Version classiqueVersion mobile

À coups de cases et de bulles

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Lydie Bodiou
, 
Jean-Philippe Martin
, 
et al.

Conclusion

Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Jean-Philippe Martin et Héloïse Morel

Texte intégral

  • 1 Se reporter à son ouvrage, Je voulais juste que ça s’arrête, Paris, Fayard, 2017.
  • 2 Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud et al. (dir.), On tue une femme. Le féminicide, histoire et actuali (...)

1De la réalité à la fiction, d’incessants mouvements se produisent. Jacqueline Sauvage, condamnée à dix ans de prison pour avoir tué de trois coups de fusil son mari violent, puis graciée par le président de la République, devenue, malgré elle, l’icône des violences faites aux femmes, a mis en perspective le phénomène des violences conjugales1. Pendant longtemps, il a été minoré, voire ignoré, nimbé d’une sorte de molle indifférence, inscrit dans quelques registres, où, au mieux, apparaissant dans la rubrique de faits divers sous l’étiquette « drame familial », « drame passionnel », ou encore « drame de la jalousie ». La campagne médiatique, le tohu-bohu autour du procès de Jacqueline Sauvage, le téléfilm (2018) dans lequel Muriel Robin l’incarne, au moment où, de toutes parts s’élèvent des voix pour dénoncer les féminicides2, a montré que les frontières entre faits de société, procès pénal et adaptation télévisuelle étaient perméables. Des caricatures et des dessins de presse s’en sont emparés, et il est vraisemblable que la bande dessinée se saisira à son tour de « l’affaire » de celle qui « voulait juste que ça s’arrête ».

  • 3 Quentin Zuttion, Touchées, Paris, Payot Graphic, 2019.
  • 4 Marine Spaak, « Passer à la casserole ». Et si on parlait du viol au sein du couple », une analyse (...)

2Les brutalités commises contre les femmes ne se limitent pas aux violences conjugales, que la convention d’Istanbul et les organisations internationales, notamment l’ONU Femmes et l’OMS, ont appelé le « féminicide intime ». Il en existe de multiples formes. Viols, séquestration, harcèlement, lapidation, crimes sadiques, mariages forcés… rien pratiquement n’échappe au 9e art et pourtant le regard porté sur les violences a été pendant longtemps celui d’auteurs masculins qui, dans les planches, restituaient des agressions physiques et morales. Le corps violenté des femmes était celui que se représentaient les hommes sans que les questions relatives au pouvoir que ce regard porté sur elles pouvait produire. Depuis, auteurs et autrices ont poursuivi cette quête. L’abondante littérature pornographique met en scène, au-delà du corporel, la domination masculine. Quant aux œuvres les plus récentes, hommes et femmes s’y essayent. C’est ainsi que Quentin Zuttion dans Touchées a restitué trois parcours, ceux de Lucie, Tamar et Nicole, toutes trois victimes de violences sexuelles, qui optent pour l’escrime pour se reconstruire. Les troubles et les traumatismes traversent tout le récit3. Les réseaux sociaux offrent aussi de multiples possibilités. C’est ainsi que la dessinatrice Marine Spaak, a fait connaître, par le biais de l’expression, « Passer à la casserole », le viol conjugal largement tabou4.

  • 5 Michelle Perrot, Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 1998.

3Le présent ouvrage sans prétendre à l’exhaustivité, traite des formes, des circonstances et des atmosphères. Il aborde aussi les moments et les lieux, les acteurs et actrices des récits graphiques, sans oublier d’interroger le contexte social de la bande dessinée en se demandant si on peut observer une évolution dans le dessin et le traitement scénaristique. Mais le premier temps consiste bien à aller au-delà du silence5 et de l’invisibilité pour rendre compte des violences faites aux femmes.

Rendre visible

  • 6 Par exemple Éric Cobeyran et Thierry Murat, Elle ne pleure pas, elle chante, Paris, Delcourt, 2004  (...)
  • 7 Pénélope Bagieu, « La BD doit être représentative du monde qui nous entoure », Les Inrockuptibles, (...)

4Le temps est long et le chemin escarpé pour porter à la connaissance de tous certains thèmes jugés difficiles, particulièrement les sujets sociaux qui parlent de la famille, du corps, des sexualités, du handicap, de l’inceste, de l’avortement ou de manière générale des violences. Les dernières générations d’auteurs et scénaristes de bandes dessinées s’en sont pourtant emparées depuis quelques années6. Parce que la « BD doit ressembler à ce qui nous entoure7 » affirme l’auteure Pénélope Bagieu. C’est souvent affaire d’histoire privée des auteurs, affaire de militantisme aussi, mais pas seulement. Certains récits ont démarré sous forme de blog et ont connu la notoriété par les réseaux sociaux, d’autres acquièrent la reconnaissance du papier et de l’album. Car il existe nombre d’amateurs de bandes dessinées aux profils variés et aux attentes diverses. À l’une des extrémités les inconditionnels du 9e art qui collectionnent les albums, courent les festivals et traquent les dédicaces ; à l’autre les lecteurs et lectrices du moment, de l’album parcouru dans la salle d’attente du dentiste, emprunté à la médiathèque, posé au pied du sapin ou offert lors d’un anniversaire. La bande dessinée est un media qui s’adresse à tous les âges, les genres, sans distinction sociale, chacun puisant à sa mesure aussi bien une histoire dessinée distrayante qu’un message politique, social et culturel.

