Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Troisième partie. Les militants et l’organisation

La CGT au Crédit du Nord (1949-1974)

Jean Lévy

Texte intégral

1Le voyage dure vingt-cinq ans. Nous allons rencontrer une équipe de militants, tous très jeunes, lorsqu’ils entrent en scène. Quelques hommes, une majorité de femmes, confrontés au quotidien avec les luttes sociales, tentent de forger, face au patron qui se croit encore de droit divin, une organisation démocratique et efficace. Les syndiqués sont déjà « acteurs » et « décideurs », comme on dit aujourd’hui. Informés en premier, bénéficiant d’une publication propre, consultés en permanence, ils déterminent, en connaissance de cause, la composition des instances de la section syndicale ; ils choisissent les candidats présentés par la CGT aux élections professionnelles ; ils établissent les revendications, les formes de lutte qui seront soumises aux salariés. Ils fixent les orientations essentielles de la section syndicale.

2Le hasard fait bien les choses. Le premier document conservé dans les archives de la CGT du Crédit du Nord est destiné aux syndiqués. Datant de 1949, il sollicite leur avis sur les candidats proposés pour constituer la commission exécutive de la section syndicale. Avant de commenter cette consultation, il est bon de revenir à l’année précédente, celle où une petite équipe de jeunes s’est donné pour objectif de bâtir une organisation structurée au Crédit du Nord. Leur première préoccupation est, naturellement, de connaître le nombre et le nom des syndiqués, et leur implantation dans les différents secteurs de l’entreprise. Le trésorier, Maurice Legrand, remplit la fonction de « garçon de recette ». Il est chargé de transporter des fonds du siège aux agences et réciproquement. Il assure également la compensation avec les autres banques. C’est un camarade profondément attaché à la CGT. Mais, selon les habitudes de l’époque, en tant que trésorier, c’est lui, et lui seul, qui a la charge de remettre la carte et le timbre mensuel aux adhérents. Il en possède la liste. Mais, en 1948, il apparaît que la section syndicale est composée de fantômes qui ne règlent aucune cotisation : Maurice Legrand les paye à leur place ! Il n’ose pas leur demander d’argent. Cette situation ne peut pas durer. Il est urgent de reprendre les choses à zéro. À partir de syndiqués connus, secteur par secteur, il faut reconstituer une véritable organisation. Nous demandons à chaque syndiqué potentiel s’il désire prendre part à cette démarche en commençant par le règlement régulier de la carte et des timbres.

3Cette opération de reconquête, longue et minutieuse, permet de constituer un collectif de véritables syndiqués au Crédit du Nord, à Paris. Mais, à chaque mois de janvier, les militants doivent recommencer, car il s’agit d’un « contrat » de courte durée. C’est, dans notre jargon, ce qu’on appelle la « reprise des cartes ». Période d’angoisse car nous nous heurtons, parfois, à des refus. « C’est trop cher », tel est l’argument le plus souvent rencontré. Il recouvre, en fait, d’autres motivations. Le sentiment d’être mal défendu, si la revendication personnelle n’a pas eu de conclusion positive, ou d’être insuffisamment informé. Une carte non reprise est ressentie comme une blessure personnelle, un échec qui réduit l’impact de nouvelles adhésions. Et pourtant, nous rencontrons des cas totalement imprévisibles. Ainsi, à l’agence des Gobelins, une syndiquée qui a obtenu le coefficient supérieur, grâce à l’intervention du délégué CGT, refuse de reprendre sa carte car, dit-elle, « je ne vous ai rien demandé » ! En fait, cette personne a subi la pression de sa direction qui lui a reproché de s’être adressée à la CGT. Disons également que l’argument « CGT = communiste », martelé par un conditionnement quotidien, n’est pas sans effet. Aussi, pour assurer le succès de la bataille permanente de l’adhésion, il faut, en permanence, faire la démonstration concrète que la cotisation, quote-part nécessaire de chacun à l’oeuvre commune, a pour corollaire le droit de chaque syndiqué de choisir librement les femmes et les hommes qu’il juge les mieux à même de le représenter. Prioritairement informé, il doit pouvoir débattre de l’ensemble des activités et, à la majorité, décider de l’orientation de son organisation. C’est le sens et l’objet de la consultation de mars 1949, en vue de l’élection de la Commission exécutive de la section syndicale CGT. Chaque adhérent peut poser sa candidature, rayer des noms, marquer sa préférence. Le choix de la majorité décide du résultat.

