Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Deuxième partie. La société, la culture

La bataille des militantes de 1944 à la fin des années 1950

Slava Liszek

Texte intégral

1Je voulais intituler cet exposé « La place des femmes ». Mais ce titre m’ennuyait. Je pensais que c’était à cause de sa banalité. En réalité, ce qui me gênait, c’était une certaine connotation de passivité. La place des femmes… La place qu’on attribue… que l’on concède aux femmes. Les femmes étaient passives. Or les femmes dont je voulais parler, les militantes, étaient tout sauf passives. C’étaient évidemment des battantes. Actrices, agissantes, actives. Et pas seulement parce qu’elles luttaient en tant que syndicalistes aux côtés des hommes. Mais également parce qu’elles se battaient pour leurs droits à l’intérieur de l’organisation syndicale, pour y être reconnues en tant que militantes à part entière. À égalité avec les camarades hommes.

2Les militantes de la CGT sont des militantes à part entière pour ce qui est de la lutte à l’entreprise, les grèves, et la participation dans les luttes plus générales. Mais elles ont compris – et cela remonte à avant la Première Guerre – que, en tant que femmes, elles se trouvent obligées de mener parallèlement une autre lutte, « interne » en quelque sorte, une lutte pour faire reconnaître précisément leur qualité de militantes à égalité avec les « camarades hommes ». Et aussi pour faire prendre en compte – et en charge – par l’organisation, du bas jusqu’en haut, les revendications « particulières » des femmes : droit au travail, égalité de salaire à travail égal, égalité professionnelle, etc.

  • 1 Cf. Slava Liszek, Marie Guillot, de l’émancipation des femmes à celle du syndicalisme, Paris, L’Ha (...)

3La bataille pour la place des femmes dans la CGT remonte donc aux alentours de la guerre de 1914-19181. Mais elle prend son élan véritablement à la Libération, grâce à un climat particulièrement propice de conquêtes sociales en général et d’avancées égalitaires en ce qui concerne les femmes. Les idées, les luttes, la mobilisation de 1944-1946 vont représenter l’axe de toute la mobilisation ultérieure, et ce malgré les bouleversements politiques et les circonstances difficiles : scission syndicale, répression, chute des effectifs, guerre froide.

4Bien qu’elles se situent en dehors de la période étudiée dans ce colloque, je commencerai donc mon exposé par un « flash back » sur les deux années de la Libération.

  • 2 Ordonnance du 21 avril 1944.
  • 3 «  Les Femmes et le Mouvement syndical », La Vie Ouvrière, 8 mars 1945.

5Les militantes qui dans l’entre-deux-guerres avaient bien du mal à faire entendre leur voix dans l’organisation syndicale (CGT et CGTU) ont, grâce à leur participation dans la Résistance, pris confiance en elles. L’obtention du droit de vote2 confère à leur sentiment d’égalité une sorte de légitimité. « Les droits politiques égaux aux hommes, droits qu’on vient de leur concéder, droits qu’elles ont conquis et mérités, leur permettent désormais de parler haut et ferme. Elles ont acquis, avec le sens de leur responsabilité, la conscience du rôle national qu’elles ont à jouer3. »

  • 4 « Les revendications des femmes dans l’industrie », La Vie Ouvrière, 5 octobre 1944.

6La situation catastrophique de l’économie française au sortir de la guerre leur offre (paradoxalement ?) un atout supplémentaire. Dès septembre 1944, la CGT s’est engagée sans réserve dans « la bataille de la production », demandant à tous ses adhérents, aux femmes comme aux hommes, de ne ménager ni leurs forces ni leur temps. « Les besoins actuels de plus en plus urgents imposent le dévouement de toutes les forces de la Nation » écrivent les militantes CGT dans La Vie Ouvrière. En ajoutant : « Mais accepter une participation de plus en plus grande des femmes dans l’industrie, c’est en même temps accorder aux revendications féminines la place à laquelle elles ont droit4. »

  • 5 « Toutes au syndicat ! », La Vie Ouvrière du 5 octobre 1944.

7Cela dit, elles savent que formuler des revendications ne suffit pas. Pour les faire aboutir, il faut d’abord les faire prendre en charge par l’organisation syndicale dans son ensemble. Pour cela, il faut être là et peser de tout son poids. « Camarades ouvrières, soyons vigilantes, écrivent-elles. C’est dans la mesure où les femmes seront nombreuses dans les syndicats et dans les postes responsables des organisations, qu’elles pourront faire entendre utilement leur voix et contribuer à un mouvement syndical fort, constructif et d’esprit nouveau5. »

8Selon les militantes, un des moyens les plus efficaces dont disposent les femmes pour faire entendre leur voix dans les syndicats, c’est de constituer des commissions féminines où elles pourront se concerter entre elles, mettre au point leurs revendications, s’entraîner à les défendre. La formule des commissions féminines avait été élaborée par des militantes de diverses professions à la veille de la Première Guerre mondiale. À cause des événements, le projet n’avait été voté qu’en 1921, au Congrès confédéral de Lille, et il avait été réalisé un an plus tard et seulement dans la CGTU. Dans le cadre de la centrale « unitaire », une Commission féminine confédérale, ainsi que des commissions féminines à tous les niveaux de l’organisation, fonctionnèrent, tant bien que mal, entre 1922 et 1935. Dans la CGT réunifiée, il n’y eut pas de Commission féminine confédérale.

