Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Première partie. Les relations collectives du travail

Les mémoires de la lutte : une représentation des forgerons cégétistes hennebontais au travers de deux conflits à l’orée des années 1968 (1951-1952)

Vincent Porhel

Texte intégral

  • 1 Ces conflits sont étudiés dans le cadre d’une thèse sur les représentations de l’industrialisation (...)
  • 2 L’ensemble des entretiens a été décrypté et figure en annexe de la thèse.

1Cette communication est issue d’un travail en cours sur l’industrialisation en Bretagne durant les années 1968 (1966-1981)1, axé en particulier sur l’exploitation des sources orales2. Au conflit des forges d’Hennebont dans le Morbihan qui aboutit, au terme d’une très longue lutte allant de 1954 à 1968, à la fermeture des forges en dépit de la mobilisation des acteurs ouvriers, massivement syndiqués à la CGT, et des notables locaux du Centre d’étude et de liaison des intérêts bretons (CELIB), opposés à la politique de concentration des activités sidérurgiques dans l’est de la France. C’est l’occasion de s’intéresser à des mémoires ouvrières qui évoquent, de façon spontanée, cette période marquante qu’a été, pour l’ensemble des ouvriers des forges, les années 1950. Celles-ci sont marquées dans les mémoires, en résonance avec le traumatisme postérieur qu’a été la fermeture des forges, par deux dimensions apparemment ambivalentes, le souvenir de la prospérité de l’entreprise et le rappel des luttes menées, en particulier la longue grève de 1952.

2Après avoir évoqué les caractéristiques d’une mémoire CGT en Bretagne à l’orée des années 68, je traiterai, au travers des conflits, des représentations liées au fonctionnement perçu des forges, avant d’aborder le souvenir du conflit comme élément de fixation d’une mémoire CGT.

Une mémoire perdue le long du Blavet, marquée, cinquante ans après, par le traumatisme de la fermeture

Une mémoire construite

  • 3 Entretien avec L. S. A., lamineur, 17 juillet 2000.

3Quand commence pour vous le conflit des forges? À cette question tant de fois posée, je pense avoir reçu autant de réponses différentes, les souvenirs, les sentiments se mêlent pour évoquer une date que personne n’a véritablement questionnée. En effet, si la fin du long conflit des forges est bien déterminée, il en est tout autrement pour le début qui a trait à une conscience plus large. Nombre des ouvriers interrogés sont arrivés aux forges aux lendemains de la Seconde Guerre, quand les difficultés des forges étaient déjà patentes pour les pouvoirs publics à défaut d’être perçues comme telles par les acteurs ouvriers. En ce sens, leur vécu de l’entreprise est entièrement sous le signe de la crise et marqué par les vagues de licenciements plus ou moins conséquentes et les avertissements solennels de la direction sur la situation économique de l’entreprise alors que celle-ci continue à embaucher et à moderniser. Le processus de modernisation est, en effet, pour beaucoup la marque de l’absence de crise, on ne modernise qu’une entreprise qui marche et qui peut-être rentable. Le ton change lorsque l’on se confronte à une mémoire cégétiste : le plan Marshall et la date de 1952 apparaissent comme des références incontournables3 liées à la modernisation des industries de l’Est. Derrière cette réponse assurée pointe cependant l’impossibilité de préciser davantage les débuts du conflit. De ce fait, plus que les affres de la fermeture, les années 1950 apparaissent spontanément dans les mémoires ouvrières comme la période à laquelle chacun se réfère pour évoquer un ancrage dans un pays et dans un métier. Manière de se réapproprier une mémoire délaissée par l’histoire.

  • 4 Voyage aux forges d’Hennebont, La montagne des forges d’Hennebont, 1984, La bataille des forges d’ (...)
  • 5 Tout dernièrement, les animateurs de l’Écomusée annoncent vouloir ouvrir les archives aux chercheu (...)
  • 6 Jean-Jacques Becker, « La mémoire, objet d’histoire », Écrire l’histoire du temps présent, 1993, p (...)

