Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Troisième partie. Les militants et l’organisation

La direction nationale de la CGT dans les années 1950

Raymond Barberis

Texte intégral

1La direction nationale de la CGT présente, de 1948 à 1962, des particularités liées aux réalités aux exigences et aux contraintes d’une époque tumultueuse. Sa composition, ses évolutions, répondent pour partie à des réalités incontournables, et pour une autre part, à une démarche volontariste et raisonnée, dont les limites sont dictées par l’état de fait de la CGT, ne lui permettant pas toujours de présenter l’image qu’elle souhaiterait donner d’elle-même. La « politique des cadres » dont les élections au bureau confédéral et à la Commission administrative traduisent les ambitions, doit donc composer avec le possible, compte tenu de l’environnement, mais aussi de l’état des forces autant que des convictions ancrées dans les mentalités.

2Les impératifs ne sont pas de seule représentativité. Expérience, compétence, capacités de direction, notoriété, doivent être prises en compte, tout autant que la présence des diversités. Il faut penser à l’avenir, aux relèves indispensables, promouvoir des femmes, des jeunes, veiller à entretenir des liens directs avec les grandes organisations confédérées, démontrer par la présence de dirigeants historiques que la « CGT continue ». En même temps, dans un monde traumatisé par la guerre froide, dans un pays marqué par le haut niveau des affrontements de classe, une cohésion suffisante de la direction, assurée par la présence d’une majorité de militants jugés « sûrs », paraît indispensable. Pour toutes ces raisons, la direction nationale ne peut être qu’un reflet, parfois lointain, de la réalité syndicale. On ne peut négliger pour autant, l’influence de ce qui bouge dans la CGT, comme de ce qui progresse dans la réflexion des militants.

  • 1 27e Congrès : 1948 ; 28e Congrès : 1951 ; 29e Congrès : 1953 ; 30e Congrès : 1955 ; 31e Congrès : (...)

3La période étudiée ici va de 1948 à 1963 et couvre les huit congrès confédéraux de la CGT1. Les éléments pris en compte concernent la direction nationale de la CGT (bureau confédéral et Commission administrative). Une première partie de la communication porte sur les données statistiques et les tendances qu’elles laissent apparaître, une seconde partie présentera quelques interprétations probablement sujettes à controverse.

4La direction nationale de la CGT des années 1950 est composée du bureau confédéral et de la Commission administrative, qui ne se transformera qu’ultérieurement en Commission exécutive. L’un et l’autre sont élus de façon séparée, non par les congrès, mais conformément aux règles en vigueur dans la CGT historique, par le Comité confédéral national, à l’occasion des congrès. Le bureau confédéral, qui fixe lui-même la périodicité et l’ordre du jour de ses réunions, participe aux travaux de la Commission administrative, qui ne peut donc se réunir en dehors de lui, et propose généralement les analyses, et les décisions dont il devra ensuite, assumer la mise en œuvre. Ensemble, ils constituent la direction nationale de la CGT. L’effectif du bureau confédéral varie peu durant la période : douze membres aux 27e, 28e Congrès (1948 et 1951), treize membres du 29e (1953) au 33e Congrès (1961), quatorze au 34e Congrès (1963). Celui de la Commission administrative restera statutairement fixé à 35 membres titulaires auxquels s’ajoutent à partir du 28e Congrès un nombre variable (entre sept et dix) de suppléants ayant voix délibérative. Les membres du bureau confédéral ou « secrétaires confédéraux », dégagés de responsabilités effectives dans leur organisation d’origine, assument collectivement la direction courante de la CGT. Ils couvrent de nombreuses missions d’aide et de représentation auprès des organisations confédérées (congrès, meetings, manifestations, suivi de certaines luttes etc.). Ils siègent au nom de la CGT dans divers organismes officiels. Chacun couvre, assisté d’un très petit nombre de collaborateurs, une ou plusieurs tâches spécifiques. La Commission administrative est essentiellement un organe de délibération, de réflexion et de décision sur les orientations et l’action syndicale en général. Ses membres, dont beaucoup exercent de lourdes responsabilités dans leurs organisations d’origine, sont souvent peu disponibles, bien que certains soient associés à telle ou telle activité de la Confédération et que tous remplissent des missions ponctuelles.

