Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Troisième partie. Les militants et l’organisation

La CGT dans le département de la Vienne dans les années 1950 : un syndicat entre crise structurelle et renouvellement des pratiques

David Hamelin

Texte intégral

1Le mouvement syndical dans le département de la Vienne et sa principale composante, la CGT, n’ont guère laissé de trace dans les annales de l’histoire sociale. Oubli volontaire, écho relatif au sein de la population, faibles activités pourraient justifier cette relative résonance. Pour autant, il est nécessaire de s’interroger sur cette méconnaissance du développement de la CGT dans nombre de régions à caractère rural et peu sensibles au syndicalisme ouvrier. Les années 1950 traversées par nombre de difficultés font apparaître avec plus de relief les faiblesses syndicales et relativisent amplement les discours récents sur la crise du syndicalisme. L’approche locale pose deux séries de questions. Existe-t-il pour la Vienne, une évolution différenciée, caractéristique et singulière ou bien au contraire un processus calqué et concomitant aux événements nationaux ? Les années 1950 sont-elles une période où est formulé un nouveau projet syndical ou bien les prémisses d’une crise prolongée ?

2Sans céder aux représentations des discours construits par des archives sujettes à caution, il s’agit d’examiner attentivement et avec tout le discernement possible cette période qui tranche avec les années d’enchantement de l’immédiat après-guerre.

Une union départementale en crise

L’impossible maintien des effectifs

  • 1 Les estimations des effectifs syndicaux, et qui ont été reprises ici, sont celles avancées par les (...)

3L’un des principaux indices de vitalité d’un syndicat réside dans le nombre de ses adhérents et sa capacité à attirer à lui de nouveaux cotisants. Force est de constater que, dans la Vienne, les indicateurs sont particulièrement mauvais. Entre le départ des militants se reconnaissant sous la bannière de Force Ouvrière à la fin de l’année 1947 et 1957, l’UD-CGT perd l’essentiel de ses forces, si bien qu’elle regroupe à peine 2500 adhérents en 1957 alors qu’on pouvait dénombrer plus de 14°000 adhérents dix ans plus tôt1. L’année 1948 est, de loin, la plus destructrice. On peut estimer que 6°000 adhérents quittent la CGT durant l’année, plus du tiers d’entre eux rejoignant Force Ouvrière qui tient son Congrès départemental constitutif en mars 1948. 1°000 à 1°500 autres passent à l’autonomie avec la FEN à l’échelle départementale. Mais le fait le plus significatif de l’époque est sans nul doute l’arrêt de toute forme de militantisme syndical de la part de 2°000 à 2°500 salariés refusant la nouvelle configuration syndicale.

4La désyndicalisation qui touche tous les syndicats de salariés du département, y compris la CFTC et FO, à partir de 1949, affecte plus fortement la CGT qui perd, en moyenne, 600 syndiqués par an, même si cette dernière demeure majoritaire en nombre de cotisants. Monopolisant le champ syndical départemental en 1946-1947 avec 85 % de l’ensemble des salariés syndiqués en son sein, sa proportion se maintient aux alentours de 55 à 60 % sur la période 1948-1962. À partir de 1958, la CGT attire à elle de nouveaux adhérents qui renforcent ses effectifs globaux ; ce qui lui permet d’afficher 3°700 cotisants en 1962 dans un contexte d’accroissement des tensions sociales.

  • 2 Rapport du commissaire principal au préfet, 27 janvier 1950, Archives départementales de la Vienne (...)

5Ce recul tempéré par la reprise de la fin des années 1950 a des conséquences majeures sur l’implantation sectorielle et territoriale. Lors de l’enquête de 19502, la CGT reste, malgré les défections l’organisation syndicale, la mieux implantée et disposant d’une base de recrutement élargie. Dans les secteurs tels que les PTT, l’EDF ou les contributions indirectes, une large majorité d’agents lui est restée fidèle. Cependant si elle conserve ou gagne des adhérents, la CGT perd globalement du terrain en valeur relative, sous l’effet conjoint de la progression du salariat et l’élargissement du champ de syndicalisation de la CFTC et de Force Ouvrière qui créent des sections, parfois avec succès, dans des établissements ou la CGT était l’unique syndicat.

