Version classiqueVersion mobile

Pierre Mendès France et la démocratie locale

 | 
Dominique Franche
, 
Yves Léonard

Troisième partie. Pierre Mendès France et l'espace rural

L'ouest rural de l'Eure : terre de mission pour Pierre Mendès France ?

Laurent Chevrel

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1L'histoire politique de l'Eure sous la IVe République apparaît intimement liée à la personnalité de Pierre Mendès France, et au maintien tardif d'une forte implantation radicale étrangère au reste du pays. Incontestablement, Mendès France domine la vie politique d'un département où même l'opposition se positionne en fonction de lui. Il engrange de nombreux succès parmi lesquels sa large victoire aux législatives de 1956 apparaît le plus grand. L'importance de la région lovérienne dans ces victoires n'est plus à démontrer, et elle doit nous inciter à nous tourner vers des parties du département moins favorables. L'ouest de l'Eure, plus précisément l'arrondissement de Bernay, est à ranger parmi celles-ci.

2Quelles sont les caractéristiques de cet espace ? Comment la faiblesse des radicaux s'y manifeste-t-elle ? Et surtout, comment Pierre Mendès France agit-il pour résoudre les difficultés qui se présentent à lui ?

Un arrondissement aux marges du grand Ouest

3Par nombre de ses aspects géographiques, économiques et politiques, l'arrondissement de Bernay se rattache au grand Ouest.

Une région de transition

  • 1 Les cartes ont été réalisées par l'auteur.

4L'arrondissement de Bernay comprend tout l'ouest du département (Figure 31). Il associe les vallées de la Risle et de la Charentonne, les plateaux du Lieuvin et du Roumois au nord, et du pays d’Ouche au sud.

Figure 3 Carte de l'arrondissement de Bernay

Figure 3 Carte de l'arrondissement de Bernay

5Ajoutons à cet ensemble, les marges du pays d'Auge puisque celui-ci s'étend essentiellement dans le Calvados.

6En fait, cet arrondissement a une position charnière. C'est ici que s'opère la transition entre les vastes étendues planes et de champs ouverts de l'Ile-de-France, et les collines bocagères du grand Ouest. Cette partie de l'Eure devient plus conforme à l'image que l'on se fait de la Normandie classique. On peut considérer que nous nous trouvons dans les marges orientales du grand Ouest.

Ruralité et agriculture dominantes

7C'est dans cette partie de l'Eure que la ruralité domine le plus. Les communes sont très nombreuses, souvent peu étendues et peu peuplées, car vidées par l'exode rural du xixe siècle, exode qui d'ailleurs se poursuit de manière atténuée. L'habitat est typique des régions bocagères  : très dispersé au point qu'il n'y a pas de population agglomérée dans certaines communes. Au demeurant, on ne compte que 5 communes dont la population dépasse les 2 000 habitants dans les années 1950-1960  : la sous-préfecture de Bernay (8 798 habitants en 1954), Pont-Audemer (6 740), Brionne (3 570), Beuzeville (2 375) et Beaumont (2 175).

8Sur le plan économique, l'industrie reste cantonnée aux vallées de la Risle et de la Charentonne, autour de Brionne et de Pont-Audemer, ainsi que d'un noyau Bernay-Serquigny. Il s'agit surtout d'industrie textile, de métallurgie, héritées du xixe siècle.

9Ailleurs, l'agriculture constitue l'activité essentielle, pour ne pas dire exclusive. Le secteur primaire occupe plus de 60 % de la population active dans les cantons les plus à l'ouest (Cormeilles, Thiberville, Broglie et Beaumesnil). Tout ici paraît à l'écart des grands changements que connaît l'est du département qui lui, est tourné vers l'Ile-de-France. Nous sommes dans une région de petites exploitations généralement en faire-valoir direct, où les paysans vivent de l'élevage laitier sur les terres des pommiers, donc du cidre et de la « goutte ».

  • 2 Cf. Paxton (Robert O.), Le Temps des Chemises Vertes, Révoltes paysannes et fascisme rural 1929-193 (...)

