Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Troisième partie. Les militants et l’organisation

CGT et PCF dans les Bouches-du-Rhône : les cadres et les mots d’ordre

Jean-Claude Lahaxe

Texte intégral

1La prééminence du Parti sur la CGT est l’une des idées forces du discours communiste durant les années froides. Clôturant le 12e Congrès, Maurice Thorez rappelle que les cellules d’entreprise doivent se placer à la tête de la classe ouvrière. Dans le numéro de mai 1954 des Cahiers du communisme, Marcel Dufriche explique l’importance pour les communistes de développer toujours plus au sein des syndicats le rôle d’« avant-garde de la classe ouvrière » de leur Parti. Cette conception théorique a-t-elle servi de fil directeur aux actions entreprises par les dockers marseillais entre le 2 novembre 1949 et le 18 avril 1950 ? La réponse à cette interrogation suppose que soit tout d’abord précisée, au travers de l’étude du thème de la défense de la paix, la nature des attentes du PCF. La détermination de l’importance stratégique de Marseille affinera cette approche préliminaire. L’analyse de l’UD-CGT des Bouches-du-Rhône, complétée par celle des syndicats des marins et des dockers, permettra d’appréhender les forces et les faiblesses des organisations qui furent chargées de concrétiser sur le terrain les mots d’ordre du Parti. Le second volet de cette intervention sera consacré à l’examen des moyens disponibles et des arguments utilisés pour pousser les travailleurs marseillais à lutter contre la « sale » guerre. Le niveau de l’emprise exercée par le PCF sur la CGT et les jugements portés par les directions nationales et internationales du mouvement communiste seront abordés dans la troisième partie.

2Le 20 janvier 1949, lors de la réunion du bureau politique, un mois plus tard de nouveau pour clore la conférence de la Fédération de la Seine, Maurice Thorez insiste sur l’importance de la lutte politique qui empêchera la fabrication et le transport des armes destinées à agresser les peuples soviétique et vietnamien. Ces propos sont repris dans les éditions de février et de mars des Cahiers du communisme par Léon Mauvais et Jacques Duclos. Les deux secrétaires s’appuient sur la place décisive qu’occuperait la France dans l’affrontement entre les deux camps pour justifier le passage à des actions de masse susceptibles d’imposer la paix en Indochine. Aiguillonné par la récente réunion du Kominform, le Comité central déclare, à l’issue de ses travaux des 9 et 10 décembre 1949, qu’il devient vital d’accentuer les actions contre la guerre en général et contre celle du Viêtnam en particulier.

  • 1 Danielle Tartakowsky, Les Manifestations de rues en France. 1918-1968. Paris, Publications de la S (...)
  • 2 Archives départementales des Bouches-du-Rhône (ADBR), dossier 148 W 290.

3Isolé sur l’échiquier politique, confronté à un tassement de ses effectifs, le PCF n’hésite pas à placer la CGT « de manière frontale dans le champ politique1 ». Le contenu d’un rapport de police du 9 janvier 19502 ainsi que la lecture des deux quotidiens communistes locaux permettent de vérifier la pertinence de l’analyse de Danielle Tartakowsky. Les actions importantes initiées par le Parti sont d’ordinaire popularisées au moins une semaine à l’avance par La Marseillaise et Midi-Soir. Dans le cas présent, si les deux quotidiens signalent les 27 et 28 décembre 1949 que le Pasteur repartira bientôt « avec un nouveau contingent de jeunes soldats », il faut attendre le 9 janvier 1950 pour qu’ils mentionnent qu’une manifestation se déroulera le lendemain pour protester contre cet appareillage. Aucun d’entre eux n’indique toutefois de qui émane cette décision. Un tel mutisme découle des hésitations de Pierre Doize. Confronté à l’interdiction du rassemblement décidée par le préfet Baylot, le secrétaire fédéral souhaite ne plus avoir à subir les remontrances d’une direction nationale peu satisfaite du maigre bilan enregistré le 24 août 1949 lors de la journée départementale de soutien aux grévistes de Port-de-Bouc. C’est donc seulement après avoir reçu des instructions de Paris que Pierre Doize confie la responsabilité de l’organisation de la journée à Lucien Molino, le secrétaire général de l’UD-CGT. Le 10 janvier 1950, La Marseillaise publie enfin la liste des « organisations démocratiques » qui appellent à manifester.

  • 3 Jacques Dalloz, La guerre d’Indochine, 1945-1954, Seuil, coll. « Points Histoire », 1987.

