Version classiqueVersion mobile

Pierre Mendès France et la démocratie locale

 | 
Dominique Franche
, 
Yves Léonard

Troisième partie. Pierre Mendès France et l'espace rural

Débat

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 En terminant la présentation orale de sa contribution, Laurent Chevrel avait davantage mis l'accent (...)

1Jacques Demaire : Mes questions vont s'adresser à Monsieur Chevrel. Je dois d'abord dire, avec tout le respect que j'ai pour un jeune chercheur, que sa vision de la politique me paraît un peu réductrice, un peu machiavélique. Tout a l'air de sordides calculs. Je pense, parce que j'ai bien connu Gilbert Martin et également Pierre Mendès France, que, quand on est candidat, on fait évidemment ce qu'il faut pour être élu et avoir le plus d'élus possible, mais réduire tout cela à des calculs comme vous l'avez fait, j'avoue que cela me gêne un peu 1.

2Après cette remarque préliminaire, je voudrais tout de même vous dire que présenter l'élection de 1945 avec des votes pour Mendès et des votes contre Mendès, ce n'est absolument pas la vérité car il ne faut pas oublier que Mendès, dans ce scrutin, n'était pas tête de liste. La tête de liste radicale, c'était Georges Chauvin. Il faut se reporter — mais évidemment vous êtes un peu jeune — à l'atmosphère de 1945. Ce sont les premières élections législatives qui vont avoir lieu, c'est la première Constituante. Le parti radical a deux personnalités importantes dans le département, mais l'une est plus ancienne que l'autre, et pas du genre à laisser sa place : Georges Chauvin. Par conséquent, Mendès se trouve réduit à la deuxième place. C'était le parti radical. Or, le parti radical, au sortir de la guerre, n'avait pas une réputation extraordinaire. On avait tôt fait de vous rappeler Daladier — pour ma part, j'ai beaucoup de respect a son égard, mais enfin il y avait pas mai de choses à dire.

  • 2 Albert Forcinal (1887-1976), maire et conseiller général de Gisors, député de l'Eure de 1928 à 1955 (...)

3Il y avait un autre personnage tout à fait atypique dans le département : Albert Forcinal2. Je l'ai bien connu. Avant la guerre, il était surtout connu dans la région des Andelys. Il avait fait une campagne électorale extraordinairement difficile. Il avait failli être jeté à la Seine en 1936. Forcinal, qui n'était pas un homme extraordinaire, était un héros. Il le faisait savoir, d'ailleurs. Mais c'était vrai. Il avait été un incontestable héros de la guerre de 1914, avec des états de service absolument étonnants. Socialiste non inscrit à la SFIO, il était considéré avant tout comme un patriote.

  • 3 Sur la profession de foi de la liste Forcinal, « Républicaine Indépendante d'Action Socialiste », C (...)

4Or, c'était en 1945. Il se trouvait en face d'un problème nouveau pour lui, celui de la proportionnelle. Comment allait-il constituer sa liste alors qu'il avait l'habitude des scrutins uninominaux, des scrutins d'arrondissements ? Sur la base du patriotisme, de l'appartenance à la Résistance ; et puis, géographiquement, ce n'était pas mal fait non plus. Vous l'avez rappelé tout à l'heure, il prend Gustave Héon qui, dans la région de Bernay, avait participé à la Résistance. Il prend un autre héros qui était Louis Maury, « petit Louis », un professeur d'enseignement technique qui avait été déporté et avait échappé aux fameuses noyades — à Lubeck, je crois. Le quatrième était un dénommé Camille Maireau dont je ne sais pas grand-chose3. Toujours est-il qu'il constitue une liste à base patriotique qui se présente, un an après la Libération, devant un électorat assez déboussolé. Par conséquent, dans ces conditions, parler du vote qui s'est porté sur Chauvin-Mendès France comme un vote Mendès France, ce n'est pas conforme à la vérité historique.

  • 4 Voir la fin du premier débat (en part, note 10).

