Version classiqueVersion mobile

À coups de cases et de bulles

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Lydie Bodiou
, 
Jean-Philippe Martin
, 
et al.

Première partie. De l’inaperçu au dévoilement

Introduction

Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Jean-Philippe Martin et Héloïse Morel

Texte intégral

  • 1 Deborah Puccio, Masques et dévoilement. Jeux du féminin dans les rituels carnavalesques et nuptiaux(...)
  • 2 « Le dévoilement historique », Topique, 98, août 2007.

1L’action de dévoiler consiste littéralement à retirer un voile, à soulever un linceul, à faire glisser une légère draperie. Voile et dévoilement vont souvent de pair mais ne se limitent pas à dissimuler le visage et à couvrir la chevelure des femmes, de l’Antiquité à nos jours, ni ne se bornent à certaines stratégies de travestissement, comme celles relatives aux jeux de masques portés par des montagnardes, obligeant ou interdisant l’exhibition de soi1. Le dévoilement se rapporte aussi à l’inauguration d’une statue, d’une toile ou d’une sculpture, consistant à faire disparaître ce qui recouvrait l’œuvre créée et masquée au plus grand nombre jusqu’à présent. L’édile qui inaugure une plaque pour commémorer un événement ou baptiser un nouveau bâtiment sait qu’il va falloir se plier à un certain rituel pour que la magie du dévoilement puisse se déployer pleinement. Le geste peut parfois constituer une surprise tant ce qui apparaît révélé s’avère surprenant. Journalistes, historiens, philosophes, sociologues… jouent un rôle important et parfois essentiel, dans le processus de dévoilement. Intentionnellement, ils font advenir pour des spécialistes ou le grand public, des faits de sociétés inaperçus, des scandales oubliés, des éléments oraux ou des écrits fragmentaires. Psychologues, psychanalystes, psychiatres et thérapeutes déploient, quant à eux, des stratégies nécessaires et décisives pour réactualiser un traumatisme enfoui, à l’échelle individuelle ou collective2.

2Le 9e art, à sa façon, joue aussi un rôle salutaire dans le dévoilement de travers de société. Parfois il s’agit d’un simple constat, d’autres fois d’une sorte de charge, tant les éléments réunis s’avèrent incontestables. Mais les récits graphiques ne sont pas, à quelques exceptions près, des manifestes. Œuvres de fiction ou témoignages, les albums des auteurs et autrices ne se préoccupent guère des réactions du lectorat et des effets que la lecture peut produire, il leur importe de donner de la visibilité à un comportement ou à un thème. De la sorte, Laurent Bihl nous propose une archéologie visuelle des violences faites aux femmes. En effet, les débuts de la IIIe République correspondent à un âge d’or de la caricature. Des périodiques de renom, des dessinateurs remarquables et des moyens techniques assurent une large diffusion des productions des caricaturistes et dessinateurs de presse. Ils contribuent à construire un imaginaire social qui, par la suite, sera en grande partie colporté, adapté, et transmis à de nouvelles générations. Aussi, pour mieux comprendre les filiations et les ruptures dans la culture visuelle, le passage de la caricature à la bande dessinée, il importe à travers le personnage du voyeur et du phénomène du voyeurisme de suivre les fils thématiques. Les boulevards, les intérieurs parisiens, les scènes scabreuses contribuent au « dévoilement qui confine surtout ici au grivois ». Benjamin Rabier, Robida, Willette et bien d’autres déploient tous les ressorts de la tension autour du corps des femmes. Tension que développera jusqu’à satiété Milo Manara qui n’échappe pas au fait que le voyeurisme est pour l’essentiel genré. Avec lui l’exhibitionnisme du corps féminin ne semble plus connaître de limites, si ce n’est celles d’une case ou d’une planche. Mais, au-delà, il existe bien des stratégies scopiques et des affrontements visuels. Pendant deux siècles le personnage du voyeur qui se présente volontiers comme une victime des circonstances alors qu’il se repaît avant tout du spectacle du corps féminin manipulé et devenu « hors de contrôle ».

