté les camarades au combat urgent pour la paix9. »

  • 10 FP, n° 52, octobre 1950.

16Tandis que la campagne contre la guerre se poursuit sur le thème de l’opposition entre les crédits militaires et la satisfaction des revendications, René Bontemps, en août/septembre 1950, appelle à la solidarité avec les militants emprisonnés. Dans un article voisin, Sandrine Belliard montre que la protestation populaire est utile et efficace. Elle cite le cas de dix-huit militants de Roanne poursuivis pour leur action pour la paix devant le tribunal militaire de Lyon. Et Sandrine Belliard ajoute : « Après cette victoire du peuple français au procès de Lyon, ne comprenez-vous pas mieux ce que vous pouvez contre l’agression de Corée, contre la guerre qui n’est pas fatale ! » En octobre 1950, c’est encore elle qui, sur le même thème, signe un article intitulé : « Les aider, c’est défendre la paix10 ! »

17L’automne 1950 est marqué sur le plan militaire par les premiers revers sérieux du corps expéditionnaire français. Bien que disposant d’une armée encore mal équipée, mais grâce à l’appui des villageois et en particulier des femmes, le Viet Minh inflige aux troupes françaises de sévères défaites.

Une actualité bien chargée

  • 11 FP, n° 59, mai/juin 1951.

18Après le 4e Congrès de la Fédération postale qui s’est déroulé du 6 au 9 décembre 1950, les nouveaux dirigeants, aux prises avec les conséquences de la scission de 1947, donnent priorité à la relance de la bataille revendicative en faveur des plus défavorisés. Alors que dans tout le pays, des manifestations et des actions se multiplient pour faire obstacle à l’envoi de troupes et de matériel au Viêtnam, alors que certaines professions – notamment les cheminots, les marins, les dockers – sont au premier rang dans cette bataille, alors que des succès comme la libération de Raymonde Dien (décembre 1950) démontrent l’efficacité de ces actions, on n’en retrouve pratiquement aucun écho dans La Fédération postale, durant tout le premier trimestre 1951. Une seule exception : une rapide allusion aux « jeunes du Viêtnam » dans le cadre de la préparation du Festival mondial de la jeunesse11.

19Dans son rapport au Conseil national des 5 et 6 juillet 1951, Georges Frischmann, dresse ce constat :

« Ce qui domine la situation, c’est une accentuation terrible de la préparation à la guerre : continuation de la guerre de Corée et au Viêtnam, réarmement de l’Allemagne […] Notre devoir est donc tout tracé : luttes contre la guerre, contre sa préparation, pour lutter contre la misère, contre la fascisation de l’État, pour le bien-être des travailleurs, pour nos libertés et pour la paix. »

  • 12 FP, n° 60, juillet/août 1951.

20Face au mot d’ordre « Pas de politique » répété par les dirigeants FO, il rappelle l’argumentation utilisée pour améliorer la compréhension des travailleurs à l’égard de ces questions et il en souligne l’efficacité : « Les postiers comprennent mieux que toute revendication prend un aspect politique du moment qu’elle pose une question de crédits, ces crédits étant destinés à la guerre12. »

  • 13 FP, n° 61, septembre 1951.

21En juin/juillet 1951, La Fédération postale publie un article de Madeleine Colin intitulé « Pour qu’on n’entende plus les bombardiers dans le ciel de chez nous. » Après avoir évoqué la guerre de Corée, elle poursuit : « Et puis, il y a d’autres foyers : celui d’Indochine, entretenu soigneusement au mépris des intérêts de la France et de la vie de nos jeunes gens. » En septembre 1951, un article est consacré à Henri Martin : « Un homme admirable est au bagne13. »

  • 14 FP, n° 70, juillet/août 1952.

