Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Troisième partie. Les militants et l’organisation

La direction de la Fédération CGT des cheminots dans les années 1950

Pierre Vincent

Texte intégral

1La réunification de la CGT chez les cheminots précède celle de la Confédération de trois mois : elle est acquise le 10 décembre 1935 sur une base paritaire avec un secrétariat collectif de huit membres. Le Congrès de juin 1938 confirme ce choix et détermine pour chaque composante un secrétaire général, P. Semard pour les ex-CGTU et J. Jarrigion pour les ex-confédérés.

2Comme partout, il y a éviction des militants communistes après la signature du Pacte germano-soviétique. La rupture est accentuée par la plainte de J. Jarrigion contre son homologue P. Semard, ce dernier ayant demandé au trésorier R. Tournemaine de mettre en lieu sûr les avoirs fédéraux en l’attente d’un nouveau congrès fédéral. On en connaît les conséquences : P. Semard est arrêté le 20 octobre 1939, le motif de détournement de fonds s’effondre à l’ouverture de son procès, il est condamné pour son engagement au sein du Parti communiste, remis aux nazis comme otage, et fusillé le 7 mars 1942 à Évreux. Dès lors, à l’entrée de la guerre, la direction de la Fédération des cheminots ne comprend plus que sa composante ex-confédérée. J. Jarrigion est poussé à la retraite et R. Liaud lui succède. Le nouveau Bureau exécutif fédéral est composé de membres pour la plupart déjà responsables dans les organismes issus du Congrès de 1938. La structure devient la Fédération légale sous l’occupation. Les ex-unitaires sont, pour la plupart d’entre eux, emprisonnés ou dans la clandestinité. Ainsi, L. Midol est interné pendant toute la durée de la guerre avec les députés communistes en Algérie. Très vite parmi la corporation cheminote, l’esprit de résistance rend difficile les engagements dans la collaboration active ou ouverte. Tout aussi vite, une nouvelle génération de militants prend la place des absents et permet à la CGT d’être aussi dans les structures légales. Ce qui n’est pas sans effet, y compris au niveau des principaux dirigeants de la Fédération légale. Ces derniers, à deux ou trois exceptions près, ne s’engagent pas dans les organismes de la collaboration. Ainsi, l’application de la Charte du travail à la SNCF en reste à un sujet de discussion avec la direction de l’entreprise, sans ébauche d’application. Des dirigeants issus de l’ex-CGTU comme Crapier ou Tournemaine s’évadent et reprennent leur place dans la lutte clandestine. De nombreux membres du Bureau exécutif de la Fédération légale vont occuper des responsabilités dans divers réseaux de Résistance, de plus ou moins grande importance.

De la Libération à la scission

3La Fédération se reconstitue en août 1944. La grève insurrectionnelle du 10 août 1944, à l’appel de la direction clandestine de la Fédération, est un acte majeur de la libération de Paris. Un appel à tous les cheminots suit ; dans le prolongement des Accords du Perreux, il reprend le paritarisme existant avant le conflit mondial. Dix responsables sont signataires pour chaque composante. Pour les ex-unitaires, il y a deux membres du secrétariat fédéral de 1938, Crapier et Tournemaine (ex-trésorier) et un membre suppléant du Conseil national, Laupretre ; les sept autres sont des nouveaux dirigeants apparus dans la lutte contre l’occupant. Les dix représentants de la tendance ex-confédérée sont tous membres du Bureau exécutif de la Fédération légale ; la plupart d’entre eux ont occupé des responsabilités à l’issue du Congrès de 1938. Figure également un représentant cadre.

