Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Première partie. Les relations collectives du travail

L’Union locale des syndicats CGT d’Elbeuf (Seine-Inférieure/Maritime) de 1947 à 1962

Pierre Largesse

Full text

1Comment l’Union locale (UL) des syndicats CGT d’Elbeuf a-t-elle affronté entre 1947 et 1962 les mutations économiques et sociales ? Quel fut son rôle pendant les grèves de 1947 et 1953 ? La répression à partir de 1938 et sous l’Occupation a fait disparaître des dizaines de militants. Les conquêtes sociales de la Libération sont appréciées certes, mais les difficultés de la vie quotidienne sont tellement grandes, qu’elles sont le premier souci. Dans cette période, les difficultés s’accumulent pour la CGT : idéologie de la Guerre froide, scission, habileté du patronat qui, sans complexe, vise à reconquérir le terrain perdu, à trouver des relais politiques, à diviser les salariés, et reprend l’offensive sociale.

2Nous traiterons en fin de ce texte des conséquences de l’investissement des militants ouvriers dans les organismes paritaires sociaux et dans les municipalités. L’Union locale a-t-elle pu, a-t-elle su faire face aux multiples défis auxquels ses militants étaient confrontés ?

3Notre travail, portant sur une période que nous avons vécue, sera donc une monographie locale qui, en signalant des spécificités, montre comment elle s’insère dans l’évolution de l’histoire générale.

Les mutations économiques et sociales et leurs conséquences. Le contexte local

4Le territoire de l’UL est celui du canton d’Elbeuf : dix communes à la population très inégale. Celle-ci évolue – nous arrondissons – de 36°600 habitants en 1946 à 43°200 en 1962 (+ 18 %) ; elle atteindra 52°300 en 1975 (+ 43 % par rapport à 1946).

5Si le secteur textile meurt pendant cette période, si le chômage est latent (24 heures hebdomadaires en 1952) d’autres implantations industrielles s’effectuent, notamment dans la chimie (Rhône-Poulenc à Saint-Aubin en 1946), dans la métallurgie (Piles Hydra) et aussi la Régie Renault à Cléon (loi foncière du 6 août 1953, en dépit des entraves des dirigeants lainiers) dont la production démarre le 1er septembre 1958 (1°000 salariés en 1959, 3°000 en 1962). D’autres entreprises de moins de 1000 salariés s’implantent elles aussi : confection, chimie, petite métallurgie, bâtiment.

6Dans le textile, on dénombre 7°000 salariés en 1944, 5000 en 1947, 4°800 encore en 1960 ; mais il n’en reste plus que 1540 en 1969 (-78 %). Les deux tiers de l’effectif sont des femmes dont le salaire subit un abattement de 10 % ; le salaire horaire est mince : 12 à 13 francs de l’heure en 1946 (18 francs dans le bâtiment). De plus, Elbeuf est dans une zone salariale au taux inférieur à celui de Rouen, pourtant proche. Cela explique les migrations journalières des ouvriers vers les usines de la banlieue rouennaise (ateliers de chemins de fer, chimie, pétro-chimie, papeteries, chantiers navals, ports, etc.), souvent par cars. Là, l’implantation de la CGT est bien affirmée, solide. Ce n’est pas le cas du textile elbeuvien où le patronat, qui a une longue expérience de « ses » salariés, maîtrise la stratégie sociale à employer. Le patronat, confronté à la concurrence dans un secteur où la main d’œuvre est une part importante du prix de revient, ne cherche guère d’autre solution que de maintenir de bas salaires ou même de ne pas appliquer les accords paritaires signés ; c’est le cas en juin 1947. Les salariés sont donc sur des positions défensives : contre le chômage, contre la baisse du pouvoir d’achat et lutte en vain dans cette conjoncture contre les fermetures d’usines. Le barème des salaires est d’une extrême complexité, le travail au rendement est général, dans des ateliers séparés les uns des autres, où la mentalité est proche des petites usines et même de l’artisanat. Tout cela porte plutôt à l’individualisme encouragé par le paternalisme et la multiplicité des « petits chefs » guère mieux payés, pourtant. C’est chez les ouvriers de l’entretien, sollicités par l’offre de la concurrence extérieure que nous constatons des salaires meilleurs et c’est chez eux que nous relevons par ailleurs les noms de bien des dirigeants du syndicat textile.