5Les conséquences de la scission pèsent, bien que de façon différente sur les décisions prises à l’occasion des 27e et 28e Congrès. Au niveau des cadres dirigeants, elles conduisent à des évolutions majeures, représentant autour des années 1948-1951 une importante relève de générations. Le 27e Congrès (1948) entend démontrer que « la CGT continue ». Au niveau des dirigeants, cela implique d’abord le remplacement des partants, le plus largement possible par l’appel à des militants historiques personnalisant la pérennité de la CGT. Le bureau confédéral demeure d’un point de vue formel dans la configuration d’avant la scission, les deux composantes historiques de la CGT ex-unitaires et ex-confédérés étant à parité. En fait, le critère d’équilibre devient la parité entre membres du Parti communiste, et non-communistes. Deux secrétaires généraux, Benoît Frachon, et Alain Le Léap, reproduiront jusqu’au 32e Congrès (1959) (marquant le départ d’Alain Le Léap) le tandem antérieur Frachon/Jouhaux. Les membres communistes du bureau confédéral élu en 1946, demeurent en poste, alors que cinq nouveaux secrétaires confédéraux considérés comme représentatifs du courant ex-unitaire remplacent les partants. Bureau confédéral et CA confondus, un tiers environ des élus ne sont pas membres du Parti communiste. Sur les 47 dirigeants nationaux, huit ont appartenu à la direction nationale élue en 1938, 23 à celle élue au Congrès de 1946.

6En 1951, les réalités s’imposent. La scission est consommée, elle s’annonce durable, et même si on la refuse au niveau des principes, il faut bien en tirer les conséquences. Pour de multiples raisons, un renouvellement radical s’avère nécessaire. Tout d’abord, il n’est plus indispensable d’accorder le même poids qu’au lendemain de la scission à la présence de militants historiques déjà remplacés dans leurs responsabilités par de plus jeunes. Ceux qui demeurent effectivement en fonction suffiront à entretenir ce lien avec le passé auquel la CGT en général et B. Frachon en particulier continuent à attribuer une grande importance. La génération qui a connu le Front populaire, la Seconde Guerre et la clandestinité, puis la Libération, demeure donc présente, mais le Congrès de 1948 marque l’arrivée en force de dirigeants parfois très jeunes, ayant souvent fait leurs armes dans la Résistance, formés à l’action syndicale dans les grands affrontements d’après guerre. La Commission administrative se transforme avec l’entrée de ces dirigeants porteurs d’une dynamique nouvelle, souvent élus depuis peu au secrétariat général de leur fédération ou UD, généralement adhérents du Parti communiste, et dont la présence assure à long terme l’avenir de la CGT. Le 28e Congrès (1951) va assurer la relève. D’un point de vue numérique, sept suppléants s’ajoutent à la CA élue en 1948, qui est renouvelée de moitié. Sur les vingt-cinq nouveaux élus, sept ont moins de 30 ans, leur moyenne d’âge étant de 35 ans. Le nombre de femmes passe de quatre à dix, ce qui représente un véritable bond qualitatif, malheureusement sans lendemain. Cette CA sera l’une des plus « jeunes » de l’histoire la CGT de la Libération à nos jours, avec une moyenne d’âge générale de 41 ans. La CA de la CGT est donc profondément renouvelée. Par contre, les équilibres établis au bureau confédéral au lendemain de la scission perdurent en 1948 comme lors des congrès suivants, entrées et départs ne dépassant pas le cadre d’un renouvellement normal.