  • 8 Liv Strömsquist, « Nous vivons un âge d’or de la BD féminine », Libération, entretien par Clémentin (...)
  • 9 Liv Strömsquist, L’Origine du monde, Rackham, 2016.
  • 10 Liv Strömsquist dans Les sentiments du prince Charles, Rackham, 2016 montre aussi que le mariage es (...)

5La suédoise Liv Strömsquist se range dans la seconde catégorie8. Son album L’Origine du monde9 est une sorte d’essai mis en bandes dessinées qui traite de l’organe sexuel féminin – le clitoris, l’orgasme, les règles, etc. –, son histoire et sa représentation culturelle10. Près de 150 pages jouent sur le décalage entre des textes intelligents et bien documentés, une plume acérée teintée d’humour, le tutoiement du lecteur et des dessins minimalistes majoritairement en noir et blanc et d’autres, chatoyants, donnent une impression faussement naïve et enfantine. Faisant voler en éclat les idées fausses autour du sexe féminin en convoquant toute une galerie de penseurs, médecins, philosophes, pédagogues, psychanalystes qui, depuis l’Antiquité, ont cadenassé la sexualité féminine lue au prisme de celle des hommes et au service du patriarcat. Mêlant humour et sérieux L’Origine du monde est un OVNI qui intègre aussi de l’iconographie venant de l’histoire de l’art et de la littérature, il s’agit d’une lecture féministe qui interroge le lectorat et la société dans laquelle il vit de manière décontractée et érudite à la fois.

  • 11 « And the winner is… Pénélope Bagieu ! », France culture, La Grande Table, par Olivia Gesbert, le 1 (...)
  • 12 Pénélope Bagieu, « Dans le monde de la BD, pour certains, je reste un malentendu », Le Monde, entre (...)

6Le succès phénoménal de Culottées de Pénélope Bagieu est le produit d’une rencontre. Un sujet : des femmes fortes, intelligentes, célèbres ou anonymes dans les ailleurs et les autrefois « qui ne font que ce qu’elles veulent ». Chacune d’entre elles s’est affranchie, d’un milieu ou d’un contexte ; chacune a « osé abattre des barrières, a non seulement changé sa vie, mais elle a contribué, à son échelle, à faire bouger les lignes ». Une intention : peu de cases, peu de pages, sous forme de portrait ; il s’agit de raconter une histoire à tous et à toutes : « C’est quand même un art populaire, la bande dessinée, qui est fait pour tout le monde. […] C’est la façon la plus simple de raconter une histoire11 », faire connaître la reine des bandits Phulan Devi ou l’athlète Cheryl Bridges ou redécouvrir la danseuse Joséphine Baker et la collectionneuse d’art moderne Peggy Guggenheim. Pénélope Bagieu imprime un message clair et fort, porté par une profession qui a longtemps ignoré les femmes12 :

  • 13 Pénélope Bagieu, « Les héros de BD étaient tous des hommes, à part la Schtroumpfette », Paris Match(...)

« Mon féminisme est sorti remonté comme un coucou de toute la promo que j’ai faite pour Culottées et, à la fois, complètement miné par la fatigue militante. Car on se heurte à une résistance vraiment coriace. Là où auparavant je voyais de la maladresse et de la méconnaissance de la part d’un vieux monde un peu grincheux, aujourd’hui je vois une haine farouche des femmes. Et des gens qui ont intérêt à ce que les choses ne changent pas. En même temps, j’ai aussi rencontré de vraies battantes, militantes dans des pays où il y a tout à faire et qui m’ont redonné la foi ! Cela a été une leçon13. »

  • 14 Pénélope Bagieu est la première auteure de bande dessinée française à obtenir le prestigieux Eisner (...)

7Un public : publiés en ligne par Le Monde et édités chez Gallimard en 2016 et 2017, les albums ont connu un succès phénoménal en France et à l’étranger, traduits en 17 langues et publiés dans 22 pays14. Le public adolescent s’en est largement emparé :

  • 15 Ibid.

« Mais ce lectorat plus jeune est plus engagé et plus militant. Ces gamines de 10 ans que j’ai rencontrées lors de dédicaces et qui ont des clubs de lecture féministes dans leur classe en sixième, elles me tirent vers le haut. Cela devient un devoir pour moi, c’est elles qui obligent à se bouger15 ! »

8Mettre au centre de ces histoires courtes, qui possèdent la force des messages incisifs, des destinées féminines, c’est certainement la meilleure manière d’attirer l’attention sur les femmes actrices de l’histoire et de leur propre vie. De cette façon, les injustices qui leur sont faites ouvrent la voix au dévoilement de toutes les formes de violences qu’elles ont connues et continuent à subir. Comme les Culottées, les contributions du présent volume montrent que les femmes de chair ou de papier ne se laissent pas enfermer dans le statut de victimes.

  • 16 Le travail émotionnel associé au départ au monde du travail, comme la charge mentale, a été théoris (...)
  • 17 Emma, La charge émotionnelle et autres trucs invisibles, Massot, 2018 et Des princes pas si charman (...)
  • 18 Les Inrockuptibles, « Pourquoi il faut lire la bande dessinée d’Emma sur la charge émotionnelle (et (...)