10Les crises agricoles des années trente ont nourri ici de nombreuses manifestations, notamment de refus des assurances sociales dont le coût paraissait insupportable alors que le cours des produits agricoles s'effondrait, rendant la vie impossible à ces petits agriculteurs. C'est la grande époque des tentatives d'implantation des chemises vertes de Dorgères qui rencontrent parfois de l'audience2.

Une région viscéralement conservatrice

  • 3 « Enfin, au-delà de la Risle, l'esprit bonapartiste prend décidément le dessus» (Siegfried [André], (...)

11Cet arrondissement est profondément conservateur. André Siegfried relevait dès 1913 l'enracinement de la droite dans cette partie de l'Eure, la caractérisant même par sa nature bonapartiste3. Les élections qui ont suivi n'ont pas démenti cette analyse. Dans la partie sud de l'arrondissement, lors des 25 scrutins qui se sont déroulés de 1849 à 1936, la gauche n'a été majoritaire qu'une fois dans les cantons de Brionne, Broglie et de Thiberville ; 7 fois au mieux dans le canton de Bernay. Dans le canton de Broglie, la gauche dépasse rarement les 30 % de voix. Au nord, dans l'ancien arrondissement de Pont-Audemer, la situation est un peu plus nuancée, la gauche parvenant à marquer des points lors des élections d'apaisement. Mais, en dehors des cantons de Beuzeville, Montfort et de Pont-Audemer, la droite domine : en 28 scrutins, elle est majoritaire 19 fois à Saint-Georges-du-Vièvre par exemple.

  • 4 URD = Union Républicaine Démocratique.

12Les élections de l'entre-deux-guerres ne démentent pas cette tendance. La liste du bloc national dépasse les 60 % dans la moitié des communes. En dehors de la vallée de la Risle, la liste socialiste atteint difficilement les 10 %. La droite tient fermement les deux circonscriptions législatives au point que l'ancien député de Louviers, Alexandre Duval, battu en 1932 par Pierre Mendès France vient se faire élire à Pont-Audemer en 1934 lors d'une élection partielle consécutive au décès de l'URD4 Henry Le Mire. Dans la circonscription de Bernay, lors des législatives de 1936, la gauche est même éliminée au deuxième tour et doit se résigner à appeler à voter pour P. Béranger, candidat soutenu par l'Alliance démocratique, journaliste parachuté depuis Paris. Elle parvient ainsi à faire battre le candidat URD réputé proche des milieux dorgéristes.

  • 5 10 sièges à gauche contre 6 à la droite en 1931, 6 contre 12 en 1934, 3 contre 14 en 1937 (Archives (...)
  • 6 Sur 248 communes, une enquête préfectorale de 1934 faite en vue des sénatoriales relève 152 majorit (...)

13De plus, la droite progresse lors des scrutins locaux. Au terme des cantonales de 1937, il ne reste plus qu'un conseiller général radical sur les 14 sièges que compte l'arrondissement. Les sortants URD sont souvent élus sans concurrents. Or, cette progression de la droite met en difficulté la majorité radicale du conseil général au point que le président, Camille Briquet, ne doit sa réélection qu'à son hostilité marquée envers le Front populaire. De même, la représentation de la gauche au conseil d'arrondissement s'amenuise au point de n'être plus que symbolique5. Cette gauche est en plus faiblement représentée dans des conseils municipaux ruraux dominés par les agriculteurs6. Les radicaux tiennent bien la mairie de Pont-Audemer, mais la droite parvient à les mettre en difficulté comme par exemple lors d'élections municipales partielles à Brionne en 1935. La commune de Bernay est administrée par une liste d'union où l'URD prend une place de plus en plus large. Cette situation s'explique par le basculement d'élus républicains de gauche vers la droite.

14Tout ce contexte présume d'une tâche délicate pour Pierre Mendès France.

Les difficultés à surmonter

15Les difficultés à surmonter paraissent nombreuses  : résultats mitigés selon les types de scrutin, et campagnes électorales parfois délicates à mener.

