Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Deuxième partie. La société, la culture

Tourisme et Travail et la CGT dans les années 1950 : une association de tourisme populaire aux prises avec la thèse de la paupérisation

Sylvain Pattieu

Texte intégral

1En 1956, le 12e Congrès de l’association Tourisme et Travail affirme vouloir réaliser à l’intention des travailleurs et des collectivités « des activités touristiques, même de courte durée, en tenant compte de leurs désirs, de leurs possibilités matérielles ». La prudence de cette formulation de congrès, bien en deçà des ambitions de Tourisme et Travail après la Libération, s’explique par l’insistance dans le discours de l’association sur les difficultés sociales et économiques rencontrées par le public auquel elle s’adresse. La même année, une série d’articles publiés dans la revue Tourisme et Travail fait la promotion de la Coopérative de vacances du centre chamoniard « La Montagne » en expliquant que la Savoie ne doit pas être réservée aux « palaces » et qu’une clientèle populaire doit profiter de vacances à la neige. Dans cette opposition se trouve toute l’ambiguïté de Tourisme et Travail dans les années 1950, puisque cette association a pour but de mettre en œuvre des activités de vacances et de loisirs alors même que l’organisation syndicale dont elle est la plus proche, la CGT, adhère à la théorie de la paupérisation absolue. Promouvoir des loisirs ouvriers dans un tel contexte peut sembler saugrenu, c’est néanmoins la tâche à laquelle s’attelle Tourisme et Travail. L’association doit adapter son discours et sa pratique à ses représentations, tout d’abord par une légitimation, dans un tel contexte, de sa propre existence, en mettant l’accent sur le loisir comme un droit et un besoin et non comme un luxe, ensuite par la mise en place d’activités qui répondent à cette paupérisation supposée. L’étude de discours et de pratiques, propres à l’association, dans son domaine spécifique, permet de rendre compte des liens mais aussi du décalage éventuel entre l’association et la confédération syndicale.

Une inscription décalée dans le contexte de la guerre froide

  • 1 Tourisme et travail (TT), nouvelle série, n° 32, février-mars 1955.
  • 2 TT, n° 26, juillet-août 1950.
  • 3 TT, n° 27, septembre 1950.
  • 4 Bulletin intérieur du Parti socialiste SFIO, février 1952.

2Il y a en effet décalage avec ce qui constitue une des caractéristiques de la CGT dans les années 1950, c’est-à-dire l’inscription dans le contexte de guerre froide. Tourisme et Travail, créée en 1944, possède dans ses premières années une ambition unitaire appuyée, dans le contexte d’euphorie de la Libération, par les confédérations syndicales et par le gouvernement. En 1948, la CFTC puis la CGT-FO se retirent de la direction, en protestant contre l’influence de la CGT. Les subventions publiques s’amenuisent entre 1948 et 1951 pour disparaître totalement après cette date. Tourisme et Travail est accusée d’être une organisation communiste, notamment par Christian Pineau, ministre socialiste des Travaux publics, le 1er mars 1949 à l’Assemblée nationale, en réponse à l’interrogation d’un député communiste indigné de la diminution de la subvention de l’association. Tourisme et Travail perd ses subventions, qui passent de dix-huit millions de francs en 1947 à douze en 1948, quatre en 1949, trois en 1950, puis deux en 1951, dernière année pendant laquelle l’association touche des subventions de l’État1. En septembre 1950, cette suprématie de la CGT est bien réelle : en matière de revendications, les positions de la CGT constituent une référence, comme sur la « prime de vacances » durant l’été 19502, et sur un million d’adhérents collectifs revendiqués, 390000 appartiennent à la CGT et 280000 à des mutuelles contrôlées par cette confédération, contre 20000 pour la CFTC et 12000 pour la CGT-FO3. En l’absence de subventions de l’État, l’association dépend de ces adhérents collectifs pour continuer à subsister, d’autant que les relations avec les pouvoirs publics s’enveniment encore pour des raisons fiscales quand l’État veut astreindre l’association à l’impôt sur les entreprises commerciales. Il reste cependant encore à l’intérieur de l’association une certaine pluralité, ce qui explique peut-être pourquoi Tourisme et Travail en 1952 ne figure pas sur la liste, établie par le Conseil national de la SFIO, des organisations interdites aux militants socialistes, alors que d’autres associations, comme le Secours populaire français, y sont inscrites4. Jean Lobry, dirigeant de la mutuelle de la Préfecture de la Seine, vice-président de l’association, proche de la mouvance socialiste, dirige un courant indépendant de la CGT dans Tourisme et Travail. Ce courant quitte cependant l’association, dans un climat très tendu, suite au Congrès de Bordeaux d’avril 1954, et le processus de rupture enclenché en 1948 n’intervient dans l’association que plusieurs années après la scission syndicale.