4Oubliées des médias, malmenées par les paroles officialisées car autorisées, les paroles ouvrières ont, en effet, disparu de la mémoire du conflit. Nulle part dans les archives une interview, un portrait, un témoignage individuel ne vient nous rappeler que cette masse informe destinée à produire, à manifester pour finir dans la relative individualisation du reclassement, est d’abord composée d’hommes et de femmes appuyées sur des perceptions de leur environnement, sur cet « espace vécu » des géographes sociaux d’où naît les représentations du conflit. De fait, comment différencier les individus au sein d’un bloc ouvrier perçu dans la lutte, y compris par les acteurs eux-mêmes, comme monolithique? En fait, il n’existe pas une mémoire ouvrière des forges, mais une multiplicité qui parfois se rencontre sur un fait ou une émotion. Encore, la perception de ce fait n’a-t-elle parfois, aucun lien d’une mémoire à l’autre. C’est souligner les limites de la mémoire collective prise comme un substrat commun, comme une réunion de souvenirs auxquels chacun fait référence. Un même événement, parce qu’il ne peut être perçu de la même manière par un lamineur de 40 ans et par un chauffeur de 20 ans, peut-il être intégré à une « mémoire collective »? Une généralisation de la mémoire en imposant une référence travestit donc la réalité des mémoires ouvrières. Quand l’Écomusée des forges se met en place en 1990, Gisèle Le Rouzic, la fondatrice, écrit depuis plusieurs années sur les forges4 en évoquant sa jeunesse catholique. Ses contacts privilégiés avec le syndicat CFTC de l’usine et son leader, P. J., lui donnent accès aux archives du syndicat qui forme l’armature de son livre sur la « bataille des forges d’Hennebont ». Ces ouvrages, par ailleurs précieux, souffrent cependant d’une lecture de l’espace des forges par le canal d’une mémoire syndicale très minoritaire au sein des salariés. Reste que ces ouvrages participent à l’enjeu de mémoire. En effet, G. Le Rouzic entend, au travers de ses écrits, instaurer une mémoire collective, « une thérapie » m’a-t-elle confié lors d’un entretien téléphonique; c’est pourquoi elle m’a refusé l’accès aux archives conservées à l’Écomusée5 et tenté de me dissuader de rencontrer des témoins du conflit – « ils sont tous morts » m’a-t-elle précisé pour clore la conversation. L’issue du conflit, marquée par la fermeture définitive de l’usine en 1968, entraîne, de fait, un processus de commémoration en réponse à l’action des pouvoirs publics qui entament rapidement la destruction des bâtiments pour des raisons de sécurité. Cette commémoration, prise en charge par G. Le Rouzic en raison de son identification politique et de son parcours atypique – elle est institutrice – quoique communautaire – son père est ouvrier – va lui permettre d’initier une « mémoire collective » de référence. On voit là à quel point le processus de commémoration peut s’opposer à l’histoire savante, qui a vocation à diffuser la mémoire, alors que sa fonction, au niveau local, est d’entretenir la flamme d’un souvenir idéalisé. Plus encore, on assiste là au passage d’une mémoire « spontanée » à une mémoire « apprise » suivant les termes de J.-J. Becker6. Ainsi, cette mémoire consacrée « officielle », car appuyée sur une institution qui a obtenu la sacralisation publique, n’a de collective que le nom : elle n’est que l’expression d’une vision individuelle, certes infiniment respectable, mais incomplète.

  • 7 Certains entretiens expriment cependant un agacement sensible devant cette appropriation de la mém (...)
  • 8 Entretien L. G. A., modeleur, 13 juillet 2000.
  • 9 Marcel Piriou, alors secrétaire départemental CGT, Quai des humbles, Éd. Ouvrières, 2001, 275 p.
  • 10 Marie-Claire Lavabre, Le fil rouge : sociologie de la mémoire communiste, Presses de la FNSP, 1994 (...)
  • 11 Marie-Claire Lavabre, « Usages du passé, usage de la mémoire », Revue française de sciences politi (...)
  • 12 Pieter Lagrou, Mémoire patriotique et occupation nazie, Éd. Complexe, 2003, 360 p.

5Face à cette mémoire imposée, les acteurs interrogés ont du mal à se positionner7. Au-delà du plaisir d’entendre consacrer leur action, l’Écomusée, par son parti pris pédagogique en faveur de la dimension technique des forges, emporte l’adhésion. Cet aspect est très présent dans les représentations ouvrières, certains regrettent cependant d’avoir été tenu à l’écart de la conception du lieu8. Reste que des contestations plus virulentes se font jour lors de l’évocation par G. Le Rouzic des conflits phare qui opposent les mémoires syndicales. Il y a donc une réactivité des témoins par rapport à une mémoire présentée comme officielle, mais pour autant, aucune volonté ne transparaît, au fil des entretiens accordés par les ouvriers cégétistes, de construire une mémoire concurrente. À cela, plusieurs explications°: la multiplicité des mémoires à l’œuvre interdit toute généralisation et surtout la pratique de l’écriture littéraire n’est pas dans le champ de compétence des ouvriers des forges; il faut attendre une date récente pour voir paraître une histoire alternative9. Encore, n’est-elle que l’expression d’un itinéraire personnel d’un secrétaire départemental CGT. Son témoignage, comme le contenu de son ouvrage, obéit aux règles du genre en développant une vulgate mise en évidence par M.-C. Lavabre10. Sa lecture du conflit s’inscrit dans la succession des discours officiels correspondant aux différentes étapes d’un conflit mené de bout en bout par la CGT. Discours travaillés et mûrement pesés, comme toute action syndicale, qui, dès lors, échouent à restituer la « chair » d’un conflit puisque les acteurs ouvriers sont considérés comme fondus dans une masse agissante opposée à un ensemble lui-même uniforme. On voit ainsi se confronter deux commémorations, expression d’une opposition politique et syndicale durable et ferments d’une identité tant il est vrai que la sélectivité de la mémoire est la condition de sa constitution11. Reste qu’aucune ne semble acquérir, auprès des acteurs, la légitimité d’une « mémoire patriotique12°». Ceux-ci, restés massivement sur place, ne ressentent pas le besoin d’exprimer leur expérience entièrement inscrite dans le local et donc, pensent-ils, condamné à y demeurer. Constater ce fait, c’est évoquer la conscience d’isolement si prégnante dans l’évocation du mode de vie des forges d’Hennebont. Dès lors, c’est par l’évocation spontanée des conflits passés que s’exprime une identité fortement enracinée.

Au travers du conflit de 1951, l’expression d’une mainmise ouvrière sur la nomination de l’encadrement

  • 13 Entretien L. G. A.

