Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Troisième partie. Les militants et l’organisation

La CGT et l’enseignement technique long dans les années 1950

Julien Veyret

Texte intégral

  • 1 Patrice Pelpel, Vincent Troger, Histoire de l’enseignement technique, Paris, Hachette éducation, 1 (...)
  • 2 Chargé par la CGT de reconstituer le SNET durant l’occupation, R. Girard se retire du Bureau natio (...)
  • 3 Discours de R. Girard au Congrès de la CGT en 1946, cité par M. David, L’individuel et le collecti (...)

1Durant la décennie 1950, la croissance sans précédent de l’enseignement technique est suivie de près par la CGT. Dans un contexte de forte industrialisation, les besoins en main d’œuvre sont en augmentation constante. Pour les gouvernements de la Libération, l’effort de reconstruction et de rééquipement constitue la « priorité absolue1 ». La CGT, qui, jusqu’à la fin des années 1920 a dénoncé l’enseignement technique comme lieu de constitution d’une aristocratie ouvrière vouée aux tâches d’encadrement et acquise au patronat, modifie radicalement sa position à la Libération. En 1946, l’enseignement technique est considéré par René Girard2 comme « l’enseignement prolétarien par excellence, enseignement du peuple travailleur, enseignement de classe […]3».

2Dès le 18 septembre 1944, la tutelle des centres de formation professionnelle de l’ancien secrétariat à la Jeunesse est transmise par décret à la direction de l’enseignement technique, et ces établissements deviennent des centres d’apprentissage Dans le même temps, Hippolyte Luc, directeur de l’enseignement technique, est limogé et remplacé par Paul Le Rolland, militant communiste actif. Même si la présence des militants cégétistes dans les différents ministères et administrations diminue dès la fin des années 1940, la centrale syndicale a mené une véritable réflexion sur l’enseignement technique.

  • 4 Compte rendu du 28e Congrès de la CGT, 1951.

3Parallèlement à cet investissement de la CGT, les structures syndicales amènent à un constat simpliste mais central : l’enseignement technique a pour charge de former les travailleurs, la CGT a pour but de défendre leurs intérêts. C’est là toute la spécificité des rapports qu’entretient la CGT avec un enseignement technique qui forme, en grande partie, des élèves issus des classes modestes de la société. Lors du Congrès confédéral de 1951, Benoît Frachon évoque l’état de l’enseignement technique en appuyant sur le « délabrement, pour ne pas dire cette décadence, de l’enseignement technique, (qui) frappe essentiellement les masses populaires, les couches pauvres de la population, en premier lieu la classe ouvrière4 ». Dès lors, on peut légitimement s’intéresser à l’attention que porte la centrale syndicale à l’évolution de cet enseignement, les critiques qu’elle formule à son encontre et les propositions qui les accompagnent.

  • 5 Henriette Pierrot-Lacrosse, Le syndicat CGT dans les centres d’apprentissages (1944-1959), Maîtris (...)

4Il ne s’agit pas dans cette synthèse de réécrire ici l’histoire de la CGT dans ses relations avec l’enseignement technique court. Cet axe de recherche a déjà fait l’objet d’une étude qui, si elle mériterait sans doute d’être complétée et vue sous un autre angle, a l’avantage de jeter les bases d’une réflexion sur l’implication de la CGT dans les centres d’apprentissage5. De plus, le tri en cours des archives du Syndicat national de l’Enseignement technique professionnel (SNETP) et de l’Union nationale des Syndicats de l’Éducation Nationale (Unsen), dont les fonds ont été déposés par l’Institut d’histoire sociale de la CGT aux Archives départementales de Seine-Saint-Denis, devrait permettre, dans les prochains mois, d’éclaircir bien des zones d’ombre sur les rapports qu’a entretenus la CGT avec l’enseignement technique court sur la période d’après-guerre jusqu’aux années 1980.

5Nous nous intéresserons donc dans cette synthèse seulement à l’enseignement technique long. Bien sûr, cet enseignement ne forme pas les ouvriers qualifiés, issus des collèges d’enseignement technique, nouvelle appellation des centres d’apprentissage en 1959. Tout autre est l’objectif de l’enseignement technique long dont les établissements sont, après la guerre, consacrés comme des écoles de niveau secondaire accueillant de futurs techniciens, s’éloignant ainsi de l’apprentissage ouvrier proprement dit. Les élèves qui passent par les collèges et lycées techniques (ces derniers sont dénommés écoles nationales professionnelles jusqu’en 1959), les écoles nationales des Arts et Métiers ou encore les écoles parisiennes spécialisées (écoles Boule, Diderot, Estienne), sont destinés à des postes d’encadrement ou d’ingénierie. Il n’en reste pas moins qu’ils sont, eux aussi, souvent issus des classes peu aisées voire moyennes et l’enseignement technique long représente, pour ces élèves, un bon instrument de promotion sociale que ne peut ignorer la CGT. L’échantillon partiel d’une enquête en cours sur les anciens élèves de l’École nationale supérieure de l’enseignement technique (ENSET) semble d’ailleurs montrer que les enseignants officiant dans l’enseignement technique long, eux-mêmes d’origines familiales relativement modestes, sont parvenus à faire partie d’une certaine élite. 32 % étaient instituteurs ou institutrices, 25 % ouvriers ou ouvrières, 12,5 % commerçants ou commerçantes, 12,5 % artisans, 6,25 % agents administratifs, 6,25 % agents des postes et 6,25 % sous-officiers ou officiers militaire.