  • 6 Attestées dans les Cuirs et Peaux, Les Métaux, l’Habillement, à l’Union des syndicats de la Régio (...)

9À la Libération, la formation de commissions féminines dans les syndicats est une des tâches prioritaires que se fixent les militantes de la CGT. Dès l’automne 1944, des commissions féminines fonctionnent ici et là6. Des échos sur leur activité sont diffusés dans la presse syndicale et en particulier dans La Vie Ouvrière, dans le cadre d’une rubrique régulière consacrée aux questions féminines, « Le Coin de la Femme ».

10En effet, dès octobre 1944, les militantes disposent dans La Vie Ouvrière, qui reparaît au grand jour, d’un espace rédactionnel important. « Le Coin de la Femme », rebaptisé bientôt « La Page de la Femme » est une vraie rubrique syndicale au féminin, sérieuse, documentée, combative, sans grand rapport avec la rubrique féminine très traditionnelle (mode, conseils pratiques…) insérée dans La Vie Ouvrière d’avant-guerre.

  • 7 On sait que nombre d’entre elles leur étaient fermées.

11Parallèlement, les femmes de la CGT bénéficient d’une autre tribune, de dimension nationale : c’est l’Assemblée consultative provisoire, qui va siéger à Paris de novembre 1944 jusqu’en octobre 1945. En tant que l’une des organisations principales de la Résistance, la CGT y a droit à douze délégués. Parmi ceux-ci, la centrale a désigné la camarade Marie Couette, 47 ans, militante des PTT, déjà très active avant la guerre, puis dans la Résistance. Dans ses interventions vigoureuses, argumentées, nourries de très nombreux exemples concrets, Marie Couette va plaider sans désemparer, et en toute occasion, pour la défense des droits des femmes ; réclamant, au-delà du droit de vote, l’égalité totale, « tant sur le plan du travail que dans la vie familiale et sociale » : la révision du Code civil, l’égalité des salaires ; l’ouverture aux femmes de toutes les professions7

  • 8 Pour une étude plus détaillée de cet épisode cf. Slava Liszek, 1944-1946, La bataille pour la supp (...)

12Les militantes mènent, enfin, durant ces deux années qui suivent la Libération, une bataille fondamentale, à la fois revendicative et politique : la bataille pour la suppression du « salaire féminin », c’est-à-dire pour l’égalité des salaires féminins et masculins8.

  • 9 Après plusieurs années de blocage de salaires, ponctué de divers rajustements dans l’urgence, le s (...)
  • 10 Assemblée consultative provisoire, séance du 8 février 1945. M. Couette intervient au nom de l CGT (...)

13L’écart entre les salaires féminins et masculins, à travail égal, avait survécu aux grèves de 1936. Il avait même été officialisé dans les milliers de conventions collectives signées alors. Puis il avait été inscrit dans la loi sous forme d’abattement autorisé sur les salaires féminins. Cet abattement est de 20 % à la fin de la guerre. Mais en 1944 le gouvernement provisoire de la République entreprend une remise en ordre générale des rémunérations9. Les organisations syndicales participent à ce travail qui consiste à établir des grilles hiérarchiques de classifications conformes aux qualifications réelles des travailleurs. Les militantes veillent de surcroît à ce que l’égalité entre hommes et femmes ne soit pas oubliée dans les dispositions futures. « Les salaires spécifiquement féminins doivent disparaître des conventions collectives pour être intégrés dans l’échelle générale des salaires, établie selon la seule qualification du travailleur », insistent-elles10.

14Ce sera une rude et longue bataille.

  • 11 Conférence de presse d’Alexandre Parodi, ministre du Travail, 7 avril 1945.
  • 12 Intervention d’Alice Brisset au 26e Congrès confédéral, avril 1946.

15Dans un premier temps, le gouvernement accepte seulement de « marquer un progrès dans le sens de l’égalisation11 ». L’abattement autorisé sur les salaires féminins est réduit à 10 %. Cela dit, le principe même des nouvelles grilles a pour effet de revaloriser très fortement (de tripler, dans certains cas !) les salaires dans les industries à main-d’œuvre essentiellement féminine. En effet, ces grilles sont fondées sur le niveau de qualification du salarié, quelle que soit la profession, avec un salaire de base affecté à chaque catégorie, sensiblement le même partout. « Sans l’abattement de 10°% sur les salaires féminins, les salaires de nos couturières, de nos lingères et de nos mécaniciennes s’aligneraient sur les salaires des ouvriers de la métallurgie », dira une déléguée au 26e Congrès de la CGT12.

  • 13 « À travail égal, salaire égal », La Vie Ouvrière, 19 avril 1945.

16Mais l’abattement de 10°% n’est pas une simple question de chiffres. Il a un sens : c’est l’affirmation que, a priori, un travail exécuté par une femme a forcément une valeur moindre à celle qu’il aurait s’il était exécuté par un homme. « Légalement, la femme a un salaire inférieur par le seul fait qu’elle est femme », écrit Marie Couette13.