« Les contremaîtres étaient à la CGT? Ben oui, mais ils étaient… c’est rare qu’ils arrêtaient pourquoi? Parce qu’ils étaient entre deux, entre la direction et puis nous mais le plus souvent les contremaîtres ils étaient de notre bord mais ils n’arrêtaient pas facilement. On n’a pas été bousculé par les contremaîtres. Parmi nous au laminoir parce qu’on était nombreux là-dedans et on se défendait bien, ils ne venaient pas non plus, ils savaient bien, le travail était à faire bien sûr mais ils venaient pas nous embêter, ils venaient pas nous dire : “Faites ci, faites pas çà ou n’importe quoi.” Non, non, il y avait une entente entre nous, on avait pas trop à se plaindre, moi je vois toujours mon contremaître. Mais il y a eu des postes dans des secteurs qui étaient plus emmerdants, çà bousculait davantage. Mais il n’y a pas eu de conflits… Il y en a eu un quand même, ils avaient changé les contremaîtres, ils avaient envoyé deux Polonais, là, on a fait grève13. »

  • 14 Gisèle Le Rouzic, La bataille…, op. cit., p. 35.

6En août 1951, la direction annonce le recrutement d’un chef d’équipe polonais, venu du Nord, aux ouvriers des forges, destiné à œuvrer à la section de cisaillage et de décollage14. Cette attitude est immédiatement perçue comme une menace par les ouvriers hennebontais. Malgré les interventions de l’ensemble des syndicats, le directeur maintient sa décision puis annonce l’arrivée d’un second contremaître, frère du précédent. Le 3 septembre, la grève est lancée par 650 ouvriers du laminoir et de la carrosserie. Elle dure jusqu’au 16 septembre et va être l’objet de multiples rebondissements illustrant le bras de fer entre pouvoirs patronal et ouvrier dans l’usine. La mobilisation initiale est relancée par un quiproquo relatif à la vente d’un excédent de matière première à une autre firme. Dans ce climat, cette manœuvre est immédiatement perçue comme une volonté patronale de priver de travail les lamineurs qui entrent ainsi dans le mouvement de grève. La direction répond par le lock-out le 8 septembre, puis le 13 annonce qu’elle accepte la reprise si les quatre délégués CGT sont révoqués par le personnel lui-même. Il faut finalement l’intervention de l’Inspection du travail pour mettre fin au conflit : la direction maintient son recrutement extérieur, mais s’engage à l’avenir à prendre les membres de la maîtrise parmi le personnel des forges.

  • 15 Entretiens L. S., lamineur, 29 décembre 1999.
  • 16 Seuls les délégués de la CGT sont visés par la mesure de révocation patronale.
  • 17 Entretien L. G. A.

7Les témoignages postérieurs marquent bien, de la part du personnel, les motivations de cette grève locale. En effet, l’accès à la maîtrise était alors l’apanage des ouvriers eux-mêmes. C’est de leur rang que sortent les agents de maîtrise, garants de relations normalisées. De ce fait, les rotations sont faibles – il n’est pas rare de voir un contremaître le demeurer pendant 20 à 30 ans – et la paix sociale assurée. En imposant un recrutement extérieur, c’est une volonté du directeur des forges, lui-même nouvellement nommé, de casser un pouvoir ouvrier antérieur à la Seconde Guerre dans un contexte économique perçu comme difficile. Certes, il s’agit de « dignité », mais aussi de la reconnaissance d’une compétence professionnelle, mise à mal par cette décision patronale, qui transparaît par la remise en cause des capacités professionnelles des nouveaux venus15; et aussi en retour, d’un repli identitaire sur le thème : « Les Bretons sont aussi capables de bien travailler », même si, cinquante ans après, les acteurs s’empressent de nier toute tentation xénophobe à l’égard des nouveaux venus. Plus largement, le conflit, sans vainqueurs ni vaincus, semble renforcer durablement le pouvoir ouvrier et notamment cégétiste16 au sein de l’entreprise. Il est révélateur de la capacité des ouvriers des forges à se mobiliser contre toute atteinte à leur intégrité professionnelle. Les ouvriers en gardent un souvenir durable même si l’origine du conflit – à l’exception de la nationalité des concernés – leur apparaît plus floue17. Mais plus qu’une victoire ouvrière, ce conflit est révélateur de l’affirmation d’une forte identité professionnelle fondée sur une importante discipline syndicale.

La mise en évidence du fonctionnement d’une communauté ouvrière en milieu rural

  • 18 « L’implantation d’une usine sidérurgique à Hennebont s’explique assez bien dans le cadre de l’éco (...)

8Le conflit de 1951 permet de marquer les éléments constitutifs de ce monde ouvrier qu’un rapport postérieur renvoie à une réalité du xixe siècle18. De même que la communauté d’habitat, l’identité professionnelle sépare le monde des forges de son environnement. Certes, l’origine lointaine des ouvriers des forges est la campagne, mais il est discutable d’utiliser pour les qualifier le terme maintenant bien défini d’« ouvriers paysans ». En effet, les entretiens ne montrent que rarement une origine directement paysanne; si tel est le cas, ils sont minoritaires. Ils forment l’essentiel des effectifs des fours Martin, poste stratégique puisqu’il est chargé de fournir la matière première des lamineurs.

  • 19 Entretiens L. S. dont le père travaillait au chemin de fer. L. S. A. évoque son grand-père : « [Il (...)