6Ces deux axes de recherches, totalement imbriqués, retiendront ici notre attention : la volonté de la CGT de se pencher sur la question du développement de l’enseignement technique long et, parallèlement, l’implication des enseignants, aussi bien de culture générale que technique, dans la CGT.

  • 6 Entre 1947 et 1961, un seul article concerne spécifiquement l’enseignement technique long contre p (...)

7À la lecture des comptes rendus in extenso des débats des différents Congrès de la CGT entre 1949 et 1961, un constat surprenant s’impose : la CGT est extrêmement discrète sur l’enseignement technique long. Si de larges paragraphes des résolutions sont consacrés aux apprentis et aux élèves des « centres », seules quelques phrases concernent le technique long qui n’est que très rarement évoqué en tant que tel. On pointe du doigt les faiblesses des crédits accordés à l’enseignement technique et leurs équipements devenus obsolètes, revendications communes aux techniques long et court. Seul l’enseignement technique court a droit à des revendications qui lui sont propres : bourses d’entretien spécifiques, extension de la prime de transport, réflexion sur le certificat d’aptitude professionnelle, opposition à la volonté du patronat de contrôler l’enseignement technique court. Bien sûr, les résolutions sur la réforme de l’enseignement, la laïcité ou encore la taxe d’apprentissage concernent aussi le technique long, mais jamais de manière spécifique. Il en est de même à la lecture du Peuple6. Pourquoi ce silence ? Les causes de ce mutisme remontent très certainement aux années 1947-1948, où le référendum sur l’autonomie syndicale a pris une tournure originale au sein d’un syndicat de la Fédération de l’éducation nationale (FEN) : le grand Syndicat national de l’enseignement technique (centres, écoles, services), fruit de la juxtaposition du SNET, (écoles et services) et du SNETP.

  • 7 Ph. Rabier reste secrétaire général jusqu’en 1951 avec, à partir de 1949, G. Lauré comme secrétair (...)

8En 1948, alors que tous les autres syndicats de la FEN organisent un référendum sur l’orientation syndicale, le SNETP, sous l’impulsion d’Artus et de la direction syndicale, décide de ne pas organiser de consultation et reste à la CGT. En réaction, la FEN crée le Syndicat national de l’apprentissage autonome (SNAA) en 1950 qui deviendra SNETAA (Syndicat national de l’enseignement technique-apprentissage autonome). De son côté, le SNET organise un référendum qui reste indécis jusqu’au bout : les partisans de l’autonomie, emmenés par Georges Lauré, l’emportent sur les « cégétistes » par 2321 voix contre 2147, soit 46,9 % contre 43,4 %, les partisans de FO ne recueillant que 480 voix. Dans aucun autre syndicat fédéral, les partisans du maintien de l’adhésion à la CGT n’ont obtenu un tel pourcentage de voix. Cette proportion est certainement due à la présence de militants tels que Philippe Rabier, secrétaire général emblématique du syndicat de retour de l’Oflag IV D, Joseph Cartailler, qui a remis en route le syndicat durant l’occupation avec René Girard ou encore Étienne Camy-Peyret, jeune militant et partisan acharné du maintien de l’adhésion à la CGT. Il n’en reste pas moins que le SNET bascule dans l’autonomie et si les syndicalistes précités gardent jusqu’en 1956 des responsabilités au sein du secrétariat7, ils en sont peu à peu écartés.

  • 8 Fonds SNETP, Arch. dép. de Seine-Saint-Denis, tri en cours.

9En conséquence, les relations avec le SNETP posent problème. Le grand SNET d’avant 1948 n’existe logiquement plus. Des militants des deux organisations syndicales gardent certains contacts, à l’image de Camy-Peyret et P. Vierge (secrétaire adjoint du SNETP) à la fin des années 19508. Leurs correspondances restent cependant strictement privées et, si l’on évoque des problèmes syndicaux, le papier utilisé n’est jamais à l’en-tête du syndicat. La création de la FEN-CGT permet des contacts entre les militants restés à la CGT et ceux passés à l’autonomie mais la faiblesse de cette organisation et les consignes du PCF de 1954, bien que ne s’adressant qu’aux instituteurs, ne font que l’affaiblir un peu plus encore. De plus, les dirigeants syndicaux n’ont que très peu l’occasion, au cours de la décennie, de s’allier lors des grandes manifestations syndicales.