Une implantation locale problématique

16La tâche de Pierre Mendès France pour reconstruire une implantation locale est sans doute la plus rude. Elle est aussi la plus nécessaire car l'abandon du scrutin d'arrondissement au profit du scrutin de liste départemental à la représentation proportionnelle l'oblige à ne négliger aucune partie du département afin de ne pas prendre de retard sur les autres listes.

  • 7 AD.7W2.
  • 8 UDSR = Union Démocratique et Socialiste de la Résistance.
  • 9 AD, 7W3-4, 1200W18.
  • 10 AD, fond de coupures de presse, « Élections ».

17Les élections cantonales de 19457 ne permettent pas la percée escomptée et que l'on remarque dans les deux autres arrondissements. Généralement lors de ces élections, les radicaux abandonnent des sièges à la SFIO et compensent ces pertes par des gains sur les modérés. Ici, ils ne parviennent même pas à présenter de candidat contre certains grands notables modérés  : André Thiron à Cormeilles ou Raymond de Montullé à Broglie par exemple. Ils conservent un canton, mais les trois gains affichés sont ceux de trois élus étiquetés « socialistes indépendants » par la préfecture, élus proches d'Albert Forcinal et donc de l'UDSR8. Par ailleurs, dans le cadre d'un accord électoral de type Front populaire étendu au MRP, les radicaux doivent laisser le champ libre aux socialistes dans trois cantons qu'ils auraient pu gagner : Beaumont, Brionne et Pont-Audemer. Ces élections sont symptomatiques de celles qui suivront. Des sièges sont vite reperdus dès 1949, puis en 19519 : Quillebeuf par exemple au profit du RPF. Les radicaux mendésistes pourtant alliés à la SFIO ne parviennent pas à récupérer les sièges socialistes qui tombent dans l'escarcelle des modérés : Montfort, Brionne... Ils sauvent le siège de Pont-Audemer, mais le perdent lors d'une partielle en 1953 au profit cette fois-ci du PCF10

18À cela, il faut ajouter les difficultés liées à l'acceptation de la double appartenance au RGR et au RPF. Le conseiller général de Bernay, Gustave Héon, élu « socialiste indépendant », étiqueté ensuite RGR rallie le RPF dont il adopte l'étiquette en 1949. Il devient premier vice-président du conseil général parce qu'il est le plus à même d'assurer la cohabitation entre un conseil général à majorité modérée et son président radical, Pierre Mendès France. À Saint-Georges-du-Vièvre, la situation n'est guère plus simple puisque le conseiller général n'est autre que Georges Bernard rival RGR de Mendès France et de son ami Georges Chauvin qu'il bat aux élections municipales de 1947 à Évreux sous l'étiquette RPF ! Des complications de ce type perdurent tout au long de la IVe République.

  • 11 AD, 8W1.

19Et la situation n'est pas meilleure aux élections municipales. Les radicaux perdent les communes importantes : Pont-Audemer au profit des modérés et Brionne au profit des socialistes. Bernay revient à G. Héon. L'implantation reste faible dans les petites communes. De nombreux élus ont adopté l'étiquette de « résistants », mais en fait ce sont des modérés11 n. Le PCF et la SFIO ne percent pas malgré le courant porteur de la Libération, ce qui empêche les radicaux de pouvoir compter sur des alliés. En fait, les radicaux ne remontent pas la pente et se trouvent encore plus en difficulté avec la poussée RPF de 1947. La faiblesse des socialistes, traditionnels alliés, aggrave les choses. Tout cela pose de séreux problèmes lors des sénatoriales  : la faible implantation dans les plus petites communes surreprésentées en termes de grands électeurs empêche d'espérer l'élection de sénateurs. Au final, Pierre Mendès France ne peut compter que sur quelques fiefs épars au nombre desquels figurent Beaumesnil et Beuzeville.

Une situation moins défavorable aux législatives

20Le tableau de l'écart du score des listes Mendès aux élections législatives entre l'arrondissement de Bernay et la totalité du département de l'Eure montre une situation qui n'est pas a priori mauvaise.