Évolution des directions de l’Union locale

  • 1 Nous avons étudié les forces syndicales locales en utilisant les déclarations faites à la municipa (...)

7Une tentative de reconstitution des bureaux dirigeants au fil du temps est gravement lacunaire, faute de sources locales suffisantes1. Le 31 décembre 1944, 1610 adhérents et dix syndicats sont déclarés à la municipalité ; le 12 février 1945, douze syndicats et 1835 adhérents ; le 24 novembre 5500 adhérents. Ensuite, les congrès de la période étudiée ne nous renseignent plus sur cet aspect, ni en archives, ni dans la presse. Cependant les grèves de 1953 verront la création de nouvelles sections d’entreprise et 600 adhésions. À titre indicatif, c’est en 1985 que l’on atteint les 9°000 adhérents.

8Au lendemain de la guerre, la direction de l’UL compte quatre syndicalistes du textile sur sept dirigeants ; un sur cinq en 1953 et en 1968. Le premier souci d’un syndicaliste est d’abord son entreprise, sa fédération syndicale et ensuite seulement l’Union locale. Les dirigeants de celle-ci s’en plaignent en faisant ressortir ce qu’elle peut apporter du point de vue juridique, la nécessaire solidarité aux petites structures, l’éducation syndicale, la législation du travail, etc. C’est seulement en 1953 qu’un ouvrier de la chimie, en 1967 qu’un métallurgiste de la Régie Renault entrent au bureau de l’UL. La section syndicale de l’entreprise nationale, dont le recrutement du personnel déborde largement le canton a, depuis 1958, consacré tous ses efforts au développement de son organisation et jusqu’à cette date n’a pas manifesté d’intérêt envers une structure locale inter-corporative.

9Aucune femme au bureau de l’UL parmi les dirigeants en 1944 ; une (habillement) en 1946 ; aucune en 1953 ; deux en 1968.

Revendications et grèves

10En début de période, les premières revendications concernent la vie quotidienne : ravitaillement, temps de travail. La journée commence à 7h30 et se termine à 17h30 avec une demi-heure pour le repas. La mise en place des conventions collectives remises en cause pendant la guerre, la lutte constante pour que les patrons (petits surtout) appliquent les arrêtés ministériels favorables à la classe ouvrière demandent beaucoup d’énergie et de pugnacité. Par ailleurs, en 1945 et 1946, la CGT est partie prenante dans les appels à la production pour reconstruire la France ; le 3 février 1945, le syndicat textile lance « un appel aux ouvriers pour (qu’ils) veulent bien travailler une heure de plus à titre gracieux, à seule fin de venir en aide aux combattants de l’armée française qui se battent vaillamment pour repousser et vaincre l’ennemi ». Le préfet signale que les ouvriers « suivent difficilement et désirent en contrepartie des améliorations immédiates » (ADSM 1MP 802). Le patronat tente, à l’exemple de la Charte du travail de Vichy, de mettre en place des « Unions » ou « Associations professionnelles » et y réussit dans un premier temps. Fin 1944, dix ont été créées, quinze le sont en 1945. Mais si quelques syndicalistes de la CGT apparaissent dans un premier temps à leur bureau (où le nom du patron apparaît en premier), ils démissionnent, mis en alerte par l’UD et la Fédération du textile. Cependant le Comité inter-entreprises du Textile Elbeuf-Louviers, voulu par le syndicat patronal qui le désigne pour signer les conventions collectives, ne peut être contourné. Déjà, la représentativité réelle de la CGT est mise à mal par rapport à la CFTC ou à « L’Union philanthropique » [sic] qui y siègent. Les tentatives de fusion syndicale ou même d’union avec la CFTC se heurtent à un refus de sa part.

11L’activité revendicative prend souvent la forme d’une lettre envoyée à l’inspecteur départemental du travail, ou au maire d’Elbeuf, voire au préfet auprès desquels des délégations sont envoyées, pour dénoncer la non-application de la législation, comme nous l’avons évoqué. Même en mettant le patronat en cause dans cette forme épistolaire, l’affrontement de classe est distancié.

12En juillet 1946, un arrêt de dix minutes a lieu dans les usines pour protester contre la diminution de la ration de pain, pour l’application de la Sécurité sociale, pour que les jeunes aient un mois de congé et non quinze jours. À cette époque le patronat tente de prendre des sanctions. Le 24 novembre, une manifestation a lieu contre le maintien de la carte de pain et contre l’abattement de 10 % sur le salaire féminin.

