Version classiqueVersion mobile

Pierre Mendès France et la démocratie locale

 | 
Dominique Franche
, 
Yves Léonard

Conclusion1

Olivier Dard

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Transcription de la conclusion orale.

1La première partie de ce colloque a débuté comme les autres manifestations consacrées à Pierre Mendès France, dans la mesure où l’on a reparlé, et il faut bien le faire, de sa stature historique, de sa dimension d’homme d’État et de l’importance qu’il a pu avoir sur le plan national. C’était nécessaire, mais c’était connu, et l’on ne pouvait pas apporter beaucoup d’éléments nouveaux dans ce domaine.

2En revanche, je crois que cette réunion d’historiens autour de Pierre Mendès France peut et doit faire école, non seulement pour lui-même, mais pour que d’autres colloques puissent s’organiser autour d’autres grandes figures, afin d’approfondir le rapport entre le national et le local. En effet, les hommes politiques sont envisagés à travers leur action nationale mais jamais, ou très rarement, par rapport à leur implantation locale. Je n’ai participé à aucun des colloques précédents consacrés à Pierre Mendès France mais je les ai lus, et j’ai le sentiment qu’au cours de cette journée et demie nous avons beaucoup appris sur lui. Nous avons incontestablement complété notre connaissance d’un personnage qui a l’image du modernisateur, de l’homme proche des technocrates. Cette image, qui est aussi une réalité de Pierre Mendès France, bien entendu, a pu être complétée en humanisant Pierre Mendès France et, en même temps, en permettant de comprendre sa longévité politique dans ce qui a constitué une grande part de sa vie, celle d’un élu du peuple. On conçoit facilement qu’un homme comme Mendès France ait pu séduire des hauts fonctionnaires. Mais séduire Simon Nora ou François Bloch-Lainé était une chose, arriver à parler aux paysans ou aux ouvriers et artisans de Louviers en était une autre. Pierre Mendès France a réussi les deux.

Un homme politique enraciné dans l’Eure

3Ce colloque nous a tout d’abord montré ce qu’était Pierre Mendès France et, à travers lui, l’homme politique de la IIIe République en tant qu’homme politique enraciné. Nous avons découvert, en particulier à travers la communication de Claude Cornu, que Mendès France n’avait rien d’un « parachuté ». C’est une donnée très importante. Sa réussite politique en 1932 est souvent présentée comme quelque chose d’extraordinaire. De fait, être élu député à 25 ans relève d’une performance que chacun peut apprécier, à ceci près que Pierre Mendès France avait très sérieusement préparé son affaire. Aujourd’hui, les personnes les plus jeunes ont un rapport avec la politique qui se limite à celui déterminé par le poids des médias et, en particulier, de la télévision. Ce colloque a permis d’appréhender ce qu’était la vie politique sous la IIIe République, et ses campagnes électorales qui n’avaient pas grand-chose à voir avec ce que les électeurs actuels peuvent avoir comme image de la politique.

4On peut retenir trois éléments de cet enracinement de Pierre Mendès France dans le terreau électoral de l’Eure au tournant des années trente. Outre ses qualités personnelles, sa volonté, sa ténacité, le nombre de réunions qu’il a pu tenir, premier élément important : le poids des relais locaux. On ne s’implante pas en politique par l’opération du Saint-Esprit, pour prolonger la « terre de mission » de Laurent Chevrel. On s’implante aussi parce que l’on arrive à trouver des relais, des agents locaux auxquels il faut plaire pour qu’ils accomplissent un véritable travail.

5Et, deuxième élément très important, ces agents locaux sont au fond de deux natures. Bien sûr, il y a les élus locaux, qui jouent encore un rôle capital aujourd’hui. Mais un autre élément est, lui, propre à la IIIe République, et, Serge Berstein l’a rappelé, celui-ci est très difficile à comprendre pour ceux qui ne sont pas férus d’histoire politique. Il s’agit des comités, avec leur variété, leur imbrication les uns dans les autres. À l’époque, pour un homme politique qui veut faire carrière, et c’est le cas de Pierre Mendès France, il est difficile de se repérer dans ce maquis associatif, mais il est indispensable d’arriver à s’entendre avec ces gens composant le maillage serré qui existe dans l’Eure, et aussi dans le reste de la France sous la IIIe République. Si compromis ne signifie pas compromission, Pierre Mendès France a très vite compris les règles du jeu.

6Un troisième élément frappant ressort des communications de Claude Cornu, Bernard Bodinier et Françoise Chapron : la sociologie de l’entourage de Pierre Mendès France dans l’Eure, que ce soit du point de vue des soutiens ou des listes qu’il anime. Soutiens et colistiers de Pierre Mendès France appartiennent aux classes moyennes, c’est-à-dire à la clientèle du parti radical. Et quand on parle du radicalisme de Pierre Mendès France, c’est bien sûr un radicalisme pensé, un radicalisme vécu, mais c’est aussi un radicalisme tout à fait comparable à celui qui peut être étudié dans d’autres circonscriptions françaises. La sociologie est la même.

7Ce premier apport de notre travail collectif me paraît très important, car c’est à partir de son enracinement originel, de sa connaissance du terrain, laissés de côté par les autres colloques consacrés à Pierre Mendès France, que l’on comprend sa longévité politique. Vu de Paris, vu « d’en haut », que Pierre Mendès France soit réélu dans l’Eure, cela paraît tout à fait normal. On peut discuter pour savoir quelle élection était typique ou atypique, mais chaque élection doit être gagnée même quand on s’appelle Pierre Mendès France. Il capitalise incontestablement une aura, des soutiens, mais, en même temps, il ne fait jamais l’économie de revenir régulièrement labourer — dans mon esprit le terme n’a rien de péjoratif — sa circonscription en allant à la rencontre de ses électeurs.

