Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Deuxième partie. La société, la culture

Réflexion sur le début des « Trente Glorieuses » et la vie des salariés

Jean Brun

Texte intégral

1Notre objet n’est pas d’établir un bilan, mais de souligner les points marquants des luttes de la CGT durant les années 1950.

2Il est communément admis que ces années marquent le début d’une nouvelle période nommée les « Trente Glorieuses ». Mais cette formule ne reflète qu’un versant de l’évolution économique et sociale. Comme l’expression « la Belle Époque » pour la fin du xixe siècle, l’appellation « les Trente Glorieuses » crée des confusions et tend à camoufler les contradictions de la société. Durant les années 1950, d’importants phénomènes, pas nécessairement positifs, marquent l’évolution de la société française.

3Mentionnons tout d’abord, le processus de décolonisation et les conflits de libération qui l’accompagnent. Au niveau économique, la concentration monopoliste aidée par l’État s’accélère. Avec le démantèlement de l’empire colonial, le capital se « recycle ». La productivité s’intensifie grâce au développement des nouvelles technologies. Au niveau social, la contre-offensive du pouvoir tend à remettre en cause les avancées progressistes de la Libération. Mais en face des luttes puissantes et tenaces se développent et permettent d’obtenir des résultats positifs. Au niveau sociétal, les transformations, tant dans le domaine économique que social, bouleversent les modes de vie des Français. La composition sociale de la classe ouvrière se transforme.

4Aussi, il est utile de mettre en lumière les contradictions de cette décennie. Si l’ensemble de la société peut bénéficier des divers progrès, la domination de la loi du profit aboutit à inverser le processus en graves difficultés, voire en méfaits pour les êtres humains, pour les salariés en particulier.

Une nouvelle conjoncture économique et politique

5Durant la décennie, la situation, tant à l’échelle internationale que nationale est marquée par la guerre froide, ainsi que par l’émergence d’un mouvement anticolonialiste, pour la libération des peuples, comme en Indochine puis dans les pays d’Afrique de l’Ouest et du Nord, en particulier en Tunisie, au Maroc et surtout en Algérie. Ces situations imprègnent les luttes des travailleurs. Des manifestations de solidarité à l’égard des peuples combattants sont ainsi organisées.

6Ces actions des travailleurs se développent progressivement, et notamment grâce à l’activité soutenue de la CGT. Du fait de la forte implication de la Confédération dans la lutte pour la décolonisation, des militants sont emprisonnés. En 1953, Benoît Frachon, Alain Le Léap, André Merlot, André Tollet, Lucien Molino, Marcel Dufriche, pour ne citer qu’eux, sont inculpés et arrêtés.

7La lutte est particulièrement acharnée lors de la guerre d’Algérie. Les centres ouvriers les plus combatifs sont ceux où les forces de la CGT sont les plus solides et où les militants communistes sont les plus actifs.

8Avec les conditions nouvelles créées par la décolonisation, le capital se transforme. Les patrons réinvestissent les bénéfices dégagés des colonies dans d’autres entreprises. Ils se placent en vue de la création de monopoles de dimension internationale. L’accélération des concentrations est favorisée par la mise en commun des moyens du capital et de ceux de l’État.

9Cette période est marquée par d’importants développements technologiques. Les capacités de productions et de productivité se transforment. Des réaménagements des forces productives industrielles et agricoles, ainsi que des avancées dans les domaines de la connaissance et de la recherche s’effectuent. Dès cette époque, une redistribution de structures au niveau international s’opère, notamment en Europe avec le Marché commun.

10De nouveaux secteurs d’activités se développent, tels que l’aéronautique. De cette décennie date le développement des transports intercontinentaux sur l’Atlantique, la création de la « Caravelle » ouvrant l’ère de l’aviation à réaction, l’ouverture de l’aéroport d’Orly en 1960. Ces changements commencent à bouleverser la physionomie du salariat. En 1946, les transports aériens ne comptent que quelques milliers d’employés. Les effectifs progressent rapidement. Aujourd’hui, ils sont plusieurs dizaines de milliers.

11Au niveau professionnel, certains syndicats perçoivent la place que prennent les monopoles internationaux. Des fédérations professionnelles commencent à multiplier les contacts avec leurs confrères des autres pays, notamment dans les transports maritimes, aériens, ainsi que dans les puissants groupes métallurgiques, chimiques et alimentaires.

