Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Troisième partie. Les militants et l’organisation

La CGT et le plan Schuman (1950)

Jean-William Dereymez

Texte intégral

1Dans les années 1950, affaiblie après les années fastes de l’immédiat après-guerre par les scissions de 1947-1948, la CGT se trouva confrontée à des difficultés de tous ordres. Problèmes syndicaux au premier chef, d’organisation avec le souci de colmater les brèches ouvertes par les scissions et la chute des effectifs, amorcée dès avant les ruptures de 1947-1948; problèmes d’action avec l’urgence de tracer des perspectives nouvelles après les échecs des grèves de 1947-1949; problèmes économiques après la période des « batailles » pour la production, particulièrement celle du charbon, dans le cadre de la reconstruction, des crises de reconversion, puis du démarrage de ce que Jean Fourastié a appelé les « Trente Glorieuses »; problèmes politiques après la fin du Tripartisme, la naissance de la Troisième voie, le rejet du PC dans l’opposition.

2Dans ce cadre général rapidement brossé, les questions extérieures tenaient une place considérable, essentiellement avec le partage du monde en deux blocs, conséquence de la rupture entre les anciens alliés et les débuts de la Guerre froide, ainsi que la première coupure dans le « camp socialiste » avec la dénonciation du « titisme ». À ce choix entre deux mondes, s’ajouta bientôt une nouvelle controverse, celle touchant à la construction européenne. Celle-ci, déjà en germe dans l’entre-deux-guerres, fut vigoureusement relancée à partir du 9 mai 1950 par la déclaration du ministre des Affaires étrangères, Robert Schuman, préconisant la création d’une Communauté européenne pour le charbon et l’acier (Ceca). Touchant deux secteurs alors prédominants à la fois dans le monde économique et dans le syndicalisme, ce « plan Schuman » comme on l’appela, ne pouvait que susciter les réactions de la principale centrale syndicale dont la puissance reposait largement sur deux fédérations directement concernées, celles du Sous-sol et de la Métallurgie.

3Comment la CGT analysa-t-elle le plan Schuman? Quelles perspectives d’action traça-t-elle alors? Quelle signification donner à ces prises de position? C’est ce que nous nous attacherons à déterminer en voyant d’abord les analyses de la CGT, puis en les replaçant dans leur contexte, contexte général puis d’action de la centrale syndicale.

« Un plan de guerre et de misère »

  • 1 Respectivement dans La Vie ouvrière (VO), 22-28 juin 1950, déclaration commune de la CGT et de la (...)
  • 2 Le Peuple, 10-17 mai 1950.

4Cette expression, sous les diverses formes qu’elle emprunta – « programme de guerre et de régression sociale », « plan Schuman de ruine et de guerre », « plan monstrueux de misère et de guerre1 » –, résume bien la position de la CGT et constituera la base de notre développement. La réaction de la centrale ne se fit pas attendre puisque le Bureau confédéral (BC) publia en mai 1950 dans Le Peuple un communiqué dénonçant l’« atteinte à l’indépendance nationale », l’« avilissement de la condition ouvrière » et l’« intensification de la préparation à la guerre » que constituerait selon la confédération le plan Schuman2.

  • 3 VO, 22-28 juin 1950.

5Ce premier volet de la position de la CGT peut se résumer en cinq points : le plan Schuman est d’inspiration américaine, les États-Unis se trouvant directement ou indirectement à son origine (1er point); et donc (2e point) la Ceca se trouve liée étroitement au plan Marshall, voire au Pacte atlantique et par la suite à la Communauté européenne de défense (CED); il vise (3e point) à réarmer l’Allemagne sous la houlette des États-Unis dans le but final (4e point) d’une agression contre l’URSS et les démocraties populaires ses alliées, en faisant (5e point) de l’ensemble formé par la Ruhr et la Lorraine l’arsenal de cette politique d’agression. La déclaration commune des syndicats français (CGT) et allemands (Freier Deutsche Gewerkschaftsbund, FDGB) résumait cette position en précisant que « les États impérialistes, agissant sous la direction des capitalistes américains, organisent les territoires français et les zones occidentales de l’Allemagne en plate-forme d’agression pour une nouvelle guerre impérialiste dirigée contre l’Union soviétique et les démocraties populaires3 ».

  • 4 Journal officiel (JO), 25 juillet 1950, p. 5961 sqq.

