Version classiqueVersion mobile

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Deuxième partie. La société, la culture

Tourisme et Travail et la CGT dans les années 1950 : une association de tourisme populaire aux prises avec la thèse de la paupérisation

Sylvain Pattieu

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1956, le 12e Congrès de l’association Tourisme et Travail affirme vouloir réaliser à l’intention des travailleurs et des collectivités « des activités touristiques, même de courte durée, en tenant compte de leurs désirs, de leurs possibilités matérielles ». La prudence de cette formulation de congrès, bien en deçà des ambitions de Tourisme et Travail après la Libération, s’explique par l’insistance dans le discours de l’association sur les difficultés sociales et économiques rencontrées par le public auquel elle s’adresse. La même année, une série d’articles publiés dans la revue Tourisme et Travail fait la promotion de la Coopérative de vacances du centre chamoniard « La Montagne » en expliquant que la Savoie ne doit pas être réservée aux « palaces » et qu’une clientèle populaire doit profiter de vacances à la neige. Dans cette opposition se trouve toute l’ambiguïté de Tourisme et Travail dans les années 1950, puisque cette association a pour but de mettre en œuvre des activités...

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search