4La CGT édite alors Crédinor, un journal pour l’ensemble du personnel et qui restera, vingt-cinq ans durant, son principal vecteur d’information et d’action, la section syndicale diffuse un premier bulletin intérieur réservé aux syndiqués, La CGT vous parle. Il publie le résultat des élections des délégués du personnel. Il explique également les raisons de sa parution. On peut lire :

« La CGT vous parle doit être le lien qui unit chaque syndiqué au bureau et aux délégués CGT. Il doit devenir le dialogue permanent entre tous nos camarades. En outre, ce bulletin servira d’informateur : toutes les décisions, toutes les suggestions, toutes les revendications, tous les échos, tous les échecs, toutes les victoires, toute l’activité de la CGT seront ainsi communiqués à tous nos amis. Nous avions hier, trop tendance à agir au « sommet » sans que notre action soit une émanation de tous les employés. »

5Certes, il faut l’avouer, cette détermination ne fut pas sans failles. Mais, pour l’essentiel, nous nous sommes tenus à cette orientation. Ce bulletin des syndiqués annonce un « vote pour la paix », des informations sur l’unité d’action avec la CFTC et le résultat d’une souscription de solidarité en faveur des sinistrés des Landes. En 1950, le journal des syndiqués change de nom. Il devient simplement Bulletin d’informations. Préparant de nouvelles élections de délégués – elles sont annuelles – le bulletin se veut pédagogique et formateur. Il reproduit un article de Benoît Frachon, secrétaire général de la CGT, qui évoque « l’honneur d’être un délégué ». En vue des élections au comité d’établissement, en 1951 et en 1952, le bureau de la section syndicale consulte, selon la bonne habitude prise, l’ensemble des adhérents afin qu’ils donnent leur avis sur les candidats proposés.

6Nous ne ferons pas l’inventaire de toutes nos publications intérieures qui traitent du même problème. Nous ne citerons que celles qui illustrent, sur un autre sujet, une activité spécifique en direction des syndiqués. Juillet 1951 voit la naissance du BLIM, le Bulletin de liaison et d’informations des militants, à vocation nationale. Dans sa présentation, il est dit :

« Nous espérons que ce bulletin sera une arme et un outil de travail indispensable pour tous nos camarades. Ainsi l’action entreprise dans telle ville, à Paris ou à Lille par exemple, servira d’exemple pour les camarades des autres succursales. L’isolement actuel des militants dispersés de Valenciennes au Havre, de Bordeaux à Maubeuge, de Saint-Quentin à Calais, fera place à une action unie et commune de tous les camarades de la CGT. Et de cette action naîtront les conditions d’une magnifique victoire pour le personnel. »

7La direction de la Banque ne reste pas sans réaction au développement de la CGT. Les moyens d’action syndicaux sont réduits au minimum.

Des temps difficiles pour l’action syndicale

8À Paris, la section syndicale ne possède aucun local propre. Les militants se réunissent à la bibliothèque située à l’entresol du siège central, 59, boulevard Haussmann. Les assemblées de personnel, elles, ont lieu au réfectoire, baptisé ultérieurement restaurant, au cinquième étage de l’immeuble. Les délégués et les membres du comité d’établissement n’ont pas la faculté d’utiliser librement les heures prévues par la loi pour accomplir leur mission. Pour parler à un collègue de travail proche de lui, l’élu doit, obligatoirement, en informer le chef de service à l’autre extrémité de la pièce. S’il s’agit d’aller dans un autre service, il faut demander l’autorisation à la hiérarchie. Visiter une agence – elles sont onze dans toute la capitale – suppose l’accord préalable du chef du personnel et du directeur local. Il est interdit de donner des tracts ou de vendre des journaux à l’intérieur de l’entreprise. La collecte des cotisations est également prohibée. Nous distribuons nos « papiers » rue des Mathurins, à la porte d’entrée du personnel. La direction tente de limiter l’action syndicale par une pression constante sur nos militants. Elle leur adresse des blâmes avec abattement sur le treizième mois pour tout manquement à « l’ordre patronal ». Le refus d’augmentation individuelle et de promotion, tel est le moyen le plus fréquemment utilisé. « Vous n’êtes jamais là ! », constitue l’argument permanent opposé aux élus qui prennent leurs heures légales : 15 pour les délégués, 20 pour les membres du CE, sur un horaire mensuel de 173 heures. Les élus CGT réagissent avec vigueur en prenant le personnel à témoin, et en organisant la solidarité financière envers les camarades sanctionnés.

