Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Troisième partie. Les militants et l’organisation

La direction de l’UD-CGT de l’Oise (1948-1963)

Jean-Pierre Besse

Volltext

  • 1 « Comme dans toute scission, des militants sont partis sur la pointe des pieds et ont abandonné to (...)
  • 2 Ces chiffres proviennent des renseignements généraux : rapports du 11 avril 1956 et du 4 mai 1957, (...)

1L’Union départementale CGT-Oise compte avant la scission 44°000 adhérents. En 1948, ce chiffre tombe à 22°000, recul qui ne s’explique que très partiellement par les passages à la CGT-FO; la raison essentielle réside en effet dans une désyndicalisation massive des adhérents déboussolés par cette scission ainsi que par la situation politique nationale et internationale1. Le recul s’accentue en 1949 – 14°500 ou 16°000 adhérents selon les sources – puis est stoppé en 1950 : le nombre des syndiqués remonte alors à 20°000. Durant les années 1950, les effectifs fluctuent entre ces eaux : 18°000 en 1952-1953, 16°500 en 1954-1955, 17°700 en 1956 et 18°350 en 19572. L’UD de l’Oise se classe, à la fin de la IVe République, dans les quinze plus nombreuses de la CGT.

2Au-delà de la répartition par sexe et par âge, cette étude de la direction de l’UD-CGT de l’Oise entre 1948 et 1963 prend en compte son renouvellement, la représentation des fédérations en son sein et surtout ses liens avec la direction départementale communiste durant la même période. Il s’agit donc, si c’est possible et en schématisant, de dresser le portrait type du dirigeant cégétiste.

Quelques remarques préliminaires

  • 3 Un rapport des renseignements généraux du 7 juin 1949 fournit la composition de la CA élue à l’iss (...)

3Pour répondre à ces questions, nous avons utilisé les rapports des préfets et sous-préfets et ceux des renseignements généraux conservés aux Archives départementales – malheureusement les versements s’arrêtent en 1958-1959 – et d’autre part les archives de l’UD-CGT, plus exactement les listes qu’elles conservent des directions départementales entre 1948 et 1963. Ces listes sont incomplètes pour la période comprise entre 1949 et 19523. Ces années correspondent à une grave crise traversée par la CGT de l’Oise.

4En mai 1949, dans son rapport mensuel, le préfet écrit :

« Le Congrès départemental de la CGT qui s’est tenu à Compiègne les 21 et 22 mai 1949 marque une étape importante dans la vie syndicale de l’Oise. Les milieux ouvriers manifestent une désaffection de plus en plus sensible à l’égard des organisations professionnelles. Certains membres de l’UD et des UL ont été sévèrement critiqués. Quant au secrétariat, il s’est révélé inapte à gérer les intérêts syndicaux car il n’a pas su rompre avec les méthodes bureaucratiques et organiser rationnellement son travail […]. Il a été dénoncé la carence des membres dirigeants ainsi que le manque d’enthousiasme et de combativité des masses […]. Consigne a été donnée aux délégués de réformer leurs méthodes de travail et leur organe de direction. »

  • 4 ADO, 116 W 11 833.

5Ce même rapport note plus loin : « La CGT traverse actuellement une crise interne et son emprise sur les masses s’avère beaucoup moins efficiente. Les salariés agricoles manifestent d’ailleurs la même désaffection à l’égard des syndicats4. »

  • 5 Le rapport du préfet signale la tenue du 24e Congrès les 5 et 6 mai 1951 à Creil, mais ajoute « pe (...)
  • 6 Paul Lamarche, en poste depuis 1945, laisse la place, en avril 1950, à Henri Bruyère qui est rempl (...)
  • 7 ADO, 394 W 3 934.