22Puis c’est le silence jusqu’en juillet/août 1952, où on lit, sous le titre « Un journal anglais révèle : les deux ans en France » ce bref écho : « On apprend de bonne source que le gouvernement français a décidé d’augmenter au printemps 1953 la durée du service militaire jusqu’à deux ans. Des mesures sont en train d’être prises pour adoucir l’opposition à l’envoi en Indochine14. » II faut préciser que pendant toute cette période, c’est La Vie Ouvrière qui diffuse les mots d’ordre de la CGT concernant la guerre du Viêtnam et que l’effort principal porte sur l’exigence de libération d’Henri Martin et des autres militants emprisonnés. Peut-être faut-il chercher dans cette sorte de répartition des tâches le relatif silence de la Fédération des PTT…

Les insuffisances pointées au 14e Congrès (25-28 novembre 1952)

23Dans son « rapport moral et revendicatif » préparatoire au 14e Congrès fédéral, Georges Frischmann déplore le « manque de confiance sur les revendications » dont les postiers ont fait preuve dans la dernière période. Parmi les causes, il relève celle-ci :

« On nous dit encore : jamais le gouvernement ne trouvera les milliards nécessaires. Or, avec la CGT, avec l’ensemble des fédérations de fonctionnaires CGT, la Fédération autonome de l’enseignement a remarqué que les milliards nécessaires à la revalorisation de la Fonction publique sont moins nombreux que ceux engloutis annuellement dans la seule guerre du Viêtnam. Lutter contre cette guerre aussi criminelle qu’anticonstitutionnelle est donc une voie à suivre qui se relie d’ailleurs à l’opposition traditionnelle des postiers aux hécatombes du colonialisme […]. Un gros effort de conviction reste encore à faire sur tout cela. »

24Plus loin, évoquant les très nombreux militants et militantes de la Fédération sanctionnés pour leur action en faveur de la paix, Georges Frischmann porte cette appréciation :

« Tous les efforts du ministère et des diviseurs se sont heurtés à cette inébranlable volonté de nos militants, à leur courage invincible, qu’ils puisent dans leur confiance envers tous les postiers qui, quelles que soient leurs divergences, aspirent tous à la paix et sont prêts à la défendre, pour défendre la vie de leur foyer et de leur pays. Une lutte plus intense doit donc être poursuivie contre ces sanctions. »

  • 15 FP, n° 71, septembre 1952.

25Enfin, il appelle à participer activement à la préparation du prochain Congrès des peuples qui « nous fournit l’occasion de redresser nos insuffisances15 ». Dans le cadre du Congrès fédéral lui-même, le secrétaire général insiste tout particulièrement sur ce dernier point :

  • 16 FP, n° 73, novembre/décembre 1952.

« La participation des postiers à la préparation du Congrès des peuples a été bonne partout où nos camarades ont montré clairement le lien existant entre nos conditions de travail et de vie et le maintien de la paix. Mais, trop souvent, nos militants n’ont pas fait tout ce qu’il fallait. Or d’immenses succès ont été remportés dans cette voie. Nous devons y contribuer avec le maximum de nos forces16. »

26Dans le débat, certains délégués évoquent la guerre du Viêtnam. Ainsi Muller, du Haut-Rhin, « salue l’éveil de conscience des postiers devant la guerre d’Indochine et la préparation à un nouveau conflit ». Ou encore Ceccaldi, de Corse, qui signale « la création de nombreux comités de la paix dans les principales villes de son département ». Quant à Clotilde Habozit, de l’Ardèche, elle se félicite du succès de son Congrès départemental de la paix. Mais elle reconnaît « la faiblesse de la représentation des postiers, la nécessité de faire un plus grand travail d’explication dans les sections sur les dangers de la guerre et les possibilités de sauvegarder la paix (250 cartes de la paix placées) ».

La répression s’amplifie

27Malgré ses insuffisances et ses inégalités, la mobilisation populaire contre la guerre du Viêtnam et en faveur de la paix dans le monde embarrasse le gouvernement. C’est pourquoi la répression va prendre de nouvelles dimensions au printemps 1952 (28 mai 1952 répression des manifestants contre la présence à Paris du général Ridgway. Arrestation, le 29 mai 1952, de Jacques Duclos). René Duhamel, dirigeant de la Fédération postale puis, chargé des relations internationales au sein du Bureau confédéral, en témoigne :

  • 17 René Duhamel, Aux quatre coins du monde, Éditions sociales, 1981, p. 95-96.

