Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Troisième partie. Les militants et l’organisation

La CGT et la question de l’unité

Achille Blondeau

Texte intégral

1Trois années se sont écoulées depuis la création de Force Ouvrière lorsque s’ouvre à Paris, le 27 mai 1951, le 28e Congrès de la CGT. Le but des scissionnistes a été de reproduire la situation syndicale d’avant la réunification de 1936, c’est-à-dire une CGT communiste et une Force ouvrière socialiste. Manifestement, ce but n’a pas été atteint.

2Les cinq secrétaires confédéraux de la tendance Jouhaux qui ont quitté la CGT ont été remplacés par des militants de cette même tendance : Le Léap, Jayat, Dellac, Duchat, Marion. Dans la quasi-totalité des directions des fédérations et des unions départementales les partants ont été remplacés de la même façon. Louis Saillant, qui a représenté la CGT réunifiée en 1943 au Conseil national de la Résistance en compagnie de Benoît Frachon, est resté secrétaire général de la Fédération syndicale mondiale.

3Les brèves périodes d’unité de la CGT – Front populaire, Résistance, lendemain de la Libération – ont été marquées par d’importantes conquêtes sociales. La classe ouvrière a fait l’expérience qu’unie, ses forces sont décuplées. Dans sa masse, elle repousse et condamne la scission. Un des objectifs principaux de la scission syndicale, faciliter l’application du « plan Marshall » plaçant la France sous la dépendance des USA, a été loin d’être approuvé par la fraction de gauche du Parti socialiste SFIO. Tout cela explique qu’au moins autant de militants socialistes ou socialisants ayant des responsabilités syndicales sont restés fidèles à la CGT.

4Dans son rapport au 28e Congrès Benoît Frachon déclare :

« Comme toute scission, celle (la troisième) organisée en 1948 par Jouhaux et ses complices à la demande de Marshall lui-même et des gouvernants de Washington en vue de faciliter la politique du plan Marshall a porté un préjudice indiscutable à la classe ouvrière. Elle a momentanément réduit sa capacité de lutte, affaibli dans une certaine mesure son organisation, mais la CGT a résisté avec succès à l’assaut dirigé contre elle. Elle représente à elle seule au moins 80 % des ouvriers syndiqués en France. Elle recueille plus de 70 % des suffrages aux élections des délégués ouvriers. »

5Le rapport dénonce avec vigueur les dirigeants centraux de FO, de la CFTC et des Cadres pour leurs trahisons répétées lors des importants conflits sociaux. En même temps, il invite expressément à la réalisation de l’unité d’action et là où c’est possible à la réalisation de l’unité pour l’action entre organisations. Il cite « le maintien de l’unité d’action entre les divers syndicats des transports parisiens » qu’il qualifie de « très grande importance ».

6Les travaux du Congrès vont dans ce sens et le Manifeste du 28e Congrès à l’adresse des travailleurs ne répète pas moins de huit fois (en sous-titres) : « L’unité d’action est nécessaire et possible ». Cette insistance s’explique pour au moins deux raisons. La première est que tout naturellement la scission a tendu fortement les rapports entre les uns et les autres. Pour nombre de cégétistes, les scissionnistes sont des traîtres à la classe ouvrière, qu’ils soient dirigeants centraux ou simples militants de base. Cette attitude, que l’on peut qualifier de sectaire, s’explique en partie par le mal que la scission fait aux travailleurs qu’elle affaiblit. Persévérer dans cet état d’esprit, c’est pérenniser dans l’entreprise un conflit entre syndicats, entre hommes (ou entre femmes) ne pouvant que favoriser l’État-patron ou le patronat. Proclamer avec force que l’unité d’action est possible conduit tout naturellement à une saine réflexion et à une attitude plus positive. Proclamer avec autant de force que l’unité d’action est nécessaire, c’est faire admettre qu’une fraction des travailleurs, même majoritaire, ne peut avoir la même puissance que l’ensemble des travailleurs et donc pousser vers l’unité d’action que par ailleurs on dit possible.

7Ce sont là des idées que l’on peut qualifier aujourd’hui d’élémentaires, mais qui ne coulaient pas du tout de source au lendemain de la scission, d’où cette insistance du 28e Congrès. Parallèlement, l’accent est mis sur la nécessité d’une CGT influente et solidement organisée et cela sera répété dans tous les congrès ultérieurs. La CGT étant le maître d’œuvre de l’action revendicative et de la réalisation de l’unité, son renforcement ne peut qu’aider à la réalisation de ces objectifs.