13L’année 1947 est une année charnière où les affrontements politiques, l’anticommunisme vont avoir des répercussions. La population continue de souffrir : restrictions d’électricité, de charbon. Des usines ne tournent plus que 4 jours – du mercredi au samedi. Le rationnement de pain (réduit à 250 grammes en mai), de lait et produits laitiers, de viande, de vêtements, de chauffage, le marché noir, exaspèrent la population ; le 25 mars, 9000 travailleurs défilent et manifestent à Elbeuf. L’Union locale et les syndicats s’efforcent de maîtriser des explosions de colère, sans toujours y parvenir ; bien des hésitations et des retards se manifestent. Il faut aussi noter que beaucoup de militants sont encore nouveaux et font vite appel aux responsables de l’UD ou des fédérations qui ne sont pas toujours là et dont les discours « passent » moins bien. De son côté, le patronat jette de l’huile sur le feu : Lecerf à Saint-Aubin réintroduit le système Bedaux si vilipendé pendant les grèves de 1936 et la présence de chronométreurs provoque une grève de 5 heures. Le mot d’ordre du Congrès confédéral de 1946, « Produire pour mieux vivre », juste à l’époque, est maintenant contesté à la base.

  • 2 Raymond Barberis, Luttes et ruptures de l’année 1947, Montreuil, IHS-CGT, 1998.

14Le tripartisme à la direction du gouvernement, la présence de ministres communistes sont mis en cause et avec habileté, le patronat du textile d’Elbeuf, soutenu par la presse locale aux mains de la droite, va jouer sur ces données politiques. La grève « pour le pain », en mai 1947, en est un exemple. Le vendredi 2 mai, plusieurs milliers d’ouvriers, « au-delà des revendications salariales mettent au premier rang l’exigence vitale au plein sens du terme, qui est la leur2 ». À Elbeuf, la grève a un caractère spécial puisque l’appel émane du Comité d’entreprise des établissements Blin et Blin et non d’une organisation syndicale. C’est son président, Ernest Blin en personne, qui le signe « représentant l’unanimité du personnel et de la direction groupant environ 1500 personnes, qui protestent énergiquement contre la diminution de la ration de pain » (à 200 grammes).

  • 3 Il s’agit de Marcel Paul, ministre communiste.

« Pour appuyer cette protestation, il décide à l’unanimité un arrêt de l’usine limité à une matinée à titre d’indication et prévoit que, si la ration n’est pas augmentée pour les travailleurs, et surtout pour ceux qui ont accepté de travailler plus de 40 heures, des manifestations plus prolongées pourraient avoir lieu. Le Comité exécutif insiste donc auprès du ministre de la Production industrielle3 pour qu’il intervienne auprès de ses collègues pour que des mesures soient prises afin de remédier à cette situation intenable. » (Suivent huit signatures).

  • 4 Dominique Leroux, Le syndicat du textile CGT d’Elbeuf de 1940 à 1964, Maîtrise, IRED, Université d (...)

15Une trentaine d’usines se joignent au mouvement dans une sorte « d’union sacrée » paradoxale qui embarrasse les dirigeants de l’UL. Prenant la parole à la Bourse du travail, André Jourdain, secrétaire, après avoir donné quelques renseignements sur la crise du pain, invite les ouvriers présents à reprendre le travail. Fernand Legagneux, secrétaire de l’UD, dresse un tableau de la situation politique et alimentaire. Il adjure tous les travailleurs de rester unis au sein de la CGT et de ne pas décréter la grève sans mot d’ordre de leurs dirigeants. Ceci afin de ne pas faire le jeu de certains employeurs dont le but est de saboter les organisations syndicales. Dans son étude sur le syndicat du textile, Dominique Leroux estime : « Il semble que lors de ce mouvement, les cégétistes se soient laissé déborder et qu’ils n’aient pas su dénoncer les patrons qui poussaient sciemment à la grève, offraient des moyens matériels et signaient les pétitions4. »