12Ces syndicats commencent à réaliser des actions concrètes. Les relations changent peu à peu de forme, passant de liens de solidarité « amicale » en lien de concertation, d’intervention, surtout dans des problèmes d’ordre économique et social. Malgré des divergences d’affiliation, ces contacts parviennent à se traduire par des activités communes ou parallèles.

La contre-offensive du capital

13À la Libération, le patronat n’est pas parvenu à s’opposer aux progrès sociaux imposés. Mais, dès 1947-1948, avec l’entrée dans la guerre froide, il se renforce grâce aux poids du capital américain et de la scission du mouvement syndical. Les conditions d’une contre-offensive des forces de droite se créent. Ainsi, les dispositions de certains comités d’entreprise qui ont obtenu des structures plus démocratiques que le texte de loi originel, sont remises en cause. À la RATP, les comités de base de services, structures proches des travailleurs, sont supprimés. Les droits sociaux, telle la Sécurité sociale, sont attaqués. Les régimes spéciaux des salariés des grandes entreprises nationalisées sont de plus en plus remis en cause. Les instances paritaires et démocratiques des entreprises nationalisées sont peu à peu vidées de leur pouvoir décisionnel. Signalons la tentative du gouvernement d’établir des prélèvements de 3000 F sur les remboursements.

14L’accentuation du phénomène de concentration des entreprises et la campagne de « productivité » ont des effets sur la santé des travailleurs. Pour prévenir et lutter contre ces méfaits, la CGT organise des journées d’étude.

15Les restructurations et les suppressions de personnels se multiplient. Ainsi dans les transports urbains, les postes de receveurs sont supprimés. Désormais il incombe au conducteur d’en assurer la fonction. Sous prétexte de transformations techniques, la RATP réduit son personnel. Les syndicats dénoncent la déshumanisation de ces services. Les conséquences de ces mutations se font fortement sentir aujourd’hui. La sécurité du personnel et des usagers en est détériorée.

16Parallèlement, des phénomènes de surexploitation apparaissent. La main-d’œuvre étrangère, venue renforcer les effectifs des ouvriers spécialisés, est concernée. Dès 1957, les marins français soulignent les risques pour leur profession du développement des « pavillons de complaisances » appartenant à de grosses sociétés de transports maritimes. Cette situation est source de remise en cause de toutes réglementations protégeant et garantissant des droits aux marins.

Des luttes puissantes

17En 1948, 1951 et 1953, des luttes puissantes sont menées pour le renforcement de la Sécurité sociale et pour l’amélioration des salaires, dues à la faiblesse du pouvoir d’achat des ouvriers. Aussi, face aux assauts répétés du gouvernement, les salariés du secteur public doivent se mobiliser pour défendre leur système de Sécurité sociale, comme en 1953.

18La répression à l’égard des manifestants est importante. Elle est systématique lorsque les grèves et/ou les manifestations concernent la lutte contre la guerre. De nombreuses manifestations sont interdites. Le défilé du 14 juillet 1953 est fortement réprimé : six morts algériens et un militant communiste, également adhérent à la CGT. Cette provocation policière est le prétexte à l’interdiction systématique de toute manifestation à Paris. Dans le même esprit, suite à une forte grève dans les transports parisiens, le droit de grève est restreint dans le secteur public.

19Avec la croissance et les conditions nouvelles de vie et de travail, une partie de la classe ouvrière formule de nouvelles revendications, tournant autour du temps de loisirs. Certains obtiennent des jours de repos supplémentaires, voire une réduction du temps de travail. Ainsi, les changements, qui interviennent dans les grands secteurs de l’activité économique, donnent donc à la classe ouvrière une nouvelle physionomie.

20Aussi, l’arrivée au travail des jeunes, de la population venue des campagnes et des immigrés fait émerger de nouvelles revendications. Ainsi, contrairement à ce que veulent faire croire les campagnes idéologiques avançant l’idée d’un embourgeoisement des travailleurs, les retombées de la croissance ne profitent pas à tous les ouvriers. La CGT renforce son travail à l’égard de ces nouvelles catégories de travailleurs. La Confédération développe ses écoles syndicales pour mieux appréhender les évolutions générales de la société et répondre aux exigences de la classe ouvrière.

Auteur

Ancien secrétaire général de la Fédération nationale CGT des transports

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540