Performances des listes radicales aux élections législatives, 1945-1956

Performances des listes radicales aux élections législatives, 1945-1956
  • 12 AD, 1200W23 pour les scrutins de 1945-1946 ; PV : 1945 6W78, juin 1946 6W79. novembre 1946 6W85-86.

21En 1945 12, lors des élections à l'Assemblée constituante, l'affaire paraît pourtant mal engagée. Tout d'abord, Mendès France doit laisser la tête de liste au maire d'Évreux, Georges Chauvin. Pierre Mendès France ne peut donc pas jouer le même rôle moteur que s'il était tête de liste. Par ailleurs, cette liste se trouve en concurrence avec celle conduite par Albert Forcinal, résistant notoirement connu, député sortant des Andelys qu'il représente depuis 1928, conseiller général de Gisors, et qui se trouve sur un créneau politique proche de celui des radicaux. Or, A. Forcinal est parvenu à convaincre le jeune maire de Bernay, Gustave Héon, à prendre la seconde place sur sa liste. À cela s'ajoute la présence d'une liste modérée où figurent des candidats originaires de l'ouest du département. La liste Forcinal obtient 24,1 % des voix, ce qui ramène la liste radicale à 15,6 %. Si les radicaux obtiennent 43,6 % des voix dans le canton de Quillebeuf où l'un de leurs candidats, le docteur Maricot, est conseiller général, ils n'obtiennent qu'autour de 6 % à Bernay, Broglie ou Thiberville (figure 4). Ces déconvenues participent à la défaite de Mendès France puisque seul G. Chauvin est élu, et ce, d'extrême justesse.

Figure 4
Pourcentage des voix obtenues par les radicaux dans chaque canton, 1945

Figure 4Pourcentage des voix obtenues par les radicaux dans chaque canton, 1945

Figure 5
Pourcentage des voix obtenues par le RGR dans chaque canton, juin 1946

Figure 5Pourcentage des voix obtenues par le RGR dans chaque canton, juin 1946

22Pierre Mendès France prend la tête de la liste RGR en juin 1946 et parvient à conclure un accord avec A. Forcinal. Cette liste ratisse large avec 38,9 % des voix, faisant de l'Eure un département au profil très particulier dans une France acquise au PCF, à la SFIO, et au MRP.

23L'exploit est réédité lors des élections de novembre 1946 avec 36,7 % (37,9 % dans l'arrondissement de Bernay). Globalement, avec 40,3 % des voix, la liste unique obtient en juin le même score que les deux listes séparées du mois d'octobre 1945. Notons un léger recul en novembre 1946. Cette situation assez stable masque des variations importantes selon les cantons. Tandis qu'il y a recul à Broglie (44,1 %, 36,9 %, 34,2 %), il y a progression à Montfort (35,1 %, 42,1 %, 45,9 %). La carte du vote RGR en juin 1946 (figure 5) montre qu'à ces variations dans le temps s'ajoutent des écarts sensibles dans l'espace. Le succès mendésiste se construit dans la région de Louviers, auquel s'ajoute un axe rural Le Neubourg-Verneuil, et la région de Pont-Audemer. En moyenne, l'arrondissement de Bernay ne paraît pas à la traîne, mais dans de nombreuses communes, la liste RGR atteint péniblement les 30 % de voix. Dans la partie sud de l'arrondissement, le MRP l'emporte même nettement : 39,4 % à Broglie, 44,6 % à Cormeilles.

  • 13 AD, 1200W27, PV6W9.
  • 14 16 % des voix pour le RGR contre 32,9 % au RPF dans le canton de Broglie.

24La situation devient critique lors des législatives de 195113. Jean de Broglie remporte un net succès dans le sud de l'arrondissement14 et limite fortement le score mendésiste autour de son fief. Dans le nord de l'arrondissement, ce sont les indépendants qui font une percée à partir des fiefs de deux de leurs candidats  : Guy de Milleville à Routot et Charles Delaporte à Brionne. Les indépendants atteignent ainsi les 36,8 % à Brionne.