7Les dix années qui suivent complètent le renouvellement des cadres engagé au 28e Congrès. Du fait même de l’ampleur du mouvement de 1951, les évolutions se font modestes en proportions, tout en restant significatives au niveau de la politique des cadres. De 10 à 15 % de nouveaux élus selon les congrès, pour l’ensemble de la direction nationale (Bureau confédéral et Commission administrative), mais parmi eux neuf futurs membres du bureau confédéral dont Georges Séguy (élu en 1961) et Henri Krasucki (élu en 1955) qui succéderont à Benoît Frachon au secrétariat général de la CGT. La jeunesse des nouveaux dirigeants, leurs qualités, les responsabilités qu’ils assument, justifient des réélections successives, qui entraînent une stabilité durable des organismes de direction. D’où une progression de l’âge moyen des commissions administratives, une stagnation de la proportion de femmes, et un nombre de plus en plus restreint de moins de 30 ans. La durée de présence à la CA confédérale s’allonge, rejoignant parfois celle des membres du bureau confédéral, dont quatre, élus au 27e Congrès sont encore en fonctions en 1962. Si l’on tient compte des réélections ultérieures, et en prenant comme exemple les membres de la Commission administrative élus à l’occasion du 28e Congrès, on constate que sept d’entre eux assumeront un à deux mandats, neuf seront élus pour trois à cinq mandats, 18 pour six à dix mandats, huit assumant plus de dix mandats, dont chacun couvre deux à trois ans. Les élus de 1951 ont donc siégé en majorité, quinze ans et plus à la CA puis à la CE de la CGT. L’expérience acquise, est la principale justification mise en avant lors des élections à la CA et au bureau confédéral, ce qui correspond largement aux mentalités de l’époque, mais sans qu’il y ait nécessairement concordance entre l’âge et l’expérience. Dans ce contexte de stabilité, les renouvellements, modestes en proportion, sont d’autant plus significatifs. Au-delà de ceux qui visent à assurer la relève de militants âgés ou quittant la direction pour des raisons diverses, d’autres correspondent à des choix sur lesquels se joue l’avenir de la direction confédérale.

Un effort de représentation du monde du travail

8La direction nationale de la CGT n’est évidemment pas la représentation proportionnelle des adhérents, encore moins une photographie des diversités du monde du travail. Cependant le mouvement syndical ne peut, par nature, en ignorer les réalités et doit les traduire de quelque façon, et, telles qu’il les comprend, jusqu’au niveau de ses organismes de direction. D’où des efforts, plus ou moins couronnés de succès pour répondre aux exigences qui semblent découler des analyses du moment. Certaines sont évidentes : se préoccuper de la présence de femmes, de jeunes, éventuellement d’immigrés, à la fois promouvoir des ingénieurs, cadres et techniciens et en maîtriser le nombre, avoir une représentation des principales catégories professionnelles, des grands secteurs d’activité, veiller à un certain équilibre Paris-province etc.

9Au cours des années 1950, les femmes sont très peu nombreuses au bureau confédéral de la CGT. Deux sur treize ou quatorze à compter du 28e Congrès et jusqu’au 38e, bien après la période considérée. La Commission administrative élue en 1951, lors du 28e Congrès marque une petite révolution avec l’arrivée de dix dirigeantes sur 26 nouveaux élus. Cette avancée sera simplement maintenue par la suite, les entrées et les sorties de militantes à la CA confédérale s’équilibrant au rythme d’un à trois à chaque congrès. Au total, le nombre de femmes stagnera autour de neuf à dix, dont quatre à cinq seront et souvent demeureront suppléantes, soit moins du quart de l’effectif total de la Commission administrative, suppléants compris.

  • 2 Les moyennes d’âge sont les suivantes : 27e Congrès : 44 ans ; 28e Congrès : 41 ans ; 29e Congrès  (...)

10Du côté de l’âge la pyramide est en évolution. Alors que le bureau confédéral affiche des moyennes d’âge oscillant entre 53 et 55 ans, celle de la Commission administrative, suppléants inclus, se situe entre 44 et 49 ans, la stabilité de ses membres entraînant après le 28e Congrès, un vieillissement progressif2. Les CA élues à l’occasion des 28e (1951) et 29e Congrès (1953), comptent la plus forte proportion de moins de 30 ans enregistrée dans l’histoire de la CGT, de la Libération à nos jours. La CA de 1951 demeure la plus « jeune » en plus d’un demi-siècle. Ces dirigeants, et ceux qui seront élus par les congrès suivants ne sont pas comme on l’a déjà souligné, des novices, et assument d’importantes responsabilités à la direction de leurs fédérations d’industrie, de leurs UD, ou de très grands syndicats. Ils sont généralement membres du Parti communiste, au sein duquel certains assument de hautes responsabilités. La plupart siégeront de nombreuses années à la direction nationale de la CGT.

11Les choses sont plus complexes côté immigration qui n’a évidemment pas, au cours de cette période, l’importance au plan numérique qu’elle prendra par la suite. Les immigrations italiennes, espagnoles, portugaise ou polonaise sont très actives dans la CGT, et nombre de militants et dirigeants en sont issus. L’immigration algérienne, qui prend de plus en plus d’importance, va poser des problèmes auxquels la CGT est mal préparée, surtout à partir du moment ou dominera la question de la guerre et de l’indépendance de l’Algérie. Deux militants algériens siégeront à la CE de la CGT, Mohamed Youkana, syndicaliste expérimenté, élu du 28e au 37e Congrès, et Saïd Beloukhrani, très lié au mouvement national élu à partir du 30e Congrès.

