Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Deuxième partie. La société, la culture

La CGT des années 1950 en Alsace

Robert Bickard

Texte intégral

  • 1 Dans ce texte, les deux départements alsaciens seront désignés par leurs numéros, respectivement : (...)

1Ce texte1 a été écrit à partir de prises de position de la CGT parues dans l’Humanité d’Alsace-Lorraine, journal du Parti communiste. Le choix de cette référence a trois motifs. Tout d’abord, la collection de ce journal, qui est un don de la Fédération 67 du Parti communiste à l’Institut CGT Alsace d’histoire sociale, est le seul document presque complet dont dispose l’Institut sur la période considérée ; les expressions de la CGT dans ce journal ne risquaient pas les coupures partielles ou totales auxquelles elles étaient sujettes dans le reste de la presse alsacienne. Enfin, les instances de la CGT (UD, UL, syndicats de branches professionnelles) utilisaient largement ce journal pour informer les militants de leurs prises de position et pour inviter aux réunions. Or, les articles de L’Humanité d’Alsace-Lorraine étaient écrits en allemand. Ceci traduit un aspect spécifique de la classe ouvrière de l’Alsace-Haut-Rhin et Bas-Rhin, et de la Moselle sur le plan culturel. Pour les salariés qui avaient commencé à travailler dès l’âge de 14 ans, et qui constituaient l’immense majorité de la classe ouvrière alsacienne des années 1950, les annexions à l’Empire allemand (1871-1918) et à l’Allemagne nazie (1940-1944) avaient pour conséquences que les salariés âgés de 46 ans et plus en 1950 n’avaient jamais appris le français à l’école ; ceux allant de 38 à 46 ans avaient connu un enseignement partiel de chacune des deux langues et ceux âgés de 16 à 24 ans avaient subi, à l’école primaire, un cursus avec quatre années d’allemand.

2Il faut prendre en compte un autre aspect spécifique de l’Alsace : l’importance de la CFTC. Aux élections des administrateurs des Caisses d’assurance-maladie en 1955, la CFTC arrive en tête avec près de 40 % des voix ; la CGT suit avec environ 26 % devant FO à 12 %. Cet ordre se répète aux élections de 1955. Les bastions CGT sont essentiellement les mines de potasse, la métallurgie, le textile, le bâtiment.

Expressions et activités revendicatives sur les questions économiques et sociales

3Les revendications d’augmentations des salaires, des pensions de retraites, des allocations familiales, de primes diverses, traversent la décennie. Elles motivent la plupart des actions et grèves dans les entreprises et dans les branches. Souvent les salaires alsaciens y sont dénoncés comme étant plus bas que dans le reste de la France. Ces revendications, souvent diverses selon les entreprises, s’accompagnent presque systématiquement de revendications à caractère national : suppression des abattements de zones, échelle mobile des salaires, fixation d’un salaire minimum, défense de la protection sociale. Le temps de travail fait aussi l’objet d’une exigence permanente d’un véritable retour aux 40 heures, payées.

4En 1957, en ouverture du Congrès de l’UD 67, Joseph Mohn dresse un bilan des acquis des luttes menées depuis le début de la décennie :

« Dans presque toutes les entreprises ont été obtenus des accords collectifs avec un salaire minimum, avec paiement des jours fériés et des congés pour événements familiaux, le dédommagement des heures supplémentaires et du travail de nuit, l’élargissement des droits syndicaux, le plein salaire en cas d’arrêt pour maladie ou accident… Depuis 1955, des augmentations de salaire atteignant jusqu’à 27 % ont été obtenues, ce qui est à comparer avec l’arrogante ignorance que les patrons affectaient depuis 1950. » (L’Humanité Alsace Lorraine, 22 mars 1957)

5Dans cette période fréquemment présentée comme le premier tiers des Trente Glorieuses, l’emploi est pourtant un souci permanent. Georges Martin dénonce les délocalisations vers l’Afrique, pratiquées par les Forges de Strasbourg et par De Dietrich (29 juillet 1950). Le Syndicat du papier-carton proteste contre les délocalisations « à l’intérieur », l’intérieur désignant, selon une locution courante en Alsace, les autres régions de France (14 mai 1952). Un grand combat va s’engager pour le maintien en activité des puits de pétrole de Pechelbronn, seule source de pétrole existant alors sur le territoire français. Inquiétudes également sur l’emploi dans les mines de potasse, du fait de la modernisation de l’exploitation, et surtout dans le textile dont la crise va aller en s’aggravant. Une vague de licenciements va intervenir après le retour au pouvoir du général de Gaulle à la fin de l’année 1958.