4La Tribune des Cheminots qui reparaît en septembre 1944 indique la composition de la direction fédérale. À sa tête, deux secrétaires généraux, Tournemaine (ex-CGTU) et Ouradou (ex-confédéré). Chaque composante a trois représentants ; pour les ex-CGTU, un seul, R. Hernio qui a dirigé l’organisation illégale, représente la nouvelle génération de militants apparue pendant la guerre. Pour les ex-confédérés, on voit réapparaître J.-B. Chaverot qui a été un dirigeant important pendant la grève de 1920 et qui a disparu par la suite, ainsi que l’ancien trésorier de la composante élu au Congrès de 1938, Quertelet. La nouvelle génération de militants apparue pendant la guerre se retrouve au sein du bureau fédéral, notamment, parmi la représentation des régions.

5Le premier Congrès fédéral tenu après-guerre (août 1945) marque un retrait sur la parité. Ouradou n’est plus que secrétaire général adjoint. Le retour de L. Midol et de M. Dupuy au sein de la composante ex-CGTU accentue la présence des dirigeants d’avant-guerre au sein du secrétariat. Accède également à cette instance un représentant des cadres qui a été membre du Bureau exécutif de la Fédération légale. Le climat n’est déjà plus le même, comme en témoigne le refus du syndicat de Villeneuve-Saint-Georges de poser la candidature de Chaverot au secrétariat fédéral malgré l’intervention du secrétaire général Tournemaine. Le congrès passe outre mais l’intéressé, en ayant fait une question de principe, restera en retrait.

61947 est l’année cruciale. La grève de juin montre l’existence de divergences entre les deux composantes. Le Congrès fédéral tenu en juillet, confirme l’affrontement notamment sur la question de la parité. À l’issue du Congrès, Ouradou n’est plus que simple membre du secrétariat avec un seul autre représentant des ex-confédérés, Clerc, contre sept à l’autre composante, plus le représentant des cadres. Au Bureau fédéral, c’est encore plus net, avec un seul ex-confédéré sur quatorze ; la représentante des personnels de bureaux ayant renoncé tout de suite après le Congrès. Le 11 août 1947 est annoncée la création d’un Comité d’action syndicaliste (CAS) des chemins de fer ; un bureau provisoire est mis en place le 10 août 1947. La structure deviendra Fédération syndicaliste des cheminots le 7 décembre 1947 alors que la corporation est toujours en grève. De son côté, FO qui se met en place demande à ses groupes corporatifs de s’inscrire dans cette démarche de scission ; les cheminots constituent leur fédération le 28 décembre 1947. Sous l’égide de FO et l’impulsion de son président Léon Jouhaux, les deux structures se réunissent le 27 janvier 1948. La création de FO ne provoque pas le même effet que la scission de 1939 : des militants connus de la composante ex-confédérée ne la suivent pas, comme A. Drouard sur le Nord, M. Parant sur l’Est ou V. Jorisse pour les Réseaux secondaires. Plus conséquent est le départ de la plupart des dirigeants nationaux cadres qui s’engagent dans la création d’une structure autonome (FAC), et ce dans le contexte des grèves de décembre 1947 qui ont conduit à quelques affrontements. Enfin, la réapparition d’une structure autonome pour les agents de conduite (FGAAC) aura aussi un certain effet sans pour autant enlever à la CGT sa présence majoritaire parmi ses personnels.

Les années 1950

7Le 29 octobre 1948, un décret prive les deux administrateurs CGT, Tournemaine et Crapier, de leur siège au conseil d’administration, en représailles pour avoir appelé, en solidarité avec les mineurs en grève, au maintien des trains d’importation de charbon à la frontière. Ces deux sièges resteront vacants jusqu’au 4 avril 1974. Les élections confirment alors la représentativité de la CGT : elle obtient, en juin 1948, 58,2 % aux élections pour la Caisse de prévoyance, toutes catégories confondues ; la CFTC (17,6 %) devance FO (17 %) et l’organisation autonome cadres (FAC, 7,1 %). Le résultat de cette élection ne répond sans doute pas à l’attente puisque ce type d’élection n’aura plus jamais lieu dans l’entreprise. En 1949, aux élections du personnel, la CGT remporte 67,5 % des suffrages exprimés, puis en 1951, 67,4 % (personnel de conduite compris). FO décroche : 15,5 % en 1949, 12 % en 1951 et cet effritement se poursuivra inexorablement pour cette organisation.