12La notion de « syndicalisme spécifique » à propos des ingénieurs et cadres ne commence à faire son chemin qu’à compter des années 1960. Elle se heurte à une vision des « intérêts de classe » communs à tous les salariés, qui, appauvrie par des théorisations sommaires, entraîne méfiance, voire condamnation de tout ce qui paraît dissocier le monde du travail, depuis les luttes catégorielles jusqu’aux formes de syndicalisation spécifiques qui s’imposeront par la suite. Cependant, la CGT n’a jamais cédé aux pressions d’un gauchisme niveleur, et défend avec constance une hiérarchie raisonnable des salaires. Si cela lui permet de garder une influence importante, dans la maîtrise, et non négligeable dans certaines couches de techniciens, elle est confrontée chez les ingénieurs et cadres à une sérieuse concurrence, d’une part de FO et de la CFTC, d’autre part, prenant la forme d’un syndicalisme corporatif.

13Les ingénieurs, cadres et techniciens (ICT) présents au bureau confédéral ou à la Commission administrative, ne sont donc pas issus d’une activité syndicale spécifique en direction des cadres. Il s’agit, pour la plupart, de dirigeants d’organisations confédérées qui sont et se considèrent comme les représentants de l’ensemble des syndiqués de leur fédération, syndicat ou union départementale, avec bien souvent une tendance à faire l’impasse sur leur origine professionnelle. Toutefois, la CGT peut se prévaloir d’une présence notable, jugée trop importante par certains, d’ingénieurs, de cadres et de techniciens dans sa direction nationale. Trois à quatre d’entre eux, soit le quart des membres siège, au cours de cette période, dans les bureaux confédéraux successifs. La Commission administrative en compte cinq au 27e Congrès, dix aux 32e et 34e Congrès, onze au 33e Congrès, soit 10 à 20 % environ de l’effectif.

14Les organismes de direction cherchent des équilibres professionnels. La CGT des années 1950 a ses bases principales dans l’industrie, et dans les secteurs les plus industrialisés du public et du nationalisé. Sans se désintéresser des employés, des fonctionnaires, des professions diverses notamment dans les domaines artistiques ou culturels, elle veille en priorité à ses implantations dans le monde ouvrier. La composition de la direction confédérale s’en ressent. Les dirigeants originaires du secteur public et nationalisé (SPN) s’équilibrent avec ceux issus de l’industrie privée, mais les secrétaires confédéraux d’autres origines professionnelles sont en moyenne deux (trois au 28e Congrès et quatre au 29e Congrès ce qui est exceptionnel). La Commission administrative (suppléants compris) apparaît plus équilibrée, bien que l’on constate la prépondérance des dirigeants issus de l’industrie privée qui représentent en gros la moitié ou plus de l’effectif de la CA(tableau 1). Les deux aspects sont liés. Les militants venus de province sont nombreux dans les sièges parisiens, mais n’ont plus le contact direct avec leur département d’origine. Seuls les candidats élus sur proposition des UD de province conservent ce lien. Sur l’ensemble, bureau confédéral et Commission administrative, entre cinq et neuf membres assument des responsabilités syndicales effectives en province, soit en moyenne 15 % de l’effectif, alors que les élus proposés par les UD de la Région parisienne, sont en nombre presque équivalent : cinq à sept selon les congrès. Au total, perdure bien au-delà de la période, une sous-représentation de l’interprofessionnel. La CGT demeure et pour longtemps, dominée par les grandes fédérations professionnelles.

Tableau 1 : Composition de la Commission administrative

15Les termes « syndicalisme de classe et de masse » seront surtout utilisés par la suite, devenant même une sorte de formule incantatoire. Pour autant, ils correspondent à une démarche réelle, donnant naissance a des actions volontaristes qui ne sont pas sans conséquences, sans être toujours couronnées de succès. L’effort de représentation des courants de pensée et des conceptions du syndicalisme existant dans la CGT est constant. Au départ, il vise surtout les anciens confédérés de sensibilité plutôt socialiste, sans négliger ceux, qui issus du courant libertaire traditionnel, ne sont pas soupçonnés d’être tombés dans le gauchisme. Mais les obstacles sont de taille, et notamment l’interdit lancé par le Parti socialiste, qui n’hésite pas à exclure ceux des siens qui acceptent d’assumer des responsabilités dans la CGT. De ce fait, la CGT se tournera vers d’autres, issus notamment du syndicalisme de la fonction publique et sans étiquette politique affirmée, et, mais ce sera essentiellement pour plus tard, vers des militants de sensibilité chrétienne.