6La revendication de l’indemnisation du chômage, partiel ou total, va s’amplifier. Georges Martin demande la création d’un Fonds départemental pour les sans-emploi (8 février 1952) et une organisation des chômeurs de Strasbourg est mise sur les rails (29 février 1952) ; il y aura rapidement des premiers acquis. Des caisses de secours pour les chômeurs vont se créer à Mulhouse, Colmar, Guebwiller (15 novembre 1952). L’UL de Colmar crée un Comité de chômeurs qui tient une permanence quotidienne (28 décembre 1952). Dans l’appel au vote CGT aux élections d’administrateurs de la Sécurité sociale en 1955 figure la revendication « de l’instauration dans le cadre de la Sécurité sociale, d’une assurance-chômage, à la charge du patronat et de l’État, avec une indemnisation de 75 % du salaire » (6 novembre 1955).

7Le service public connaît des alertes : les cheminots de Colmar s’élèvent contre le risque de démantèlement du dépôt des locomotives (1er octobre 1950) ; ceux de Mulhouse dénoncent un plan de démembrement de la SNCF (13 décembre 1950). Les syndicats du secteur public et de santé demandent l’embauche d’auxiliaires (21 avril 1951). Les cheminots débrayent pour la défense du droit de grève et de leur statut (24 janvier 1950).

8L’expression de la CGT envers d’autres catégories salariales que la classe ouvrière est très discrète. Durant toutes les années 1950, il n’y a dans L’Humanité d’Alsace-Lorraine que deux adresses de la CGT à l’intention de ces catégories.

  • 2 Un grand nombre d’Alsaciens et de Mosellans avaient été expulsés par les nazis pour des motifs div (...)

9Les aléas historiques subis par l’Alsace donnent lieu à des revendications spécifiques : défense du régime local de Sécurité sociale, paiement du Vendredi saint et de la Saint-Étienne qui sont jours fériés en Alsace-Moselle, reconnaissance du droit des expulsés2, droit au bilinguisme avec la demande de l’enseignement de l’allemand à l’école et une augmentation des indemnités pour difficultés administratives linguistiques.

Expressions et activités de la CGT sur la politique générale

10Les expressions politiques des instances de la CGT concernent l’exigence de la paix en Indochine, la dénonciation de la malfaisance du plan Schumann (charbon-acier), la dénonciation du Pacte atlantique et de la préparation d’une guerre contre l’URSS, l’exigence « d’un gouvernement démocratique du peuple qui, seul, pourra satisfaire les revendications sociales du peuple, et mettre fin à la coûteuse et meurtrière guerre d’Indochine » (déclaration de l’UD 67, 11 février 1950). Les appels se multiplient contre le projet de Communauté européenne de défense (CED). L’opposition au réarmement de l’Allemagne fait l’objet de multiples prises de position. La lutte contre le danger de guerre s’accompagne d’une campagne pour l’interdiction de l’armement atomique, et à partir de 1957, contre l’installation de rampes de lancement de fusées, ce dernier sujet étant particulièrement présent à la manifestation de Strasbourg du 1er mai 1957.

11La CGT s’exprime vigoureusement contre les atteintes aux libertés qui suivent le « complot des pigeons ». Dans ce contexte répressif, des descentes de police seront d’ailleurs faites dans les locaux des UD 67 et 68, à la requête de FO, suite à un article de L’Humanité d’Alsace-Lorraine dénonçant le financement de FO par le grand capital. Après les grandes grèves de l’été 1953, la revendication d’abrogation des « décrets Laniel » va s’accompagner de l’exigence de l’annulation des poursuites et sanctions à l’encontre des grévistes de l’été et du paiement des jours de grève.

12Les instances de la CGT prendront également des positions fermes à l’égard des attaques physiques, en particulier celles contre la presse communiste ou des militants communistes, qui vont atteindre leur paroxysme en novembre 1956.

13Dans cette Alsace où les relations avec les religions sont toujours régies par le « régime du Concordat », la défense de l’école laïque est constante.