4Si les luttes menées par les dockers entre novembre 1949 et avril 1950 découlent d’une volonté générale de mise en avant des forces de la CGT, elles résultent aussi de la place qui est attribuée au port de Marseille dans la stratégie générale du mouvement communiste. De plus en plus intégrée dans le bloc occidental en ce début d’année 1949, la France éprouve de grandes difficultés face à un conflit indochinois qui, de guerre coloniale « oubliée », devient « un front de la guerre froide3 ». Les effectifs du corps expéditionnaire français passent de 115000 hommes en septembre 1947 à 167000 hommes au 1er janvier 1950. Le port de Marseille devient primordial pour mener à bien cet effort de guerre. Cinquante-neuf navires en provenance d’Indochine y arrivent entre le 1er janvier 1949 et le 18 avril 1950. En sens inverse, le Jamaïque, le Champollion, le Cap Tourane et le Turckheim quittent Marseille respectivement le 11 octobre 1949, le 17 janvier, les 18 et 22 février 1950 avec chacun plusieurs centaines de militaires à bord. Parmi tous ces navires, le Pasteur, capable d’assurer le transport de plus de 3000 soldats lors de chacune de ses traversées, joue un rôle particulier. Quarante jours seulement, dont dix d’escale à Marseille, lui permettent d’effectuer une rotation complète entre la France et l’Indochine. Dans ce contexte, la silhouette du Pasteur devient un symbole de la guerre qui se poursuit en Extrême-Orient. À partir du mois de février 1949, le port sert aussi pour le rapatriement des Vietnamiens, anciens tirailleurs ou travailleurs civils, vers leur pays d’origine. Tous transitent par les camps Liautey et Viêtnam, situés dans le quartier de Mazargues. L’influence des organisations clandestines du Viêt-minh s’y est développée depuis que les incidents de la nuit du 14 au 15 mai 1948 ont conduit à l’élimination des militants trotskistes. Le poids de cet encadrement se manifeste en particulier lors des collectes organisées en décembre 1949 et janvier 1950 en faveur des dockers sanctionnés pour leur refus de charger des armes.

  • 4 La Marseillaise, 16 juillet 1949.

5L’importance stratégique du port conduit la direction nationale du PCF à accorder une attention soutenue à la cité phocéenne. Le 15 juillet 1949, débute à Marseille la conférence internationale des marins et dockers en présence de Louis Saillant, le secrétaire général de la Fédération syndicale mondiale, et d’Augustin Gruenais, le secrétaire de la Fédération CGT des marins. La rencontre aboutit à la création de l’Union internationale des marins, dockers, fluviaux, pêcheurs et travailleurs des ports4. La ville devient le siège de ce nouveau département de la FSM. André Freissinet, secrétaire général du syndicat local des marins CGT, est promu secrétaire général. Les échecs subis lors des élections cantonales du mois de mars et de la journée du 24 août 1949, les difficultés rencontrées par l’UD-CGT pour lancer le combat de masse en faveur de la paix conduisent la direction nationale du PCF à dépêcher Benoît Frachon à Marseille au début du mois d’octobre 1949. Son intervention entraîne les autocritiques publiques de la plupart des responsables locaux du Parti et de la CGT. Elle débouche aussi sur un profond remaniement du bureau de l’UD. La tenue, du 3 au 5 novembre 1949, du 38e Congrès national du syndicat CGT des marins, constitue une preuve supplémentaire de la place occupée par Marseille dans la stratégie communiste. Chargé d’orienter les débats, Julien Racamond évoque surtout les liaisons qu’il convient d’établir entre l’action revendicative et la lutte pour empêcher une nouvelle guerre mondiale.

  • 5 ADBR, dossier 148 W 365, rapport de police, fin 1949.
  • 6 ADBR, dossier 148 W 306, rapport envoyé en octobre 1951 par le préfet au ministre de l’Intérieur.
  • 7 ADBR, dossier 148 W 365, rapport déjà cité.
  • 8 ADBR, dossier 148 W 382, rapport du 3 février 1949.