9Emma Clit est une bloggeuse qui a connu un immense succès sur les réseaux sociaux en postant ses BD comme autant de tranches de vies, illustrant des situations communes et partagées par chacun et par chacune. C’est d’ailleurs un constat terrible : les petites choses de la vie courante sont autant de discriminations et d’inégalités intégrées et acceptées. Emma est connue d’abord pour avoir mis en scène la charge mentale puis la charge émotionnelle qui pèse sur les femmes, sur les mères dans tous les pans de leur vie quotidienne autant privée que professionnelle16. L’ouvrage La charge mentale et autres trucs invisibles est sorti en 201817. Emma frappe juste en mettant en lumière cette inégalité femmes-hommes, invisible et partagée. Simple et efficace son dessin comme son message touchent parce que précis et ancré dans le quotidien ; il effraie aussi tant il éclaire la capacité de résignation et d’acceptation18. Ces situations et ces violences inaperçues se retrouvent à maintes reprises dans les contributions du présent ouvrage. Car si les violences physiques sont les plus immédiatement perceptibles, elles s’accompagnent de toute une série d’humiliations, de brutalités psychologiques et de dénis.

  • 19 Projet crocodiles. Histoires de harcèlement et de sexisme ordinaire mises en BD par Juliette Boutan (...)
  • 20 Thomas Mathieu, Les crocodiles, Paris, Le Lombard, 2014.
  • 21 Thomas Mathieu et Juliette Boutant, Les crocodiles sont toujours là, Paris, Casterman, 2019.
  • 22 Frédéric Potet, « En BD, Thomas Mathieu croque les machos », Le Monde, 14 septembre 2020, [lemonde. (...)

10Le Projet Crocodiles de Thomas Mathieu est aussi né d’un Tumblr en 2013 rassemblant des témoignages « de femmes victimes de harcèlement sexuel et sexiste. Initialement centré sur le harcèlement de rue, nous avons également reçu et dessiné des témoignages de harcèlement dans le monde du travail, d’agressions, des failles de la police dans la prise en charge des plaintes, et dernièrement des violences obstétricales et gynécologiques19 ». Le premier volume dessiné par Thomas Mathieu, seul, en 201420 propose des scènes de la vie ordinaire, dans un métro, dans la rue, au stade de foot, à l’hôpital ou au travail, en épousant le point de vue des femmes. Le second album, à quatre mains, Les crocodiles sont toujours là21, scénarisé par Juliette Boutant reprend la ligne et l’intention première : l’agresseur est un crocodile, « un reptile à sang froid et visqueux était l’image parfaite pour rendre le ressenti des témoignages ». Il est aussi le seul colorisé en vert, couleur de la nature, de la chance, de la prospérité et attachée à l’argent à la richesse matérielle, mais couleur de la jalousie, de la colère et de la rage. La couleur et l’animalisation des hommes focalisent l’attention du lectorat sur leurs comportements ici généralisés ; ils sont un collectif prédateur sans distinction ni hiérarchie22.

  • 23 Huo-Chao-Si et Appollo, La Grippe Coloniale, Paris, Vents d’Ouest/Des Bulles dans l’Océan, 2012, t. (...)

11Dans les textes rassemblés dans À coups de cases et bulles la violence insupportable dans toutes les situations met en scène des prédateurs variés, autant de figures du crocodile : le mari jaloux, le douanier qui profite de son statut pour imposer une relation sexuelle, le super-héros qui dispose d’un pouvoir sans pareil, l’esclavagiste tout puissant, les passeurs pour lesquels les femmes sont des marchandises…, mais les femmes résistent à l’instar d’Emma de Villiers qui amoureuse du tirailleur Voltaire, brave la haute société réunionnaise, se moque des convenances et du carcan imposé par l’ordre colonial23. Ailleurs des jeunes filles et des femmes plus âgées s’insurgent en premier lieu contre les connivences masculines. Il n’en reste pas moins que dans les mangas comme dans les bandes dessinées relevant de ligne claire le harcèlement sexuel se trouve présenté comme un phénomène commun, inconvenant, mais finalement admissible, par la majorité des crocodiles.

La diversité des approches

  • 24 Journal de la Jeunesse, 1889.