14La solidarité avec les travailleurs immigrés s’exprime sous diverses formes : protestation contre une mesure d’expulsion frappant, en 1950, 300 immigrés antifascistes (dont l’un demeure dans le Haut-Rhin), demande de logements pour les ouvriers algériens, appels à la solidarité avec la population algérienne victime du tremblement de terre de 1954.

15Les premiers nuages des conflits coloniaux en Afrique du Nord apparaissent dans l’expression de la CGT : les UD 68 (2 février 1952) et 67 (6 février 1952) protestent contre la répression du peuple tunisien. Dans L’Humanité d’Alsace-Lorraine, la première expression d’opposition de la CGT à la guerre d’Algérie est une résolution des métallos 67, réunis le 13 novembre 1954, soit douze jours après le début de l’insurrection algérienne. Ce texte est adopté à l’unanimité :

« Les métallos sont révoltés par les mesures de force utilisées contre les patriotes d’Algérie. Ces mesures sont contre tout droit, démocratie et contre l’article IV de la Constitution, et portent en elles de nouveaux conflits en Afrique du Nord. Ils s’opposent aux perquisitions et arrestations arbitraires et demandent au gouvernement leur arrêt immédiat, le retrait des forces de répression, et des discussions avec des représentants “représentatifs” de la population algérienne. » (19 novembre 1954)

16À partir de la fin 1955, l’exigence de la paix en Algérie apparaît dans toutes les résolutions des instances de branches et interprofessionnelles. Mais on peut ressentir les difficultés que rencontre la CGT d’Alsace pour mobiliser contre la guerre en Algérie au travers de l’intervention du secrétaire fédéral au 33e Congrès des syndicats du textile 68 : il fait remarquer « qu’à côté de leurs revendications, les travailleurs du textile ne doivent pas se désintéresser des grands problèmes comme ceux d’Afrique du Nord » (21 octobre 1955).

17L’Humanité d’Alsace-Lorraine mentionne de nombreuses manifestations pour la paix en Algérie émanant de travailleurs de diverses entreprises ; dans la plupart des cas, elles sont à l’initiative des militants communistes de ces entreprises, auxquelles participent évidemment des syndiqués CGT (ne serait-ce que parce que les militants communistes étaient généralement aussi militants CGT) et des travailleurs d’autres syndicats ou non-syndiqués. Mais, avec l’enlisement dans la guerre, les actions pour la paix sont aussi de plus en plus initiées par les syndicats CGT eux-mêmes, en particulier au moment du débat sur la guerre d’Algérie qui s’ouvre à l’ONU le 15 novembre 1957.

18En octobre et novembre 1956 ont lieu l’agression franco-anglo-israélienne contre l’Égypte ainsi que les dramatiques événements de Hongrie auxquels sont associées en Franc les agressions fascistes contre le PCF et la CGTe. L’UD 67 lance un appel qui « condamne l’attaque contre l’Égypte », dénonce « les liens avec le mouvement contre-révolutionnaire en Hongrie », exhorte les travailleurs « à ne pas se laisser détourner par la campagne de presse et de radio, de la lutte pour la paix, pour l’arrêt immédiat des combats en Algérie et en Égypte » ; enfin, elle appelle « à manifester dans l’unité par des télégrammes, des motions et tous mouvements » (3 novembre 1956).

19Mai 1958 voit une intense mobilisation des instances de la CGT et des syndicats d’entreprise. Toutefois, cette intense mobilisation rencontre un obstacle, lié au sentiment patriotique vivace des travailleurs alsaciens et qui se confond avec l’attachement à de Gaulle dont la venue suscite à la fois soulagement et espoir. Significative de cet obstacle, cette partie d’un communiqué des mineurs de potasse 68 qui, dans un appel à l’action revendicative, écrivent : « Tous ceux qui, il y a deux mois, se sont fait des illusions peuvent voir ces illusions s’envoler après deux mois de gouvernement de Gaulle. De Gaulle est venu au secours des patrons. Il a utilisé le désarroi au sein de la classe ouvrière pour installer la dictature » (27 juillet 1958). L’opposition à la venue au pouvoir du général de Gaulle reçoit un prolongement normal par l’appel à voter « non » au référendum sur le projet de nouvelle constitution proposé par de Gaulle. L’UD 68 appelle à « faire reculer la menace fasciste, à défendre avec succès les revendications et préparer un non massif contre toute aventure » (23 août 1956).