6L’UD-CGT dispose-t-elle des capacités suffisantes pour répondre aux attentes qui sont placées en elle ? Lucien Molino revendiquait 165000 adhérents lors du Congrès confédéral d’avril 1946. Les syndiqués CGT dans les Bouches-du-Rhône ne seraient plus que 117502 en décembre 19495, entre 70000 et 85723 seulement l’année suivante6. Ce recul s’accompagne d’importantes difficultés financières. Selon le rapport établi lors du Congrès de l’UD en juin 1949, les dettes de l’union locale de Marseille s’élèveraient à deux millions de francs. La CGT conserve toutefois de solides bastions sur le port. En août 1949, les services de police évaluent à 5700 et à 7073 le nombre d’adhérents respectifs des syndicats des marins et des ports et docks7. Les perspectives de mobilisation sur des mots d’ordre essentiellement politiques sont pourtant moins favorables que ne le laissent supposer ces chiffres. Le syndicat des marins est sorti affaibli des quarante et un jours de grève de la fin de l’année 1948. Cent cinquante personnes ont été licenciées, quatre responsables syndicaux ont été condamnés à des peines de prison avec sursis. Des difficultés de trésorerie, le solde avant avril 1949 des trois millions de francs empruntés pour l’achat de son nouveau siège alors que le paiement des cartes tarde à s’opérer, restreignent la capacité d’action du syndicat des ports et docks. S’adressant le 20 janvier 1949 aux membres des bureaux de la Fédération communiste et de l’UD, Raymond Semat reconnaît que la stratégie des grèves tournantes illimitées n’a pu se dérouler normalement puisque, après les conflits des mineurs et des marins, le mouvement escompté des dockers n’a pu être déclenché. Les renseignements généraux précisent de leur côté que les dirigeants du syndicat sont conscients qu’un mot d’ordre de grève générale les conduirait « vers un nouvel échec aux conséquences catastrophiques8 ».

7La présence à Marseille de François Billoux, la stabilité d’une équipe de dirigeants syndicaux constituée de militants communistes expérimentés ainsi que l’ancrage du thème de la défense de la paix dans la réalité locale constituent les éléments clefs qui permettent de saisir le contrôle exercé par le PCF sur la CGT.

  • 9 Komintern : l’histoire et les hommes. Dictionnaire biographique de l’Internationale communiste, Ed (...)
  • 10 La Marseillaise, 18 mai 1953.

8La direction nationale du Parti possède, en la personne de François Billoux, un moyen de contrôle efficace sur les appareils politiques et syndicaux du département. Cette emprise se manifeste en particulier en 1948 lorsque Pierre Doize est promu directement au poste de secrétaire fédéral alors qu’il n’a même pas été appelé à siéger au comité l’année précédente. François Billoux a écarté d’autres cadres plus brillants au profit de cet ancien maçon jugé plus malléable. Aucune voix ne s’est ouvertement élevée pour protester contre le choix de celui qui, après avoir conduit les Jeunesses socialistes de Roanne à adhérer dès 1920 à l’Internationale communiste des jeunes, a séjourné à de nombreuses reprises à Moscou, est devenu suppléant du bureau politique en 19369. L’envergure politique de François Billoux se trouve renforcée par le culte de la personnalité dont il est l’objet, culte qui culmine lors des festivités organisées le 17 mai 1953 en l’honneur de son 50e anniversaire avec l’emploi des formules « disciple et frère d’armes de Maurice Thorez » et « fidèle élève de Staline10 ».

9Deux secrétaires généraux seulement, Lucien Molino et Marius Colombini, assurent la direction de l’UD-CGT entre 1945 et 1970. L’analyse de leurs itinéraires militants révèle d’importantes similitudes. Nés respectivement le 25 mai 1907 et le 16 février 1910, tous deux sont entrés très jeunes dans le monde du travail. Dès l’âge de treize ans, Lucien Molino est mousse sur un navire reliant Marseille à l’Extrême-Orient. Après l’obtention du certificat d’études primaires, Marius Colombini poursuit sa scolarité durant un an dans un cours supérieur avant de devenir commis en douane en 1925. L’engagement militant de chacun des futurs secrétaires généraux ne tarde pas. Apprenti dans la métallurgie, Lucien Molino adhère en 1923 à la CGTU. En 1932, il accède au poste de secrétaire du syndicat des taxis marseillais et prend sa première carte du PC. Peu après les élections municipales de 1935, il entre au Comité régional du Parti. Pointeur sur les quais depuis 1930, Marius Colombini rejoint les Jeunesses communistes en 1927 mais n’adhère au PC qu’en 1936. Secrétaire général du syndicat CGTU des agents de maîtrise, licencié à la suite de la grève du 30 novembre 1938, il travaille quelque temps pour France-Navigation. La guerre n’interrompt pas l’activité militante des deux hommes. Fait prisonnier à Dunkerque le 4 juin 1940, Lucien Molino regagne Marseille à la fin de l’année 1943, suite à sa deuxième tentative d’évasion. Il reprend très vite les directions clandestines de l’UD-CGT et de la région confédérale. Animateur des grèves des métallos et du pain en mars et mai 1944, de la manifestation du 14 juillet 1944, il participe le mois suivant à la libération de la ville. La fin des hostilités en 1940 permet à Marius Colombini de revenir à Marseille où il contribue à la reconstitution de la section communiste du port. Il combat dans les rangs des FTPF lyonnais en 1943 puis participe à la libération de cette ville. À la tête de l’UD-CGT dès septembre 1944 et membre du bureau fédéral du Parti, Lucien Molino prend très vite une stature nationale. Il est promu au Comité central dès cette année-là puis, en mars 1945, à la Commission administrative confédérale de la CGT. En octobre 1951, il accède à la direction nationale de cette centrale. La guerre terminée, Marius Colombini est chargé par Léon Mauvais de réorganiser le syndicat des agents de maîtrise sur le port de Marseille. Il devient l’un des secrétaires du syndicat général des ports et docks lors de la fusion de son organisation avec celle des dockers. Marius Colombini accède en 1948 au secrétariat de la Fédération des Bouches-du-Rhône. Il est promu membre suppléant du Comité central à l’issue du 12e Congrès. En 1951, à l’issue du Congrès de la CGT, il est nommé membre de la Commission administrative confédérale. Le 28 octobre de la même année, Marius Colombini remplace Lucien Molino à la tête de l’UD. Le fait que, à l’image de son prédécesseur, il soit membre du Comité central a sans doute beaucoup pesé en faveur de sa promotion.