9Au-delà des représentations marquées par la lecture de La vie des forges qui présentent la jeune génération sortant du centre d’apprentissage, et donc valorisée par son diplôme professionnel, les entretiens laissent cependant percevoir une autre réalité : l’intégration de jeunes ruraux sans qualification envoyés « au feu » et marqués par le passage obligé à une soumission au collectif. La majeure partie des acteurs est entrée par tradition familiale. On a un père, un frère, des cousins qui travaillent aux forges et qui facilitent l’intégration, parfois on abandonne un métier pour entrer aux forges19. De fait, se construisent de véritables dynasties qui ancrent une culture ouvrière dans une culture familiale. Cette permanence aux lendemains de la guerre s’explique par le refus d’abandonner un pays familier, par l’absence de toute autre alternative d’emplois et par le niveau de salaire payé aux forges. Pour certains, l’appel de la forge est plus puissant qu’une carrière dorée ailleurs : ainsi, CLB refuse de devenir footballeur professionnel à l’Olympique de Marseille pour revenir aux forges.

Un travail perçu comme dur, viril et donc exigeant

  • 20 Entretiens L. S. A., L. S., L. G.
  • 21 L’une des conséquences de cette technicité est la moyenne d’âge élevé des lamineurs, entretien L. (...)

10Le refus d’une surveillance non issue des ouvriers eux-mêmes ne s’explique pas uniquement par l’atavisme, mais aussi par les caractéristiques des métiers des forges. Nous sommes dans un espace marqué par la dureté et la proximité du feu. Tous les entretiens insistent sur l’extrême pénibilité du travail en raison de l’effort physique nécessaire à l’action sur le métal, du contact prolongé avec la chaleur du métal chauffé au rouge – chaleur aggravée durant l’été, ce qui entraîne la permanence d’un alcoolisme au travail – et des cadences à respecter. De ces multiples évocations surgit la figure du lamineur, symbole de ce travail épuisant. Au fil des entretiens, des lieux sont spontanément évoqués : le laminoir et les fours Martin ainsi que dans une moindre mesure, le « trio » et le fer blanc. Ces ateliers exigent une résistance à la fatigue et à la chaleur : ainsi les témoins évoquent plusieurs fois l’abandon du travail par des ouvriers en période de grosse chaleur, marque d’une indépendance vis-à-vis du travail20. Aucun des lamineurs interrogés n’a eu de formation spécifique. Tous se sont donc formés sur le tas, ce qui est l’occasion d’évoquer les étapes de cet apprentissage et d’insister sur le savoir-faire particulier à ce poste très exposé : force physique pour tenir la cadence et supporter la chaleur de 1200 degrés, courage quand il faut affronter la plaque de métal et la retourner à nouveau, doigté dans le maniement des lourdes tenailles. Le lamineur doit en effet dominer un grand nombre de paramètres et cette maîtrise est acquise par l’expérience21, mais aucune étape n’est particulièrement mise en valeur, les représentations évoquent un déterminisme basé sur la nature : certains y arrivent, d’autres non.

  • 22 Entretien L. S.
  • 23 Les primes composent une part importante des salaires versés, les ouvriers des forges étant généra (...)

11Le travail aux forges est aussi un travail d’équipe et chacun des entretiens le souligne. On parle peu de sa douleur personnelle, mais d’abord des efforts communs qui vont jusqu’à s’opposer aux traditionnelles valeurs revendicatives ouvrières : ainsi cette concurrence entre équipes de production, génératrice de primes, que les témoins s’accordent à juger sévèrement, mais qu’ils considèrent avec une pointe d’excuse22, cinquante ans après, évoquant avec un sourire la carotte de la prime de tonnage23. L’importance du travail en équipe est symbolisée par la stabilité des équipes autour du lamineur, des doubleurs qui repassent une tôle dans les cylindres du laminoir, des rattrapeurs qui récupèrent de l’autre côté du cylindre le métal chauffé et l’enroulent sur le cylindre et enfin des décolleurs, chargés de décoller les plaques de tôle. La bonne coordination des gestes est donc indispensable à l’accomplissement de la tâche et donc du rendement. Dès lors, le travail d’équipe est un ferment de la discipline syndicale, on arrête en équipe. Reste que cette discipline, tant de fois évoquée dans les entretiens, ne concerne pas tous les ateliers de l’usine où existent des différenciations professionnelles.

  • 24 Entretien L. S.
  • 25 Cette définition des postes de travail par rapport au feu est alors une constante des représentati (...)
  • 26 Entretien avec M. P., secrétaire départemental CGT en 1966, le 14 février 2000, ainsi que l’ensemb (...)
  • 27 Entretiens L. S., L. S. A., L. G.
  • 28 Encore que la rapidité avec laquelle un fer blanc, non étamé, rouillé donne un certain poids à cet (...)