17Au cours des mois qui suivent, les articles sur le travail des femmes se multiplient dans La Vie Ouvrière : enquêtes, reportages, comptes rendus de congrès fédéraux ou de syndicats. On y insiste sur la valeur du travail des femmes, sa qualification, sa difficulté ; sur les efforts des ouvrières, leur conscience professionnelle, leur souci d’accroître la production. Et on n’oublie jamais de s’indigner lorsqu’on constate que, « chose incroyable », les salaires des femmes sont inférieurs à ceux des hommes pour un même travail !

  • 14 Rappelons que, pour cause de « bataille de la production », la CGT enjoignait aux syndicats de n p (...)
  • 15 La Vie Ouvrière, 6 juin 1946.
  • 16 Dans la mémoire collective, seule la signature de cet arrêté est restée. La bataille des militante (...)

18En mai 1945, les militantes remportent une première manche. Le gouvernement accorde l’égalité des salaires aux employées : commerce, banques, bureaux. La bataille continue. À tous les niveaux, et notamment pied à pied dans les entreprises. Cela dure des mois… Même l’arrivée d’Ambroise Croizat, ancien secrétaire général de la Fédération des Métaux CGT, au ministère du Travail, en novembre 1945, ne change pas d’emblée la situation. Et la mobilisation des militantes cégétistes ne se relâche pas. Pétitions, démarches, délégations14… Enfin, au cours de sa réunion du 29 mai 1946, la Commission nationale des salaires, sur proposition du ministre du Travail, décide de supprimer complètement les abattements prévus pour le calcul des salaires féminins. « Une grande victoire ! », titre La Vie Ouvrière à la une15. Le 30 juillet 1946, l’arrêté historique sera signé par Ambroise Croizat16.

  • 17 La Vie Ouvrière, 1er décembre 1945, « Pour l’égalité économique et sociale », par Marie Couette, s (...)
  • 18 Cela dit, à ce même Congrès le nombre de déléguées femmes était très faible : trente-sept sur u to (...)

19La cause des femmes semble progresser sérieusement durant ces mois de « renaissance française ». Elle progresse dans le pays ; elle progresse dans la CGT. Les commissions féminines se multiplient (malgré bien des réticences masculines). À l’automne 1945, sur décision du Comité confédéral national, une Commission féminine confédérale a été instituée, « composée des déléguées de chaque fédération […] ». Marie Couette en a été désignée, « à l’unanimité », secrétaire. Une circulaire a été adressée aux fédérations et unions départementales pour leur préciser « la nécessité de constituer des commissions féminines sur les plans fédéraux, syndicaux, départementaux et d’entreprises17 ». Le 26e Congrès confédéral (8-12 avril 1946) a été marqué par une volonté délibérée de promouvoir les femmes. Cinq d’entre elles ont été élues parmi les trente-cinq membres de la Commission administrative. Une femme est entrée au bureau confédéral : Marie Couette18. À l’été 1946, avec la victoire de la « suppression du salaire féminin », les militantes de la CGT semblent avoir le vent en poupe.

20Pourtant déjà des signes inquiétants se manifestent. Ainsi, depuis le 21 mars 1946, « La Page de la Femme » de La Vie Ouvrière a changé de nom. Elle s’appelle désormais : « La Femme et ses soucis ». La mode et les conseils pratiques ont refait leur apparition.

  • 19 Une activité intéressante cependant se poursuit dans certaines fédérations, notamment dans cell de (...)
  • 20 C’est par exemple ce qu’affirmera Paulette Décluset, militante des métaux dans la région parisienn (...)

21Sauf occasionnellement, on n’entend plus guère parler des femmes dans la CGT entre l’automne 1946 et la fin de 1947, du moins au niveau confédéral19. Tant dans La Vie Ouvrière que dans Le Peuple les articles de fond concernant les questions féminines sont devenus rares. Les deux hebdomadaires se contentent désormais de petites rubriques féminines très traditionnelles : « La Femme et ses soucis », dans La Vie Ouvrière, « La Femme et l’enfant », dans Le Peuple. Il semble bien, d’après certains témoignages ultérieurs, qu’après l’effort intense – et couronné de victoire – de la bataille pour la suppression de l’abattement de 10°%, une certaine démobilisation se soit produite chez les militantes20.

22Et puis, d’autres problèmes occupent à présent le devant de la scène. L’année 1947 est une année difficile. Deux ans après la libération du territoire, la vie quotidienne des Français ne s’est guère améliorée. Les difficultés de ravitaillement persistent et des hausses de prix incontrôlées minent le pouvoir d’achat. Les revendications, salariales notamment, plus ou moins contenues jusque-là, se font de plus en plus pressantes. La cohésion d’un gouvernement issu de la Résistance se fissure. Dans la CGT, de graves dissensions commencent à apparaître. L’année s’achèvera, comme on le sait, sur une véritable explosion de conflits violents, et sur un nouvel éclatement de la CGT.

23L’année 1948 s’ouvre sur un paysage syndical et social dévasté. Et le syndicalisme a perdu, suite aux affrontements, à la répression et à la scission, une partie importante de ses forces. Les effectifs de la CGT ont été réduits de 30 à 50 %, selon les estimations. Mais, paradoxalement, pour les femmes – ou tout au moins pour les militantes – le contexte semble plus favorable que durant les dix-huit mois précédents. Leur importante participation aux grèves leur a redonné une certaine visibilité ; et la baisse des effectifs rend urgent le recrutement d’adhérents. Or, les femmes représentent environ le tiers des effectifs salariés.