  • 11 ADBR « bio » établies à la demande de la SMC, déclarations de certains de ces militants, nécrologi (...)

10La mainmise exercée par le Parti se vérifie aussi au niveau des directions des sections syndicales des dockers et des marins. A leur tête sont placés en 1949 des cadres dont la moyenne d’âge, supérieure à quarante-quatre ans, dénote une longue expérience militante11. Victor Gagnaire, Modeste Minana, André Fressinet, Fortuné Sirca et Marcel Andréani rejoignent le PC entre 1924 et 1934. Félix Pierangelli, Georges Serano et Albert Brachet adhèrent pour leur part en 1936. Chargés en février 1934 par Charles Tillon de briser l’influence des sabianistes au sein du syndicat unitaire des dockers, Victor Gagnaire et Marcel Andréani s’opposent aussi à cette époque aux membres de la CGT confédérée. Modeste Minana et Fortuné Sirca combattent en Espagne, ce dernier en tant que responsable politique d’une compagnie des Brigades internationales. La plupart de ces cadres sont arrêtés durant l’Occupation, plusieurs parvenant par la suite à s’évader et à intégrer un mouvement de Résistance. Internés dans le camp de Chibron, Marcel Andréani et Victor Gagnaire réussissent à s’enfuir le 12 février 1942. Repris et emprisonné à Nice, ce dernier s’évade de nouveau et se voit chargé du recrutement pour les formations FTPF du Var, des Alpes-Maritimes et du Vaucluse. Commandant d’un maquis FTPF, Marcel Andréani est démobilisé en décembre 1944. Après la Libération, tous redeviennent des cadres de leurs organisations respectives. Secrétaire général du syndicat des dockers, Victor Gagnaire est secondé dans cette fonction par Marcel Andréani, Modeste Minana et Albert Brachet. André Fressinet est élu secrétaire général du syndicat des marins en février 1945. Bien qu’il soit encore à cette date bloqué en Indochine, Georges Serano accède aussi au secrétariat de cette section. Désigné pour succéder à André Fressinet appelé à exercer des responsabilités au sein de la FSM, il demeurera responsable du syndicat des marins de 1949 jusqu’en 1975.

11À partir du début de l’année 1949, tous ces cadres syndicaux reprennent les trois axes majeurs développés par le Parti pour convaincre les travailleurs marseillais de la nécessité de défendre la paix. La propagande communiste insiste sur les risques de catastrophe nucléaire qui pèseraient sur la Provence et plus particulièrement sur Marseille. Elle met aussi en avant les conséquences néfastes pour l’économie de la ville de l’inféodation de la France aux trusts anglo-saxons. Elle attribue enfin un passé révolutionnaire et patriotique au peuple marseillais pour appuyer ses appels à la mobilisation.

  • 12 La Marseillaise explique, le 27 mai 1949, que le bombardement du 27 mai 1944 fut décidé par les Am (...)

12Dans les articles qu’il rédige du 22 au 27 mai 1949 pour La Marseillaise, le journaliste Robert Dubrou prédit que des bombardiers porteurs d’armes nucléaires décolleront un jour des bords de l’étang de Berre pour attaquer « le pays de Stalingrad ». Cette agression se soldant par un échec total, les Américains se replieront sur l’Afrique du Nord d’où ils déclencheront le feu nucléaire pour détruire leurs propres installations. La Marseillaise publie le 8 janvier 1950 un photomontage représentant un dessin de bombe atomique entouré par des photos du palais Longchamp et des ruines d’Hiroshima. Ravivant de douloureux souvenirs, un autre article explique que Marseille risque de subir une catastrophe pire que celle engendrée par le bombardement américain du 27 mai 194412. Dans ce contexte de conflit nucléaire, la lutte contre la guerre d’Indochine, qualifiée de prélude à un troisième conflit mondial, devient un impératif pour l’ensemble des travailleurs.

