Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Troisième partie. Les militants et l’organisation

La CGT : audience et organisation dans les années 1950

Dominique Andolfatto

Texte intégral

  • 1 Ces données sont issues des travaux effectués en collaboration avec Dominique Labbé pour la rédact (...)

1Au cours des années 1950, la CGT connaît diverses « tempêtes » tenant aux tensions qui caractérisent le contexte politique international comme à l’âpreté des conflits sociaux. Comment évolue son assise sociale au cours de cette période ? Comment se structure et se recompose le noyau dirigeant de l’organisation ? Une série de données confédérales ainsi que la radiographie d’une union départementale apportent un éclairage inédit à ces deux interrogations1.

Les trois cercles de l’« univers cégétiste »

2Le dynamisme d’une organisation syndicale peut s’appréhender à travers différents « cercles » qui matérialisent son ancrage social. Le premier d’entre eux – également le plus large – est celui des sympathisants et des électeurs lors des scrutins professionnels. Le second rassemble les adhérents. Le troisième réunit les militants avec, en son centre, le noyau dirigeant. Ainsi, l’approche de se focalise tour à tour sur les implantations électorales, les effectifs et le personnel confédéral.

Une audience maintenue

3Les nombreuses consultations socioprofessionnelles permettent de mesurer précisément les implantations syndicales et leur évolution. Au cours des années 1950, les élections à la Sécurité sociale – qui assurent la désignation des administrateurs des caisses de Sécurité sociale – constituent le scrutin de référence (voir Tableau 1). Les candidatures ne sont pas réservées aux seules organisations syndicales mais ces dernières rassemblent alors l’essentiel des électeurs. De 1950 à 1962, les résultats de la CGT, comme ceux de ses principales concurrentes, sont étonnamment stables. Ils démontrent une solide résistance de l’organisation et de ses soutiens en dépit d’un contexte sociopolitique apparemment défavorable. Compte tenu de l’augmentation du nombre des inscrits (qui passe de 7,9 millions en 1950 à 11,7 millions en 1962), cela traduit même le gain de 1,2 million d’électeurs au cours de la période, confortant l’assise sociale de la CGT. Pour autant, le résultat de 1950 marque un repli sensible par rapport à 1947. Il s’agit bien sûr des conséquences de la scission de FO. La CGT passe également en dessous de la barre des 50 % des suffrages exprimés, perdant le contrôle qu’elle exerçait sur la plupart des caisses. Tout en confirmant le leadership de la CGT, ces élections traduisent aussi l’affirmation du pluralisme syndical. Contrairement à l’époque du Front populaire, voire de la Libération, la CGT ne peut plus prétendre monopoliser la représentation du salariat.

Tableau 1 : Les élections à la Sécurité sociale (caisses primaires de Sécurité sociale) (Source : D. Andolfatto, L’univers des élections professionnelles, Paris, Éditions Ouvrières/Éditions de l’Atelier, 1992, p. 173-187.)

4Dans les entreprises, la CGT maintient également son audience. On ne dispose toutefois que de données partielles sur le sujet (le ministère du Travail ne publiera des agrégations de résultats sur les élections aux CE qu’à partir des années 1960). Les données disponibles sur les élections des comités d’entreprise traduisent en particulier la fidélité à la CGT des électeurs des premiers collèges (ouvriers en employés). Dans les autres catégories (seconds collèges), la CGT recule plus sensiblement (voir tableau 2). La popularité de la CGT demeure forte aux usines Renault, lors des élections des délégués du personnel (voir tableau 3). La scission de 1947, le contexte de la guerre froide enlèvent toutefois à la CGT un cinquième de ses électeurs. Ses résultats tombent à leur niveau le plus bas en 1952, lors de l’affaire dite du « complot communiste » (ou « complot des pigeons »). Il faut attendre 1960 pour que les résultats de la CGT se redressent durablement. Pour ce qui concerne le secteur public, en l’état de la recherche sur les élections professionnelles, on ne dispose pas de données antérieures à 1953. Depuis cette date, les résultats des élections aux commissions administratives paritaires (intéressant la fonction publique d’État) traduisent une lente progression de l’audience de la CGT, passant de 19 % des suffrages exprimés à près de 21 % à la fin des années 1970. Ses positions apparaissent donc moins solides. Mais cela s’explique partiellement par le poids de ­l’Éducation nationale au sein de la fonction publique où la CGT a laissé le champ libre à la FEN jusqu’au début des années 1990. Sans les enseignants, la CGT recueille la voix d’un fonctionnaire sur trois. Elle est surtout implantée dans les catégories du personnel d’exécution (C et D) et dans les ministères ou ce type de personnel est nombreux (équipement et finances, notamment).