6L’effervescence syndicale à la Libération a permis de diffuser le syndicalisme ouvrier dans les campagnes. Plusieurs UL et syndicats locaux ont en effet, été créés dans des communes, autrefois imperméables à l’influence cégétiste. La désyndicalisation frappe ici plus durement qu’ailleurs puisque tous disparaissent dans les années 1950 à l’exception de l’UL CGT de Loudun. La désyndicalisation durable contribue à fragiliser l’assise de la CGT. Les signes de reprises du début des années 1960 ne permettent pas de faire réapparaître la CGT dans les sites où elle a perdu du terrain, mais ne font que la conforter dans ces bastions traditionnels.

Les élections sociales ou la recherche d’une nouvelle légitimité

7L’édification d’une démocratie sociale à la Libération donne naissance à de nouveaux organismes paritaires où prennent place des syndicalistes élus par les salariés. Ces scrutins tendent à devenir des indicateurs plus précis de la vitalité et de l’audience syndicale parmi les travailleurs. Trois types de scrutins rendent compte du difficile maintien de l’attraction cégétiste dans le département. Au cours des quatre consultations organisées entre 1947 et 1962 pour désigner les administrateurs aux caisses de Sécurité sociale et d’Allocations familiales, la CGT parvient à se maintenir en tête, en réunissant jamais moins du tiers des suffrages exprimés. Pourtant, son influence tend à décroître progressivement. Alors que six allocataires sur dix s’exprimaient en faveur de la CGT en 1947, ils ne sont plus que quatre sur dix en 1962. Si les résultats peuvent apparaître satisfaisants dans les communes à forte densité ouvrière telles Chauvigny ou Châtellerault, ils le sont beaucoup moins dans les autres agglomérations du département, y compris à Poitiers.

8Les cinq scrutins visant à élire les conseillers des conseils de prud’hommes de Châtellerault et de Poitiers, organisés entre 1948 et 1960, permettent à la CGT de mieux résister surtout dans le collège ouvrier, et ce malgré la difficulté à trouver des candidats volontaires et un taux d’abstention avoisinant régulièrement 80 %. La concurrence des autres centrales syndicales ne s’exerce ici que très partiellement.

9L’instauration de scrutins pour désigner les délégués du personnel et des membres des comités d’entreprise permet de mesurer l’influence syndicale à une autre échelle, celle de l’établissement. En dépit du problème de conservation des procès-verbaux, qui rendent impossible toute analyse d’ensemble, il nous est permis d’en tirer quelques conclusions. La concurrence entre syndicats y est accrue. Le maintien de l’audience de la CGT est étroitement lié à l’ancienneté et la solidité de son implantation, ainsi qu’à sa capacité à encadrer les mouvements collectifs. Ce sont ces types de dispositions qui placent la CGT en tête à la Manufacture d’armes de Châtellerault, menacée par des restructurations à la fin des années 1950. Dans les entreprises publiques où le conflit est beaucoup plus institutionnalisé, son influence décroît dès lors qu’un autre syndicat présente une liste concurrente. À EDF, la CGT perd ainsi 30 % des suffrages, entre 1953 et 1959.

10Les élections sociales sont des vecteurs de diffusion de l’idéologie syndicale, mais il n’est pas permis d’affirmer qu’elles ont été favorables à la syndicalisation. Les responsables de la CGT en sont conscients et investissent leurs efforts vers la mobilisation collective qui semble progressivement leur échapper durant cette décennie tout en apparaissant comme plus encline à cimenter les salariés autour de valeurs qu’elle défend.

La mobilisation collective, une pratique en déclin ?

  • 3 Rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 20 décembre 1947, 1W 3150, ADV.

11À la sortie de la guerre, l’UD-CGT, se conformant aux directives confédérales, choisit de participer à l’effort de reconstruction. Il s’agit notamment de limiter l’émergence de conflits collectifs, en dépit de la prégnance des difficultés sociales et économiques. Toutefois, à partir du printemps 1947 les conflits resurgissent et atteignent leur point culminant en décembre, sans témoigner d’un caractère de violence. Il n’y aura en effet ni piquet de grève, ni occupation d’usines ni manifestation de rue3.

  • 4 Les chiffres et conclusions avancés en matière de conflits du travail sont la synthèse des informa (...)