Le discours de Lecœur du 4 décembre 1952

8Le 4 décembre 1952, jour de la Sainte Barbe, fête des mineurs, Auguste Lecœur, président de la Fédération régionale CGT des mineurs du Nord-Pas-de-Calais prononce un discours à Nœux-les-Mines (Pas-de-Calais). Ancien sous-secrétaire d’état à la Production industrielle dont le ministre était Marcel Paul, Auguste Lecœur est le secrétaire à l’organisation du PCF ; il est également considéré comme le dauphin de Maurice Thorez, secrétaire général du Parti communiste.

9Son discours est avant tout une violente diatribe contre les dirigeants socialistes et ceux des centrales syndicales, FO ou CFTC. « Le Parti socialiste, les groupuscules trotskistes ou travaillistes, les syndicats FO et CFTC sont des organisations de sûreté au service de la bourgeoisie capitaliste. » Il développe une conception de l’unité, toute autre que celle de la direction de la CGT :

« Au sujet de l’unité, les problèmes sont encore trop mal posés dans notre bassin. Mal posés par La Tribune des mineurs, mal posés par les militants. L’erreur provient d’une activité opportuniste à l’égard des syndicats de la division FO et CFTC. Cette attitude opportuniste est caractérisée par un cliché qui chaque semaine paraît dans vos journaux corporatifs. Ce cliché représente trois ouvriers se tenant la main et sur la poitrine desquels on lit : CGT-CFTC-FO, c’est là une caricature de la vérité… Le cliché dont je parle avec les trois syndicats se donnant la main, c’est encore l’image de la division ouvrière. Ce serait tromper la classe ouvrière que de lui laisser supposer que l’unité définitivement réalisée, ce seraient les trois syndicats se tenant la main. Une telle position laisse supposer que FO ou CFTC seraient des syndicats ouvriers à l’égal de la CGT. Alors qu’ils ne sont que des instruments subventionnés par l’ennemi de la classe ouvrière et pour son service… Sous la direction de la CGT, sur la base d’un programme revendicatif, soumis, discuté et approuvé par la majorité des ouvriers, c’est alors qu’il faut engager l’action… »

10Les termes, c’est dans la CGT que l’unité syndicale doit se réaliser, ne sont certes pas employés, mais ils ressortent en filigrane de la totalité de ce discours qui prend à contre-pied la stratégie et la tactique de la CGT sur la question de l’unité.

  • 1 A. Lecœur. Croix de guerre par une grève, Plon, 1971, p. 154.

11Curieuse personnalité que cet Auguste Lecœur qui sera démis de ses fonctions à la direction du PCF le 6 mars 1954 et exclu de ce Parti à la fin de l’année. Dommage qu’aucun historien, communiste ou non, n’ait encore analysé l’action de cet homme dont les discours contradictoires laissent rêveurs. Tant qu’il a été dirigeant communiste, il a multiplié les attaques virulentes contre le Parti socialiste et Force Ouvrière. Exclu du PCF, il rejoint les rangs du Parti socialiste. Et dans son ouvrage, Croix de guerre pour une grève, on lit : « On ne soulignera jamais assez les mérites des militants courageux et clairvoyants qui se sont groupés dans la tendance Force Ouvrière et qui, après la nouvelle mise au pas de la CGT par le Kominform, ont provoqué la salutaire scission de 19471. »

Le 29e Congrès de la CGT

12En cette fin décembre 1952, les graves divergences entre membres du Bureau politique du PCF ne sont connues que de quelques initiés. Le PCF est censé ne parler que d’une seule voix. Le discours de Nœux-les-Mines constitue-t-il un désaveu, de la part du PCF, de l’orientation de la CGT dirigée par Benoît Frachon ?

13Les graves événements qui se produisent en 1953 relèguent au second plan cette légitime interrogation. Le 10 octobre 1952, Alain Le Léap, co-secrétaire général de la CGT, a été arrêté et emprisonné à Fresnes. Le 24 mars 1953 au matin, le siège de la CGT est envahi par la police et perquisitionné. Lucien Molino, secrétaire confédéral, et André Tollet sont arrêtés. Benoît Frachon et son secrétaire, Marcel Dufriche, réussissent, eux, à échapper à la police et plongent dans l’illégalité. Au plan politique, on est en plein dans ce qu’on a appelé le « complot des pigeons » avec l’arrestation de Jacques Duclos, dirigeant du PCF, d’André Stil, rédacteur en chef de L’Humanité et de plusieurs dirigeants de l’Union de la jeunesse républicaine de France.

