Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Deuxième partie. La société, la culture

Les prêtres ouvriers, des militants de la CGT (1948-1962)

Nathalie Viet-Depaule

Texte intégral

1En 1952, une rencontre décisive entre Henri Chartreux, prêtre-ouvrier, et Georges Séguy a lieu au siège du syndicat des cheminots à Limoges, à l’initiative de Pierre Déverines, secrétaire général des cheminots CGT de la ville. Cette soirée fait découvrir au secrétaire de la Fédération des cheminots CGT la nature de l’engagement d’hommes, prêtres et ouvriers, qu’il méconnaissait :

  • 1 Allocution de Georges Séguy le 10 juin 1983 pour le départ à la retraite d’H. Chartreux, Destins c (...)

« Nous nous sommes rencontrés, avec Henri, il y a trente et un ans. Et, paradoxalement, c’est moi qui ai reçu sa confession. Je vais vous dire pourquoi. Il venait d’entrer comme auxiliaire à l’Économat de la SNCF et dans ma corporation des cheminots dont j’étais secrétaire, dirigeant de la Fédération, nous suspections les prêtres-ouvriers de nous pénétrer pour nous transformer dans un sens qui ne nous plaisait pas. Et cette réflexion et cette suspicion étaient augmentées ici, dans ce département.
Et un jour, on m’a envoyé à Limoges. On m’a dit : “Il faut que tu ailles voir ce spécimen qui se manifeste dans le syndicat, qui est à la CGT, qui veut militer et qui est un prêtre.” Alors je suis venu. Et l’on a passé une soirée au café de la Poste, Pierre Déverines, Henri et moi. Pour causer. Eh bien ! je vais vous faire une confidence ce soir-là, il n’y a que lui qui a parlé ! C’était tellement révélateur d’une chose que j’ignorais complètement, que je n’ai pratiquement rien trouvé à dire.
Je suis revenu à Paris, j’ai dit : “On se trompe complètement sur les intentions de ces prêtres-ouvriers qui viennent à la CGT, ce sont des militants comme nous, ils ont le même état d’esprit que nous, ils veulent lutter comme nous, ils veulent prendre des responsabilités comme nous dans la bataille.” Et, petit à petit quand même, parce que c’était un cas unique dans la profession des cheminots, nous avons rencontré dans la métallurgie et le bâtiment de ces militants qui avaient été effectivement chargés d’aller dans la classe ouvrière pour l’évangéliser. L’intention était pure mais nous, ça nous paraissait intrinsèquement pervers. Alors, nous avions réagi. Eh bien ! le fameux soir où je me trouvais à l’hôtel de la Poste avec Pierre Déverines et Henri, si j’avais dit à l’issue de cette réunion que quelques années plus tard Henri Chartreux serait responsable de l’éducation des militants ouvriers de la CGT sur le plan départemental, j’aurais été considéré comme un épouvantail ! Et c’est pourtant ce qui s’est produit.
C’est, en raccourci, l’itinéraire d’Henri. Il a joué ce rôle, il a payé de sa personne pas seulement par rapport à la répression patronale qu’il a subie, mais aussi par rapport aux incompréhensions auxquelles il a été confronté dans sa vie militante parmi nous, il faut bien le dire, parmi nous parce que nous n’étions pas préparés à accueillir une telle expérience. Nous n’avions pas, dans le passé, de chose comparable1. »

  • 2 Radiomessage de Pie XII au 73e Katholikentag, Bochum, le 4 septembre 1949 : « Il ne faut pas que l (...)
  • 3 Lettre des cardinaux français sur le décret du Saint-Office condamnant l’adhésion et la collaborat (...)
  • 4 Oscar-L. Cole-Arnal, Prêtres en bleu de chauffe. Histoire des prêtres-ouvriers (1943-1954), Paris, (...)
  • 5 Une centaine de prêtres-ouvriers (environ 110) travaillaient en usine ou sur les chantiers jusqu’e (...)

2Certes, les principes qui présidaient alors à la CGT comme ceux que prônait l’Église catholique ne pouvaient que s’opposer. D’un côté, on bannissait la religion, de l’autre l’athéisme2 : anticléricalisme et anticommunisme étaient de mise. La distance entre les uns et les autres a été soigneusement entretenue : guerre froide et décret de 1949 interdisent aux catholiques l’adhésion et la collaboration aux partis communistes3. La CGT n’a pu que se méfier de ces prêtres « en bleu de chauffe4 » qui ont fait le choix d’être envoyés en mission en terre ouvrière et de s’y « naturaliser », même si leur proportion était infime au sein du clergé catholique5. Elle s’est montrée d’autant plus circonspecte qu’ils ont défrayé la chronique au début des années 1950, en raison de leurs engagements que la vulgate ecclésiale qualifiait de temporels : adhésion à la CGT, responsabilités syndicales qu’ils ont accepté d’assumer, participation aux luttes ouvrières aux côtés de communistes.

La figure du prêtre-ouvrier6

  • 6 Charles Suaud, Nathalie Viet-Depaule, Prêtres et ouvriers. Une double fidélité mise à l’épreuve 19 (...)
  • 7 L’Église utilise la notion de « déchristianisation » pour souligner les phénomènes de récession re (...)
  • 8 Pour reprendre l’image dont le cardinal Suhard a parlé lors de son jubilé : « Il y a un mur qui sé (...)
  • 9 Émile Poulat, op. cit.