6Selon la numérotation des congrès départementaux, ce n’est pas moins de deux congrès qui se tiennent entre celui mai 1950 et celui d’avril 1952 alors que jusqu’à cette date la fréquence était annuelle5. Trois secrétaires se succèdent6 et plusieurs dirigeants sont mis à l’écart ou se retirent sous des prétextes les plus divers. En mars 1950, Charles Maine, l’un des rares socialistes membres de la CA, secrétaire de l’Union locale de Liancourt, jugé « peu combatif », est remplacé par Albert Ryckaert. En janvier 1952, Georges Brouard, secrétaire de la Fédération de l’agriculture « quitte la scène syndicale locale ». En novembre 1952, Louis Térèse démissionne du secrétariat de la fédération départementale du bâtiment. Les militants les plus anciens de la CGT, ceux qui étaient déjà à la direction départementale avant 1939, se retirent volontairement ou involontairement et les rares socialistes font de même. La crise est aussi financière et liée à la baisse des effectifs. L’encaisse de l’UD qui s’élevait en janvier 1947 à 877430 F n’est plus que de 80°074 F en avril 1950 et il reste alors à payer 350°335 F…! S’il y a toujours trois secrétaires permanents en 1949, l’UD n’emploie plus qu’une salariée contre trois en 19467. Enfin en octobre 1950, la CGT perd la présidence du Conseil d’administration de la caisse primaire de Sécurité sociale de Creil. Le représentant de la CFTC, Louis Faccenda, bat Paul Lamarche, ancien secrétaire général de l’UD, qui tentait de succéder à un autre cégétiste. Cette crise est à rapprocher de celle que traverse à la même période la Fédération communiste.

  • 8 Sur les forces politiques et syndicales isariennes au sortir de l’Occupation, je renvoie à ma cont (...)

7Dernière remarque concernant les sources, la presse nous a été de peu de secours. Il n’existe pas de presse départementale cégétiste dans l’Oise après 1948; La Voix syndicale, mensuelle, paraît de 1946 à 1948. D’autre part, l’hebdomadaire communiste Le Travailleur de l’Oise publie son dernier numéro en juillet 1948 et Le Patriote de l’Oise, organe du Front national, cesse, lui, de paraître en 1951-19528. Le Réveil républicain de l’Oise, organe départemental de la SFIO, s’intéresse uniquement à la CGT-FO, et la presse de droite, en particulier Le Progrès de l’Oise de Jean Legendre, est surtout prolixe sur les crises qui secouent la Fédération communiste et les exclusions qu’elles entraînent.

Un renouvellement considérable

  • 9 Marie Wattelier, la femme qui reste le plus longtemps à la direction départementale (six ans !), e (...)

8Notre corpus compte 190 noms, rappelons qu’entre 1950 et 1952 nous ignorons les directions élues aux 23e et 24e Congrès. Nous avons pris en compte les suppléants qui semblent avoir le même rôle que les titulaires. Certains militants passent d’ailleurs d’une catégorie à l’autre, aussi bien dans un sens que l’autre9. En revanche, nous n’avons pas comptabilisé les membres de la Commission de contrôle financier dont nous ne connaissons la composition qu’à partir du Congrès de décembre 1956.

  • 10 Quatre figurent dans la première direction départementale de la CGT-FO.

9Le nombre des membres de la Commission administrative de l’UD varie de 27 titulaires et cinq suppléants en 1948 et 1949 à 32 titulaires et huit suppléants entre 1950 et 1952 (cinq suppléants en 1952). Le nombre des titulaires reste stable à 27 jusqu’en 1960 et tombe à 26 en 1963. Seul varie le nombre des suppléants : trois en 1953 et 1954, cinq en 1956, sept par la suite et à nouveau cinq en 1963. Rappelons qu’avant la scission, il y avait 38 titulaires10.

  • 11 Il est durant toute la période le trésorier fédéral. Secrétaire de mairie à Saint-Just-en-Chaussée
  • 12 Outre Jean Camus, Jules Carlin, Henri Bruyère et Francis Pen, il s’agit de François Schmitt de 195 (...)

10124 militants (66°%) restent membres de la direction, uniquement le temps d’un congrès. Un seul, Jean Camus11, y figure de 1948 à 1963. Deux sont restés onze ans membres de la direction départementale : Henri Bruyère, secrétaire fédéral jusqu’en 1952 avant de devenir le secrétaire de la Fédération communiste et Jules Carlin. Francis Pen, après un passage en 1948, revient à partir d’avril 1952 date à laquelle il accède au poste de secrétaire général qu’il conserve jusqu’en 1980. Au total neuf militants, seulement, sont restés à la direction six ans et plus12.

11Sur les 27 titulaires de 1948, 17 étaient présents en 1947 avant la scission. Donc même après la scission et malgré la diminution du nombre des membres de la CA on enregistre dix entrées (37 %). En 1949, le renouvellement atteint 57 %, il est de 50 % à l’issue du Congrès de 1950, 63 % en 1952, 40 % en 1953, 63 % en 1954, 74 % en 1956, 56 % en 1959, 44 % en 1960 et 61 % en 1963.