Tableau 2 : L’audience de la CGT aux élections des comités d’entreprise (en % des suffrages exprimés) (Source : Dominique Labbé, Les élections aux comités d’entreprise (1945-1993), Cerat, Grenoble, 1994.)

Tableau 3 : Les élections aux usines Renault de Boulogne-Billancourt (élections des délégués du personnel ; collège ouvrier ; en % des suffrages exprimés) (Source : Dominique Andolfatto, L’univers des élections professionnelles, op. cit., p. 129-134.)

  • 2 Au cours des années 1950, le maintien des

5Note*2

La chute des effectifs

  • 3 Sur la double question des sources et la méthode des estimations, cf. Dominique Andolfatto, Domini (...)

6Au cours des années 1950, le maintien des effectifs s’avère beaucoup plus difficile que celui de la confiance des électeurs (voir tableau 4). Mais l’analyse des évolutions pose également la question des sources disponibles. Nous reprenons ici les effectifs affichés officiellement par la centrale syndicale, corrigés par une double estimation3. Après 1947, la CGT perd brutalement entre un quart à un tiers de ses effectifs, selon les sources disponibles. Elle régresse plus lentement mais régulièrement par la suite, avec des planchers en 1952 (« complot des pigeons »), 1957 (l’année qui suit la répression en Hongrie intervenue à l’automne 1956) et 1958 (instauration de la Ve République). En revanche, en 1956 (succès du Front républicain aux élections législatives), la CGT stabilise ses effectifs et recherche alors l’unité avec les autres forces syndicales, mettant en sourdine ses campagnes pour la paix et en faveur de l’URSS. Mais globalement, au terme de la décennie 1950, un syndiqué sur deux a quitté la CGT. Bien sûr, cette vision est sans doute trop statique. La syndicalisation est un flux fait, en permanence, d’entrants et de sortants. Il n’en reste pas moins que le « stock » est divisé par deux par deux en dix ans (et même beaucoup plus si l’on remonte à la Libération).

7Au cours de la période, le reflux du taux de syndicalisation est même plus sensible (voir tableau 4). Pendant les onze années qui suivent 1947, la CGT recule chaque année à un rythme annuel de 5 %, de telle sorte qu’entre 1947 et 1958 le taux de syndicalisation est divisé par quatre. À partir de 1959, ce déclin s’interrompt et le taux de syndicalisation se maintient aux alentours de 11-12 % pendant deux décennies.

Tableau 4 : Les effectifs confédéraux (en milliers) (Source : Dominique Labbé, Syndicats et syndiqués en France depuis 1945, Paris, L’Harmattan, p. 132.)

  • 4 Taux de syndicalisation sur la base des effectifs officiels.

8Note*4

La stabilité du groupe dirigeant

9La scission de 1947 a logiquement entraîné un fort turn over du personnel dirigeant confédéral (membres de la Commission administrative, de la Commission de contrôle financier et du bureau confédéral, soit une soixantaine de personnes – en moyenne – au cours des années 1950, qui sont habituellement désignées lors des congrès). Le taux de rotation – qui combine les départs et les arrivées au sein des instances exécutives – approche en effet des 50 % lors des congrès de 1948 et 1951 (voir tableau 5). Cela traduit de forts remaniements internes (on ne retrouvera un niveau comparable qu’en 1995). De fait, il s’agit alors de remplacer les éléments qui ont choisi de rejoindre FO ou ceux qui ne sont pas suffisamment sûrs après la prise de contrôle de la CGT par les communistes. Cela se passe en deux temps : dans l’urgence, dès 1948, puis avec un peu plus de recul, en 1951. Les données sur l’âge des dirigeants indiquent qu’en 1948, il a été fait appel à des militants relativement âgés et donc expérimentés (voir tableau 6). En 1951, un rajeunissement intervient : une nouvelle génération arrive aux commandes de la CGT.

10Par la suite, les taux de rotation sont faibles, ce qui traduit une grande stabilité de l’équipe dirigeante. Elle se révèle tout particulièrement soudée après les « événements » de Hongrie. Sans doute faut-il effacer les divergences qui ont surgi alors (voir partie 2) et veiller à la cohésion. Globalement, on peut parler d’une génération de la guerre froide qui conserve les rênes de la CGT jusqu’au milieu des années 1960. La génération Séguy-Krasucki prend alors la relève. Le vieillissement progressif du personnel dirigeant, à compter de 1953, confirme cette hypothèse générationnelle.