16Le 4 mai, Paul Ramadier révoque les ministres communistes. On notera qu’en août, lorsque la ration de pain est réduite à 200 grammes, aucune protestation, aucune initiative ne se manifesteront du côté patronal. Pourtant, 2°000 à 3°000 grévistes occupent les usines. En juin, les petits et moyens commerçants ont annoncé une grève, mais l’évolution politique, semble-t-il, les y fait renoncer. Les luttes prennent une tournure nouvelle. Elles touchent les ouvriers du bâtiment, les cheminots et la fonction publique ; la CFTC qui « met en garde contre une agitation stérile » et FO ne s’y associent pas. Elles se succèdent et se multiplient ; elles sont plus dures et portent surtout sur les salaires. Leur forme s’inscrit vraiment dans la lutte des classes, dans la dénonciation de l’attitude du gouvernement socialiste, du Plan Marshall, etc. En septembre, l’UL CFTC s’associe à la grève. Elbeuf connaîtra les affrontements internes à la CGT qui conduiront à la scission et à la création de Force ouvrière. L’Union locale s’affirme pour un syndicalisme de masse et de classe. Sur le plan national, les problèmes de la paix ou de la guerre dominent tous les autres. Les grèves de novembre/décembre, commencées le 15 novembre, portent sur le chômage imposé par les coupures d’électricité et les horaires imposés, deux jours à 10 heures, et deux matinées et deux après-midi de sept heures. Le 21 novembre, 800 personnes seulement sont réunies, mais à la suite d’attaques contre le gouvernement de Robert Schumann, 500 personnes quittent la salle. Le 26, 1°200 personnes votent la grève générale. Le patronat du textile organise un vote à bulletins secrets dans ses établissements : les non-grévistes l’emportent. Le Comité interentreprises, dont nous avons parlé, vote la reprise. FO distribue des tracts en faveur de la reprise. La CFTC lance « un appel au calme et affirme son soutien au gouvernement ». La CGT est donc isolée et le 10 décembre, la grève est finie. Le Journal d’Elbeuf commente le 13 : « La reprise du travail c’est surtout la victoire du syndicalisme propre. [ !] »

17L’Union départementale estime que l’UL d’Elbeuf fonctionne mal, car le syndicat du textile qui en formait le noyau, a des difficultés dues à une mauvaise organisation. Une secrétaire nationale de la Fédération du textile vient alors à Elbeuf. Ces grèves ont précipité la scission sur le plan local.

18Le Congrès constitutif de la CGT-FO se tient le 12 avril 1948. Des syndicats d’entreprise se sont constitués : ainsi qu’à Elbeuf nous enregistrons le 26 janvier celui des Métaux, le 13 février celui de l’Habillement, le 17 février celui des ouvriers et employés de la ville d’Elbeuf et plus tardivement, en avril celui des Employés (surtout des Banques) et celui d’une usine de céramique. L’assemblée générale constitutive de l’UL FO n’aura pas lieu avant le 1er décembre 1950.

L’Union locale CGT de 1948 à 1950

19De la fin de 1947 à 1948, les grèves se multiplient, surtout pour des revendications salariales. Le 17 septembre 1948, le syndicat patronal décide « que la plus grande fermeté doit être opposée aux revendications ouvrières ». En octobre 1948, l’UL décide d’accueillir une cinquantaine d’enfants de mineurs, ouvre une collecte, organise les transports et l’accueil.

20À la fin de l’année, une grève limitée, reposant cette fois sur des revendications unitaires, est assez suivie (appel commun CGT, CFTC, FO, Union philanthropique). Les cadres, qui vont pourtant bénéficier de l’indemnité hiérarchisée de 3000 francs, « dénoncent l’exploitation politique de la misère des salariés ». En 1950, les usines de textile qui survivent ne font plus que 24 heures, la semaine. Les UL demandent la création d’un fonds de chômage et obtiennent l’appui de municipalités, mais le ministère s’y oppose. Un protocole d’accord signé avec le syndicat patronal est signé le 18 septembre 1950, mais peu après, l’UL-CGT le dénonce. Un nouveau protocole dans le textile, dont est exclue la CGT, est signé le 9 juin 1953; l’éditorial du Journal d’Elbeuf (3 juillet) le considère de ce fait comme capital : « La lutte des classes doit être reléguée au magasin des accessoires inutiles et surannés […] Il est possible que cette initiative […] marque une véritable révolution dans les relations patronales-ouvrières. » Cet optimisme va bientôt être démenti.