Relations avec les autres organisations syndicales

20La recherche de l’unité d’action traverse toutes les déclarations de la CGT alsacienne. Cette unité est très souvent réalisée dans les entreprises pour les revendications salariales. La recherche du dialogue avec les syndiqués des autres organisations peut s’exprimer en des termes qui seraient aujourd’hui très inadaptés : ainsi, l’invitation à une réunion organisée par l’Union des syndicats CGT des Services publics et de santé se termine par la phrase suivante : « Les camarades de FO et de la CFTC ont droit d’entrée et de prise de parole » (24 février 1951) !

21Mais la recherche systématique de l’unité d’action n’empêche pas les confrontations. Les critiques les plus fréquentes concernent les pratiques de discussions séparées de la CFTC et de FO avec le patronat, la signature d’accords séparés pendant un conflit. Ces critiques sont contenues dans des communiqués de syndicats d’entreprises ; par exemple, les Communaux de Strasbourg et les syndicats des Services publics et de santé dénoncent l’attitude de « briseur de grève » de FO en 1950 (15 avril 1951). La CGT de l’usine textile Kiener à Colmar dénonce un accord de trahison signé par FO et la CFTC (29 avril 1951). Mais les responsables CGT ne sont pas en reste. Pour les élections au comité d’entreprise des Mines de potasse, l’appel au vote pour la CGT parle de « voter contre les marchands de tapis CFTC et FO qui, par leur accord honteux, ont voulu vendre le Statut des mineurs » (3 juin 1951).

  • 3 Campagne sur une soi-disant baisse des prix lancée par le gouvernement Pinay.
  • 4 Meck, député MRP, maire de Molsheim, également dirigeant national de la CFTC.

22Dans un article paru lors de l’ouverture du Congrès de l’UD 67, Joseph Mohn dénonce, sans complaisance, FO et la CFTC « qui ont participé au mensonge sur la baisse des prix3« ainsi que « Meck4 et compagnie qui essayent de scinder les rangs des travailleurs avec des mensonges contre la CGT à propos du drame d’Oradour » en utilisant des « mots d’ordre anticommunistes à la mode de Goebbels » (18 avril 1953). Ces critiques n’empêchent pas que, dans ce même article, Joseph Mohn se félicite de l’unité qui rassemble CFTC, FO, Autonomes autour de la CGT pour protester contre la répression qui s’abat sur les dirigeants de la CGT en 1952-1953.

23À partir de l’été 1955, les actions unitaires pour les revendications salariales vont se multiplier dans les branches professionnelles. Après l’élection du général de Gaulle à la présidence de la République, elles vont s’intensifier contre la politique anti-salariale du gouvernement Debré et les premières attaques contre la protection sociale ; d’importantes manifestations unitaires se dérouleront à Mulhouse, Strasbourg, Colmar et Saverne.

24Quand la CGT entamera sa longue lutte pour la paix en Algérie, ses instances alsaciennes s’adresseront systématiquement à la CFTC et à FO pour les appeler à agir ensemble contre la guerre. Mais sur ce sujet, la surdité de ces syndicats sera longue à se dissiper.

Quelques aspects de l’expression « cégétiste »

25Le souvenir de 1934 et 1936 est très présent dans l’expression CGT. Chaque année, les UD appellent à commémorer les manifestations de février 1934. S’exprimant sur une grève de métallurgistes d’une entreprise de Strasbourg dont le patron refuse de négocier, Georges Martin « rappelle que le patronat a voulu être arrogant entre 1934 et 1936, avec la suite qu’il y a eu » (13 février 1951). Très présents également dans la mémoire sont la lutte des ouvriers du bâtiment en 1933 et l’affrontement qui avait eu lieu place du Corbeau à Strasbourg, et dont Joseph Mohn évoque le souvenir dans son allocution du 1er mai 1953 à Strasbourg (2 mai 1953). En vue des élections législatives du 2 janvier 1956, l’UD 68 s’adresse aux fédérations départementales de la SFIO et du PCF pour leur demander de s’unir afin de faire une politique de gauche comme en 1936.