3Attentifs à la récession religieuse7 dans le monde ouvrier et persuadés qu’il existait un mur8 entre l’Église et la classe ouvrière, ces prêtres ont inauguré un nouveau type sacerdotal : ils ont été prêtres et ouvriers, comme le signifie le trait d’union du mot composé prêtre-ouvrier. Diocésains ou religieux, ils ont été envoyés en mission – « sans esprit de retour » – par leur évêque ou par leur ordre qui, le plus souvent, les ont déchargés de toute fonction paroissiale. Ils ont décidé de vivre leur apostolat en « s’immergeant », en « s’enfouissant » – pour reprendre leur terminologie de l’époque – en terre ouvrière et ont endossé la condition ouvrière en adoptant les mêmes conditions d’habitat, de travail et d’engagement que les ouvriers9.

  • 10 Édition de l’Abeille, 1943.

4Issus de la matrice de l’Action catholique, ayant été notamment quelque temps aumôniers de JOC/JOCF, ces prêtres marqués par la guerre, la captivité et la réquisition ont découvert dans La France pays de mission ?, le livre des aumôniers Henri Godin et Yvan Daniel10, la confirmation de leurs aspirations pour se soustraire aux pesanteurs du monde ecclésial. Ils ont été convaincus qu’il était nécessaire de sortir des cadres religieux traditionnels et des mouvements officiels. Si les ouvriers ne fréquentent plus les paroisses, c’est aux prêtres d’aller vers eux dans une perspective missionnaire.

  • 11 Yvon Tranvouez, Catholiques et communistes, Paris, Le Cerf, 2000, p. 130.

5Cette perspective, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, semble possible. Les initiatives apostoliques, notamment celle de la Mission de France créée en 1941 sous l’impulsion du cardinal Suhard, archevêque de Paris, ou celle de la Mission de Paris (1943), autorisent ces prêtres à faire prévaloir leur nouvelle forme d’apostolat. Rompant non seulement avec la figure traditionnelle des prêtres de paroisse, mais aussi celle des aumôniers d’Action catholique, ils ont cherché à être « le levain dans la pâte », du moins à être présents dans la classe ouvrière. Ils sont apparus comme « la forme la plus neuve11 » de la nébuleuse du progressisme chrétien, s’inscrivant dans une démarche de renouveau théologique autour des pères Chenu, Congar, de Lubac dont la pensée les a conduits à vouloir incarner la condition ouvrière (théologie de l’incarnation).

  • 12 Dans la décennie 1948-1958, « la CGT reste, de loin, la première centrale française, dans un paysa (...)
  • 13 « Je vais prendre ma carte CGT au syndicat du 12e, par principe : un ouvrier doit être syndiqué, e (...)

6Dans ce contexte, il n’est pas très étonnant que les prêtres-ouvriers qui, au départ, ont été de simples manœuvres et ont cherché à se faire embaucher « incognito » dans de grosses usines, se soient rapidement syndiqués. Ils n’ont pas hésité longtemps à accepter une carte syndicale comme à choisir le cadre de leur affiliation. Ils ont adhéré à la CGT, là où les ouvriers étaient majoritairement syndiqués12. Ils n’ont pas rallié les rangs de la CFTC à cause de sa modération et de son faible ancrage ouvrier, mais surtout à cause de son hypothèque confessionnelle qui pesait lourd et était contraire à leur volonté de rejoindre les « païens13 ». Délibérément, ils ont opté pour la CGT, préférant y « porter témoignage ».

Syndicalisation et militantisme des prêtres-ouvriers à la CGT

  • 14 « J’étais aux Chantiers de la Gironde, les copains, un jour, viennent me trouver : Tu te syndiques (...)

7En 1948, les prêtres-ouvriers n’étaient encore qu’un petit nombre à avoir franchi le seuil de l’usine et à être syndiqués. Ceux-ci avaient participé à leurs premières grèves, celles de 1947, mesuré les iniquités faites à la classe ouvrière et évalué l’efficacité de l’action collective, ce qui les avait confortés dans leur choix de « se faire ouvriers parmi les ouvriers » et de s’engager à la CGT. Faut-il, par ailleurs, rappeler que l’ascension au sein des structures syndicales d’hommes dont le capital scolaire14, voire culturel, était apprécié, d’hommes célibataires, disponibles, qui avaient du temps pour effectuer des tâches militantes quotidiennes, des hommes qui aimaient écrire (rédaction de tracts, de journaux syndicaux) et savaient parler (prises de parole) ne pouvait que servir la CGT ? Authenticité du témoignage pour les uns, efficacité du militantisme pour les autres ? Chacun y a sans doute trouvé les raisons de militer ensemble.

  • 15 À titre d’exemple, celle adressée à l’archevêque de Paris, de Louis Brasseur, gérant de Brasseur e (...)
  • 16 « Si tu viens ici contre nous, tu ne feras pas le poids, la classe ouvrière en a vu d’autres. Mais (...)
  • 17 « Je reviens à ma bécane et vers 18 heures ou 18h 15 du soir peu avant la fin du boulot à 18h 30, (...)