  • 13 Nous avons trouvé la date de naissance de plus de la moitié – 99 – des militants constituant notre (...)
  • 14 Constatant au plan national la même sous-représentation des femmes, Michel Dreyfus écrit : « Le pl (...)
  • 15 Les premiers ouvriers nord-africains sont arrivés dans le bassin creillois au cours des années 192 (...)

12On peut avancer à ce renouvellement plusieurs explications, au-delà des départs dans un autre département ou de la sortie de la vie active. Il y a d’abord, c’est évident, une politique volontariste de promouvoir rapidement de nouveaux militants surtout s’ils sont jeunes. La moyenne d’âge des dirigeants lors de leur accession à la CA est de 34 ans et demi et même de 32 ans si on retranche la CA de 1948, la plus « âgée » avec 41 ans13. De la même façon, cette politique volontariste se retrouve pour la représentation des femmes, des jeunes et à certaines périodes des Nord-Africains. Les femmes ne sont que 18 au total, soit moins de 10 % : quatre en 1948, deux en 1949, quatre en 1952 et 1953, une en 1956 et 1959, deux en 1960 et quatre en 196314. Dans la CA de 1948, trois postes sont réservés pour les jeunes, ce n’est plus le cas par la suite du moins ne sont-ils pas mentionnés comme tels. En 1953, deux postes de suppléants sont réservés pour « deux camarades nord-africains à désigner par le syndicat des produits chimiques de Villers-Saint-Paul15 ». Notre corpus compte un militant étranger, un représentant des métallurgistes du bassin creillois, Lénine (!) Giaccolone.

  • 16 Les renseignements généraux fournissent une multitude de renseignements sur ce congrès : nombre de (...)

13Seconde explication, l’éviction de la direction est souvent une sanction à l’absentéisme manifesté par certains dirigeants. À l’issue du 27e Congrès tenu à Creil les 20 et 21 novembre 1954, quatre titulaires sont évincés pour n’avoir assisté à aucune ou qu’à une seule des douze réunions de la CA16. On peut simplement remarquer qu’il ne devait pas être facile à un ouvrier agricole du Valois (Jacques Lobin) de venir assister à ces réunions à Creil ou encore à un ouvrier nord-africain (Amzar), confronté sans doute à d’autres difficultés.

  • 17 ADO, 450 W 6752.

14La dernière explication est le départ-sanction à la suite d’un désaccord. Sur la période, d’après les rapports du préfet, au moins deux dirigeants de la CGT-Oise sont passés à FO. On remarque aussi l’ampleur du renouvellement de la direction à l’issue du Congrès de décembre 1956 même si rien ne nous permet de l’attribuer à l’impact des événements de Hongrie. Cependant les Archives départementales conservent une lettre de démission adressée au préfet par plusieurs militants cégétistes des entreprises textiles du beauvaisis et d’une entreprise métallurgique du bassin creillois au lendemain de l’intervention des chars soviétiques à Budapest. Parmi les signataires figure Georgette Huriez, membre de la CA de 1953 à 195417.

15Le renouvellement est aussi important au niveau du bureau entre 45 et 63 % à chaque congrès jusqu’en 1956. Tout au plus peut-on noter ici une « stabilisation » à partir du Congrès de 1956 : le taux de remplacement est de 44 % en 1959, 30 % en 1960 et 38 % en 1963. Quatre femmes au total ont accédé au bureau où aucune ne siège entre 1954 et 1960. Le phénomène d’instabilité est aussi sensible en ce qui concerne le secrétariat qui se compose de deux (1948), trois (1952, 1954 à 1960) ou quatre (1949, 1953, 1960 à 1963) membres. Quatorze militants sont passés au secrétariat de l’UD entre 1948 et 1963 et la moitié n’y est demeurée que l’espace d’un congrès. Trois y sont restés plus de six ans. Aucune femme n’a accédé à cette instance.

16Ce taux de renouvellement important pose le problème des cadres et de la conception que la direction se fait des instances dirigeantes : est-ce une « pépinière de cadres », la promotion permettant de trier parmi les candidats potentiels ceux qui peuvent accéder à de plus hautes responsabilités, ou bien une récompense pour une activité militante, même si celle-ci reste passagère? On peut aussi se demander dans quelle mesure les membres de la CA ne s’excluent pas volontairement de la direction, par absentéisme ou en souhaitant ne plus y figurer, manifestant ainsi le peu d’intérêt qu’ils trouvent en son sein et leur volonté d’être plus disponibles pour leurs activités dans les entreprises.