10Une seule, spécifique à l’enseignement technique, les réunit : celle du 22 juin 1960. En effet, une circulaire du ministre de l’Éducation nationale, datée du 23 mars 1960 et adressée aux recteurs, prône pour les écoles d’enseignement technique et les centres, « un taux de remplissage le plus élevé possible » afin de s’adapter à la montée des effectifs scolaires. Le SNET et les syndicats des centres (SNETAA ainsi que SGEN, SNCPA, Syndicat FO des centres d’apprentissages) lancent alors une grande journée de protestation le 22 juin pour lutter contre cette politique de fuite en avant sans nouveaux moyens. Mais, dans l’enseignement technique, du côté de la CGT comme de la FEN, aucun rapprochement n’est à constater avant 1965. Lors des congrès confédéraux, c’est Artus qui prend la parole au nom de la FEN-CGT en 1953 et 1955 puis Charles Ravaux, tous deux ayant été secrétaires généraux du SNETP. L’ambiguïté réside ici dans la représentation systématique de la FEN-CGT par des dirigeants du SNETP. Ainsi, si leurs interventions évoquent l’Université dans son ensemble, ils sont naturellement enclins à détailler les revendications propres au SNETP et donc à l’enseignement technique court. Le maintien du SNETP au sein du giron confédéral, marginalisant paradoxalement les autres syndicats passés à l’autonomie, provoque un réel blocage en matière de réflexion sur le technique long et plus généralement sur l’enseignement français dans son ensemble.

  • 9 Compte rendu du 31eCongrès de la CGT, 1957. Allocution de Charles Ravaux lors de la séance du 17 j (...)

11Le technique long va être, au niveau confédéral, encore un peu plus isolé avec l’homogénéité du secrétariat national du SNET en 1956. La tendance « cégétiste », devenue « Unité et Action » (UA) en 1951 puis « Unité pour une action syndicale efficace » (UASE) en 1955, n’a désormais plus sa place dans l’exécutif du syndicat. Lors du Congrès fédéral de 1957, Ravaux déclare que, pour le SNET, « la tâche essentielle de la majorité, durant ces dernières années, a été, dans la pratique, d’éliminer les représentants d’une minorité cégétiste qui était, à la scission, de 48 %9 ». Sous l’impulsion de FO, relayée discrètement puis ouvertement par la tendance autonome, on assiste à un dénigrement systématique de la CGT et de ses sympathisants, tous les signataires des déclarations UASE étant assimilés à des « cégéto-communistes ». L’Appel des 150 pour la paix, l’affaire des époux Rosenberg, la politique extérieure de l’URSS, tout est prétexte à confrontation entre « cégétistes » et autonomes. Dans une lutte électorale tactique en vue des élections annuelles à la commission administrative du SNET, la tendance UASE se fait, tout au long des années 1950, de plus en plus discrète sur les liens entre la CGT et ses militants. Leurs points de vue sur l’enseignement technique s’en trouvent, au gré des périodes de tensions ou de cordiale collaboration, plus ou moins marginalisés.

  • 10 René Duquesne, dans Travailleur de l’enseignement technique, n° 78, juin 1953.

12De plus, le taux de syndicalisation exceptionnel des membres du technique long au sein du SNET interdit à la CGT de former un syndicat concurrent. Bien que la tendance UASE soit minoritaire au sein du SNET, il semble que son importance explique en partie la discrétion de la CGT sur l’enseignement technique long. En effet, le courant « cégétiste » reste fort au SNET, recueillant régulièrement autour de 35 % des suffrages exprimés lors des référendums-orientation annuels. Chaque année, UASE élabore un programme revendicatif complet où sont évoqués, entre autres, les thèmes des effectifs scolaires, des rémunérations, des qualifications, de la laïcité, des crédits budgétaires, des projets de réforme de l’enseignement ou encore celui des examens. L’importance de la CGT est intégrée dans leurs analyses. Ils insistent par exemple sur la nécessité de militer au sein des unions locales et départementales afin que le brevet d’enseignement industriel nouveau régime (4 ans) figure, au même titre que le certificat d’aptitude professionnelle, dans les conventions collectives, condition indispensable si les élèves sortants veulent pouvoir revendiquer une majoration de salaires10.

13Au sein du SNET existe donc un mouvement proche de la CGT qui réfléchit et synthétise les problématiques concernant le technique long aussi bien au niveau corporatif que pédagogique. Elles sont élaborées par les militants les mieux à même de le faire et il semble que la CGT leur ait laissé le bénéfice de cette réflexion. Alors que durant l’entre-deux-guerres et les années suivant la Libération, la Confédération évoquait régulièrement et de manière spécifique l’enseignement technique long, le passage à l’autonomie du SNET lié au maintien du SNETP dans la CGT, a considérablement changé la donne.