  • 15 AD, 1200W27, PV 6W9. Cf. Essig, P., Les Élections législatives de 1956 dans l'Eure (Paris, mémoire (...)

25En fait, c'est lors des élections de 195615 que s'opère une percée en faveur de Mendès France.

26Mais celle-ci a lieu essentiellement sur les marges orientales de l'arrondissement, n'atteignant que difficilement l'ouest (Figure 6). Tandis que le canton de Brionne lui donne 42,2 % des voix, celui de Broglie ne lui en accorde que 24,6 %. Plus que jamais, le succès mendésiste se bâtit à partir de la région de Louviers tandis que les marges du département lui échappent. Ainsi, aux faiblesses remarquées dans l'ouest du département répondent celles du nord-est (Vexin) et du sud-est (Plaine de Saint-André). A la concurrence du vote modéré dans l'ouest fait face celle du vote communiste dans l'Est. Et l'on en vient à penser que l'ouest n'est pas la seule « terre de mission » pour Pierre Mendès France.

Figure 6 Pourcentage des voix obtenues par les radicaux dans chaque canton, 1956

Figure 6 Pourcentage des voix obtenues par les radicaux dans chaque canton, 1956

Des campagnes électorales difficiles

  • 16 Statistiques établies à partir des rapports des RG (AD, 1 200W27).
  • 17 Note des RG, coupures de presse (AD, 1 200W27).
  • 18 Le Monde, 20 décembre 1955.
  • 19 Le Pays d'Auge, 20 décembre 1955.
  • 20 AD, 23W74.
  • 21 AD, 1 200W19.

27La faiblesse de l'implantation des radicaux et un vote orienté à droite se traduisent par de nombreuses difficultés sur le terrain lors des campagnes électorales. Ces nuances ne sauraient nous faire oublier les difficultés que rencontre Pierre Mendès France durant les campagnes électorales menées dans l'ouest du département. C'est particulièrement vrai lors de la campagne électorale pour les élections de 1956. Les réunions publiques attirent énormément de monde16 :1 000 à 2 000 personnes à Pont-Audemer, 400 à la Barre-en-Ouche, commune du canton de Beaumesnil, 700 à Thiberville par exemple, selon les chiffres de la police. Les policiers notent d'ailleurs dans leurs rapports la présence de voitures et de bus originaires d'autres départements17. Le succès de ces réunions s'explique par le fait que régulièrement, Pierre Mendès France doit faire face à des contradicteurs dont certains sont particulièrement virulents. La Défense paysanne de Dorgères s'efforce d'exploiter au mieux le mécontentement des petits paysans qui rejettent l'interdiction de la distillation à domicile. Les fameux bouilleurs de cru mènent la vie dure à Mendès. Le Monde se fait même l'écho de la réunion de Saint-Georges-du-Vièvre « où samedi après-midi deux cents bouilleurs l'ont empêché de parler, ou presque et ont tenté de le faire descendre l'escalier plus rapidement qu'il n'eût voulu18 ». Le Pays d'Auge, journal local, parle de l'opposant principal, un certain Daniel Quesnot « qui bien soutenu par des groupes de cultivateurs, pose à l'ancien président du Conseil des questions parfois insidieuses et toujours gênantes19 ». Cette agitation n'est au demeurant pas nouvelle puisqu'une manifestation avait été organisée début 1955 à Louviers, les membres de la Défense paysanne brandissant des bidons de lait pour brocarder le fameux verre de lait dans les écoles20. Ensuite, D. Quesnot s'était porté candidat aux élections cantonales à Cormeilles, remportant un certain succès avec un tiers des voix au premier tour puis près de 37 % au second tour21.

Pierre Mendès France dans l'action

28Face à ce qui apparaît comme des handicaps souvent structurels, Pierre Mendès France engage un travail de fond et adopte différentes tactiques.