5Il y a un deuxième problème que je voudrais vous poser. Vous avez fait une réflexion hier qui m'a plongé dans la perplexité, et je ne suis pas tout seul. Vous avez parlé d'un arrangement — décidément les arrangements ont l'air de vous préoccuper beaucoup, vous auriez un peu tendance à réduire la politique à cela — entre Mendès France et Jean de Broglie4. Je n'ai pas encore compris de quel échange il s'agissait entre le canton de Rugles et je ne sais pas trop quoi à Évreux. Ce n'était pas très clair.

6Olivier Dard : Laurent Chevrel va répondre mais Claude Cornu voulait prendre la parole.

7Claude Cornu : C'est pour compléter ce qu'a dit Monsieur Demaire. Je lui en veux car il vient de me couper l'herbe sous le pied. J'allais dire exactement la même chose sur les élections de 1945, et notamment sur cette liste. Quand vous avez évoqué Albert Forcinal, héros de la guerre de 1914, ajoutons : héros de la Résistance, déporté à Buchenwald, qui pèse 40 kg à son retour, qui va être juré au procès d'épuration. Je serais allé un peu plus loin que vous. J'aurais dit de lui qu'il était un homme parfaitement estimable, élu depuis 1928 dans la circonscription des Andelys.

8La carte des résultats électoraux de 1945 laisse à penser que l'influence, l'implantation, de Pierre Mendès France est toute relative sous la IVe République. Je crois cependant que, pour prendre la mesure de cette influence, il faut écarter ce que j'appellerais les élections atypiques. Celle de 1945, Monsieur Demaire vient de le rappeler, l'est tout à fait. Celle de 1951 l'est également, avec la présence d'une liste RPF. Même si nous sommes plutôt en période de basses eaux pour ce parti — ce n'est plus l'acmé de 1947, au moment de sa création et des municipales —, le RPF reste néanmoins capable dans ce département de rassembler pas loin de 20 % des voix.

9Je crois que les élections montrant l'influence de Pierre Mendès France dans ce département — ce qui n'empêche que la partie occidentale, effectivement, n'est pas celle où il est le mieux implanté — sont les deux élections de juin et novembre 1946, où il fait liste commune avec Albert Forcinal, et surtout celle de 1956, où Albert Forcinal fait liste à part — parce qu'il a désapprouvé, à l'issue de l'échec de la CED, les accords de Londres et de Paris qui permettent le réarmement de l'Allemagne. Ce sont ces élections-là qui donnent sa vraie mesure. Celle de 1956 montre tout à la fois le score extrêmement élevé pour un scrutin de liste (37 %) et l'influence personnelle de Mendès France, qui a 40,5 % des voix sur l'ensemble de la circonscription.

10J'ajouterai deux remarques. Un souvenir personnel. J'appartiens à une famille qui est ce qu'il est convenu d'appeler une famille de droite. En 1956, ma famille vote MRP, mais en pratiquant le panachage. On y glisse le nom du grand homme : Pierre Mendès France. Deuxième remarque : s'agissant des apparentements de 1951, je rejoins là aussi ce qu'a dit Monsieur Demaire. Non, il n'y a pas de calcul particulier de Mendès France en 1951 pour les apparentements. C'est le calcul de la majorité à laquelle il appartient, ce que l'on appelle la Troisième Force. Dans tous les départements où cette majorité-là a pu se mettre en place, on observe les mêmes apparentements entre la SFIO, les radicaux, les indépendants et les MRP. Aujourd'hui, cinquante ans plus tard, ces quatre listes vous paraissent ne pas être sur les mêmes positions. Mais c'est la majorité de 1951. Il se trouve que cette liste a produit dans le département de l'Eure des résultats qu'elle n'a pas obtenus dans d'autres départements : écarter le PC et le RPF de la représentation et permettre avec la majorité des voix d'obtenir la totalité des sièges, c'est-à-dire ce que les promoteurs souhaitaient.