  • 21 Peut-être, notamment, parce que ces mouvements avaient en grande partie pour cause les difficulté (...)

24Les femmes avaient massivement pris part aux grèves de novembre-décembre21. Les militantes s’en trouvent à présent stimulées et décidées à ne pas laisser ces actions tomber dans l’oubli. Elles les rappelleront tout au long de l’année 1948 dans la presse syndicale et aussi dans les congrès, fédéraux notamment, qui se tiennent à partir du printemps.

  • 22 Ainsi il n’y est guère question d’égalité, de discriminations – ou des commissions féminines.
  • 23 La scission syndicale, et la reprise en main de la rédaction du Peuple, dont jusque-là étaient res (...)

25Dès janvier 1948, les questions féminines retrouvent dans la presse confédérale la place qu’elles y avaient perdue depuis dix-huit mois. En fait, surtout dans Le Peuple, La Vie Ouvrière s’étant orientée vers une conception davantage journal de masse ou « grand public », les femmes sont présentes dans ses pages, mais pas sous l’angle « théorique » ou organisationnel22. En revanche dans l’organe officiel de la CGT, ces questions sont abondamment traitées23.

  • 24 Commentaire des militantes : « Si, dans l’ensemble, la proportion des femmes syndiquées est sensib (...)

26Là, comme dans les congrès fédéraux, les militantes n’hésitent pas à s’exprimer sans réticence, passant au crible l’activité – ou le manque d’activité – en ce qui concerne la défense et l’organisation des femmes durant les mois écoulés. La critique est sévère – et générale. Parmi les principaux griefs, on trouve le manque de mobilisation des syndicats (c’est-à-dire essentiellement des camarades hommes) pour la défense de l’arrêté Croizat sur la suppression de l’abattement de 10 %, ce qui laisse le champ libre aux employeurs qui tournent la loi tant qu’ils peuvent ; la désinvolture dans la mise en place des commissions féminines et le manque de soutien à leurs responsables ; ou encore les difficultés en ce qui concerne la promotion de femmes dans les directions syndicales. Sur ce dernier point, de très nombreux exemples d’obstruction ou de mauvaise volonté manifeste de la part des camarades hommes sont cités dans les congrès fédéraux24.

  • 25 Les commissions féminines proprement dites sont maintenues au niveau départemental, fédéral, etc.

27Cependant les militantes ne se contentent pas de dénoncer (souvent avec virulence). Elles s’emploient également à rechercher des solutions concrètes et des pratiques nouvelles susceptibles de remédier d’ores et déjà à un certain nombre d’insuffisances constatées. Ainsi, en remplacement des commissions féminines souvent trop formelles et « surtout couchées sur le papier », sans lien avec les travailleuses, donc sans efficacité, elles proposent de mettre sur pied, dans les entreprises, des « sections de femmes », ouvertes à toutes les salariées, fonctionnant démocratiquement et ayant même un certain droit de regard sur le travail des instances syndicales25. Elles cherchent aussi à élargir et à diversifier l’espace d’expression offert aux femmes. Ainsi elles vont obtenir de publier à partir de juillet 1948, un mensuel d’information et de documentation, le Bulletin confédéral des femmes. Bien fait, clair, précis, c’est un véritable outil pédagogique destiné aux militantes afin de les soutenir dans leur tâche d’organisation et de formation des syndiquées. L’idée directrice qui guide ces recherches est d’aider les femmes à s’affirmer dans la vie et l’activité syndicale. Il s’agit de vaincre le double handicap dont elles pâtissent : les obstacles résultant de l’attitude machiste des hommes habitués depuis des siècles à les traiter en inférieures ; et leur propre sentiment d’infériorité résultant de leur manque d’expérience et de pratique sociales.

  • 26 M. Couette, « Les délégués suppléants au Congrès de septembre », Le Peuple 13-20 mai 1948, p. 1.
  • 27 Ibidem.

28C’est dans un but analogue, pour combattre les barrages et blocages dans la promotion, que va être instauré le système des délégués suppléants au Congrès confédéral. Il s’agit de permettre à « certaines catégories » de militants qui par ailleurs ont fait leurs preuves mais ne sont pas assez « représentatifs », pas assez connus pour que leur syndicat les choisisse comme délégués titulaires, de néanmoins participer au Congrès, y faire leur apprentissage de la vie syndicale, après quoi ils seront « capables de prendre des responsabilités plus grandes et chacun leur fera confiance26 ». La mesure intéresse notamment les femmes et les jeunes. Mais les explications données officiellement concernent essentiellement les femmes. Ainsi dans Le Peuple, Marie Couette analyse longuement les causes profondes de leur tenue à l’écart et souligne « l’esprit de routine, qui fait que de nombreux camarades continuent à ne pas aider les femmes à militer activement, et les femmes à ne pas s’imposer dans les postes qu’elles sont capables de tenir27 ».

  • 28 Dans les congrès fédéraux aussi la représentation féminine s’est améliorée. 67 femmes déléguées a (...)
  • 29 Cette proposition s’inscrit en effet dans les recherches en cours alors dans la CGT, en vue d’un a (...)