« Le 4 juin, pour faire obstacle à la grève décidée pour ce jour-là, il arrête à titre préventif 60 militants. Le 8 octobre, il fait perquisitionner les sièges du Parti communiste, de l’Union de la jeunesse républicaine de France et… de la CGT. Les Unions départementales de Paris, Nantes, Bordeaux, Marseille, Limoges subissent le même sort. L’école de la CGT à Courcelle-sur-Yvette également. Au siège de la Confédération, rue La Fayette, c’est l’état de siège. Les abords du carrefour Louis-Blanc sont bloqués par les cars de police. L’entrée des locaux nous est interdite : les “déménageurs” sont là. Quand nous pouvons enfin pénétrer dans l’immeuble du 213, rue La Fayette, il reste à constater les dégâts : serrures brisées, meubles renversés, portes arrachées, dossiers pêle-mêle au sol. À la Fédération des PTT, le bureau de Georges Frischmann et le mien ont particulièrement souffert. Le sien probablement en tant que secrétaire général, et le mien parce que j’ai la charge des questions internationales et par suite de l’action contre la guerre au Viêtnam. Toutes mes archives, toute ma documentation concernant les questions coloniales ont été enlevées17. »

Priorité à la défense des emprisonnés

28Dès lors, il ne va pas se passer de semaine sans qu’un article de La Vie Ouvrière leur soit consacré, exigeant leur libération et celle des militants qui les ont précédés derrière les barreaux. La Fédération postale, pour sa part, leur consacre un article dès janvier 1953 et revient à la charge en février sur le thème : « C’est le droit de défendre nos revendications qui est visé » sous la plume de René Crenier.

  • 18 FP, n° 74, janvier 1953.
  • 19 FP, n° 75, février 1953.
  • 20 FP, n° 81, décembre 1953.

29À ce sujet, il convient de rappeler un épisode peu connu de l’histoire de la Fédération, l’arrestation d’une jeune postière que Madeleine Colin présente ainsi : « Notre Henri Martin, Jeanne Berge, employée des PTT18 », emprisonnée à Hanoï pour son action en faveur de la paix. II sera encore question de cette collègue, qui n’était apparemment pas syndiquée à la CGT, dans le journal fédéral de février 195319. La Fédération engage une campagne de protestation. Une carte postale réclamant sa libération est largement diffusée dans les services. La campagne porte ses fruits : en janvier 1954, en compagnie d’un autre postier, Gabriel Michenet, Jeanne Berge est enfin libérée20. Mais à aucun moment, en dépit des efforts déployés par les dirigeants de la Fédération, il n’aura été possible d’établir un contact avec elle…

30En France, l’énorme campagne menée par la CGT ainsi que par le Mouvement de la paix, le Parti communiste français et diverses autres organisations, a finalement porté ses fruits : des militants emprisonnés ont enfin été libérés, Henri Martin le 2 août 1953, d’autres dirigeants le 25 août.

L’opposition à la guerre s’élargit

  • 21 FP, n° 76, mars/avril 1953.

31Depuis le printemps 1953, l’exigence de la cessation de la guerre du Viêtnam a pris une dimension nouvelle, y compris au sein des PTT. L’argument économique sert de support essentiel à cette bataille : « Un programme économique de paix permettrait de satisfaire les revendications » lit-on dans le journal fédéral. Selon l’auteur de l’article, « plus de 1600 milliards ont été engloutis en cinq ans dans la guerre du Viêtnam ». Il précise, après avoir rappelé les principales propositions de la CGT : « La réalisation d’un tel programme économique exige le choix d’une politique de paix et de progrès social et, entre autres, l’arrêt de la guerre du Viêtnam21… »

  • 22 FP, n° 78, juin/juillet 1953.