12Même dans ses formes les plus divertissantes et les plus éloignées de toute volonté de raconter le quotidien ou le monde tel qu’il est, la bande dessinée reflète la société, lointainement, sans en avoir l’air. À travers l’examen des représentations de la famille dans les bandes dessinées, il est possible de se forger une image de la place des femmes au sein de la cellule familiale et de voir apparaître, de loin en loin, des scènes de violences conjugales. En 1830 Rodolphe Töpffer propose Monsieur Cryptogame, une comédie dont la structure du récit fait comiquement référence à celle de l’Odyssée. Dans ce roman en estampes Cryptogame est hanté par l’idée d’être bigame, marié à deux femmes qui constituent une sorte de synthèse des représentations des femmes de vaudeville. Successivement virago, charmeuse, épouse, maîtresse, mère, meurtrière ou veuve, elles ne sont guère épargnées par l’auteur suisse qui va même jusqu’à faire littéralement exploser de colère l’une d’elles. Une mort violente destinée à provoquer le rire des lecteurs. Chez Töpffer la gent féminine fait partie de la vis comica tout comme les petits-bourgeois et le progrès, toutes choses dont l’auteur suisse semble se méfier. Quelque cinquante ans plus tard Christophe caricature la bourgeoisie française avec sa fameuse Famille Fenouillard24 et Joseph Porphyre Pinchon déplace légèrement le curseur pour focaliser sur les habitus des bourgeois parisiens en s’intéressant à la fameuse Bécassine, petite bonne bretonne, à partir de 1905. De nombreuses histoires de la BD franco-belge se déploient dans le cadre de familles normées, standardisées sur le modèle de Boule et Bill de Jean Roba (1959), Le petit Nicolas de Goscinny et Sempé ou la série Titeuf de Zep (années 1990). Le modèle familial proposé la plupart du temps peut se résumer à la formule « papa au boulot et maman aux fourneaux », établissant le patriarcat comme une norme dont la femme ne peut tenter de s’affranchir qu’en provoquant le rire, à l’instar des tyranneaux domestiques que l’on peut découvrir dans certaines bandes dessinées américaines. On pense évidemment à Bringing up father de George McManus (1913) ou à Winnie Winckle the breadwinner de Martin Branner (1920), séries dans lesquelles les épouses guettent souvent leurs maris, un rouleau à pâtisserie à la main. Un des conflits le plus souvent mis en scène et qui est aussi un ressort de l’humour dans les BD voit l’affrontement du père et de la mère, parfois physiquement : c’est une constante dans les family strip américains dans lesquels les maris sont les souffre-douleurs de leurs épouses. Des images de soumission que l’on retrouve aussi bien chez Popeye que chez Disney. Ces représentations sont aussi familières pour le lecteur français. On pense évidemment aux corrections administrées aux hommes dans Astérix, notamment par Bonemine à l’endroit d’Abraracourcix le chef de la tribu. Mais pour aucun des cas évoqués il ne va pas s’agir de condamner le paterfamilias mais au contraire de moquer les maris incapables de se faire respecter au sein de leurs foyers. C’est ce renversement du modèle qui est source de comique. Et il est à noter cependant que très souvent l’ordre est rétabli le temps d’une correction infligée par son conjoint à la femme trop indépendante.

  • 25 Le nouvel Observateur, 1973-1981.
  • 26 Le nouvel Observateur, 1988-2009.
  • 27 Xavier Mussat, Sainte Famille, Ego comme X, 2001.
  • 28 Jean Van Hamme et Francis Vallès, Les Maîtres de l’Orge, Grenoble, Glénat, coll. « Grafica », 1992- (...)
  • 29 Balac et Yslaine, Sambre, Grenoble, Glénat, coll. « Caractère », 1986-2018, 8 albums.
  • 30 Art Spiegelman, Maus, t. I : Mon père saigne l’Histoire, Flammarion, 1987 et Maus, t. II : Et c’est (...)
  • 31 Nina Bujevac, Fatherland, Nantes, Ici Même Éditions, 214.

13Comme le montrent plusieurs contributions rassemblées dans le présent ouvrage, la représentation non plus suggérée mais référentielle des violences conjugales semble relever plus largement de bandes dessinées destinées aux adultes. Qu’il s’agisse d’évoquer sur un mode satirique les conflits entre générations, comme c’est le cas dans les chroniques de familles post-soixante-huitardes aux bords de la crise de nerfs dépeintes par Claire Brétecher dans Les Frustrés25 puis Agrippine26 ou le traumatisme adolescent dû à des années de conflit entre parents en instance de divorce comme celui rapporté dans sa bande dessinée autobiographique, Sainte Famille par Xavier Mussat27. « Familles, je vous hais ! Foyers clos, portes refermées, possessions jalouses du bonheur », écrit André Gide dans Les nourritures terrestres. C’est dans l’intimité de la maison familiale, de la chambre conjugale que les conflits naissent se développent et s’enracinent parfois pendant longtemps. Les sagas familiales regorgent de ces conflits dont le socle peut être d’ordre économique ou symbolique. Ainsi Francis Vallès et Jean Van Hamme nous invitent à suivre sur quatre générations le destin d’une famille de brasseurs fait d’affrontements, de trahisons et de déchirements (Les Maîtres de l’orge)28. Mouvement comparable dans Sambre et La guerre des Sambre d’Yslaire, un drame historique et familial fleuve29. Cette somme, débutée en 1986 est un hommage à une certaine littérature du xixe siècle faite d’amours impossibles et de destins tragiques avec, en toile de fond, l’histoire sociale et politique du temps. Les oppositions politiques ou sociales, les conflits d’ordre psychologique, les secrets de famille constituent le nœud narratif d’un très grand nombre de bandes dessinées. On songe évidemment à Maus (1987, 1991), d’Art Spiegelman, qui repose sur le vécu et le récit du père de l’auteur, Vladek, juif polonais rescapé d’Auschwitz30. Le récit alterne la représentation des souvenirs narrés par le père (sa femme et lui avaient été déportés et avaient réussi à survivre) et les relations des deux hommes en 1978 à New York à l’occasion de la collecte desdits souvenirs. Après avoir, dans un comics de 1972 intitulé Prisonnier de la Planète ENFER, dont certaines planches sont insérées dans Maus, raconté le suicide de sa mère, Art Spiegelman met ainsi en lumière une relation père-fils conflictuelle ayant pour source le génocide des juifs. Dans Fatherland, Nina Bunjevac attribue aux tensions géopolitiques liées à la guerre Froide et aux nationalismes balkaniques l’implosion de sa propre cellule familiale31. Notamment l’engagement jusqu’à la mort de son père dans la voie terroriste pour défendre l’indépendance serbe, conduira sa mère à fuir cet homme, emmenant avec elle ses deux filles.