12Les ateliers « au feu » sont en effet parés dans les mémoires d’un incontestable prestige, au-delà même de la dureté du travail. Ainsi le « petit train », laminoir plus léger et donc moins pénible que les laminoirs à chaud24, est cependant valorisé par sa proximité du feu, contrairement au laminoir à froid25. L’autre facteur de différenciation est le salaire qui, par le biais des primes ou surprimes, atteint un niveau important, comparable aux salaires de la sidérurgie de l’Est26, mais qui ne concerne que les laminoirs27. Les salaires des lamineurs conditionnent, en effet, les salaires de l’ensemble de l’équipe, payée au « pourcentage du lamineur » : il y a là un facteur essentiel de cohésion du groupe. Reste que de l’avis de tous, un sentiment de jalousie existe au sein de l’usine. Ce sentiment heurte les représentations des lamineurs, vexés que leur investissement physique ne soit pas mieux pris en compte par les autres ouvriers, mais surtout que ces derniers n’aient pas fait le nécessaire pour voir leur salaire revalorisé, alors que les lamineurs, fer de lance de la CGT, se sont investis dans les luttes pour de meilleurs salaires. C’est bien évidemment souligner le rôle stratégique des laminoirs au sein de l’usine qui permet aux lamineurs d’imposer une forte pression sur la direction, ce qui n’est pas le cas des autres ateliers, plus périphériques dans la production, tel que la galvanisation ou l’étamerie28. Cette évocation des luttes menées permet aux mémoires de souligner, cinquante ans après, la solidarité des lamineurs qui arrêtent « au coup de sifflet », alors que les chauffeurs des fours, faute d’expérience d’atelier ou syndicale, n’imposent pas un rapport de forces suffisant pour permettre une augmentation de leurs salaires. Cette relative passivité est alors mise sur le compte du double revenu des paysans-ouvriers, nombreux dans cet atelier, qui impose un statu quo à l’ensemble de l’atelier. C’est souligner les limites de la solidarité, mais aussi de la communication au sein de l’usine. Celle-ci apparaît profondément divisée selon la spécialisation des services, la plus ou moins grande proximité du feu et l’expérience syndicale des ouvriers. La mobilisation et le succès syndical de 1951 mettent donc en évidence la réunion de l’ensemble des revendications d’atelier, au-delà des différences perçues de statut, autour d’un commun dénominateur : l’accès privilégié des ouvriers des forges aux postes de maîtrise garant de leur indépendance professionnelle.

1952, de l’« affaire des pigeons » au déchirement de l’unité intersyndicale°: le syndicalisme CGT aux forges d’Hennebont

  • 29 Sur cette période difficile, L. G. a rédigé, durant sa détention, un cahier très complet de sa vie (...)

13Les grèves de 1949 – qui ont réuni l’ensemble des syndicats – sont oubliées des mémoires, dans la mesure où les revendications salariales rejoignaient sans doute un état d’esprit caractéristique des années de l’immédiat après-guerre marquées par la pénurie. Surtout, ces luttes localisées masquent un fait notable, la non-participation des forgerons d’Hennebont aux luttes nationales de la fin 1947, pourtant initiées par la CGT et le PCF. Cette absence peut s’expliquer par l’isolement géographique, l’absence de terreau lié à la Résistance – la grande majorité des sidérurgistes d’Hennebont a été réquisitionnée pour le STO et envoyée en Allemagne, à Koenisberg29 – ou les difficultés économiques des forges qui apparaissent dès l’après-guerre. De fait, c’est en 1952 que les forgerons vont rejoindre, à retardement, le mouvement national. Ce conflit, par sa longueur et sa dureté, a laissé des traces profondes dans les mémoires au point qu’il est abordé tout à fait spontanément au cours des entretiens par l’ensemble des forgerons interrogés. Il est surtout le support privilégié d’une évocation du poids de la CGT dans la vie des forges.

Le poids écrasant de la CGT dans les représentations syndicales aux forges

  • 30 Entretien L. S., 29 décembre 1999.
  • 31 Entretien M. P.
  • 32 Idem.
  • 33 Id.

14Dans cette usine massivement syndiquée, le poids de la CGT est, en effet, considérable, ce qui peut s’expliquer par l’importance de la syndicalisation. Cet aspect, souvent rappelé, confond l’ensemble des syndicats dans un vaste mouvement syndical : « C’était pas 100 %, mais 95 %, tous n’étaient pas à la CGT, mais la plus grande partie était à la CGT30. » Cet aspect est souligné, de façon encore plus nette, par un témoignage extérieur, celui de M. P., secrétaire départemental de la CGT : « Au point de vue fonctionnement, il n’y avait que la CGT. À un moment donné, il fallait compter 75 % des voix, et il y avait plus de syndiqués qu’il y avait de votes aux élections. Parce qu’aux élections, tout le monde ne vote pas, il y a les malades, mais, la CGT, à chaque élection, faisait le plein des voix, même en dessous du nombre de ses syndicats. Les gars cotisaient à 100 %31. » Les ouvriers des forges sont perçus comme « disciplinés », valeur suprême du militant CGT32. Alors que dans le cas de fermeture d’entreprise, la lutte pour le salaire est abandonnée par les ouvriers, force est de constater qu’elle n’a jamais cessé aux forges. Les termes utilisés laissent transparaître une admiration teintée de condescendance : les ouvriers de forge sont ainsi décrits comme « hargneux », des « bagarreurs » un peu « teigneux », notamment les dirigeants pas « faciles à vivre ». Autant de termes pour évoquer, dans l’esprit d’un responsable policé de la CGT rompu aux débats nationaux, cet esprit à part, d’un autre âge, qu’il explique par l’isolement et l’ascendance paysanne de beaucoup des ouvriers33. Cette combativité constante est un moyen de faire pression tant sur la direction que sur les autorités, comme le confirment les archives préfectorales mesurant avec inquiétude la capacité des syndicats à « tenir » leurs troupes.

  • 34 Entretien E. C., maire d’Hennebont, 16 avril 2003.