32Dans son rapport au Conseil national des 5-7 juin 1953, Georges Frischmann fait référence à la guerre du Viêtnam comme un des éléments qui pèsent sur la situation. Au cours de l’été, est publié un « Appel de la Conférence nationale pour la négociation et pour la paix ». Réunie le 28 juin 1953, cette Conférence a affirmé : « Il dépend des Français que des négociations entre les belligérants viennent mettre fin à la guerre d’Indochine22. »

  • 23 FP, n° 81, novembre/décembre 1953.

33Le Conseil national de la Fédération (26-27 novembre) « appelle tous les syndicats à préparer dès maintenant dans l’unité, les manifestations du 19 décembre décidées par le 3e Congrès syndical mondial à Vienne, pour imposer la paix au Viêtnam23 ». René Duhamel intervient dans ce sens au Conseil national et signe un article intitulé : « Du 14 au 19 décembre, les postiers participeront activement à la semaine d’action et à la Journée internationale pour la paix au Viêtnam. »

34Pendant ce temps, sur le terrain des opérations, la situation va évoluer rapidement. Le 20 novembre 1953, le général Navarre a décidé de concentrer massivement ses troupes dans la cuvette de Dien Bien Phu. C’est là que, le 13 mars 1954, les troupes vietnamiennes vont lancer leur attaque. Moins de deux mois plus tard, le corps expéditionnaire français, fort de 15000 hommes, va être contraint à la capitulation.

  • 24 VO, n° 512, 22-28 juin 1954.

35Tout le premier semestre de l’année 1954 est marqué par de nombreuses initiatives de la CGT : meetings, manifestations, pétitions, journées d’actions, etc. La Fédération postale s’y inscrit pleinement, comme en témoigne La Vie Ouvrière24 de juin 1954. Un article intitulé « Cheminots et postiers dans la lutte pour la paix » cite notamment les initiatives prises par les postiers du Rhône : « Des pétitions destinées aux délégués de la France, une motion destinée aux représentants de toutes les nations siégeant à Genève ont été mises en circulation le 28 mai, demandant la cessation des hostilités en Indochine. Trois bureaux ont déjà fait emporter à Genève les premières signatures recueillies par les délégations : l’Inter, les Chèques, Lyon-Gare… » Cet article est intéressant dans la mesure où il montre, à partir d’exemples concrets, ce qui se faisait alors dans nombre de services des PTT et dont la presse fédérale ne se faisait pas toujours suffisamment l’écho.

La paix est en vue

36Le 14 juin 1954, Pierre Mendès France est nommé président du Conseil. Il va s’employer à mettre un terme à une guerre devenue de plus en plus impopulaire.

37L’espoir d’une paix prochaine grandit. Indice significatif du rôle joué par la Fédération postale au cours de toutes ces années, c’est à Georges Frischmann que revient l’honneur de célébrer cette perspective dans l’éditorial de La Vie Ouvrière du 20-26 juillet 1954.

38Effectivement, les accords de Genève sont signés les 20 et 21 juillet 1954. Ils vont être ratifiés par l’Assemblée nationale par 462 voix pour, 13 contre et 134 abstentions. Le Viêtnam est alors coupé en deux au niveau du 17e parallèle avec la République démocratique du Viêtnam au nord et le régime de Bao-Daï au sud. La « sale guerre » est provisoirement terminée.

Pouvait-on faire plus et mieux ?

39Avant de tenter de répondre aux questions que Georges Frischmann posait lui-même à la fin de la guerre, une remarque s’impose : c’est principalement à partir de la presse fédérale – La Fédération postale – que cette étude a été menée. Or, on l’a vu à l’occasion, ce journal fédéral, pas plus hier qu’aujourd’hui, ne peut rendre compte de la totalité de l’activité du collectif militant. Sous la pression de l’actualité ou par choix stratégique – priorité à l’activité revendicative, par exemple – la direction fédérale peut être amenée à limiter son expression dans tel ou tel domaine. Elle appauvrit ainsi l’image qu’elle donne d’une réalité beaucoup plus complexe et plus riche, en particulier au niveau des départements et des services.

