Version classiqueVersion mobile

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Introduction : ressources et contraintes. Regards croisés sur la CGT des années 19501

Michel Pigenet, Élyane Bressol, Michel Dreyfus et Joël Hedde

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au premier abord, tout serait simple. Traiter de la CGT des années 1950 revient souvent à brosser un tableau en noir et blanc. Si les clichés nourrissent volontiers l’imaginaire ou la caricature, il leur faut aussi composer avec la mémoire des acteurs et la démarche critique des historiens. Force est de constater la relative discrétion, jusque-là, des uns et des autres. Attentifs aux grandes heures de la Libération et à la remontée en puissance des années 1960-1970, tous ont contourné la période intermédiaire pour n’évoquer, au mieux, que les moments de basculement et de crise, à l’exemple des ruptures de 1947-1948. Aux historiens pressés de trouver dans le PCF les clés d’une CGT instrumentalisée a correspondu le malaise des militants, en charge d’une mémoire vive contrariée, ancrée dans un passé dont la glorification cède le pas à un désenchantement parfois proche du reniement. Quelles qu’en soient les causes, ces attitudes ont affecté l’observation des faits sociaux et économiques...

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search