13Mort et désolation dans un avenir proche, ruine de l’économie locale et misère dans l’immédiat. Le 11 juin 1949 lors du Congrès de l’UD-CGT, Lucien Molino affirme que l’interdiction édictée par les États-Unis de commercer avec les pays de l’Est et la poursuite de la guerre en Indochine débouche sur le chômage chronique qui frappe les dockers, les cercueils de soldats français remplaçant les cargaisons de riz et de thé. Les produits américains remettraient en cause l’existence des industries traditionnelles provençales, savonneries, huileries et fabriques de réglisse. Selon La Marseillaise du 1er octobre 1949, les projets d’installation d’une usine Coca-Cola s’intégreraient dans « la guerre au pastis et aux apéritifs français » déclenchée par « les magnats américains » qui voudraient faire de ce produit la nouvelle boisson nationale.

14Afin de justifier le passage à des actions concrètes, la propagande communiste développe aussi l’image d’une cité phocéenne placée depuis toujours aux avant-postes du combat pour la paix et les libertés. Le 11 juillet 1949, Midi-Soir publie un appel demandant au peuple marseillais de se montrer le digne héritier « des bataillons de volontaires » de 1789. Actifs durant les heures tragiques de la Commune locale de 1871, les travailleurs auraient aussi contribué à forger une tradition de lutte, en défilant dès le 1er mai 1890, soit un an avant le massacre de Fourmies, pour réclamer la journée de huit heures. Marseille se serait ensuite retrouvée à la pointe du combat mené pour la libération des mutins de la mer Noire. Les traditions républicaines du peuple guidé par le Parti se seraient encore davantage affirmées lors des luttes menées en février 1934 contre les bandes de Sabiani protégées par la police. Le combat contre le régime de Vichy et l’occupant nazi forme un autre volet important de cette tradition révolutionnaire attribuée à Marseille. Le 14 août 1949, Provence-Nouvelle détaille la façon dont la ville a été sauvée par ces mêmes soldats sans uniforme qui refuseront aujourd’hui de reprendre les armes pour agresser leur allié soviétique ou opprimer le peuple vietnamien.

15De février 1949 à avril 1950, trente-six articles sont consacrés par La Marseillaise et Midi-Soir à l’arrivée de navires en provenance d’Indochine. Dix-sept paraissent entre septembre et décembre 1949. Tous décrivent avec minutie le débarquement des cercueils et des blessés ainsi que l’inquiétude et la douleur des familles. Les journalistes attribuent aux rapatriés des propos dénonçant la poursuite d’une guerre dans le seul intérêt des colonialistes français et des impérialistes américains. Ils fustigent la honte des pouvoirs publics qui leur interdisent l’accès aux quais. À l’intérieur de ce corpus, les articles de Midi-Soir et de La Marseillaise relatant l’arrivée du Pasteur le 27 décembre 1949 se distinguent par leurs longueurs exceptionnelles et leurs allusions au mécontentement de l’équipage.

16Les responsables locaux de la CGT se contentèrent-ils d’exécuter scrupuleusement les mots d’ordre émanant du PCF ? L’analyse des luttes menées en 1949 contre la guerre d’Indochine démontre l’existence de rapports plus complexes, l’influence du Parti, visible dans le discours syndical, se révélant plus en retrait au niveau des actions entreprises.

17L’évolution de l’image de la guerre d’Indochine proposée dans les textes émanant de la CGT constitue une première preuve de l’influence exercée par le PCF. Si la résolution adoptée le 17 mars 1949 par l’équipage du Lyon se limite à accuser le gouvernement de bloquer les salaires, les marins du Calais dénoncent déjà le 6 mai les dizaines de milliards qui seraient engloutis en Indochine. Le texte adopté le 25 juin 1949 par l’équipage du Turkheim reproche au gouvernement de sacrifier inutilement la vie de nombreux jeunes Français. Le poids des arguments communistes devient encore plus évident à partir de l’automne 1949. Le syndicat CGT des marins dénonce le 17 novembre 1949 une guerre coloniale menée par des dirigeants inféodés aux trusts anglo-saxons. La résolution adoptée par les dockers le 5 février 1950 dépeint un conflit poursuivi dans le but d’encercler les pays du camp de la paix.

  • 13 Témoignage d’Albert Brachet. 29 novembre 1996.
  • 14 ADBR, dossier 148 W 382, rapport du 5 mai.
  • 15 Archives centrales du PCF.
  • 16 Almanach ouvrier et paysan publié par L’Humanité, p. 100.