Les grèves d’août 1953

  • 5 Sur le plan départemental, cf. Vincent Vitry, Les grèves d’août 1953 en Seine-Inférieure: radiosco (...)
  • 6 Les décrets Laniel remettaient en cause les droits à la retraite.

21Les grèves d’août 19535 commencent le 11, en même temps qu’au Havre avec les Tréfileries et Laminoirs. Pour la première fois, à notre connaissance, les agents des services publics et les fonctionnaires qui subissent l’offensive de l’État contre ses propres employés sont à l’avant-garde du mouvement : postiers, électriciens, gaziers, cheminots et communaux du canton pour l’abrogation des décrets gouvernementaux concernant les retraites6. Dans le privé, on exige toujours plus de sacrifices des salariés. Les métallos de chez Pélisse et ceux de la CIPEL se joignent au mouvement et ne reprendront le travail que le 8 septembre. Un appel est lancé aux travailleurs du textile. Ceux-ci et les salarié(e)s de la confection commencent à entrer dans l’action le vendredi 14. On signale aussi des débrayages dans le bâtiment et la chimie. Une motion déposée à la mairie contient une demande d’augmentation horaire de 25 francs, la suppression de l’abattement de zone, l’abrogation des décrets-lois Laniel, une journée supplémentaire de congé pour trois ans d’ancienneté et la « suppression des cadences infernales ». Le lundi 17, les grosses usines du textile (Blin et Fraenckel) sont partiellement en grève, tout comme Les Piles Hydra. Une succession de grèves touchant diverses usines se manifeste dans la chimie et les filatures (Masurel, 200 salariés sur 220).

  • 7 Vincent Vitry, op. cit., p. 28.

22À l’initiative de la CGT, une réunion tenue le jeudi 20 se termine par un communiqué commun des UL CGT, CFTC et FO, qui se sont mises d’accord pour déposer et soutenir les revendications « par l’action de leurs syndicats respectifs en leur laissant la liberté de choisir les moyens appropriés ». Il est impossible de préciser davantage un appel à l’action. Néanmoins, un regain d’action se manifeste la semaine suivante dans des entreprises du textile qui ont eu tendance à reprendre. Le 1er septembre, on recense 1900 grévistes dont 1800 dans le textile. Alors que la tendance va vers une atténuation des grèves dans le pays et dans le département, Elbeuf enregistre alors une aggravation. Vincent Vitry s’interroge : « Faudrait-il y voir la détérioration des relations entre ouvriers et patrons du textile7 ? »

23Si l’État utilise l’intimidation – réquisitions, justice, police –, si le patronat s’entête dans ses refus de négociation, les municipalités ont une attitude plus compréhensive. Le jeudi 27, le conseil municipal d’Elbeuf, dans une réunion spéciale, vote à la demande des conseillers communistes et socialistes (minoritaires) des secours en nature aux grévistes. Le 3 septembre, on dénombre encore plus de 1°200 grévistes dans le seul textile. Selon la presse locale, la reprise du travail n’a pas lieu avant le mardi 8 septembre.

24En étudiant cette période, on constate qu’après une crise interne au début des grèves (le secrétaire général ne la suivait pas et s’y opposait), la nouvelle équipe dirigeante de l’UL CGT, plus jeune, plus dynamique, joue pleinement son rôle. Les militants issus du textile y sont certes encore présents mais minoritaire. La grève – que nous avons pleinement vécue – est impressionnante par sa durée et son organisation : réunions tous les jours, création de sections syndicales dans les entreprises qui se sont nouvellement implantées (600 adhésions, notamment de femmes et de jeunes). Des comités de solidarité ont une action remarquable et prennent de nombreuses initiatives : collectes de pommes de terre dans les campagnes, de légumes chez les maraîchers, répartition des denrées et des fonds des collectes près des commerçants, garde des enfants des grévistes. La générosité des couches moyennes est un facteur nouveau. Par son action, la CGT veut faire en sorte que la classe ouvrière ne soit plus isolée; elle veut gagner la sympathie de l’opinion locale. Les élus sont mis au pied du mur et interpellés « Avec qui êtes-vous ? » On notera une évolution chez les dirigeants locaux de la CFTC qui n’hésitent plus, comme au temps de ses relations privilégiées avec le MRP, à mettre directement en cause les dirigeants politiques; chez eux, c’est aussi le reflet de la place grandissante des syndicalistes de la Régie Renault où elle devient majoritaire, à partir de 1958. Dans la section syndicale CFTC de la Régie, les minoritaires de Reconstruction prendront la direction du syndicat.