11Deux autres éléments caractérisent le groupe dirigeant : son solide ancrage dans le monde ouvrier, qui se consolide même dans la seconde partie des années 1950 (voir Tableau 7). Mais cette catégorie « ouvrier » fait référence à la profession d’origine que la plupart de ces permanents de la CGT n’ont le plus souvent exercée que quelques années (voir, par exemple, le cas d’Arthur Buchmann évoqué dans la seconde partie) et ont intégré, dans les faits, une fonction d’encadrement. En outre, ce groupe dirigeant est solidement arrimé au Parti communiste. En effet, tout au long de la décennie, un cinquième des cadres confédéraux de la CGT, et même un quart d’entre eux de 1955 à 1959, siègent parallèlement au Comité central du PCF : on citera en particulier – en indiquant la durée de cette « double carrière » – les cas de Benoît Frachon (1936-1975), Eugène Hénaff (1938-1964), Gaston Monmousseau (1945-1960), Lucien Molino (1945-1953), René Arrachard (1947-1951), Maurice Carroué (1947-1959), Marie Couette (1947-1950), André Lunet (1947-1954), Olga Tournade (1947-1954), Henri Jourdain (1948-1951), Marius Colombini (1951-1959), Georges Frischmann (1951-1978), Léon Mauvais (1951-1972), Oswald Calvetti (1954-1972), André Merlot (1955-1959), Jean Breteau (1956-1964), Marcel Caille (1956-1959), Madeleine Colin (1956-1959), Gisèle Joannès (1956-1967), Henri Krasucki (1956-1992), Marcel Dufriche (1959-1964). À aucune autre période de l’histoire de la CGT, on ne trouve une proportion aussi importante de « doubles dirigeants ». On observera aussi que la désignation de cadres de la CGT au sein du comité central du PCF s’accélère brusquement en 1956. Mais, dès 1959, le mouvement inverse se produit puis se confirme dans les années 1960, le Comité central présentant alors un visage moins ouvrier. Ainsi, la figure de ces dirigeants illustre le « syndicalisme de classe » de la CGT des années 1950, solidement arrimé au Parti communiste.

Tableau 5 : Les taux de renouvellement du personnel confédéral (en %) (Source : Dominique Andolfatto, Le personnel dirigeant confédéral de la CGT (1944-1996), Cerat, Grenoble, 1996.)

12NB : Taux de sortie : proportion des sortants non réélus. Taux d’entrée : proportion des nouveaux élus au sein des instances nouvelles. Taux de rotation : cumul des sortants non réélus et des nouveaux élus par rapport au cumul des effectifs sortants et des effectifs nouveaux.

Tableau 6 : L’âge des dirigeants confédéraux (Source : Dominique Andolfatto, Le personnel dirigeant confédéral de la CGT [1944-1996], op. cit.)

Tableau 7 : La catégorie professionnelle d’origine des dirigeants confédéraux (Source : Dominique Andolfatto, Le personnel dirigeant confédéral de la CGT [1944-1996], op. cit.)

  • 5 Professions intermédiaires, cadres, ingénieurs, professions intellectuelles

13Note*5

Radioscopie d’une union départementale : l’UD de la Moselle

14L’examen d’une organisation de la CGT – en l’occurrence une union départementale (UD) – précise les évolutions de la CGT aux lendemains de la scission de 1947 et dans les années 1950. Cela permet d’illustrer comment s’articulent, non sans difficultés, une « stratégie » confédérale (et politique) et des réalités de « terrain ». Le jeu qui se construit est loin d’être univoque. Au niveau départemental, plusieurs temps se succèdent : les difficultés nées de la guerre froide, la désignation d’un nouveau secrétaire général (1953) qui traduit un recadrage idéologique en même temps qu’une approche plus volontariste des questions organisationnelles, le regain de difficultés engendré par les « événements » de Hongrie (1956) puis par le tournant de 1958.

La crise du début des années 1950

  • 6 Pour les références aux citations issues des archives de l’UD de la Moselle, cf. Dominique Andolfa (...)
  • 7 Frank Georgi, Eugène Descamps, chrétien et syndicaliste, Paris, Éditions de l’Atelier, 1997, p. 11 (...)