La représentation des fédérations

17Le deuxième point que nous voudrions éclaircir est celui de la représentation des fédérations ou branches industrielles dans la direction départementale. La direction départementale est-elle le reflet du rapport des forces des différentes fédérations départementales?

18En 1948, près de la moitié des dirigeants viennent de deux fédérations, la métallurgie et celle de l’agriculture, les deux plus puissantes du département. Treize fédérations au total sont représentées alors.

19On assiste durant les années 1950 à une inexorable progression des métallurgistes, surtout à partir de la moitié des années 1950. Ils représentent la moitié des dirigeants de l’UD entre 1956 et 1960. Cette progression se fait naturellement au détriment des autres fédérations. La Fédération de la chimie, l’autre poids lourd du paysage industriel isarien, est sous-représentée, sauf au début de la période, sept représentants dont deux suppléants en 1952, trois par la suite. Les cheminots sont au maximum cinq en 1954. La Fédération de l’agriculture n’est plus représentée après 1953 et celle du bâtiment après 1954. Les fédérations non industrielles (fonction publique, services publics et de santé, enseignement, employés, sécurité sociale) représentent environ 15 % des différents CA puis progressent en 1960 (18 %) et surtout 1963 (30 %).

  • 18 ADO, 450 W 6 752.

20Ces chiffres sont à mettre en rapport avec les effectifs des différentes fédérations. Là encore, nous sommes tributaires des rapports préfectoraux. En 1957, les renseignements généraux attribuent 3500 adhérents à la métallurgie, 3000 à la chimie, 2500 à l’agriculture et aux fonctionnaires et 2000 aux cheminots18. Comment expliquer ce décalage entre les effectifs des fédérations et leur représentation au sein de la direction départementale?

21Une première explication tient à un souci d’efficacité. La métallurgie est puissante dans le bassin creillois où se trouve le siège de l’UD et où se tiennent les réunions de la CA. L’efficacité de la direction exige l’engagement et la mobilisation du plus grand nombre de ses membres, il devient donc judicieux de promouvoir à la direction des militants du bassin creillois. D’autre part, cette sur-représentation des syndicats du bassin creillois est une constante dans l’histoire du syndicalisme isarien. Mais au même titre que les métallurgistes, les salariés de la chimie et les cheminots sont nombreux dans le bassin creillois, y disposent de syndicats puissants et cependant leur représentation est sans commune mesure avec leur représentativité. Ne faut-il pas voir là une volonté délibérée de « favoriser » les métallurgistes?

  • 19 Cf. à Jean-Pierre Besse, « Les consultations électorales de 1945 en Picardie », Revue du Nord, n° (...)
  • 20 Georges Brouard, berger venu d’Eure-et-Loir, est candidat sur la liste communiste aux élections lé (...)
  • 21 ADO, 394 W 3 933.

22Reste le problème de la sous-représentation de la Fédération agricole. Il s’agit là d’un réel problème de cadres qui ne s’explique pas uniquement par les caractéristiques (importance des ouvriers étrangers) et les conditions d’exploitation de la main-d’œuvre agricole. À la Libération, les ouvriers agricoles s’engagent politiquement et syndicalement19 mais très vite certains dirigeants sont exclus pour des raisons diverses (intempérances, malversations, vols…), d’autres quittent la profession ou sont obligés de quitter le département. En 1950, on doit faire appel à un militant extérieur, Georges Brouard, pour diriger la Fédération20. Ce dernier quitte le département en 1952 : « La CGT lui reprocherait son intransigeance dans des conflits engagés à la légère au cours desquels il a été battu21. » Si en 1959-1960, la Fédération est à nouveau représentée à la CA de l’UD c’est par Jules Carlin, cheminot révoqué en 1947, carrier par la suite avant de devenir à la fin des années 1950 gardien de la propriété de la ville d’Aubervilliers à Bury. Ce poste lui permet d’être adhérent à la Fédération agricole.

23À partir de 1956, l’UD semble donc se replier sur les métallurgistes et sur le bassin creillois, tout en s’ouvrant plus largement vers les autres catégories de salariés. Un choix que se fait au détriment de fédérations où se pose de façon aiguë la question des cadres (bâtiment et agriculture).

Les liens avec le Parti communiste

24Les rapports du préfet rappellent régulièrement la politisation de la CGT, ses liens avec le Parti communiste, sa participation aux différentes actions et campagnes menées par celui-ci. D’ailleurs la CGT dans ces documents est abordée dans le sous-chapitre réservé aux organisations annexes au Parti, au même titre que l’UFF, l’UJRF ou le Mouvement de la paix même si sa présentation est reprise dans le chapitre « social » avec les autres syndicats. Une note des renseignements généraux du 3 janvier 1954 signale l’existence de trois permanents à l’UD-CGT : Francis Pen et Henri Bruyère « appointés par le PC et la CGT » et Paul Lamarche.