Conquérir les élus locaux

29Le travail de terrain apparaît comme la méthode de base, mais elle est en fait habituelle pour Pierre Mendès France. S'il n'hésite pas à affronter systématiquement ses contradicteurs lors des campagnes électorales, il s'efforce surtout de tisser des liens avec des élus locaux en dehors de celles-ci. Ces élus sont au premier chef des membres du parti radical et des sympathisants. Il ne se limite pas à eux, répondant aux sollicitations d'élus modérés qui deviennent alors des amis personnels. Il consolide ces fidélités grâce à la constitution d'une fédération RGR, qui accueille des élus parfois éloignés des radicaux. Tous ces élus constituent alors un efficace relais entre les électeurs et lui.

  • 22 Rapport des RG (AD, 1 200W18).
  • 23 AD, dossier de coupures de presse, thème élections.

30Parallèlement, Mendès France intervient dans l'organisation des campagnes électorales et dans les désignations de candidats. En 1951, par exemple, il permet le transfert du docteur Maricot, conseiller sortant de Quillebeuf, vers la circonscription beaucoup plus sûre de Pont-Audemer où l'élu socialiste sortant ne se représente pas22. De même, il soutient Joseph Métrai à Beuzeville lors d'une élection partielle en 195423. Il s'efforce ainsi de consolider les fiefs radicaux.

S'assurer des soutiens

  • 24 AD, 8W504.

31Il s'appuie aussi sur un réseau d'adhérents et de sympathisants du parti radical. Une enquête préfectorale menée en 194724 indique que ceux-ci s'élèveraient à près de 2 000 dans l'arrondissement. La section de Beuzeville compte ainsi 250 adhérents, celle de Beaumesnil, 325.

32Sur le plan départemental, on sait qu'il dispose du soutien actif de plusieurs hebdomadaires dont le plus connu est La Dépêche, qui compte de nombreux lecteurs et se trouve en situation de quasi-monopole dans la région ébroïcienne. Dans l'arrondissement de Bernay, Le Courrier du Neubourgûent ce rôle. L'hebdomadaire dirigé par Ernest Dumont et dont le siège social se trouve au Neubourg se décline en plusieurs éditions qui couvrent le nord et le centre de l'arrondissement. Le journal rapporte les visites de Mendès France, ses prises de position aux échelles nationale et internationale, publie régulièrement des articles dont il est l'auteur. Ce soutien est essentiel dans la mesure où le journal est alors le moyen d'information dominant. Dans la région de Bernay, la situation est moins évidente dans la mesure où L'Éveil de Bernay dirigé par la famille Méaulle penche vers les modérés. Mais il ne faut pas oublier que Paris-Normandie se prononce clairement en faveur de Mendès.

Créer les conditions de la victoire

33Sur le plan véritablement politique, Pierre Mendès France mène une double stratégie qui perdure tout au long de la IVe République. Cette stratégie s'appuie sur l'idée que l'arrondissement est dominé par l'agriculture. C'est très net par exemple lorsque l'on étudie la composition socio-professionnelle des Conseils municipaux ruraux  : les trois quarts des sièges sont occupés par des paysans. Or, ceux-ci sont souvent liés aux organisations agricoles parmi lesquelles la FDSEA domine. Les radicaux essaient de s'implanter dans celles-ci à la Libération en tentant de tirer profit du discrédit qui touche un certain nombre de responsables agricoles qui s'étaient engagés dans la Corporation paysanne. Ainsi, le président fondateur de la CGA, Gilbert Martin, est proche des radicaux. Mais la FDSEA prend rapidement le dessus. Et celle-ci compte parmi ses responsables de nombreux notables indépendants. La partie pourrait sembler perdue, mais Mendès ne renonce pas. Il s'efforce toujours de limiter au mieux l'implantation des indépendants tout en essayant de pénétrer dans les milieux agricoles.

34Ce principe prévaut lorsqu'il constitue la liste RGR pour les élections législatives de 1951. En troisième place figure André Cavelier, né en 1894, agriculteur et maire de La Chapelle-Bayvel près de Cormeilles depuis 1919.

  • 25 Voir les rapports des RG et les nombreuses coupures de presse sur ce sujet (AD, 1 200W27).