15Les liens avec le PCF sont, par contre, ténus. On a ici affaire à des ouvriers durablement marqués par le souvenir de la CGT de 1906. Si E. P., alors maire d’Hennebont, marque l’adhésion des ouvriers des forges au PCF par la vente élevée de L’Humanité Dimanche (200 exemplaires chaque semaine)34, les résultats aux élections municipales, dominées par le docteur Thomas jusqu’en 1959 avec de nombreux ouvriers des forges dans l’équipe municipale, marquent la différenciation très forte faite entre syndicalisme CGT et politique. La politique municipale est une affaire d’hommes, et non d’idées, contrairement à l’engagement syndical où les lignes de fractures demeurent très nettes entre la CGT, la CFTC, à l’identité catholique très marquée, et FO, anticommuniste et laïque. La cellule communiste des forges autour du journal d’usine L’étincelle n’a d’ailleurs fonctionné que de manière sporadique et n’a pas marqué les mémoires, preuves des limites atteintes par le militantisme communiste au sein des ouvriers des forges.

L’affaire des pigeons

  • 35 « Les événements paroxystiques de la grève de juin 1952 ont tellement ébranlé les esprits, couturé (...)

16En 1952 se développent les grandes grèves qui vont marquer les mémoires, y compris des analystes postérieures35. Démarré comme un conflit classique basé sur les revendications salariales, le conflit de 1952 va rapidement prendre un ton original par l’intégration, au sein des revendications, d’une dimension politique autour de l’arrestation de Jacques Duclos au cours de la manifestation organisée à Paris le 28 mai 1952 par le Mouvement de la paix. Cette affaire, devenue « Affaire des pigeons » du fait de la présence de volatiles dans la voiture de J. Duclos, aura de profonds retentissements aux forges.

  • 36 Sur cette affaire, cf. Marcel Piriou : présent à la réunion préparatoire à la manifestation à Renn (...)
  • 37 Des militants CGT de l’arsenal de Lorient sont ainsi licenciés pour ce motif le 16 juin.
  • 38 Il s’agit d’une augmentation des salaires de 15 %, d’une prime d’attente de 3000 francs, de l’éche (...)
  • 39 Arch. dép. du Morbihan (ADM), 985W49.
  • 40 Ouest-Matin, 11 juin 1952.
  • 41 Dés le 16 juin, le sous-préfet note la « lassitude » des ouvriers. ADM, 985W49.

17Dès le lendemain, les événements de la veille sont médiatisés par les tracts tirés par le quotidien communiste Ouest-Matin diffusé dans toute la Bretagne36 et par le porte à porte nocturne des militants. Mais la mobilisation va échouer dans le pays, du fait de l’extrême sévérité des sanctions pour participation à un mouvement politique37. Aux forges, la mobilisation précoce – dès la fin mai – s’appuie sur des revendications locales38 exprimées lors d’une réunion publique le 5 juin39, auxquelles s’ajoute la demande de libération de J. Duclos. Le texte est voté à main levé par les présents et un arrêt de travail de 24 heures est annoncé. À ce cahier de revendication, dont FO et la CFTC se désolidarisent, la direction répond par un ultimatum imposant le lock-out si le travail n’a pas repris le 7 juin au matin. Face à l’intransigeance patronale, la CGT répond par l’annonce d’un arrêt de travail de deux jours et entame donc l’épreuve de force. Le 7 au soir, des pelotons de CRS interviennent à Lochrist pour faire évacuer l’usine tenue par des cégétistes. Si l’évacuation de l’usine se fait sans incident notable, le passage des troupes dans le bourg ouvrier provoque de nombreuses bousculades et radicalise le conflit. La mobilisation, massive du fait de la large syndicalisation cégétiste et du lock-out patronal, est relayée, au jour le jour, par le quotidien Ouest-Matin évoquant le « serment des 1700 » et appelant à la solidarité40 tout en tentant de réunir revendications locales et nationales. De son côté, la direction durcit le ton en annonçant son intention de licencier tous les délégués d’atelier. Le 19 juin, l’ensemble des ouvriers qui entame une marche de la faim vers Lorient se heurte aux forces de l’ordre dès sa constitution à Lochrist. Mais les rentrées d’usine se font de plus en plus massives41 et, le 24 juin, le comité de grève entérine l’échec du mouvement et le licenciement des délégués.

Des représentations durables dans les mémoires cégétistes

18Dans les sources orales est spontanément évoqué par une grande partie des interviewés le souvenir de ce conflit aux conséquences perçues comme « catastrophiques » pour le syndicat CGT. Le licenciement massif des militants les plus aguerris va, de fait, durablement paralyser le fonctionnement du syndicat qui ne pourra affronter les menaces sur les forges qui se concluent, quinze ans après, par la fermeture du site. Reste dans les mémoires une représentation glorifiée du mouvement de grève articulé sur la solidarité, sur la force et le courage physique face aux forces de l’ordre sans nier pour autant l’échec final du mouvement.

  • 42 Entretien L. S.
  • 43 Entretien L. S.
  • 44 Entretien B. L. B.