18Perceptible dans les textes syndicaux, l’emprise du PCF pèse aussi en coulisse sur le déroulement des actions entreprises. La poursuite, jusqu’au 18 avril 1950, de la grève des dockers, malgré l’accord national signé depuis le 3 avril entre la Fédération nationale des ports et docks CGT et l’Union nationale des industries de manutention, prouve l’ampleur de ce contrôle. Bien que les négociations locales des 7 et 11 avril aient échoué à cause des questions des nouveaux horaires et des licenciements, le syndicat des dockers sait qu’il lui faut mettre fin à un mouvement qui paralyse de moins en moins le port. « Non, il faut continuer parce que demain c’est la population qui sera à côté de vous » déclare pourtant à Albert Brachet un des responsables fédéraux13. Appliquant ces consignes de fermeté, Victor Gagnaire obtient le 16 avril 1950 un nouveau vote favorable à la poursuite du mouvement. Dans ce contexte, l’article qui paraît le lendemain dans La Marseillaise a de quoi surprendre les grévistes. François Billoux, son auteur, n’hésite pas à écrire que tout pourrait être terminé depuis une semaine si le préfet Baylot ne bloquait pas la situation, les patrons ayant accepté l’essentiel des revendications formulées par les travailleurs du port. Englobant pudiquement les licenciements dans ce qu’il appelle « les autres questions en litige », François Billoux avance que les discussions pourront se poursuivre après la reprise du travail. La défense des grévistes sanctionnés ne représente plus un préalable à la fin de l’action. La discipline de Parti jouant cette fois encore, Marcel Andréani puis Victor Gagnaire, bien que partisans de la poursuite du mouvement, bataillent ferme pour obtenir le lendemain un vote favorable à la reprise du travail. L’ingénieur chargé de l’exploitation du port attribue ce revirement à « un nouveau mot d’ordre venu de l’extérieur et certainement extra-professionnel14 ». La lutte des dockers marseillais n’est-elle plus d’actualité depuis que le secrétariat a énoncé, à l’issue de sa réunion du 11 avril, que la campagne en faveur de l’appel de Stockholm représentait la « tâche principale essentielle » du Parti15 ? De fait, dans l’édition de 1951 de l’Almanach ouvrier et paysan, Octave Rabaté ne manquera pas de souligner que les membres du comité des licenciés sont « les champions du porte à porte » pour collecter les signatures16.

19Si cette première approche permet de dégager l’importance de l’influence exercée par le PCF sur la CGT, la réalité se révèle plus complexe. Le durcissement du discours syndical ne débouche pas tout de suite sur des luttes sur le port. Si Lucien Molino lance le 12 juin 1950 un appel en faveur d’une action immédiate contre le chargement des armes destinées à l’Indochine, la résolution adoptée le 24 juin se contente de mentionner que les dockers « œuvreront dans l’union et dans l’action » pour imposer la fin de ce conflit. Le 28 juillet ainsi que les 1er et 8 août, les débrayages qui affectent le port sont avant tout liés à la question de la prime de départ en vacances. Malgré la multiplication des appels et des résolutions annonçant le passage à des actions concrètes, il faut attendre le 2 novembre 1950 pour que se produise le premier refus de charger des armes. Ce jour-là, une équipe au travail sur le Montbéliard depuis le début de la vacation du matin refuse d’embarquer des camions destinés à l’Indochine. Elle est aussitôt remplacée et les dockers défaillants se voient privés du paiement des heures préalablement effectuées. Si de nouvelles perturbations se produisent l’après-midi et le lendemain, l’annonce des sanctions prises à l’encontre de ceux qui ont débrayé pousse à la reprise du travail le 4 novembre. Les interventions de Victor Gagnaire et de Marcel Andréani ne modifient en rien la situation. Les dockers font une pause pour les écouter mais reprennent leurs activités dès leur départ. Dans le rapport adressé le 31 décembre 1949 à son ministre de tutelle, le préfet Baylot signale que, depuis le 1er octobre, dix-sept navires chargés de matériel militaire sont partis pour l’Indochine à l’heure prévue. Le 10 janvier 1950, la mobilisation des dockers est de nouveau loin de correspondre aux espoirs placés en eux par le PCF et la CGT. Les travailleurs du port débraient bien ce jour-là mais la présence massive des forces de l’ordre sur la place de la Joliette les pousse à regagner leur domicile. Ils sont remplacés dans le rôle de fer de lance de la manifestation par les jeunes de l’UJRF qui parviennent à contester brièvement la Canebière à une compagnie de cyclistes.

  • 17 Propos rapportés par Albert Brachet.