8Le point noir pour la CGT reste les agents de maîtrise (11,1 % en 1949, 13 % en 1951) mais la tendance sera constamment à la hausse. Elle obtiendra plus d’un tiers des voix au début des années 1970 et devancera l’organisation spécifique FAC devenue Fédération maîtrise et cadres (FMC). Et plus encore les cadres : 2,6 % en 1949, 2,4 % en 1951 ; là aussi la tendance s’inscrit à la hausse puisque, à titre d’exemple, la barre des 20 % sera atteinte en 2003. Il n’est donc pas surprenant que le Congrès, tenu en juin 1949, évoque la question de la CGT parmi l’encadrement. Le rapporteur sur les questions d’organisation fait ce constat : « Comment ne pas s’étonner qu’un mouvement syndical comme celui des cheminots soit celui, qui, dans l’ensemble, a le moins d’influence parmi les cadres. » Les affrontements des grèves de 1947 restent vivaces, l’hémorragie de dirigeants provoquée par la scission n’est pas encore surmontée et une réponse adaptée aux attentes de ces catégories de personnel reste à trouver. Ce Congrès de 1949 pose le problème.

9Autre événement lors de ce Congrès, l’amorce d’un rajeunissement au sein de la direction fédérale. Lors de ce Congrès, le secrétariat fédéral a une moyenne d’âge qui dépasse 54 ans, ce qui, dans une entreprise où le départ en retraite se situe à 50 ou 55 ans, n’est pas forcément la meilleure des choses pour bien intégrer les nouvelles générations. Seul, R. Hernio, (40 ans), n’était pas un dirigeant en place en 1938. Les deux responsables les plus âgés, L. Midol (66 ans) et M. Dupuy (62 ans) quittent les organismes fédéraux. Ce sont aussi deux membres du Comité central du PCF. Pour les remplacer, le choix marque un net rajeunissement avec R. Chauve (28 ans, mais la maladie l’emportera le 14 octobre 1962) et surtout Georges Séguy (22 ans) venu de Toulouse dont le père, André, est membre du Bureau fédéral en tant que secrétaire de la section technique agents de train.

10L’entrée dans les années 1950 se fait donc avec une direction fédérale qui se renouvelle. Avec les limites de l’époque, la position du secrétaire, R. Tournemaine, est prédominante ; ancien compagnon de P. Semard, sa légitimité en est renforcée. Il siège au Comité central du PCF et y restera jusqu’en 1959. R. Hernio sera de son côté membre suppléant du Comité central jusqu’en 1950. Une curiosité cependant : Tournemaine n’est pas membre de la Commission administrative de la CGT, c’est Crapier qui représente la Fédération jusqu’en 1951, date à laquelle il est remplacé par R. Hernio. L’autre représentant est Drouard qui n’est pas communiste et qui, au sein de la Fédération, a en charge les questions internationales ; il est également président de la Branche transport au sein de la FSM. Lors de ce Congrès, certaines critiques sont adressées à la direction fédérale. Dans sa réponse aux questions, R. Tournemaine est particulièrement violent et attaque nommément ceux qui réclament plus d’informations en provenance de la Fédération, en faisant part de ses propres lectures jugées suffisantes. Ce n’est pas un signe de disgrâce puisqu’un jeune militant de Nîmes se fait reprendre pour avoir considéré qu’il n’y a pas d’action valable s’il n’y a pas arrêt des trains : il s’agit de C. Massabiaux qui deviendra secrétaire général de la Fédération.

