Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La CGT dans les années 1950

 | 
Elyane Bressol
, 
Michel Dreyfus
, 
Joël Hedde
, 
et al.

Avant-propos

Texte intégral

1Le présent ouvrage est né du constat de la relative obscurité maintenue sur la CGT des années 1950, de la volonté d’entreprendre l’exploration de ce pan de son histoire et d’en soumettre les résultats au débat. À cette fin, le Centre d’histoire sociale du xxe siècle (UMR 8058 du CNRS) et l’Institut CGT d’histoire sociale ont souhaité s’associer en vue d’un colloque, dans le respect de l’identité et de la démarche de chacun.

  • 1 Présidées tour à tour par Patrick Fridenson, Antoine Prost, Danielle Tartakowky et Bernard Thibaul (...)
  • 2 Présentés respectivement par Michel Pigenet, René Mouriaux, Michel Dreyfus et Serge Wolikow.

2Au terme de trois ans de préparation, la rencontre s’est tenue à Montreuil, au siège de la CGT, les 20 et 21 novembre 2003, en présence d’un public nombreux, attentif et réactif de spécialistes et de syndicalistes. Après une allocution inaugurale de Georges Séguy, quatre séances thématiques1Les relations collectives du travail, La société et la culture, Les militants et l’organisation, La stratégie – se sont succédé, ouvertes par des rapports de synthèse2 et ont structuré la discussion de la quarantaine de communications présentées. À l’issue des travaux, Joël Hedde et Jean-Louis Robert en ont tiré les conclusions.

3Pour ne pas être inédit, ce genre de coopération, au sens fort du terme, n’allait pas de soi s’agissant d’un sujet neuf et délicat. L’une des singularités et des promesses du projet résidait, en effet, dans la réunion de professionnels de l’histoire et de syndicalistes; cette rencontre avait été d’emblée conçue pour ne pas reproduire la classique division du travail entre « témoins » et « interprètes ». Prétendre la dépasser ne signifiait pas que l’on ait été assuré de l’éviter ni qu’il ait fallu déplorer l’apport des acteurs aux discussions. Nul ne l’a regretté, comme l’ont ainsi montré les précisions fournies oralement par Louis Viannet sur l’état d’esprit des jeunes postiers provinciaux des centres de tri parisiens, peu disposés à se satisfaire, lors du grand conflit d’août 1953, d’un recul gouvernemental sur des retraites lointaines. La mobilisation des souvenirs vint nourrir, la formation syndicale ultérieure aidant, l’analyse distanciée faite aujourd’hui sur les difficultés d’appréciation à chaud des résultats du plus important mouvement social de la période et de son étrange retombée dans l’oubli. Plus largement, toutes les contributions recourent aux documents classiques de l’histoire et procèdent d’une démarche de compréhension et de mise en perspective historiques. Il ne s’ensuit pas pour autant un effacement des motivations militantes mais ces dernières s’efforcent de demeurer compatibles avec l’exigence historienne de confrontation des preuves et des arguments. Ajoutons qu’une typologie des communications fondée sur le critère unique de l’institution d’origine – Université, CNRS ou syndicat – des auteurs eut peut-être été commode mais peu pertinente, notamment au regard de certains itinéraires individuels. Plus d’un universitaire pourrait ainsi témoigner de son expérience militante, voire ouvrière, tandis que certains syndicalistes, titulaires de doctorats en bonne et due forme, n’ignorent rien des règles et usages académiques.

4Le lecteur jugera. Il nous a paru nécessaire, en effet, de donner rapidement une suite éditoriale au colloque. Les échéances fixées, les contraintes financières et le souci de conserver une dimension raisonnable à l’ouvrage ne nous ont pas permis d’intégrer la transcription des débats. Nous le regrettons, mais ceux-ci, enregistrés, ont rejoint le fonds d’archives sonores de l’Institut CGT d’histoire sociale où l’on peut en prendre connaissance.

5Pas plus pour l’Institut que pour le Centre, cette coopération n’est véritablement une première. Outre de précédentes initiatives communes, l’un et l’autre ont mené à bien des projets de recherches avec des laboratoires scientifiques ou des centrales syndicales. De nouveaux programmes sont d’ores et déjà en cours, pour certains dans le prolongement des interrogations abordées ici. Nul ne s’en plaindra.

Notes

1 Présidées tour à tour par Patrick Fridenson, Antoine Prost, Danielle Tartakowky et Bernard Thibault.

2 Présentés respectivement par Michel Pigenet, René Mouriaux, Michel Dreyfus et Serge Wolikow.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540