6La question des origines étrangères du plan Schuman peut en fait se traduire par l’alternative, origine américaine, ou origine allemande? Les deux ascendances se retrouvaient, avec un sens de propagation différent, dans les analyses de la CGT. Soit l’impulsion partait des États-Unis : « La proposition Schuman », déclara Ambroise Croizat à la tribune de la Chambre des députés, « est en réalité […] d’inspiration américaine »; et l’ancien ministre du travail d’étayer sa démonstration en soulignant que Robert Schuman lança sa proposition le lendemain – en réalité deux jours s’écoulèrent – de la visite en France de Dean Acheson, le secrétaire d’État américain4; soit l’impulsion venait des milieux politiques et d’affaires allemands, certains la faisant remonter à une idée lancée par Hugo Stinnes en 1921, voire à un « mémoire secret » adressé à Guillaume II par un industriel sarrois en 1917. Hugo Stinnes et le Comité des forges français auraient ensuite repris l’idée pour créer le consortium Ruhr-Lorraine. L’annexion de la Lorraine en 1940 permit l’amorce de réalisation de ces projets. L’idée aurait ensuite « émigré » aux États-Unis où Jean Monnet, véritable « père » en France du plan Schuman, l’aurait « recueillie » vers 1948 ou 1949.

7Selon une autre version, ce serait le chancelier Adenauer et le président du Conseil fédéral Arnold qui auraient convaincu M. MacCloy, haut-commissaire américain en Allemagne, du bien-fondé de cette idée. Le haut fonctionnaire américain les aurait écoutés d’une oreille attentive à cause des liens l’unissant à la banque Dillon Reed and Co qui finança le relèvement de la Ruhr dans l’Allemagne de Weimar. D’ailleurs, la preuve de l’intérêt, sinon plus, porté par les Allemands à ce plan était que le gouvernement de Bonn l’approuvait bruyamment : « Projet Schuman, projets allemands. À Bonn, acceptation enthousiaste aux accents du “Deutschland über alles” », titra Le Peuple des 17-24 mai 1950.

  • 5 VO, 18-24 mai 1950.
  • 6 Selon Le Peuple (31 mai-7 juin 1950), R. Schuman aurait été accueilli en Allemagne par un « Bonjou (...)
  • 7 VO, 18-24 mai 1950.
  • 8 VO, 25-31 mai 1950.
  • 9 VO, 18-24 mai 1950.
  • 10 VO, 22-28 juin 1950.
  • 11 VO, 13-19 juillet 1950.

8Bien entendu, origine allemande signifiait en filigrane origine nazie. L’attribution du plan Schuman aux Allemands permettait à la CGT de jouer sur une corde encore très sensible en France en 1950 à cause de la proximité dans le temps de l’Occupation, l’anti-germanisme et l’antinazisme, fort partagés. Nous pouvons souligner à ce propos l’utilisation systématique d’un vocabulaire et d’images rappelant l’Occupation, l’Allemagne nazie, le travail obligatoire (STO), les déportations, le régime de Vichy. Robert Schuman qualifié de « ministre de Pétain5 », se vit rappeler son passé dans l’armée allemande6 par les cégétistes. La Vie ouvrière jouait sur les mots en parlant du « pacte d’acier » – « Le Pacte d’acier de Schuman, c’est le Pacte de guerre7 » – ou titrait : « Quand ils reprennent le plan d’Hitler8 ». L’image quasi mythique de la Ruhr, sorte d’atelier de Loge, voire de Moloch, « fauve de fer et de feu » selon Fernand Leriche9, « antre des fauteurs de guerre10 », décrite dans un reportage d’E. Storace comme un « interminable amoncellement de cheminées fumantes », le reporter prédisant : « Et c’est dans la gueule de ce gigantesque creuset de mort que les Schuman-Acheson-Adenauer veulent jeter la Lorraine11. »

  • 12 VO, 22-28 juin 1950.
  • 13 Ibidem.
  • 14 VO, 18-24 mai 1950.
  • 15 VO, 6-12 juillet 1950.
  • 16 VO, 22-28 juin 1950.
  • 17 VO, 18-24 mai 1950.
  • 18 Texte original dans Archives du MAE, Secrétariat général, volume 57, f° 3-6, consultable aussi sur (...)

9En outre, La Vie ouvrière et Le Peuple rivalisaient dans la dénonciation des trusts, jouant sur la péjoration des termes « maîtres de forges », « marchands de canons », « marchands de mort », « potentats de l’acier ». Des trusts français certes comme Schneider, de Wendel, « patron de Schuman12 », mais surtout allemands, les « magnats » de la Ruhr, les Krupp, Thyssen, Stinnes, IG Farben, tous par ailleurs « sous la direction des capitalistes américains13 », les trusts américains ayant « la haute main sur l’Allemagne de l’ouest14 ». La presse cégétiste dénonçait enfin Harry Truman, le « pape de la réaction internationale », le « pilier du fascisme15 », manipulant le « gouvernement fantoche de Bonn16 », et les parangons du « cosmopolitisme » opposé au « véritable internationalisme prolétarien17 ». Même les affirmations du promoteur du Plan, assurant que ce projet devait servir à « la préservation de la paix », à changer « le destin de ces régions longtemps vouées à la fabrication des armes de guerre dont elles ont été les plus constantes victimes », et que « cette production sera ouverte à l’ensemble du monde sans distinction ni exclusion, pour contribuer au relèvement du niveau de vie et au progrès des œuvres de paix18 », ne servirent de rien, la CGT dénonçant le « cynisme » du ministre des Affaires étrangères.