  • 25 FP, n° 87, juin/juillet 1954.

40Ceci posé, puisque des insuffisances ont été décelées, il convient d’en chercher les raisons, et tout d’abord en écoutant les membres du Conseil national à qui ces questions étaient destinées. Il semble bien que le principal obstacle vienne de la crainte des militants de s’engager sur le terrain politique. Plusieurs intervenants y font référence. Ainsi Justal, des Hautes-Pyrénées, estime que les postiers de son département sont contre toute atteinte à l’indépendance nationale de notre pays, comme ils sont pour la fin de la guerre en Indochine et contre la CED. Ce sont les militants qui hésitent à poser ces problèmes avec la force suffisante et manquent de confiance dans la compréhension de leurs camarades de travail25. Pignan, du Gard, montre combien il est faux d’hésiter à partout poser avec franchise et hardiesse les problèmes de la fin de la guerre au Viêtnam, du rejet de la CED, etc. Des camarades craignent d’être taxés de faire de la politique, mais nos adversaires ne se gênent pas pour en faire… et de la plus mauvaise puisque contraire aux intérêts des travailleurs. Siméon, de Constantine, estime que durant la préparation de la grève du 28 avril, nous avons négligé l’action pour la paix, nous avons même été amenés à affirmer que notre action était uniquement revendicative, passant ainsi sous silence les conséquences heureuses qu’auraient, pour les travailleurs, pour l’aboutissement des revendications, l’arrêt de la guerre au Viêtnam et le rejet de la CED.

41Si, dans les années 1950, la crainte de « faire de la politique » freine certains militants, d’autres éléments ont pesé, dans les premières années de la guerre, sur leur prise de conscience. L’éloignement, d’abord, qui retarde les informations et limite l’intérêt qu’on leur porte. Le fait aussi que, pendant près de deux ans après le début du conflit, il ne se passe presque rien. Comme le dit Alain Ruscio,

  • 26 A. Ruscio, op. cit., p. 41.

« le corps expéditionnaire français, certes, prend des initiatives […] Mais l’armée française ne rencontre que le vide. En effet, l’armée populaire vietnamienne, consciente de son infériorité matérielle momentanée, a adopté une stratégie défensive : refuser les chocs frontaux que veut lui imposer l’ennemi, attendre patiemment, à l’abri de l’épaisse jungle tropicale et avec la complicité active de la population, la constitution d’une force capable de rendre coup pour coup, puis de contre-attaquer. De ce fait, […] puisque le Viet Minh s’est apparemment volatilisé dans les montagnes de l’extrême nord du pays, c’est que la guerre est déjà terminée26. »

42La perception même de la nature du conflit a du mal à s’imposer. Au début, l’action de la France est ressentie par beaucoup, y compris par d’anciens résistants, comme une continuation de la lutte contre le nazisme et pour la libération du pays. Nombre d’entre eux s’engagent d’ailleurs dans le corps expéditionnaire français en Indochine. Quelques-uns découvrent assez vite la réalité et s’aperçoivent qu’ils ont été odieusement trompés. Mais beaucoup d’autres, comme à cette époque, la masse de la population sont loin de partager cette lucidité. En effet, comme le rappelle Alain Ruscio, « les travailleurs ne sont pas immunisés par on ne sait quel miracle contre la pénétration du racisme et du sentiment de supériorité “blanc” ».

43Aussi faut-il se garder de toute vision mythique.

  • 27 Ibidem, p. 62.