8Ce n’est qu’à partir du début des années 1950 que l’engagement des prêtres-ouvriers à la CGT a été manifeste : de simples adhérents, ils sont devenus des responsables syndicaux, élus délégués du personnel par leurs « copains » d’atelier, terme qu’ils préféraient utiliser pour désigner leurs camarades. Cependant, leur présence dans les usines ou sur les chantiers n’a pas été sans poser problème du côté patronal comme du côté syndical. Le fait d’être prêtres leur a valu suspicion, voire méfiance. Observés, mis à l’épreuve, ils ont dû faire face aux sollicitations patronales qui ont d’abord cherché leur collaboration au bon fonctionnement du travail, puis, devant leur refus, ont utilisé leur activité syndicale pour les licencier. « Leurs menées subversives » ont d’ailleurs fait l’objet de nombreuses dénonciations à la hiérarchie catholique15. Du côté syndical, l’accueil a été souvent farouche sur le lieu du travail. Que ce soit, par exemple, Henri Barreau qui raconte dans son autobiographie inédite16 son premier échange avec son délégué, Roger Scordia, ou Louis Bouyer qui se souvient de son premier contact avec le syndicat17, les injonctions des responsables syndicaux ont rapidement délimité la place dévolue aux prêtres-ouvriers.

  • 18 Comme le centre Suzanne Masson, situé avenue M. Bizot dans le 12e (aujourd’hui avenue Dr A. Netter (...)
  • 19 Yvon Tranvouez, Catholiques d’abord. Approches du mouvement catholique en France (xixe-xxe siècles (...)
  • 20 La Quinzaine, 15 septembre 1953. Le texte a été diffusé par tracts avec les noms des signataires, (...)

9Mais une fois passé l’étonnement de voir des prêtres travailler comme n’importe quel ouvrier, une fois la période probatoire achevée, des relations de respect, de confiance, d’estime, voire d’amitié, se sont bientôt forgées entre les militants CGT et les prêtres-ouvriers. C’est au quotidien que, petit à petit, « la naturalisation des prêtres-ouvriers » en terre ouvrière s’est opérée. Entrés à l’usine sans aucun savoir-faire pour la majorité d’entre eux, décidés à rester manœuvres, à être « au bas de l’échelle » pour être « pauvres parmi les pauvres », ayant bénéficié du professionnalisme de leurs camarades qui les avaient initiés aux précisions techniques, ils se sont vite aperçus de la nécessité d’acquérir une qualification pour avoir un véritable statut d’ouvriers. Une condition nécessaire aussi pour faire valoir les intérêts et les espoirs de la classe ouvrière, le professionnalisme de l’ouvrier qualifié ayant toujours été un atout dans les négociations avec le patronat. C’est pourquoi la plupart d’entre eux ont brigué une place dans un des centres de formation professionnelle gérés par la CGT18 pour obtenir un CAP. Ils se sont sentis alors davantage de plain-pied dans l’action militante. S’étant d’ailleurs beaucoup investis au Mouvement de la Paix, ayant soutenu activement en mars 1950 la campagne de signatures pour l’Appel de Stockholm19, et s’étant associés, pour certains, au vaste mouvement populaire exigeant la grâce de Julius et d’Ethel Rosenberg aux côtés des militants cégétistes, ils se sont rompus aux luttes du mouvement ouvrier. Les grèves de l’été 1953 ont été déterminantes car elles les ont poussés définitivement à choisir leur camp lorsque la CFTC a appelé à la reprise du travail. C’est ainsi que l’ensemble des prêtres-ouvriers de la région parisienne se sont solidarisés avec un texte publié dans Le Monde du 14 septembre 1953, signé par 71 travailleurs chrétiens dont 43 membres de la CGT, 15 de la CFTC et 13 divers, qui s’insurgent contre la position adoptée par la CFTC pendant le mois d’août portant atteinte à l’unité syndicale20. Bref, l’engagement syndical était devenu partie intégrante de leur vie.

10En effet, d’abord délégués du personnel, les prêtres-ouvriers ont accepté progressivement d’autres responsabilités, avec l’accord de leur évêque, persuadés qu’ils contribuaient à la promotion collective du monde ouvrier.

  • 21 Henri Berger, dominicain, propos cité dans le bulletin de liaison des dominicains de la Province d (...)

« J’ai compris que je pouvais entrer à fond dans la lutte et même la leur proposer et cela sans rien trahir, accomplissant en cela une tâche apostolique. Si ma présence au mouvement contre le racisme (communisant) me mettait mal à l’aise, ma présence au bureau syndical est parfaitement claire pour moi : je suis sûr de ce que je défends […] je me suis trouvé un beau jour engagé par ma vie professionnelle parce que j’ai un métier et que je découvre tous les problèmes qui l’entourent. Je partage les convictions de tous ceux qui sont dans ma condition et je puis efficacement me mettre à leur disposition21. »

  • 22 « Au Congrès de 1951, Frachon pour la première fois, prononce le discours de clôture. Évoquant la (...)

11Henri Barreau a été le premier à accéder à un poste de permanent lorsqu’il a été élu, lors du Congrès de février 1951, au secrétariat de l’Union syndicale des travailleurs de la métallurgie (USTM) de la Seine. Benoît Frachon en a fait, dans son discours de clôture, la figure exemplaire de celui qui pouvait rassembler les chrétiens et contribuer à l’unité de la classe ouvrière22.

12D’autres le seront un temps. Ils n’ont pas été légion. Ils ont accepté d’être permanents pour remplacer un camarade appelé à d’autres fonctions, pallier une absence, ou simplement parce qu’ils ont été licenciés pour avoir organisé débrayages et grèves, jamais pour faire carrière. Jean Olhagaray s’est occupé de la partie est de la région parisienne (Montreuil, Vincennes, Fontenay, etc.) pour l’USTM pendant neuf mois (septembre 1952-mai 1953), Bernard Chauveau pendant quelques mois, également en 1953, a été à la direction syndicale de Renault pour ne citer que ces exemples. D’autres, sans être permanents, ont été responsables d’union locale (Jean-Marie Marzio dans le 12e arrondissement), d’union départementale (René Desgrand dans le Rhône), de secrétariat (Gabriel Genthial, Bâtiment à Grenoble) ou ont été élus au comité exécutif d’une fédération (Jacques Jaudon, Métaux à Toulouse), etc. Il n’est guère besoin de répertorier plus précisément les responsabilités qu’ils ont assumées car elles recouvrent la panoplie des fonctions syndicales et sont identiques à celles de leurs camarades.