  • 32 Loïc Dauvilliers et Jérome d’Aviau, Inès, Grenoble, Glénat, coll. « Roman graphique », 2009.
  • 33 Sylvain Ricard et James, À la folie, Paris, Futuropolis, 2009.

14Témoignages, récits inspirés de faits réels et autobiographiques, le roman graphique offre des images saisissantes de brutalités conjugales et domestiques et permet de mieux comprendre les mécanismes des violences à l’œuvre. C’est le cas dans Inès de Loïc Dauvilliers et Jérome d’Aviau32, où, entre quatre murs, le compagnon aimé se mue progressivement en bourreau ou dans À la folie de Sylvain Ricard et James33 (2009), récit construit autour de deux monologues d’un couple qui s’est installé dans la violence physique et psychologique. Marine Spaak, quant à elle, a entrepris de décrypter les mécanismes pernicieux du viol conjugal dans sa bande dessinée Passer à la casserole (2014). À partir d’une enquête menée par la chercheuse Amandine Michez, elle explique comment l’expression « passer à la casserole » témoigne de la soumission au devoir conjugal et de la difficulté à identifier un viol dans certains cas. Dans un entretien accordé à Terra Femina elle justifie le recours à la bande dessinée pour témoigner du phénomène :

  • 34 Marine Spaak, « Passer à la casserole, la BD qui débanalise le viol conjugal », entretien avec Elsa (...)

« Les analyses ont pour but de produire du contenu documenté qui puisse servir d’outil d’information offrant un éclairage et un décryptage minutieux de la société. Je suis convaincue que la BD (de même que la vidéo) est un bon moyen pour diffuser largement des idées. Personne ne se dit en rentrant chez soi : “Super, je vais lire une analyse de 15 pages sur le viol conjugal”… Alors que jeter un œil à la BD Passer à la casserole, ça fait moins peur. Cela rend le contenu accessible à des personnes qui n’auraient pas forcément pensé à se renseigner sur ce thème34. »

Les effets de la littérature graphique

  • 35 Sophie Lambda, Tant pis pour l’amour, Paris, Delcourt, 2019.
  • 36 Gilles Ratier, « Rapport sur la production d’une année de la bande dessinée dans l’espace francopho (...)
  • 37 L’enquête sur la bande dessinée en France proposée par la Cité internationale de la bande dessinée (...)
  • 38 « Après plusieurs entretiens téléphoniques avec différentes autrices de BD, le constat est partagé  (...)

15Le regard évolue en fonction de ce qui devient supportable ou insoutenable. Dire les violences est une première étape à laquelle se joint la mise en images. Au travers des différentes contributions du présent livre, on perçoit la variété des représentations, qu’il s’agisse de suivre un chemin de compréhension du phénomène de l’emprise, comme c’est le cas de Tant pis pour l’amour de Sophie Lambda35, ou d’une violence faites aux femmes « impensée », inscrite dans une vision stéréotypée des femmes souvent reléguées à des rôles secondaires. Cette transformation des perceptions va de pair avec la création de collectifs de dessinatrices à partir des années 1970. Selon un rapport de 2016 rédigé par Gilles Ratier36, les femmes représentent 13 % des auteurs de bandes dessinées francophones européens. Quant aux lectrices françaises, elles sont inférieures au nombre de lecteurs puisqu’elles représentent 21 % contre 38 % d’après la dernière grande enquête de 201137. La féminisation en marche de la bande dessinée s’accompagne de la valorisation de dessinatrices des années 1970 comme l’illustre la publication de l’intégral des Wimmen’s comics en 2019 chez Komics Initiative. Alors inconnu en France, ce collectif d’Américaines du milieu du comics underground permet de découvrir un autre pan du genre où sont abordés les violences, l’avortement, les droits des femmes. La visibilisation passe également par la création de collectifs comme celui des créatrices de bandes dessinées contre le sexisme en 2015 qui dénonce les propos sexistes dont elles sont victimes dans leur carrière38.

  • 39 Jung Kyung-a, Femmes de réconfort. Esclaves sexuelles de l’armée japonaise, Paris, Au diable Vauver (...)
  • 40 C. Gît, Satu. Journal d’une violence ordinaire en France (20009-2012), Yu, 2012.

