Version classiqueVersion mobile

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Première partie. Les relations collectives du travail

Les mémoires de la lutte : une représentation des forgerons cégétistes hennebontais au travers de deux conflits à l’orée des années 1968 (1951-1952)

Vincent Porhel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cette communication est issue d’un travail en cours sur l’industrialisation en Bretagne durant les années 1968 (1966-1981)1, axé en particulier sur l’exploitation des sources orales2. Au conflit des forges d’Hennebont dans le Morbihan qui aboutit, au terme d’une très longue lutte allant de 1954 à 1968, à la fermeture des forges en dépit de la mobilisation des acteurs ouvriers, massivement syndiqués à la CGT, et des notables locaux du Centre d’étude et de liaison des intérêts bretons (CELIB), opposés à la politique de concentration des activités sidérurgiques dans l’est de la France. C’est l’occasion de s’intéresser à des mémoires ouvrières qui évoquent, de façon spontanée, cette période marquante qu’a été, pour l’ensemble des ouvriers des forges, les années 1950. Celles-ci sont marquées dans les mémoires, en résonance avec le traumatisme postérieur qu’a été la fermeture des forges, par deux dimensions apparemment ambivalentes, le souvenir de la prospérité de l’entreprise et le rappe...

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search