20L’influence des mots d’ordre émis par le Parti apparaît d’autant plus limitée que les travailleurs du port sont les seuls à dépasser le stade des déclarations d’intention. Le syndicat des transports se contente d’adopter le 30 novembre 1950 une résolution condamnant le conflit en Indochine. Son secrétaire aurait déclaré pour justifier la tiédeur de ses positions : « Moi, je veux pas y mettre le doigt dans une histoire comme ça. Parce que si j’y mets le doigt, je passe le bras et après j’y passe totalement17… » Les multiples exhortations émanant des responsables politiques et syndicaux ne suscitent que de nouvelles promesses d’engagement. Le 28 décembre, le syndicat des travailleurs du textile se contente ainsi de souligner l’importance de signaler et de refuser d’accomplir « tout travail paraissant destiné à alimenter la guerre d’Indochine ». Aucune de ces déclarations de principe ne débouche sur un engagement concret. Si, au tout début de l’année 1950, le syndicat des marins parvient à retarder l’appareillage de cinq navires en partance pour l’Indochine, c’est en jouant sur le mécontentement des équipages touchés par la loi qui limite la quantité de piastres échangeables lors de chaque voyage. Dans le cas du Pasteur, la présence à bord de trente métallurgistes de la SPCN se révèle décisive pour obtenir, dans l’après-midi du 9 janvier, le vote d’une grève de quarante-huit heures. Après que cent vingt gardes mobiles, gendarmes et gendarmes maritimes aient fait évacuer les machines le 11 janvier à cinq heures du matin, la position en retrait de certains délégués de bord conduit finalement à limiter à trente-six heures l’immobilisation du navire. Si l’impact des mots d’ordre syndicaux est fort le 10 mars 1950 alors que débute la grève générale déclenchée par le syndicat des dockers, seules 304 personnes travaillent lors du premier shift tandis que 2000 autres participent à une première assemblée générale, certains travailleurs, surtout des Nord-Africains au chômage et des grévistes de la métallurgie, n’hésitent pas à jouer leur carte personnelle. L’attrait de salaires majorés et les perspectives de titularisation expliquent que leur nombre passe de 160 le 10 mars à 538 dès le lundi 13. Le cap des 1000 embauches est dépassé trois jours plus tard, celui des 2000 est atteint le 20 mars.

  • 18 Danielle Tartakowsky, Les Manifestations…, op. cit.

21Bien que limité, le bilan des actions entreprises est aussitôt évoqué de manière élogieuse par les instances dirigeantes du Parti communiste. Le 10 décembre 1949, le Comité central félicite les dockers d’Algérie et ceux de Marseille qui ont montré « la voie à suivre » en refusant de charger des armes. En janvier 1950 dans les Cahiers du communisme, Victor Michaut oppose les mouvements menés par les marins et les dockers marseillais. Parce qu’ils s’appuyaient sur des revendications uniquement matérielles, les premiers n’ont pu que brièvement immobiliser les navires en partance pour l’Indochine. En dépassant le stade de la lutte « élémentaire » pour le pain et les revendications et en résistant aux offres « alléchantes » et à la répression, les dockers algériens et marseillais ne seraient pas tombés « dans le légalisme réformiste ». Dans le numéro de février de la revue du Comité central, Jacques Duclos n’hésite pas à parler « d’actes de lutte pour la paix d’une très haute portée » et de « grande affirmation d’internationalisme prolétarien ». La manifestation du 10 janvier 1950 ainsi que l’appareillage retardé du Pasteur suscitent à leur tour des analyses tout aussi positives. Selon La Marseillaise du 11 janvier, ceux qui ont participé aux événements de la de la veille ont écrit une page de l’histoire qui restera « une grande date dans les traditions ouvrières de la républicaine cité phocéenne ». L’Humanité mentionne le même jour le « sens politique » et la « grande élévation » du « niveau de lutte » des travailleurs marseillais. Bien que les grèves de mars et avril 1950 se soient soldées par un échec, l’Almanach Ouvrier Paysan de l’année 1951 valorise sur quatre pages la « bataille » du port de Marseille menée par « les gardes côtes de la paix ». En décembre 1950, Jeunesse du Monde, le mensuel édité par la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique, consacre un article très élogieux aux luttes menées par les dockers de la cité phocéenne. Quel sens exact convient-il d’attribuer à de telles déclarations ? Faut-il suivre Danielle Tartakowsky lorsqu’elle parle de « démonstrations pour la paix » qui « ne visent à rien d’autre (ou rien de moins) qu’à la construction d’un mouvement d’opinion susceptible de peser à l’échelle mondiale18 » ? La lettre adressée par Pierre Doize au Comité central quelques jours seulement après les événements du 10 janvier 1950 apporte un élément de réponse à cette interrogation. Le secrétaire fédéral propose d’utiliser la manifestation sur la Canebière comme modèle des futures actions. Si Pierre Doize prend une telle initiative, c’est qu’il est persuadé que le bilan du 10 janvier 1950 est suffisamment positif pour faire oublier en haut lieu la déconvenue du 24 août 1949. C’est d’ailleurs en s’appuyant sur cette analyse que le Comité fédéral demandera, le 7 janvier 1952, au peuple marseillais de réussir le 10 janvier une grande journée identique à celle de 1950, initiative qui se soldera par un échec total.