19Les souvenirs liés à la solidarité sont intimement liés au conflit; en contre-point sont évoquées les souffrances liées à cette longue grève, les enfants sont en partie nourris par la municipalité42, des distributions sont organisées à l’intention des grévistes. Mais cette période est bien celle des privations : « Ça fait mal, et sans salaire… maintenant, quand on est en grève, on demande à être payé des journées de grève, mais à ce moment là on demandait pas, on était en grève, on était en grève43. » Ainsi, on se rappelle les sardines envoyées par les pêcheurs et les grèves de solidarité des dockers de Lorient et de l’arsenal44. Mais le souvenir de cette grève dure est également marqué du sceau de l’affrontement avec les forces de l’ordre, abondamment évoqué, qui permet de souligner la solidarité entre les ouvriers en grève. Quand L. S. évoque l’occupation de l’usine, il met en avant la solidarité des ouvriers par l’intervention des ouvriers du laminoir venus soutenir les salariés enfermés. Cette évocation s’accompagne d’un éloge de la force physique qui, on l’a vu, est l’une des caractéristiques de l’activité des forgerons et de la capacité de guérilla des ouvriers. L’évocation de cette lutte marque un sentiment d’appartenance à un ensemble géographique totalement dominé que ce soit l’usine – L. S. évoque les chausse-trappes placées sur le chemin des forces de l’ordre envahissant l’usine, occasion de souligner la connaissance parfaite des lieux de la part des ouvriers et donc l’appropriation de leur lieu de travail – mais aussi le village d’Inzinzac et des cités ouvrières occupées, elles aussi, par les forces de l’ordre qui voit se réunir l’ensemble des habitants autour des grévistes CGT.

  • 45 Entretien B. L. B. : âgé alors de 38 ans, il prend le relais des délégués d’atelier licenciés.
  • 46 Entretien L. P.
  • 47 Une note préfectorale souligne à l’occasion de la visite d’un responsable national de la CGT en 19 (...)

20« Çà été un désastre pour la classe ouvrière parce qu’après les gens ne pouvaient plus se permettre… La CGT a été en sommeil pendant environ deux ans, là il a fallu que les jeunes redémarrent, on a été à la pointeuse avec le contremaître ce qui n’était pas le cas avant45. » De fait, il faut attendre 1954 pour que se reforme un petit noyau syndical autour du secrétaire Mathurin Le Sauce. Mais le syndicat – « l’autre syndicat46°» comme le rappelle un témoin de cette renaissance – a durablement perdu sa force combative : c’est ainsi que la revendication strictement cégétiste est abandonnée au profit d’une adhésion durable à la démarche intersyndicale dont l’une des figures notables est P. J., secrétaire unanimement respecté de la CFTC. De fait, alors que la CGT se reconstruit avec difficulté47, les mouvements de grève dans l’usine vont largement être le fait d’actions spontanées venues des ateliers. C’est notamment le cas en 1958 et en 1959, sur des bases salariales ciblées de la part d’ateliers stratégiques (étamage et entretien).

  • 48 Entretien B. L. B., mais contesté par L. P. et M. P.
  • 49 G. Le Rouzic, op. cit., p. 67-68.
  • 50 Entretien B. L. B.

21De fait, la mémoire des événements tend pour la plupart à être sélective et l’évocation de la grève de 1952 est immédiatement suivie de l’évocation des manifestations contre la fermeture qui se multiplient au cours des années 68, transformant la nature des rapports entre syndicats et direction. Aujourd’hui encore, les origines de la grève sont discutées en grande partie dans la mesure où la seule trace archivistique est due à une personne notoirement liée à la CFDT et donc perçue, par les ouvriers CGT, comme non fiable. Ainsi, la dénomination de grève politique est niée par les cégétistes qui contestent l’existence d’une clause appelant à la libération de J. Duclos48; plus encore est dénoncé, cinquante ans après, le recours à des lois d’exception – un décret loi de 1808 – pour licencier les meneurs CGT. Surtout, les accusations sont encore vivaces à l’égard des syndicats minoritaires que sont la CFTC – alors clairement marquée à droite – et FO. Il leur est notamment reproché – cinquante ans après – d’avoir provoqué le retour au travail dans le désordre en faisant brûler des torchons de fuel dans les cheminées et d’avoir ainsi laissé croire aux femmes des ouvriers CGT en grève que le travail avait repris, ce qui n’a fait qu’amplifier le mouvement individuel de retour à l’usine et a anéanti l’image de solidarité construite par les cégétistes. Reste que si ce conflit a laissé des traces dans les mémoires, notamment cette déchirure au sein du groupe ouvrier, évoquée par P. J. qui décrit la lourdeur du climat entre grévistes CGT et non-grévistes49, la virulence en a été largement estompée, et n’en a pas gardé trace dans les conflits plus récent, notamment la fermeture. Il fallait oublier, pourtant un témoin sera capable, cinquante ans après, de me donner les noms et le lieu de travail des huit délégués titulaires licenciés50.

22À travers le souvenir de ces luttes qui marquent, par leur prégnance dans les représentations des acteurs, un processus d’appropriation d’une identité disparue, on peut lire la tentation de transcender une histoire ouvrière perçue comme communautaire. Évoquée spontanément, cette période de l’histoire des forges, parce qu’elle valorise une geste ouvrière, permet d’exorciser « la catastrophe » qu’a été, pour chacun des ouvriers des forges, la fermeture de l’usine en 1968.

Notes

1 Ces conflits sont étudiés dans le cadre d’une thèse sur les représentations de l’industrialisation à travers cinq conflits bretons, sous la direction de Jacqueline Sainclivier. Sur la notion d’« années 68 », cf. Geneviève Dreyfus-Armand, Robert Franck, Marie-Françoise Lévy, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), Les années 68, le temps de la contestation, Paris, Édition Complexe, 2000, 525 p.