16Au total, si le bureau confédéral maintient une stricte parité entre communistes et non communistes, ces derniers représenteront au mieux le quart de l’effectif de la Commission administrative. Cependant, les non communistes ont joué un rôle important dans la CGT de l’époque. La plupart ont gagné une autorité personnelle leur permettant d’être écoutés, y compris dans l’expression de leur différence. Si la CGT a attaché de plus en plus de prix au respect et même à l’affirmation de ses diversités et infléchi ses positions dans un sens de plus en plus syndical, leur présence y est pour beaucoup. Toutefois, à la Commission administrative, les militants communistes sont très largement dominants en nombre. Cela vient essentiellement des responsabilités auxquelles leur passé, leurs qualités personnelles, mais aussi l’influence dont dispose leur parti, leur ont permis d’accéder. Le cumul des responsabilités syndicales et politiques concerne nombre de communistes membres du bureau confédéral ou de la Commission administrative, le secrétaire général de la CGT siège au bureau politique du PC, plusieurs dirigeants nationaux sont membres de son Comité central. Tout cela ne peut manquer de renforcer les liens privilégiés entre la CGT et le Parti communiste, bien que s’amorce, notamment sous la pression des événements de Hongrie, une réflexion nouvelle sur l’indépendance syndicale.

17Les secrétaires généraux des grandes fédérations de la CGT ne siègent pas obligatoirement à sa Commission administrative, mais ils y sont largement dominants, représentant à peu près la moitié de l’effectif. La présence des dirigeants d’UD est beaucoup plus faible, exception faite de la Région parisienne. La plus grande partie des secrétaires généraux d’UD et de fédérations étant adhérents du Parti communiste, c’est un facteur d’amenuisement dans la représentation des sensibilités et des diversités existant dans la CGT. Il s’avère donc que, sans être, comme le Comité confédéral national l’expression des organisations fédérées, la Commission administrative ne peut échapper à une forme de représentation des forces considérées comme le cœur du syndicalisme de classe, au détriment de ses capacités opératives, ce qui accroît, en conséquence, les responsabilités exécutives du bureau confédéral.

18L’époque n’est pas aux nuances. Organisation syndicale de classe, la CGT veille à ce que ses organismes de direction comptent une proportion suffisante, voire majoritaire de dirigeants issus de la classe ouvrière. Encore faut-il noter que l’usage syndical de la notion de classe ouvrière n’a pas une rigueur théorique constante ! À lire les syndicalistes des années 1950, et Benoît Frachon lui-même, on constate que le terme est bien souvent synonyme de monde du travail, ce qui permet, par un raccourci significatif, d’évoquer la communauté d’intérêts entre salariés. Cependant, règne le mythe de l’ »  ouvrier révolutionnaire » censé représenter l’avant-garde combative du salariat, et dont le mineur, le sidérurgiste, le métallurgiste de la Région parisienne et quelques autres, seraient les modèles privilégiés. En même temps il est évident que la classe ouvrière proprement dite fournit à cette époque les militants et dirigeants parmi les plus combatifs, les plus compétents, et donc les plus notoires, beaucoup ayant fait leurs preuves durant la lutte clandestine qui n’est pas si loin. La volonté politique d’avoir un nombre important d’ouvriers au bureau confédéral et à la Commission administrative de la CGT rejoint donc une réalité au niveau des militants de base de la CGT. Après les contraintes du 27e Congrès, la proportion d’ouvriers croît donc largement. Il en résulte, compte tenu du nombre d’ingénieurs cadres et techniciens dans les directions syndicales, de la présence d’une fonction publique apportant d’indispensables facteurs de diversité, un véritable laminage du monde des employés et professions du secteur dit tertiaire. Les chiffres sont éloquents, si l’on prend en compte du fait que, parmi les « autres », la fonction publique intervient à peu près pour moitié (Tableau 2).

