Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Deuxième partie. La société, la culture

Les militantes dans l’Union départementale de la Gironde

Christiane Rouanet

Texte intégral

1L’engagement des femmes dans l’organisation syndicale CGT a eu très peu les faveurs de l’histoire. Nous connaissons les grandes tendances, variables en fonction de la place des femmes dans le travail, des luttes et des orientations des congrès. L’Institut d’histoire sociale d’Aquitaine a tenté de savoir comment l’Union départementale CGT de la Gironde s’était située sur cette question.

2Nous allons voir à partir d’un travail de recherche, certes limité à nos archives, combien le chemin vers la mixité a été laborieux, conditionné par l’environnement social et politique, par les rapports de forces, par les efforts volontaristes ou pas de l’organisation. Après un bureau de l’UD majoritairement féminin en 1996 et l’élection, pour la première fois, d’une femme au secrétariat général en 1993, il a fallu attendre 1999 pour parvenir à la parité hommes/femmes à la commission exécutive de l’Union départementale ; cette évolution a connu un recul au dernier Congrès. Les années 1948-1962 nous permettent de tirer des enseignements sur les raisons de nos formidables avancées mais aussi de la vigilance permanente qu’il convient d’entretenir.

3Le droit au travail encore contesté aujourd’hui, faisait l’objet d’âpres batailles idéologiques menées par la bourgeoisie, l’Église, certains philosophes tel Proudhon et avec quelques nuances dans le mouvement ouvrier en particulier dans la toute jeune CGT. En Gironde, les industries se créent autour du port de Bordeaux, en lien avec les colonies : alimentation, sucreries, biscuiteries, conserveries, métallurgie, chaussure, habillement, tabacs, sécheries de morues. Les femmes y travaillent souvent comme main-d’œuvre saisonnière : un tiers des actifs sont des femmes, avec plus tard le développement des emplois de services et de santé. Jusqu’à la Libération aucune femme ne siège au conseil d’administration de l’Union départementale, malgré une forte progression de femmes qui se syndiquent en 1936. En 1945, le comité général de l’Union départementale se reconstitue, élit un comité exécutif de 40 membres mais sans aucune femme ; il faut attendre 1946, date du premier Congrès de l’Union tenu après la guerre, pour compter dans cette instance une femme, issue de l’habillement, épouse du secrétaire général. Pourtant durant la guerre, les femmes ont pénétré des secteurs réservés aux hommes et ont modifié l’idée selon laquelle la femme était considérée jusqu’alors trop fragile pour faire fonctionner des machines. Celles qui se sont engagées dans la Résistance, sous-estiment leur rôle et les risques qu’elles ont prises, tout en s’occupant de leur foyer.

4En 1946, Claudine Izaute-Leray anime la première commission féminine. En 1947, lors du 31e Congrès de l’Union départementale CGT de la Gironde aucune allusion n’est faite à la place des femmes ; quatre femmes sont néanmoins élues au CE de l’Union départementale, sur 55 membres. Lucienne Boucard, première femme au secrétariat du syndicat des PTT sera la première femme élue au bureau de l’Union départementale. Il est vrai que le Congrès confédéral de 1946 appelle les unions départementales à constituer des commissions de main-d’œuvre féminine, composées d’hommes et de femmes.

5Dans la période 1953-1959, les femmes salariées représentent en Gironde 35 % des actifs. Cette progression ne se traduit pas automatiquement dans la syndicalisation ni dans la participation des femmes à des postes de responsabilités au delà de la Commission exécutive de l’UD. De 1959 à 1962 il n’y aura aucune femme au Bureau de l’Union départementale. Malgré cela, Ph. Roussel, auteur d’une brochure intitulée « les élections sociales à Bordeaux depuis 1945 » note : « Mis à part la CGT qui accorde parfois deux ou quatre places aux femmes salariées sur ses listes, la présence d’un candidat féminin est une véritable anomalie sur les autres listes. » En 1956, en pleine restructuration du textile et des demandes d’emploi des femmes dans tous les secteurs existants en Gironde 46 % des élèves des centres d’apprentissage continuent d’apprendre la couture. L’orientation professionnelle reproduit les distinctions sociales entre les sexes, les emplois sont sexués, traduction notamment du droit français, empreint d’une conception patriarcale et d’un partage traditionnel des rôles : la femme est avant tout mère et ménagère alors que l’homme est chargé d’un travail rémunéré. Ce contexte n’est pas sans effet sur la place accordée aux femmes dans l’organisation syndicale. Ne sous-estimons pas le fait que de 1946 à 1999, nous avons recensé 140 femmes qui ont été élues à la Commission exécutive de l’Union départementale. Nous avons quelques difficultés à recenser les responsabilités de ces militantes dans leur syndicat professionnel. Dans les milieux féminisés comme les hôpitaux, nous constatons une tendance lourde à confier à des hommes la représentation du syndicat.