3Le décalage entre Tourisme et Travail et la CGT concernant les effets de la guerre froide se retrouve-t-il pour autant dans le domaine spécifique des activités et du discours de l’association ?

Une adhésion sans faille à la thèse de la paupérisation

  • 5 Supplément à TT n° 61 bis, compte rendu de réunion interrégionale, septembre-octobre 1953.

4Les dirigeants de l’association adhèrent sans réserve à la thèse de la paupérisation. Lors du Congrès de Bordeaux en 1954, le président Étienne Dollé, issu d’ailleurs de la CGT, souligne dans son rapport moral une régression dans le développement économique du pays et rappelle que « les vicissitudes de la condition ouvrière commandent le développement de Tourisme et Travail ». Cette description du contexte économique permet d’expliquer un affaiblissement de Tourisme et Travail en minorant l’effet des tensions et des scissions. Une réunion interrégionale fait le constat en septembre 1953 d’une baisse de 30000 des adhésions collectives par rapport à l’année précédente, avec des baisses sensibles à Paris, Toulouse, Marseille, Saint-Étienne ou Nice5. Le comité de direction est d’ailleurs conduit à des compressions de personnel, et demande aux délégations régionales de faire preuve d’une plus grande rigueur dans leur fonctionnement.

  • 6 Archives départementales de Seine-Saint-Denis (ADSSD), 93, 53 J 1, comptes rendus de congrès de To (...)

5Ce diagnostic pessimiste est reconduit tout au long de la décennie 1950, puisqu’en avril 1959 lors du 14e Congrès de l’association Étienne Dollé parle de « crise6». Le secrétaire général, Jean Briquet évoque une « dégradation de l’économie et des finances du pays », une « conjoncture dont nul ne peut ignorer la gravité, la classe ouvrière étant la principale victime de la politique actuelle ». La conjoncture est responsable du développement limité de Tourisme et Travail car « les difficultés et les inquiétudes sont grandes cette année parmi les travailleurs et les problèmes qui se posent à chacun d’eux ont leur incidence sur la vie de notre association ». C’est en 1963 seulement, lors du 16e Congrès, que le rapport moral, tout en confirmant la justesse des lignes des précédents congrès, admet une « expansion indéniable de l’économie française », en dénonçant cependant « le mythe d’une France prospère » et en insistant sur le fait que « cette expansion ralentit d’ailleurs son rythme ».

  • 7 TT, n° 54, février 1953.
  • 8 TT, n° 57, mai 1953.

6Cette thèse de la paupérisation est déclinée dans les textes de congrès et dans la revue Tourisme et Travail : l’organisation par Tourisme et Travail d’un concours au Salon de l’enfance en février 1953 est l’occasion d’un article sur les « bons petits gars » dont aucun ne peut partir en vacances, ce qui permet d’illustrer la « grande misère des enfants de France7 ». Quelques mois plus tard, l’angle abordé en mai 1953 est celui de la grave situation de l’hôtellerie française, avec une interview du secrétaire CGT de la Fédération alimentation et hôtels, cafés, restaurants8. La crise de l’industrie hôtelière et le sort d’une Côte d’Azur délaissée sont mis sur le compte de prix élevés, du coût des déplacements, et datés du début de la guerre de Corée en juin 1950.

Un choix d’activités marqué par la paupérisation

  • 9 TT, n° 21, février 1950.
  • 10 TT, n° 22, mars 1950.
  • 11 TT, n° 64, janvier 1954.
  • 12 TT, n° 93, mai 1957.
  • 13 TT, n° 94, juin 1957.