29Le 27e Congrès de la CGT (11-15 octobre 1948) témoigne du succès de l’action des militantes. La représentation des femmes s’est améliorée : on en compte 81 sur un total de 1147 délégués titulaires (7 %), deux fois plus qu’en avril 1946. L’institution de délégués suppléants s’avère concluante. Sur un total de 1028, on recense 274 femmes soit plus du quart du total28. Dans les résolutions votées, le principe des « sections de femmes » dans les entreprises est retenu29 (sous forme de conseil). Et surtout, ce qui réjouit les militantes, c’est le vote par le Congrès d’une résolution relative aux femmes qu’elles estiment capitale :

  • 30 27e Congrès confédéral de la CGT, 11-15 octobre 1948, Résolution sur la main-d’oeuvre féminine, co (...)

« […] Considérant que l’amélioration de la condition des femmes travailleuses, partie intégrante du monde du travail, et leur émancipation sont l’œuvre du mouvement syndical tout entier ; le Congrès appelle à la discussion du problème féminin à tous les échelons du mouvement syndical, depuis la section syndicale jusqu’au bureau confédéral30. »

30Autre acquis, à l’issue du Congrès : les femmes vont désormais disposer d’une demi page hebdomadaire dans Le Peuple.

  • 31 Décision prise vraisemblablement, comme toujours en ce qui concerne les questions féminines, la d (...)

31L’année 1949 s’engage bien. Afin de ne pas laisser retomber l’action et maintenir « l’agitation » relative au « problème féminin », la décision d’organiser une Conférence nationale féminine à la fin novembre 1949 est prise par le Bureau confédéral31. Pour la préparer, des conférences rassemblant des travailleuses sont organisées un peu partout, des semaines durant.

32À lire la presse confédérale, les questions politiques, la guerre froide qui s’aggrave et occupe de plus en plus le devant de la scène ne semblent pas perturber « l’agitation relative au problème féminin ». Non que les questions politiques soient ignorées dans l’information destinée aux femmes : les appels pour la signature des Cahiers de la Paix ou pour la constitution de comités de paix y sont diffusés, mais sans empiéter sur l’information à proprement parler syndicale. En général, le Bulletin confédéral des femmes continue de témoigner d’un souci très pédagogique d’argumentation et d’explication claire et rigoureuse des événements et des enjeux.

  • 32 Il s’agit d’une réorganisation générale de « notre travail parmi les femmes » : « Sur le plan conf (...)

33Mais qu’en est-il sur le terrain ? L’énergie dont disposent les militantes est-elle illimitée ? Peuvent-elles mener de front, efficacement, les multiples actions pour la défense de la paix et l’activité syndicale quotidienne, la constitution et le fonctionnement des sections de femmes ? Il semble bien que ce dernier objectif soit plus ou moins délaissé. Sans que rien en transparaisse au grand jour durant plusieurs mois, il sera annoncé officiellement au Comité confédéral national de novembre que les sections de femmes vont être supprimées : « […] le bureau confédéral prend acte que la création de sections de femmes n’a pas donné les résultats escomptés, et appelle les syndicats à prendre directement en main l’organisation et la défense des femmes dans le mouvement syndical32. »

34Au cours de ce même CCN, Marie Couette donne sa démission du bureau confédéral.

  • 33 Notamment sous l’occupation allemande. Elle avait été poursuivie, emprisonnée, etc. Cf. la notic d (...)

35Les deux événements ne semblent pas liés. La dirigeante est tout simplement usée par une vie de combats et d’épreuves33. « La lutte devient chaque jour plus dure », explique-t-elle, et elle n’a plus « la force d’assumer les lourdes tâches qui incombent aux militants ». On peut se demander cependant si ne participent pas à la « dureté de la lutte » les critiques et les pressions dont est probablement l’objet la manière de concevoir l’action parmi les femmes depuis quelques années, le souci de démocratie, l’effort de pédagogie…

  • 34 Le sentimentalisme est toutefois moins envahissant que dans la presse communiste ou celle d l’UFF, (...)
  • 35 Fédération démocratique internationale des femmes.
  • 36 L’Union des femmes françaises.

36En tout cas, dès janvier 1950, dans le Bulletin confédéral des femmes ainsi que dans la rubrique hebdomadaire « La Femme » du Peuple le changement de contenu, de ton et de style est frappant. La proportion entre les articles syndicaux et les articles politiques s’inverse. À certaines occasions (préparation de la Journée internationale des femmes, campagne de signatures de l’Appel de Stockholm, etc.), ces derniers occupent la quasi totalité – voire la totalité – de la surface rédactionnelle. De plus, si les articles syndicaux restent dans l’ensemble précis, démonstratifs, dans les articles politiques, la démonstration cède le pas à l’affirmation : l’emphase, le sentimentalisme tenant souvent lieu d’arguments34. Ceci est particulièrement manifeste dans le Bulletin confédéral des femmes. Dès le premier numéro de l’année, le titre de l’éditorial donne le ton : « Comme nous serions fortes, si nous laissions parler notre cœur. » Sur les sept articles de ce numéro, quatre sont consacrés à la défense de la paix, dont une « importante intervention de Jeannette Vermeersch » au Conseil de la FDIF35. En général, la FDIF ainsi que l’UFF36 sont largement citées. L’imbrication entre le syndical et le politique est constante.

  • 37 Solange Chalus, Raymonde Dien, et de nombreuses autres.