25Mais du côté de FO, l’anti-communisme des dirigeants qui continuent de dénoncer la « CGT-K », se heurte localement à une volonté d’union dans l’action des militants de base. En dépit du fait que bien des militants soient au Parti socialiste, ce syndicat, en temps que tel, ne veut pas prendre de position politique (du moins publiquement), quelque néfaste que soit l’action gouvernementale. Mais les syndicalistes FO et les socialistes locaux sont amenés à radicaliser leurs discours. Le Journal d’Elbeuf met lui-même un bémol à son anti-communisme – pour un temps.

26En octobre, faute de commandes pour la collection de printemps, de grandes usines drapières – Fraenckel-Herzog, Nivert et Bourgeois, Masurel – doivent fermer. À l’initiative de l’UL CGT, un appel diffusé à 5000 exemplaires est alors contresigné par le SNI, l’UFF et le PCF. L’union est encore bien étroite, limitée, comme on le voit. Sur le plan national, des dirigeants du PC et de la CGT sont arrêtés et l’UL fait signer des pétitions. Dans les entreprises, les syndicats CGT, eux, sont dans l’action pour les revendications et pour les grandes luttes politiques. Les élections des délégués du personnel et aux CE montrent que bien des salariés ne suivent pas les pressions des adversaires qui assimilent étroitement le PC et la CGT.

27Pour mesurer l’influence respective chez les salariés de chaque organisation syndicale, nous avons étudié les élections sociales de la période.

Les élections à la Sécurité sociale (1947-1962)8

  • 8 Presse locale et Gérard Adam, Atlas des élections sociales en France, Armand Colin, 1964.

28Le canton est pourvu d’une Caisse primaire dont les salariés des entreprises sont ressortissants; toutefois ceux qui travaillent en dehors du canton dépendent des Caisses de Rouen ou d’Évreux.

29Les premières élections ont lieu le 24 avril 1947. Il y a trois listes de 12 candidats en présence : une liste CGT, une liste CFTC et une « liste d’Action sociale de l’Association départementale des prisonniers de guerre » (ACPG). Cette dernière est, selon nous, celle de la droite masquée : un pointage des candidats locaux révèle un seul ouvrier, trois voyageurs de commerce, trois employés et, en tête de liste, des cadres de la Caisse d’épargne, dont Pierre Lebret qui sera conseiller général Républicain indépendant puis maire d’Elbeuf ainsi que d’autres futurs conseillers municipaux « centristes ». Ils prétendent néanmoins réunir « en leur sein toutes les couches de la population » et géreront « en dehors de tout ce qui aurait un caractère politique ».

  • 9 Dont trois travaillent à l’hôpital d’Elbeuf où cette organisation est bien implantée.

30La CFTC qui présente quatre femmes9, trois salariés du textile, mais aucun de la métallurgie ou du bâtiment, rappelle ses positions, constantes depuis 1919 : « La Sécurité sociale doit aider les familles, c’est une œuvre de solidarité humaine dans la mesure où elle respecte la liberté de l’homme, il ne faut pas qu’elle devienne la machine à assister de l’État, ou le moyen de pression d’un parti ou d’une secte. » La CGT présente 9 ouvriers, un employé, un contrôleur des PTT, un agent de maîtrise. Un tiers des candidats sont issus du textile. Deux femmes figurent sur la liste. La plupart des candidats sont des responsables de sections syndicales.

31Vingt-cinq bureaux de vote ont été installés dans les entreprises – de 29 à 1671 inscrits – et le plus important (300 inscrits) à l’Hôtel de Ville pour le reste des salariés du canton. Le taux de participation varie entre 62 et 100 %. La CGT obtient 64 % des suffrages et huit sièges. Avec 19 %, la CFTC est talonnée par la liste des ACPG (17 %) et chacune de ces listes a deux sièges.