15La scission de 1947 affaiblit l’UD, dont l’un des leaders, René Schwob, rejoint FO et dont la légitimité en tant que structure autonome (et politique) face aux syndicats professionnels reste à consolider sinon à construire. Les grèves, particulièrement violentes de 1947 et 1948 et les répressions qui s’ensuivent, ont sensiblement fragilisé une partie des soutiens de la CGT. Lors du Congrès départemental de 1949, Paul Entzmann, secrétaire général de l’UD tente de promouvoir une nouvelle génération militante : « Cette lutte [la scission] ne fut pas vaine, elle démontra la faiblesse de certains de nos vieux cadres, mais elle nous révéla également l’appoint considérable apporté par nos jeunes camarades, combattants magnifiques et futurs cadres de nos organisations syndicales. » Tirant les enseignements des grèves de 1947 et 1948, il encourage également les organisations de la CGT à être « beaucoup plus près des travailleurs6 ». De son côté, Eugène Descamps, alors responsable de la JOC puis permanent de la CFTC en Moselle, témoigne du comportement dur et autoritaire des militants de la CGT, de l’âpreté des conflits sociaux, de leur échec7. Au sein de la CGT, les structures mises en place, en 1948, pour fidéliser ou gagner de nouveaux adhérents – « groupes de langue » (en direction des étrangers nombreux dans le département), « conférence jeunes », « conférence départementale féminine » – n’ont produit que des résultats décevants. Toujours lors du Congrès de 1949, P. Entzmann explique que les syndicats n’ont pas joué le jeu et place encore beaucoup d’espoir dans la syndicalisation de la « main-d’œuvre féminine [qui] peut et doit jouer un très grand rôle dans la bataille des salaires et dans la lutte pour la paix. Ce sont les femmes qui éduquent nos gosses, et elles peuvent en faire des militants ». En fait, depuis 1948, seuls les « groupes de langue », réunissant des Italiens, qui sont alors les étrangers les plus nombreux résidant en Moselle, ont rencontré un certain succès. Vingt-deux groupes existent à la veille du Congrès de 1949. Selon l’UD, 80 à 90 % de la main d’œuvre italienne aurait rejoint la CGT là où un « groupe de langue » s’est formé.

  • 8 Serge Bonnet, L’homme du fer, Metz/Nancy, Éditions Serpenoise/PUN, 1977-1985, tome 2, p. 311.

16Le rapport d’activité présenté en 1949 fait également le point sur les implantations dans les entreprises à travers les institutions des délégués du personnel (DP) et des comités d’entreprise (CE). Les DP sont particulièrement valorisés. Les délégués CGT « représentent en général la grosse majorité du personnel ». Le bilan est plus mitigé s’agissant des CE : « La majorité de nos CE ne fonctionnent pas rationnellement. » Ils échapperaient au contrôle de l’organisation syndicale. Non pas que les élus ne soient pas syndiqués mais parce qu’ils se montrent trop autonomes et se comportent en « administrateurs de l’entreprise », en contradiction avec les principes du « syndicalisme de classe ». Ainsi, « les délégués du CE ont participé à des banquets avec le patron, notamment aux faïenceries de Sarreguemines ». Dans L’homme du fer – véritable saga des mineurs lorrains – Serge Bonnet se fait l’écho de mêmes réprobations de la part de la Fédération régionale CGT des mineurs de fer, selon laquelle « on ne gueuletonne pas avec l’ennemi de classe8 ».

17Le rapport d’activité présenté, en 1949, discute une autre question d’organisation jugée préoccupante : les unions locales (UL), qui apparaissent beaucoup trop faibles. Les concurrences qui ont pu exister entre ces structures et l’UD expliquent cette situation et ont joué en la défaveur des premières. Il convient de tenir compte aussi de la nature profondément corporatiste du syndicalisme en Moselle et, plus largement, en Lorraine : mineurs de charbon, mineurs de fer et sidérurgistes ont des aires d’influence bien distinctes et ne sentent pas la nécessité de constituer des UL qui entreraient en rivalité avec leur syndicat respectif. Il apparaît d’ailleurs que l’UD doit agir avec beaucoup de doigté pour s’imposer, en tant que structure interprofessionnelle et « politique », à ces puissantes organisations corporatistes. Au total, dix UL existeraient officiellement en Moselle au moment du Congrès de 1949 mais, d’après le rapport de P. Entzmann, seules trois d’entre elles fonctionnent de manière à peu près satisfaisante.

  • 9 Norbert Olszak, Le syndicalisme dans les Houillères du Bassin de Lorraine, mémoire, IEP de Strasbo (...)

18Ces faiblesses organisationnelles ne permettent guère de faire face à la chute des effectifs après 1947. En quatre ans, l’UD voit le départ de près des deux tiers de ses adhérents, ce qui est nettement supérieur à la moyenne nationale (voir tableau 8). Entre 1947 et 1950, le reflux aux élections à la Sécurité sociale s’avère aussi plus important. Localement, la CGT se fait même doubler par la CFTC. Le déclin n’est toutefois pas général. Ainsi, la CGT ne paraît pas souffrir de la scission de 1947 ou même des grèves de 1947 et 1948 dans les mines de charbon. Lors des élections des délégués mineurs de 1949, elle gagne même des voix. Mais le syndicat dispose ici d’implantations solides et affiche un corporatisme très marqué, qui lui confère une véritable autonomie au sein de la CGT9.