  • 19 VO, 25-31 mai 1950.

10En ce qui concerne le second volet de la dénonciation, l’argumentation de la CGT portait sur deux points principaux. Le premier consistait à affirmer que le plan Schuman visait à concentrer la production en une région, le fameux « pool » Ruhr-Lorraine. Bien entendu, l’expression « pool » autorisa tous les jeux de mots : l’homophonie « Pool-poule » permit des caricatures assurant que « votre histoire de “pool” c’est encore un coup à y laisser des plumes », tandis que la seconde homophonie, « Pool-Pull » autorisa les dessinateurs à représenter R. Schuman assis tricotant un pull orné de croix gammées, en gratifiant ce dessin de la légende : « Regarde le joli “pool” que monsieur te tricote… au point de croix19! »

  • 20 VO, 13-19 juillet 1950.
  • 21 VO, 18-24 mai 1950.
  • 22 VO, 22-28 juin 1950.
  • 23 JO, 1951, p. 8931.
  • 24 VO, 27 juillet-2 août 1950.
  • 25 VO, 13-19 juillet 1950.
  • 26 VO, 25-31 mai 1950.
  • 27 Le Peuple, 31 mai-7 juin 1950.

11Cette fusion aboutirait à deux conséquences, la concentration de la main-d’œuvre dans la région choisie et son corollaire, la destruction d’emplois sur les autres sites de production. La CGT dénonça vigoureusement le « bluff de la “rentabilité” dont [aurait] fait état le plan Schuman20 »; elle commença même à mesurer les effets du plan, se combinant avec ceux du Plan Marshall, lui aussi plan « de faillite et de guerre21 », « instrument politique de préparation à la guerre » qui « crée et développe le chômage, permet d’exercer une pression constante sur les salaires et conduit à l’abaissement du niveau des masses laborieuses par l’accroissement continu des dépenses militaires22 ». Sans grand souci de la chronologie, cégétistes et communistes attribuèrent au plan Schuman des décisions ou des réalités économiques qui lui étaient antérieures. À la Chambre, Henri Martel, contredit d’ailleurs immédiatement par le ministre des Travaux publics, assura que soixante-six puits et onze mines avaient été fermés entre 1948 et 1951 « par l’application du plan Marshall, précurseur du plan Schuman, puis par l’application anticipée [?] des mesures prévues dans l’esprit des auteurs du plan23 ». Dès la fin juillet 1950, assurait La Vie ouvrière, dans la Loire, à Saint-Chamond, « le projet Acheson-Schuman port[ait] ses fruits24 ». En juillet 1950, un article d’E. Storace recensait les dégâts censés être commis par le plan Schuman en Lorraine, estimant à 25000 le nombre de métallurgistes touchés ou en voie d’être touchés par le chômage dans le seul département de Meurthe-et-Moselle, et à 56000 le nombre de mineurs « jetés hors de la production depuis fin avril 195025 ». Les réunions régionales, sur lesquelles nous reviendrons, reliaient étroitement les difficultés industrielles locales aux plans Marshall et Schuman. Provoqué par une rationalisation et une productivité accrues, le chômage tiendrait aussi aux déplacements de main-d’œuvre. Car la « vaste escroquerie » que constituerait la fusion des industries franco-allemandes aboutirait en fait à ce que les cégétistes nommaient des « déportations » de travailleurs français vers l’Allemagne et inversement des arrivées massives de travailleurs allemands en France. Reprenant sans doute la phrase de la déclaration du 9 mai par laquelle de R. Schuman assurait que, grâce à la Ceca, « l’Europe pourra, avec des moyens accrus, poursuivre la réalisation d’une de ses tâches essentielles : le développement du continent africain », F. Leriche assura que « les travailleurs français seraient expédiés avec leurs usines démontées en Afrique ou en Amérique du Sud, tandis que les nazis les remplaceraient – c’est plus sûr – pour encadrer le personnel de certaines usines françaises tournant pour la guerre26 ». Le marasme, selon la CGT, ne devait pas seulement toucher les ouvriers, mais aussi provoquer « la faillite des commerçants, des petits artisans, des petites industries27 ».

  • 28 VO, 25-31 mai 1950.
  • 29 VO, 25-31 mai 1950.
  • 30 VO, 18-24 mai 1950.