7L’association adapte dès lors ses activités à son discours. La décision est prise, lors du 12e Congrès de 1956, de privilégier les voyages rayonnants plutôt qu’itinérants, parce qu’ils occasionnent moins de fatigue et moins de frais. Dès la fin des années 1940, des activités touristiques moins loin, et de plus courte durée, étaient préconisées. En février 1950, Henri Paoletti, alors président de Tourisme et Travail, lançait un appel aux adhérents pour qu’ils signalent « un petit trou pas cher, un hôtel de campagne, tranquille et confortable » afin de pourvoir aux besoins de l’association9. La campagne du « petit coin pas cher » est relayée pendant plusieurs mois dans la revue, et l’envoi de circulaires aux maires pour qu’ils signalent les « centres bon marché », annoncé10. En 1954, les séjours groupés comprennent uniquement la pension complète dans un hôtel modeste, sans visite ni excursion, permettant ainsi un prix inférieur11. Cette tendance se poursuit en 1956, avec l’accent mis sur les activités régionales mises au point par les délégations et une volonté affirmée de décentralisation. La nouvelle formule des circuits rayonnants, moins onéreux car ils consistent à organiser des excursions à partir d’un même centre, est préférée aux circuits itinérants lors de la présentation des programmes de vacances 195712. La réalisation de certains centres est mise en place par les adhérents de Tourisme et Travail eux-mêmes, comme pour un chalet dans les Vosges construit « par des travailleurs, pour des travailleurs », sous la direction de la délégation de Nancy : chaque dimanche, des volontaires participent à la rénovation et à la construction du chalet13. Tourisme et Travail tente aussi de correspondre aux goûts et loisirs populaires à moindre coût en travaillant tout particulièrement à définir des activités de camping-caravaning, de plein air, et par des rubriques régulières dans la revue consacrées à la chasse et à la pêche.

  • 14 TT, n° 98, février 1958.
  • 15 TT, n° spécial, février 1956.

8Les loisirs proposés par Tourisme et Travail peuvent cependant être en contradiction avec la thèse de la paupérisation en ce qui concerne un aspect essentiel des activités de l’association, dans le cadre des relations avec les comités d’entreprise. Les collectivités, et en particulier les comités d’entreprise, représentent une part importante des usagers et adhérents de Tourisme et Travail, et disposent, pour les plus gros, de moyens importants qui permettent d’organiser des activités de plus grande envergure. En février 1958 à Lyon, dix-sept CE de la région tiennent une journée d’études sur les loisirs à l’entreprise, sous l’égide de Tourisme et Travail et d’une association amie, Travail et Culture14. Plusieurs entreprises, privées ou publiques, sont citées et des exemples de réalisations donnés : si les entreprises Berliet organisent essentiellement des sorties à bon marché, Rhodiaceta a dépensé un million et demi de francs de matériel pour équiper un centre familial sur la Côte d’Azur, Ciba s’occupe des vacances des apprentis, et les traminots de Lyon ont pu partir en voyage à Milan et rencontrer leurs confrères italiens. À partir de 1956, l’association ouvre de nouvelles destinations pour les voyages à l’étranger, à la fois pour répondre aux attentes de voyage des CE et pour profiter des possibilités nouvelles d’obtention de visas pour les démocraties populaires15. Des voyages sont proposés dès l’été 1956 en Hongrie, Tchécoslovaquie, Roumanie, Pologne et RDA, et même en Espagne franquiste, alors que les instances avaient jusque-là tenté infructueusement d’imposer aux délégations locales de bannir cette destination de leurs programmes.

La légitimation des loisirs par le combat social

  • 16 TT, n° 64, janvier 1954.
  • 17 TT, n° 63, décembre 1953.
  • 18 ADSSD, procès-verbal de la réunion du Bureau de Tourisme et Travail du 19 mai 1944, 53 J 1-9.
  • 19 TT, n° 63, décembre 1953.
  • 20 TT, n° 96, novembre 1957.
  • 21 TT, n° 57, mai 1953.