12Entre 1948 et 1962, la CGT demeure la plus impliquée dans les grèves qui touchent le département. Dans le secteur privé, sa domination est écrasante : 78 % des grèves sont menées par elle seule4. Les secteurs qui ont la plus grosse propension à entrer dans une grève sont ceux où la CGT est fortement implantée localement, tels que les PTT, les établissements de l’État, la SNCF ainsi que la métallurgie et le bâtiment. Peu fréquente en nombre, la grève est un phénomène généralement bien suivi, avec la participation de près des deux tiers des personnels concernés en moyenne, et se révèle efficace, surtout dans le secteur privé puisque sur 87 conflits recensés, 50 se résolvent par la satisfaction complète ou partielle des demandes formulées.

13Ceci étant, de nombreux indices témoignent des difficultés rencontrées dans la capacité de mobilisation et de leur encadrement par les syndicats. La réussite des actions collectives reste tributaire de la bonne santé des organisations syndicales. La courbe des conflits et du nombre de salariés mobilisés est assez proche de celle des effectifs syndicaux, si bien qu’en 1956, l’une des années les plus défavorables en terme d’effectifs, on ne compte que huit grèves.

14Le bras de fer entre gouvernement et syndicats au cours de l’été 1953 est assez illustratif des difficultés que rencontre la CGT. Ses militants ont en effet contribué à élargir le mouvement mais, dans le même temps, ont connu toutes les peines à encadrer le conflit qui leur échappe en partie, en raison de sa relative spontanéité, et de l’absence d’une coordination interne efficace. De surcroît, ce conflit ne se traduit pas, dans les mois qui suivent, par un regain de syndicalisation.

15Si la CGT perd un temps sa capacité à entraîner les salariés dans les grèves, elle perd également son attractivité dans de nombreuses réunions, meetings et rassemblements. La fête du travail, remise à l’honneur à la Libération et organisée par la CGT, attirait 4000 personnes à Poitiers en 1947. Mais deux ans plus tard, on ne compte plus que 150 participants et près d’une cinquantaine en 1955. Il en est de même des commémorations des événements du 12 février 1934 initiées par la CGT et le PCF qui ne regroupent plus que 12 personnes en 1954, date où est sonné le glas de cette cérémonie dans le département.

Des années d’expérimentations et de quêtes de solutions

Le difficile chemin de l’unité d’action

  • 5 Rapport du sous-préfet de Châtellerault au préfet de la Vienne, 24 octobre 1948, 1W 3151, ADV.
  • 6 Les réunions du bureau de l’UD-CGT, les rapports d’activité et les discussions lors des congrès dé (...)

16La notion d’unité dans le mouvement syndical est récurrente depuis sa fondation. La pluralité, imposée par l’émergence de Force Ouvrière, contraint les dirigeants de la CGT à redéfinir sa tactique syndicale. Passés les mois à vilipender les « traîtres » de FO, le discours cégétiste tend à se transformer au cours de l’été 1948. Dans l’espoir d’un retour au sein de la CGT des dissidents de décembre 1947, les attaques se dirigent alors en direction des dirigeants de l’UD FO, accusés de tromper délibérément les syndicalistes de base de leur organisation. À partir de l’automne 1948, le concept d’unité d’action est employé de plus en plus souvent dans les résolutions, articles et discours syndicaux. L’unité d’action s’annonce alors comme le meilleur moyen d’arracher des victoires sociales, de resserrer les liens de la classe ouvrière et, implicitement, de ramener les syndicalistes FO à la CGT. La rapidité à laquelle des actions communes heureuses s’organisent à la rentrée 1948 et dans les mois qui suivent, comme l’atteste la journée d’action du 24 septembre 1948 qui, sous l’impulsion de la CFTC de FO et de la CGT, réunit 2500 travailleurs dans les rues de Châtellerault – « chiffres jamais atteints à l’occasion des précédentes manifestations de ce genre à Châtellerault5 » – conforte la CGT à poursuivre dans cette voie6.

17L’enfermement de l’UD-CGT entre 1950 et 1953 dans une position politico-syndicale et l’isolement qui en découle, ainsi que les multiples difficultés propres à ses deux rivales rendent très délicates les possibilités d’actions communes.