  • 23 Jean Dimnet, Une religion dans Paris-Match, Paris, Le Centurion, 1967.
  • 24 Les prêtres-ouvriers, Paris, Minuit, 1954, p. 37.
  • 25 Prêtre-ouvrier, membre de la mission ouvrière de Bordeaux.
  • 26 Louis Bouyer était ouvrier chez Hispano-Suiza, Bernard Cagne chez Simca. « Pour ceux qui ne pourro (...)
  • 27 Paru en 1952 chez Robert Laffont.
  • 28 Et pour jouer sur les mots, cf. André Collonge (alias Bernard Gardey, prêtre-ouvrier dominicain), (...)

13Mais ces engagements temporels irritaient la majorité des catholiques. Prétextes à de nombreux articles de presse, ces prêtres d’un type nouveau ont été victimes d’une médiatisation23 qui a commencé avec l’exploitation d’un fait qui aurait été ordinaire si la personne concernée n’avait pas été un prêtre. Le 19 novembre 1949, « un prêtre-ouvrier, employé dans une blanchisserie, est licencié par son patron qui ne veut pas de prêtre chez lui. Il l’assigne pour rupture abusive de contrat et gagne son procès24 ». Plus tard, le décès de Michel Favreau25, docker sur le port de Bordeaux, écrasé par une palanquée de madriers le 7 avril 1951, comme la répression policière dont sont victimes deux d’entre eux, Louis Bouyer et Bernard Cagne26 le 28 mai 1952, à Paris, lors de la manifestation contre le général Ridgway, ont renforcé l’image d’hommes engagés à la CGT, même si ces événements ont été montés en épingle, contre leur gré, à des fins médiatiques. La parution du livre de Gilbert Cesbron, Les Saints vont en enfer27, dans lequel ils étaient loin de se reconnaître, a défrayé la chronique, laissant aux lecteurs le soin d’apprécier cet apostolat nouveau et d’attribuer aux prêtres-ouvriers la figure du scandale ou celle de l’admiration28.

  • 29 « Prêtres ou ouvriers ? », dans Bruno Duriez, Étienne Fouilloux, Alain-René Michel, Georges Mourad (...)

14« L’expérience » des prêtres-ouvriers a évolué rapidement. Ces enfants terribles de l’Église, qui ont perdu le soutien bienveillant du cardinal Suhard, à sa mort en 1949, ont dû s’affronter avec la hiérarchie catholique. Ce n’est pas tant leur apostolat qu’elle leur reprochait que leur engagement dans le mouvement ouvrier. Le couperet est tombé le 1er mars 1954 : les prêtres-ouvriers ne pouvaient plus travailler que trois heures par jour et devaient abandonner toute activité syndicale. La suppression des prêtres-ouvriers, que plus d’un avait, devenait une réalité. Le drame était indicible, le choix impossible à faire : fidélité à l’Église ou fidélité à la classe ouvrière ? L’alternative était inexorable29. Les prêtres-ouvriers touchés par les mesures romaines se sont divisés, choisissant ou d’obtempérer au diktat institutionnel ou de refuser de s’y soustraire. Les « soumis » ont quitté l’usine pendant quelque temps puis, pour certains, ont recommencé avec l’accord de leur évêque à travailler, sans aucun engagement dans le mouvement ouvrier ; les « insoumis » sont restés à l’usine et ont réitéré leur engagement à la CGT. En 1959, de nouvelles consignes romaines, encore plus radicales, ont interdit à tout prêtre de travailler. Il faut attendre la fin du concile Vatican II (décembre 1965) pour que des prêtres soient à nouveau autorisés à travailler et à militer, mais dans des conditions sociales, religieuses et économiques bien différentes de celles qu’ont connues les premiers prêtres-ouvriers.

Facteurs de compréhension de l’engagement des prêtres-ouvriers à la CGT

  • 30 Joseph Robert, dominicain : « Il a pensé qu’à partir des militants CFTC de l’usine, il y avait moy (...)

15De 1948 à 1954 donc, les prêtres-ouvriers se sont engagés à la CGT et, phénomène qui vaut la peine d’être souligné, leur engagement n’a pas été seulement le fait de quelques-uns, mais de tous, sauf d’un30. Comment comprendre cet investissement strictement syndical ? Quel sens donner à leur appartenance à la CGT ? Bien qu’il ne soit pas possible de tenir compte des spécificités des trajectoires ou des desseins personnels de tout un chacun, je me risquerai cependant à avancer les facteurs suivants pour comprendre l’engagement des prêtres-ouvriers à la CGT : existence de la classe ouvrière, épreuve physique du travail, adéquation entre des valeurs de nature différente et nécessité de l’action militante. J’examinerai ces facteurs comme des façons et des manières qu’ont eues les prêtres-ouvriers de se positionner ou encore comme des dispositions mentales propres à infléchir leurs comportements. Ces facteurs devraient mettre en évidence quelques éléments qui ont déterminé les prêtres-ouvriers à exprimer leur solidarité à la classe ouvrière dont ils ont partagé le travail manuel, les conditions de travail et les luttes syndicales dans une même communauté de destin.