6Au Congrès confédéral tenu en 1951, Benoît Frachon interroge les délégués :

« Croyez-vous que dans l’ensemble de nos directions, on s’intéresse suffisamment à confier un poste aux femmes ? Il y a encore peu d’élues dans les directions. Vous croyez qu’il n’y en a pas plus qui sont aptes à faire d’excellentes militantes ? Il arrive même qu’on leur barre la route sous le prétexte vaniteux et réactionnaire que seuls les hommes sont capables de faire de bons dirigeants. »

7Admettre que la femme a le droit de participer à l’activité économique n’engage pas automatiquement la reconnaissance de l’égalité des droits, sans distinction de sexe. Il a fallu, comme aujourd’hui, des décennies de luttes pour que les lois entérinent les acquis et sans luttes, ces lois ne peuvent pas être appliquées tant le patronat, au nom du profit, tente de les remettre en causes. En 1946, le droit à l’égalité des carrières et des droits entre hommes et femmes constitue une avancée très précieuse dans le Statut des fonctionnaires. En 1959, sont dénoncés dans le Traité de Rome les inégalités de salaires ; le principe d’une rémunération égale est affirmé (CEE Art. 119).

8Si l’on observe les luttes durant cette période, elles portent cette dimension. En 1950, la commission féminine, en Gironde, se donne pour tâche d’impulser la création de commissions femmes dans les entreprises les plus importantes. En 1955, le secrétariat de l’Union départementale compte pour la première fois une femme ouvrière en son sein. Elle animera pendant de longues années la commission des femmes. Cette activité a comme objectif l’impulsion des revendications salariales sur les conditions de travail, sur le temps de travail, sur la célébration des 8 mars et sur la diffusion du journal Antoinette. Les femmes « épouses et mères » sont souvent sollicitées par les syndicats pour apporter leur soutien et organiser la solidarité dans les grèves particulièrement dures et longues, ainsi que pour la défense de la paix et pour le désarmement. Il faut noter dans ces périodes des difficultés d’investissement plus large des femmes en raison des conditions du militantisme de l’époque – peu de droits syndicaux, réunions longues et tardives… – difficilement compatibles avec les contraintes familiales reposant essentiellement sur elles. L’analyse de la CGT sur l’exploitation capitaliste a sans doute permis de combattre toutes les formes de domination et contribué à faire évoluer les mentalités. L’attachement des femmes au droit au travail, à leur autonomie, à leur envie de participer à la vie sociale a bousculé les traditions et montré combien leur combat pouvait servir à tous, hommes et femmes, l’égalité devenait un tremplin pour faire progresser le contenu revendicatif de l’ensemble des salariés.

  • 1 Aperçus d’histoire sociale en Aquitaine, n° 57 spécial, Les femmes dans le mouvement ouvrier giron (...)

9Souvent inscrite dans la loi, l’égalité professionnelle est un enjeu de classe dans les rapports sociaux. La législation est considérée à tort comme la fin des inégalités mais les réalités vécues dans les entreprises amènent le syndicalisme CGT à placer cette revendication de l’égalité comme un élément porteur de progrès pour tous. Ces questions restent encore trop souvent une préoccupation de femmes. L’histoire montre que nous avons tout à gagner dans la mixité de notre activité revendicative et des responsabilités. Dans la décennie 1950, il n’était pas banal d’être femme et syndicaliste1.

Notes

1 Aperçus d’histoire sociale en Aquitaine, n° 57 spécial, Les femmes dans le mouvement ouvrier girondin, réalisé sous la direction de Guy Joubert, a servi de référence à cette contribution.

Auteur

Ancienne secrétaire générale de l’UD de Gironde

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540