26L’expression « cégétiste » peut prendre des tournures très lyriques : les ouvriers d’une entreprise de BTP, occupée sur un chantier à Colmar, qui mènent une grève victorieuse avec l’aide de l’UL, s’expriment ainsi à la fin du conflit : « Nous continuerons la lutte pour le pain et la paix, dans l’esprit de nos aînés, de ceux qui sont morts pour un avenir meilleur de la classe ouvrière. En avant à la conquête de lendemains qui chantent ! Vive notre grande CGT ! » (15 janvier 1950). Même une simple convocation à une réunion peut prendre des accents pathétiques. Dans une invitation du Syndicat du bois et du bâtiment de Colmar à une réunion des adhérents, on peut lire :

« En tant que membre de ce syndicat, dont tu sais de quel sérieux a toujours été son organisation, qui a toujours été avec enthousiasme à la pointe du combat pour imposer les revendications, qui a mis en œuvre la solidarité jusqu’à ses conséquences ultimes, pour ce syndicat d’élite de la région de Colmar, tu te feras un devoir particulier de participer à la réunion ! » (2 mars 1951)

27Le verbe est incisif à l’encontre des forces de l’ordre. Lors d’un conflit aux « Forges de Strasbourg », le syndicat CGT parle « des patrons qui se sentent forts depuis que la Préfecture a mis les tueurs CRS à leur disposition pour payer aux travailleurs affamés la prime de vacances sous forme de bombes lacrymogènes » (15 juillet 1951).

Positions vis-à-vis du Parti communiste, de l’URSS et des pays socialistes

28Comme dans tout le reste de la France, de nombreux responsables de la CGT sont membres du Parti communiste. C’est, parmi de nombreux autres, le cas de Charles Aschbacher, secrétaire général de l’UD 68, de Lucien Hugel. Dans le Bas-Rhin, Joseph Mohn et Georges Martin sont tous deux conseillers municipaux communistes de Strasbourg ; Albert Sorgus, secrétaire général de l’agroalimentaire est conseiller municipal communiste à Schiltigheim.

29Le 3e Congrès de l’Union des syndicats de l’agro-alimentaire 67 félicite le groupe parlementaire communiste pour sa défense de l’intérêt des travailleurs (16 mars 1950). Dans leur demande d’un gouvernement démocratique, les métallos du Bas-Rhin rappellent l’action positive d’Ambroise Croizat et les conséquences négatives de l’exclusion des ministres communistes du gouvernement en 1947.

30Pour les élections législatives de 1951, le gouvernement avait concocté le système électoral des « apparentements » qui avait pour unique but de diminuer le nombre de députés communistes. À ce sujet, le Congrès des mineurs de potasse 68 dénonce « une loi électorale immorale imposée au peuple par une majorité de députés dépendant de l’impérialisme des USA », et annonce qu’il est sûr que « les mineurs ne voteront que pour des gens qui sont à leurs côtés dans les luttes, et qu’ils réduiront à néant la volonté de la majorité de la Chambre des députés qui écoute les États-Unis et veut introduire le fascisme en France sous couvert de l’anticommunisme » (29 mai 1951). Protestant contre l’agression fasciste du siège de L’Humanité d’Alsace-Lorraine, perpétrée à la suite de la défaite française à Dien-Bien-Phu, Joseph Mohn « appelle la classe ouvrière à participer à toutes les protestations et à prendre en main la protection du seul journal qui fait sienne les revendications de la CGT et mène quotidiennement le combat pour la paix et contre le réarmement allemand » (11 mai 1954).

31Les pays socialistes font l’objet de commentaires approbateurs. Joseph Mohn, dans un article paru le jour de l’ouverture du Congrès de l’UD 67 parle « des succès gigantesques du socialisme en URSS et dans les démocraties populaires » (18 avril 1953).

32Au Congrès de l’UD 68, tenu les 23 et 24 avril 1955 en présence de Benoît Frachon, Charles Aschbacher déclare :

« Aujourd’hui, l’existence de régimes non capitalistes et leur développement dans les pays de l’Est prouvent que sans forme de production capitaliste, non seulement la classe ouvrière a été libérée de l’exploitation de l’homme par l’homme, mais que dans un contexte de sécurité, on jouit de plus d’avancées sociales et la classe ouvrière est le principal bénéficiaire des richesses produites. » (27 avril 1955)

33Encore plus significative de l’opinion répandue dans la CGT à propos des pays socialistes, la conclusion d’un article écrit par Eugène Jolly, secrétaire des métallos 68 et militant de la SFIO, rendant compte d’une délégation de métallos invitée par les syndicats d’URSS :