Existence de la classe ouvrière

  • 31 Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française xixe-xxesiècle, Paris, Le Seuil, 1986, p. 2 (...)

16Partis du constat de la distance entre l’Église et les ouvriers auquel ils étaient particulièrement sensibles, ces prêtres ont fait le pari du travail pour vivre leur apostolat auprès des ouvriers dont ils savaient qu’ils représentaient la composante majoritaire de la société française au début des années 1950 (61 % des actifs en 1954)31. C’est pourquoi ils se sont implantés là où il y avait d’importantes concentrations ouvrières, notamment dans de grandes villes, Paris et sa banlieue, Lyon, Givors, Marseille, Lille, Limoges, Bordeaux, Toulouse, Saint-Étienne, Montceau-les-Mines, Le Havre ainsi que Liège en Belgique ; dans les mines du Pas-de-Calais à Fouquières-les-Lens dans les aciéries à Longwy ou sur de gros chantiers de barrages. Liant durablement leur mission au sort des ouvriers, « plongeant » en terre ouvrière et parlant sa langue, les prêtres-ouvriers sont devenus peu à peu conscients qu’ils ne rejoignaient pas les ouvriers, mais la classe ouvrière, chargée d’histoire, organisée et porteuse d’un avenir inscrit en dehors de l’Église. Ce constat est un facteur d’importance. Il a modifié considérablement leur regard. D’une part, il les a conduits à ajuster leur modèle pastoral. Pas question du moindre prosélytisme, mais de présence : être des ouvriers parmi les ouvriers pour devenir membres de la classe ouvrière. D’autre part, ce facteur les a incités à adhérer au syndicat dont ils ont mesuré l’efficacité des luttes collectives qui concouraient à promouvoir la classe ouvrière. Ils y ont puisé la légitimité nécessaire pour devenir des militants ouvriers à part entière.

Adéquation des valeurs

  • 32 Selon le terme de Louis Chevalier, Classes laborieuses, classes dangereuses, Paris, Le Seuil, 1986
  • 33 B. Cagne, entretien du 14 avril 1997 réalisé par R. Dumont, oratorien, fonds équipe nationale des (...)

17Venus chez les « pauvres », les plus démunis et en référence au Jésus de Nazareth, les prêtres-ouvriers ont découvert que la représentation qu’ils se faisaient du monde ouvrier ne correspondait pas à la réalité. Leur formation, en effet, n’avait fait qu’accentuer maints hiatus culturels et reprendre, bien souvent, des images qu’un certain imaginaire collectif véhiculait, considérant hâtivement la classe ouvrière comme dénuée de valeurs ou comme « dangereuse32 ». Or, les prêtres-ouvriers ont été frappés par les valeurs du monde ouvrier, notamment par la solidarité ouvrière que plus d’un avaient éprouvée à plusieurs reprises. Force a été de constater que la classe ouvrière possédait une éthique, même si elle était empreinte d’athéisme ou de communisme. La perception de leurs camarades de travail s’en est trouvée modifiée. Elle les a conduits à faire des rapprochements entre les valeurs de ­l’Évangile et celles du mouvement syndical (liberté, fraternité, justice), du moins à y voir une cohérence jusqu’à établir des principes homothétiques entre le Nouveau Testament et des revendications ouvrières. « Gagner quatre sous de plus après une grève n’était pas le plus important, ce qui était le plus fort, c’était la reconnaissance des gens dans ce qu’ils sont. Je crois que c’est l’Évangile qui m’a mis sur cette voie. Ça me faisait vivre, j’y crois fortement. La section syndicale d’atelier devenait à mes yeux un lieu de liberté pour mes camarades de travail, nous étions 400 syndiqués sur 80033. » Nul doute qu’après un tel constat, leur engagement à la CGT ait trouvé écho à leurs aspirations : ils y ont vu la meilleure façon de tendre vers plus d’équité, et plus encore de manifester à leurs camarades le respect qui leur était dû.

Épreuve physique du travail

18Leur condition même d’ouvriers, plus exactement de travailleurs manuels, les a touchés dans leur propre corps. On pourrait même jouer avec les mots et parler d’» incorporation » du travail. En effet, au départ, le travail n’était pour les prêtres-ouvriers qu’un moyen nécessaire pour côtoyer des ouvriers, pour se faire reconnaître comme « l’un d’eux » et s’inscrire dans la classe ouvrière. En d’autres termes, ils donnaient à cette activité profane une valeur religieuse. Or, progressivement, et souvent à leur insu, la matérialité du travail les a transformés et a inscrit le travail au centre de leur vie. Deux aspects imbriqués l’un dans l’autre y ont contribué : d’une part les contraintes quotidiennes du travail avec ses risques, l’expérience de la fatigue, de la pénibilité physique, et les aléas du marché du travail, de l’autre, la conscience du « beau travail », de la pièce à usiner bien faite, celle qui demande un véritable savoir-faire et qui incite à acquérir une qualification professionnelle. Cette place attribuée au travail ou encore cette « centralité » du travail a agi comme une véritable inculcation qui leur a permis de se sentir de véritables ouvriers et de s’intégrer dans la classe ouvrière.

Nécessité de l’action militante

  • 34 « Pour un marxiste, la lutte des classes n’est pas seulement un combat pour la libération ouvrière (...)
  • 35 « Itinéraires d’Henri Barreau », La Mission de Paris, op. cit., p. 118.