11C’est le temps où la guerre froide rigidifie les positions, c’est le temps des deux camps : qui n’est pas dans son camp est contre son camp ; si tu n’es pas avec moi, tu es contre moi. Il faut choisir. Avec en fond, des bruits de guerre, des mobilisations contre les bruits de bottes pour la paix et le désarmement. Ces questions sont au cœur de l’action de la CGT, elles déterminent des choix d’action, elles rapprochent du politique et ne sont pas toujours placées au même niveau par les autres organisations syndicales. Le niveau de mobilisation s’en ressent.

12C’est un terrain propice pour porter des coups à la CGT et à ceux qui agissent. Tout l’appareil répressif est utilisé : blocage de carrière, déplacement du lieu de travail, réquisition, révocation, voire emprisonnement. Il est bien loin le temps de la reconstruction du réseau et des convergences avec la direction de l’entreprise. Le 10 novembre 1950, le ministère des Travaux publics et des Transports demande à la direction de la SNCF de rompre toute relation avec la CGT accusant cette dernière « de propagation de fausses allégations constituant un véritable attentat contre la progression même des cheminots ». La raison en est la distribution d’un tract intitulé « Voyageurs ! Attention, votre sécurité est en danger », suite à la suppression des aides-conducteurs électriciens sur les locomotives des trains voyageurs, transférant leur travail au chef de train.

13La SNCF ne tarde guère à satisfaire de telles exigences. Le 14 novembre 1950, le directeur général, L. Armand, annonce « la cessation de toutes relations avec les responsables de la CGT, à tous les échelons ». Les représentants CGT à titre consultatif ne sont plus admis dans les Comités mixtes et les Conseils sociaux ; enfin à partir du 23 novembre 1950, aucun agent appartenant à la CGT n’est maintenu dans la position de service libre, c’est-à-dire détaché et salarié par la SNCF comme le prévoit le protocole syndical. Sur les 35 agents actifs détachés dans les instances fédérales, 22 reprendront leur travail, les 13 autres seront payés sur les cotisations. Il faudra la grève de 1968 pour rétablir l’équité avec les autres organisations syndicales et annuler ces mesures.

14La fin d’année 1950 voit une ultime scission au sein de la CGT qui touche les retraités, avec la mise en place d’une structure autonome. La Fédération riposte en créant sa propre structure. Le seul intérêt c’est que cela permet de faire évoluer la direction fédérale. Le Congrès fédéral de décembre 1951 acte un secrétaire général adjoint retraité et un secrétaire général adjoint actif, J. Crapier d’un côté et R. Hernio de l’autre.

15La SNCF ne réussira pas à faire taire la CGT. 1951 est marqué par un regain de l’activité revendicative. Les cheminots sont très présents dans la grève de mars pour la mise en place d’un salaire minimum interprofessionnel garanti, y compris dans l’unité. Le Congrès, tenu en décembre, évoque des exigences nouvelles en la matière comme la création d’un syndicat unique à Pantin et la mise en place d’un Comité d’action comme à La Rochelle. Plusieurs militants d’origine CFTC interviennent d’ailleurs à ce Congrès. C’est également avec cette organisation que le lien, même s’il est parfois ténu, n’a jamais été rompu. Ses dirigeants, pour la plupart d’entre eux, ont eu une conduite marquée dans la Résistance. La venue aux commandes de l’organisation de P. Butet dont l’intégrité est reconnue par tous, est un plus indéniable. Déporté à Buchenwald et à Dora, il a, avec G. Séguy, lui-même déporté à Mauthausen, connu des épreuves personnelles qui permettent de dépasser les contingences du moment. Dans la situation de la CGT qui ne peut plus avoir de rencontre officielle avec la direction SNCF, c’est bien utile qu’une organisation autre puisse lui faire part de l’essentiel des rencontres qu’elle a, sur demande SNCF. Le contact est plus délicat avec FO ou la FAC (autonomes cadres) dont les principaux dirigeants étaient, il n’y a pas si longtemps, des responsables CGT.

Le coup de tonnerre de 1953

  • 1 Lors d’un colloque organisé par l’Association pour l’histoire des chemins de fer en France (AHICF) (...)