25Il est très difficile de déterminer avec certitude l’appartenance des membres de la direction départementale de la CGT à un parti politique. Quelques membres de la CA sont des militants socialistes, surtout avant 1953. C’est le cas de Jules Dauchy qui représente les communaux en 1948-1949 ou d’Ernest Canny qui représente les ouvriers agricoles en 1952-1953. Mais ils restent une infime minorité; il est vrai aussi que la Fédération SFIO de l’Oise est numériquement très faible dans les années 1953-1965. Figure aussi dans la direction en 1950 le secrétaire départemental du Parti socialiste unitaire, Gilbert Arquis, qui représente la Fédération de l’enseignement technique.

26Pour ce qui concerne le Parti communiste, nous nous sommes cantonnés à la comparaison avec la direction communiste isarienne que nous ne pouvons saisir qu’à partir de 1953. En effet, la Fédération communiste traverse, elle aussi, une grave crise entre 1950 et 1952.

  • 22 La biographie de Roland Bertrand paraîtra dans les prochains tomes du Dictionnaire biographique du (...)

27L’épisode principal en est ce que l’on appelle l’affaire Bertrand. Secrétaire fédéral à l’organisation, exclu pour « titisme », Roland Bertrand est conseiller municipal de Montataire et surtout secrétaire général de la puissante Union des syndicats des métaux de la région de Creil22. C’est l’arrivée d’Henri Bruyère qui passe du secrétariat général de l’UD-CGT au poste de secrétaire départemental du PC en avril 1952 qui marque « le retour à l’ordre » ou « à la normale ». La disparition de l’hebdomadaire communiste en juillet 1948, la focalisation des renseignements généraux et des rapports préfectoraux sur les différents moments de cette crise nous prive de la composition exacte du Comité fédéral communiste isarien. Il est évident que ce choix, imposé par la documentation, minimise considérablement les résultats obtenus : en effet sans appartenir à la direction du Parti de nombreux dirigeants syndicaux en sont des élus municipaux ou des candidats aux élections cantonales ou législatives.

  • 23 9 en 1953, 7 en 1954, 9 en 1956, 9 en 1959.
  • 24 11 en 1954, 13 en 1956, 17 en 1959, 16 en 1960 et 13 en 1963.

28Entre 1953 et 1959 ce sont huit ou neuf membres des instances dirigeantes départementales de la CGT qui appartiennent en même temps à la direction départementale communiste, soit entre 25 et 37 %23. Le taux diminue en 1960 – sept personnes soit 20 % – et s’effondre en 1963 avec trois personnes, soit moins de 10 %. Toutefois, les résultats sont différents si on cumule pour chaque direction élue à l’issue d’un congrès le nombre des militants qui, à un moment ou un autre, ont été membres de la direction communiste24. Le taux, toujours supérieur au tiers voire proche de la moitié en 1959, est encore de 42 % à l’issue du Congrès de 1963.

29Les liens entre l’UD-CGT et le PC apparaissent donc clairement au niveau de la direction des deux organisations : le passage d’Henri Bruyère du secrétariat de l’UD à celui du PC en avril 1952 offre même un exemple caricatural de ces liens. De plus, l’appartenance à la direction du parti est un gage de stabilité au sein de la direction de l’UD pourtant touchée, nous l’avons vu, par un renouvellement chronique. Il nous faut donc renoncer à brosser un portrait type du dirigeant cégétiste isarient entre 1948 et 1963.

30Nous pouvons en revanche établir une succession dans le temps de portraits types. Jusqu’en 1950, sur la lancée de la Libération, le dirigeant cégétiste est un quadragénaire; la représentation des fédérations et des engagements politiques est plus diverse. La crise des années 1950 ouvre une période d’instabilité qui s’accompagne d’un rajeunissement certain. Entre 1956 et 1960, le dirigeant cégétiste est souvent un métallurgiste, adhérent au Parti communiste, en aucun cas une femme. Le début des années 1960 marque une nouvelle période, de nouvelles catégories de salariés font leur entrée alors qu’on enregistre un recul des métallurgistes et des communistes et un retour des femmes.