Tableau 8 : Les effectifs de l’UD de la Moselle (Source : Dominique Andolfatto, L’Union départementale CGT de la Moselle, op. cit.)

  • 10 Entretien avec Arthur Buchmann, secrétaire général de l’UD, de 1953 à 1964.
  • 11 Entretien avec A. Buchmann.

19Cette spirale négative rend la gestion de l’UD de plus en plus problématique. En 1946, elle comptait « quatre à cinq permanents, une secrétaire, un chauffeur10 ». Au début des années 1950, compte tenu des pertes d’effectifs (et de ressources), l’UD ne paraît plus en mesure que de financer le poste du secrétaire général et, de surcroît, de manière irrégulière. Cela s’en ressent sur le bon fonctionnement de l’UD. D’autant plus que les syndicats du département, également confrontés à des difficultés, sont de moins en moins enclins à contribuer au financement de l’UD, à l’égard de laquelle une partie d’entre eux a toujours exprimé une certaine méfiance : « Les syndicats ne payaient plus leur ristourne sur les cotisations à l’UD car ils disaient que l’UD ne servait à rien11. »

20P. Entzmann est confirmé à la tête de l’UD lors des Congrès de 1949 et 1951. Communiste discipliné, il a bénéficié du soutien de dirigeants communistes de premier plan, tels Ambroise Croizat et Jacques Duclos, pour être imposé à la direction de l’UD, en mars 1946. Sa sœur, Anna Schell, est députée communiste de la Moselle, depuis octobre 1946, fonction dans laquelle elle a remplacé Pierre Muller, élu au Sénat, dirigeant du syndicat des mineurs de charbon de la Moselle (bientôt membre au Comité central du PCF), tandis que les Entzmann-Schell sont issus du bassin sidérurgique de Moyeuvre-Grande. Légitimités syndicale et politique se mêlent étroitement, mais cette répartition des rôles doit aussi au clivage entre « gueules noires » et « bouches à feu ».

21La crise de l’UD paraît toutefois profonde en 1951. La défaite d’Anna Schell lors des élections législatives de 1951 contribue sans doute à affaiblir un peu plus les soutiens du secrétaire général de l’UD, également mis en cause dans l’exercice de ses responsabilités. Courant 1952, il cherche à retrouver une activité professionnelle. Début 1953, il démissionne pour s’embaucher dans une entreprise métallurgique de Meurthe-et-Moselle. Une partie des membres de la Commission administrative de l’UD condamne publiquement ce départ, évoquant le « comportement sectaire [et les] manières brutales et prétentieuses » du secrétaire démissionnaire (28 février 1953), ce qui semble symptomatique du climat délétère qui règne alors au sein de l’organisation. P. Entzmann riposte dans un courrier adressé à son successeur : « J’ai subi trop longtemps une atmosphère malsaine pour être encore disposé à la subir aujourd’hui [19 mars]. » Entre-temps, Staline est mort…

Une remise en ordre (1953-1956)

  • 12 Entretien avec A. Buchmann.

22Arthur Buchmann prend la direction de l’UD-CGT de la Moselle en février 1953. Né en 1924, il adhère à la CGT et au PCF en 1945, à 21 ans. Il le fait « un peu par tradition familiale12 ». Son père était déjà – confie-t-il – un « militant de la CGT et du PCF ». Il a également grandi à Hagondange, la plus ancienne municipalité communiste de la Moselle, où « la CGT était partout présente, à l’usine, comme dans les quartiers ». Le syndicat est particulièrement bien implanté dans les deux entreprises sidérurgiques du lieu : la SAFE et l’UCPMI, au sein de laquelle A. Buchmann est chaudronnier et a commencé à militer (tout comme le futur dirigeant de la CFTC, E. Descamps). Dès 1948, A. Buchman se voit proposer un poste de permanent, chargé de la jeunesse, au sein de l’UD. Mais il décline cette offre : « L’ambiance au sein de l’UD ne me plaisait pas. P. Entzmann était un homme très autoritaire. » Deux ans plus tard, il devient permanent du syndicat des métaux puis intègre la Commission administrative de l’UD. Il siège parallèlement au sein du bureau de la Fédération communiste de la Moselle et figure en troisième position sur la liste du PCF lors des élections législatives de 1951, derrière A. Schell. Il demeurera à la tête de l’UD jusqu’en 1964, avant d’être désigné à la direction départementale du PCF (« chevauchant les deux fonctions pendant quelques mois », selon sa propre expression) et, en même temps, au Comité central du PCF, au sein duquel il siégera jusqu’en 1987. Lui aussi symbolise le visage du « communisme syndical » caractéristique de la Lorraine, peint par Serge Bonnet :

  • 13 Serge Bonnet, Sociologie politique et religieuse de la Lorraine, Paris, Armand Colin, Cahier de la (...)