12Le second point de la démonstration soulignait que le Plan Schuman visait à l’enrichissement des trusts. Ce qui n’est pas pour étonner car tous les dirigeants qui l’appuyaient auraient été les hommes de ces trusts. Quelle qu’en soit l’origine géographique, le plan aurait été soutenu par les grandes entreprises, voire serait né en leur sein. La CGT rassemblait en un seul groupe Américains, Allemands, Français comme par ces photographies parues dans La Vie Ouvrière des 13-19 juillet 1950 désignant « les trois serviteurs » avec pour commentaire : « Acheson, avocat, attaché à la Banque Morgan et à la « Sheel », le plus gros trust sidérurgique américain; Schuman, avocat, attaché au Comité des forges par les de Wendel et Schneider; Adenauer, défenseur des gros magnats de la Ruhr, administrateur d’une dizaine de firmes de l’Allemagne occidentale ». L’une des conséquences ultimes aurait même été la désindustrialisation de la France, la « liquidation de l’industrie française28 », et par le « retour à la terre29 », la réduction de la France « à l’état de jardin potager du combinat30 ».

  • 31 VO, 25-31 mai 1950.
  • 32 VO, 18-24 mai 1950.
  • 33 JO, 25 juillet 1950, p. 5961 sqq.

13Comment devait se réaliser cet enrichissement? D’abord, par la pression sur les salaires, la création d’un « minimum de misère », l’alignement des salaires français « sur les bas salaires allemands de l’ouest », ce que « Schuman appelle “l’égalisation des conditions de vie de la main-d’œuvre31” ». Puis, bien entendu, par les profits nés des fabrications de guerre, le conflit avec l’Union soviétique ayant essentiellement pour but de dégager un maximum de bénéfices, comme l’aurait fait la Seconde Guerre mondiale. « Pour les Américains, affirmait La Vie Ouvrière, un tel cartel d’armement Ruhr-Lorraine ce sont des dizaines de milliards de sur-profits à gagner dans les fabrications de guerre32. » Les trusts d’outre-Atlantique pourraient ainsi réitérer ce qu’ils avaient réalisé pendant la Seconde Guerre mondiale qui, selon Ambroise Croizat, aurait rapporté aux trusts américains « plus de 6000 milliards de francs de profits33 ».

14Mais, pour mieux saisir ce que représentent les affirmations de la CGT, il nous faut placer cette analyse dans son contexte.

L’analyse de la CGT dans son contexte

Contexte politique et économique

  • 34 VO, 22-28 juin 1950.

15En ce qui concerne la politique extérieure, le contexte, bien entendu, est celui de la Guerre froide, déclenchée en 1947, qui se cristallise justement sur la question allemande, avec la naissance de la République fédérale allemande (RFA) en 1949, puis de la République démocratique allemande (RDA), que la CGT, de conserve avec la FDGB, soutenait. Les représentants de la CGT française saluèrent la création et le renforcement de la RDA, qui « en extirpant impitoyablement les racines du fascisme et de l’impérialisme, en sapant les bases du militarisme allemand, en appliquant loyalement les accords de Potsdam, […] a renforcé le camp des défenseurs de la paix ». Ces mêmes délégués déclaraient souhaiter « l’unification complète de l’Allemagne sur les bases démocratiques et pacifiques qui sont celles de la République démocratique allemande », tout en qualifiant la RFA de « gouvernement fantoche de Bonn34 ».

  • 35 VO, 31 août-6 septembre 1950.
  • 36 VO, 6-12 juillet 1950.

16Or la Guerre froide, en cette année 1950, s’exacerbait. L’argumentation de la CGT lui parut renforcée par les événements qui se produisirent alors, les débuts de la guerre de Corée, présentée par la centrale syndicale comme une pure et simple agression américaine. Assurant que « le peuple coréen lutt[ait] avec vaillance pour son indépendance, pour ses libertés », Alice Brisset rappelait la « position traditionnelle » de la CGT « dans la défense de la paix », depuis la lutte des « métallos » « avec Guesde » contre l’expédition du Tonkin, celle de 1885, jusqu’à l’opposition de la CGT « à la sale guerre du Viêtnam », la guerre française alors en cours, en passant par le combat des minoritaires durant la Grande guerre, la dénonciation de l’intervention contre la Russie soviétique, les luttes contre la guerre du Rif et celle de Syrie, ajoutant curieusement, dans la même lignée « la terrible lutte contre l’occupant nazi pour la libération de notre sol [des] militants glorieux » de la CGT, « tombés par centaines », titrant son article « Bas les pattes devant la Corée35! » « Arrachons la torche aux fauteurs de guerre! La Corée aux Coréens! » avait déjà tonné Robert Tellier, dénonçant pêle-mêle les « marionnettes de Truman », à savoir Syngman Rhee, Bao Daï, Tchang Kaï Chek et… Robert Schuman36.

  • 37 VO, 22-28 juin 1950.