14Du 7 au 12 juin 1953, se tient à Paris, au Palais des Congrès, le 29e Congrès de la CGT. Les deux secrétaires généraux, étant absents pour cause de répression, c’est le secrétaire confédéral Gaston Monmousseau qui présente le rapport : en matière d’unité, il réaffirme la position du 28e Congrès. Aucun intervenant ne développe d’ailleurs les idées exprimées par Lecœur, le 4 décembre 1952. Naturellement, le rapport condamne les manœuvres scissionnistes des dirigeants FO et CFTC. Il exalte la politique unitaire menée par la CGT depuis la scission de 1948. Il note des changements encourageants dans la politique des autres centrales syndicales :

« […] Jusqu’à hier, seule des centrales syndicales, la CGT réclamait la réduction des budgets de guerre. Aujourd’hui, la CFTC la réclame timidement, mais elle la réclame en raison du courant de masse. Des organisations FO posent la même question, parce que les adhérents de ces organisations la posent. Hier, nous étions la seule centrale à réclamer la paix au Viêt-nam et à lutter pour cette paix. Le Léap est en prison depuis huit mois, Molino depuis deux mois et demi, en compagnie de leurs coïnculpés ; Frachon et Dufriche font l’objet de mandats d’arrêt pour cela. Cherchez aujourd’hui un seul dirigeant d’une autre organisation syndicale qui ose soutenir qu’il faille continuer à dépenser 600 milliards par an pour la guerre d’Indochine. Ils ne le font pas parce que leurs adhérents réclament avec les nôtres, avec l’ensemble des travailleurs, la paix au Viêt-nam.
Hier, nous étions les seuls, comme centrale syndicale, à dénoncer l’escroquerie de la productivité. Aujourd’hui, les dirigeants FO ont du la dénoncer et se retirer des organismes qui la prônaient parce que leurs adhérents la condamnent, qu’ils luttent dans les entreprises avec les nôtres et l’ensemble des travailleurs contre elle. Hier, nous étions la seule centrale syndicale à dénoncer la politique gouvernementale dans son ensemble, à dire en mettant nos actes en conformité avec nos paroles, qu’il fallait lutter pour l’augmentation des salaires et traitements, pour la défense des lois sociales, des libertés ouvrières et démocratiques. Ailleurs, ou bien on attendait les résultats de l’expérience Pinay, ou bien on sollicitait l’attention bienveillante du gouvernement. Aujourd’hui, les mêmes, sans rien casser bien sûr, avec prudence, dénoncent la politique réactionnaire du gouvernement et du patronat. Camarades, d’où viennent ces changements ? Du fait que l’unité d’action pour laquelle nous avons toujours lutté prend une ampleur nouvelle et aussi des qualités nouvelles » (applaudissements).

15Cette longue citation était, à mes yeux, nécessaire pour bien montrer l’opposition totale entre les thèses de Lecœur et l’opinion de la direction de la CGT ; cette opinion est partagée par l’immense majorité des militants. La direction de la CGT est attentive à ce qui se passe dans les autres centrales, à leur évolution. Elle y puise un encouragement à persévérer dans sa politique d’unité d’action, largement pratiquée dans un certain nombre d’entreprises ; cette politique se renforcera durant la grande grève d’août 1953 contre les « décrets Laniel », d’un caractère antisocial très prononcé, s’en prenant notamment à l’âge du départ à la retraite avec des arguments repris aujourd’hui par le gouvernement Raffarin.

  • 2 Dans son rapport au 30e Congrès de la CGT, Benoît Frachon donne un bilan détaillé de cette grève.

16Il est connu que les centrales FO et CFTC volèrent au secours du gouvernement Laniel, menacé de chute avec l’imminence de la convocation de la Chambre des députés, en trahissant la grève et, sans même consulter leurs syndicats, donnèrent l’ordre de reprise du travail2. Ils payèrent cher cette trahison avec une baisse assez sensible de leur nombre d’adhérents, mais cette trahison eut également pour conséquence une montée d’un courant sectaire dans certaines organisations de la CGT.