  • 7 Rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 8 août 1955, 1 W 3124, ADV.
  • 8 Réunion du bureau de l’UD-CGT, 21 janvier 1956, archives de l’UD-CGT.

18À compter de 1955, dans un contexte économique plus clément, les contacts entre UD ainsi qu’avec les syndicats d’enseignants et les partis politiques de gauche se rétablissent, dans le but d’obtenir le partage des fruits de la croissance. Au début de l’été, ce cartel mène une campagne pour la suppression des zones de salaires et organise des comités d’actions dans différents cantons du département7. Si la CGT voit dans cette coalition le succès de sa tactique en faveur de l’unité d’action, il n’en va pas de même pour ses partenaires syndicaux, hostiles à toute union prolongée. Dès que la CGT souhaite emmener ses rivales sur le terrain politique et international, l’unité d’action est rendue impossible et peut même geler durablement les possibilités d’action collective. Ceci est notamment palpable lors de la campagne pour les élections législatives du mois de janvier 1956. L’UD-CGT, choisit alors de soutenir les forces de gauche, meilleure garantie, selon ses dirigeants, pour l’application de son programme revendicatif8. Elle tente de constituer des comités de Front populaire avec FO et la CFTC, initiative qui se solde par un échec total. Les tentatives de mobilisation au moment de la crise morale et politique du printemps 1958 ne rencontrent pas davantage de succès. L’appel lancé par la CGT pour une grève générale est refusé par FO et la CFTC et les initiatives qu’elle organise ne rencontrent qu’un écho relatif.

19Après un isolement forcé de quelques mois, les perspectives d’actions collectives réapparaissent sous l’effet de plusieurs facteurs : le rejet des conséquences du plan Pinay-Rueff, la crainte d’une déstabilisation du pouvoir par les putschistes algériens, les problèmes croissants de l’économie et de l’emploi local, ainsi que l’évolution interne des UD FO et CFTC plus investies sur le terrain militant permettent de réitérer les expériences unitaires. Ainsi en 1961, la Vienne est touchée par 36 grèves, très suivies grâce au tandem CGT-CFTC, essentiellement initiées par les travailleurs relevant du secteur public et nationalisé.

La recherche d’une nouvelle voie

  • 9 Rapport du sous-préfet de Châtellerault au préfet de la Vienne, 11 octobre 1948, 1 W 2879, ADV.

20Comment endiguer le déclin syndical et la perte de crédibilité dans un cadre pluraliste ? C’est à cette question que les responsables de la CGT de la Vienne sont confrontés, au lendemain de la scission. Consciente d’une désyndicalisation qui frappe l’ensemble des organisations syndicales du département, la CGT décide de réorganiser ses structures et son appareil syndical. Le premier des chantiers vise à intégrer, mieux qu’auparavant, les femmes et les jeunes. Dès 1948, un comité de jeunes est créé, dans le but de promouvoir et d’approfondir les questions de l’amélioration de la vie des jeunes travailleurs et de supprimer certains abus dont ils font l’objet. Mais ce comité a une existence éphémère puisqu’il est délaissé, dès l’année suivante9.

  • 10 Note d’information n° 1904, 12 juin 1948, 1 W 2979, ADV.

21Le Congrès de juin 1948 de l’UD-CGT fait le constat du trop faible nombre de militantes au sein des syndicats. Pour favoriser leur insertion, il est alors décidé que dans chaque syndicat où sont présentes des femmes, doit être constituée une commission spécifique de femmes. En 1950, une commission départementale se structure, sous la responsabilité de Madeleine Jourde, chargée de coordonner et de favoriser la création de commissions féminines. Cet organisme qui se réunira rarement établira des revendications abordant les femmes sous un double aspect, celui de la travailleuse et celui de la mère de famille10.

22À la fin des années 1940, la CGT s’attelle à la formation de structures transversales regroupant des militants éparpillés dans les syndicats. En 1949, la CGT recense 1200 chômeurs dans le département, dont 500 à Poitiers. Peu sont indemnisés, excepté à Châtellerault. Plusieurs comités de chômeurs patronnés par la CGT voient le jour au cours des années 1950, au gré des fluctuations du marché de l’emploi. Leurs revendications portent sur l’extension territoriale des caisses de chômage et l’obligation qui est faite aux pouvoirs publics de fournir immédiatement du travail.