« Le communisme lorrain, écrit ce dernier, n’est pas un communisme rural ou petit-bourgeois, comme celui d’autres régions françaises. Ce n’est pas un communisme héritier d’une tradition révolutionnaire locale. Le communisme lorrain est un communisme syndical. C’est là où la CGT est forte que les voix communistes progressent, que les effectifs du PCF sont les plus élevés et les moins instables. C’est la CGT qui, en Lorraine, fournit ses meilleurs cadres au parti13. »

23Lors du Congrès de l’UD d’avril 1953, A. Buchmann fait le point sur les forces et les faiblesses de la CGT mosellane. Concernant les résultats des élections professionnelles, il observe que ceux-ci « témoignent de l’autorité de la CGT et de la confiance que lui apportent les travailleurs ». Il indique que « c’est 70 % des voix en moyenne » que la CGT obtient dans le département. Mais il déplore que ces résultats ne soient le fait que de « quelques camarades seulement », insistant sur la nécessité d’une « liaison plus étroite… entre les directions syndicales et la masse des salariés ». Le secrétaire général fait également le constat de la disparition des unions locales et appelle à leur relance « le plus rapidement possible ». Enfin, « un grand effort doit être porté vers les jeunes travailleurs », trop négligés. Après le succès de la syndicalisation des Italiens, il appelle aussi les syndicats à se tourner vers les Nord-Africains. Toutes ces pistes reprennent en fait les priorités définies lors du Congrès confédéral de 1951 (qui avait notamment désigné un représentant des Nord-Africains au sein de la CA).

24Deux ans plus tard, lors du Congrès départemental de mai 1955, la priorité demeure aux « tâches d’organisation ». Là encore, au milieu des années 1950, la Confédération, sous l’impulsion de Léon Mauvais et Marcel Caille, met l’accent sur ces « tâches », afin de sortir d’un certain « ronron », de mieux coller aux évolutions sociales, d’adapter et de dynamiser les organisations. En Moselle, A. Buchmann se félicite d’abord du meilleur fonctionnement de la CA (commission administrative) de l’UD : sa fréquentation et le travail réalisé par ses membres « a été plus conséquent qu’auparavant ». Mais des « difficultés » perdurent et exigent que les syndicats considèrent avec plus de sérieux l’UD en déléguant à sa CA les « meilleurs d’entre eux » (le déficit de légitimité de l’UD – structure avant tout politique – semble perdurer mais son fonctionnement est moins problématique). Pour le reste, A. Buchmann dénonce de « nombreuses faiblesses » qui perdurent – sans être plus précis – et appelle à « faire fonctionner, d’une manière régulière, [les] organisations à tous les échelons », notamment à la base.

Les événements de Hongrie (1956) et le retour au pouvoir du général de Gaulle (1958)

  • 14 Entretien avec Raymond Guyot, secrétaire général de l’UD de la Moselle de 1971 à 1980.

25Selon le rapport d’activité présenté lors du Congrès de mai 1957, les « événements de Hongrie » ont « freiné » le développement de l’unité de la classe ouvrière, rompant notamment les contacts qui s’étaient noués avec la CFTC et avec FO. Selon le responsable de l’UD, cela incombe entièrement aux dirigeants de ces organisations ainsi qu’au patronat, lesquels ont « cyniquement exploité » cette conjoncture. Pour ce qui la concerne, l’UD rappelle la déclaration du bureau confédéral du 13 novembre 1956, qui cherche à rester à l’écart de l’actualité hongroise. Et A. Buchmann de conclure : « Toute tentative de faire servir les syndicats à des luttes partisanes ou [de] justifier l’opposition à l’unité par la lutte contre le communisme aboutit à nuire aux intérêts des travailleurs en maintenant leurs divisions politiques à l’intérieur des syndicats. » Mais cette dialectique ne suffit pas à convaincre tous les adhérents et à éviter une nouvelle hémorragie des effectifs. Un militant des métaux de l’époque – futur responsable de l’UD – se souvient de 1956 comme de la crise la plus grave qu’a affrontée la CGT : « Ce fut une chute importante en syndiqués, en voix et en adhérents ; la classe ouvrière n’était pas d’accord avec les prises de position d’alors… Mais c’est reparti en 195714. » Localement, la CGT a perdu au moins 15 % de ses effectifs, voire plus selon d’autres sources. Mais ceux qui lui sont restés fidèles ont été également « secoués » dans leurs convictions.