19Le militantisme dont les prêtres-ouvriers ont fait preuve, passe également par un retournement mental. Ils ont intériorisé la revendication ouvrière comme l’expression d’un droit naturel en plein accord avec leur conscience. Devenant progressivement conscients de la nécessité de l’action syndicale, ils ont dû adopter le principe de la lutte des classes contre la préconisation de l’Église qui le condamnait34. Ils ont été obligés, pour devenir des militants syndicaux, de prendre parti, de sortir de la neutralité que leur état de prêtre devait adopter. La vie « militante transforme jour après jour la conscience chrétienne d’Henri, opère une synthèse vitale avec la lutte des classes35 », écrit Marie Barreau. L’action militante a du coup structuré le comportement des prêtres-ouvriers jusqu’à y symboliser le combat de l’existence et à donner sens à leur présence. Elle leur a conféré une autre identité, celle d’appartenir à un peuple en lutte. De là, il n’y a pas eu beaucoup de chemin à faire pour qu’ils éprouvent le sentiment de participer à l’évolution du monde et d’être acteurs d’une histoire en train de se faire. Aucun, cependant, n’a alors adhéré au PCF.

  • 36 « Henri Berger », Ut sint unum, n° 48, 1er avril 1958, p. 7-15.
  • 37 Émile Poulat, Une Église ébranlée. Changement, conflit et continuité de Pie XII à Jean-Paul II, Pa (...)

20Pour conclure, j’aimerais souligner le caractère inédit de la rencontre des prêtres-ouvriers et des militants cégétistes entre 1948 et 1954. Cette rencontre n’a pas été simple. Elle a nécessité des ajustements mutuels pour se retrouver côte à côte dans les luttes syndicales. Ils ont ainsi battu en brèche de vieux antagonismes qui semblaient irréductibles entre l’Église et la CGT. Ils ont montré qu’il était possible d’œuvrer ensemble à la promotion de la classe ouvrière sans que chacun ait à se départir de ses convictions. Les prêtres-ouvriers ont intériorisé la conscience syndicale et les cégétistes ont admis un type de présence, voire une forme d’apostolat qu’ils n’étaient pas prêts d’accepter. On pourrait dire que si la CGT a changé le regard des prêtres-ouvriers, les prêtres-ouvriers ont changé le regard des militants sur l’Église : « Pour nous, il s’agit moins d’évangéliser au sens d’endoctriner que de collaborer activement avec les copains dans l’effort qu’ils font pour leur libération. Notre présence active est pour eux une garantie que leur lutte est justifiée malgré ce qu’en pensent les chrétiens (y compris les curés). Par notre présence, nous levons une hypothèque terrible, celle du silence, de l’incompréhension et de l’hostilité des gens d’Église vis-à-vis de cette réaction des travailleurs », a écrit l’un d’entre eux36. La présence des prêtres-ouvriers a vraisemblablement cassé l’aspect monolithique des représentants de l’Église. Elle a même peut-être ébranlé l’Église37. Elle a en tout cas laissé des traces intangibles chez les militants qu’ils ont côtoyés.

  • 38 Paul Anglade, Prêtre-ouvrier forgeron, Paris, Karthala, 2001, p. 21.

« Un soir qui doit se situer en fin d’année 1969, Joseph Guiriolo, un copain de travail plus âgé que moi d’une bonne dizaine d’années, me prend à part dans la cage vitrée du “dispatching” où je travaillais ce jour-là. Je vois encore ses yeux un peu humides et son merveilleux sourire quand il m’a demandé : “Alors, c’est vrai, t’es comme le Jo ? Tu sais, on était copains. Il m’a donné un Évangile et encore je le lis.” “Le Jo” était un prêtre-ouvrier qui avait travaillé dans cette usine où je me trouvais, la CAFL (Compagnie des ateliers et forges de la Loire), usine du Marais à Saint-Étienne, des années avant que j’y entre. C’était Joseph Gouttebarge qui, torturé comme les autres, en 1954, par les décisions romaines, avait choisi de rester ouvrier, puis s’était marié, puis était mort. Pour Joseph Guiriolo, il était resté LE prêtre-ouvrier, et il me demandait, émerveillé et un peu incrédule, si c’était bien vrai que j’étais “comme lui”38. »

Notes

1 Allocution de Georges Séguy le 10 juin 1983 pour le départ à la retraite d’H. Chartreux, Destins croisés. Henri Chartreux, Limoges, 1993, p. 77 ; Émile Poulat, Le centenaire de la CGT. La place occupée par la sensibilité chrétienne, Cahiers de l’Atelier, n° 463, septembre-octobre 1995.

2 Radiomessage de Pie XII au 73e Katholikentag, Bochum, le 4 septembre 1949 : « Il ne faut pas que le monde ouvrier soit la proie du matérialisme athée. On doit tout mettre en oeuvre pour le conserver ou le ramener à Dieu et au Christ. […] Si, dernièrement, un trait de séparation, obligatoire pour tous les catholiques, a été tracé entre la foi catholique et le communisme athée, ce fut pour le même motif, c’est-à-dire pour édifier une digue destinée à préserver non seulement les travailleurs manuels, mais encore tous les chrétiens sans aucune exception, du marxisme négateur de Dieu et du culte dû à Dieu », La Documentation catholique, n° 1055, 6 novembre 1949.

3 Lettre des cardinaux français sur le décret du Saint-Office condamnant l’adhésion et la collaboration des catholiques aux partis communistes, 8 septembre 1949, publiée dans La Croix, 15 septembre 1949 et dans La Documentation catholique, n° 1052, 25 septembre 1949, p. 1217-1224.