  • 11 Note d’information n° 275, 8 mars 1952, 1 W 2979, ADV.

23Afin d’accroître l’efficacité de la CGT sur le plan juridique, notamment dans l’aide apportée aux salariés confrontés aux employeurs dans le cadre des tribunaux de Prud’hommes, les conseillers élus de la CGT, associés à d’autres militants aux compétences reconnues, créent en mars 1952 un conseil juridique au sein de l’UD11. Lieu de coordination de l’action, de l’étude des cas spécifiques et de la préparation des dossiers relevant de sa compétence, ce conseil juridique s’avère rapidement un organisme indispensable et permet d’obtenir de nombreux résultats positifs pour les salariés défendus. Des tentatives pour sensibiliser les sections syndicales au travail de ce conseil ne rencontrent cependant que peu de succès. Le conseil est la structure la plus efficace et la plus durable mise au point par la CGT au cours de ces années.

24Ainsi, l’organisation interne de la CGT, la rationalisation et la mise en commun des expériences au-delà du secteur professionnel d’origine, deviennent dans les années 1950 des préoccupations permanentes, contrastant avec les pratiques d’avant-guerre, encore imprégnées de corporatisme, et caractérisées par un certain laxisme organisationnel.

Le choix d’une voie gestionnaire

25L’investissement soutenu des militants de la CGT au sein des organismes issus de la Libération, tels que les caisses de Sécurité sociale ou les comités d’entreprise, a été particulièrement fructueux. Le défi était pourtant difficile à relever. Les militants de la CGTU et communisants étaient restés totalement à l’écart des premiers organismes à dimension gestionnaire et d’entraide ouvrière, apparus durant l’entre-deux-guerres, structures qu’ils rejetaient, laissant le champ libre aux militants de la CGT qui les intégrèrent avec un succès certain. Mis en minorité en 1947, les ex-confédérés qui rejoignent FO conservent des positions de premier plan dans ces différents organismes. Il s’agit donc pour la CGT d’investir ou de réinvestir de nombreuses structures et de former une génération de gestionnaires compétents et ce, en pleine période de désyndicalisation.

  • 12 Note pour le chef du cabinet du préfet, 16 mars 1948, 1 W 2977, ADV.

26Malgré ses difficultés internes, la CGT parvient à intégrer les multiples places qui s’offrent à elle, même si elle apparaît sous-représentée. Ses militants sont présents au sein des commissions départementales qui traitent, entre autres, des salaires, de la reconstruction ou bien du ravitaillement général qui entourent le préfet et le conseillent dans ses choix ; un document rédigé en 1948 les chiffre à dix-huit12.

  • 13 Le Patriote Poitevin, n° 140, 11 mai 1947, ADV, 270 Jx1.

27Il n’existe pas de données précises sur le nombre de délégués du personnel et des comités d’entreprise pour les années 1950, ce qui rend difficile l’appréhension globale de l’investissement cégétiste en leur sein. Souvent unique syndicat implanté, la CGT pousse à la constitution de ces organismes, comme aux usines Duteil à Naintré, ou aux usines Leclanché à Chasseneuil, et remporte la totalité des sièges. Peu enclin au dialogue social, le patronat local peut contester la validité des scrutins en employant parfois une argumentation fantaisiste13.

  • 14 Le Patriote Poitevin, n° 366, 16 décembre 1950, ADV, 270 Jx2.

28Tout en insistant sur l’importance de ces organismes, les dirigeants de la CGT manifestent rapidement des inquiétudes devant le retour d’une certaine forme de paternalisme patronal. Selon Pierre Crouzat, évoquant les problèmes rencontrés aux établissements Lebon Couturier, « les ouvriers de l’usine ont perdu de vue les perspectives de la nécessité de l’organisation syndicale14 ». Si les remontrances vont en diminuant au cours des années 1950, force est de constater que ces organismes n’ont contribué que partiellement à la syndicalisation et à l’efficience d’un contrôle ouvrier.

À la recherche de données explicatives

L’impossible démocratisation

29Hormis la période de la Libération, le recrutement, la participation des syndicats, et l’intégration des militants dans les organes dirigeants du département représentent un problème récurrent dans la vie de la CGT.