« J’avoue ouvertement que j’avais abordé cette visite avec un certain a priori, et que j’étais plus ou moins influencé par la propagande adverse. Mais maintenant j’ai pu me convaincre par moi-même que, là-bas, tout est basé sur le service des travailleurs. Et si dans certains domaines nous avons encore une avance, au plus tard dans cinq ans, l’URSS aura tout rattrapé et même significativement dépassé. » (13 avril 1958)

34De leur côté, les militants communistes ne sont pas en reste pour mettre en avant l’importance de la CGT. Ainsi, le correspondant colmarien de L’Humanité d’Alsace-Lorraine relate les bas salaires dans une entreprise textile de la place et conseille aux salariés l’adhésion à la CGT comme le meilleur moyen pour remédier à cette situation (8 juillet 1951). Pour les élections d’administrateurs de la Sécurité sociale, la une de L’Humanité d’Alsace-Lorraine appelle au vote pour la CGT, tout en dénonçant le lien entre la CFTC et les politiciens alsaciens de droite :

« Qui vote CFTC vote pour le ministre des Finances réactionnaire Pflimlin, car Meck-Pflimlin, c’est le même parti, celui des milliards pour la guerre en Afrique du Nord au lieu des retraites, des milliards pour des cadeaux au patronat au lieu de l’extension de la protection sociale. Donnez vos voix aux candidats CGT qui représentent les intérêts des travailleurs contre le patronat et le gouvernement. » (17 novembre 1955)

35L’impact des militants communistes dans la CGT (où ils détiennent fréquemment des postes de responsabilité) et plus largement chez les travailleurs apparaît lors des événements de Hongrie. À Strasbourg, le 8 novembre 1956, prenant prétexte de l’intervention des troupes soviétiques à Budapest, des groupes d’étudiants d’extrême droite, assistés par des fascistes locaux, essayent d’attaquer le siège de L’Humanité d’Alsace-Lorraine, détériorent le siège de la Fédération du PCF et saccagent les logements de Marcel Rosenblatt, député communiste et de René Fliedel, conseiller municipal communiste. La passivité des forces de l’ordre suscite la colère dans la population, en particulier chez les travailleurs du Gaz de Strasbourg où travaille René Fliedel et où il milite à la CGT ; ces travailleurs, toutes tendances syndicales confondues, avertissent les autorités que si la police ne met pas bon ordre, ils couperont l’approvisionnement en gaz de la ville. L’effet sera immédiat et dès le lendemain, les CRS interviennent avec vigueur à l’encontre des fascistes.

Les répercussions dans la CGT des problèmes politiques liés à « l’incorporation de force »

  • 5 Léon Tinelli, ancien secrétaire du Comité régional d’Alsace de la CGT, Les mines de potasse, 1945- (...)

36De toutes les tribulations vécues par l’Alsace-Moselle depuis 1871, la plus dramatique a été, à partir de 1942, l’incorporation de force de 130000 jeunes alsaciens et mosellans dans l’armée allemande, et dont 40000 succombèrent, pour la plupart sur les fronts de l’Est. Les milieux réactionnaires alsaciens ont su tirer bénéfice de cette tragédie, en présentant de plus en plus les incorporés de force comme des victimes du nazisme mais aussi de l’URSS et plus largement du communisme. En 1953, elles trouvent une occasion pour développer leur campagne anti-communiste avec le procès de Bordeaux où sont jugés douze Alsaciens, incorporés de force dans la Waffen-SS et impliqués dans le massacre perpétré par la division « Das Reich » à Oradour-sur-Glane. Le texte qui suit5 dépeint le contexte dans lequel se déroule ce procès : « Le procès de Bordeaux, organisé pour répondre aux préoccupations des familles des victimes d’Oradour, oppose ces familles à d’autres familles victimes, elles aussi, de la barbarie nazie. »