11Laurent Chevrel : Pour répondre à Jacques Demaire, loin de moi cette idée que la politique se résume à des manœuvres d'appareil. Les témoignages que l'on peut recueillir montrent bien évidemment qu'il existe une autre dimension. J'avoue que je me suis peut-être limité à la partie purement technique, qui est bel et bien existante. Autour de la conclusion d'apparentements, notamment en 1951, il y a tout de même une abondante littérature journalistique où Roger Duchet intervient. Les indépendants et paysans n'étaient pas d'accord avec cet apparentement, et l'affaire est montée à Paris.

12Je ne peux m'empêcher, et là je tiendrai ferme sur cette position, de dire que dans la partie électorale, il y a une affaire de cuisine à un certain moment, que cela plaise ou que cela ne plaise pas. De toute façon, cela n'entache pas l'estime que l'on peut avoir pour Mendès. On peut parfaitement défendre des idées et le faire très bien et, pour autant, on est bien obligé à certains instants de se donner les moyens de vaincre. Mon propos a dû vous paraître aller trop fortement dans un sens parce qu'il fallait bien que je me limite dans le temps imparti pour montrer un aspect de la personnalité. Je crois sans difficulté qu'on pourrait faire état d'autres témoignages.

13Sur l'affaire de 1945, j'avoue peut-être un glissement sémantique de « liste radicale » à « liste Mendès ». Toutefois, je reste sceptique car j'ai quand même un peu de mal à m'expliquer comment quelqu'un comme Mendès, qui a le poids qu'on lui connaît dans le département en 1945, qui intervient dans les discussions sur cette composition de liste, serait un parfait inconnu au point que les gens qui votent pour Chauvin ne voteraient pas pour Mendès. Ce sont des questions que je pose. Je n'ai pas de réponse. Je peux même aller plus loin. Après tout, quand les électeurs votent pour cette liste, qu'est-ce qui nous prouve qu'ils votent pour Chauvin ou pour Mendès ? Je l'ignore. Je constate simplement que la « liste sur laquelle figure Mendès », si vous préférez, est à ce moment-là, à certains endroits, en difficulté.

14On pourrait peut-être même s'interroger sur l'affaire Forcinal, qui me surprend aussi, et je n'ai pas de réponse : pourquoi Forcinal a-t-il tenu à faire une liste séparée ? Pourquoi n'y a-t-il pas eu d'accord ? Il y a un autre point qu'il ne faut pas oublier, et dont je n'ai absolument pas parlé puisque cela concerne le département dans son entier. Même si les deux listes séparées, Forcinal et Mendès, ne sont pas toutes les deux radicales, elles puisent dans un vivier commun d'électeurs, et elles réunissent plus du tiers des suffrages. C'est une exception en France à l'époque. J'oserai dire que le mauvais score de la liste où figure Mendès France — la liste Chauvin — est, en fin de compte, quand même extraordinaire par rapport à ce que l'on voit dans le reste de la France. Quitte à prendre le contre-pied de ce que j'ai dit auparavant, ce qui apparaissait en creux sur la carte est quelque chose qui peut apparaître en relief, c'est-à-dire comme un succès auquel Mendès France concourt.

15Je me demande aussi s'il existe un scrutin typique sous la IVe République. Après tout, on peut considérer que les élections de 1956 sont atypiques, et qu'elles s'inscrivent dans un contexte très particulier, où la campagne est très personnalisée, où l'on sait qu'Edgar Faure a tout fait pour provoquer des élections anticipées afin de casser la poussée mendésiste. Les scrutins de 1945 et 1946 sont-ils vraiment typiques, alors que les radicaux et les personnes proches glanent plus du tiers des suffrages eurois tandis qu'en France ils n'en ont presque pas ? C'est d'ailleurs bien pour cela que le sous-titre de ma thèse est : « d'un particularisme au conformisme ». C'est-à-dire qu'en fait, pour moi, sous la IVe République rien ne se passe dans l'Eure comme ailleurs. C'est un cas particulier. Peut-être à la rigueur en Corse, et encore je ne sais pas. Je pose des questions, je constate des faits, et j'apprécie beaucoup d'écouter les témoins et je prends bonne note de leurs remarques parce que cela fait progresser la réflexion.