17La critique de la CGT se plaçait donc dans la campagne générale qu’elle menait en faveur de la paix, et plus précisément pour l’appel de Stockholm, qui tenait une très grande place dans la presse de la Confédération lui consacrant des pages entières. Dans leur déclaration commune de juin 1950, la CGT et la FDGB décidaient d’ailleurs « de renforcer leur participation à la campagne pour la signature de l’Appel de Stockholm contre la bombe atomique » et « de participer activement à la préparation et à la popularisation du 2e Congrès mondial des partisans de la paix », à tenir en octobre 195037.

  • 38 Le Peuple, 31 mai-7 juin 1950.
  • 39 Le Peuple, 10-17 mai 1950.
  • 40 Le Populaire, 13-14 mai 1950.
  • 41 Le Populaire, 22 mai 1950.
  • 42 Le Populaire, 29 mai 1950.

18En ce qui concerne la politique intérieure, après le Tripartisme, nous nous trouvions alors dans le contexte de la Troisième voie, de l’alliance entre socialistes et centristes du MRP auquel appartenait Robert Schuman. Contre les pouvoirs publics, la CGT joua alors du registre patriotique, accusant le gouvernement « dit français », d’avoir « perdu tout sens national par haine de la classe ouvrière, classe montante et de n’avoir cure des intérêts de la France38 ». À peine R. Schuman avait-il énoncé sa déclaration, que le BC la dénonçait « comme contraire aux intérêts nationaux39 ». La CGT critiqua, bien entendu, les positions des différents partis, notamment des gaullistes, mais surtout de ceux qu’elle nommait les « socialistes de droite ». Léon Blum – faut-il s’en étonner dans ces années où il était devenu l’une des bêtes noires des communistes, l’autre étant Jules Moch? – fut mis en cause pour avoir, bien que mort le 30 mars 1950, donc avant l’annonce du plan Schuman, manifesté des opinions pro-européennes. La SFIO avait également réagi très rapidement à l’annonce du plan Schuman. Dès les 13-14 mai, Le Populaire publiait une assez longue résolution du Comité directeur (CD) du Parti socialiste dans laquelle les instances dirigeantes affirmaient leur attachement à une « politique de compréhension, de rapprochement et de collaboration confiante entre le France et l’Allemagne », exigeant « la constitution d’une autorité européenne supérieure à chacun » des « États intéressés », supposant que ces autorités disposent « de pouvoirs réels sur la politique générale de la production, des investissements et des prix, et soumise à un contrôle démocratique ». Le CD jugeait donc « positive » la manière avec laquelle le gouvernement abordait « la question de l’organisation européenne ». La SFIO posait toutefois des conditions à une approbation totale du projet : d’abord, un élargissement aux « autres nations européennes », en demandant donc au gouvernement « un effort particulier pour obtenir, dès le départ, l’adhésion de la Grande-Bretagne »; ensuite, que l’autorité à créer obtienne « des pouvoirs effectifs pour imposer ses décisions », tout en étant « déclarée responsable vis-à-vis d’une autorité politique supranationale émanant du Conseil de l’Europe » et que les directeurs soient choisis « parmi des personnalités n’ayant jamais eu de lien financier avec les industries privées du charbon et de l’acier »; enfin, dernière condition, en partie réalisée dans certains pays d’Europe, comme la France et la Grande-Bretagne, alors gouvernée par le Labour, mais pas en Allemagne, que l’on évite « le retour du capitalisme privé à la gestion de ces industries40 ». Si, lors du Congrès du SPD à Hambourg, la semaine suivante, le délégué de la SFIO, Salomon Grumbach, rappelait à ses camarades social-démocrates de réclamer la nationalisation des industries sidérurgiques et charbonnières en Europe41, le Congrès national de la SFIO de 1950 ne s’attarda guère sur la déclaration Schuman, le secrétaire général, Guy Mollet, se contentant de souligner l’alternative à laquelle le Parti socialiste se trouvait confronté : « Ou bien il y aura, avec notre complicité, un cartel franco-allemand qui planifiera en réduisant la production pour maintenir les prix d’où chômage; ou bien planification européenne, mais avec la participation des grandes organisations ouvrières »; Le Populaire tira cependant, en première page, sur l’exigence du Parti, « Pour faire du plan Schuman autre chose qu’un cartel franco-allemand42 ». On était donc loin de la condamnation virulente de la CGT, ce qui n’empêcha pas cette dernière de participer à des actions locales avec des élus socialistes ou même MRP, voire de les susciter, selon la pratique de l’union à la base, bien rodée dans les milieux cégétistes.

  • 43 VO, 9-14 mai 1950.
  • 44 JO, 25 juillet 1950, p. 5961 et p. 5934 pour l’intervention d’A. Biscarlet.

