Version classiqueVersion mobile

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Première partie. Les relations collectives du travail

La CGT et les comités d’entreprise dans les années 1950

Jean-Pierre Le Crom

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Créée par l’ordonnance du 22 février 1945, l’institution des comités d’entreprise (CE) doit beaucoup à la CGT. Celle-ci fait partie des organisations composant le Conseil national de la Résistance dont le programme commun prévoit « la participation des travailleurs à la direction de l’économie ». En décembre 1944, le rapporteur du projet d’ordonnance à l’Assemblée consultative provisoire n’est autre qu’Albert Gazier, éminent militant réformiste de l’organisation. Quant à la loi du 16 mai 1946, qui pose le véritable statut moderne du CE, elle est signée par le ministre du Travail Ambroise Croizat, l’ancien secrétaire général de la puissante Fédération de la métallurgie.

L’influence de la CGT se lit aussi dans l’économie du dispositif. Il fait en effet la part belle aux syndicats les plus représentatifs qui ont le monopole de candidature aux deux premiers tours des élections, peuvent proposer la révocation ad nutum d’un élu en cours de mandat et disposent de représentants non élus aux ...

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search