17Le journal des mineurs du Nord-Pas-de-Calais, La Tribune des mineurs jugeant l’unité impossible publie même un article, « L’unité dans la CGT » qui divise profondément le Bureau de la Fédération nationale du Sous-sol. Ce mot d’ordre est repris ça et là. Afin de lui « couper les ailes », le Bureau de la CGT organise, à la fin de l’automne de 1953, une réunion informelle avec les secrétariats des fédérations d’industrie, les secrétariats des unions départementales de la région parisienne et les membres de la Commission administrative de la CGT. Cette réunion qui dure deux jours est présidée par Gaston Monmousseau. Léon Mauvais présente le rapport et tire les conclusions de la discussion. La décision principale de cette réunion est d’appliquer la tactique de l’unité, telle que le 29e Congrès l’a décidé, en insistant sur le renforcement de l’union à la base afin de rendre impossible une trahison comme celle d’août.

18En dépit de celle-ci, on assiste rapidement à un nouveau développement de l’unité d’action, à la constitution de Comités d’unité d’action dans de nombreuses entreprises. C’est que la poursuite de la politique gouvernementale de blocage des salaires, alors que la hausse des prix se poursuit, pèse de plus en plus fortement sur le budget des travailleurs et pousse à l’union pour y faire face. Cette idée de l’union est telle que la Fédération Force Ouvrière des mineurs, une des plus virulentes contre la CGT, intitule en 1955 ses bulletins de vote pour l’élection des délégués mineurs : liste d’unité ouvrière et titre ses journaux électoraux : « Pour l’unité de la classe ouvrière, votez Force Ouvrière ».

Le 30e Congrès de la CGT (1955)

19Dans son rapport au 30e Congrès de la CGT, tenu au Palais des Congrès à Paris du 12 au 17 juin 1955, Benoît Frachon note ces progrès de l’unité :

« En dépit de l’opposition systématique des dirigeants des centrales FO et CFTC, les manifestations d’unité d’action sont devenues plus nombreuses, non seulement dans les entreprises, mais à l’échelle des unions départementales et des fédérations […] Dans 40 départements, des accords ont été conclus par diverses unions pour la suppression des abattements de zones de salaires. En général, les sections de la Fédération autonome de ­l’Éducation nationale participent à ces accords. »

20Benoît Frachon rappelle les décisions du Comité confédéral national de la CGT, tenu les 17 et 18 juin 1954, pour que l’effort le plus grand pour l’unité soit porté vers les adhérents et les organisations de FO.

21Lors des réunifications syndicales de 1936 et de 1943, la CFTC est restée en dehors de l’unité, pour des raisons idéologiques ; mais chaque fois l’ensemble des travailleurs a considéré que la réunification de la CGT représentait vraiment la réalisation de l’unité syndicale et la CFTC était réduite à une influence minime. Les « accords Matignon » (1936) ont été discutés avec la seule CGT réunifiée ; de même, de 1944 à 1946, la CGT traitait seule de toutes les questions ouvrières avec le gouvernement. L’effort particulier en direction des syndiqués de Force Ouvrière ne saurait être dissocié de celui pour la réalisation de l’unité d’action de l’ensemble des travailleurs. Aussi, dans le but d’aider à l’unité, le 30e Congrès décide de s’adresser aux confédérations FO et CFTC, à la FEN et à la CGC pour leur proposer un accord sur un certain nombre de revendications relatives au pouvoir d’achat.

22Début 1956, le 20e anniversaire de la réunification de la CGT est l’objet d’une grande manifestation à Toulouse, lieu où s’était tenu le Congrès de réunification de 1936.

23Le 31e Congrès de la CGT (Ivry, 16-21 juin 1957) met à nouveau l’accent sur l’unité d’action et la réunification syndicale. Du rapport présenté par Benoît Frachon, on peut citer ces extraits significatifs :

« […] Chaque occasion de réaliser l’unité d’action doit être saisie, quelle que soit l’organisation qui accepte d’agir avec nous pour le bien des travailleurs. Nous ne nous plaignons pas qu’au cours des derniers mois, c’est avec les syndicats CFTC que les occasions furent les plus nombreuses. Cela n’infirme en rien l’opinion émise par notre 30e Congrès et contenue dans le projet de programme sur la nécessité de porter l’effort le plus grand auprès des organisations FO. Il faut cependant veiller à ce que l’unité d’action positive, réalisée avec d’autres organisations, n’entraîne pas à négliger cet effort, voire à nourrir le sectarisme. »

24On retrouve dans ce rapport les grandes idées développées sur cette question au 30e Congrès d’autant plus que, comme l’indique Benoît Frachon après avoir évoqué les grandes luttes qui viennent de se dérouler : « Mais ce qu’il y a de nouveau dans ces grèves et manifestations, c’est que la volonté d’union des travailleurs se fait sentir jusqu’au sommet des organisations. » Et le 31e Congrès s’adresse aux syndiqués militants et dirigeants des organisations FO, CFTC, FEN et CGC ainsi qu’à tous les travailleurs appelant à développer et renforcer l’unité d’action et renouvelant son appel à toutes les autres organisations syndicales de travailler en commun à la construction d’une grande centrale syndicale unique de tous les travailleurs, sans aucune discrimination.