19Les évolutions survenues au cours des années 1950 au niveau de la direction nationale de la CGT donnent une image, sous bien des aspects lointains et infléchis, mais indicative cependant de ce qui change, comme de ce qui résiste au changement dans les profondeurs du mouvement syndical. Il faut se souvenir qu’au début des années 1950, la CGT, marquée plus qu’elle ne l’a avoué et plus qu’elle n’en a eu conscience par la scission, a dû affronter une situation nationale et internationale exceptionnellement tendue. On comprendrait difficilement les évolutions intervenues au niveau des directions syndicales, tantôt amplifiées tantôt minorées au plan confédéral, si l’on ne prenait pas en compte les réalités de cette situation, et leurs répercussions dans la conscience des dirigeants et des militants.

Tableau 2 : Une image de la CGT des années 1950

20La CGT est demeurée, de loin, la plus puissante organisation syndicale en France, en termes d’influence, comme d’effectifs et de bases organisées. Mais elle a régressé sur tous ces plans, beaucoup moins d’ailleurs lors des élections professionnelles qu’en ce qui concerne son implantation et ses syndiqués. Elle est toujours très représentative du monde du travail, qui continue pour une large part à identifier syndicalisme et CGT. En même temps, le repli inévitable sur ses forces vives, notamment l’industrie et le secteur nationalisé, ou l’influence du Parti communiste est considérable, donne prise aux critiques de politisation et d’allégeance, d’autant que les polarisations deviennent telles, dans le pays comme dans le monde, que chacun est pratiquement sommé de choisir son camp. Dans cette situation, se généralise au niveau des cadres une double démarche, apparemment contradictoire : promouvoir des militants personnalisant par leur passé ou leurs options politiques la pérennité et la diversité de la CGT historique, telle qu’on en reconstruit l’image, tout en s’assurant la présence de dirigeants agissant comme on dit alors « sur des bases de classe ». La CA de la CGT, et son bureau confédéral, reflètent ces préoccupations et ces contradictions mais, on l’a vu, un obstacle majeur reste la difficulté à obtenir la collaboration de non-communistes bénéficiant d’une notoriété suffisante, d’autant que la volonté d’ouverture a ses limites, l’âpreté du combat de classe n’étant pas de nature à lever les préventions qu’entretiennent nombre de militants à l’égard de tout ce qui leur paraît ouvrir une voie au réformisme. D’où la présence aux responsabilités d’une large majorité communiste, bénéficiant de la confiance de leur parti, et agissant cependant, avec une liberté de pensée et d’action beaucoup plus large qu’il n’est communément admis dans l’historiographie dominante. En fait, la relation du syndicaliste communiste à son parti est complexe, différente selon les lieux et les temps, et ne peut être réduite à un schéma de dépendance.

21La situation du début des années 1950, entraîne en fin de compte un certain repli sur une avant-garde très politisée bien qu’elle s’efforce généralement d’accomplir avec conscience, son « métier syndical ». La CGT apparaît donc comme une organisation combative, gardant une certaine diversité, en grosse héritière de la CGT historique, mais fortement marquée du point de vue politique. Sans se résigner à la scission, la CGT doit abandonner les illusions qui avaient un moment dominé quant à un retour rapide à l’unité organique. Elle doit se faire à un pluralisme qu’elle n’accepte pas, en principe, mais qu’il lui faut bien subir en fait. S’il demeure important, d’afficher la présence dans les organismes de direction de militants représentatifs de la continuité de la CGT, il faut assurer le présent et préparer l’avenir. Aux côtés de dirigeants historiques dont plusieurs sont toujours en fonction à la fin de la période, l’élection de nouveaux militants, souvent très jeunes, bien qu’ayant déjà fait leurs preuves, poursuit le renouvellement engagé au 28e Congrès. C’est l’un des facteurs, de la remise en question qui se dessine dans la CGT au milieu des années 1950. D’une part, se manifeste un repli sur des positions « de classe » avec la mise en cause du programme économique, et à l’occasion du débat sur « un syndicalisme uni et démocratique ». D’autre part, s’ouvre une réflexion bousculant nombre de conceptions trop figées, amenant quelques évolutions immédiates, mais préparant surtout celles qui interviendront dans la période suivante.