26Lors du même Congrès départemental de 1957, le document relatif au « renforcement » et aux « problèmes d’organisation » – termes récurrents dans le discours confédéral pour circonscrire cette nouvelle désaffection – fait le constat d’une trop faible implantation dans certains secteurs industriels : métallurgie, bâtiment, mines de charbon. En effet, on croit à tort qu’il s’agit de « fiefs » syndicaux. En fait, les syndiqués sont sans doute mal encadrés, notamment par le parti, d’où les restructurations organisationnelles qui sont préconisées. Depuis le Congrès confédéral de juin 1955 et le Comité confédéral national de mars 1956, l’un des leitmotivs en matière organisationnelle concerne la « décentralisation ». Il est donc logique que l’idée soit relayée par l’UD, notamment lors de son Congrès de 1957. En Moselle, l’objectif consiste notamment à substituer aux syndicats corporatistes locaux des organisations par entreprise, voire par service d’entreprise. Cette volonté d’être plus proche des salariés traduit aussi la volonté de mieux encadrer les syndiqués et d’assurer la pénétration du parti dans les usines. A. Buchmann regrette que ce nouveau modèle se heurte aux réticences de certains militants qui craignent que cette démultiplication des structures perde en efficacité. De fait, la logique politique sous-jacente ne contrarie-t-elle pas les solidarités professionnelles traditionnelles ?

27Le même document indique que cinq unions locales fonctionnent désormais dans le département. Leur bilan semble toutefois mitigé. Bien souvent, elles se cantonnent dans le conseil juridique aux salariés car les syndicats ne jouent pas toujours le jeu de ces structures.

  • 15 Entretien avec Walter Paini.
  • 16 Serge Bonnet, op. cit., p. 251.

28Lors du Congrès d’avril 1959, A. Buchmann revient sur la nécessité de mieux coller aux aspirations du « prolétariat conscient et combatif ». Comme en 1957, il souligne le besoin de « bases revendicatives… adaptées à chacune des entreprises, à chaque service ». En fait, les problèmes organisationnels semblent toujours profonds. Pire, la CGT, qui avait regagné une partie des effectifs perdus en 1956, recommence à reculer. Cela est lié au retour au pouvoir du général de Gaulle, en juin 1958 : « Quand de Gaulle est arrivé, se souvient A. Buchmann, les adhésions ont chuté. Il y avait une certaine peur. On parlait de coup de force. » Cette incertitude est manifestement défavorable à la CGT. La culture politique locale accentue également cette crise. En Moselle, « les gars sont rigoristes ; c’est un peu la marque allemande » déclare un ancien responsable local de la CFTC15. Ainsi, la plus grande partie de la population – jusque dans les rangs de la CGT – se range dans le camp de l’ordre. Il convient d’évoquer aussi le patriotisme local, lié à la proximité de l’Allemagne, qui favorise un « gaullisme de frontière16 ». Il reste que le document préparatoire au Congrès de 1959 ne dit rien de ces difficultés qui rebondissent et s’en tient à dénoncer la « prise du pouvoir par le général de Gaulle » ou encore « l’instauration du pouvoir personnel », déplorant que « la confusion, les illusions, le trouble », lié à ce dernier, aient gagné une majorité des Français. Une fois de plus, la CGT préfère donc la voie de l’isolement. Elle n’en sortira qu’après la mise en œuvre de la stratégie d’union de la gauche par le PCF (1964-1965), puis l’unité d’action avec la CFDT (1966). De fait, en Moselle, il faut attendre le Congrès d’octobre 1963 pour constater une embellie sous le signe du rassemblement des « forces démocratiques ». L’organisation semble enfin sortir du long tunnel des années 1950 et donne des indications précises sur les gains réalisés en termes d’effectifs, avec notamment 5000 nouvelles cartes placées dans la sidérurgie depuis 1958.

.

29Cette brève « radioscopie » d’une UD révèle toutes les difficultés de fonctionnement de ce type de structures dans les années 1950, singulièrement dans un département où existent de puissants corporatismes professionnels mais aussi une identité politique caractéristique, que nourrit dans une large mesure le rejet du Parti communiste ainsi que du désordre social. A contrario, cette étude de cas témoigne justement de la résistance de la CGT dans certains bastions corporatistes, traduction d’un syndicalisme vivant, alors que l’échelon départemental, perçu comme exclusivement politique, souffre d’un déficit récurrent de légitimité. Cela explique sans doute le projet de « décentralisation » de l’organisation qui, en fin de compte, cherche à casser ces solidarités corporatistes pour mieux imposer à tous les mêmes normes élaborées par le centre. Mais cette homogénéisation, conduite avec détermination, n’hypothèque-t-elle pas l’avenir ?