37Le procès se déroule sans la présence du général Lammerding, commandant de la division « Das Reich », dont le gouvernement se garde d’exiger l’extradition ; et ce, au moment où les autorités américaines en Allemagne libèrent de nombreux officiers nazis condamnés pour crime de guerre. Il est aussi une aubaine pour tous ceux qui en Alsace ont intérêt à faire oublier un passé plutôt favorable à Hitler qu’au Front populaire. La mobilisation sentimentale de l’opinion populaire alsacienne autour du procès des jeunes incorporés de force, au moment où la discussion du réarmement allemand est à l’ordre du jour des grandes puissances, doit en quelque sorte permettre de réhabiliter tous ceux, qui en 1940, ont soutenu Pétain. Une occasion pour le patronat de renforcer la collaboration avec l’Église catholique, en appelant, en guise de solidarité avec les accusés du procès de Bordeaux, les travailleurs à arrêter le travail pendant un quart d’heure. Pour les forces politiques alsaciennes qui, depuis 1946, s’étaient pliées aux exigences américaines, la période est propice pour renforcer leur campagne contre la CGT…

  • 6 SACM : Société alsacienne de construction mécanique.
  • 7 Léon Tineli, op. cit., p. 79-80.

38À l’Assemblée nationale, le député MRP Henri Meck commentant les élections professionnelles qui se sont déroulées en pleine période du procès (de Bordeaux) à la SACM6 déclare, triomphant : « Dans la plus grande entreprise de la métallurgie alsacienne, un fief de la CGT communiste, le monopole de la CGT est brisé7. »

39La CGT des années 1950 en Alsace est essentiellement ouvrière et masculine. Ses expressions sont idéologiquement proches de celles du Parti communiste, dont beaucoup de militants de la CGT sont membres. La situation linguistique découlant des deux annexions à l’Allemagne, intervenues depuis 1871, se traduit par des réunions qui se font souvent en dialecte alsacien, nombre d’écrits en langue allemande, avec une expression qui emprunte beaucoup au langage du prolétariat révolutionnaire allemand des années d’avant la Seconde Guerre mondiale. L’Alsace est une place forte de la CFTC. L’incorporation de force des Alsaciens/Mosellans dans l’armée allemande pèse sur la conscience populaire et est habilement exploitée par les milieux réactionnaires pour de violentes campagnes anticommuniste et anticégétiste. Ce surcroît de difficultés, spécifique à l’Alsace, n’empêche pas la CGT de mener avec efficacité les luttes pour les revendications sociales, contre les guerres coloniales d’Indochine, puis d’Algérie, contre le réarmement allemand, pour la paix et l’entente entre les peuples. Sur ce dernier sujet, l’évocation de l’URSS et des pays socialistes est empreinte d’amitié et d’espoir.

40La recherche de l’unité d’action avec les autres syndicats est un fil rouge de l’action de la CGT. Elle est particulièrement difficile puisque beaucoup de responsables éminents de la CFTC sont aussi des politiciens importants du MRP. L’unité, souvent réalisée pour les revendications au niveau des entreprises, sera beaucoup plus dure à atteindre dans les luttes contre les guerres coloniales dans lesquelles les autres syndicats ne commenceront à entrer timidement qu’à la fin de la décennie.

Notes

1 Dans ce texte, les deux départements alsaciens seront désignés par leurs numéros, respectivement : 67 pour le Bas-Rhin, 68 pour le Haut-Rhin. Le texte fait référence à des articles parus dans le quotidien régional, L’Humanité d’Alsace-Lorraine ; chaque référence sera indiquée suivie de la date de parution. Les autres sigles utilisés dans le texte sont : UD (Union départementale) ; UL (Union locale). Ce texte utilise des citations de Joseph Mohn, secrétaire général de l’UD 67, de GeorgesMartin, secrétaire général des métallos 67, de Lucien Hugel, secrétaire général des mineurs de potasse 68, de Charles Aschbacher, secrétaire général de l’UD 68. Les noms de ces responsables seront indiqués sans rappel de leurs fonctions indiquées ci-dessus.

2 Un grand nombre d’Alsaciens et de Mosellans avaient été expulsés par les nazis pour des motifs divers : postes de responsabilité dans l’administration française, responsabilités à la CGT, au PC, à la SFIO, sentiments francophones, religion juive.

3 Campagne sur une soi-disant baisse des prix lancée par le gouvernement Pinay.

4 Meck, député MRP, maire de Molsheim, également dirigeant national de la CFTC.

5 Léon Tinelli, ancien secrétaire du Comité régional d’Alsace de la CGT, Les mines de potasse, 1945-1967.

6 SACM : Société alsacienne de construction mécanique.

7 Léon Tineli, op. cit., p. 79-80.

Auteur

Institut régional CGT d’histoire sociale d’Alsace

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540