  • 15 La Vienne ouvrière et syndicaliste, février/mars 1960, p. 4, archives de l’UD-CGT.

30S’il est indéniable que les adhérents de la CGT sont actifs au sein de leur syndicat, il n’en est pas de même dans les structures intermédiaires telles que les UL ou l’UD, ce qui place la CGT dans une situation tout à fait paradoxale. Alors qu’elle possède le plus de cotisants, qu’elle se place très souvent en tête des scrutins électoraux et des mouvements revendicatifs, on note une très faible participation des syndicats aux congrès. Le nombre de syndicats représentés fluctue de 19 en 1953 à 30 en 1958, mais il est plus souvent compris entre 20 et 25, ce qui est particulièrement faible en comparaison des congrès FO par exemple qui réunissent en moyenne près de deux fois plus de syndicats avec près de deux fois moins d’adhérents. On peut estimer en l’absence de données complètes qu’un syndicat sur deux, voire sur trois, est environ représenté aux congrès et s’exprime sur les décisions prises à l’échelle départementale. Ce manque chronique de participation est apparent au cours des réunions de la Commission exécutive de l’UD et des comités généraux. Les cadres actifs de l’UD ne manquent pas d’alerter les syndiqués sur cette question. Le rapport d’activité rédigé par le bureau de l’UD interpelle les militants en 1960, rappelant que « nous avons beaucoup à faire à tous les échelons, malgré nos efforts […] la participation et le travail collectif sont encore très imparfaits. Trop souvent encore la responsabilité repose sur un ou deux camarades surchargés de tâches15 ».

31Les différents titres de presse que produit la CGT sont aussi victimes du manque d’intérêt des syndiqués alors que ceux-ci sont censés être d’excellents vecteurs de « la bataille des idées ». La Vie Ouvrière, hebdomadaire confédéral de la CGT, malgré le soin particulier apporté à sa diffusion ne sera jamais diffusée de manière satisfaisante. En 1952, 683 exemplaires sont placés dans les syndicats. On n’en compte plus que 464 en novembre 1959. Journal à l’intention des militants, Le Peuple rencontre un succès encore moindre puisqu’en 1956, on ne compte que quelques abonnements individuels et moins de dix syndicats le reçoivent.

32Au regard de cette situation, on comprend sans mal la difficulté de renouvellement des organes dirigeants soumis à une triple nécessité : s’assurer du renouvellement générationnel continu, trouver des militants compétents et capables de s’investir et de gérer pour le mieux ces organismes, garantir la continuité et la cohérence idéologique, empruntes de marxisme.

33Afin de disposer d’un vivier suffisamment large et d’intéresser les nouveaux venus aux questions interprofessionnelles, les organes directeurs ont été régulièrement élargis. Cette technique n’a pas permis de fixer beaucoup de militants puisqu’en moyenne, la moitié des dirigeants sont reconduits d’un congrès à l’autre.

Un département en crise

34L’impossibilité pour la CGT et ses cadres actifs à empêcher le délitement de leur organisme ne peut simplement être imputé à des dysfonctionnements internes. La Vienne rencontre dans les années 1950 des difficultés sur les plans économiques et démographiques et qui ne se dénouent qu’au milieu de la décennie suivante.

  • 16 Géraldine Langoumois, La Vienne : étude géographique de la structuration de l’espace départemental(...)
  • 17 Pour appréhender la spécificité de cet axe dans l’économie locale, cf. le Mémoire de DES de C. Fon (...)

35La Vienne reste un département à dominante rurale avec près d’un actif sur deux employés dans le secteur primaire, alors qu’en France, un peu plus du quart seulement des actifs travaille la terre. Cette situation révèle un sous-développement de l’activité industrielle qui régresse même entre 1946 et 195416, mais aussi du secteur tertiaire. La main d’œuvre salariée est de surcroît dispersée. La plupart des usines demeurent des entreprises familiales ou artisanales employant quelques salariés. Le département ne compte alors qu’une entreprise de plus de mille salariés, la Manufacture d’armes de Châtellerault. La majorité d’entre elles se situent dans un espace géographique restreint, appelé le seuil du Poitou entre Poitiers et Châtellerault. Le reste du département demeure à l’écart de tout développement industriel17.