  • 11 Entretien avec Louis Astre le 2 septembre 2003.

14L’accord implicite existant entre la FEN, la CGT et FO a également accentué cet état de fait. Tout du moins jusqu’en 1954, règne un « non-dit11 » entre ces trois organisations sous-entendant qu’aucun syndicat adhérant à la FEN-Autonome ne peut être concurrencé par la création d’un syndicat à l’intérieur des deux confédérations. La possibilité d’être affilié à la FEN et à l’une des deux centrales garantit cette non-concurrence.

15La Confédération laisse ainsi aux bons soins des militants UASE, tout d’abord au sein de la FEN-CGT puis à l’intérieur du SNET, l’exclusivité des revendications sur l’enseignement technique long. Mais ces dirigeants syndicaux ne peuvent, pour des raisons évidentes d’orientation syndicale, intervenir lors des congrès confédéraux. Ainsi, alors qu’il existe chez des syndicalistes sympathisants de la CGT une réelle réflexion sur leur enseignement, elle n’est pas retranscrite au sein de la confédération.

16Cette synthèse n’a pour ambition que de soulever certaines questions jusque-là négligées. Les explications données ne sont que partielles et d’autres interactions entrent certainement en jeu pour expliquer le silence de la CGT sur l’enseignement technique long dans une période où la forte industrialisation nationale fait exploser les effectifs scolaires du technique, parent pauvre de l’enseignement français, objet souvent controversé des différents projets de réforme de l’enseignement dans les années 1950.

17La puissance de la tendance UASE au sein du SNET, le partage syndical implicite entre la FEN, la CGT et FO ou encore la part toujours plus importante prise par les dirigeants du SNETP au sein de la CGT en matière d’enseignement expliquent en partie l’absence de débats sur l’enseignement technique long au sein de cette dernière. Il semble de plus naturel que les débouchés de cet enseignement, amené à former des cadres et des techniciens, soient plus éloignés des préoccupations de la centrale qui se soucie plus des apprentis et ouvriers qualifiés, terreau des adhésions syndicales.

  • 12 Cf. Le Travailleur de l’enseignement technique (écoles, services) pour le SNET, Le Travailleur de (...)

18Malgré ces différentes justifications, le silence de la CGT reste surprenant. Comment une centrale ouvrière, fer de lance du mouvement syndical français, dont les réflexions sur les enjeux sociaux, économiques mais aussi politiques recouvrent un vaste champ thématique, a pu se permettre de laisser de côté un thème central auquel tous les gouvernements ont prêté une attention particulière ? Cette attitude était logiquement volontaire mais, en l’absence d’explications claires au sein de la presse, aussi bien confédérale que syndicale12, nous sommes amenés à formuler certaines hypothèses. Seule la présence, au sein des fonds d’archives des dirigeants syndicaux concernés, de documents expliquant cette attitude, permettrait de les valider définitivement.

Notes

1 Patrice Pelpel, Vincent Troger, Histoire de l’enseignement technique, Paris, Hachette éducation, 1993, 319 p., p. 86.

2 Chargé par la CGT de reconstituer le SNET durant l’occupation, R. Girard se retire du Bureau national du syndicat en 1948.

3 Discours de R. Girard au Congrès de la CGT en 1946, cité par M. David, L’individuel et le collectif dans la formation des travailleurs, Paris, Economica, 1976.

4 Compte rendu du 28e Congrès de la CGT, 1951.

5 Henriette Pierrot-Lacrosse, Le syndicat CGT dans les centres d’apprentissages (1944-1959), Maîtrise, Université de Paris I, 1971, 173 p.

6 Entre 1947 et 1961, un seul article concerne spécifiquement l’enseignement technique long contre plus d’une trentaine pour le technique court.

7 Ph. Rabier reste secrétaire général jusqu’en 1951 avec, à partir de 1949, G. Lauré comme secrétaire général adjoint. En 1951, il devient secrétaire général adjoint puis la tendance autonome décide l’homogénéité du secrétariat en 1956.

8 Fonds SNETP, Arch. dép. de Seine-Saint-Denis, tri en cours.

9 Compte rendu du 31e Congrès de la CGT, 1957. Allocution de Charles Ravaux lors de la séance du 17 juin après-midi.

10 René Duquesne, dans Travailleur de l’enseignement technique, n° 78, juin 1953.

11 Entretien avec Louis Astre le 2 septembre 2003.

12 Cf. Le Travailleur de l’enseignement technique (écoles, services) pour le SNET, Le Travailleur de l’enseignement technique (centres) pour le SNETP, et L’apprentissage public pour le SNETAA.

Auteur

Doctorant en histoire

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540