« D’ailleurs, poursuit Alain Ruscio, qu’affirmaient presque tous les journaux ? Que déclaraient les responsables gouvernementaux, les dirigeants de presque toutes les formations politiques ? La France a été lâchement agressée… Les “Viets” ne sont pas des patriotes, mais des bandes de pillards… des agents de puissances étrangères. Ils se livrent à des atrocités… Nous ne sommes pas en Indochine pour défendre de sordides intérêts, mais pour protéger un peuple agressé… De plus, en défendant le Viêtnam, c’est l’Union française, donc les intérêts supérieurs de la patrie, que nous protégeons… Au milieu d’un tel flot de propagande en faveur des objectifs de guerre français, bien des travailleurs, même parmi ceux, nombreux, qui faisaient confiance à la CGT, ont été un temps désorientés, dupés. Surtout si l’on ajoute à ces faits l’attitude des trois autres centrales syndicales, 1a CFTC, Force Ouvrière et la CGC dont les dirigeants ont, au moins jusqu’en 1952, accepté sans sourciller les buts et les méthodes de la guerre en Indochine27. »

44Autre raison aux difficultés d’une mobilisation de masse soulignée par Alain Ruscio :

  • 28 Ibid., p. 63.

« Une minorité seulement de Français a été directement concernée. Pour une raison très simple : le contingent n’a jamais, fort heureusement, quitté la métropole pour les combats d’Extrême-Orient. Le nombre des combattants français en Indochine n a jamais dépassé 70000. Ce qui est beaucoup. Mais ce qui est quantitativement insuffisant pour que chaque famille française se sente directement concernée. Le lien naturel entre les militants et le reste de la population – l’intérêt immédiat sensible, vécu à chaque instant par chacun – n’a donc existé qu’en de très rares occasions28. »

  • 29 La République démocratique du Viêtnam, créée en 1945, n’est reconnue qu’en 1950, d’abord par la Ch (...)

45Si l’on ajoute à cela le fait que le « mouvement révolutionnaire mondial » ne se sent pas directement concerné par la question vietnamienne29, et que les questions de la CED, de l’opposition USA/URSS, de la menace atomique et du réarmement allemand occupent le devant de la scène, on mesure à quels obstacles le mouvement ouvrier était alors confronté.

46En conclusion, face à toutes ces difficultés, face à la répression qui frappait durement ses militants, la Fédération postale pouvait-elle faire plus et mieux ? Bien audacieux qui pourrait répondre par l’affirmative. En revanche, on peut affirmer que les arguments développés et les idées semées au cours de ce conflit ont finalement porté leurs fruits et ont permis d’aborder sur de meilleures bases les épreuves suivantes : la seconde guerre du Viêtnam, menée par les Américains, et surtout la longue et dramatique guerre d’Algérie.

Notes

1 La Vie ouvrière (VO), n° 514, 6-12 juillet 1954.

2 La Fédération postale (FP), n° 18, décembre 1946.

3 Alain Ruscio, La CGT et la guerre d’Indochine 1945-1954, Institut CGT d’histoire sociale, 1984.

4 FP, n° 35, septembre 1948.

5 FP, n° 43, août/septembre 1949.

6 FP, n° 44, octobre 1949.

7 FP, n° 46, décembre 1949.

8 FP, n° 47, février 1950.

9 FP, n° 48, mars/avril 1950.

10 FP, n° 52, octobre 1950.

11 FP, n° 59, mai/juin 1951.

12 FP, n° 60, juillet/août 1951.

13 FP, n° 61, septembre 1951.

14 FP, n° 70, juillet/août 1952.

15 FP, n° 71, septembre 1952.

16 FP, n° 73, novembre/décembre 1952.

17 René Duhamel, Aux quatre coins du monde, Éditions sociales, 1981, p. 95-96.

18 FP, n° 74, janvier 1953.

19 FP, n° 75, février 1953.

20 FP, n° 81, décembre 1953.

21 FP, n° 76, mars/avril 1953.

22 FP, n° 78, juin/juillet 1953.

23 FP, n° 81, novembre/décembre 1953.

24 VO, n° 512, 22-28 juin 1954.

25 FP, n° 87, juin/juillet 1954.

26 A. Ruscio, op. cit., p. 41.

27 Ibidem, p. 62.

28 Ibid., p. 63.

29 La République démocratique du Viêtnam, créée en 1945, n’est reconnue qu’en 1950, d’abord par la Chine populaire, puis par l’URSS et les autres pays socialistes d’Europe.

Auteur

Institut CGT-PTT d’histoire sociale

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540