16Concernant Jean de Broglie, je n'ai pas la référence ici. Dans les papiers du cabinet du préfet concernant les élections cantonales de 1951 — versés aux Archives départementales —, il est fait état de ce que Pierre Mendès France a tout fait pour écarter Jean de Broglie d'une candidature au conseil général à Évreux-Sud contre Augustin Azémia, car visiblement, pour Mendès France, Broglie était le jeune loup qui risquait, une fois élu conseiller général, de prendre dans la foulée la mairie d'Évreux, ou tout du moins de permettre qu'elle reste à droite. Je rappelle qu'à cette époque, de 1947 à 1953, la mairie d'Évreux était RPF, et qu'elle présentait encore une particularité locale puisque Georges Bernard était en réalité plus ou moins RGR tout en étant RPF. À partir de là, il semble que Mendès France ait voulu écarter Broglie de ce canton. Et un papier se fait l'écho d'une rumeur selon laquelle Mendès France lui aurait dit : « Allez voir à Rugles, c'est là qu'il y a un poste de conseiller général communiste à prendre ». Mais j'ai bien précisé hier qu'un papier dit cela, et j'ai même précisé que j'aimerais qu'il soit corroboré. Cette histoire présente en effet un aspect curieux : comment se fait-il que Broglie et Mendès, ennemis politiques, aient conclu une espèce d'accord tacite ? Ce problème est très intéressant parce que je crois aussi qu'il ne faut pas négliger la chose suivante : j'ai l'impression que Mendès France, qui est un homme très ouvert d'après ce que j'ai vu dans les papiers, est aussi capable de discuter avec ses adversaires, et peut-être capable d'essayer d'influencer leur décision. Peut-être a-t-il la force de conviction qui lui permet de le faire. Maintenant, pourquoi Jean de Broglie est-il allé se présenter à Rugles ? C'était son fief, c'est vrai.

17Jacques Demaire : Je ne peux pas laisser dire n'importe quoi. Pourquoi Jean de Broglie n'est-il pas allé se présenter dans son fief, c'est-à-dire à Broglie ? Tout simplement parce que le siège était occupé par Monsieur de Montullé, et que Monsieur de Montullé était un homme du même parti que lui. Je vois mal Jean de Broglie, jeune à cette époque-là, allant se présenter contre Montullé, qui fut sénateur et conseiller général. Cela me paraît évident. Or, dire que Rugles se trouve dans le fief de Jean de Broglie, c'est complètement faux. Dans les découpages actuels, Rugles vote encore avec la deuxième circonscription d'Évreux.

18Laurent Chevrel : De quelle circonscription Jean de Broglie a-t-il été l'élu pendant des années, de 1958 à son décès en 1976 ? La circonscription d'Évreux. Il n'a jamais été élu dans la circonscription de Bernay. Mais je vous rejoins sur cette histoire de cantonale à Broglie.

19Jacques Demaire : Alors, pourquoi est-il allé à Rugles ? Vous pensez bien que Jean de Broglie n'avait besoin de personne pour chercher sur la carte du département où il pouvait bien y avoir un siège à prendre, même hors de sa circonscription. C'est tout simplement parce qu'à Rugles, il y avait depuis la Libération — car là aussi on est dans la suite de la Libération — un bonhomme qui s'appelait Alfred Saussaye. C'était un communiste de la Résistance. Il était extrêmement populaire et il a tiré des voix d'un peu partout. J'ai bien connu à Rugles le docteur Boucheron qui a fait de la politique, qui a dû être conseiller d'arrondissement ou quelque chose comme cela. C'était un homme de droite, mais il votait Saussaye avec enthousiasme, en disant : « Saussaye, c'est un patriote ». Cette notion était vraie pour Forcinal comme pour Saussaye. Mais le père Saussaye n'était pas tout jeune. Je ne me souviens plus s'il est parti de lui-même ou bien s'il est mort. En tout cas, il était en fin de parcours et il y avait manifestement à Rugles une possibilité de se présenter. Jean de Broglie était assez malin pour n'avoir besoin de personne, même pas de Mendès France, pour trouver un trou possible où se glisser dans le département. Cette candidature à Rugles a été, je dois le dire, catastrophique à terme, en particulier pour son fils qui s'est trouvé maire de Broglie dans une circonscription, conseiller général dans une autre circonscription, qui a été président de la communauté de communes à Rugles puis à Broglie, ce qui était une situation absolument infernale. Ce n'était ni dans le même arrondissement, ni dans la même circonscription électorale. Par conséquent, ce marché entre Broglie et Mendès France me paraît être une pure vision de quelqu'un qui cherche à trouver la petite histoire là où elle n'est pas.