35Mais Pierre Mendès France sait aussi mettre en œuvre des stratégies plus complexes. La constitution de la majorité de Troisième Force lui en donne l'occasion, et la loi sur les apparentements apparaît pour lui comme une aubaine. Après de longues tractations25 il parvient à conclure un apparentement avec la SFIO, le MRP et surtout avec les indépendants et paysans conduits par Bernard Pluchet. Les modérés, fort puissants dans l'arrondissement, permettront à l'apparentement de faire le plein des voix alors que les radicaux sont affaiblis dans cette partie du département. D'un autre côté, le score des modérés sera limité par celui que devrait faire J. de Broglie autour de son bastion de Broglie. Comme de plus les modérés sont peu implantés dans une bonne moitié du département, leur score global restera modeste et ne devrait pas trop entamer l'avance des radicaux, ce qui ne menacera pas Pierre Mendès France.

  • 26 La SFIO obtient 7,3 % et le MRP 7 %. Ces deux listes n'ont aucun siège.

36Au final, les modérés permettent effectivement à l'apparentement de passer la barre de la majorité absolue avec 54,5 %. Mais, leurs voix constituant à peine plus du quart de ces 54,5 %, ils n'obtiennent qu'un siège, les trois restants revenant au RGR qui a remporté 26,3 % des voix26. La liste radicale compte donc trois élus grâce aux voix de l'adversaire !

  • 27 AD, 1200W40.

37En 1956, la configuration politique n'est plus du tout la même : le RPF n'existe plus et la majorité de Troisième Force s'est rompue depuis longtemps. Il n'est donc plus question de conclure un apparentement avec les modérés. Bien au contraire, les modérés s'apparentent à la liste indépendante constituée par J. de Broglie. Localement, A. Forcinal, hostile aux accords de Londres qui prévoient la reconstitution d'une armée en Allemagne, en désaccord avec P. Mendès France, décide de conduire sa propre liste. Son aura n'est plus celle de 1945-1946, mais il peut obtenir ces quelques voix qui retireraient un siège à la liste radicale. P. Mendès France constitue alors une liste dynamique sur laquelle figure en seconde place Gilbert Martin. Ce choix n'est guère étonnant lorsque l'on se rappelle que G. Martin avait conduit la liste radicale lors des sénatoriales de 1955. À cette occasion, il n'avait été battu que de 54 voix par le sénateur sortant G. Bernard27. Ancien président de la chambre d'agriculture, fondateur de la CGA départementale, très connu en raison de son action inlassable en faveur des milieux agricoles, il attire de nombreuses sympathies. Il permet aussi de neutraliser l'influence de Jean Lainé, ancien président de la FDSEA, tête de la liste de concentration républicaine, maire d'une commune rurale du canton de Routot : Valletot. Partagée entre ces deux personnalités, l'équipe de L'Eure Agricole, journal de la CGA et de la FSEA, se refuse à prendre position.

38Et le résultat est à la hauteur de l'espérance.

39Outre le fait que Pierre Mendès France remporte un succès personnel très important dans le département avec 37,1 % des voix, G. Martin

Figure 7
Gilbert Martin, écart à la moyenne de la liste radicale dans chaque canton

Figure 7Gilbert Martin, écart à la moyenne de la liste radicale dans chaque canton

40permet de gagner des voix dans une partie non négligeable de l'arrondissement de Bernay (figure 7). Ce succès est d'autant plus remarquable que Pierre Mendès France n'est parvenu à conclure un apparentement qu'avec la SFIO qui n'obtient que 4,8 %, et que la campagne électorale s'est faite autour et surtout contre la liste Mendès.