22Le débat interne prend un tour nouveau. Plusieurs dirigeants confédéraux non communistes s’opposent à la majorité sans qu’il en résulte de démissions ou de mises à l’écart. La CGT se sent en état de supporter, voire d’afficher ses controverses internes. Elle procède à des redéfinitions majeures, celle notamment d’un fédéralisme qui ouvre à toute organisation confédérée le droit de définir et défendre en toute indépendance les positions de son choix. Formulée sous la pression des événements de Hongrie, cette règle tempère la loi de la majorité, en autorisant chaque organisation à maintenir ses orientations même si elles demeurent minoritaires. Elle permettra à la CGT de préserver, lors d’épreuves à venir, son unité interne. Elle concourra au maintien dans les organismes dirigeants de militants en désaccord avec tel ou tel aspect des orientations ou de l’activité confédérale. D’autres évolutions auront du mal à s’imposer. Malgré l’implication personnelle de B. Frachon, à l’occasion d’un accord salarial chez Renault, en novembre 1955, il sera très difficile d’assouplir les comportements contestataires dominants, de convaincre qu’il faut savoir le cas échéant signer un compromis positif. Enfin, dans bien des domaines – notamment, indépendance syndicale, exigences nouvelles de l’unité, vie démocratique et formes d’organisation de la CGT – les idées cheminent, de profondes remises en question se profilent, préparant des avancées majeures que le poids de la guerre d’Algérie, les menaces pesant sur la démocratie, les tensions qui s’exacerbent, repoussent à plus tard.

23Dans la situation souvent dramatique du début des années 1960, c’est à nouveau la fermeté, quelque peu confondue avec la raideur des positions, qui prime. À l’issue de cette période, la guerre d’Algérie touche à sa fin. Elle a lourdement pesé sur la vie du pays et ses conséquences n’ont pas épargné la CGT. Mais la paix venue, le pouvoir gaulliste paraissant solidement implanté, la CGT, comme tout le mouvement social, est confrontée à de nouvelles donnes. C’est alors seulement qu’est véritablement dépassée, non sans laisser de durables séquelles, l’hypothèque que les événements de 1947-1948 ont fait peser sur le syndicalisme français, et que pourra reprendre et s’amplifier la réflexion novatrice engagée au milieu des années 1950.

  • 3 Les données présentées dans cette communication proviennent des archives confédérales de la CGT, d (...)

24Les traits essentiels qui, dès le 28e Congrès de 1951, caractérisent la direction nationale de la CGT demeurent donc tout au long de la période. D’autant que, marquée par la scission, la CGT entretient une image de cohésion, d’unité interne, donnant prise aux accusations de monolithisme. Mais cette apparence recouvre des évolutions qui, dans la fidélité à ce qu’elle tient pour les principes du syndicalisme de classe, préparent les mutations considérables de la période qui suit et permettront, notamment à la CGT, de progresser dans la pratique du syndicalisme de masse, et d’affronter des situations inédites, comme celle survenue avec et après les événements de mai et juin 19683.

Notes

1 27e Congrès : 1948 ; 28e Congrès : 1951 ; 29e Congrès : 1953 ; 30e Congrès : 1955 ; 31e Congrès : 1957 ; 32e Congrès : 1959 ; 33e Congrès : 1961 ; 34e Congrès : 1963.

2 Les moyennes d’âge sont les suivantes : 27e Congrès : 44 ans ; 28e Congrès : 41 ans ; 29e Congrès : 43 ans ; 30e Congrès : 43 ans ; 31e Congrès : 45 ans ; 32e Congrès : 47 ans ; 33e Congrès : 47 ans ; 34e Congrès : 48 ans.

3 Les données présentées dans cette communication proviennent des archives confédérales de la CGT, des numéros spéciaux du Peuple préparatoires aux congrès confédéraux, des comptes rendus intégraux des travaux des congrès. Les évolutions des idées et des pratiques ont un écho parfois déformé dans la presse confédérale, et se retrouvent dans les écrits de dirigeants confédéraux, notamment les mémoires de Benoît Frachon et Lucien Jayat, relatifs à cette période. Elles sont évoquées dans maintes publications auxquelles a participé ou qu’a initiées l’Institut CGT d’histoire sociale.

Table des illustrations

Légende Tableau 1 : Composition de la Commission administrative
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18920/img-1.png
Fichier image/png, 35k
Légende Tableau 2 : Une image de la CGT des années 1950
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18920/img-2.png
Fichier image/png, 55k

Auteur

Ancien membre de la Commission exécutive confédérale

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540