4 Oscar-L. Cole-Arnal, Prêtres en bleu de chauffe. Histoire des prêtres-ouvriers (1943-1954), Paris, Éditions Ouvrières, 1992.

5 Une centaine de prêtres-ouvriers (environ 110) travaillaient en usine ou sur les chantiers jusqu’en 1954. Ils représentaient un peu plus du tiers des prêtres au travail.

6 Charles Suaud, Nathalie Viet-Depaule, Prêtres et ouvriers. Une double fidélité mise à l’épreuve 1944-1969, Paris, Karthala, 2004.

7 L’Église utilise la notion de « déchristianisation » pour souligner les phénomènes de récession religieuse. Depuis longtemps déjà, le débat était ouvert sur l’étendue, la profondeur, l’ancienneté et les causes de la déchristianisation. Émile Poulat, Les prêtres-ouvriers. Naissance et fin, Paris, Le Cerf, 1999, p. 115-116.

8 Pour reprendre l’image dont le cardinal Suhard a parlé lors de son jubilé : « Il y a un mur qui sépare l’Église de la masse. Ce mur, il faut l’abattre à tout prix, pour rendre au Christ les foules qui l’ont perdu », La Semaine religieuse de Paris, 18 décembre 1948, p. 1200-1201.

9 Émile Poulat, op. cit.

10 Édition de l’Abeille, 1943.

11 Yvon Tranvouez, Catholiques et communistes, Paris, Le Cerf, 2000, p. 130.

12 Dans la décennie 1948-1958, « la CGT reste, de loin, la première centrale française, dans un paysage désormais marqué par le pluralisme syndical », Michel Dreyfus, Histoire de la CGT, Bruxelles, Éditions Complexe, 1995, p. 238.

13 « Je vais prendre ma carte CGT au syndicat du 12e, par principe : un ouvrier doit être syndiqué, et pas à n’importe quelle centrale, seule la CGT peut représenter valablement la classe ouvrière ! J’étais passé par des écoles chrétiennes, ce n’était pas pour m’engager à entrer dans un syndicat chrétien, une coopérative chrétienne, un groupe de castors encadré par des chrétiens. L’Église, pour évangéliser, n’avait pas à enfermer le monde ouvrier dans des ghettos chrétiens qui ne pouvaient que l’isoler de l’humanité moderne », Jean-Marie Marzio, « Obéir au pape ou à l’Évangile ? », dans La Mission de Paris, cinq prêtres-ouvriers insoumis témoignent, Paris, Karthala, 2002, p. 54.

14 « J’étais aux Chantiers de la Gironde, les copains, un jour, viennent me trouver : Tu te syndiques ? De toute façon, si tu es au syndicat, tu nous aideras car toi, curé, tu sais tout. » Émile Bondu, entretien réalisé par Yves Bouyer et Paul Collet, prêtres de la Mission de France, en avril 1992, fonds équipe nationale des prêtres-ouvriers.

15 À titre d’exemple, celle adressée à l’archevêque de Paris, de Louis Brasseur, gérant de Brasseur et Cie, Halle aux vins, le 14 décembre 1951 : « […] Cette qualité de prêtre alliée à la véhémence d’aussi mauvais aloi, crée la confusion et le scandale chez nos employés. Nous ne cacherons pas à Votre Excellence, et malgré les scrupules que nous avons de ne faire intervenir en aucune façon d’opinions personnelles dans ce débat, que le comportement de M. Poulain nous semble particulièrement incongru envers une Maison comme la nôtre, qui, dans la mesure de ses moyens s’est toujours efforcée de soulager les misères que lui soumettent de nombreuses oeuvres catholiques. » Archives historiques de l’archevêché de Paris, fonds Feltin.

16 « Si tu viens ici contre nous, tu ne feras pas le poids, la classe ouvrière en a vu d’autres. Mais si tu es sincère, sois le bienvenu, tu ne seras pas de trop. », Nu comme un ver, CAMT, Roubaix, 1994005.

17 « Je reviens à ma bécane et vers 18 heures ou 18h 15 du soir peu avant la fin du boulot à 18h 30, je vois cinq gars autour de ma machine. Nous n’étions pas encore loin de la Libération. Tu vois la mainmise de la CGT et le poids du Parti à l’époque sur le syndicat. Il y en a un qui s’approche et me dit : “C’est toi Bouyer ?

— Oui.

— C’est toi le prêtre-ouvrier ?

— Oui.

— Alors écoute, on voudrait te voir à la sortie, au local du comité d’entreprise, à la salle tant.

— D’accord.”

J’arrive. Ils étaient six. L’entrée en matière m’a mis à l’aise : “Ne crois pas que nous sommes là pour te brimer. Nous voulons savoir ce que tu fais ici ? Nous connaissons un de tes confrères qui s’appelle Henri Barreau. C’est un gars bien. Il est à l’USTM de Paris. Nous voulons simplement que tu nous dises ce que tu veux faire ici”. » Entretien réalisé le 16 octobre 1994 par Robert Dumont, oratorien, fonds équipe nationale des prêtres-ouvriers.

18 Comme le centre Suzanne Masson, situé avenue M. Bizot dans le 12e (aujourd’hui avenue Dr A. Netter) ou celui des Métaux, 112, avenue Philippe-Auguste dans le 11e arrondissement.

19 Yvon Tranvouez, Catholiques d’abord. Approches du mouvement catholique en France (xixe-xxe siècles), Paris, Éditions Ouvrières, 1988, p. 140 sqq.