Anmerkungen

1 « Comme dans toute scission, des militants sont partis sur la pointe des pieds et ont abandonné toute activité. » Michel Dreyfus, Histoire de la CGT, Bruxelles, Éditions Complexe, 1995, p. 238.

2 Ces chiffres proviennent des renseignements généraux : rapports du 11 avril 1956 et du 4 mai 1957, Archives départementales de l’Oise (ADO), 450 W 6 752. À titre de comparaison, le rapport du 4 mai 1957 donne 6°150 adhérents à FO, 2°000 à la CFTC et 1°600 aux autonomes, essentiellement les enseignants.

3 Un rapport des renseignements généraux du 7 juin 1949 fournit la composition de la CA élue à l’issue du Congrès de mai 1949.

4 ADO, 116 W 11 833.

5 Le rapport du préfet signale la tenue du 24e Congrès les 5 et 6 mai 1951 à Creil, mais ajoute « peu de détails ont été obtenus sur les débats qui se sont tenus dans le plus grand secret ». ADO, 138 W 1112.

6 Paul Lamarche, en poste depuis 1945, laisse la place, en avril 1950, à Henri Bruyère qui est remplacé en avril 1952, lorsqu’il devient secrétaire de la Fédération communiste, par Francis Pen.

7 ADO, 394 W 3 934.

8 Sur les forces politiques et syndicales isariennes au sortir de l’Occupation, je renvoie à ma contribution à l’ouvrage Les pouvoirs en France à la Libération, sous la direction de Philippe Buton et Jean-Marie-Guillon, Paris, Belin, 1994, p. 183-192, et à L’Oise, deux siècles d’histoire que j’ai écrit en collaboration avec Jacques Bernet, Éditions Encrage, 1998.

9 Marie Wattelier, la femme qui reste le plus longtemps à la direction départementale (six ans !), est membre de la CA en 1948, du bureau en 1949, suppléante en 1950 puis à nouveau titulaire à la CA de 1952 à 1954.

10 Quatre figurent dans la première direction départementale de la CGT-FO.

11 Il est durant toute la période le trésorier fédéral. Secrétaire de mairie à Saint-Just-en-Chaussée,

membre du syndicat des personnels des services publics et de la santé, c’est aussi un ancien militant socialiste, tendance Marceau Pivert, qui a adhéré au Parti communiste en 1942.

12 Outre Jean Camus, Jules Carlin, Henri Bruyère et Francis Pen, il s’agit de François Schmitt de 1952 à 1960, Alexandre Landon de 1956 à 1963 et de Marie Wattelier, Paul Lamarche et Marc Tisson de 1948 à 1954.

13 Nous avons trouvé la date de naissance de plus de la moitié – 99 – des militants constituant notre corpus.

14 Constatant au plan national la même sous-représentation des femmes, Michel Dreyfus écrit : « Le plus souvent, ces dernières étaient traitées comme une catégorie sociale particulière au même titre plus tard, que les jeunes et les immigrés », Michel Dreyfus, La CGT…, op. cit., p. 240.

15 Les premiers ouvriers nord-africains sont arrivés dans le bassin creillois au cours des années 1920 pour travailler à l’usine Kuhlman de Villers-Saint-Paul. Dans les années 1950, les Nord-Africains travaillent surtout dans la métallurgie du bassin creillois mais ceux de Villers-Saint-Paul sont « plus intégrés ».

16 Les renseignements généraux fournissent une multitude de renseignements sur ce congrès : nombre de délégués par fédération, rapport administratif… ADO, 450 W 6752.

17 ADO, 450 W 6752.

18 ADO, 450 W 6 752.

19 Cf. à Jean-Pierre Besse, « Les consultations électorales de 1945 en Picardie », Revue du Nord, n° 293, octobre-décembre 1991, p. 737-751.

20 Georges Brouard, berger venu d’Eure-et-Loir, est candidat sur la liste communiste aux élections législatives de 1951, il est par ailleurs membre de la direction nationale de la Fédération agricole.

21 ADO, 394 W 3 933.

22 La biographie de Roland Bertrand paraîtra dans les prochains tomes du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, le « Maitron ». Roger Pannequin qui suivait alors la Fédération communiste isarienne donne une vision assez « légère » de cette crise dans son livre Adieu camarades, Paris, Éditions du Sagittaire, 1977, p. 200 sqq.

23 9 en 1953, 7 en 1954, 9 en 1956, 9 en 1959.

24 11 en 1954, 13 en 1956, 17 en 1959, 16 en 1960 et 13 en 1963.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540