32Les élections du 8 juin 1950 vont être tragiques pour la CGT. La campagne électorale lancée tardivement (fin avril) est reléguée au second plan, car toutes les énergies sont mobilisées à la lutte pour la paix (appel de Stockholm) et sur le plan revendicatif pour l’attribution immédiate d’une prime de 3000 francs à tous les salariés. Les thèmes de la campagne de l’UL sont : la gratuité des produits pharmaceutiques et l’élimination des patrons des conseils d’administration. Le Journal d’Elbeuf, qui est très lu à cette période et qui paraît deux fois la semaine, axe toute sa propagande sur l’anti-communisme et joue ici la carte FO : il insère en bonne place et in extenso ses déclarations mais n’insère que in extremis et partiellement le programme de la CGT. Celle-ci présente une liste qui compte un tiers de candidats issus du textile pourtant en déclin, un tiers de la métallurgie et un candidat seulement de la chimie (mais aucun de Rhône-Poulenc). Les quatre femmes ne sont pas en position d’être élues. C’est dire, par ces choix routiniers, le retard qui se manifeste dans l’organisation et les mentalités syndicales à cette date !

33La CGT obtient 32,3 % des suffrages, la moitié du taux de 1947. FO arrive en seconde position (24,6 %) suivie de la CFTC qui recule un peu – 2,3 points – et les ACPG davantage (-4,1 points). La Mutualité, qui se présente pour la première fois dans cette Caisse, obtient 13,4 %. C’est une douche froide pour les dirigeants de l’UL; et cela d’autant plus que c’est le recul le plus important du département.

34Pour les élections du 17 novembre 1955, la campagne de la CGT est axée sur trois points : suppression de la cotisation ouvrière, gratuité complète des soins, amélioration de l’assurance-vieillesse. La liste locale comporte encore une majorité de syndicalistes issus du textile, de la confection et de l’alimentation. Pour la première fois, un salarié de Rhône-Poulenc est candidat; Jean Lemercier est un syndicaliste fermement implanté et reconnu dans son entreprise. Cinq femmes sont candidates.

35La CGT gagne 17 points (39,4 %); elle est nettement en tête : le creux de la vague ou de la courbe est passé, reflet d’une meilleure implantation dans les entreprises en expansion. Les autres organisations baissent : FO, -4,1 points; la CFTC, -3,3 points; la Mutualité, -3,1 points.

36Aux élections du 13 décembre 1962 le contexte économique de l’agglomération a évolué : la chimie connaît une expansion et plus encore la métallurgie où les syndicats CGT sont mieux implantés, recrutent, dirigent des comités d’entreprise, preuves de leur capacité de gestion. Le déclin du textile s’accentue. La liste des candidats CGT reflète cette évolution sociologique : quatre salariés de Rhône-Poulenc, deux de Renault-Cléon – dont le secrétaire adjoint du syndicat –, deux des services publics, seulement deux du textile. Cette fois, la CGT obtient la majorité des suffrages avec 51,1 %. FO continue de reculer malgré les efforts persistants du Journal d’Elbeuf, dont le rédacteur en chef est un de ses militants; la CFTC, bien implantée à la Régie Renault, atteint 21 %; le Syndicat indépendant (droite), déjà présent en 1955, obtient 7,9 % des voix. Dans sa campagne, la CGT a mis en avant le mot d’ordre de « Reconquête de la Sécurité sociale ».

37Acteur et reflet des évolutions économiques et des grandes luttes de la période, l’Union locale d’Elbeuf, dans un contexte social difficile dû au déclin du textile, a pu faire face, non sans mal et non sans retards, aux changements. La difficulté a été parfois de se faire reconnaître par les travailleurs dans les moments de tension sociale, dans son rôle de dirigeant et, est-il nécessaire de le dire, de négociateur par le patronat. La période étudiée nous mène à la veille d’une période de croissance, d’un mieux-vivre, pour lequel toutes les luttes ont été menées. Mais, d’un autre côté, l’équipement ménager, la sollicitation des loisirs, le désir de faire construire vont mobiliser bien des énergies individuelles et familiales et, là comme ailleurs, les militants pour l’UL sont d’autant plus difficiles à maintenir.

  • 10 En 1977, quatre municipalités du canton seront conquises par la gauche.

38Le rétablissement de la position de l’UL réside aussi dans l’évolution de ses moyens de propagande, objet de cours dans les écoles syndicales. L’acquisition de matériel moderne pour l’édition des tracts, les apprentissages de la technique, de la rédaction, de l’argumentation, de la diffusion commencent à s’appliquer. C’est en 1968 que l’on en verra les manifestations les plus évidentes. La presse locale et rouennaise étant aux mains de la droite, les tracts syndicaux, liant le concret de la vie quotidienne à l’orientation du pouvoir politique, qui semblaient dérisoires, aboutiront un jour à faire basculer l’opinion10.