9Dans Crédinor, (janvier 1953), il est écrit :

« Le bureau de la section syndicale CGT qui comprend en plus des délégués du siège, ceux des agences et un certain nombre de militants non élus, avait décidé de lancer une collecte en faveur de tous les délégués CGT et CFTC sanctionnés pour leur action en faveur du personnel et pratiquement privés de gratifications complémentaires. Dans les services où la collecte a été faite, le personnel a répondu à cet appel. 13 160 F ont été recueillis et répartis entre notre camarade Plaire de la CFTC et les camarades de la CGT. Le bureau de la section syndicale, et plus particulièrement les délégués sanctionnés, remercient vivement tous ceux qui ont participé à cette action de solidarité. »

10À de nombreuses reprises, de telles manifestations de solidarité connaissent le même succès. En décembre 1954, Roger Bonnamy est sanctionné pour avoir diffusé Crédinor, à l’agence des Ternes. Ces protestations ne se limitent pas aux seuls militants. Le 28 juin de la même année, une pétition demande la levée des sanctions infligées aux mécanographes, dans notre établissement. La réaction du personnel conduit, deux jours plus tard, la direction à lever les sanctions. Plus de vingt ans plus tard, une employée de l’agence Voltaire, Jocelyne Potavin, participe à un arrêt de travail. Son directeur l’informe que pour cette raison, elle sera exclue de la distribution de points. Informés par l’intéressée, les délégués CGT dénoncent, dans un tract distribué à l’ensemble du personnel, cette violation flagrante du droit de grève.

11Dans les années 1950, la bataille est rude. Des camarades s’écartent de l’activité syndicale. Les employés ont parfois peur de parler aux délégués. Ainsi, se rendant à l’agence Voltaire pour la première fois – cela devait se passer en 1950 – Georges Pompey et Jean Lévy tentent d’informer le personnel des négociations avec les banquiers en Commission nationale paritaire. Les employés ne relèvent même pas la tête, le nez dans leurs dossiers. Dans chaque service se reproduit un scénario identique. Aux visites suivantes, avec le temps, ils sont de mieux en mieux reçus. Le tout était de persévérer. Le soutien du personnel qui s’exprime par une confiance accrue, mesurée à chaque scrutin et aussi par les pétitions et les arrêts de travail, va accroître le poids de la CGT au Crédit du Nord. Cette dynamique permettra, au fil des ans, d’élargir nos libertés et nos droits.

12D’un autre côté, l’attitude de la direction envers les syndicats, la CGT en premier lieu, n’a pas toujours les résultats escomptés. Contraints de séjourner dans leur service, d’y effectuer un travail professionnel, les militants vivent au milieu de leurs collègues. Quand ils s’absentent pour participer à une réunion, soit dans l’entreprise avec la direction, soit au-dehors avec les banquiers, le personnel sait où ils sont et ce qu’ils font. À leur retour, ils en donnent le compte rendu au personnel qui les entoure. Immédiatement. Sans intermédiaire, pourrait-on dire. Cette sorte de complicité créée des liens d’estime et d’amitié. Comme ils n’ont pas de ligne téléphonique directe à la bibliothèque, les militants CGT utilisent celle de leur service. Ils s’en servent pour leurs communications syndicales. Par exemple, quand ils passent un coup de fil au PDG. Les employés écoutent et entendent en direct les propos tenus. Les cadres également. Or, ceux-ci n’ont pas la possibilité de s’adresser à la direction générale. Aussi, vis-à-vis du délégué qui ose faire une chose impensable pour eux, leur attitude change, le subordonné devient une « personnalité » presque intouchable. Bon moyen pour lui d’élargir ses droits et son statut de militant.