20Françoise Chapron : Sur cette histoire de Broglie, j'ai aussi eu entre les mains un certain nombre de papiers, ceux des archives du cabinet du préfet ou ceux que l'on trouve dans les rapports du préfet, qui sont issus d'enquêtes des RG. J'ai trouvé un papier faisant état d'une réunion MRP à Vernon fin 1955, qui posait le problème de Rémy Montagne, libellé MRP même s'il a toujours refusé de le reconnaître en 1958. À ce moment-là se posait le problème : fait-on une liste MRP, s'allie-t-on avec les indépendants et paysans ? On se trouve là typiquement face à quelque chose qui a une consonance précise, dans la mesure où l'on suppose qu'il y a dans la salle un membre des RG qui rapporte les propos. Là, effectivement, je pense qu'il faut relativiser la nature du document que Laurent Chevrel a trouvé. Il ne peut que s'interroger. Un historien n'ira pas porter un jugement définitif, si cela peut vous rassurer, dans la mesure où aucune preuve ne croise le document, donnant l'assurance que ce « deal », comme diraient les modernes, a été conclu.

21Sur le débat concernant les élections de 1945, il faut se souvenir qu'avant la guerre — 1945 est aussi le produit de la période d'avant-guerre —, quand Mendès arrive dans la région, le docteur Briquet, un radical vraiment très modéré, est président de la fédération départementale. Il représente le radicalisme le plus tiède. À côté, Georges Chauvin se situe davantage dans ce qu'on appelait à l'époque la mouvance Daladier, qui était beaucoup plus avancée. Ce duo fonctionnait très bien chez les radicaux. Arrive Pierre Mendès France. Avant la guerre, il ne peut pas se permettre de jouer les trouble-fêtes, parce qu'il n'a qu'une carrure locale, même s'il a été secrétaire d'État de Léon Blum.

22Par ailleurs, Forcinal, avant la guerre, a une attitude impeccable pendant les élections. Effectivement, il a tout ce qui a été dit concernant ses titres de gloire. Il est plutôt étiqueté républicain de gauche, socialiste indépendant. Il appartient par conséquent à une mouvance qui ne le distingue pas fortement des élus radicaux. Bien qu'il ne soit pas radical, il est quand même globalement du même bord, si l'on peut dire. Mais il faut dire aussi qu'un élément a été oublié dans le débat : Albert Forcinal et Georges Chauvin ont des caractères de cochon. Ce sont des hommes autoritaires. Il faut dire ce qui est [protestations dans l'assistance]. Forcinal a en tout cas de la personnalité et un caractère très affirmé. Je vous accorde qu'il n'a peut-être pas le caractère aussi difficile que Georges Chauvin, mais c'est un homme qui a une forte personnalité, qui a une place reconnue, et qui a tout à fait légitimité à défendre sa place.

23Il est vrai aussi qu'en 1945 on ne peut pas expliquer les résultats du RGR et des radicaux dans l'Eure, résultats qui sont totalement différents des résultats nationaux — sur lesquels pèsent les soupçons liés à l'attitude d'Herriot —, autrement que par la présence de trois résistants, Mendès, Chauvin et Forcinal. Ce sont des personnes qui incarnent les étiquettes, et des personnes tout à fait remarquables quant à leur attitude pendant la guerre.