36Les activités tertiaires, hormis le secteur des transports, sont globalement mieux développées notamment les services publics, et les administrations publiques. Une fracture importante s’accentue entre les centres urbains, relativement isolés, et les campagnes largement dominantes mais déclinantes. Les zones urbaines cumulent les handicaps avec un faible dynamisme démographique et économique, ainsi qu’un manque criant d’attractivité même si une amélioration est perceptible à la fin des années cinquante. Quoi qu’il en soit, les activités industrielles et tertiaires n’ont cependant pas su prendre le relais de l’agriculture, et une partie des travailleurs, « libérés » de l’agriculture, quittent finalement le département pour trouver un emploi que les villes locales ne peuvent leur offrir.

  • 18 Le combat des salariés de la MAC qui dure près de dix ans n’a pas encore fait l’objet d’étude appr (...)

37Les évolutions sociales propres au département ne favorisent aucunement le syndicalisme. La structure des entreprises, la fragilité du salariat et l’instabilité de l’emploi sont de véritables freins à la syndicalisation au sein d’une organisation où l’on est plus exposé qu’ailleurs. La fragilité du tissu industriel et de l’économie locale donne alors un relief particulier à certaines luttes en faveur du maintien de l’emploi local, comme celles entreprises par les salariés de la Manufacture de Châtellerault dont l’emploi est menacé par une hypothétique rétrocession ou vente de l’usine. Cette lutte devient celle de tous les salariés soutenus par la plupart des partis politiques et des syndicats soucieux de l’avenir du département18.

La politique contre les syndicats ?

  • 19 Michèle Cointet-Labrousse, La vie politique dans la Vienne de 1919 à 1939, Doctorat de 3e cycle, U (...)

38Le contexte politique de la Vienne au cours des années 1950 favorise-t-il le syndicalisme ou se présente-t-il comme un frein à son affirmation ? Grâce à Michèle Cointet-Labrousse19, on sait que la vie politique locale repose peu sur l’activité des partis, peu présents dans la vie quotidienne mais essentiellement sur des organisations non politiques appelées « institutions relais » dont les syndicats font partie.

39Décisif avant la guerre, le facteur humain des candidats aux postes de pouvoir conserve sa prépondérance sur les idées au cours des années 1950, à tel point que nombre d’hommes politiques déchus dans le département lors de l’épuration retrouvent à la fin des années 1940 aisément la place qui était la leur auparavant, même lorsque des élections interviennent. Aussi la CGT doit s’insérer dans un univers théoriquement hors de ses valeurs. Comment syndiquer en masse et représenter des intérêts collectifs lorsqu’une population est habituée à ne pas prendre part aux débats politiques et à s’en remettre le plus souvent à des personnalités pour régler les problèmes du quotidien ?

40Des valeurs et pratiques perdurent jusque dans les années 1960 qui ne facilitent pas l’implantation cégétiste. Le facteur religieux continue à imprégner profondément la société poitevine, comme en témoigne le maintien relatif des pratiques et des cultes catholiques à l’exception du sud du département, par ailleurs favorable aux candidats de gauche.

  • 20 Karine Laumont, L’anticommunisme dans la Vienne dans les années 1930, Maîtrise, Université de Poit (...)

41Le facteur le plus défavorable à la CGT reste le maintien de l’anticommunisme dans les mentalités collectives, véhiculé par le personnel politique de droite et une large partie de la presse locale depuis les années 193020. Identifiée comme une filiale, une partenaire du Parti communiste, la CGT est l’objet d’attaques multiples et continues, ce qui l’handicape particulièrement dans ses relations avec l’UD-FO, pour qui l’anticommunisme constitue le ciment.

42Les forces de gauche dans le département ne sont pas en mesure d’offrir des débouchées politiques aux revendications cégétistes. Sous la IVe République, la SFIO et le Parti communiste ne cessent de reculer sur le plan électoral dans des proportions plus importantes que la moyenne nationale au profit des candidats gaullistes et du MRP.

43Aussi la CGT est plus en capacité, malgré ses faiblesses, d’apporter au monde politique que les partis au syndicalisme, ne serait-ce qu’en terme de vivier militant ou en soutien logistique. En témoigne le nombre de syndicalistes de la CGT candidats ou ayant eu des mandats municipaux à Poitiers ou à Châtellerault durant les années 1950.