16Pourtant, il existe une forte production féminine qui détermine de nouvelles formes de représentations. Parmi les productions abondantes de bandes dessinées où les violences faites aux femmes sont abordées, le lectorat trouve une grande diversité : l’autobiographie (Persépolis de Marjane Satrapi, Trop n’est pas assez d’Ulli Lust), l’histoire (Femmes de réconfort. Esclaves sexuelles de l’armée japonaise de Jung Kyun-a, Fille de rien de Sylvain Ricard et Arnü West), les représentations graphiques (Satu de C. Gît)… et didactiques comme les bandes dessinées de Liv Strömquist qui transmue des théories et essais de sciences humaines et sociales sur les problématiques de genre en dessins. Ainsi, ses dessins, au style très graphique en noir et blanc, s’accompagnent-ils de nombreuses références bibliographiques. Dans Femmes de réconfort. Esclaves sexuelles de l’armée japonaise39, la dessinatrice sud-coréenne Jung Kyung-a mêle aux dessins des photographies d’archives pour retracer l’histoire des femmes raptées par l’armée japonaise durant la Seconde Guerre mondiale et victimes de viol par les soldats. La force des archives et notamment de témoignages est relayée dans ce récit graphique. L’effet produit est celui du dévoilement d’un événement historique peu connu et faisant encore l’objet de débats politiques et historiographiques entre le Japon et la Corée. Ces bandes dessinées deviennent un véritable objet mémoriel. En microédition graphique, l’exemple du livre Satu, publié en 2012, par C. Gît est exemplaire40 : il s’agit de représenter les meurtres, de femmes, d’hommes et d’enfants dans le cadre de violences conjugales de l’année 2010. Le crayonné noir représente la victime au moment de sa mort. Le seul texte donne : le lieu et la date d’une femme étranglée, d’une autre immolée, d’une troisième ensanglantée… L’ambiance pesante au fil des pages provoque le trouble. Le livre commence explicitement par « memor ».

  • 41 Muriel Salmona a fondé l’association Mémoire traumatique et victimologie en 2009 dans l’objectif de (...)

17Cette littérature graphique provoque également un phénomène de dévoilement : montrer l’inacceptable, celui des corps meurtris. La réappropriation de la parole et du discours par les femmes dans le milieu de la bande dessinée l’illustre. La fin de l’invisibilité commence par le fait que ces dessinatrices et autrices existent. Et lorsqu’elles s’emparent des sujets comme celui des violences masculines faites aux femmes, la bande dessinée fonctionne quasiment comme un manuel de défense à l’usage de femmes victimes. L’enjeu par l’image est de donner les clefs de compréhension du phénomène de l’emprise qui a été défini par la psychiatre Muriel Salmona41. Ainsi en est-il de la bande dessinée de Sophie Lambda Tant pis pour l’amour qui aborde les mécanismes de l’emprise, le contrôle par l’autre sous couvert d’« amour ». La bédéaste met son expérience en partage afin de prévenir, de prémunir contre de tels comportements. La bande dessinée peut être considérée comme cathartique pour l’autrice en premier lieu, pour certaines lectrices et éventuellement comme révélatrice de phénomènes subis ou vécus. Comprendre le fonctionnement des auteurs de violences et les traumatismes subis par les victimes permet de mieux lutter contre le système des violences. Par là même, au-delà du dévoilement et de la dénonciation, l’idée de réparation se glisse.

18Maintenant, on peut imaginer une inversion, comme Le Monde à l’envers, celui des images d’Épinal du xixe siècle. C’est là l’objet du livre Héroïnes. La représentation féminine en bande-dessinée publié en 2016 à partir d’une exposition. Réunissant vingt-deux dessinatrices et dessinateurs, l’objectif est de pasticher les classiques de la bande dessinée pour renverser les stéréotypes. Ainsi naissent Astérixe et Obélixe sous les crayons de Catel, Coco Maltese, Tintine, Micheline Vaillant et d’autres. Le voyeurisme sans vergogne d’un Petit Spirou prend les traits de Seccotine, personnage féminin secondaire de Spirou et Fantasio, créée par Franquin, journaliste collante des aventures des deux compères. Yan Le Pon l’imagine enfant dans Le Petit Spirou, cherchant à découper le maillot de bain d’un homme. Pastiche, retournement d’une couverture originale de l’album de 2005, C’est du joli. L’image interpelle sur l’inversion : cette petite fille aux allures sages, jouant des codes du masculin interroge sur ce qui est donné à voir aux enfants.

19L’ensemble de ces couvertures, visibles sur le Tumblr Héroïnes42, permet de prendre la mesure des inégalités de traitement réservées aux personnages féminins dans des bandes dessinées classiques. Il en va de ce mouvement, comme le montrent nombre de contributions du présent ouvrage. Quant aux questions d’actualité, elles concernent moins les personnages de papier que les auteurs. En effet, de l’autre côté de l’Atlantique, dans le milieu des comics, une vague de révélation datant de juillet 2020 ébranle le monde du 9e art43. Si les autrices de comics sont nombreuses et les collectifs paritaires, les abus sexuels semblent faire l’objet de dénonciation par plusieurs femmes à l’égard de leurs collègues.

20Les récits graphiques désormais disponibles témoignent d’une lame de fonds, non seulement de nouvelles héroïnes apparaissent, mais elles interrogent nos habitudes, bousculent les conventions et ébranlent la domination masculine. Cette dynamique ne concerne pas seulement les personnages de papier, elle accompagne l’essor et la reconnaissance des dessinatrices, scénaristes et coloristes et la transformation du lectorat, celui des lectrices mais aussi des hommes acquis à la cause féministe.