24Par ailleurs, on a dit lors d'un précédent débat : « Dans le fond, Chauvin, on lui a accordé la place en 1945 parce qu'il revenait de déportation, c'était une forme de respect, et puis, peut-être, d'une certaine façon, son dernier baroud d'honneur au niveau départemental par rapport à l'étoile montante ». Je crois que le problème s'est posé avant même l'envoi de Chauvin au Conseil de la République. Mendès France voulait fermement la présidence du conseil général, et Chauvin briguait plus ou moins ce poste à ce moment-là. On sentait bien que Chauvin, qui était quand même déjà en fin de carrière, n'était peut-être pas l'homme apte à faire les efforts que Mendès France a accomplis pour sortir ce département détruit de l'ornière. Et je crois aussi qu'interviennent des querelles de personnes.

  • 5 Lettre du 3 décembre 1958, communiquée à F. Chapron par Paul Martin.

25Concernant les listes, moi non plus je ne souhaite pas statufier Mendès. Lors des débats de l'assemblée départementale, il faisait reprendre les votes immédiatement après la pause pour gêner éventuellement ses adversaires qui n'étaient pas toujours revenus à temps. Cela montre bien que c'était un homme politique, quelqu'un qui a le sens de la stratégie et de la tactique. On ferait de l'angélisme si l'on pensait qu'il n'analysait pas clairement la constitution de ses listes. On le voit aujourd'hui encore dans les scrutins des conseils régionaux : il est d'usage d'essayer, dans une proportionnelle, de représenter l'ensemble d'une région, ou autrefois d'un département, avec un certain nombre de gens qui ont des implantations locales fortes. Les listes telles qu'elles ont été constituées sont donc tout à fait logiques de ce point de vue, et il n'y a là rien de choquant. Mendès France a analysé la situation, comme il l'a fait plus tard pour sa succession au conseil général. Il est clair que la candidature de Gustave Héon n'était sans doute pas celle que Mendès France aurait souhaitée — j'ai toujours entendu dire que les gens de droite trouvaient qu'Héon était de gauche, et que les gens de gauche trouvaient qu'il était de droite. Mais Héon était quelqu'un de relativement modéré, qui pouvait faire consensus à un moment où Mendès disait : « J'enrage à l'idée qu'avec 21 voix républicaines, nous risquons d'avoir un président du conseil général de droite »5. Là aussi, la stratégie et la tactique sont présentes. Mais je pense qu'on est dans le compromis, certainement pas dans la compromission, et c'est peut-être justement ce qui caractérise Mendès.

  • 6 Cf. Chapron (Françoise), Pierre Mendès France dans l'Eure : trente années de vie politique (1932-19 (...)

26Même quand il s'apparente avec les indépendants et paysans, en 1951, il supplie Azémia en le prenant aux épaules, à minuit moins dix : « Signez Azémia, Signez. Il faut quand même qu'on s'apparente. » Et Azémia en a quand même un peu gros sur le cœur de s'apparenter avec les indépendants et paysans, même si Mendès a pris la précaution d'éliminer Broglie pour que cela soit admissible. Et il lui dit dans l'escalier, selon le témoignage que Georges Azémia m'a apporté : « Hélas, mon cher Azémia, vous savez, en politique la reconnaissance, cela n'existe pas »6. On ne peut donc pas dire que, ce jour-là, il y va de gaieté de cœur. Je crois par conséquent qu'on trouve chez lui un certain nombre d'éléments qui sont du domaine de la tactique politique normale. Mais Mendès dit toujours : « On a des modérés mais ils ne sont pas modérément républicains ».

27Claude Cornu : Premièrement, en 1951 il ne peut pas être question d'apparentement avec Jean de Broglie puisqu'il figure sur la liste RPF, et non pas sur la liste des indépendants.

