Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Deuxième partie. La société, la culture

La CGT et les relations collectives du travail dans le secteur privé

Oswald Calvetti

Texte intégral

1Répondant aux sollicitations de l’Institut CGT d’histoire sociale et sans prétendre détenir la vérité sur ce que furent les positions de la CGT dans le domaine des relations collectives du travail à cette époque, je voudrais simplement, à partir de mon expérience personnelle, en tant que secrétaire général de la Fédération nationale des travailleurs du papier-carton dès 1950, et aussi membre de la Commission administrative de la CGT à compter de 1953, témoigner sur un sujet qui me tient à cœur, celui des évolutions de la politique contractuelle de la CGT, au plan interprofessionnel et dans le secteur privé, dans un contexte certes différent de celui d’aujourd’hui.

2Ce qui me conduit à couvrir une période allant au-delà de 1962, qui concerne les suites des grandes grèves de 1968, car cette période représente une expérience caractéristique, durant laquelle la CGT joua un rôle de premier plan dans les négociations sur de réelles avancées sociales pour le monde du travail.

3Cette expérience devrait permettre d’aider à corriger des erreurs d’analyses sur ce qu’a été la position réelle de la CGT, car certains écrits ne correspondent nullement à la réalité que j’ai vécue.

4Pour montrer à quel point peut aller la caricature des positions de la CGT, je citerai ce qu’écrivait Michel Noblecourt, rédacteur du journal Le Monde, dans son numéro des 12 et 13 janvier 2003, sous le titre « Épreuve de vérité pour la CGT ». Évoquant « la mutation de la CGT » il s’exprimait ainsi : « […] La dernière mutation a trait à la politique contractuelle. Longtemps, la CGT a vu une trahison, ne signant jamais d’accords interprofessionnels, sauf celui de 21 février 1968 sur le chômage partiel. » Monsieur Noblecourt se trompe et devrait mettre à jour ses archives. En tant que membre de la Commission administrative de la CGT, et par la suite responsable du service de l’action revendicative et de la politique contractuelle de la Confédération, mis en place en 1969, sous la direction de notre regretté camarade Henri Krasucki, j’ai vécu deux périodes d’évolutions importantes, liées à des situations nouvelles.

La première période fut celle des années 1950

5Pour bien comprendre les réticences de la CGT à conclure des accords paritaires interprofessionnels dans le domaine de la protection sociale, il faut rappeler le contexte des années qui ont suivi la Libération de la France. La CGT, partie prenante du Conseil national de la Résistance et de son programme, avait comme principale préoccupation, dans un pays décimé par la guerre, de mettre en place un système de protection sociale solidaire, couvrant l’ensemble de la population, de la naissance à la fin de vie.

6On ne dira jamais assez ce qu’a apporté à la population la mise en œuvre de la Sécurité sociale, pour laquelle la CGT a joué un rôle de premier plan avec Ambroise Croizat, secrétaire général de la Fédération de la Métallurgie CGT et ministre du Travail, ainsi qu’Henri Reynaud, secrétaire de la CGT et président du Conseil d’administration de la Sécurité sociale ; permettez-moi d’y ajouter les milliers de militants et militantes qui furent mis à contribution pour la mise en place concrète de la Sécurité sociale. Je citerai encore la place importante tenue par Pierre Laroque, directeur, haut fonctionnaire, intègre et compétent.

7Rappelons que dans l’esprit de la CGT, cette réalisation, qui marque fortement la France depuis plus d’un demi-siècle, et que le trio Chirac-Raffarin-baron Seillières, veut casser, tenait compte des moyens limités d’après-guerre. Nous avions l’ambition d’élargir les compétences de la Sécurité sociale, au fur et à mesure des possibilités offertes par la reconstruction du pays et la création des richesses ainsi que par l’expression des besoins.

8Dans cette même période, ce furent aussi les nationalisations, la création des comités d’entreprises, le statut de la Fonction publique et j’en passe ; toutes ces réalisations ont été possibles grâce au rôle joué par la classe ouvrière dans la libération du pays, grâce aussi à une CGT puissante et unie, sans oublier un patronat affaibli par ses collaborations avec l’occupant et incapable de s’opposer à des avancées sociales considérables.