9Le fait de proposer des voyages et des loisirs dans une situation économique et sociale décrite comme difficile peut sembler un paradoxe. Tourisme et Travail résout le paradoxe en présentant les loisirs comme un combat, et en s’inscrivant, à l’instar de la CGT, dans le droit fil des décennies précédentes comme l’héritière du Front populaire et de juin 1936, dans la continuité de la Résistance et des espoirs de la Libération. Cette inscription dans une mémoire héroïque permet de donner une légitimité au projet de Tourisme et Travail. L’action de l’association se comprend en référence à deux dates-clefs, 1936 et 1945 : « Ce sont les travailleurs qui demandent à vivre, vivre décemment, à vivre comme nous le pensions en 194516. » La mémoire héroïque de l’association s’inscrit dans la référence à la Résistance : Tourisme et Travail est « créée durant une période de notre vie particulièrement exaltante : celle de la Résistance en la fin de l’année 194317 ». Cette origine est largement mythifiée, car Tourisme et Travail est créée en janvier 1944 « sous le patronage du commissariat au tourisme18 », huit mois avant la Libération de Paris, même si Henri de Segogne, commissaire au tourisme du gouvernement de Laval, n’est pas inquiété à la Libération. Le personnage de Georges Louis, un des huit membres fondateurs de l’association, déporté au printemps 1944 pour faits de résistance, est mis en avant quand référence est faite à la fondation de Tourisme et Travail19. La Résistance est mise en avant aussi en cas d’attaque contre Tourisme et Travail, « simple rappel pour inciter à la pudeur » un adversaire de l’association qui l’a critiqué dans un « hebdomadaire de l’automobile20 ». Plus implicite, la référence à la Résistance est aussi présente quand il s’agit de dénoncer les « escadres américaines » de la Côte d’Azur, « touristes spéciaux qui s’y comportent comme en pays conquis21 ».

  • 22 TT, n° 85, juin 1956.
  • 23 Sur ces premières expériences d’associations de tourisme populaire en lien avec la CGT, cf. Hugues
  • 24 TT, n° 59, juillet 1953.
  • 25 TT, n° 84, mai 1956.

10La figure tutélaire de Léo Lagrange, mort en 1940 face aux armées allemandes, permet de faire le lien avec le Front populaire et juin 1936, « quand les loisirs avaient leur ministre ». Tourisme et Travail consacre notamment un dossier au ministre du Front populaire pour les vingt ans des congés payés22. Cet anniversaire est aussi l’occasion de rappeler les premières expériences de tourisme associatif mises en place par la CGT, avec le récit de la « naissance du tourisme populaire » par Fernand Poncet, ancien administrateur de l’association Partir23. Les loisirs s’inscrivent alors dans les luttes sociales, dans la « conquête » par les jeunes travailleurs du « droit aux loisirs ». La légitimité de l’entreprise de Tourisme et Travail se mesure également à l’aune du contenu. Les vacances « authentiques » proposées par Tourisme et Travail se distinguent du « tourisme des agences » en donnant à voir « le résultat du travail humain, de luttes humaines qui partout ont laissé leurs traces24 ». Quand René Girard, du Bureau de Tourisme et Travail, s’adresse aux stagiaires animateurs qu’il est chargé de former en leur demandant : « Qu’allons-nous montrer et dire à nos adhérents cet été ? », il insiste sur les visites d’usines, de chantiers, au même titre que de musées et de monuments, et donne en exemple la visite organisée par la délégation de Paris en mars 1956 pour quarante-cinq stagiaires animateurs25. Si les églises ont été visitées, les quartiers pauvres de l’île Saint-Denis et une ferme en Seine-et-Oise ont aussi reçu la visite des stagiaires.

  • 26 TT, n° 78, juin 1955.
  • 27 TT, n° 60, août-septembre 1953.
  • 28 TT, n° 110, novembre-décembre 1959.

11Malgré son analyse du contexte économique, cette inscription de Tourisme et Travail comme partie intégrante des luttes du mouvement ouvrier lui permet ainsi d’affirmer les vacances non comme un « luxe » mais comme un « besoin26 ». Si le tourisme des agences est critiqué pour ne s’appliquer qu’à la recherche du profit pécuniaire, que « seule une clientèle riche et étrangère l’intéresse27 », le projet de Tourisme et Travail est justifié par cette appréhension des vacances en terme de combat. Les vacances à la neige sont ainsi présentées non comme un luxe mais comme une « bataille à gagner », contre le « privilège des snobs » : le dénigrement du tourisme des plus aisés n’est pas incompatible avec une volonté d’imitation, avec des arguments d’accès au plus grand nombre28. Cette volonté d’imitation, d’accès aux loisirs des « snobs » et des « riches », se conjugue paradoxalement avec les campagnes du « petit coin pas cher », et remet en cause dans la pratique la théorie de la paupérisation : c’est une prise en compte dans la pratique, certes limitée essentiellement aux CE qui ont le plus de moyens, des prémices d’une société de consommation. Ces balbutiements dessinent une reconfiguration des loisirs ouvriers qui ne sera pas réellement effective avant la décennie suivante, et notamment après 1968 quand le nombre de CE s’accroît significativement et que les recompositions sociales et culturelles des « Trente Glorieuses » s’imposent.