30En fin de compte, au-delà des déterminants liés à l’éclatement et au développement de la guerre froide, qui pèse sur la période et sur l’histoire de la CGT, ce regard, à différents niveaux, porté ici sur la CGT, ne révèle-t-il pas le contraste entre une popularité qui demeure forte, des racines vivantes, l’existence de débats internes, face à un « bloc de direction », qui aurait défini de nouvelles « normes » d’organisation et de pensée et chercherait avec méthode à les imposer pour consolider le « communisme syndical » ?

Notes

1 Ces données sont issues des travaux effectués en collaboration avec Dominique Labbé pour la rédaction du livre, La CGT. Organisation et audience depuis 1945, Paris, La Découverte, 1997. Elles n’ont pas été exploitées dans le livre.

2 Au cours des années 1950, le maintien des

3 Sur la double question des sources et la méthode des estimations, cf. Dominique Andolfatto, Dominique Labbé, La CGT, op. cit., p. 222 sqq.

4 Taux de syndicalisation sur la base des effectifs officiels.

5 Professions intermédiaires, cadres, ingénieurs, professions intellectuelles

6 Pour les références aux citations issues des archives de l’UD de la Moselle, cf. Dominique Andolfatto, L’Union départementale CGT de la Moselle, Grenoble, Cerat, 1996.

7 Frank Georgi, Eugène Descamps, chrétien et syndicaliste, Paris, Éditions de l’Atelier, 1997, p. 110 et p. 125-127.

8 Serge Bonnet, L’homme du fer, Metz/Nancy, Éditions Serpenoise/PUN, 1977-1985, tome 2, p. 311.

9 Norbert Olszak, Le syndicalisme dans les Houillères du Bassin de Lorraine, mémoire, IEP de Strasbourg, 1971, p. 43.

10 Entretien avec Arthur Buchmann, secrétaire général de l’UD, de 1953 à 1964.

11 Entretien avec A. Buchmann.

12 Entretien avec A. Buchmann.

13 Serge Bonnet, Sociologie politique et religieuse de la Lorraine, Paris, Armand Colin, Cahier de la FNSP n° 181, p. 359-360.

14 Entretien avec Raymond Guyot, secrétaire général de l’UD de la Moselle de 1971 à 1980.

15 Entretien avec Walter Paini.

16 Serge Bonnet, op. cit., p. 251.

Table des illustrations

Légende Tableau 1 : Les élections à la Sécurité sociale (caisses primaires de Sécurité sociale) (Source : D. Andolfatto, L’univers des élections professionnelles, Paris, Éditions Ouvrières/Éditions de l’Atelier, 1992, p. 173-187.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18918/img-1.png
Fichier image/png, 23k
Légende Tableau 2 : L’audience de la CGT aux élections des comités d’entreprise (en % des suffrages exprimés) (Source : Dominique Labbé, Les élections aux comités d’entreprise (1945-1993), Cerat, Grenoble, 1994.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18918/img-2.png
Fichier image/png, 62k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18918/img-3.png
Fichier image/png, 61k
Légende Tableau 3 : Les élections aux usines Renault de Boulogne-Billancourt (élections des délégués du personnel ; collège ouvrier ; en % des suffrages exprimés) (Source : Dominique Andolfatto, L’univers des élections professionnelles, op. cit., p. 129-134.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18918/img-4.png
Fichier image/png, 50k
Légende Tableau 4 : Les effectifs confédéraux (en milliers) (Source : Dominique Labbé, Syndicats et syndiqués en France depuis 1945, Paris, L’Harmattan, p. 132.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18918/img-5.png
Fichier image/png, 116k
Légende Tableau 5 : Les taux de renouvellement du personnel confédéral (en %) (Source : Dominique Andolfatto, Le personnel dirigeant confédéral de la CGT (1944-1996), Cerat, Grenoble, 1996.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18918/img-6.png
Fichier image/png, 32k
Légende Tableau 6 : L’âge des dirigeants confédéraux (Source : Dominique Andolfatto, Le personnel dirigeant confédéral de la CGT [1944-1996], op. cit.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18918/img-7.png
Fichier image/png, 38k
Légende Tableau 7 : La catégorie professionnelle d’origine des dirigeants confédéraux (Source : Dominique Andolfatto, Le personnel dirigeant confédéral de la CGT [1944-1996], op. cit.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18918/img-8.png
Fichier image/png, 23k
Légende Tableau 8 : Les effectifs de l’UD de la Moselle (Source : Dominique Andolfatto, L’Union départementale CGT de la Moselle, op. cit.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18918/img-9.png
Fichier image/png, 63k

Auteur

Maître de conférences en science politique Chercheur au GREP – Université de Nancy II Chercheur associé au PACTE – IEP de Grenoble

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540