16La grève d’août élève d’un coup le niveau d’action. A son issue beaucoup a changé, même si la fin du conflit a été difficile au plan unitaire. Je ne me propose pas de m’attarder sur cette grève : André Argalon l’a fait1 ; d’autres orateurs le feront à ce Colloque pour leur profession d’origine. Le Congrès fédéral tenu en décembre 1953 arrive au bon moment pour une analyse intéressante des deux dernières années, car avant la grève d’août 1953 il y a eu ce qui s’est passé fin mai, début juin 1952. Le 28 mai 1952, c’est la manifestation contre la venue en France du général Ridgway et tout ce qui va en découler. Le mot d’ordre est politique mais la CGT est concernée. On sait ce qu’il en est. De nombreuses arrestations et emprisonnements, dont 9 cheminots, ont lieu. Une perquisition est faite au siège de la CGT et un grotesque « complot des pigeons » vise J. Duclos. Le lendemain, 29 mai, le Conseil national se réunit et décide d’abréger ses travaux pour que ses membres aillent sur le terrain mobiliser les cheminots dans la perspective d’une action le 4 juin sur les revendications sociales. Ce mouvement coïncide avec un mouvement pour la libération de J. Duclos. Le résultat est pour le moins mitigé, sauf en région Méditerranée. L’offensive se poursuit contre les dirigeants de la CGT, avec le 15 octobre, l’arrestation d’Alain Le Leap, le 21 mars 1953, celle de Lucien Molino, suivies d’un mandat d’amener contre Benoît Frachon et Marcel Dufriche.

17De façon assez peu habituelle, Tournemaine, au cours du Congrès, se livre à une sévère autocritique de la stratégie de la Fédération, sans omettre ses propres responsabilités. Ce n’est guère fréquent ; il est vrai que l’orateur pourra, par la suite, changer de ton à propos de la grève d’août 1953. Ce Congrès est également celui d’une avancée majeure dans la détermination d’une politique de défense du personnel d’encadrement : sous l’impulsion de R. Combrisson, il est décidé de créer un Syndicat national des cadres, jalon d’importance dans la reconnaissance d’une spécificité de ces personnels. Là encore, août 1953 apporte sa pierre : des cadres ont participé à l’action, l’hostilité a été moindre même s’il y a eu encore quelques révocations. Il y a rétablissement du dialogue et affaiblissement du sectarisme.

18Autre point d’impact du Congrès de 1953, R. Hernio devient secrétaire général, le poste de président est créé pour Tournemaine qui a 60 ans. Ce dernier occupera des responsabilités fédérales jusqu’au Congrès de 1968, tout en étant devenu secrétaire général des retraités en 1961. Le poste de secrétaire général adjoint pour les actifs est supprimé. R. Hernio, c’est une autre génération, celle de la guerre : il s’est alors forgé une dimension militante, rigoureux pour lui et pour les autres. Il est attentif à la montée des jeunes, tout en restant plus à l’aise dans le critique que dans l’expression d’une satisfaction. Écoutons le présenter la candidature de G. Séguy lors de ce Congrès : « Il a tout l’avenir devant lui et compte tenu de ses compétences et de son intelligence, nous pouvons avoir de grands espoirs en lui. » G. Séguy deviendra secrétaire général adjoint lors du Congrès suivant en janvier 1956 et secrétaire général au Congrès de mars 1961 ; R. Hernio deviendra alors président pour six mois, en l’attente de son accession au secrétariat de la FSM. Dernier aspect à relever lors de ce Congrès de 1953 : décision est prise d’envoyer à domicile, La Tribune des Cheminots, l’organe de la Fédération, avec en toile de fond des modifications structurelles qui donnent plus de poids aux secteurs. Par tous ces aspects, 1953 change la donne dans le paysage syndical et, en quelque sorte, redonne l’initiative aux organisations syndicales.