2 L’ensemble des entretiens a été décrypté et figure en annexe de la thèse.

3 Entretien avec L. S. A., lamineur, 17 juillet 2000.

4 Voyage aux forges d’Hennebont, La montagne des forges d’Hennebont, 1984, La bataille des forges d’Hennebont, 1986, parus aux Éditions La Digitale.

5 Tout dernièrement, les animateurs de l’Écomusée annoncent vouloir ouvrir les archives aux chercheurs intéressés, ce dont on ne peut que se féliciter. Ar Men, juillet-août 2004, n° 141, p. 28.

6 Jean-Jacques Becker, « La mémoire, objet d’histoire », Écrire l’histoire du temps présent, 1993, p. 117.

7 Certains entretiens expriment cependant un agacement sensible devant cette appropriation de la mémoire ; entretien B. L. B., fumiste, 15 février 2000.

8 Entretien L. G. A., modeleur, 13 juillet 2000.

9 Marcel Piriou, alors secrétaire départemental CGT, Quai des humbles, Éd. Ouvrières, 2001, 275 p.

10 Marie-Claire Lavabre, Le fil rouge : sociologie de la mémoire communiste, Presses de la FNSP, 1994, 319 p.

11 Marie-Claire Lavabre, « Usages du passé, usage de la mémoire », Revue française de sciences politiques, vol. 44, n° 3, juin 1994, p. 480-493.

12 Pieter Lagrou, Mémoire patriotique et occupation nazie, Éd. Complexe, 2003, 360 p.

13 Entretien L. G. A.

14 Gisèle Le Rouzic, La bataille…, op. cit., p. 35.

15 Entretiens L. S., lamineur, 29 décembre 1999.

16 Seuls les délégués de la CGT sont visés par la mesure de révocation patronale.

17 Entretien L. G. A.

18 « L’implantation d’une usine sidérurgique à Hennebont s’explique assez bien dans le cadre de l’économie française du XIXe siècle », Premier ministre, Le problème de la conversion des forges d’Hennebont, mai 1966, rapport officiel dit « livre blanc », 28 p., p. 1, Arch. municipales d’Hennebont 2F3-2.

19 Entretiens L. S. dont le père travaillait au chemin de fer. L. S. A. évoque son grand-père : « [Il] était cultivateur et tisserand, il faisait les deux. Mais çà c’est déjà du passé. » Il n’en reste pas moins que l’origine directement rurale des ouvriers n’a pas disparu ainsi B. L. B. et L. P. ont des parents cultivateurs.

20 Entretiens L. S. A., L. S., L. G.

21 L’une des conséquences de cette technicité est la moyenne d’âge élevé des lamineurs, entretien L. G.

22 Entretien L. S.

23 Les primes composent une part importante des salaires versés, les ouvriers des forges étant généralement payés à la tâche

24 Entretien L. S.

25 Cette définition des postes de travail par rapport au feu est alors une constante des représentations ouvrières dans la sidérurgie. Gérard Noiriel, Longwy, immigrés et prolétaires, PUF, 1984, p. 363.

26 Entretien avec M. P., secrétaire départemental CGT en 1966, le 14 février 2000, ainsi que l’ensemble des autres entretiens.

27 Entretiens L. S., L. S. A., L. G.

28 Encore que la rapidité avec laquelle un fer blanc, non étamé, rouillé donne un certain poids à cet atelier.

29 Sur cette période difficile, L. G. a rédigé, durant sa détention, un cahier très complet de sa vie, loin de chez lui. Cette initiative est due, de son propre aveu, à une volonté de justification par rapport à une norme marquée par la participation à la Résistance.

30 Entretien L. S., 29 décembre 1999.

31 Entretien M. P.

32 Idem.

33 Id.

34 Entretien E. C., maire d’Hennebont, 16 avril 2003.

35 « Les événements paroxystiques de la grève de juin 1952 ont tellement ébranlé les esprits, couturés les cœurs de mauvaises cicatrices, fait bourgeonner des abcès purulents, qu’à eux seuls ils occultent le souvenir des précédentes luttes pourtant révélatrices à maints égards des formes du mouvement ouvrier aux Forges d’Hennebont », G. Le Rouzic, op. cit., p. 30.

36 Sur cette affaire, cf. Marcel Piriou : présent à la réunion préparatoire à la manifestation à Rennes, il privilégie la thèse du complot, op. cit., p. 92.

37 Des militants CGT de l’arsenal de Lorient sont ainsi licenciés pour ce motif le 16 juin.

38 Il s’agit d’une augmentation des salaires de 15 %, d’une prime d’attente de 3000 francs, de l’échelle mobile, de la prime de vacance et des trois semaines de congés payés.

39 Arch. dép. du Morbihan (ADM), 985W49.

40 Ouest-Matin, 11 juin 1952.

41 Dés le 16 juin, le sous-préfet note la « lassitude » des ouvriers. ADM, 985W49.

42 Entretien L. S.

43 Entretien L. S.

44 Entretien B. L. B.

45 Entretien B. L. B. : âgé alors de 38 ans, il prend le relais des délégués d’atelier licenciés.

46 Entretien L. P.

47 Une note préfectorale souligne à l’occasion de la visite d’un responsable national de la CGT en 1956 que sa présence « s’explique par le désir de la CGT de remonter un syndicat dont l’influence, tout en restant grande, ne fait que décroître », ADM, 985W49.

48 Entretien B. L. B., mais contesté par L. P. et M. P.

49 G. Le Rouzic, op. cit., p. 67-68.

50 Entretien B. L. B.

Auteur

Doctorant en histoire

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540