19Faut-il s’en étonner? Le seul parti politique qui épousa les thèses de la CGT – à moins que cela ne soit l’inverse… – fut le PC. Les analyses des deux organisations se trouvaient d’autant plus proches que souvent les mêmes hommes les énonçaient. Ainsi, Ambroise Croizat, responsable syndical puisqu’il venait d’être réélu secrétaire de la Fédération de la Métallurgie lors de son 17e Congrès43 siégeait également à l’Assemblée nationale en tant que député communiste. Son parti l’investit comme l’un des principaux orateurs intervenant à la Chambre pour dénoncer le plan, et il le fit avec une particulière vigueur, en compagnie d’Alfred Biscarlet. Ambroise Croizat jugea devant ses pairs en effet « inadmissible qu’on n’ait pas songé à instituer un débat complet et détaillé sur les circonstances qui ont entouré l’élaboration de ce projet, sur sa véritable signification et sur ses conséquences politiques, économiques et sociales44 ».

  • 45 VO, 26 octobre-1er novembre 1950.

20Le contexte économique pourrait se résumer en deux mots : difficultés puis rebond. Les difficultés apparurent avant la crise coréenne. Lorsque R. Schuman énonça son plan, une série de restructurations industrielles, particulièrement des industries justement concernées par le projet franco-allemand, touchait la France. Ainsi, après la « bataille du charbon », les houillères tendaient-elles à fermer les puits jugés par elles moins rentables. Ce qui permit à la CGT de greffer sa critique du plan Schuman sur des actions locales de protestation contre ces fermetures, attribuées soit au plan Schuman, ce qui était tout de même quelque peu acrobatique, soit au Plan Marshall… Ainsi à Saint-Étienne, à Auchal, à Lavaveix-les-Mines où un comité pour la défense des puits se forma, présidé par le conseiller général socialiste45, etc.

Quelle action et avec qui?

  • 46 CFTC, Documents internes, 18e Congrès, Résolution sur la CECA, 3 p.
  • 47 JO, 25 juillet 1950, p. 5934.
  • 48 VO, 22-28 juin 1950.

21Appuyée par le seul PC, la CGT se trouva également fort isolée dans le nouveau paysage syndical français, marqué par la scission de FO. Les deux centrales concurrentes en effet se déclarèrent plutôt favorables au plan Schuman. Léon Jouhaux acceptait « sans réserve » ce projet et la CFTC se plaçait sur un autre plan. Implicitement favorable à l’institution, elle cherchait surtout à en améliorer le fonctionnement et le 18e Congrès de sa Fédération des mineurs (Béthune, 5-9 août 1954), ne reprocha à la Haute autorité que de privilégier les problèmes économiques aux dépens des questions sociales46. Ce qui expliquait la violence de la dénonciation des syndicalistes FO par le PCF, L. Jouhaux et Robert Bothereau, alors secrétaire général de la CGT-FO, étant traités de « syndicalistes jaunes » par Alfred Biscarlet devant les députés47. Toutefois, toujours selon la même tactique éprouvée, les cégétistes ne négligèrent pas de pratiquer, à la base, l’action commune avec les syndicalistes FO ou CFTC comme le montra le cas de la région d’Alès où la CGT organisa des réunions avec la participation des syndicalistes de ces confédérations. Par contre, la CGT trouva immédiatement des appuis du côté de la FSM à laquelle elle appartenait et qui dénonçait violemment le plan Schuman. À la suite d’une rencontre à Berlin, les 14 et 15 juin 1950, les représentants de la CGT et de la Fédération des syndicats libres allemands (FDGB) décidèrent d’une « collaboration efficace entre les classes ouvrières française et allemande pour l’établissement d’une paix solide et durable, la lutte contre la renaissance du fascisme et la défense des intérêts vitaux des salariés ». Les deux organisations publièrent un communiqué commun stigmatisant le plan Schuman en le replaçant dans un cadre plus général, dans son contexte politique48.

  • 49 Archives de la CGT, AB/GS, 8 avril 1954.

22L’action de la CGT prit essentiellement la forme d’une campagne d’explication et de dénonciation. qui dura de 1950 à 1954, avec des moments forts, tel la signature du Traité le 18 avril 1951, les discussions devant les différents parlements des pays concernées en 1951 – les parlementaires français le ratifièrent le 13 décembre 1951 – et 1952, tandis que la querelle de la CED, durant l’année 1954, relançait le débat. En 1954, André Barjonet rédigeait encore des notes sur les effets de la CECA à l’intention des dirigeants de la CGT49.

  • 50 L’Avenir de Saône-et-Loire, 26 mai-1er juin 1950.
  • 51 Un document de l’UD des syndicats CGT. Le plan Schuman et ses conséquences pour notre région, Mont (...)