37Défense de la paix, mobilisation contre la menace atomique, soutien aux militantes poursuivies pour leurs actions contre la guerre37 occupent la plus grande partie de la surface rédactionnelle ; sa totalité à certains moments. A contrario, la place accordée au « problème féminin » diminue. Mais la préoccupation ne disparaît pas. Bien que profondément convaincues de la nécessité de la lutte pour la paix, les militantes cherchent à poursuivre la bataille pour les femmes.

  • 38 Olga Tournade, 36 ans, est secrétaire de la Fédération des Métaux, où elle mène une action inlassa (...)

38La Conférence féminine des 19-20 novembre 1949 avait finalement été un succès. Le nombre et la qualité des interventions avaient été tels que la direction de la CGT avait accepté d’accorder aux femmes, en plus de leur rubrique hebdomadaire, une double page mensuelle dans Le Peuple. Les militantes avaient obtenu aussi que ne soit pas modifié fondamentalement le principe de l’organisation des femmes dans la CGT. Si la formule des « sections de femmes » a bien été supprimée, les commissions féminines ont été maintenues, à tous les niveaux. Olga Tournade qui remplace désormais Marie Couette au bureau confédéral est une militante énergique et convaincue de la nécessité de se battre pour l’égalité des femmes38. Mais il est évident que dans le nouveau contexte cette lutte est plus difficile.

  • 39 Essentiellement dans Le Peuple, tant dans la rubrique régulière « La Femme » que dans la nouvell d (...)
  • 40 « La CGT s’adresse à toutes les travailleuses de France ». Malgré de nombreuses publicités dan Le (...)
  • 41 Interview de Monique Paris par l’auteur.
  • 42 Plusieurs articles du Peuple sont consacrés à l’événement.
  • 43 Olga Tournade de la Fédération des Métaux et Germaine Guille de celle de l’Alimentation.
  • 44 En ce qui concerne les délégués, la représentation féminine est aussi en progrès. Sur les 1309 dél (...)

39Elle se traduit pourtant, à certains moments (assez rares, il est vrai), par des articles remarquables sur le travail des femmes39 : reportages sur les conditions de travail, analyse des discriminations dans diverses professions. Une brochure très complète sera même éditée à l’occasion du 29e Congrès40. Elle se traduit aussi par une prospection systématique en vue de recruter des militantes41 et par le souci de les former syndicalement. Ainsi, c’est au début de l’année 1950 qu’est créée la première école de la CGT pour les femmes42. De plus, une action volontariste destinée à accroître le nombre de femmes dans la direction confédérale est engagée. En effet, à partir de 1951, la Commission administrative comprendra, outre les membres titulaires, des membres suppléants, non statutaires mais également élus – et avec semble-t-il voix délibérative. Après le 28e Congrès (27 juin-1er juillet 1951), il y aura deux femmes au Bureau confédéral43, six femmes parmi les 35 membres titulaires de la CA, quatre femmes parmi les sept membres suppléants et deux femmes parmi les six membres de la Commission de contrôle financier. Soit un total de 14 femmes sur les 60 dirigeants, ou 23,3 %44.

  • 45 La Vie Ouvrière est promue journal officiel de la CGT; Le Peuple devient bimensuel et change de fo (...)
  • 46 De nombreuses publicités lui sont faites dans Le Peuple, mais à peine quelques pavés laconique dan (...)

40En 1952, les militantes obtiennent la création d’un mensuel de la CGT pour les femmes : La Revue des Travailleuses. Le premier numéro sort en juin. Mais depuis le mois d’avril, du fait d’une importante restructuration de la presse confédérale45, les femmes ont perdu la place qui leur était réservée dans Le Peuple, dont la formule a changé. La bataille pour la diffusion de La Revue va être très difficile46.

  • 47 Sauf dans certains secteurs, comme les PTT, où elles se confondent avec les conférences par catégo (...)

41En général, la bataille pour la place des femmes est de plus en plus ardue. La volonté et les bonnes intentions ne manquent pas. Ce qui fait défaut, c’est le travail patient d’organisation et de formation sur le terrain : l’apprentissage de la lutte syndicale, à partir des revendications réelles des travailleuses, si petites soient-elles. Les mots d’ordre et les objectifs sont devenus généraux (ou politiques). L’organisation des conférences féminines semble avoir été abandonnée47. D’ailleurs, l’action syndicale proprement dite est de plus en plus remplacée par une action commune « travailleuses – femmes des travailleurs », commissions féminines et UFF.

42Le bilan dressé par Olga Tournade au 29e Congrès confédéral (7-12 juin 1953) est presque accablant. Sexisme, mauvaise volonté des camarades hommes, revendications féminines négligées : rien ne semble avoir bougé. Certes, au niveau des structures, le système des membres suppléants à la CA a été maintenu – et avec lui le quota de femmes. Mais le nombre des femmes parmi les délégués au Congrès est en diminution : sur 1573 délégués titulaires plus 1167 délégués suppléants on recense au total 391 femmes (14,3 %) ; la distinction entre titulaires et suppléantes n’est même pas faite.

43Même les grèves de l’été 1953 ne seront pas perçues d’emblée comme un nouveau départ – sauf dans les secteurs concernés, notamment les PTT.

  • 48 33e Congrès CGT, compte rendu in extenso, p. 357.