Appropriation du discours de la CGT et spécificité de Tourisme et Travail

  • 29 Michel Dreyfus, Histoire de la CGT, Bruxelles, Complexe, 1995, p. 250.
  • 30 TT, n° 32, février 1952.

12Michel Dreyfus note que durant la décennie 1950, « l’action syndicale repose sur trois principes fondamentaux, la lutte pour la paix, l’indépendance nationale et le progrès social29 ». Si on se réfère à ces critères, Tourisme et Travail s’inscrit dans le droit fil des orientations de la CGT, avec quelques nuances dues à son terrain spécifique. La lutte pour la paix tient une dimension essentiellement propagandiste dans les proclamations de congrès ou dans la revue. En février 1952, Jean Briquet constate ainsi avec déception que « la motion de défense de la paix votée en congrès n’a pas eu dans [l’]association tout l’écho désirable et possible30 ». L’indépendance nationale tient dans la critique de la « clientèle riche et étrangère » censée être favorisée par la politique des agences et du gouvernement, opposée à une politique en faveur des Français modestes, et la lutte pour le progrès social, dans la continuité du Front populaire, de juin 1936, de la Résistance et de la Libération, est indissociable des objectifs affirmés de Tourisme et Travail. Il y a donc pour Tourisme et Travail une manière spécifique de s’approprier le discours et les thèmes de la CGT. Dans la pratique, Tourisme et Travail adapte ses activités aux représentations qu’elle partage avec la CGT, mais elle s’en démarque aussi en partie, sans pour autant le revendiquer, en tenant compte des nouveaux besoins des CE. Confrontée à la gestion du tourisme social et populaire, l’association appartient sans conteste à l’aire d’influence de la CGT mais sa spécificité irréductible provoque néanmoins un certain décalage. Une adhésion sans réserve au discours de la CGT permet de légitimer cette spécificité, en l’inscrivant dans une continuité historique et une mémoire héroïque, le prix à payer pour cette légitimation étant une négation de ce qu’il y a de neuf dans le contexte des années 1950.

Notes

1 Tourisme et travail (TT), nouvelle série, n° 32, février-mars 1955.

2 TT, n° 26, juillet-août 1950.

3 TT, n° 27, septembre 1950.

4 Bulletin intérieur du Parti socialiste SFIO, février 1952.

5 Supplément à TT n° 61 bis, compte rendu de réunion interrégionale, septembre-octobre 1953.

6 Archives départementales de Seine-Saint-Denis (ADSSD), 93, 53 J 1, comptes rendus de congrès de Tourisme et Travail.

7 TT, n° 54, février 1953.

8 TT, n° 57, mai 1953.

9 TT, n° 21, février 1950.

10 TT, n° 22, mars 1950.

11 TT, n° 64, janvier 1954.

12 TT, n° 93, mai 1957.

13 TT, n° 94, juin 1957.

14 TT, n° 98, février 1958.

15 TT, n° spécial, février 1956.

16 TT, n° 64, janvier 1954.

17 TT, n° 63, décembre 1953.

18 ADSSD, procès-verbal de la réunion du Bureau de Tourisme et Travail du 19 mai 1944, 53 J 1-9.

19 TT, n° 63, décembre 1953.

20 TT, n° 96, novembre 1957.

21 TT, n° 57, mai 1953.

22 TT, n° 85, juin 1956.

23 Sur ces premières expériences d’associations de tourisme populaire en lien avec la CGT, cf. Hugues

24 TT, n° 59, juillet 1953.

25 TT, n° 84, mai 1956.

26 TT, n° 78, juin 1955.

27 TT, n° 60, août-septembre 1953.

28 TT, n° 110, novembre-décembre 1959.

29 Michel Dreyfus, Histoire de la CGT, Bruxelles, Complexe, 1995, p. 250.

30 TT, n° 32, février 1952.

Auteur

Doctorant à l’Université Paris VIII

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540