13Mais revenons à notre activité collective au niveau de l’organisation interne. En 1952, notre camarade Pompey, délégué syndical et secrétaire de la section, se voit confier une tâche de responsabilité à la direction de l’Union départementale CGT de la Seine. Il quitte le Crédit du Nord, avec un détachement de deux ans. Une camarade, élue quelques mois plus tôt au comité d’établissement, Andrée Barbier, le remplace comme secrétaire. Cette camarade, venue des milieux chrétiens, animera avec compétence et modestie le collectif jusqu’à sa retraite anticipée en 1967. Paul Thierry, un cadre, succède à Georges, comme représentant CGT au comité central d’entreprise où siège un seul élu de notre syndicat, Jean Lévy, par ailleurs secrétaire du comité d’établissement de Paris. Début 1954, la commission exécutive de la section syndicale est renouvelée. Chaque syndiqué reçoit à cet effet deux textes. Le premier sollicite les candidatures, en rappelant le fonctionnement démocratique de notre organisation, le second constitue le bulletin de vote. Les années passent. Régulièrement, la commission exécutive est renouvelée. La procédure est la même. Une autre consultation de l’ensemble des adhérents permet de constituer démocratiquement la liste des candidats présentée par la CGT aux différentes élections professionnelles. En 1957, à la suite de la grève générale de la profession, en juillet, est organisée une seconde élection à la Commission exécutive de la section. Dans une adresse aux syndiqués, on lit : « Depuis juillet, pendant et après la magnifique grève menée par le personnel du Crédit du Nord, plus de 30 employés – dont beaucoup de jeunes qui étaient aux premiers rangs de la lutte – ont déjà donné leur adhésion à la section syndicale CGT, lui apportant leur enthousiasme et leur dynamisme. […] Il s’agit pour l’heure, d’élire une nouvelle commission exécutive », afin de les intégrer, sans attendre, à la direction de la section syndicale.

14Ayant le souci de ne jamais laisser de syndiqués isolés, le bureau de la section cherche le moyen d’intégrer les adhérents des agences dans le collectif syndical. Dans cette perspective, il organise une assemblée spécifique de ces syndiqués pour « examiner ensemble les revendications particulières » de ce personnel, isolé dans des guichets excentrés. Une réunion est prévue pour eux, un mardi soir en janvier 1955, à 18 heures 30, rue Blanche, donc loin de leur lieu de travail.

15En mai 1956, l’ensemble des syndiqués reçoit un compte rendu de la commission exécutive. Outre les revendications de salaires et de retraites, il est fait état du départ éventuel de 130 jeunes du Crédit du Nord, comme soldats rappelés pour participer à la guerre d’Algérie. Certains étant déjà partis, l’urgence est, pour chaque syndiqué, de faire signer autour de lui une pétition pour imposer le « cessez-le-feu ». En novembre de la même année, les adhérents de la CGT sont appelés à trancher par un vote entre le principe d’une « augmentation en pourcentage » et « une augmentation fixe » égale pour tous. Dans les deux cas, ils sont appelés à chiffrer leur choix. Non contente de leur demander leur avis, la section syndicale les informe, par bulletin, de l’état de ses finances et de l’organisation : 226 cartes CGT sont placées au Crédit du Nord, à Paris. Le dialogue permanent entre la direction de la section et les syndiqués se poursuit. En mars 1959, le Bulletin rend compte des résultats d’un questionnaire. 61 réponses sont seulement parvenues, « ce qui est insuffisant mais constitue un premier pas dans la voie d’une section syndicale vivante ». L’opinion des syndiqués, quelques mois après l’instauration de la Ve République, est éclairante sur plus d’un point.

16Il serait fastidieux et répétitif de répertorier toutes les publications de la CGT en direction des syndiqués. Nous évoquons ici les initiatives particulières qui marquent l’époque. Dans un « papier » spécial réservé aux adhérents, après avoir reproduit l’appel lancé par la CGT, la CFTC, la FEN et l’Unef pour faire du 27 octobre 1960, « une grande journée nationale pour la paix en Algérie », le bureau de la section CGT « estime, quant à lui, souhaitable d’appeler le personnel du Crédit du Nord à quitter le travail, à 17h30 ». Mais il ajoute : « Avant de lancer le mouvement, (il) vous demande votre opinion. » Les syndiqués sont appelés à répondre par oui ou non. Le Bulletin suivant nous apporte le résultat et les conclusions que la CGT en tire.