*

41Quel bilan tirer de ces treize années d'action mendésiste dans l'ouest du département ? L'arrondissement de Bernay est resté une région difficile pour Pierre Mendès France, même si celui-ci s'est engagé dans une action dynamique, fondée notamment sur la constitution de réseaux. Les résultats aux élections législatives n'apparaissent pas mauvais, mais l'implantation locale reste insuffisante. Or, c'est elle qui conditionne des résultats durables lors des scrutins nationaux. Ce manque d'assise nécessite des efforts considérables lors des campagnes électorales. Rien ne semble définitivement acquis, et Mendès France semble toujours sur le fil du rasoir. Rien n'est jamais acquis. Et, lorsque Gustave Héon tente de reprendre le flambeau radical lors des législatives de 1958, il échoue lourdement. Dès lors, dans cette circonscription électorale, la lutte oppose modérés et gaullistes : le centre gauche est durablement hors jeu.

Notes

1 Les cartes ont été réalisées par l'auteur.

2 Cf. Paxton (Robert O.), Le Temps des Chemises Vertes, Révoltes paysannes et fascisme rural 1929-1939 Paris, Le Seuil, 1996, et plus généralement pour l'Eure Bodinier (Bernard) (dir.), L'Eure de la Préhistoire à nos jours, Saint-Jean-d'Angély, Éditions Jean -Michel Bordessoules, 2001.

3 « Enfin, au-delà de la Risle, l'esprit bonapartiste prend décidément le dessus» (Siegfried [André], Tableau politique de la France de l'ouest sous la IIIe République, Paris, Armand Colin, réédition 1964, p. 279).

4 URD = Union Républicaine Démocratique.

5 10 sièges à gauche contre 6 à la droite en 1931, 6 contre 12 en 1934, 3 contre 14 en 1937 (Archives départementales de l'Eure, PV classés en série 3M).

6 Sur 248 communes, une enquête préfectorale de 1934 faite en vue des sénatoriales relève 152 majorités de conseil favorables à l'URD et conservateurs, 85 aux républicains de gauche, 4 aux radicaux et 1 aux socialistes, 5 restant « douteuses» (AD, 3M442).

7 AD.7W2.

8 UDSR = Union Démocratique et Socialiste de la Résistance.

9 AD, 7W3-4, 1200W18.

10 AD, fond de coupures de presse, « Élections ».

11 AD, 8W1.

12 AD, 1200W23 pour les scrutins de 1945-1946 ; PV : 1945 6W78, juin 1946 6W79. novembre 1946 6W85-86.

13 AD, 1200W27, PV6W9.

14 16 % des voix pour le RGR contre 32,9 % au RPF dans le canton de Broglie.

15 AD, 1200W27, PV 6W9. Cf. Essig, P., Les Élections législatives de 1956 dans l'Eure (Paris, mémoire IEP, 1956).

16 Statistiques établies à partir des rapports des RG (AD, 1 200W27).

17 Note des RG, coupures de presse (AD, 1 200W27).

18 Le Monde, 20 décembre 1955.

19 Le Pays d'Auge, 20 décembre 1955.

20 AD, 23W74.

21 AD, 1 200W19.

22 Rapport des RG (AD, 1 200W18).

23 AD, dossier de coupures de presse, thème élections.

24 AD, 8W504.

25 Voir les rapports des RG et les nombreuses coupures de presse sur ce sujet (AD, 1 200W27).

26 La SFIO obtient 7,3 % et le MRP 7 %. Ces deux listes n'ont aucun siège.

27 AD, 1200W40.

Table des illustrations

Titre Figure 3 Carte de l'arrondissement de Bernay
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18697/img-1.png
Fichier image/png, 321k
Titre Performances des listes radicales aux élections législatives, 1945-1956
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18697/img-2.png
Fichier image/png, 227k
Titre Figure 4Pourcentage des voix obtenues par les radicaux dans chaque canton, 1945
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18697/img-3.png
Fichier image/png, 664k
Titre Figure 5Pourcentage des voix obtenues par le RGR dans chaque canton, juin 1946
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18697/img-4.png
Fichier image/png, 715k
Titre Figure 6 Pourcentage des voix obtenues par les radicaux dans chaque canton, 1956
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18697/img-5.png
Fichier image/png, 708k
Titre Figure 7Gilbert Martin, écart à la moyenne de la liste radicale dans chaque canton
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/18697/img-6.png
Fichier image/png, 651k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search