44Le nouveau départ se produira deux ans plus tard, au 30e Congrès. Plusieurs facteurs vont y contribuer. D’une part, le contexte général, politique, économique : la fin de la guerre d’Indochine et la détente internationale ; la sortie de la CGT de son isolement et le retour à une orientation plus revendicative et unitaire ; le renouveau des luttes sociales. Et d’autre part, l’entrée au bureau confédéral de la CGT de Madeleine Colin, comme responsable des femmes, en remplacement d’Olga Tournade. Probablement cooptée par ses camarades de la Commission féminine confédérale, Madeleine Colin, 50 ans, membre du bureau fédéral des PTT depuis trois ans, responsable des femmes, apporte, outre sa propre expérience, celle d’une Fédération en plein essor (dans un secteur en expansion) et dont les membres – les femmes notamment – viennent de s’illustrer avec éclat dans les luttes sociales. Elle apporte aussi, bien sûr, ses qualités propres : sa culture, son autorité naturelle, son talent d’organisatrice ; un esprit clair, méthodique. Et un tempérament constructif. (Sa maxime : « Il ne suffit pas de parler des difficultés, il faut chercher des solutions48 ») On le sait, elle va en imposer pendant plus d’un quart de siècle, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la CGT. Elle va faire fructifier en quelque sorte ce que les militantes qui l’ont précédée ont semé dans des circonstances plus difficiles.

  • 49 Curieusement numérotées à partir de 1958 : pour marquer leur différence avec les précédentes…

45Les conférences féminines au niveau national vont reprendre à partir de 1958. Il y en aura désormais régulièrement tous les quatre ans. Organisées avec méthode, selon un ordre du jour précis et structuré49, avec participation de personnalités extérieures et une certaine publicité. L’action pour la promotion des femmes dans les instances dirigeantes va reprendre également. Un magazine plus attrayant, Antoinette, va remplacer la modeste Revue des Travailleuses.

  • 50 Anne-Clémence Wisner, « Antoinette, magazine féminin de la CGT, de 1955 à 1969 », maîtrise, Paris (...)

46Est-ce à dire que la bataille pour l’organisation, les droits et la place des femmes va devenir plus facile ? L’examen des archives montre que ce n’est pas si simple. En fait, c’est surtout à partir des années 1960 que les progrès vont apparaître. À titre d’exemple, entre 1955 et 1963, la représentation féminine parmi les délégués au Congrès confédéral n’évolue guère. Elle baisse même en 1961, passant de 11,2 % à 9,4 %. Mais elle montera à 14,1 % en 1963, puis à 15, 9 % en 1967, et en 1972, enfin à 25 % en 1975. Le pourcentage de femmes parmi les dirigeants confédéraux reste stable jusqu’en… 1975. Malgré son évident succès, Antoinette est menacé de suppression à peine cinq ans après sa création50

47Bref, la bataille des militantes est une longue persévérance : toujours pas achevée d’ailleurs.

Notes

1 Cf. Slava Liszek, Marie Guillot, de l’émancipation des femmes à celle du syndicalisme, Paris, L’Harmatta 1994.

2 Ordonnance du 21 avril 1944.

3 «  Les Femmes et le Mouvement syndical », La Vie Ouvrière, 8 mars 1945.

4 « Les revendications des femmes dans l’industrie », La Vie Ouvrière, 5 octobre 1944.

5 « Toutes au syndicat ! », La Vie Ouvrière du 5 octobre 1944.

6 Attestées dans les Cuirs et Peaux, Les Métaux, l’Habillement, à l’Union des syndicats de la Régio parisienne…

7 On sait que nombre d’entre elles leur étaient fermées.

8 Pour une étude plus détaillée de cet épisode cf. Slava Liszek, 1944-1946, La bataille pour la suppression du « salaire féminin », mémoire annexé au DEA d’Histoire, « La CGT et la défense de femmes salariées, 1944-1968 », Paris VII, 1997.

9 Après plusieurs années de blocage de salaires, ponctué de divers rajustements dans l’urgence, le système de rémunérations était devenu tout à fait anarchique.

10 Assemblée consultative provisoire, séance du 8 février 1945. M. Couette intervient au nom de l CGT pour réclamer la mise en route des travaux de la Commission nationale des salaires.

11 Conférence de presse d’Alexandre Parodi, ministre du Travail, 7 avril 1945.

12 Intervention d’Alice Brisset au 26e Congrès confédéral, avril 1946.

13 « À travail égal, salaire égal », La Vie Ouvrière, 19 avril 1945.

14 Rappelons que, pour cause de « bataille de la production », la CGT enjoignait aux syndicats de n pas recourir à la grève.

15 La Vie Ouvrière, 6 juin 1946.

16 Dans la mémoire collective, seule la signature de cet arrêté est restée. La bataille des militantes pou l’obtenir a bel et bien été oubliée.

17 La Vie Ouvrière, 1er décembre 1945, « Pour l’égalité économique et sociale », par Marie Couette, secrétaire à [sic] la commission féminine de la CGT.

18 Cela dit, à ce même Congrès le nombre de déléguées femmes était très faible : trente-sept sur u total de 1 100.

19 Une activité intéressante cependant se poursuit dans certaines fédérations, notamment dans cell des Cuirs et peaux ou dans celle des travailleurs de la métallurgie.