« Sur 118 syndiqués que nous avons pu consulter en une journée, 60 ont répondu oui, 30 ont répondu non, les autres se sont abstenus pour des raisons diverses. Bien que la majorité des syndiqués consultés ait répondu favorablement à notre demande, nous avons considéré que, pour le moment, cette majorité n’était pas assez forte pour que nous décidions le mouvement de grève. Nous nous sommes donc orientés vers une pétition sous forme de lettre au président de la République qui, elle, a recueilli en quelques heures 321 signatures. »

17Cette démarche syndicale est significative autant sous son aspect démocratique que dans les résultats obtenus. Le même souci nous guide sur le plan revendicatif : une consultation préalable des syndiqués, puis, si tel est leur avis, arrêt de travail ou grève d’ensemble du personnel, telles sont les phases successives que nous mettons en oeuvre au Crédit du Nord. Le succès est au rendez-vous. Le 24 février 1961, la majorité des employés du siège central quitte le travail à 17 heures pour protester contre la réduction du montant de la prime de bilan. Le 30 mars, le 28 avril et le 31 mai, le personnel passe de nouveau à l’action, aux côtés des collègues des autres banques, à Paris comme en province, pour une augmentation des salaires de 12 % et le retour à la semaine de 40 heures. Ainsi, en 1964, la CGT consulte les adhérents sur la réduction du temps de travail, thème aujourd’hui de grande actualité. L’année suivante, en mars, la question posée porte sur les salaires, puis, en novembre, les syndiqués doivent donner leur opinion sur la prise de position de la CGT contre la guerre menée par les Américains au Viêtnam. Comme pour la paix en Algérie, l’interrogation porte simplement sur l’expression publique de notre orientation sur un sujet non professionnel.

18En janvier 1972, le Bulletin change de nom et, avec une présentation plus sophistiquée, il devient Informations premières. Comme déjà en 1949, il donne la parole à tous les syndiqués pour qu’ils expriment leur opinion sur l’ensemble de nos élus et sollicite leur candidature en vue des prochaines élections professionnelles. En mai, Informations premières fait le point pour les syndiqués de l’état des discussions avec la CFDT, sans cacher les divergences. Une nouvelle circulaire fédérale, Crédit du Nord, à l’intention des syndiqués, rappelle les revendications. Elle considère, en outre, que le Programme commun de gouvernement, signé par le PCF, le PS et aussi les Radicaux de Gauche, est un « événement considérable qui peut changer la vie ». À trente ans de distance, et compte tenu de l’expérience, on peut se poser des questions sur l’opportunité d’une telle affirmation. Pourtant, elle fera l’objet de nombreux textes de même tonalité, dans Crédinor, destinés au personnel. Cependant, la consultation des syndiqués porte en premier lieu sur l’action revendicative. Avant tout arrêt de travail, leur avis est déterminant. Ainsi, en novembre 1972, la section CGT interroge les adhérents sur un mot d’ordre de grève de 48 heures, lancé par les cinq fédérations pour la fin du mois. Certes, notre organisation n’est pas neutre. Elle en explique les raisons et la nécessité d’y participer.

19La Banque de Paris et des Pays-Bas possède une part déterminante dans le capital du Crédit du Nord. Début 1973, des informations circulent : la fusion de notre établissement avec la Banque de l’Union parisienne semble acquise. Notre compte rendu du Comité central d’entreprise d’avril, fait le point : « Les travaux de l’Union bancaire arrivent à leur terme. Le coût de la fusion, l’état-major, l’organigramme de la nouvelle banque, sont en cours d’examen. Ce n’est pas définitif, mais la décision serait prise le 30 juin 1973, la future banque s’appellerait le “CNUP”, et la fusion serait effectuée au 1er janvier 1974. » La nouvelle situation nous conduit à créer le syndicat des employés des banques du groupe Paribas. C’est chose faite les 2 et 3 mai 1973, lors d’un Congrès constitutif. La nouvelle commission exécutive élue comprend des militants des banques concernées. Mais, dans chaque établissement, les sections syndicales restent en fonction.

Auteur

Ancien secrétaire du syndicat CGT des employés de la banque de la région parisienne

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540