20 La Quinzaine, 15 septembre 1953. Le texte a été diffusé par tracts avec les noms des signataires, CAMT 1993002-0003.

21 Henri Berger, dominicain, propos cité dans le bulletin de liaison des dominicains de la Province de France, Ut sint unum, n° 48, 1er avril 58, p. 7-15, paru après sa mort.

22 « Au Congrès de 1951, Frachon pour la première fois, prononce le discours de clôture. Évoquant la reconquête de la classe ouvrière dans toutes ses composantes idéologiques, il salue la présence à la tribune d’un ancien secrétaire de l’Union départementale CGT-FO du Vaucluse, Turc, et d’un prêtre-ouvrier, Barreau, nouveau secrétaire de l’Union des métaux de la Seine, sa corporation d’origine. Après l’Internationale, le compte rendu ajoute : “Symbole de l’unité, après le discours de Benoît Frachon, trois mains se joignent au-dessus de la tribune”, celles de Turc, de Barreau et de Frachon. La presse communiste et syndicaliste répercute cet épisode qui va dans le sens de l’évolution souhaitée alors. Pour Barreau, il s’agit de montrer que la CGT peut rassembler les chrétiens. Frachon estime, dans ses conclusions, que la foi religieuse ou les convictions matérialistes du “mécréant” qu’il est, se rejoignent pour la défense des travailleurs : “Nous nous sommes rencontrés au carrefour.” Une photographie de Frachon et de Barreau connaît alors un beau succès dans le matériel de propagande de la CGT », Jacques Girault, Benoît Frachon, communiste et syndicaliste, Paris, Presses de la FNSP, 1989, p. 256-257.

23 Jean Dimnet, Une religion dans Paris-Match, Paris, Le Centurion, 1967.

24 Les prêtres-ouvriers, Paris, Minuit, 1954, p. 37.

25 Prêtre-ouvrier, membre de la mission ouvrière de Bordeaux.

26 Louis Bouyer était ouvrier chez Hispano-Suiza, Bernard Cagne chez Simca. « Pour ceux qui ne pourront jamais parler et qu’on ne voudra pas croire », Les prêtres-ouvriers, Paris, Minuit, 1954, p. 191-197. Ce texte avait été publié dans Les Lettres françaises, le 11 juin 1952.

27 Paru en 1952 chez Robert Laffont.

28 Et pour jouer sur les mots, cf. André Collonge (alias Bernard Gardey, prêtre-ouvrier dominicain), Le scandale du xxe siècle et le drame des prêtres-ouvriers, Paris, Olivier Perrin, 1957.

29 « Prêtres ou ouvriers ? », dans Bruno Duriez, Étienne Fouilloux, Alain-René Michel, Georges Mouradian, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Chrétiens et ouvriers en France 1937-1970, Paris, Éditions de l’Atelier, 2001, p. 117-131.

30 Joseph Robert, dominicain : « Il a pensé qu’à partir des militants CFTC de l’usine, il y avait moyen de mener l’action ; il a pris contact avec des militants, CGT de base qui, dit-il, n’ont vu aucune difficulté à ce qu’il passe à la CFTC ; il fait un travail d’unité d’action ; il n’est pas hors circuit. La direction de la SNECMA est complètement “réarmement moral” et a entraîné une grande part de la maîtrise et quelques ouvriers ; contre cela il y a entente CGT-CFTC. Il a été invité à l’intersyndicale du 13e. Barreau a dit : “Je ne veux pas dramatiser du tout comme tu le dis mais il aurait été simplement normal que tu en discutes avant avec nous, afin d’assurer l’unité.” » Notes de Charles Monier, 6-7 décembre 1952, fonds Charles Monier, archives de la Mission ouvrière jésuite.

31 Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française xixe-xxe siècle, Paris, Le Seuil, 1986, p. 211 et p. 200 : « La France atteint, en 1954, le point culminant de son taux d’industrialisation, et c’est à la même date qu’au sein de la population industrielle la proportion des ouvriers atteint son sommet historique : 87,2 % pour 5,1 % de patrons et 7,7 % d’employés. On voit la place qu’occupe alors la classe ouvrière dans la vie économique du pays. »

32 Selon le terme de Louis Chevalier, Classes laborieuses, classes dangereuses, Paris, Le Seuil, 1986.

33 B. Cagne, entretien du 14 avril 1997 réalisé par R. Dumont, oratorien, fonds équipe nationale des prêtres-ouvriers.

34 « Pour un marxiste, la lutte des classes n’est pas seulement un combat pour la libération ouvrière ; à partir de l’action devenue alors école de formation, elle est le moyen le plus sûr d’entraîner ceux qui s’y engagent dans l’acceptation progressive de toute la dialectique marxiste […] Les chrétiens qui n’ont pas décelé ce jeu s’y laissent prendre avec toute leur bonne foi. Ils se rassurent en se disant que la lutte des classes est un fait inéluctable, imposé par l’économie capitaliste elle-même […] », compte rendu officiel de l’assemblée plénière de l’épiscopat français à propos du Directoire pastoral en matière sociale, 26-28 avril 1954.

35 « Itinéraires d’Henri Barreau », La Mission de Paris, op. cit., p. 118.

36 « Henri Berger », Ut sint unum, n° 48, 1er avril 1958, p. 7-15.

37 Émile Poulat, Une Église ébranlée. Changement, conflit et continuité de Pie XII à Jean-Paul II, Paris, Casterman, 1980.

38 Paul Anglade, Prêtre-ouvrier forgeron, Paris, Karthala, 2001, p. 21.

Auteur

CNRS – EHESS – CEMS

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540