28Deuxièmement, en ce qui concerne 1945, parlons effectivement de politique plutôt que de manœuvres. Il me paraît tout à fait légitime que le résistant Albert Forcinal ait cru que l'on pouvait créer un parti de la Résistance. Cela a été l'illusion de beaucoup, dira-t-on aujourd'hui. C'est ce qui explique cette liste de 1945, qui ne sera pas renouvelée aux élections suivantes où le jeu normal des partis se reconstitue.

29Enfin, s'agissant de la fameuse liste dont Chauvin est la tête, et pas Mendès France, je crois que je ferai l'unanimité si je dis que Mendès est radical, mais un radical moderne. Or, en 1945, je rappelle que le référendum comporte deux questions. Première question : « Voulez-vous que l'Assemblée élue ce jour soit Constituante ? » Répondre « oui », c'est donner un mandat de six mois pour rédiger la Constitution. Voter « non », cela veut dire : on reprend la Constitution de la IIIe République. Deuxième question : « Approuvez-vous que les pouvoirs publics soient, jusqu'à la mise en vigueur de la nouvelle Constitution, organisés conformément aux dispositions du projet de loi dont le texte figure au verso du bulletin ? » Les communistes votent « oui », « non ». L'ensemble des partis « oui », « oui », à l'appel du général de Gaulle. Le parti radical se distingue par le « non », « non ». Autrement dit, Mendès France est respectueux d'un parti qu'il aimerait plus moderne mais dans lequel il est minoritaire. Qui donc, tout naturellement — c'est la politique —, doit prendre la tête de liste dans le département ? Celui qui, des radicaux, est fermement pour le « non », « non », c'est-à-dire Georges Chauvin. Il est d'accord là-dessus. Il n'y a pas de manœuvre, je rejoins tout à fait Jacques Demaire.

30Bernard Bodinier : Je voulais dire à Monsieur Demaire que, à la mort de Jean de Broglie, c'est Maître Cordier, notaire à Broglie, qui est devenu maire, et que le fils de Jean de Broglie a attendu au moins deux mandats, sinon trois, pour devenir maire, et qu'il est allé à Rugles où, après la mort de son père, il y a eu un conseiller général radical de gauche pendant un mandat. C'est une précision anecdotique.

31Concernant 1945, je préfère m'en tenir aux chiffres. À l'élection municipale de Louviers, Mendès France obtient 2 600 voix. À l'élection législative qui suit de très près, il obtient 1 669 voix ; alors qu'il avait eu 66 % aux municipales, il en a 38 aux législatives et, dans la presse, il exprime plus qu'un mécontentement, une certaine rancœur, de ne pas avoir été choisi comme tête de liste aux élections législatives de 1945.

Notes

1 En terminant la présentation orale de sa contribution, Laurent Chevrel avait davantage mis l'accent sur les « calculs » de Pierre Mendès France pour obtenir la majorité, notamment à propos de la constitution des listes présentées aux élections de 1951 et 1956 [cette note et les suivantes sont de l'éditeur].

2 Albert Forcinal (1887-1976), maire et conseiller général de Gisors, député de l'Eure de 1928 à 1955. Mobilisé comme élève officier en 1914, il reçut neuf citations et devint officier de la Légion d'honneur sur le champ de bataille en 1918. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il anima un réseau de résistance et fut déporté à Buchenwald en 1943. En 1945, il était commandeur de la Légion d'honneur.

3 Sur la profession de foi de la liste Forcinal, « Républicaine Indépendante d'Action Socialiste », Camille Maireau est présenté comme ingénieur agricole, officier du Mérite agricole, vice-président de la fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles de l'Eure, conseiller général des Andelys, et déporté politique comme Louis Maury et Albert Forcinal.

4 Voir la fin du premier débat (en part, note 10).

5 Lettre du 3 décembre 1958, communiquée à F. Chapron par Paul Martin.

6 Cf. Chapron (Françoise), Pierre Mendès France dans l'Eure : trente années de vie politique (1932-1962), thèse de 3e cycle, Rouen, 1984, p. 300.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search