Homme politique local, homme politique national

8Le deuxième apport de ce colloque nous renvoie au rapport entre Pierre Mendès France et la démocratie locale. II ne s’agit pas seulement des innovations qu’il a pu mettre en œuvre, notamment le vote des femmes. Mendès France noue un rapport particulier avec l’électeur. On ne se situe pas uniquement dans le registre des discours, on est dans celui des pratiques. D’abord, il entretient un dialogue constant avec les électeurs. Certes, Pierre Mendès France ne fait pas exception. Mais en période de crise, il prend son rôle d’élu à cœur et peut jouer les médiateurs, comme lors des événements de 1936. On observe un homme du terroir, élu de dimension nationale, mais qui va sur le terrain essayer de jouer en quelque sorte les intermédiaires entre les différents acteurs sociaux de sa circonscription. Deuxième élément important : les bilans, les comptes rendus de mandat, dont il a été question à plusieurs reprises. Ce n’est pas exceptionnel. Les archives de la Sûreté à Fontainebleau en recèlent une série d’autres exemples. Pour un homme politique, venir présenter son bilan sous des préaux d’école était une pratique connue sous la IIIe République. Mais, dans le cas de Mendès France, ce n’est pas à l’occasion d’un mandat ou d’un autre. C’est une pratique qui se veut régulière, constante, qui fait partie de la façon dont il envisage son action politique.

9J’en viens à la pratique locale du pouvoir chez Pierre Mendès France. En tant qu’historien, j’ai apprécié que ce colloque ne sombre pas dans la statufication. Il a été montré qu’il était capable d’une certaine rouerie — j’emploie volontairement le terme — lorsque, par exemple, il était toujours à l’heure au début des séances et qu’il pouvait en profiter pour faire voter quelques textes quand les uns et les autres étaient dans les couloirs. Je ne reviendrai pas sur ce qui a été dit à propos des apparentements. Assurément, Pierre Mendès France fait de la politique. Il ne fait pas dans l’angélisme. C’est une donnée d’évidence et je crois qu’on ne peut pas le lui reprocher.

10Il me paraît plus intéressant de souligner que l’on retrouve — notamment dans les communications de la deuxième partie — l’articulation entre les préoccupations de Pierre Mendès France, président du Conseil, et de Pierre Mendès France, élu local, que ce soit comme maire ou président du conseil général avec, en particulier, les mêmes qualités qui reviennent : rigueur, sérieux, connaissance des dossiers. Bernard Bodinier nous a parlé de son intérêt pour une question de chaudière en 1953. On se doute bien que cela ne le passionne pas, certes. En soi, cela n’a rien de passionnant, mais c’est important pour les électeurs de la commune de Louviers. Cet homme qui, lorsqu’il est avec les technocrates parisiens, est valorisé sur le plan intellectuel — ce qui, manifestement, lui plaît —, reste comme dans les années trente à l’écoute des problèmes quotidiens de ses électeurs. Il y a une espèce d’adéquation entre les modes de gestion local et national, en matière de rigueur financière en particulier. Les électeurs de Pierre Mendès France n’ont pas dû être étonnés de le voir pratiquer et revendiquer l’équilibre financier lorsqu’il était aux affaires. Lorsqu’il exposait ses projets, ils retrouvaient, à une autre échelle évidemment, leur maire, leur conseiller général, leur député.

11Dernier élément sur lequel je voudrais insister : l’action de Pierre Mendès France. Qu’a-t-il fait comme élu local ? Bernard Bodinier a posé la question. Il est évidemment difficile de pouvoir lui attribuer telle ou telle action par rapport à son conseil municipal, ou par rapport aux exigences qui sont celles de la gestion de n’importe quelle collectivité locale. Quand il s’occupe d’ordures ménagères, n’importe quelle commune, de l’extrême droite à l’extrême gauche, s’occupe de ce problème. Mais, en laissant de côté ce qui relève de la gestion ordinaire d’une collectivité locale, on a le sentiment que les actions de Pierre Mendès France évoluent avec le temps et s’infléchissent. On a l’impression qu’il applique sa propre évolution personnelle dans sa circonscription, qu’il épouse à sa façon l’évolution du pays et va faire participer sa circonscription à ce qu’il considère comme essentiel à l’échelle de la France, la politique de modernisation et d’expansion.

12On peut discuter pour savoir quel est son lien avec les « aménageurs » originels. Mais si l’on quitte le registre des discours pour passer à celui des pratiques, on voit que Mendès France, par le biais de ses différents mandats locaux, met en œuvre à sa manière, et ce dès les années cinquante, une politique à l’échelle locale qui est une politique de modernisation et d’équipement qui prépare ce que l’on va appeler l’aménagement du territoire dans les années soixante — car ce sont elles les grandes années de l’aménagement du territoire. Si je retiens à la fois la zone industrielle de 1956, ou ce qui nous a été dit sur la politique de remembrement, ou bien encore l’allusion qui a été faite au pont de Tancarville, j’ai le sentiment que non seulement Pierre Mendès France accompagne, mais qu’il impulse à l’échelle de sa circonscription une politique d’expansion qu’il croit bonne pour la France. Avant qu’elle soit bonne pour la France, elle peut être bonne pour la région de Louviers. C’est, je crois, absolument indissociable pour lui.

Notes

1 Transcription de la conclusion orale.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search