23Cette campagne bénéficia de divers moyens. La presse cégétiste, presse nationale, avec en tête La Vie ouvrière et Le Peuple, mais aussi toute la presse des fédérations, particulièrement celle du Sous-sol et de la Métallurgie, ainsi que la presse locale furent mises à contribution. Les alliés du PC se mirent également de la partie; ainsi, L’Avenir de Saône-et-Loire, journal de la fédération communiste publia un numéro spécial de six pages « mis gracieusement » à la disposition du syndicat des mineurs de Montceau-les-Mines, qui en profita pour développer les arguments contre le plan Schuman sous le titre « Un nouveau conscrit pour la préparation de la guerre antisoviétique : le combinat Ruhr-Lorraine50 ». La CGT publia aussi des brochures, comme le fit le syndicat des mineurs de Montceau-les-Mines51.

  • 52 VO, 9-15 novembre 1950.

24Enfin la CGT tint nombre de réunions publiques. Beaucoup de réunions locales, dans les régions touchées par la récession, particulièrement minière, mais aussi dans le cadre de « journées » nationales, voire internationales. La principale fut celle du 15 novembre 1950, baptisée « Grande journée internationale de lutte contre le plan Schuman ». Et La Vie ouvrière d’annoncer qu’en Italie, tous les métallurgistes et sidérurgistes devaient arrêter le travail « d’un quart d’heure à plusieurs heures », afin de tenir, « dans toute la péninsule », « d’importants rassemblements »; qu’en Sarre, « des femmes iront parler aux mineurs et aux sidérurgistes, tandis que des mineurs s’adresseront, dans les villes, aux femmes rassemblées ce jour-là pour exprimer leur ardente volonté de paix ». Ainsi, le lien avec la campagne pour « la paix » était-il fortement réaffirmé, puisque de Grande-Bretagne, de Belgique, de Hollande, du Luxembourg, d’Allemagne occidentale comme d’Allemagne orientale, devaient partir « vers le 2e Congrès mondial des Partisans de la Paix des messages exprimant la volonté de paix des travailleurs, leur refus de forger de nouvelles armes pour s’entre-tuer ». En France, outre la campagne pour la « paix », cette journée devait lier lutte contre le plan Schuman, rappel des revendications pour « l’amélioration [des] conditions d’existence » des travailleurs, « que la politique gouvernementale tend[ait] à réduire constamment pour faire face à ses besoins militaires », lutte contre le « réarmement allemand » et contre la prolongation du service militaire à dix-huit mois. « À l’entente sinistre et mortelle des marchands de canons, concluait A. Schanen, secrétaire de la Fédération des travailleurs de la métallurgie, opposons la solidarité agissante de la classe ouvrière de tous les pays52. » Des grèves se produisirent-elles contre le plan Schuman? Nous n’en avons pas trouvé de traces, mais il ne faut pas exclure des grèves locales, sur des questions locales de fermeture de puits.

25Plutôt qu’à des découvertes, cette trop brève étude nous aura conduit à trouver des confirmations de ce que l’on sait déjà depuis fort longtemps. Confirmation d’une opposition déterminée, violente même de la CGT à la construction européenne, sur la base d’une analyse essentiellement politique et qui ne variera que très lentement au cours des décennies suivantes. Cette première réaction de la Confédération devant un projet concret de l’unification européenne va largement déterminer les positions ultérieures.

  • 53 Le Peuple, 17-24 mai 1950.

26Confirmation ensuite de la prédominance du politique sur le syndical. Cette analyse, nous venons de le préciser, prit un tour en grande partie politique, liée qu’elle fut au problème plus vaste de la lutte pour la « paix » et la défense de l’Union soviétique. L’action contre le plan Schuman se trouva finalement incluse dans la vaste campagne pour l’Appel de Stockholm qui mobilisait alors toutes les forces de la CGT : pas de numéro du Peuple ou de La Vie ouvrière ne paraissait alors sans qu’il soit plus ou moins question de cet appel dans les colonnes. Ainsi la première page du Peuple des 17-24 mai 1950 appelait-elle, « devant la gravité du danger de guerre, [à mobiliser] toutes [les] forces pour la signature de l’appel de Stockholm » à partir de la résolution de la Commission administrative du 17 mai53. Cette analyse politique, qui n’empêchait évidemment pas d’autres approches, économique et sociale, se plaçait dans une vision très nationale, voire nationaliste des grandes questions du moment. Et cela, avec un langage, verbal et visuel, d’une grande violence.

  • 54 Le Monde, 23 juin 1950.
  • 55 VO, 28 décembre 1950-3 janvier 1951.