39Ayant été engagé dans l’action syndicale de cette époque entre autres périodes, je livre ici quelques appréciations personnelles, que je soumets au jugement des historiens universitaires et/ou syndicalistes, puisque c’est en somme, le but du présent ouvrage.

40L’apprentissage de la gestion dans les comités d’entreprise, dans les mutuelles, dans les conseils d’administration de la Sécurité sociale, des hôpitaux, dans les conseils municipaux aura deux conséquences : d’une part la reconnaissance par l’opinion, en général, du sérieux des militants, mais de l’autre, le fait est que le temps passé dans ces organismes (avec leurs commissions, réunions préparatoires, comités techniques) est du temps soustrait à l’action syndicale sur le terrain, dans l’entreprise, en gardant le contact avec les salariés. C’est vraiment un problème très difficile, vécu douloureusement; et d’autant plus que l’illusion de l’efficacité de la gestion, d’un point de vue de classe, dans certains organismes va persister y compris après l’évolution de la législation qui fera disparaître la place majoritaire des salariés, puis définitivement, les élections sociales. Une réflexion s’impose : dans quelle mesure ce vécu individuel pousse-t-il vers l’acceptation de la voie réformiste ? Déjà, la manœuvre niant la représentativité réelle de la CGT au profit du comptage par confédérations syndicales se met en place et s’aggravera sous la Ve République. Bien entendu, cela correspond aux souhaits du patronat, à la volonté de l’État-patron ainsi que des directions des services publics. Hélas, cela n’a pu se faire qu’avec la complicité des confédérations syndicales concurrentes et quelquefois adverses.

  • 11 Pour leurs renseignements et leurs souvenirs, je remercie Jacqueline Bénétreau, Charles Fouache et (...)

41C’est dans les grands mouvements de lutte sociale que pour un temps, l’union dans l’action, souci des meilleurs, sera retrouvée. C’est seulement à ces grands moments que le rapport de forces entre ceux qui ne veulent plus vivre comme avant et ceux qui ne peuvent plus maîtriser la situation, fera évoluer la répartition des fruits du travail, les mentalités, les rapports sociaux et enfin le droit du travail11.

Notes

1 Nous avons étudié les forces syndicales locales en utilisant les déclarations faites à la municipalité et les élections à la Sécurité sociale en 1947, 1950, 1955 et 1962. Deux cents fiches à destination du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français (DBMOF) ont été établies. Des annexes, non publiées, répertorient les directions de différentes unions locales, par tendances, selon les congrès, avant, pendant et après la période étudiée ici.

2 Raymond Barberis, Luttes et ruptures de l’année 1947, Montreuil, IHS-CGT, 1998.

3 Il s’agit de Marcel Paul, ministre communiste.

4 Dominique Leroux, Le syndicat du textile CGT d’Elbeuf de 1940 à 1964, Maîtrise, IRED, Université de Rouen.

5 Sur le plan départemental, cf. Vincent Vitry, Les grèves d’août 1953 en Seine-Inférieure: radioscopie d’un mouvement original, Maîtrise, Université de Rouen, 1999.

6 Les décrets Laniel remettaient en cause les droits à la retraite.

7 Vincent Vitry, op. cit., p. 28.

8 Presse locale et Gérard Adam, Atlas des élections sociales en France, Armand Colin, 1964.

9 Dont trois travaillent à l’hôpital d’Elbeuf où cette organisation est bien implantée.

10 En 1977, quatre municipalités du canton seront conquises par la gauche.

11 Pour leurs renseignements et leurs souvenirs, je remercie Jacqueline Bénétreau, Charles Fouache et son épouse, Maurice Bourgeois, Marcel Hubaille, Guy Courtois, Jacques Leclère ; pour leur accueil à l’UL-CGT, Henri Coffard, Pascal Lamotte ; pour leur aide technique, Martine Bekaert et Fabrice Voisin, ainsi que Françoise Bazin-Largesse et Francis Concato pour leurs avis après lecture de mon texte.

Author

Institut CGT d’histoire sociale de la Seine-Maritime

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Terms of use: http://www.openedition.org/6540