Notes

1 Se reporter à son ouvrage, Je voulais juste que ça s’arrête, Paris, Fayard, 2017.

2 Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud et al. (dir.), On tue une femme. Le féminicide, histoire et actualités, Paris, Hermann, 2019 ; Lydie Bodiou et Frédéric Chauvaud, Les archives du féminicide, Paris, Hermann, 2022 et Christelle Taraud, Féminicides. Une histoire mondiale, Paris, La Découverte, 2022.

3 Quentin Zuttion, Touchées, Paris, Payot Graphic, 2019.

4 Marine Spaak, « Passer à la casserole ». Et si on parlait du viol au sein du couple », une analyse FPS, illustrée par Marine Spaak, @DansMonTiroir, Femmes plurielles, 2018. On lui doit également, Sea, Sexism and Sun, Chroniques du sexisme ordinaire, Paris, First Éditions, 2019.

5 Michelle Perrot, Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 1998.

6 Par exemple Éric Cobeyran et Thierry Murat, Elle ne pleure pas, elle chante, Paris, Delcourt, 2004 ; Aude Mermilliod, Il fallait que je vous le dise, Bruxelles, Casterman, 2019. Silver, « Je m’éclate quand je dessine des gens queers heureux », Jock, 31 janvier 2020, [jock.life].

7 Pénélope Bagieu, « La BD doit être représentative du monde qui nous entoure », Les Inrockuptibles, 20 janvier 2020, [lesinrocks.com].

8 Liv Strömsquist, « Nous vivons un âge d’or de la BD féminine », Libération, entretien par Clémentine Gallot, 30 janvier 2016, [next.liberation.fr].

9 Liv Strömsquist, L’Origine du monde, Rackham, 2016.

10 Liv Strömsquist dans Les sentiments du prince Charles, Rackham, 2016 montre aussi que le mariage est une construction historique et sociale, que les hommes célèbres le sont aussi parce qu’ils se sont appuyés sur des femmes qui les ont épaulés.

11 « And the winner is… Pénélope Bagieu ! », France culture, La Grande Table, par Olivia Gesbert, le 10 septembre 2019, [franceculture.fr].

12 Pénélope Bagieu, « Dans le monde de la BD, pour certains, je reste un malentendu », Le Monde, entretien avec Frédéric Potet, 12 janvier 2020, [lemonde.fr]].

13 Pénélope Bagieu, « Les héros de BD étaient tous des hommes, à part la Schtroumpfette », Paris Match, Interview Karelle Fitoussi, le 28 janvier 2020, [parismatch.com].

14 Pénélope Bagieu est la première auteure de bande dessinée française à obtenir le prestigieux Eisner Award, l’Oscar de la discipline, en 2019, au festival Comic-Con de San Diego dans la catégorie « meilleure édition américaine d’un ouvrage international ». Culottées est désormais édité en poche et adapté en série animée, diffusée en mars 2020 sur France Télévisions.

15 Ibid.

16 Le travail émotionnel associé au départ au monde du travail, comme la charge mentale, a été théorisé en 1983 par la sociologue américaine Arlie-Russell Hochschild, Le Prix des sentiments. Au cœur du travail émotionnel, Paris, La Découverte, 2017.

17 Emma, La charge émotionnelle et autres trucs invisibles, Massot, 2018 et Des princes pas si charmants et autres illusions à dissiper ensemble, Massot, 2019.

18 Les Inrockuptibles, « Pourquoi il faut lire la bande dessinée d’Emma sur la charge émotionnelle (et gratuitement) », en ligne, 26 mars 2020.

19 Projet crocodiles. Histoires de harcèlement et de sexisme ordinaire mises en BD par Juliette Boutant et Thomas Mathieu, 10 décembre 2019, [projetcrocodile.tumblr.com].

20 Thomas Mathieu, Les crocodiles, Paris, Le Lombard, 2014.

21 Thomas Mathieu et Juliette Boutant, Les crocodiles sont toujours là, Paris, Casterman, 2019.

22 Frédéric Potet, « En BD, Thomas Mathieu croque les machos », Le Monde, 14 septembre 2020, [lemonde.fr].

23 Huo-Chao-Si et Appollo, La Grippe Coloniale, Paris, Vents d’Ouest/Des Bulles dans l’Océan, 2012, t. 2, p. 36, 38-39. Se reporter à l’article de Pierre Éric Fageol et Frédéric Garan dans cet ouvrage.

24 Journal de la Jeunesse, 1889.

25 Le nouvel Observateur, 1973-1981.

26 Le nouvel Observateur, 1988-2009.

27 Xavier Mussat, Sainte Famille, Ego comme X, 2001.

28 Jean Van Hamme et Francis Vallès, Les Maîtres de l’Orge, Grenoble, Glénat, coll. « Grafica », 1992-1999, 8 albums.

29 Balac et Yslaine, Sambre, Grenoble, Glénat, coll. « Caractère », 1986-2018, 8 albums.

30 Art Spiegelman, Maus, t. I : Mon père saigne l’Histoire, Flammarion, 1987 et Maus, t. II : Et c’est là que mes ennuis ont commencé, Paris, Flammarion, 1992.