9Rappelons encore, que de 1945 à 1950, devant l’absence de conventions collectives dans le secteur privé, suspendues durant la guerre, nombre de décisions concernant les salaires, les qualifications étaient placées sous la responsabilité de l’administration.

10Il fallut donc attendre la loi de février 1950 sur les conventions collectives et le Smig pour que s’engagent des négociations avec le patronat, afin de reconstruire les accords collectifs. La bataille fut longue et difficile. De nombreuses actions furent nécessaires pour imposer des garanties contractuelles dans les entreprises et au plan interprofessionnel. Avant cette période des années 1950, un seul accord de caractère interprofessionnel fut signé en 1947, en fonction des engagements pris lors de la mise en place de la Sécurité sociale envers les syndicats d’ingénieurs et de cadres. Il s’agissait de permettre à ces catégories de s’ouvrir des droits à la retraite, pour la partie du salaire supérieure au plafond de la Sécurité sociale. Cet accord qui aboutit à la mise en place d’une caisse de retraite complémentaire, l’AGIRC, doit beaucoup à la CGT et, bien entendu, il porte sa signature, de même que celle de la CGC et de la CFTC, seuls syndicats existants alors.

11La situation nouvelle, née de la mise en œuvre de la loi de 1950, donna naissance à une multitude de négociations, placées sous la responsabilité des fédérations. Elle fut l’objet d’un large débat au sein de la Commission administrative auquel participèrent activement les responsables fédéraux. Je ne peux m’empêcher d’en citer quelques-uns, aujourd’hui disparus : Julien Livi, alimentation ; Hélène Mabille, employés ; Roger Pascré, chimie ; Gisèle Joannes, habillement ; André Lunet, métallurgie et bien d’autres. Ces camarades se trouvaient confrontés à une situation nouvelle et à des besoins nouveaux auxquels ils devaient répondre, ne serait-ce que sur le contenu des revendications qui nécessitaient des échanges d’informations.

12La nécessité d’une coordination entre les branches professionnelles du privé se faisait sentir, d’autant plus qu’avec la scission et la création d’une nouvelle confédération – Force Ouvrière – une tentative se fit jour rapidement entre celle-ci et les responsables du Conseil national du patronat français (CNPF), principalement ceux de la métallurgie, pour négocier certains accords, permettant de prendre en charge des problèmes sociaux, réglés jusqu’alors par la puissance publique ou qui auraient pu être traités dans la Sécurité sociale.

13Il fallait donc pour la CGT définir sa position, d’autant que de nouveaux besoins qui avaient un caractère national et interprofessionnel étaient exprimés par les travailleurs. C’est ainsi que nous eûmes à débattre de la présence de la CGT dans la négociation qui s’engagea en 1958 sur l’indemnisation du chômage, quasi inexistant à l’époque.

Les différents problèmes posés à la CGT

14Comment concilier notre présence à la négociation et la volonté de la CGT de tenir les engagements pris après-guerre d’intégrer dans la Sécurité sociale l’ensemble des aléas de la vie, dont le chômage ? Finalement, la Commission administrative décida de ne pas participer à cette négociation qui se conclut par un accord fin 1958, engageant le CNPF, FO, CFTC et la CGC. Cependant, voulant être présente dans toutes les instances mises en place pour gérer l’accord c’est-à-dire l’Unedic et les Assedic, afin d’y défendre les intérêts des travailleurs, la CGT apposa rapidement sa signature et occupa donc pleinement ses responsabilités comme elle continue à le faire aujourd’hui.

15Le même problème se posa sur la retraite, trois années après. En effet, la retraite du régime général de la Sécurité sociale n’avait pas suivi les évolutions prévues au moment de sa création et le taux des pensions était insuffisant pour permettre une retraite décente. La majorité parlementaire refusa les améliorations demandées par la CGT. Partant des besoins exprimés par les travailleurs, des négociations s’engagèrent d’abord dans quelques grandes entreprises pour, à l’image de ce qui s’était fait pour les cadres, un complément de retraite soit assuré pour les ouvriers, les employés et la maîtrise, système fonctionnant sur le principe de la répartition.