Le 32e Congrès (Ivry 14-19 juin 1959)

25Ce Congrès siège dans une situation politique nouvelle. Le général de Gaulle s’est emparé du pouvoir par un putsch en juin 1958 et tous les partis politiques, à l’exception du Parti communiste, ont fait soumission en formant aux élections législatives de 1959 une union anti-communiste sans faille. De suite, au nom du relèvement du pays, de Gaulle impose de lourds sacrifices aux travailleurs et ne lésine pas sur les moyens pour briser leur résistance. En juin 1959, à la veille de l’ouverture du Congrès de la CGT, il n’hésite pas à réquisitionner les cheminots pour les empêcher de faire grève. Il récidivera en 1963 avec les mineurs, mais cette fois, il se cassera les dents.

26La CGT a immédiatement dénoncé la réquisition et proposé une rencontre commune des confédérations CGT, CFTC et FO pour examiner les moyens d’y faire face, proposition qui reste sans suite. Mais la politique antisociale et d’atteinte aux libertés menée par de Gaulle ne peut que renforcer le désir d’unité, avec cependant le gros handicap que constitue le soutien du Parti socialiste et du MRP à de Gaulle. Moins de quatre ans après la réquisition des cheminots, une grève générale des mineurs, à l’appel des Fédérations CGT, FO et CFTC – ce qui ne s’est jamais vu auparavant – balaie la réquisition, impulse un grand mouvement revendicatif et de défense des libertés qui ouvrira la voie à mai 1968.

27Ces progrès de l’unité d’action, Benoît Frachon en fait largement état dans son rapport au 32e Congrès :

« À l’échelle des organisations, elle est pratiquée pour des objectifs divers dans 81 unions départementales. Le nombre d’unions FO qui y participent (38) est plus élevé que dans toutes les périodes précédentes ; 48 sections départementales de la FEN y participent également, en dépit du fait que la direction de cette fédération ait, elle aussi, refusé de répondre favorablement aux propositions de la CGT. Dans 18 fédérations d’industrie, des accords d’unité d’action existent : 11 fédérations FO et cinq organisations CGC y participent. Ces chiffres sont les plus élevés que nous ayons enregistrés depuis la scission de 1948. »

28Et Benoît Frachon s’étend à nouveau longuement sur la question de la réunification syndicale.

29En résumé, on peut dire qu’après une très courte période suivant la scission au cours de laquelle la CGT a mobilisé toutes ses forces pour en réduire au minimum les effets, la question de l’unité a été une question centrale pour elle. Unité d’action parce qu’elle est nécessaire et possible. Puis, à partir de 1954, réunification syndicale qui passe par la réunification de la CGT et de FO. Et tout cela, en dépit des positions violemment anti-unitaires des dirigeants de FO, de la CFTC, de la CGC, ainsi que de ceux de la FEN.

30Ces efforts ont porté leurs fruits, comme en témoignent les progrès de l’unité d’action dans les entreprises, voire à l’échelon de certains départements ou fédérations. Parallèlement, l’accent a toujours été mis sur la nécessité du renforcement de la CGT en tant qu’outil pour mener l’action immédiate et pour la réalisation de l’unité d’action et la réunification syndicale. Cette orientation et cette action de la CGT ont obtenu le soutien de la majorité des travailleurs, comme en témoignent les résultats des élections des délégués ou des comités d’entreprises. Dans les principales industries – mines, métallurgie, bâtiment, chimie, à la SNCF et à l’EDF-GDF – c’est à plus de 70 % que les ouvriers ont voté pour la CGT, faisant de celle-ci, de façon incontestable, la plus grande centrale syndicale de France.

Notes

1 A. Lecœur. Croix de guerre par une grève, Plon, 1971, p. 154.

2 Dans son rapport au 30e Congrès de la CGT, Benoît Frachon donne un bilan détaillé de cette grève.

Auteur

Institut CGT d’histoire sociale Mines-Énergie

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540