27Confirmation enfin, on ne s’en étonnera pas, des liens entre CGT et PC : l’analyse du plan Schuman reprenait très largement celle du parti de Maurice Thorez. À ce propos, la réunion du CC du 26 mai 1950 à Aubervilliers paraît très significative. Charles Tillon y présenta un rapport sur l’activité du parti dans la campagne en faveur de l’Appel de Stockholm, rappelant qu’à ce jour huit millions de signatures avaient été recueillies; l’ancien dirigeant des FTPF analysa ensuite le projet Schuman, affirmant « qu’il constituait une phase de la préparation à la guerre, phase qui tendait à installer la prédominance de l’Allemagne occidentale de Bonn et qui renfermait de sérieuses menaces pour l’économie française »; pour terminer, le CC adressa un télégramme « au Maréchal Staline » pour le jour anniversaire de l’« agression des hordes hitlériennes », y exprimant « sa reconnaissance pour la victoire remportée au prix de tant de sacrifices contre les armées fascistes54 ». La Vie ouvrière ne titra-t-elle pas, quelques mois plus tard « Vive le 71e anniversaire de Staline » à l’occasion de l’envoi d’un télégramme de la CGT aux syndicats soviétiques55?

Notes

1 Respectivement dans La Vie ouvrière (VO), 22-28 juin 1950, déclaration commune de la CGT et de la FDGB, 14-15 juin 1950 ; VO, 29 juin-5 juillet 1950, article de Pierre Delmotte ; Le Peuple, 20-27 septembre 1950, discours d’Ambroise Croizat.

2 Le Peuple, 10-17 mai 1950.

3 VO, 22-28 juin 1950.

4 Journal officiel (JO), 25 juillet 1950, p. 5961 sqq.

5 VO, 18-24 mai 1950.

6 Selon Le Peuple (31 mai-7 juin 1950), R. Schuman aurait été accueilli en Allemagne par un « Bonjour, mon capitaine ». R. Schuman, Lorrain dont les parents vivaient au Luxembourg, avait été incorporé dans l’armée impériale allemande en 1914. Emprisonné par les Allemands en 1940, il s’évada en 1942.

7 VO, 18-24 mai 1950.

8 VO, 25-31 mai 1950.

9 VO, 18-24 mai 1950.

10 VO, 22-28 juin 1950.

11 VO, 13-19 juillet 1950.

12 VO, 22-28 juin 1950.

13 Ibidem.

14 VO, 18-24 mai 1950.

15 VO, 6-12 juillet 1950.

16 VO, 22-28 juin 1950.

17 VO, 18-24 mai 1950.

18 Texte original dans Archives du MAE, Secrétariat général, volume 57, f° 3-6, consultable aussi sur [www.France.diplomatie.fr/archives/dossiers/schuman]. Ce texte figure in R. Hostiou, Robert Schuman et l’Europe, Paris, Cujas, 1969, p. 137-138.

19 VO, 25-31 mai 1950.

20 VO, 13-19 juillet 1950.

21 VO, 18-24 mai 1950.

22 VO, 22-28 juin 1950.

23 JO, 1951, p. 8931.

24 VO, 27 juillet-2 août 1950.

25 VO, 13-19 juillet 1950.

26 VO, 25-31 mai 1950.

27 Le Peuple, 31 mai-7 juin 1950.

28 VO, 25-31 mai 1950.

29 VO, 25-31 mai 1950.

30 VO, 18-24 mai 1950.

31 VO, 25-31 mai 1950.

32 VO, 18-24 mai 1950.

33 JO, 25 juillet 1950, p. 5961 sqq.

34 VO, 22-28 juin 1950.

35 VO, 31 août-6 septembre 1950.

36 VO, 6-12 juillet 1950.

37 VO, 22-28 juin 1950.

38 Le Peuple, 31 mai-7 juin 1950.

39 Le Peuple, 10-17 mai 1950.

40 Le Populaire, 13-14 mai 1950.

41 Le Populaire, 22 mai 1950.

42 Le Populaire, 29 mai 1950.

43 VO, 9-14 mai 1950.

44 JO, 25 juillet 1950, p. 5961 et p. 5934 pour l’intervention d’A. Biscarlet.

45 VO, 26 octobre-1er novembre 1950.

46 CFTC, Documents internes, 18e Congrès, Résolution sur la CECA, 3 p.

47 JO, 25 juillet 1950, p. 5934.

48 VO, 22-28 juin 1950.

49 Archives de la CGT, AB/GS, 8 avril 1954.

50 L’Avenir de Saône-et-Loire, 26 mai-1er juin 1950.

51 Un document de l’UD des syndicats CGT. Le plan Schuman et ses conséquences pour notre région, Montceau, 1954, 31 p. ; cf. J.-W. Dereymez, « La CECA vue par les syndicalistes CGT », Communication au colloque, Techniques, pouvoirs, main d’oeuvre et reconversion dans les mines de charbon d’Europe occidentale, Le Creusot, octobre 1985, 25 p.

52 VO, 9-15 novembre 1950.

53 Le Peuple, 17-24 mai 1950.

54 Le Monde, 23 juin 1950.

55 VO, 28 décembre 1950-3 janvier 1951.

Auteur

Enseignant-chercheur au PACTE-CERAT (CNRS, FNSP), IEP Grenoble

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540