3L’invisibilisation des autrices s’accompagne de l’invisibilisation de certaines thématiques qui ne sont pas forcément le propre du 9e art, mais reflète l’état d’une société à un moment donné. C’est ainsi que les violences conjugales ont pendant longtemps été minorées ou tout simplement ignorées comme l’atteste la bibliographie lacunaire de la fin du xxe siècle et du début du siècle suivant. Pour Élisabeth Schulz, il s’agit bien d’un travail de dévoilement car la bande dessinée parvient à sortir de l’obscurité ce fléau resté longtemps enténébré. L’expression « Passer à la casserole » introduit la démonstration. De Rose et de Noir, Inès, Tant pis pour l’amour… racontent d’une certaine manière la même histoire. On y retrouve les mécanismes d’emprise, de cannibalisation, d’atmosphère pesante, de violences constantes et parfois imprévisibles, qui contribuent à déstabiliser et à dominer. Mais ces albums répondent bien à une visée : celle de faire comprendre aux victimes-lectrices, mais aussi peut-être aux auteurs de violences conjugales les mécanismes et le déroulé de « ces différents processus pervers ». Depuis peu, nous dit Charli Sotto, ces violences sont l’objet de regards croisés et des créatrices et créateurs qui s’en sont saisies, dévoilent pour un large public la réalité de la spirale des violences conjugales allant jusqu’au féminicide. En usant d’un style graphique qui ne cherche pas à ternir, à effrayer ou à moraliser, mais tente de toucher plus efficacement sans doute, les auteurs et autrices font mouche auprès des lecteurs et lectrices, grâce à une certaine douceur de trait.

4Quant à l’une des héroïnes les plus célèbres, Adèle Blanc-Sec, il importait de la suivre dans les nuits parisiennes, c’est ce que se propose de faire Guillaume Garnier. En effet si le personnage d’encre et de papier se trouve exposé, menaces et agressions se multipliant, il ne reste pas indemne sans pour autant être brutalisé. Mais l’une des particularités de l’œuvre de Tardi est de choisir l’espace public, très longtemps interdit aux femmes et réservé aux hommes. Il ne s’agit pas simplement de s’approprier ou de brutaliser, il est question de faire disparaître le corps et donc la personnalité d’Adèle Blanc-Sec des mémoires, mais fort heureusement elle résiste, empêchant le voile de l’oubli de la recouvrir.

  • 3 Maryse Jaspard et l’équipe Enveff, « Nommer et compter les violences envers les femmes : une premiè (...)

5Mais dénoncer, est-ce nécessairement un acte militant qui vise à ne plus taire les violences subies par les femmes ? La bande dessinée, comme tous les supports culturels, relaye des stéréotypes de genre, des discriminations, des violences masculines faites aux femmes. Les représenter par les dessins et les scénarios n’est pas gage de dénonciation. Dans les cases, l’expérience de la domination est omniprésente. Qu’il s’agisse des bandes dessinées de l’enfance comme Astérix et Obélix, Le Petit Spirou, Titeuf… et celles des adultes comme les comics books. Le corps des femmes est tour à tour : observé à son insu, touché sans autorisation, violé, harcelé, battu, hypersexualisé. Les bandes dessinées des années 1970-1980 dénonçant, non pas les violences subies, mais les luttes menées par les femmes vers l’émancipation du patriarcat. Le fait de montrer s’inscrit dans un maintien des stéréotypes voire perpétue des violences symboliques. La dénonciation arrive lorsque les femmes deviennent actrices de la bande dessinée, en scénarisant et dessinant. Ainsi en est-il d’une Claire Bretécher ou Chantal Montellier et plus récemment, le renouvellement des années 2000, voit la parution de plusieurs bandes dessinées dénonçant le harcèlement, le viol, les violences. Il s’agit d’un objectif affiché de dénoncer, de lutter contre. Ce changement de paradigme correspond à plusieurs événements dont la publication de l’enquête ENVEFF3 (Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France) en 2000 qui, pour la première fois, livre les chiffres des violences masculines vécues par les femmes. Le déliement des langues suite aux mouvements #MeToo et Balance ton porc en 2017, ont accéléré une dénonciation active, particulièrement dans la bande dessinée où les femmes sont de plus en plus nombreuses et visibles (Pénélope Bagieu, Cy., Emma…). La dénonciation du système patriarcal se fait vive et sort du cadre des luttes féministes et des travaux universitaires.

  • 4 L’association Artémisia, du nom de l’artiste italienne du xviie siècle Artémisia Gentileschi, œuvre (...)

6Mais la dénonciation se situe également dans les critiques féministes faites à la bande dessinée. Ainsi, l’œuvre d’Alan Moore est dans une ambiguïté : en dessinant des héros et des héroïnes victimes de violences, le dessinateur de comic books contribue-t-il à les dénoncer ou bien en réservant un sort particulier aux femmes qu’il met en scène, perpétue-t-il la culture du viol ? La controverse autour de son œuvre est développée par Sophie Bonadè qui analyse à la fois les scénarios, les critiques émises et la réponse faite par Alan Moore. Le temps est désormais révolu où seul Ah ! Nana ! portait un discours féministe dans un monde résolument masculin. En outre, il reste des disparités importantes qui ne sont plus tues. Ainsi, l’invisibilisation des dessinatrices est régulièrement dénoncée comme ce fut le cas en 2016 lors de l’édition du festival de la bande dessinée à Angoulême où le jury était entièrement composé d’hommes, omettant l’existence bien réelle des femmes dans le milieu. Bien que depuis des années, les éditions oubliaient les femmes, le temps de la dénonciation a pris le pas sur cette habitude. En outre, il existe des espaces qui reconnaissent les femmes, comme le prix Artémisia4, créé par Chantal Montellier et Jeanne Puchol, qui récompense chaque année une bande dessinée réalisée par une ou plusieurs femmes. Le temps de la dénonciation appelle celui de la reconnaissance.