22Deux idées essentielles peuvent être dégagées à l’issue de cette présentation des actions syndicales entreprises à Marseille dans le cadre de la défense de la paix. Les engagements concrets se situent bien en retrait par rapport aux « amples » mouvements de masse espérés. La modestie des résultats obtenus n’a pas empêché que se perpétue la vision positive élaborée à l’issue même des événements.

23Les mouvements organisés par le syndicat des ports et docks constituent le seul cas de passage à l’acte contre la guerre d’Indochine. Les difficultés de la vie quotidienne étant peu propices à une mobilisation ouvrière sur des mots d’ordre de politique internationale, les responsables syndicaux ne voulurent pas se lancer dans des actions minoritaires risquées pour l’avenir de leur organisation. Ils se contentèrent de justifier les positions du Parti. Directement placé en première ligne, les cadres du syndicat des dockers furent les seuls à prendre des initiatives concrètes malgré un contexte défavorable. Leur organisation ne disposait pas des ressources financières suffisantes pour soutenir de telles actions. Leurs responsables ne pouvaient accéder ni au cap Janet, lieu de chargement des navires en partance pour l’Indochine, ni, depuis le 10 décembre 1949, à l’intérieur de l’enceinte du port et du centre d’embauche de la Joliette. La répression avait déjà affaibli la détermination de la base. Le 10 mars 1950, au premier jour de la grève générale, le bilan des sanctions était déjà de 1450 avertissements, 348 retraits temporaires de cartes d’accès au port et 81 retraits définitifs. Les responsables syndicaux agirent de nouveau en communistes disciplinés lorsqu’ils se plièrent à la décision de reprise du travail annoncée par François Billoux.

24Bien qu’il ne soit pas parvenu à susciter les mouvements de masse escomptés, le Parti ne cessa d’utiliser les événements de Marseille pour alimenter sa propagande. Afin de fêter la fin de la guerre d’Indochine, une page entière de L’Humanité, du 22 juillet 1954, fut ainsi consacrée aux « grandes luttes » menées durant en 1950 par les communistes marseillais. Le 22 juillet 1989, à l’occasion de la redécouverte des bobines du Rendez-vous des quais de Paul Carpita, L’Humanité n’hésita pas à évoquer un port de Marseille « entièrement débrayé » en 1950 d’où les armes ne partaient plus « pour aller tuer en Indochine ». Cette continuité de l’analyse permet d’affirmer, pour conclure, que, sur le plan de la propagande au moins, la CGT a pleinement répondu à Marseille aux attentes du PCF. Celui-ci a pu utiliser l’exemple de la grève du printemps 1950 pour nourrir l’argumentaire de ses luttes ultérieures. Il est en outre parvenu à façonner de manière durable la mémoire collective des militants marseillais.

Notes

1 Danielle Tartakowsky, Les Manifestations de rues en France. 1918-1968. Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 561.

2 Archives départementales des Bouches-du-Rhône (ADBR), dossier 148 W 290.

3 Jacques Dalloz, La guerre d’Indochine, 1945-1954, Seuil, coll. « Points Histoire », 1987.

4 La Marseillaise, 16 juillet 1949.

5 ADBR, dossier 148 W 365, rapport de police, fin 1949.

6 ADBR, dossier 148 W 306, rapport envoyé en octobre 1951 par le préfet au ministre de l’Intérieur.

7 ADBR, dossier 148 W 365, rapport déjà cité.

8 ADBR, dossier 148 W 382, rapport du 3 février 1949.

9 Komintern : l’histoire et les hommes. Dictionnaire biographique de l’Internationale communiste, Editions de l’Atelier, 2001, p. 159-163.

10 La Marseillaise, 18 mai 1953.

11 ADBR « bio » établies à la demande de la SMC, déclarations de certains de ces militants, nécrologies publiées dans la presse communiste.

12 La Marseillaise explique, le 27 mai 1949, que le bombardement du 27 mai 1944 fut décidé par les Américains, avec la complicité des réseaux gaullistes, pour briser la grève déclenchée par la CGT clandestine.

13 Témoignage d’Albert Brachet. 29 novembre 1996.

14 ADBR, dossier 148 W 382, rapport du 5 mai.

15 Archives centrales du PCF.

16 Almanach ouvrier et paysan publié par L’Humanité, p. 100.

17 Propos rapportés par Albert Brachet.

18 Danielle Tartakowsky, Les Manifestations…, op. cit.

Auteur

Docteur en histoire

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540