16Dans ma profession, à la demande de la Fédération CGT, majoritaire dans le papier-carton, un accord national professionnel fut conclu en 1955, qui permit aux 110000 salariés de la profession d’obtenir un complément à la retraite de base, à la satisfaction des salariés en retraite.

17Cela entraîna de nouvelles discussions à la Commission administrative avec toujours les mêmes réserves, mais il fallut finalement donner le feu vert aux fédérations du secteur privé qui exprimaient avec force la volonté de ne pas être tenu à l’écart du règlement d’un problème important, dans une période où le nombre de retraités ne cessait d’augmenter.

18En 1961, une négociation interprofessionnelle s’engagea pour construire un système national de retraite complémentaire. Après quelques hésitations, la direction confédérale donna son accord pour participer aux négociations mais celles-ci étant engagées, les parties en présence, patronales et syndicales, refusèrent la participation de la CGT. L’accord conclu en décembre 1961 porta cependant la signature de la CGT et la présence de notre syndicat dans l’Arrco fut assurée ainsi que dans la centaine d’institutions professionnelles et interprofessionnelles mises en place.

19Au sujet de l’Agirc, l’Unedic, l’Arrco, organismes paritaires de gestion, il faut noter la discrimination envers la CGT, organisation la plus importante, qui ne put toutefois jamais accéder à la présidence, alternée tous les deux ans, celle-ci étant réservée, depuis leur mise en place à la CGC, FO et à la CFDT, avec l’accord de l’organisation patronale.

20Ce témoignage aidera sans doute à mieux comprendre que l’adaptation nécessaire de l’activité syndicale aux évolutions de la situation s’inscrit dans une histoire qu’il faut connaître pour, à la fois, apporter un jugement en pleine connaissance de cause, mais aussi des enseignements à en tirer pour les luttes actuelles.

21Cette remarque vaut pour ceux qui accusent – à tort – la CGT de s’être comportée dans une attitude négative face aux accords contractuels. C’est faux. Même là où des retards ont été pris, il s’agissait pour la CGT d’être fidèle à ses engagements envers le monde du travail. Personnellement, j’ajouterai qu’il aurait été sans doute préférable que l’ensemble de la protection sociale collective et solidaire soit regroupé dans la Sécurité sociale, que l’on cherche aujourd’hui à privatiser.

La seconde période

22Il me semble utile d’examiner dans ce dossier la période qui suivit les grandes grèves de 1968 avec d’importantes négociations interprofessionnelles, qui éclairent parfaitement la politique contractuelle de la CGT.

23La montée du mécontentement et des exigences revendicatives convergentes se concrétisa dans les grandes grèves et manifestations de 1968 avec un bilan revendicatif très important. Les conditions étaient alors réunies pour de véritables négociations interprofessionnelles auxquelles le patronat ne put échapper.

24Répondant enfin à la demande pressante des fédérations du secteur privé, la direction confédérale mit en place, fin 1968, une coordination avec des échanges entre les fédérations chaque fois que nécessaire. En lien avec les nombreuses négociations interprofessionnelles qui furent engagées dès 1968, la direction confédérale institua, sous la responsabilité d’Henri Krasucki, un nouveau secteur d’activité, celui de « la politique revendicative et contractuelle, de l’emploi et de la formation professionnelle ».

25La coordination de ce service fut placée sous ma responsabilité avec le concours de camarades compétents responsables d’un secteur d’activité : Lucien Chavrot, les revendications ; Jacques Leroy, l’emploi ; Guy Caburol, la formation professionnelle ; Jacques Potavin, les luttes. Une commission fut constituée, composée des principaux, principales responsables des fédérations du privé, ainsi que de quelques camarades détachés de l’enseignement professionnel, qui se réunissaient régulièrement. Son activité était de répondre à la demande de la direction confédérale, mais aussi des fédérations, de préparer des dossiers sur les propositions revendicatives concernant les objectifs des négociations avec le CNPF, les PME et l’UPA, d’assurer le soutien aux revendications en débat dans les négociations et aussi de préparer des analyses et propositions sur des sujets revendicatifs importants. Je n’en citerai qu’un, celui des salaires et classifications professionnelles, texte soumis à la Commission exécutive et dont la publication fut l’objet d’un numéro spécial du Peuple.