31 Nina Bujevac, Fatherland, Nantes, Ici Même Éditions, 214.

32 Loïc Dauvilliers et Jérome d’Aviau, Inès, Grenoble, Glénat, coll. « Roman graphique », 2009.

33 Sylvain Ricard et James, À la folie, Paris, Futuropolis, 2009.

34 Marine Spaak, « Passer à la casserole, la BD qui débanalise le viol conjugal », entretien avec Elsa Pereira, 13 avril 2018. [https://www.terrafemina.com/article/viol-conjugal-passer-a-la-casserole-la-bd-qui-debanalise-le-viol-dans-le-couple_a341324/1].

35 Sophie Lambda, Tant pis pour l’amour, Paris, Delcourt, 2019.

36 Gilles Ratier, « Rapport sur la production d’une année de la bande dessinée dans l’espace francophone européen », ACBD, 2016, [http://bdzoom.com/108755/actualites/2016-lannee-de-la-stabilisation/].

37 L’enquête sur la bande dessinée en France proposée par la Cité internationale de la bande dessinée et de l’Image (CIBDI) présente des données chiffrées inédites, issues de la vaste enquête nationale menée en 2011 par la BPI et le DEPS auprès de 4 981 personnes et réalisée par TMO Régions, [http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?article584].

38 « Après plusieurs entretiens téléphoniques avec différentes autrices de BD, le constat est partagé : depuis 2017, les auteurs et éditeurs sont plus sensibilisés à la question du harcèlement moral et sexuel des femmes, mais les faits perdurent » (« Harcèlement dans le monde de la BD : “On a été précurseurs de #MeToo” », France 24, le 8 février 2020, [www.france24.com/fr/20200208-harc%C3%A8lement-dans-le-monde-de-la-bd%C2%A0-on-a-%C3%A9t%C3%A9-pr%C3%A9curseurs-de-metoo].

39 Jung Kyung-a, Femmes de réconfort. Esclaves sexuelles de l’armée japonaise, Paris, Au diable Vauvert/6 pieds sous terre, 2007.

40 C. Gît, Satu. Journal d’une violence ordinaire en France (20009-2012), Yu, 2012.

41 Muriel Salmona a fondé l’association Mémoire traumatique et victimologie en 2009 dans l’objectif de présenter les recherches qu’elle mène et de donner des outils de compréhension aux victimes de violences, [https://www.memoiretraumatique.org/].

42 [Https://hero-ine-s.tumblr.com/].

43 « Sexe, dénonciations et comics », Actua BD, 23 juillet 2020, [https://www.actuabd.com/Sexe-denonciations-et-comics].

Auteurs

Lydie Bodiou est maître de conférences d’histoire grecque à l’université de Poitiers (laboratoire HeRMA EA 3811). Ses travaux portent sur l’histoire des femmes et du genre et particulièrement sur le corps et les violences. Elle a publié en collaboration L’Antiquité écarlate. Le sang des Anciens, Rennes, PUR, 2017 et Le Dictionnaire du corps antique, Rennes, PUR, 2019. Avec Frédéric Chauvaud, On tue une femme. Le féminicide. Histoire et actualités, Paris, Hermann, 2019 et Les crimes passionnels n’existent pas, Paris, D’une rive à l’autre, 2021 et dernièrement Les archives du féminicide, Paris, Hermann, 2022.
Frédéric Chauvaud, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Poitiers, est un spécialiste de la justice pénale, de la violence et des corps brutalisés. Depuis plusieurs années, il coorganise « Les Rencontres d’Angoulême. Penser et comprendre la BD ». Il vient de publier Une si douce accoutumance. La dépendance aux cases, bandes et planches, Paris, Éditions Le Manuscrit, 2020. Il a codirigé Les êtres contrefaits. Corps difformes et corps grotesques dans la bande dessinée, Rennes, PUR, 2019 et Les corps handicapés dans la BD, Rennes, PUR, 2020, avec Michel Porret, Bulles Sanglantes, Genève, Georg éditeur, 2021 et, avec Denis Mellier, Gestes et BD, Rennes, PUR, 2022. Il a également publié, en collaboration, On tue une femme. Le féminicide. Histoire et actualités, Paris, Hermann, 2019 et Les archives du féminicide, Paris, Hermann, 2022.
Jean-Philippe Martin est conseiller scientifique en charge de la recherche à la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image. Critique de bande dessinée il a collaboré à différentes revues (Critix, Neuvième Art, Bang !, Art press…). Il assure le commissariat de plusieurs expositions (Cent pour cent, Le Monde magique des Moomins, L’Eau dessinée, Afropolitan Comics ou encore Kubuni, bandes dessinées d’Afrique.s), dirigé des colloques et contribué à de nombreux ouvrages sur la bande dessinée.
Héloïse Morel est chargée de médiation scientifique dans un centre de culture scientifique, technique et industrielle (l’Espace Mendès France à Poitiers) et rédactrice pour la revue L’Actualité Nouvelle-Aquitaine. Elle a effectué des études d’histoire à l’université de Poitiers et des travaux de recherche sur une poétesse de la fin xviiie siècle, milieu xixe siècle, Constance de Salm. Elle participe désormais à des recherches en histoire des femmes et a réalisé des expositions sur l’histoire et la sociologie de l’avortement (2015) ainsi que sur les violences sexuelles et sexistes faites aux femmes (2016). Elle a dirigé avec Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud et Marie-José Grihom, Une femme sur trois. Les violences faites aux femmes, d’hier à aujourd’hui, Éditions Atlantique en 2019.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search