19Malgré les dissensions survenues à la fin du conflit d’août 1953, les relations entre les organisations syndicales gagneront en suivi et les actions unitaires seront plus nombreuses. Pour les années qui suivront, les deux sources essentielles de conflit qui domineront seront la lutte pour la paix en Algérie et pour l’indépendance de ce pays et la lutte contre la prise du pouvoir du général de Gaulle, derrière les colonels. Elles touchent à la sphère du politique mais le positionnement des uns et des autres n’est pas celui qui prévalait auparavant dans la logique de la guerre froide et de ses deux camps. Il y a des lignes de partage à l’intérieur des organisations syndicales. La CFTC aura quelques îlots « Algérie française » mais elle est très sensible à l’évolution des peuples, à la gravité de la torture. Pour FO, existera un conséquent courant autour du thème de l’Algérie française mais il faudra en déterminer les limites, au point d’exclure un de ses dirigeants historiques A. Lafond. Ainsi, nous ne sommes plus dans le simplisme, avec d’un côté le clan dit « communiste » PCF et CGT et les autres. Cette appréciation, a priori et souvent sans appel, pesait sur le développement des luttes et même les aurait taries si la CGT avait été privée de ses moyens d’agir. Le prix encouru par les cheminots aura été souvent lourd. Les révocations de 1947 à 1953 ont été nombreuses ; en 1982 resteront plus de 100 cas lorsque le ministre communiste Fiterman effacera ce dossier. Après 1953, la répression sera moindre, les révocations pour faits liés à l’expression sociale disparaîtront pratiquement totalement dans la seconde partie des années 1950.

20Quelques remarques en guise de conclusion. Au début des années 1950, la direction de la Fédération des cheminots est pratiquement en continuité avec celle en place en 1938. Avec un militant de taille en moins, Pierre Semard, dont la capacité prospective aurait été un atout indéniable. Cela est un manque. La CGT résistant aux tentatives de mise en silence qui veulent lui rendre difficile la mise en œuvre de l’action revendicative, sait faire face. En témoigne sa représentativité, y compris pour les agents de conduite : 67,5 % aux élections dans le collège Exécution en 1949, 67,4 % en 1951, 65,4 % en 1957, 67,90 % en 1963.

21Dans ce contexte imposé de guerre froide, certaines actions n’ont pas toujours été suivies au niveau souhaitable et d’autres actions dépassant les questions corporatives ont été insuffisamment comprises ; on peut aussi s’interroger sur la place occupée par le PC dans certaines décisions. Reste qu’une CGT silencieuse, peu active, aurait été plus catastrophique pour les cheminots et pour l’ensemble du monde social, compte tenu du rôle que joue la corporation.

22Après 1953, la donne est modifiée, le syndicalisme en sort renforcé et les perspectives unitaires aussi. Les accords qui vont suivre en témoigneront pour la défense des revendications des cheminots, comme pour un certain nombre de luttes suscitées par la guerre d’Algérie et la mise en place du pouvoir personnel du général de Gaulle. Les évolutions au sein de la direction fédérale s’inscriront dans ces modifications, avec l’apport marquant de G. Séguy et de ceux qui dirigeront la Fédération au plus haut niveau jusqu’au milieu des années 1970. Je songe à C. Massabiaux, élu au bureau fédéral en 1953 en tant que secrétaire de l’Union Méditerranée, secrétaire général adjoint en 1961 et secrétaire général lors du départ de G. Séguy à la Confédération en 1965 et à A. Argalon devenu secrétaire trésorier au Congrès de 1958 et secrétaire général adjoint en 1965. Pour m’en tenir à ces deux-là.

Notes

1 Lors d’un colloque organisé par l’Association pour l’histoire des chemins de fer en France (AHICF), tenu le 4 juin 1988, au centre Malher.

Auteur

Institut d’histoire sociale de la Fédération CGT des Cheminots

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540