44La CGT dans la Vienne traverse les années 1950 péniblement à l’instar des autres organisations syndicales. Désyndicalisation, désintérêt des adhérents, échecs répétés sont le quotidien des cadres cégétistes qui tentent de maintenir leur organisation à la hauteur des enjeux du moment au sein d’une aire géographique qui leur est, plus qu’ailleurs, défavorable.

45Doit-on conclure pour autant que la CGT est dans l’impasse ? Les signaux positifs sont rares mais la CGT n’est pas insensible aux mutations externes ou internes. Sous l’effet du renouvellement de son personnel dirigeant, adhérents ou proches idéologiquement du Parti communiste, s’opère une réelle reformulation du projet syndical à la fois profonde et lente. Aussi, deux approches syndicales, auparavant autonomes dans le département tendent à devenir interdépendantes et à devenir le ciment de la CGT : d’une part, un syndicalisme de lutte ou de classe comme l’atteste la permanence des conflits sociaux et d’un discours volontiers « rupturiste » et d’autre part l’affirmation d’un syndicalisme de service et gestionnaire, déjà éprouvé localement avant-guerre et qui se prolonge par le biais des organismes paritaires. En somme les années 1950 scellent certaines pratiques militantes de la CGT dont les lignes de forces perdurent bien au-delà de cette période singulière de l’histoire du syndicalisme.

Notes

1 Les estimations des effectifs syndicaux, et qui ont été reprises ici, sont celles avancées par les Renseignements généraux du département.

2 Rapport du commissaire principal au préfet, 27 janvier 1950, Archives départementales de la Vienne (ADV).

3 Rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 20 décembre 1947, 1W 3150, ADV.

4 Les chiffres et conclusions avancés en matière de conflits du travail sont la synthèse des informations recueillies dans les liasses 1W 2061, 1W 3150 à 1W 3159, ainsi que 1W 4078 et 1 W 4580 conservés aux ADV.

5 Rapport du sous-préfet de Châtellerault au préfet de la Vienne, 24 octobre 1948, 1W 3151, ADV.

6 Les réunions du bureau de l’UD-CGT, les rapports d’activité et les discussions lors des congrès départementaux étudient minutieusement les avancées de cette stratégie.

7 Rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 8 août 1955, 1 W 3124, ADV.

8 Réunion du bureau de l’UD-CGT, 21 janvier 1956, archives de l’UD-CGT.

9 Rapport du sous-préfet de Châtellerault au préfet de la Vienne, 11 octobre 1948, 1 W 2879, ADV.

10 Note d’information n° 1904, 12 juin 1948, 1 W 2979, ADV.

11 Note d’information n° 275, 8 mars 1952, 1 W 2979, ADV.

12 Note pour le chef du cabinet du préfet, 16 mars 1948, 1 W 2977, ADV.

13 Le Patriote Poitevin, n° 140, 11 mai 1947, ADV, 270 Jx1.

14 Le Patriote Poitevin, n° 366, 16 décembre 1950, ADV, 270 Jx2.

15 La Vienne ouvrière et syndicaliste, février/mars 1960, p. 4, archives de l’UD-CGT.

16 Géraldine Langoumois, La Vienne : étude géographique de la structuration de l’espace départemental, Maîtrise, Université de Poitiers, 1996

17 Pour appréhender la spécificité de cet axe dans l’économie locale, cf. le Mémoire de DES de C. Fontes, « Axe » Poitiers-Châtellerault. Aspects de la vie industrielle, 1968.

18 Le combat des salariés de la MAC qui dure près de dix ans n’a pas encore fait l’objet d’étude approfondie. Il existe pourtant plusieurs liasses (1 W 2640 ; 1 W 2641 ; 1 W 4438) conservées aux ADV permettant d’en retracer les principaux épisodes.

19 Michèle Cointet-Labrousse, La vie politique dans la Vienne de 1919 à 1939, Doctorat de 3e cycle, Université de Nanterre, 1971.

20 Karine Laumont, L’anticommunisme dans la Vienne dans les années 1930, Maîtrise, Université de Poitiers, 1994, 115 p.

Auteur

Doctorant en histoire

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540