20 C’est par exemple ce qu’affirmera Paulette Décluset, militante des métaux dans la région parisienne, dans Le Peuple du 30 septembre au 7 octobre 1948 : « Au lendemain de la victoire pour l’égalité des salaires, il s’est trouvé la propension, chez certains et certaines de nos camarades, de considérer : 1° Qu’il n’y avait plus tellement de problèmes féminins à résoudre ; 2° Qu’il en était terminé avec l’exploitation plus particulière de la main-d’oeuvre féminine. »

21 Peut-être, notamment, parce que ces mouvements avaient en grande partie pour cause les difficulté de la vie quotidienne.

22 Ainsi il n’y est guère question d’égalité, de discriminations – ou des commissions féminines.

23 La scission syndicale, et la reprise en main de la rédaction du Peuple, dont jusque-là étaient responsable les confédéraux, ne sont sans doute pas étrangères à cette transformation.

24 Commentaire des militantes : « Si, dans l’ensemble, la proportion des femmes syndiquées est sensiblement égale aux hommes, la disproportion des militantes est considérable. » (27e Congrès confédéral, octobre 1948, Document préparatoire, La Voix du peuple, Brochure IHS-CGT, p. 10) Le responsables des femmes estiment qu’il n’y a pas de problèmes particuliers en ce qui concerne l syndicalisation des femmes. Elles admettent cependant que les statistiques en la matière manque de précision : les talons des cartes d’adhérents n’étaient pas centralisés.

25 Les commissions féminines proprement dites sont maintenues au niveau départemental, fédéral, etc.

26 M. Couette, « Les délégués suppléants au Congrès de septembre », Le Peuple 13-20 mai 1948, p. 1.

27 Ibidem.

28 Dans les congrès fédéraux aussi la représentation féminine s’est améliorée. 67 femmes déléguées a Congrès des Métaux, sur un total de 1208, contre 10 deux ans auparavant ; 138 femmes déléguée au Congrès du Textile, sur un total de 793, contre 63 en 1946.

29 Cette proposition s’inscrit en effet dans les recherches en cours alors dans la CGT, en vue d’un activité plus proche du terrain ou de la base

30 27e Congrès confédéral de la CGT, 11-15 octobre 1948, Résolution sur la main-d’oeuvre féminine, conclusion. Compte rendu in extenso, p. 319.

31 Décision prise vraisemblablement, comme toujours en ce qui concerne les questions féminines, la demande du « Bureau national des femmes » (l’exécutif des commissions féminines).

32 Il s’agit d’une réorganisation générale de « notre travail parmi les femmes » : « Sur le plan confédéral, une camarade du bureau de la CGT continuera à être responsable du travail parmi les femmes. Le bureau national des femmes sera supprimé et remplacé par un secrétariat de 6 camarades. Un Commission féminine confédérale subsistera et groupera des camarades de fédérations et de la régio parisienne. Les commissions féminines des unions départementales continueront d’exister. » Procèsverba du CCN des 17 et 18 novembre 1948, arch. IHS CGT. Par ailleurs, il faut préciser que les sections de jeunes, elles, sont maintenues.

33 Notamment sous l’occupation allemande. Elle avait été poursuivie, emprisonnée, etc. Cf. la notic de Marie Couette dans DBMOF, op. cit., t. 23.

34 Le sentimentalisme est toutefois moins envahissant que dans la presse communiste ou celle d l’UFF, et que dans La Vie Ouvrière.

35 Fédération démocratique internationale des femmes.

36 L’Union des femmes françaises.

37 Solange Chalus, Raymonde Dien, et de nombreuses autres.

38 Olga Tournade, 36 ans, est secrétaire de la Fédération des Métaux, où elle mène une action inlassabl pour les droits des femmes.

39 Essentiellement dans Le Peuple, tant dans la rubrique régulière « La Femme » que dans la nouvell double page mensuelle.

40 « La CGT s’adresse à toutes les travailleuses de France ». Malgré de nombreuses publicités dan Le Peuple, elle semble avoir été très mal diffusée.

41 Interview de Monique Paris par l’auteur.

42 Plusieurs articles du Peuple sont consacrés à l’événement.

43 Olga Tournade de la Fédération des Métaux et Germaine Guille de celle de l’Alimentation.

44 En ce qui concerne les délégués, la représentation féminine est aussi en progrès. Sur les 1309 délégué titulaires, on dénombre 187 femmes, soit 14,3 %. Et 242 femmes sur les 1965 délégués suppléants,

45 La Vie Ouvrière est promue journal officiel de la CGT; Le Peuple devient bimensuel et change de formule.

46 De nombreuses publicités lui sont faites dans Le Peuple, mais à peine quelques pavés laconique dans La Vie Ouvrière

47 Sauf dans certains secteurs, comme les PTT, où elles se confondent avec les conférences par catégorie : téléphonistes, chèques postaux… En ce qui concerne la CGT dans son ensemble, il n’ aura pas de conférence nationale après celle de décembre 1951 (Assemblée Nationale pour la défens des travailleuses), jusqu’en 1958…

48 33e Congrès CGT, compte rendu in extenso, p. 357.

49 Curieusement numérotées à partir de 1958 : pour marquer leur différence avec les précédentes…

50 Anne-Clémence Wisner, « Antoinette, magazine féminin de la CGT, de 1955 à 1969 », maîtrise, Paris I, 1999, p. 66.

Auteur

Historienne, Institut CGT d’histoire sociale

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540