7La dénonciation dans la bande dessinée se situe à différents niveaux, des professionnelles elles-mêmes face à l’entre-soi du milieu, des critiques émises pour dénoncer des violences ou des stéréotypes dans des bandes dessinées, enfin dans les cases qui représentent la variété de ces violences et leurs répercussions, parfois pour nier l’agression, parfois pour la valider, mais désormais davantage pour lutter contre.

Notes

1 Deborah Puccio, Masques et dévoilement. Jeux du féminin dans les rituels carnavalesques et nuptiaux, Paris, Éditions du CNRS, 2002.

2 « Le dévoilement historique », Topique, 98, août 2007.

3 Maryse Jaspard et l’équipe Enveff, « Nommer et compter les violences envers les femmes : une première enquête nationale en France », Population & Sociétés, bulletin mensuel d’information de l’INED, 364, janvier 2001, [https://www.ined.fr/fichier/s_rubrique/18735/pop_et_soc_francais_364.fr.pdf], consulté le 2 septembre 2021.

4 L’association Artémisia, du nom de l’artiste italienne du xviie siècle Artémisia Gentileschi, œuvre depuis treize ans pour la visibilité de la création des femmes bédéastes.

Auteurs

Lydie Bodiou est maître de conférences d’histoire grecque à l’université de Poitiers (laboratoire HeRMA EA 3811). Ses travaux portent sur l’histoire des femmes et du genre et particulièrement sur le corps et les violences. Elle a publié en collaboration L’Antiquité écarlate. Le sang des Anciens, Rennes, PUR, 2017 et Le Dictionnaire du corps antique, Rennes, PUR, 2019. Avec Frédéric Chauvaud, On tue une femme. Le féminicide. Histoire et actualités, Paris, Hermann, 2019 et Les crimes passionnels n’existent pas, Paris, D’une rive à l’autre, 2021 et dernièrement Les archives du féminicide, Paris, Hermann, 2022.
Frédéric Chauvaud, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Poitiers, est un spécialiste de la justice pénale, de la violence et des corps brutalisés. Depuis plusieurs années, il coorganise « Les Rencontres d’Angoulême. Penser et comprendre la BD ». Il vient de publier Une si douce accoutumance. La dépendance aux cases, bandes et planches, Paris, Éditions Le Manuscrit, 2020. Il a codirigé Les êtres contrefaits. Corps difformes et corps grotesques dans la bande dessinée, Rennes, PUR, 2019 et Les corps handicapés dans la BD, Rennes, PUR, 2020, avec Michel Porret, Bulles Sanglantes, Genève, Georg éditeur, 2021 et, avec Denis Mellier, Gestes et BD, Rennes, PUR, 2022. Il a également publié, en collaboration, On tue une femme. Le féminicide. Histoire et actualités, Paris, Hermann, 2019 et Les archives du féminicide, Paris, Hermann, 2022.
Jean-Philippe Martin est conseiller scientifique en charge de la recherche à la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image. Critique de bande dessinée il a collaboré à différentes revues (Critix, Neuvième Art, Bang !, Art press…). Il assure le commissariat de plusieurs expositions (Cent pour cent, Le Monde magique des Moomins, L’Eau dessinée, Afropolitan Comics ou encore Kubuni, bandes dessinées d’Afrique.s), dirigé des colloques et contribué à de nombreux ouvrages sur la bande dessinée.
Héloïse Morel est chargée de médiation scientifique dans un centre de culture scientifique, technique et industrielle (l’Espace Mendès France à Poitiers) et rédactrice pour la revue L’Actualité Nouvelle-Aquitaine. Elle a effectué des études d’histoire à l’université de Poitiers et des travaux de recherche sur une poétesse de la fin xviiie siècle, milieu xixe siècle, Constance de Salm. Elle participe désormais à des recherches en histoire des femmes et a réalisé des expositions sur l’histoire et la sociologie de l’avortement (2015) ainsi que sur les violences sexuelles et sexistes faites aux femmes (2016). Elle a dirigé avec Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud et Marie-José Grihom, Une femme sur trois. Les violences faites aux femmes, d’hier à aujourd’hui, Éditions Atlantique en 2019.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search