26Je dois souligner la satisfaction des responsables fédéraux de travailler ensemble, d’être partie prenante dans l’élaboration des objectifs revendicatifs valables pour l’ensemble du secteur privé, de participer aux négociations aux côtés des représentants confédéraux. La période 1968-1977 fut particulièrement riche en négociations et en accords interprofessionnels. Au-delà des deux accords déjà évoqués, je citerai :

27l’accord sur le chômage partiel en 1968 ;

  • l’accord de 1970, ouvrant le droit à la formation professionnelle et certaines garanties pour l’emploi ;
  • l’accord-cadre élargissant aux ouvriers les garanties liées à la mensualisation, qui trouva ses prolongements au niveau des branches professionnelles ;
  • l’accord de mars 1972 assurant une garantie de ressources aux salariés licenciés pour motif économique ; il fut élargi en juillet 1977 aux départs volontaires à 60 ans pour ceux et celles justifiant d’une carrière complète de 150 trimestres.
  • Je souligne que ces derniers accords répondaient certes à une période où de grands secteurs d’activité étaient durement touchés par la crise, mais en même temps, ils ont été un des éléments de l’accord de février 1983 pour la retraite complémentaire à taux plein à 60 ans, car lors de sa signature, 450°000 salariés bénéficiaient déjà de cette garantie de ressources. Ajoutons encore, l’accord garantissant le salaire durant le congé maternité.

28Personne ne peut contester la place importante tenue par la CGT dans ces négociations, le sérieux des propositions formulées par les représentants des travailleurs. Il est évident que les fédérations étaient en prise directe avec les négociations et qu’elles ont aidé à « pousser à la roue » chaque fois que cela a été nécessaire pour vaincre les résistances patronales. Tous ces accords portent l’empreinte et la signature de la CGT, pour la simple raison que les textes signés représentaient un pas en avant bénéfique aux travailleurs. Pour plusieurs d’entre eux, ces accords ont ouvert des droits inscrits par la suite dans la loi, les rendant obligatoires pour tous.

29Les faits contredisent totalement la thèse des détracteurs, présentant la CGT comme le syndicat du refus du compromis. Les positions prises par la CGT sur les accords conclus après 1968 ne sont nullement en contradiction avec le refus, ces dernières années, de s’associer à toute une série d’accords au rabais, qui remettent en cause les droits acquis et dont les syndicats minoritaires signataires tentent de justifier en argumentant qu’un mauvais accord est préférable à pas d’accord du tout. Cela reste à prouver !

30Il serait aisé d’analyser les conséquences désastreuses de toute une série d’accords de ces dernières années, qui ont porté des coups très durs aux salariés, aux privés d’emploi, aux préretraités, aux retraités. Certains ont d’ailleurs ouvert la voie à des réformes gouvernementales en cours qui ont pour objectif de remettre en cause des acquis sociaux importants, tels la retraite, le droit à la santé, l’assurance-chômage.

31Mon opinion est que de tels accords sont une des raisons de l’affaiblissement des organisations syndicales, y compris de celles qui n’y ont pas souscrits, car la grande majorité des travailleurs est mal informée, ce qui renforce la tendance à faire « porter le chapeau » à tous les syndicats.

32Cette situation montre combien la CGT a raison de se battre pour qu’enfin la puissance publique reconnaisse la représentativité réelle des organisations signataires, et qu’un accord ne puisse être appliqué et étendu, s’il n’est pas signé par des organisations majoritaires. Le vote des électriciens et gaziers sur l’avenir de leur régime de retraite souligne tout l’intérêt pour la CGT d’exiger, chaque fois que c’est nécessaire, que les travailleurs eux-mêmes, soient appelés à décider de ce qui est bien ou mal pour eux. Cela ne pourra que renforcer la crédibilité des organisations syndicales.

Auteur

Ancien secrétaire de la Fédération nationale CGT des travailleurs du papier-carton

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540